Navigation – Plan du site
2004

Ile Maurice, un écosystème humanisé

Eric Duchemin

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Afrique
Haut de page

Texte intégral

1Surgi des océans lors d'activés volcaniques sous-marines intenses, les trois îles de l'archipel des Mascareignes (îles de la Réunion, Maurice et Rodrigues) ont percé l'océan voici plusieurs millions d'années. Le temps a façonné des reliefs offrant une diversité de paysages caractéristiques de ces îles. Éloignées des continents, elles ne possédaient aucun passé biologique. Ses écosystèmes ont été crée par d'incroyables aventures, d'improbables naufrages et d'époustouflantes épopées : Les spores de fougères, semences légères d'orchidée ou de petits insectes y ont été emportés par des vents marins; de petit passereaux capturés dans l'œil d'un cyclone. L'implantation des espèces s'est faite très lentement. Coupés de leurs souches parentales, les espèces ont été contraintes de s'adapter à leur nouvel environnement, donnant lieu à de véritables révolutions génétiques tel que le dodo de Maurice. Cet animal mythique symbolise l'impact humain sur la biodiversité. Au 17ième siècle, lorsque les humains débarquèrent sur l'île Maurice, ils le chassèrent tant que celui-ci disparu de la surface de la Terre. Mais l'impact des humains ne resta pas là, et aujourd'hui de nombreuses espèces endémiques ont été décimées sur l'île Maurice.

Baie de la Grande Rivière noire

Photo : Werner Kurtz

2Aujourd'hui que reste t'il de l'écosystème naturel d'origine de l'île Maurice? Rien ou pratiquement rien. Une seule réserve naturelle sur l'île, au nord et dans une région montagneuse, mais dont l'écosystème porte la marque de l'homme. Dans cette réserve de beaux panoramas sur la mer ou sur des chutes vertigineuses creusées dans le basalte.

3Une grande partie de la superficie de l'île est dédiée principalement à la culture de la canne à sucre qui dessine les vallons et les plaines. Très présente sur l'île la culture de la canne à sucre n'est limitée que par l'altitude et la pente des montagnes où les plantations de thé prennent le relais. Lors de promenades on ne voit que ces herbes géantes de plus de 3 mètres qui forment un mur bordant les routes. Lorsqu'elles disparaissent, on se retrouve sur la plage avec son lot de développements hôteliers s'appropriant les rivages et chassant les insulaires. Le sud de l'île encore épargné voici peu par ce développement à grande échelle succombe aussi à ces installations pour les touristes riches en recherche de soleil et de chaleur. La manne financière du touriste est très forte.

Un paysage façonné par la culture de la canne à sucre.

Photo : Werner Kurtz

4La beauté de l'Île Maurice est avant tout dans son peuple, son multiculturalisme, sa cuisine. Il reste encore l'océan et les bancs de coraux magnifiques qui bordent une grande partie de l'île, mais pour combien de temps? L'offensive touristique étrangère est bien enclenchée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Duchemin, « Ile Maurice, un écosystème humanisé », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 01 novembre 2004, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/5330 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.5330

Haut de page

Auteur

Eric Duchemin

Ph.D, Expert-conseil en changements climatiques, Directeur-scientifique de DREXenvironnement, drexenv@sympatico.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page