Navigation – Plan du site
2009

La Chine et l’environnement : pièce en quatre actes (tragédie ou comédie ?)

Marc Lucotte

Résumé

Les atteintes croissantes à l’environnement provoquées par l’économie chinoise, héritant à la fois du lourd passé industriel de l’ère communiste et découlant de sa récente accession au statut de manufacture mondiale, menacent non seulement la santé des travailleurs chinois mais aussi l’équilibre écologique de la planète tout entière. La croissance fulgurante de la demande énergétique, essentiellement comblée par la combustion du charbon, a propulsé la Chine aux premiers rangs des pays émetteurs de gaz à effet de serre, de dioxyde de soufre et autres polluants atmosphériques. L’émergence d’une classe moyenne de consommateurs engendre toute une série de problèmes environnementaux nouveaux comme l’augmentation incontrôlée de la quantité d’ordures ménagères et la production de poussières malsaines dues aux grands chantiers urbains. Par opposition à la classe moyenne, une majorité de chinois constitue maintenant une classe sociale pauvre, profondément animée par une quête à l’accession à la nouvelle prospérité économique. Ces travailleurs misérables exercent des activités peu ou pas encadrées par les lois de protection de l’environnement, et de ce fait sont eux aussi responsables de la dégradation de l’environnement. Le déséquilibre écologique atteint de tels sommets qu’il menace la poursuite de la croissance économique du pays, ne serait-ce que par des atteintes à la santé de la main-d’œuvre abondante et bon marché, clé du succès économique du pays. La réaction des dirigeants chinois face à ce problème est pour l’instant surtout cosmétique et seul un véritable virage du pays vers l’éco-développement doit être envisagé. Pour la propre survie de l’équilibre écologique de la planète, les pays développés se doivent de soutenir la Chine pour ses efforts dans cette direction.

Haut de page

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Asie
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Rares sont les semaines sans que l’état de l’environnement en Chine ne fasse l’objet d’annonces alarmistes. Le nuage brun de pollution (« brown cloud ») qui couvre pratiquement en permanence la Chine et les pays voisins atteint des dimensions inégalées et se répand à l’occasion jusqu’en Amérique du Nord ou encore pollue l’Arctique, et il est maintenant même prouvé qu’il affecte l’ensemble de l’hémisphère Nord. La pollution sévère du fleuve Songhua par des rejets de benzène a fait récemment les manchettes, alors que des millions de personnes étaient privées d’eau potable, et ce jusqu’en Sibérie voisine. Comme chacun sait, la Chine vit une croissance économique phénoménale (10,7 % en 2006), avec toutes les conséquences environnementales que cela peut comporter, incluant une demande inégalée en ressources minérales, et une contribution croissante aux atteintes à l’environnement affectant l’ensemble de la planète (gaz à effet de serre, composés détruisant la couche d’ozone, etc.).

2Nous analysons ici l’évolution de la dégradation de l’environnement en Chine depuis la révolution communiste et envisageons les avenues possibles pour limiter les dégâts à défaut d’instaurer à court terme un véritable modèle de développement durable reposant sur un équilibre du développement humain, du développement économique et de la protection de l’environnement.

Premier acte, la Chine communiste

3Les fondements du régime communiste ont traditionnellement été de privilégier le développement humain sur le développement économique, et très certainement sur la protection de l’environnement (Figure 1). Cela s’est traduit par des politiques d’industrialisation systématique des villes et des campagnes, surtout situées près des côtes. À la fois des industries lourdes et des centrales de production thermoélectrique (combustion du charbon) ont ainsi été implantées à partir des années soixante dans tous les centres-villes. Les mines de charbon à petite échelle ont été mises en opération partout où la ressource existait, ceci permettant d’alimenter localement les centrales thermiques ou les hauts-fourneaux. Ces politiques ont entraîné des pollutions généralisées, mais uniquement proportionnelles à la consommation domestique de l’époque, somme toute relativement limitée. Ainsi, la situation globale de l’environnement de la Chine communiste était préoccupante mais relativement stable circonscrite.

Figure 1. L’ordre des priorités de société sous les Chine communiste, néo-mercantiliste et « verte ».

Figure 1. L’ordre des priorités de société sous les Chine communiste, néo-mercantiliste et « verte ».

Deuxième acte, la Chine néo-mercantiliste

4À partir de 1979, Deng Xiaoping déclare « La pauvreté, ce n’est pas le socialisme. Être riche est glorieux! ». En 1992, il lance son célèbre « Enrichissez-vous! ». La Chine « néo-mercantiliste »  va ainsi voir le jour, se distinguant avec son État central fort du système purement capitaliste où seules les forces du marché interviennent. Les leaders chinois d’aujourd’hui, Hu Jintao (président, secrétaire du Parti Communiste Chinois, chef des armées) et Wen Jiabao (premier ministre) ont renforcé cette optique néo-mercantiliste avec vigueur en ouvrant la Chine sur le monde. Désormais, le développement économique prime sur le développement humain, reléguant toujours en troisième position la protection de l’environnement (Figure 1).

5En quelques années, on est passé d’une industrie chinoise comblant essentiellement ses besoins domestiques à une Chine devenue la manufacture mondiale de nombreux biens de consommation (appareils électroniques - tout particulièrement les télévisions-, textiles synthétiques, automobiles - 3ème producteur mondial d’ici 2010-). Ce « réveil du dragon » comporte de nombreux dommages collatéraux, jusqu’alors inconnus en Chine. Les demandes énergétiques grimpent en flèche, le charbon représentant 75 % de l’énergie primaire et fournissant les deux tiers de la production électrique (Feng et coll., 2002). Actuellement, plus d’un milliard de tonnes de charbon sont brûlées tous les ans, sans compter les deux cents millions de tonnes de charbon qui brûlent spontanément tous les ans « hors contrôle » dans le nord du pays. L’hydroélectricité connaît aussi un développement sans précédent. Le barrage des Trois Gorges, qui générera 85 milliards de kilowattheures à pleine capacité, représente à lui seul un investissement de 24 milliards de dollars (40 à 50 milliards de dollars selon des sources occidentales) et a occasionné le déplacement de plus d’un million de personnes (Li et coll., 2001). La Chine devenue manufacture mondiale est aussi passée au premier rang mondial dans les émissions de dioxyde de soufre et de composés chloro-fluoro-carbonés (CFC) et au 2ème rang mondial dans les émissions de dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre comme les oxydes d’azote (Streets et coll., 2003; The World Bank, 2005). L’accumulation de chiffres accablants est effarante : seize des vingt villes les plus polluées de la planète sont chinoises, 40 % du territoire chinois est affecté par de sévères pluies acides (Feng et coll., 2002; Larssen et coll., 2006).

6En parallèle au réveil du dragon, on assiste à l’émergence des consommateurs des classes moyenne et riche, ce qui comporte aussi des répercussions énormes sur l’environnement. La construction de millions de nouveaux logements (80 millions en 2000, faisant passer l’unité familiale sous un même toit de 4,5 à 3,5 personnes entre 1985 et 2000, Liu et coll., 2003a) et les autres grands travaux urbains sont en grande partie responsables de teneurs en particules en suspension dans l’air des villes trois à cinq fois supérieures aux normes de l’OMS (Feng et coll., 2002, Wong et coll., 2006). Chaque année, les nouveaux consommateurs chinois achètent près de trois millions d’automobiles neuves. Et plus de 5 000 km d’autoroutes sont présentement construits chaque année. Cette même classe moyenne rejette à présent six milliards de tonnes d’ordures ménagères par an, fait nouveau dans la société chinoise. Ces ordures sont pour l’instant simplement accumulées autour des villes, et contribuent à la pollution des nappes phréatiques, à la perte de terres arables et à l’émission de gaz à effet de serre (Liu et Diamond, 2005). Seules quelques villes comme Beijing, Shanghai et Gangzhou ont commencé le tri sélectif des ordures, ainsi que l’incinération des déchets. Par ailleurs, la consommation à la hausse de viande, poisson et autres produits de l’agriculture industrielle accroît non seulement l’utilisation d’engrais mais surtout de pesticides (250 000 tonnes par année, soit le second utilisateur mondial), polluant de ce fait les cours d’eau et les nappes phréatiques, entraînant la disparition d’insectes prédateurs et favorisant l’apparition d’insectes nuisibles résistants.

7Le développement économique accéléré de la Chine entraîne globalement des changements environnementaux majeurs à l’échelle du pays : on estime que 19% de sa superficie subit des processus d’érosion des sols, 9% la salinisation des sols et 25% la désertification (Liu et Diamond, 2005). Les terres humides disparaissent rapidement, alors que 90 % des prairies naturelles du pays sont déjà détruites à divers degrés. De manière générale, la qualité, la fertilité et la quantité de sols arables ont diminué drastiquement au cours des dernières années et le processus est loin de ralentir de nos jours. Cette constatation est d’autant plus alarmante que les chinois ne disposent en moyenne que de 0,1 hectare de terre arable par personne, soit la moitié de la moyenne mondiale. Dans l’ensemble, la biodiversité accuse des baisses notables alors qu’en parallèle de nombreuses espèces envahissantes se répandent (Liu et coll., 2003b). Concernant la situation des eaux, leur qualité est généralement mauvaise et continue de se détériorer. À peine 20% des eaux usées domestiques sont traitées pour l’instant. Par exemple, l’eau du réservoir Guanting à Beijing a été plusieurs fois déclarée impropre à la consommation à partir de 1997 (Liu et Diamond, 2005). De surcroît, plus de cent villes souffrent de pénurie chronique d’eau, et la partie aval du Fleuve Jaune (Huang He) connaît épisodiquement des cessations complètes de flot. Récemment, la pollution sévère du fleuve Songhua par des rejets accidentels de benzène à Harbin a privé d’eau potable des millions de personnes, à la fois en Chine et en aval dans la Sibérie voisine. Symbole de la dégradation de la qualité des eaux de surface en Chine, les captures de poissons dans le Yangtse ont diminué de 75 % au cours des dernières années.

8Les problèmes environnementaux de la Chine néo-mercantiliste sont aussi aggravés par l’héritage de l’ère communiste. Ainsi, des industries vétustes et très polluantes (charbon, acier, papier, ciment, fertilisants) sont maintenues en activité afin de préserver non seulement des millions d’emplois mais aussi la paix sociale. Par exemple, la production d’une tonne d’acier dans le nord-est de la Chine (Dongbei) illustre la gloire sidérurgique communiste tombée en désuétude alors qu’elle nécessite encore 23 à 56 m3 d’eau comparativement à 6 m3 en moyenne dans les pays occidentaux (Liu et Diamond, 2005).

9La prospérité économique actuelle de la Chine  est loin de rejoindre l’ensemble de la population. Environ les deux tiers de la population, soit plus de 800 millions de personnes, forment aujourd’hui une classe sociale pauvre, par opposition aux classes moyenne et riche en émergence (The World Bank, 2005). Selon la Banque mondiale, environ 135 millions de chinois vivent avec moins d’un dollar par jour. Or ces gens pauvres aspirent, eux aussi, à leur part de prospérité, et sont souvent prêts à tout, incluant des atteintes à l’environnement, pour y parvenir. L’exemple flagrant de cette course au développement est représenté par les quelque 17 000 mines artisanales de charbon réparties à travers le pays et produisant encore un tiers de la production nationale de charbon. Ces mines font travailler les ouvriers dans des conditions souvent inhumaines et particulièrement périlleuses et polluent l’environnement à grande échelle (pertes de terres arables et déboisement, pollution des nappes phréatiques, poussières, etc.). Pourtant, le gouvernement central peine à faire fermer bon nombre de ces mines alors qu’elles sont une (la) principale source de revenus des gouvernements locaux. Enfin, des millions de laissés-pour-compte du développement sont contraints d’utiliser des environnements contaminés pour leur survie,  allant jusqu’à utiliser les eaux de lixiviation des terrils miniers contenues dans des barrages de rétention pour irriguer leurs champs, ou encore à opérer illégalement des mines artisanales de mercure, de zinc, etc. dans des conditions d’insalubrité extrêmes (Gunson et Veiga, 2004, Wong et coll., 2006). Les faibles chiffres d’espérance moyenne de vie en Chine (71 ans à la naissance, dont 64 ans en bonne santé) témoignent des atteintes à la santé provoquées par la dégradation de l’environnement. Les disparités croissantes de conditions de vie en Chine sont ainsi responsables de la multiplication exponentielle des protestations et des révoltes populaires.

Troisième acte, la Chine « verte »

10Au-delà des protestations ouvrières et paysannes, la dégradation de l’environnement en Chine est devenue une préoccupation majeure du gouvernement, alors que la croissance économique même pourrait être freinée par une masse ouvrière affaiblie par la pollution. Ceci est d’autant plus préoccupant pour les dirigeants chinois que la clé du succès économique actuel de la Chine repose en grande partie sur une main-d’œuvre abondante et bon marché. Dès la fin des années quatre-vingt-dix, Jiang Zemin, ancien président de la république et secrétaire du Parti Communiste Chinois, reconnaît l’importance du virage vert pour la Chine. Hu Jintao lance en 2003 son concept de « Société harmonieuse », basé sur l’humanisme, le développement durable, l’harmonie humains-nature et des progrès socio-économiques équilibrés entre les différentes régions. En fait, la situation environnementale est devenue extrêmement critique à bien des niveaux. Le manque de terres arables, d’eau potable et d’énergie est de plus en plus criant. Les coûts de la santé et de l’absentéisme, en partie dus aux problèmes de dégradation environnementale, sont en nette croissance.  La pollution de l’air cause la mort prématurée de 400 000 personnes par an (Larssen et coll., 2006). La gestion du cauchemar environnemental coûte 270 milliards de dollars par an à l’État, soit 10 % du PIB. Il semble donc, en façade du moins, que la protection de l’environnement ait maintenant préséance sur le développement économique et le développement humain (figure 1).

11Les mesures concrètes prises pour ce virage vert incluent tout d’abord la promulgation de lois exigeant des études d’impact environnemental pour l’implantation de nouvelles industries, en particulier étrangères. Cependant, la corruption rampante parmi les industriels fait que bien des industries ne se conforment toujours pas aux lois environnementales. Les constructions d’industries propres, dont la technologie est souvent importée de pays développés, se multiplient cependant (Liu et Diamond, 2005). Ceci est tout particulièrement le cas pour la construction d’automobiles aux rejets polluants limités, ou encore pour les industries de production de papier et d’ammoniaque. On assiste aussi progressivement à l’implantation de productions agricoles utilisant moins de pesticides et moins d’eau, au retraitement des eaux usées, à l’utilisation d’énergies plus propres et à l’arrêt du drainage des terres humides. Par ailleurs, des industries vétustes de l’ère communiste sont fermées ou modernisées (mines, cimenteries, usines de pâtes et papier, industries chimiques), mais aussi parfois malheureusement tout simplement déplacées des régions côtières vers les provinces intérieures plus pauvres. D’autres mesures environnementales incluent la transmission de la gestion de l’eau potable et de l’air sain à des sociétés privées, ou encore l’adoption de critères de mérite pour les fonctionnaires posant des gestes concrets favorisant l’environnement. Enfin, depuis quelques années, les pouvoirs de la SEPA (State Environmental Protection Administration, 2007) ont été renforcés en parallèle aux incitatifs au développement économique.

12La promotion d’une Chine Verte est véhiculée par des gestes d’éclat du gouvernement central, comme l’annonce de Jeux Olympiques « écologiques » à Beijing en 2008, annonce qui a forcé, entre autres, la fermeture de centaines de petites mines de charbon dans la municipalité de la capitale. Dans la foulée, le gouvernement essaie de faire passer d’ici à 2010 de 17 000 à 10 000 le nombre de mines artisanales de charbon à travers le pays. Le gouvernement utilise aussi la main-d’œuvre bon marché pour procéder au reboisement de centaines de milliers d’hectares, tout particulièrement au Nord de Beijing, dans l’intention de freiner l’avancée du désert de Gobi et de minimiser les tempêtes de sable qui affectent périodiquement la capitale (Holden, 2001). La construction de la ligne de chemin de fer « verte » reliant le Qinghai au Tibet est un autre exemple très médiatisé de l’utilisation du prétexte écologique pour mieux faire accepter des projets controversés (Peng et coll., 2007). Enfin, la Chine a réussi à créer récemment plus de mille réserves naturelles, qui couvrent plus de 7 % du territoire national (Liu et coll., 2003b). Cependant, ce tour de force dans un pays déjà surpeuplé est réalisé le plus souvent grâce à des « migrations écologiques encouragées ». Depuis 2000, environ un million d’habitants vivant dans des zones de pâturages dégradés ont été déplacés, souvent de force (Du, 2006). Dans un proche avenir, le gouvernement planifie étendre cette mesure, au nom de la préservation de l’environnement, à sept millions de personnes supplémentaires. Or, il faut souligner que la plupart des  « migrations écologiques » touchent des minorités ethniques (comme les Tibétains), et visent à les intégrer dans des villes peuplées majoritairement de Hans (majorité chinoise) (Du, 2006).

13L’aspect certainement le plus prometteur pour l’instauration d’un Chine plus verte est l’intérêt marqué porté par les jeunes chinois aux questions environnementales. Les programmes tant de formation pré-universitaire et universitaire que d’éducation populaire inscrivent de plus en plus souvent l’environnement comme matière secondaire, voire principale. L’école centrale du parti (« Central Party School ») qui forme les cadres supérieurs de la République Populaire inclut des connaissances de gestion environnementale dans ses programmes.

Quatrième acte : l’éco-développement de la Chine

14Malgré toutes les mesures pour une Chine verte dont on vient de faire état et qui sont systématiquement annoncées à grands renforts de propagande, force est de constater que le développement économique poursuit son avancée prédatrice. La situation générale de l’environnement continue donc de se dégrader et par conséquent, à la fois la santé des travailleuses et des travailleurs chinois se détériore et les conflits sociaux à propos de questions environnementales s’aggravent. Le quatrième acte de l’histoire moderne du développement de la Chine reste à écrire, et déterminera la nature comique ou tragique de la pièce. En fait, ne serait-ce que pour permettre à la Chine de poursuivre allègrement la croissance de son économie, les dirigeants chinois doivent sérieusement planifier « l’éco-développement » de leur pays. Dans cette optique, l’on devra nécessairement abolir quelques priorités entre les trois ensembles que sont le développement économique, le développement humain et la protection de l’environnement. Dans une vision véritablement écosystémique, les trois composantes du développement durable devront être considérées sur un pied d’égalité, en totale interaction les unes avec les autres

15On peut d’ores et déjà suggérer quelques pistes à suivre, comme augmenter la part du PIB chinois allouée à la protection de l’environnement (1,2 % par rapport à 2 % aux États-Unis), éliminer les subsides aux industries polluantes (par exemple celle du charbon) et imposer de plus fortes taxes à la consommation (par exemple à celle des automobiles) (Liu et Diamond, 2005). D’autres mesures aussi simples que de tenter de réduire la multiplication de la construction des logements (favoriser la co-habitation, ralentir le nombre de divorces - 1,6 millions en 2004) pourraient avoir des effets bénéfiques immédiats pour l’environnement (Liu et coll., 2003a). Aussi, en continuant d’investir massivement dans l’éducation, en particulier dans les provinces intérieures, le gouvernement chinois contribuera à multiplier le nombre de personnes éduquées qui chercheront des emplois n’affectant pas les zones écologiques sensibles.

16L’instauration d’un éco-développement en Chine concerne l’avenir de la planète dans son ensemble. En effet, malgré sa croissance économique fulgurante, le PIB chinois par habitant reste encore très inférieur à celui des pays développés. La Chine recèle donc encore un gigantesque potentiel de croissance. Par exemple, peut-on imaginer la pollution planétaire qui serait occasionnée par une multiplication par dix de la consommation énergétique chinoise? Cette multiplication ne représenterait en fait que le rattrapage de la différence actuelle de la consommation énergétique moyenne par habitant entre la Chine et les États-Unis. Le développement d’un environnement sain en Chine est urgent et incontournable et se fera aussi à l’avantage des pays développés. En retour, les pays développés devront accepter de payer le juste prix des produits manufacturés chinois qu’ils importent, ce prix internalisant nécessairement les coûts de production selon des critères rigoureux de protection de l’environnement. Cela veut dire pour les occidentaux d’accepter de payer deux ou trois fois plus cher la facture de leurs achats dans un magasin « grande surface »!

Haut de page

Bibliographie

Du, F., 2006, Grain for green and poverty alleviation : The policy and practice of ecological migration in China, Horizons, vol.9, p.45-48.

Feng, Z., H. Miao, F. Zhang et Y. Huang, 2002, Effects of acid deposition on terrestrial ecosystems and their rehabilitation strategies in China, Journal of Environmental Science, vol. 14, p. 227-233.

Gunson, A.J. et M. Veiga, 2004, Mercury and artisanal mining in China, Environmental Practice, vol.6, p. 109-120.

Holden, C., 2001, The perfect dust storm. Science, vol. 294, p. 2469.

Larssen, T., E. Lydersen, D. Tang, Y. He, J. Gao, H. Liu, L. Duan, H.M. Seip, R.D. Vogt, J. Mulder, M. Shao, Y. Wang, H. Shang, X. Zhang, S. Solberg, W. Aas, T. Okland, O. Eilertsen, V. Angell, Q. Liu, D. Zhao, R. Xiang, J. Xiao et J. Luo, 2006, Acid rain in China, Environmental Science and Technology, vol. 40, p.418-425.

Li, H.M., P. Waley et P. Rees, 2001, Reservoir resettlement in China: past experience and the Three Gorges dam, Geographical Journal, vol. 167, p. 195-212.

Liu, J., G.C. Daily, P.R. Ehrlich et G.W. Luck, 2003a, Effects of household dynamics on resource consumption and biodiversity, Nature, vol. 421, p. 530-533.

Liu, J., Z. Ouyang, S.L. Pimm, P.H. Raven, X. Wang, H. Miao et N. Han, 2003b, Protecting China’s biodiversity. Science, vol. 300, p. 1240-1241.

Liu, J. & J. Diamond, 2005. China’s environment in a globalizing world. Nature, vol. 435, p. 1179-1186.

Peng, C., H. Ouyang, Q. Gao, Y. Jiang, F. zhang, J. Li & Q. Yu, 2007, Building a “green” railway in China. Nature, vol. 316, p. 546-547.

State Environmental Protection Administration of China, 2007, http://www.english.sepa.gov.cn/

Streets, D.G. T.C. Bond, G.R. Carmichael, S.D. Fernandes, Q. Fu, D. He, Z. Klimont, S.M. Nelson, N.Y. Tsai, M.Q. Wang, J.-H. Woo et K.F. Yarber, 2003, An inventory of gaseous and primary aerosol emissions in Asia in the year 2000, Journal of Geophysical Research Atmosphere, vol. 108, p.8809.

The World Bank, 2005, World Development Indicators 2005, The World Bank, Washington DC.

Tian, H. et J. Hao, 2003, Current status and future trend of nitrogen oxides emissions in China. Abstract Paper American Chemical Society, vol. 226, p. U-564.

Wong, C.S.C., N, Duzgoren-Aydin, A. Aydin et M.H. Wong, 2006, Sources and trends of environmental mercury emissions in Asia, Science of the Total Environment, vol. 368, p. 649-662.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’ordre des priorités de société sous les Chine communiste, néo-mercantiliste et « verte ».
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/7783/img-1.png
Fichier image/png, 8,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lucotte, « La Chine et l’environnement : pièce en quatre actes (tragédie ou comédie ?) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 12 février 2009, consulté le 06 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/7783 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.7783

Haut de page

Auteur

Marc Lucotte

Professeur, Institut des sciences de l’environnement / GÉOTOP, Université du Québec à Montréal, C.P.8888, succ. Centre-Ville, Montréal, Québec, H3C 3P8, Canada, Courriel : lucotte.marc_michel@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page