Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégralHS 6Comptes rendusAlbert Chartier, Une famille fran...

Comptes rendus

Albert Chartier, Une famille française dans l’Empire ottoman. Vie et pérégrinations (1858-1921)

édition établie, présentée et annotée par Chantal Chartier, préface de Jean-Claude David, Paris, Honoré Champion, « Atelier des voyages », 2022, 198 pages, ISBN : 978-2-7453-5680-2
Sarga Moussa
Référence(s) :

Albert Chartier, Une famille française dans l’Empire ottoman. Vie et pérégrinations (1858-1921), édition établie, présentée et annotée par Chantal Chartier, préface de Jean-Claude David, Paris, Honoré Champion, « Atelier des voyages », 2022, 198 pages, ISBN : 978-2-7453-5680-2

Texte intégral

1Voici un ouvrage tout à fait passionnant, qui révèle au grand jour un texte resté longtemps manuscrit et édité par Chantal Chartier, à savoir les mémoires de son grand-père Albert Chartier (1881-1970), ingénieur des Arts et Métiers, rédigés au soir de sa vie, en 1965 (mais basés parfois sur des notes de voyage remontant au temps de sa jeunesse), et qui racontent un demi-siècle de la vie de sa famille dans l’Empire ottoman, de la seconde moitié du xixe siècle jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Ce récit est centré sur la figure tutélaire du père, Charles Chartier, un Alsacien né en 1853, fils d’un père opticien arrivé avec femme et enfant à Constantinople en 1858. Marié en 1874 à une Grecque de Smyrne (aujourd’hui Izmir), dont il eut 7 enfants, Charles étudia à Constantinople au lycée de Galatasary. Ingénieur des Ponts et Chaussées, il devint fonctionnaire de l’Empire ottoman, et, à ce titre, il fut envoyé dans différentes villes, sur tout le territoire de la Turquie actuelle, mais aussi à Alep, ville dont il renouvela l’urbanisme (voir à ce sujet la Préface de Jean-Claude David), dans le contexte d’un empire tout à la fois vieillissant, traversé de fortes tensions politiques, et tourné vers la modernité européenne sur le plan économique, dans la lignée des tanzimat, l’ère des réformes mises en place par les sultans entre 1839 et 1878.

2Le narrateur, Albert, naît à Kérassunde (actuel Giresun, au nord de la Turquie), et il raconte, à travers ses souvenirs de jeunesse, ceux des différents voyages accomplis par sa famille. Le schéma est presque toujours le même : dès lors que le père, portant le fez des fonctionnaires de l’empire, est muté dans une autre ville, où il reste en général quelques années, la famille (qui s’agrandit au fil du temps) le suit, parcourant pendant plusieurs jours des routes cahoteuses, parfois dangereuses, dans des carrioles tirées par des chevaux, et arrivant en général dans un état d’épuisement complet à destination, pour reprendre à chaque fois une vie nouvelle. Le rôle de la mère, auquel le narrateur rend hommage à plusieurs reprises, est évidemment capital dans ce contexte. La famille Chartier habite donc successivement Trébizonde (Trazon) sur les bords de la mer Noire, de 1884 à 1890 ; Erzurum (ville d’altitude qui comportait à l’époque une forte population arménienne, en Anatolie orientale), entre 1890 et 1894 ; après un bref séjour à Constantinople (1894-1895), les pérégrinations reprennent, Charles étant envoyé à Alep, en Syrie (1896-1901), à Sivas, en Anatolie centrale (1902-1907), enfin à Adana, proche de la côte méditerranéenne (1907-1920). La Première Guerre mondiale signe tout à la fois la fin de l’Empire ottoman et celle de la vie professionnelle de Charles, qui, en tant que Français, est envoyé dans un « camp de concentration » (synonyme, à l’époque, de camp d’internement), avant d’en être finalement libéré pour être rendu à sa famille, mais ayant tout perdu, et réduit à faire la queue pour toucher sa ration de pain à Adana. Charles et ses enfants rentrent en France en 1921, après avoir dû abandonner toutes leurs possessions. Lui meurt l’année suivante, tandis que sa femme revient après moult péripéties dans le nouvel État, dans l’espoir d’obtenir une pension de veuve : rien n’y fait, les Français n’étant plus tributaires du régime des Capitulations, mais des tribunaux turcs. L’ouvrage se termine par un chapitre intitulé « Extermination systématique d’un million et demi d’Arméniens » : à l’évidence, le narrateur s’identifie à plusieurs reprises à la destinée tragique de cette population, elle aussi contrainte de quitter (lorsqu’elle ne fut pas massacrée) l’Empire ottoman, elle aussi fortement tournée vers l’Europe, en particulier vers la France, et incarnant, selon Albert, les valeurs de progrès dont la jeune Turquie s’est elle-même privée en commettant l’irréparable génocide.

3Albert Chartier insiste à plusieurs reprises, dans son récit, sur la « haine entre communautés » (p. 43), en l’occurrence celle des musulmans envers les Arméniens, dont il relate un premier massacre, à Erzurum, en 1890. Cette « haine » qui est, selon lui, celle des musulmans contre les chrétiens, apparaît comme ancestrale (voir sa Conclusion), alors même qu’au début de ses souvenirs, il mettait l’accent sur le caractère cosmopolite de la ville de Trébizonde, où il notait la « tolérance vis-à-vis de toutes les religions » (p. 37). Ce hiatus ne doit pas surprendre : il est en partie dû, sans doute, à la montée progressive d’un nationalisme turc xénophobe, mais aussi, comme ici, à une expérience personnelle traumatisante, qui donne du même coup à la plus grande partie du récit, lequel est rédigé de manière rétrospective, une coloration particulière (un discours clairement anti-turc), étant donné une vie au service de l’Empire ottoman, mais qui se termine en descente aux enfers. Enfin, il y a ce qu’Edward Saïd a appelé le « discours orientaliste », avec des considérations récurrentes sur la supposée paresse des Turcs, quand il n’est pas question de l’antagonisme irréductible du Croissant contre la Croix. Chantal Chartier le reconnaît elle-même dans son Introduction :

Ce récit, même s’il est présenté par son auteur comme un récit impartial, est toutefois l’expression d’un certain point de vue. Sans doute a-t-il les limites d’une vision ethnocentrique, strictement européenne et française en particulier (p. 13).

4Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un témoignage rare sur la vie d’une famille française dans l’Empire ottoman finissant, et surtout d’un type de voyage très particulier, à l’intérieur même de l’espace oriental, puisqu’à chaque chapitre correspond un déplacement. On a donc affaire à un récit viatique très différent des Voyages en Orient d’écrivains dans la seconde moitié du xixe siècle qu’on lit d’habitude, de Gautier à Loti, avec la représentation d’un ailleurs volontairement exotisé, et surtout limité à la capitale ottomane. Certes, un chapitre est consacré à Constantinople, où l’on sent que le narrateur se donne de la peine pour produire une sorte de guide pour les touristes contemporains, en énumérant les différentes visites obligées (le Bosphore, Topkapi, les mosquées, les derviches…). Mais le plus intéressant n’est pas là. Il est dans le regard de l’intérieur qu’a pu porter un enfant, devenu adolescent puis jeune adulte, sur un Empire ottoman qui ne se limitait pas, justement, aux paysages féeriques de la Corne d’or. Le patriarche Chartier, suivi de toute sa petite tribu, parcourut en une soixantaine d’années tout le territoire de l’actuelle Turquie, des côtes de la mer Noire à la Méditerranée, et des villes d’Anatolie centrale à celles des confins, en territoire arménien. L’image qui en ressort est celle d’un empire dont les conditions de vie sont très diverses, avec des zones d’une grande pauvreté. À Erzurum, par exemple, le froid était extrême :

En hiver, il n’était pas rare de voir la température tomber à – 28° sous zéro ; un gros calorifère brûlait jour et nuit dans notre chambre à coucher où nous avions des doubles-fenêtres qu’on ne pouvait ouvrir que l’été, car tous les joints en étaient couverts de papier collé […]. Nous souffrions surtout du froid aux pieds ; en classe cela n’était pas tenable ; les frères nous conduisaient en promenade le jeudi dans la plaine recouverte d’un manteau blanc à perte de vue sous un ciel gris à teinte blafarde ; nous cheminions dans la neige sur une piste présumée être la route disparue où nul convoi ne nous rencontrait, ni aucun être humain (p. 47).

5Autrement dit, c’était l’expérience du désert !

  • 1 Le récent tremblement de terre de février 2023 en Turquie, outre la tragédie humaine due à des cau (...)

6D’où l’importance des contacts humains, ainsi quand Albert Chartier raconte qu’il part de Sivas, pour une chasse au héron avec le drogman (interprète) du consul de France, un Syrien polyglotte avec qui il visite ensuite « un mausolée servant de sépulture à un anachorète musulman » (p. 125). On ne saura pas de quel santon il s’agit, mais au fond, là n’est peut-être pas le plus important : ce qui compte, c’est qu’un jeune Français d’une vingtaine d’années, au début du xxe siècle, se retrouvant au beau milieu de l’Anatolie, puisse avoir accès, en dehors de tout guide touristique, à un lieu vénéré par les musulmans et s’y intéresser. À plusieurs reprises dans le récit, on comprend que la présence de cette famille française suscite une intense curiosité de la part des habitants, peu habitués à une présence occidentale, en particulier dans les campagnes ottomanes. Chacun se regarde avec un étonnement partagé. Le narrateur aime souligner la surprise que cause parfois, dans tel village anatolien, l’intrusion d’un signe de modernité, comme les chapeaux européens portés par les Français, ou encore (chose totalement inédite) l’arrivée de deux excentriques et courageux Anglais faisant un voyage à vélo en Orient ! Il est vrai que les contacts ont souvent lieu entre Européens, à travers les écoles tenues par des religieux chrétiens, ou lors des soirées passées au consulat de France, quand il y en a un. Mais ce récit, tout empreint d’une foi quelque peu naïve dans le progrès européen, constitue aussi, parfois, un regard sur la réalité sociale de cet Empire ottoman dont certaines régions sont encore, avant la guerre de 1914, très défavorisées1 – ou bien, lorsqu’elles connaissent une certaine prospérité, comme Kayseri, grâce à la fabrication des tapis, les conditions de travail y sont malgré tout épouvantables pour les enfants :

C’est l’industrie la plus florissante du pays, mais ces tapis si renommés sortent des mains de petites ouvrières odieusement exploitées. Elles étaient astreintes, pour un misérable salaire d’une piastre par jour (quatre sous), à aller dès l’aube faire dans la fabrique leur journée de dix heures et plus même. Ces malheureuses, qu’aucune loi ne protégeait, vivaient là dans une atmosphère de poussière malsaine qui les rendait tuberculeuses (p. 137).

7Mais qu’en était-il dans l’Europe contemporaine ? Les conditions des ouvrières, malgré les luttes sociales commencées au siècle précédent, étaient-elles si enviables ? Le travail des mineurs n’a-t-il pas continué en France après la Première Guerre mondiale ? Le regard sensible d’Albert Chartier sur l’exploitation ouvrière est juste, mais il est sélectif…

8Terminons par une citation extraite du début du chapitre XIII, qui relate le voyage de la famille Chartier de Sivas à Adana, en 1907 :

Nous étions entassés dans ces voitures du pays appelées yayli (à ressort), fort mal à l’aise : véhicule sur ressorts mais des plus inconfortables, tirés par des chevaux. Une fenêtre de chaque côté de ces espèces de fourgons bâchés.
Nous étions à demi allongés, à demi accroupis. On s’arrêtait pour manger en pleine nature nos provisions, ou bien pour nous dégourdir, nous détendre et marcher un moment, car nous avions les jambes ankylosées. Parfois on s’endormait, bercés par le cahotement continu de la voiture. Celle-ci soulevait des nuages de poussière aussi en mettant pied à terre, nous en étions tout couverts et tout blancs ; notre mère faisait ses provisions dans les villages traversés ; nos bagages étaient transportés à dos de chameaux qui suivaient à pas lents nos voitures. Notre piano même avait été démonté par notre vaillante mère et soigneusement emballé dans des caisses. Le cocher de la première de nos voitures chantait à tue-tête en turc ; d’autres fois il fredonnait des mélopées orientales et mélancoliques. Que tout cela est loin (p. 135).

9On a ici un bon exemple de ce que peut représenter le récit viatique comme ressource à la fois documentaire et littéraire, même lorsqu’il est écrit par un auteur inconnu du grand public. Entre le réalisme descriptif des conditions éprouvantes de voyage et l’évocation nostalgique d’un Orient qui exerce toujours une certaine fascination, en passant par l’entrechoquement volontaire des cultures et des temporalités (le piano porté à dos de chameaux !), ce texte qui s’intitulait au départ Mes Souvenirs d’Orient. 50 ans d’une famille française en Turquie. Constantinople, Asie Mineure, Syrie, Cilicie. Aspect général, épisodes et aventures. Péripéties de la guerre, massacres d’Arméniens (p. 14) doit intéresser à la fois les spécialistes de la littérature de voyage et les historiens de l’Empire ottoman. Sa publication soigneuse, avec une introduction, quelques notes, ainsi qu’une série de photographies d’époque et une carte, enfin un index des noms de personnes et des toponymes, est extrêmement bienvenue dans la collection « L’atelier des voyages » aux éditions Honoré Champion.

Haut de page

Notes

1 Le récent tremblement de terre de février 2023 en Turquie, outre la tragédie humaine due à des causes naturelles, a hélas mis en évidence le même type de décalage social entre la capitale et la province, entre grandes villes et campagnes ou montagnes, entre l’ouest et l’est, si ce n’est l’Anatolie centrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarga Moussa, « Albert Chartier, Une famille française dans l’Empire ottoman. Vie et pérégrinations (1858-1921) »Viatica [En ligne], HS 6 | 2023, mis en ligne le 20 juin 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/viatica/2963 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatica.2963

Haut de page

Auteur

Sarga Moussa

CNRS, UMR THALIM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search