Navigation – Plan du site
2001

Gilles-Éric Séralini, OGM : le vrai débat

Flammarion,128 p., 2000
Eric Duchemin
Référence(s) :

Gilles-Éric Séralini, OGM : le vrai débat, Flammarion,128 p., 2000.

Texte intégral

1Depuis quelques années le débat entourant les organismes génétiquement modifiés s'est amplifié. L'ouvrage de Gilles-Éric Séralini se situe au coeur de ce débat, qui oppose les tenants de la commercialisation des OGM et les militants environnementalistes. Les OGM pour un scientifique, c'est un outil de travail pour comprendre les gènes. Ce n'est pas ce que le public remet en cause. Il remet en cause la commercialisation hâtive des OGM sans qu'il le sache. Et ça les scientifiques des biotechnologies le comprennent peu. Les militants demandent que la démocratie soit respectée et que des débats aient lieu sur la place publique sur les risques des OGM. Pour l'auteur, abondant dans le sens des militants environnementalistes, une grande partie du risque associé aux OGM tient au fait que l'on ne veut pas attendre les retours d'expérimentation.

2Tout au long de cet ouvrage, l'auteur explique les différentes facettes scientifiques de la production des OGM, leur risques (directs et indirects) ainsi que leur avantages. Bien que les applications existantes des OGM dans la recherche, l'agriculture, la médecine, l'industrie textile, l'armée et l'environnement soient abordées rapidement (aléa inhérent à un ouvrage de vulgarisation), ils le sont avec précision. Pour chacune des facettes abordées G.-É. Séralini émaille son texte de doutes fort à propos. Ainsi lorsqu'il aborde la question des OGM comme nettoyeurs de l'environnement, il se demande en évoquant des laitues et des pommes de terre transgéniques absorbant les nitrates du sol pour les transformer en nitrites, si c'est une ruse […] qui sert la recherche sur la physiologie des plantes ou la dépollution les (sic) jardins?

3Toutefois, ce professeur et chercheur en biologie moléculaire à l'Université de Caen (France) et reconnu comme expert dans des commissions gouvernementales sur les OGM ne rejette pas entièrement cette technologie. Selon lui, il serait irrationnel de penser qu'une technique aussi puissante que la transgenèse ne présente aucun avantage ou au contraire aucun risque. Ce qui ne l'empêche pas de demander un étiquetage précis, une traçabilité exemplaire, une mise sur le marché prudente et contrôlée (..), une biovigilance sanitaire au même titre qu'il existe une biovigilance environnementale. Mais pourquoi les compagnies fabriquant ne prennent-elles pas de telles mesures? À ce sujet l'auteur explique que les compagnies brevètent et commercialisent à grand frais de recherche et de stratégies commerciales des produits ayant peu de valeur ajoutée pour les consommateurs, et que de ce fait ils ne seraient pas rentable avec un étiquetage. Qui voudrait acheter un produit modifié plus cher que son équivalent naturel? Une étrange figure s'impose, celle d'un mammouth OGM (monopole du vivant) non rentable.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/5220/img-1.png
Fichier image/png, 176 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Duchemin, « Gilles-Éric Séralini, OGM : le vrai débat », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 01 avril 2001, consulté le 06 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/5220

Haut de page

Auteur

Eric Duchemin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page