Navigation – Plan du site
2009

Éric Canobbio, Géopolitique d’une ambition inuite : le Québec face à son destin nordique

Éditions du Septentrion, 2009, 342 pages
Virginie Larivière
Référence(s) :

Éric Canobbio, Géopolitique d’une ambition inuite : le Québec face à son destin nordique, Éditions du Septentrion, 342 pages, 2009 

Texte intégral

1Auteur, en 2007, d’un atlas sur les pôles (Atlas des pôles. Régions polaires : questions sur un avenir incertain, 2007, Éditions Autrement) Éric Canobbio, spécialiste de la régionalisation de l’espace nordique canadien, docteur en géographie et géopolitique, retrace avec Géopolitique d’une ambition inuite, le Québec face à son destin nordique, la construction identitaire et le projet régional des Inuit québécois. L’auteur raconte le « chemin géopolitique » parcouru par les Inuit québécois, depuis la Terre de Rupert du XIXe siècle, en passant par le Nouveau-Québec du début du XXe siècle et le territoire municipalisé Kativik des années 1970, jusqu’aux abords d’une autonomie gouvernementale régionale du Nunavik, en cours de réalisation.

2Divisé en trois parties d’inégales longueurs, Eric Canobbio entame son livre par une histoire des représentations du Nord, dans laquelle il relate brièvement, en parallèle de l’appropriation du territoire nordique de la province par ses habitants du sud, l’évolution de la « citoyenneté » inuite. Il relève qu’à l’époque de la loi de l’extension des frontières du Québec de 1912, le Nord est mythique et l’Inuk, tout au plus, une curiosité. À l’aube de la guerre froide, les frontières des territoires nordiques, au cœur d’une bipolarité nouvelle et mondiale, deviendront les lieux privilégiés de stratégies politiques et militaires dont les vestiges sont toujours présents dans le paysage nordique. C’est dans ce contexte que l’Inuk devient l’instrument géopolitique et stratégique d’Ottawa qui vise alors à assurer sa souveraineté dans les confins désolés de son territoire nordique, trop à proximité de la Russie ennemie.

3La deuxième partie, le cycle québécois de la géographie héroïque nordique, expose la conquête québécoise du Nord, région-ressource périphérique du sud. Les projets hydroélectriques de la Baie-James, véritable construction identitaire nationale de la province francophone, mettent en lumière ce que l’auteur appelle joliment, un conflit de destin. La Convention de la Baie James et du Nord Québécois (CBJNQ), issue de la rencontre de différentes ambitions et revendications identitaires et territoriales, dessine tant la division territoriale du Nunavik et de la Baie-James, dès lors déterminée par un régime distinguant les terres de la région sous trois catégories, que du contexte social et institutionnel actuel de ces territoires, puisque la CBJNQ engendre à sa suite, une pléiade d’entités administratives, institutionnelles et commerciales développée par les communautés autochtones signataires. Elle révèle et impose de surcroît, les Inuit comme de véritables acteurs politiques, dont les visées régionalistes dépasseront largement le cadre de la CBJNQ.

4La troisième partie, la plus longue, met en scène le Québec et la quadrature du cercle arctique dans laquelle le contexte relationnel et géopolitique particulier du Canada du début des années 1980, entre les acteurs fédéral, provincial et autochtone y est exposé en détail. Les enjeux constitutionnels, la quête identitaire et les visées d’indépendance des québécois, qui marquent  l’alternance de gouvernements libéral et souverainiste au Québec, l’invention du territoire nordique canadien du Nunavut en 1999 et les stratégies inuites d’un développement régional des richesses du Nord, constituent, grossièrement, le théâtre dans lequel le projet identitaire régional inuit évolue dès la fin des années 1970, période de mise en œuvre de la CBJNQ. Le projet de la  formation d’un gouvernement régional public et non ethnique prend un ton résolument plus officiel avec la création, en 1997, de la commission du Nunavik, lequel est chargé d’esquisser la forme d’un tel gouvernement, et d’en proposer un calendrier de mise en œuvre.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9265/img-1.png
Fichier image/png, 176 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Larivière, « Éric Canobbio, Géopolitique d’une ambition inuite : le Québec face à son destin nordique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/9265

Haut de page

Auteur

Virginie Larivière

Étudiante à la maîtrise en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, courriel : lariviere.virginie@courrier.uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page