Navigation – Plan du site
2010

Pour une socio-anthropologie de l’environnement

Colloque organisé par Cetcopra, 23 et 24 septembre 2010, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Description

Ce colloque se donne pour objet de fonder une approche socio-anthropologique de l’environnement. La singularité d’une telle approche ne réside pas dans ses objets : les questions des usages ou des pratiques, du développement économique ou de l’éthique face aux problèmes environnementaux traversent en effet les différentes disciplines des sciences humaines. Mais la socio-anthropologie propose un angle d’approche différent consistant à appréhender les problèmes au niveau le plus fin pour pouvoir en observer les enchevêtrements et la complexité. À l’opposé de la logique de spécialisation, elle cherche à saisir ensemble toutes les dimensions et toutes les formes de l’impasse écologique, en partant pour cela de ses expressions singulières. Pourtant, l’ampleur (géographique, écologique, sociétale ou économique) des problèmes environnementaux d’aujourd’hui conduit plus souvent les chercheurs, les politiques ou les experts à raisonner au niveau global. La recherche de « solutions technologiques » émerge alors comme la seule voie crédible pour nous sortir de l’impasse. La démarche socio-anthropologique, en partant d’objets, de pratiques, d’innovations techniques (ou technologiques) particulières, propose de renverser les liens entre local et global. En s’attachant à comprendre le rapport à la nature et l’imaginaire technique à l’œuvre dans chaque perturbation ou dans chaque initiative singulières, elle cherche à atteindre un autre niveau de globalité. Portant d’emblée son regard à l’échelle locale, elle peut dévoiler les problèmes écologiques dans leurs dimensions humaines et le mode spécifique d’être au monde qu’ils révèlent.

Le colloque s’attachera pour cette raison d’abord à réfléchir à la question de l’échelle : celle à laquelle les problèmes sont abordés, et celle à laquelle les réponses s’adressent. Cette question semble en effet aujourd’hui primordiale pour comprendre, à la fois la nature de l’impasse écologique dans laquelle nos sociétés se trouvent, et les conflits d’interprétation qu’elle suscite.  Les débats autour du réchauffement climatique pourront être repensés sous cet angle. Au-delà des controverses scientifiques, on pourra se demander pourquoi la question climatique a éclipsé toutes les autres problématiques écologiques ou environnementales, et s’interroger sur les conséquences d’une telle appréhension de la réalité.

En miroir à cette question d’échelle se pose celle de la pluralité. La pluralité qu’appelle le local conduit-elle à la reconnaissance de la pluralité des approches et des réponses possibles?

L’objet de la socio-anthropologie de l’environnement (aborder la question environnementale à partir du niveau local pour pouvoir agir au niveau global), sera illustrée par des communications consacrées à des expériences concrètes et plurielles, que ce soit dans le domaine agricole, énergétique, industriel, des transports, ou en ce qui concerne la production de connaissance et de savoir-faire. La prise de conscience des limites de la planète (et en écho de celles de l’homme, des techniques et de l’organisation sociale), ne donne-t-elle pas du sens à cette recherche de pluralité (d’approches et de réponses) ? L’ouverture sur la pluralité « infinie » (des connaissances, des savoir-faire, et donc aussi des réponses techniques, des énergies, des agricultures, etc.) ne pourrait-elle pas être une réponse à la finalité de nos ressources, de notre savoir et de notre capacité à agir ?

Dépôt des propositions de communication

Les propositions, d’environ 4000 caractères (espaces compris), devront être parvenues pour  le 21 juin 2010, aux adresses suivantes :

Sophie.poirot-delpech@orange.fr

Laurence.raineau@univ-paris1.fr

Chaque proposition doit comporter un titre, le(s) nom(s) de(s) auteur(s), le(s) courriel(s), la(les) positions de(s) auteur(s).

Réponse : 5 juillet 2010