Navigation – Plan du site
2004

À la découverte de l'empire du milieu en sac-à-dos

(1ère partie de 2)
Mathieu ST-Onge

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Asie
Haut de page

Texte intégral

1La fin de nos études nous semblait, pour ma copine et moi, un moment tout désigné pour s'expatrier quelques temps en quête d'un dépaysement total. La Chine nous apparaissait être une destination des plus appropriée pour se sentir vraiment loin de chez soi ! C'est ainsi, qu'après plusieurs heures de vol, nous atterrissions à Hong Kong à la fin du mois de mai 2004 pour débuter un périple de deux mois qui nous mena du sud de la Chine au Tibet, du Sichuan à Shanghai, de Xi'an à la frontière sibérienne, pour finalement revenir chez soi, à Québec, à partir de Beijing.

2Une grande partie de la superficie de la Chine est occupée par les montagnes. Un voyage dans l'empire du milieu se fait donc rarement sans chausser à quelques reprises ses souliers de randonnée. Au cours de notre voyage, nous avons eu la chance de découvrir les magnifiques montagnes du nord du Sichuan, de gravir le massif du Huangshan dans la province de l'Anhui et de se ressourcer sur le Toit du monde, le Tibet. Un deuxième article traitera de nos impressions du paysage urbain et rural de la Chine, de notre descente du fleuve Yangste, à travers les Trois Gorges et leur gigantesque centrale hydroélectrique, et de notre excursion dans le désert de Tengri, en Mongolie Intérieure.

Carte des provinces et régions autonomes de la Chine

Tiré de http://www.cnto.org

Huangshan

3Situé dans l'est du pays, à 11h de bus de Shanghai; le Huangshan désigne un massif de 72 sommets. Ce dernier est célèbre à travers le pays, car il rassemble toutes les caractéristiques d'un fabuleux paysage montagneux : des pics escarpés spectaculaires, des arbres alpins aux formes singulières, des cascades d'eau cristalline et la brume qui enlace chacun des pics au lever du jour.

Les sommets escarpés du Huangshan.

Photo : Mathieu St-Onge

4Malheureusement, la popularité de ce site porte atteinte à la tranquillité des lieux. En effet, la montagne a été aménagée pour accommoder un flot grandissant de touristes locaux et internationaux. Deux téléphériques atteignent différentes altitudes dans la montagne, déjà chargée de plusieurs escaliers qui rejoignent les différents pics. Chaque jour, des milliers de touristes, principalement chinois, dévalent ces escaliers, parfois confortablement assis sur une chaise pourvue de perches de bambous que transportent deux porteurs. On reconnaît les touristes qui viennent en groupe (c.a.d la grande majorité des visiteurs) par leurs casquettes de couleur identique et assorties au petit drapeau qu'agite leur guide pour ne pas les perdre parmi les cent autres groupes de la journée. Pour bien se faire comprendre de leur groupe, tous les guides crient leurs informations à travers un petit haut-parleur. En ajoutant à cela les nombreux touristes qui semblent découvrir leurs échos pour la première fois en circulant dans la montagne, on obtient une cacophonie incroyable qui vient sérieusement nuire à l'ambiance sereine que dégagent les lieux.

  • 1  "Des clés pour la Chine", site internet d'informations diverses sur la Chine : http://www.chinois. (...)

5Cette expérience au cœur du tourisme chinois en pleine croissance soulève un sérieux doute sur le réalisme de l'écotourisme, c.a.d respectueux de l'intégrité écologique du milieu, dans un pays de plus d'un milliard d'habitants, qui ont de plus en plus les moyens de voyager. En effet, la Chine aurait connu une croissance économique annuelle moyenne de 9% au cours des 15 dernières années1. Les sites naturels situés près des grandes métropoles, comme le HuangShan à l'est de Shanghai, sont donc en proie à une pression touristique considérable. Plusieurs hôtels de luxe étaient déjà construits sur la montagne lors de notre passage et je ne saurais dire si le gouvernement a la ferme intention de limiter le développement hôtelier sur ce site très lucratif. De plus, un aéroport, situé à une heure et demi de Huangshan, reçoit chaque jour des vols en provenance de grandes métropoles tel que Beijing, Shanghai et Hong Kong. Cette pression croissante du tourisme chinois, mais également internationale, conjuguée à une immense pression démographique me laisse très perplexe sur l'avenir des derniers refuges naturels de la Chine.

Le Sichuan

6Cette province du centre, située au pied du plateau tibétain, est reconnue pour sa délicieuse cuisine et ses épices plutôt décapantes. Cette province est également l'hôte des dernières populations du panda géant, retranchées dans quelques forêts de bambou situées en altitude. Plusieurs parcs et réserves naturelles nationales du Sichuan tentent de protéger les derniers habitats naturels de cette espèce au bord de l'extinction. C'est le cas de la réserve naturelle de Jiuzhaigou et du parc national de Huanglong que nous avons pu visiter.

Localisation du parc de Jiuzhaigou dans la province du Sichuan Tiré de http://www.travelchinaguide.com/​

Localisation du parc de Jiuzhaigou dans la province du Sichuan Tiré de http://www.travelchinaguide.com/​

Un pensionnaire du centre de recherche et d'élevage du panda géant à Chenhdu Photo : Mathieu St-Onge

  • 2  Pour en savoir plus sur le tourisme dans la réserve naturelle de Jiuzhaigou, veuillez consulter le (...)

7En partant de Chengdu, la capitale du Sichuan, il faut une douzaine d'heures d'autobus sur une route montagnarde escarpée, sinueuse et dangereuse avant de pénétrer dans la somptueuse vallée alpine de Jiuzhaigou. Avec ses pics enneigés, ses cascades et ses lacs turquoises entourés d'une dense forêt de conifère, ce paysage enchanteur me rappelait curieusement celui des montagnes rocheuses canadiennes. On pourrait pratiquement s'y méprendre si ce n'était des nombreux temples bouddhistes colorés et petits villages tibétains que l'on croise sur la route. En effet, la culture tibétaine s'étend bien au-delà de ses frontières actuelles. Malheureusement, le tourisme se développe très rapidement ici aussi, mais pas encore assez pour sursaturer le parc en touristes2. Il y est encore possible de jouir de la beauté fantastique des lieux dans une paisible tranquillité.

  • 3  Pour en savoir plus sur le centre de recherche et d'élevage du panda géant de Chengdu : http://www (...)

8À une centaine de kilomètres au sud-ouest de la réserve, et en passant par delà un col de plus de 4000m, on retrouve le parc national de Huanglong et sa vallée du Dragon jaune. Cette vallée est caractérisée par une cascade longue de 3.5 km et très riche en carbonate de calcium. Ceci a amené la formation d'étranges étangs de calcaire aux couleurs très variées (rouge, bleu, vert, jaune, etc.) et étagés en terrasse tout au long de la cascade. L'abondance de minéraux dans l'eau et le substrat en calcaire a permis à de nombreuses plantes et arbres de pousser directement dans la cascade. Ce paysage hors du commun est vraiment spectaculaire. Malheureusement, aucun panda géant sauvage ne s'est miraculeusement montré pour le plaisir des visiteurs ! Nous nous sommes donc repris à notre retour à Chengdu pour visiter le plus gros centre de recherche et d'élevage du panda géant en Chine. Ce centre, qui couvre un territoire d'environ 150 hectares, abrite une vingtaine de pandas dans des enclos bien aménagés, mais tout de même exigus3. Les visites se font surtout pendant l'heure de déjeuner des pensionnaires. On les regarderait pendant des heures mâchouiller leurs tiges de bambou, assis sur leur arrière-train. Le centre sert également de musée sur l'habitat, les mœurs du panda et des mesures adoptées pour le préserver. Toutefois, il ne semblait pas être question de réhabiliter ces pandas dans la nature pour l'instant, probablement dû au manque d'habitats naturels disponibles …

La Vallée du Dragon jaune de Huanglong. Photo : Mathieu St-Onge

9Le Tibet Aujourd'hui facilement accessible par avion en ayant payer un permis touristique de visite, qu'on obtient aisément sur place auprès d'une agence de voyage locale, le Tibet n'est plus cette région mystique et interdite que décrivait les premiers voyageurs. Toutefois, la beauté de ses paysages et de la culture de son peuple subjugue encore et toujours.

Les deux principales villes du circuit touristique tibétain

Tiré de http://www.travelchinaguide.com/​

10En survolant l'est du Tibet à partir de Chengdu au Sichuan, on ne peut que s'émerveiller devant les montagnes enneigées qui s'étendent à l'infini. Un sentiment de joie intense nous envahi et l'on sent une certaine fébrilité chez les passagers de l'avion à l'approche de Lhassa, l'une des villes les plus élevées au monde. Sis à 3600m d'altitude, l'aéroport de Lhassa accueille la majorité des voyageurs qui comptent s'aventurer au Tibet. Après 1h30 d'autobus à partir de l'aéroport, on pénètre enfin dans Lhassa et on aperçoit au loin le palais du Potala. On oublie rapidement le manque d'oxygène qui commence à se faire sentir lorsqu'on admire cette immense forteresse blanche et ocre, au milieu des montagnes et des nuages. Il fut jadis le siège du gouvernement tibétain et la résidence d'hiver du Dalaï-Lama, il représente maintenant le symbole des espoirs d'autonomie des Tibétains et Tibétaines. Du haut de ces treize étages (environ 118m) et pourvue de millier de fenêtres, cette merveille architecturale domine majestueusement la ville. Chaque jour, de longues files de pèlerins viennent se prosterner devant le palais dans un mouvement unique où le païen touche successivement de ses mains son front, sa gorge et son cœur avant de s'allonger sur le sol et de recommencer à nouveau, et ce de manière presque incessante. Cette scène splendide de dévotion démontre la foi immense des Tibétains envers leur religion.

Le palais du Potala à Lhasa. Photo : Mathieu St-Onge

11Cette ferveur religieuse se remarque également dans les nombreux monastères que l'on retrouve encore partout sur le territoire, malgré une destruction massive de ceux-ci par l'armée chinoise. Les monastères tibétains sont tous caractérisés par leurs nombreux moulins de prière qui contiennent des mantras. Tourner ces rouleaux signifie que l'on est en accord avec les lois bouddhistes. Les monastères sont également caractérisés par leur odeur, parfois étouffante, d'encens et de beurre de yack qui s'imprègne aux vêtements. Ces lieux, propices à la méditation, sont peints de couleurs éclatantes qui représentent bien la passion de vivre et l'optimisme de ce peuple. Les monastères sont également remplis de mille et une sculptures de Bouddha, de d'autres personnages divins ou représentations d'animaux mythiques qui proviennent d'un imaginaire très riche. Certains de ces monastères, tel que celui de Shigatse, sont tellement vastes que l'on croirait déambuler dans une ville, à l'intérieur d'une ville. Lorsqu'on est chanceux, on assiste par hasard à des prières, des chants ou des danses monastiques, des moments privilégiés que l'on n'oublie pas facilement.

12Et que dire des paysages incroyables que l'on découvre après chaque col montagneux. On devient rapidement envoûté par le panorama qui s'offre à nous : d'imposantes montagnes à l'infini, de vastes lacs d'eaux claires, des fleuves et rivières aux eaux tumultueuses, le plateau et ces immenses plaines, avec ses quelques arbres, où se côtoient les nombreux pâturages de yacks ou de moutons avec parfois des champs agricoles où l'on cultive par exemple l'orge, qui servira entre autres à produire la bière tibétaine. On croise également sur la route énormément de drapeaux de prière et quelques villages avec leurs petites maisons en pierre aux décorations resplendissantes qui ressortent beaucoup dans un paysage aussi aride. Les drapeaux de prière sont un signe de victoire et servent à remercier les divinités, le vent étant le messager. Je n'oublierai pas non plus le souvenir des moutons et des vaches qui se reposaient paisiblement aux détours d'une ruelle, des aînés aux sourires édentés et aux visages très plissés et ridés dus à des années d'exposition au soleil, plus intense en altitude, des sourires d'espoir malgré les conditions difficiles et des visages qui s'illuminent lorsqu'on leur dit que le Dalaï-Lama est venu livrer leur message d'espoir au Canada en avril 2004.

Pause photo en route vers Shigatse. Photo : Mathieu St-Onge

  • 4  La sinisation peut se définir comme l'assimilation des minorités chinoises par l'ethnie majoritair (...)
  • 5  Pour en savoir plus sur le projet de lien ferroviaire entre Golmud et Lhasa :

13Ce peuple, isolé du reste du monde pendant des siècles à cause de l'inaccessibilité de son territoire, a pu ainsi préserver des coutumes, une culture et une religion singulière, maintenant menacées par l'arrivée massive de colons chinois qui profitent d'incitatifs financiers de leur gouvernement pour s'installer au Tibet. La sinisation opérée par le gouvernement chinois a mis en minorité les tibétains sur leur propre territoire4. La construction du train, prévu pour 2007, reliant Golmud, dans la province du Qinghai, à Lhassa augmentera encore plus la transmigration de chinois vers le Tibet5. L'avenir de la culture tibétaine est incertaine et j'espère de tout mon cœur que le vent portera leur message de paix, d'espoir et de liberté à la terre entière et jusqu'aux grands décideurs de ce monde …

Références complémentaires

14Bureau touristique national de la Chine : http://www.cnto.org

15Dossier spécial sur la Chine dans l'EnviroBref (bulletin électronique de l'Institut des Sciences de l'Environnement à l'Université du Québec à Montréal) de novembre 2004, vol 16, no 1 : http://www.ise.uqam.ca/​enviro/​archives.html

16Li, Wenjun (2004). Environmental management indicators for ecotourism in China's nature reserve : A case study in Tianmushan Nature Reserve. Tourism Management, Volume 25, Issue 5. pages 559-564

17Liste des aires protégées et des sites de patrimoine mondial par l'organisation des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE): http://www.unep-wcmc.org/index.html?http://www.unep-wcmc.org/​protected_areas/​UN_list/​index.htm~main

18Projet d'ouvrage sur le bouddhisme tibétain et développement durable : http://ecospiritualite.metawiki.com/​news

19Van der Molen, R. (1999) Carnet de voyage : Le Tibet. Éditions France Delory : Paris, 175 pages

Haut de page

Notes

1  "Des clés pour la Chine", site internet d'informations diverses sur la Chine : http://www.chinois.org/

2  Pour en savoir plus sur le tourisme dans la réserve naturelle de Jiuzhaigou, veuillez consulter le communiqué du WWF sur l'élaboration d'un plan d'écotourisme spécifiquement pour cette réserve : http://www.wwfchina.org/english/loca.php?loca=192

3  Pour en savoir plus sur le centre de recherche et d'élevage du panda géant de Chengdu : http://www.travelchinaguide.com/attraction/sichuan/chengdu/panda-breeding-and-research-center.htm

4  La sinisation peut se définir comme l'assimilation des minorités chinoises par l'ethnie majoritaire Han.

5  Pour en savoir plus sur le projet de lien ferroviaire entre Golmud et Lhasa :

          * http://www.sfgate.com/cgi-bin/article.cgi?file=/c/a/2005/02/24/MNG7FBG71U1.DTL

          * http://www.studentsforafreetibet.org/article.php?id=461

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu ST-Onge, « À la découverte de l'empire du milieu en sac-à-dos », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 01 décembre 2004, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/5333 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.5333

Haut de page

Auteur

Mathieu ST-Onge

Diplômé de la maîtrise en sciences de l'environnement de l'UQAM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page