Navigation – Plan du site
2001

Jacques B. Gélinas, La globalisation du monde : Laisser faire ou faire?

Les éditions Écosociété, 340 p., 2000
Eric Duchemin
Référence(s) :

Jacques B. Gélinas, La globalisation du monde : Laisser faire ou faire?, Les éditions Écosociété, 340 p., 2000.

Texte intégral

1Depuis Le piège de la mondialisation de H.-P. Martin et H. Schumann (Actes Sud, 1997), les essais sur la mondialisation ont été peu nombreux. En revanche, 2001 s'annonce une année prolifique. L'un des ouvrages publiés cette année sur ce sujet est La globalisation du monde de J. B. Gélinas. En plus de constituer une analyse approfondie du phénomène de la mondialisation, cet essai à l'avantage d'être ancré dans la réalité américaine. Le piège de la mondialisation et la majorité des autres ouvrages portent un regard sur les phénomènes européens.

2Ici, l'auteur entraîne son lecteur dans les méandres de la globalisation de la mondialisation. En effet, par une analyse historique et systématique du phénomène il identifie les acteurs et les impacts de l'évolution du néolibéralisme à un niveau planétaire. En portant un regard critique sur la naissance du libéralisme et sa construction sociale, il met en contexte les actions actuelles des militants "anti-mondialisation". Auteur de Et si le Tiers monde s'autofinançait (Éditions Écosociété) et spécialiste des questions internationales, celui-ci analyse avec un intérêt particulier l'accroissement du sous-développement dans les pays du Tiers Monde; un sous-développement cararactérisé par la création de "bidon ville" dans le village global.

3 Grâce à une analyse rigoureuse, J.B. Gélinas oriente notre réflexion vers la recherche d'une solution ou tout du moins d'actions à entreprendre. Selon lui, ces actions doivent préviligier le recours à des alternatives conduisant à une réappropriation du processus économique. Cette économie alternative s'appuie sur la création de mouvements associatifs, d'une société civile mondiale. La solidarité en est la clef de voûte. Cette alternative se voulant un changement radical dans l'ordre social, politique, économique et moral appelle à la révolution. En revanche, loin de la conception moderne de révolution, J.B. Gélinas fait appel à la pensée d'Edgard Morin qui croit qu'il nous faut repenser et complexifier l'idée de révolution, qui est devenue réactionnaire et camoufle le plus souvent domination et oppression. Il faut lier l'idée nouvelle de révolution à l'idée de conservation, qu'il nous faut elle-même purifier et complexifier. Nous devons conserver la nature, conserver les cultures qui veulent vivre, conserver le patrimoine humain du passé parce qu'il détient les germes du futur. Et il faut en même temps révolutionner ce monde pour le conserver. Il nous faut conserver l'idée de révolution en révolutionnant l'idée de conservation.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/5211/img-1.png
Fichier image/png, 176 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Duchemin, « Jacques B. Gélinas, La globalisation du monde : Laisser faire ou faire? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 01 avril 2001, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/5211

Haut de page

Auteur

Eric Duchemin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page