Navigation – Plan du site
2010

Rutgerd Boelens, David Getches et Armando Guevara-Gil (éd.), Out of the Mainstream : Water Rights, Politics and Identity

Earthscan, 2010, ISBN : 978-1-84407-676-5, 366 pages
Nicolas Milot

Texte intégral

1Le collectif d’auteurs Out of the Mainstream est une porte ouverte fort pertinente sur l’enjeu complexe que représente la gestion des ressources en eau des régions andines. Tant pour le non-initié à la réalité des populations indigènes des pays en question que pour l’expert, les textes rassemblés abordent plusieurs enjeux découlant d’une cohabitation difficile entre des politiques nationales et internationales proposant une gestion « rationnelle » de l’eau et les systèmes normatifs locaux, propres à chaque communauté.

2Les auteurs principaux d’Out of the Mainstream posent comme prémisse à leur réflexion l’idée que les différentes réformes des politiques nationales de l’eau de la région andine sont profondément marquées d’une idéologie néolibérale ayant comme conséquence d’aplanir les réalités communautaires locales. Pour les promoteurs de ces politiques portées par les États de la région, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Banque interaméricaine de développement, l’objectif est ni plus ni moins que l’éradication des formes d’organisation locale de gestion de l’eau qui ne sont que des barrières à la mise en place d’un environnement permettant l’érection de régimes de propriétés privées stables et pérennes. Pour les auteurs du collectif, non seulement ces politiques risquent d’anéantir des systèmes institutionnels pertinents à la gestion durable des ressources en eau et de mener à une perte de contrôle des communautés sur la ressource, elles pourraient aussi être synonyme d’affaiblissement culturel. Ces réformes, souvent cachées sous le voile d’un discours technique soi-disant objectif, sont néanmoins idéologiquement orientées.

3Dans la première section du collectif, les auteurs posent les éléments conceptuels qui accompagneront le lecteur – les notions de « droits de l’eau », de « collectivité » et d’« identité » – en insistant bien souvent sur d’indispensables efforts de reconstruction afin de sortir du mainstream. Ainsi, la notion de droit de l’eau doit être sortie d’une conception uniquement juridico-légale et se reporter à l’ensemble des revendications légitimes à l’eau et au pouvoir d’influer sur les décisions liées à sa gestion. Si pour certains, l’État est par défaut la seule source de légitimité, on insiste sur le fait que plusieurs régions andines sont socialement organisées de manière polycentrique avec plusieurs centres d’autorité. Ceci est d’autant plus concret dans un contexte où différentes revendications coexistent et reposent sur des modalités d’action incluant représentation, manifestation, négociation et utilisation de la violence. Parallèlement, les auteurs soulignent le caractère pluri-identitaire de la région, souvent oublié au profit d’un discours sur la réalité indigène andine. Ces identités indigènes multiples, si elles se sont construites sur fond d’inégalité, ont néanmoins évolué au sein de mouvements complexes et contrastés qui doivent être compris comme tel. Elles doivent aussi être distinguées des communautés rurales non indigènes qui elles aussi sont affectées par les réformes de l’eau. L’évolution de ces communautés et de leur rapport à l’État nous est présentée afin que ce pluralisme accompagne notre lecture des études de cas du recueil. Enfin, cette première section aborde inévitablement la question du genre, à savoir de l’impact des réformes de l’eau sur la participation potentielle des femmes à la gestion durable de la ressource. Les approches classiques de gestion de l’eau, fondées sur une compréhension des enjeux où la connaissance vient de l’extérieur, contribuent à tenir les femmes à distance des enjeux hydriques – d’irrigation notamment – et des décisions à prendre. Un potentiel cognitif est ainsi perdu, et on favorise le maintien une hiérarchisation sociale fondée sur le genre qui dépasse largement le seul secteur de l’eau.

4La deuxième section de l’ouvrage présente directement les enjeux se situant à la croisée de la prise en charge de la ressource eau et du contexte pluri-identitaire – et donc multiculturel – prévalent en région andine. Après un retour fort enrichissant sur l’histoire des mouvements indigènes, deux dimensions sont abordées au cœur des chapitres suivants. La première est la nature de l’organisation sociale reliée à la gestion de l’eau où s’imbriquent familles, collectivités locales et administrations publiques (locales, régionales et nationales). La seconde se rapporte davantage au contenu axiologique des institutions émanant des différentes cultures andines. Dans un cas comme dans l’autre, ces dimensions sont mises à mal par les réformes de l’eau qui tendent à forcer la reconfiguration des formes d’organisation sociale et à remplacer des cultures de l’eau par une conception néolibérale de l’eau. Ces affrontements entre cultures locales et politiques nationales ne sont par qu’idéologiques. Dans un contexte où les conditions classiques de l’action de l’État sont affaiblies, les dirigeants andins interprètent souvent les appels des mouvements indigènes à l’auto-détermination comme une menace à leur souveraineté.

5La troisième section regroupe une série d’études de cas illustrant ces tensions entre objectifs nationaux et système de droits de l’eau localement développés. On y relate de manière transversale que le design même des cadres légaux officiels a généralement maintenu en marge les systèmes de droits collectifs développés par les communautés et favorisé des droits d’usages individuels. Cette situation a entraîné inévitablement une sécurité légale des droits accrue pour les personnes, compagnies ou groupes associés aux intérêts économiques et politiques s’inscrivant dans une approche néolibérale de gestion des ressources naturelles. Sans le décrire spécifiquement, les cas recensés dans les Andes – de même que deux faisant référence à des communautés autochtones du sud des États-Unis – abordent les tensions par l’analyse de conflits entre utilisation locale de l’eau et effort de développement classique, de même que par l’analyse d’essai d’auto-régulation des usages de l’eau par les communautés.

6La quatrième et dernière section du livre propose enfin d’examiner trois aspects stratégiques de la mobilisation des communautés andines pour une reconnaissance des droits de l’eau : l’utilisation du droit international, le réseautage et la fédération en vue de la défense vis-à-vis des activités d’extraction de l’eau. Ces réflexions découlant sans équivoque d’une posture scientifique résolument orientée vers l’appui à l’action des collectivités andines prennent toute leur importance dans un moment où les pressions sont nombreuses, notamment en raison de l’appétit des compagnies minières pour les ressources minérales et hydriques de la région.

7La lecture de Out of the Maintream s’est avéré être des plus intéressantes et pertinentes. Les auteurs combinent avec efficacité une réflexion souvent théorique sur des enjeux actuels de mise en place des politiques de l’eau et une posture résolument engagée. Les études de cas utilisées appuient adéquatement cette critique d’une idéologie néolibérale manifeste dans les réformes de l’eau et de son impact sur les systèmes institutionnels construits au sein des communautés.

8On pourrait critiquer la posture des auteurs qui tend à considérer les communautés indigènes et rurales de manières relativement vertueuses vis-à-vis la question de l’utilisation des ressources. Cette position, régulièrement critiquée par d’autres auteurs dans le champ de la gouvernance environnementale (Ostrom, Agrawal, Gintis, Bowles et autres), est particulièrement importante à reconsidérer alors que plusieurs enjeux hydriques dépassent en échelle la capacité d’agir et de se réguler des communautés. Telle approche des communautés n’était cependant sans doute pas l’objectif de ce collectif et serait plus appropriée dans une réflexion ultérieure.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9831/img-1.png
Fichier image/png, 176 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Milot, « Rutgerd Boelens, David Getches et Armando Guevara-Gil (éd.), Out of the Mainstream : Water Rights, Politics and Identity  », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 13 juillet 2010, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/9831

Haut de page

Auteur

Nicolas Milot

PhD Sc. Environnement, Chercheur postdoctoral, Université de Sherbrooke, Chercheur associé à la Chaire d'études sur écosystèmes urbains, UQÀM, courriel : milot.nicolas@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page