Navigation – Plan du site
2009

Aurélien Bernier, Le climat otage de la finance, ou comment le marché boursicote avec les « droits à polluer »

Mille et une nuits, 2008163 pages
Mathilde Szuba
Référence(s) :

Mille et une nuits, 

Texte intégral

1Finance et protection de l’environnement font-ils bon ménage ? La question mérite d’être posée, quand on sait que les grandes mesures internationales de protection du climat reposent sur une régulation financière : protocole de Kyoto et marché européen du carbone fonctionnent s’appuient sur une « bourse du carbone », où le prix de la tonne de carbone se négocie et se fixe selon le rapport de l’offre et de la demande.

2Aurélien Bernier, ancien membre d’Attac, était déjà auteur de plusieurs ouvrages sur les OGM. Il revient cette fois à la charge pour exposer les effets pervers de la finance carbone. L’ironie du sort fait coïncider sa publication, en août 2008, avec la crise financière. Avec ce hasard du calendrier, l’auteur n’aura pas de mal à convaincre ses lecteurs que l’instabilité du système financier remet en cause sa capacité à être un bon outil de politique environnementale. De lecture facile, ce livre devrait satisfaire de nombreux lecteurs, universitaires ou non. Les déçus du développement durable, tout d’abord, pourront s’indigner avec l’auteur de la financiarisation des politiques climatiques. Quant aux lecteurs optimistes, positifs et au tempérament ambitieux, qui ne seront pas rebutés par la verve antilibérale de l’auteur, ils apprendront comment la crise climatique peut relancer la croissance.

3Avant d’explorer le musée des horreurs de la finance carbone, l’auteur commence par replacer ses origines dans l’histoire de la théorie économique. Arthur-Cecil Pigou avait proposé dès 1920 de régler le problème des externalités négatives par une intervention de l’Etat : une sorte d’éco-taxe incitative avant l’heure. Quarante ans plus tard, Ronald Coase proposait un autre système : la création de droits de propriété sur l’environnement, et la possibilité d’échanger ces droits sur un marché. C’est ce deuxième principe, d’inspiration plus libérale, qui sera choisi comme instrument de régulation de nos externalités négatives, les gaz à effet de serre (GES). Dans le cadre du protocole de Kyoto, en effet, les entreprises reçoivent des quotas d’émissions de GES, qu’elles peuvent ensuite échanger sur un marché.

4Ce n’est pas par hasard, rappelle l’auteur, si au cours des négociations de Kyoto, les Etats-Unis, pourtant non-signataires, ont profondément insisté pour que soit créé un marché de droits. Il s’agissait, dans une logique d’économie libérale, d’éviter que la régulation du climat ne passe par une réglementation ou une taxation. L’auteur insiste : ce choix était éminemment politique et pas simplement technique. Kyoto s’inscrit donc dans la lignée du désengagement de l’Etat et de la dérégulation des échanges internationaux.

5Le protocole de Kyoto est libéral, mais ce n’est pas son moindre défaut. L’auteur consacre une large partie de son ouvrage à la présentation de toute la panoplie de mécanismes créés par Kyoto pour assouplir la régulation, aboutissant à la création d’un nouveau secteur économique: la production, l’échange et la revente de crédits carbone, avec son lot de spéculation et d’effets pervers. Car comme une monnaie à part entière, le crédit carbone est l’objet de fonds d’investissement et d’opérations boursières très rentables. L’auteur salue ce retournement de situation : « après avoir pollué gratuitement pendant des années, les multinationales vont réussir le tour de force d’engranger des profits sur le dos du réchauffement climatique ».

6Tout cela pourrait n’être que navrant si nous n’étions pas dans une situation d’urgence, mais la situation continue de s’aggraver et les émissions de GES continuent d’augmenter. Le bilan de l’auteur est donc sans appel : la régulation du climat par le marché est un système prédateur et inefficace, ce sont de fausses solutions qui nous font perdre un temps précieux.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/8069/img-1.png
Fichier image/png, 176 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Szuba, « Aurélien Bernier, Le climat otage de la finance, ou comment le marché boursicote avec les « droits à polluer » », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 23 avril 2009, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/8069

Haut de page

Auteur

Mathilde Szuba

Doctorante en sociologie de l’environnement, université Paris 1mathildesz@yahoo.co.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page