Navigation – Plan du site

AccueilNuméros en texte intégral10Comptes rendusAhmad Zakî, Le Départ pour le Con...

Comptes rendus

Ahmad Zakî, Le Départ pour le Congrès. Lettres d’Europe (1892-1893), introduction, traduction et notes de Randa Sabry, préface de Robert Solé

Paris, Sorbonne Université Presses, « Imago Mundi », 2021, 290 pages, ISBN : 979-10-231-0661-9
Betty Zeghdani
Référence(s) :

Ahmad Zakî, Le Départ pour le Congrès. Lettres d’Europe (1892-1893), introduction, traduction et notes de Randa Sabry, préface de Robert Solé, Paris, Sorbonne Université Presses, « Imago Mundi », 2021, 290 pages, ISBN : 979-10-231-0661-9

Texte intégral

  • 1 Ahmad Zakî, L’Univers à Paris. Un lettré égyptien à l’Exposition universelle de 1900, Mercedes Vol (...)

1Depuis quelques années, le travail remarquable d’un certain nombre de chercheurs et traducteurs a permis au public francophone de découvrir les textes de quelques figures éminentes de voyageurs égyptiens en Europe. Nombre d’entre eux appartiennent en effet à la tradition de la rihla, mot qui désigne en arabe à la fois l’expérience du voyage et celle de son écriture. Ce genre majeur dans le patrimoine littéraire arabe a notamment été illustré par de grands intellectuels égyptiens, tels qu’Ahmad Zakî. Nous devons la riche découverte de ses textes à Randa Sabry, professeur de littérature française à l’Université du Caire, qui a proposé en 2015 la première traduction de l’un de ses récits de voyage. Publié aux éditions Norma sous la direction de Mercedes Volait, L’Univers à Paris1 est le récit du troisième séjour d’Ahmad Zakî en Europe, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900. Randa Sabry vient de faire paraître, dans la collection « Imago Mundi » de Sorbonne Université Presses, la traduction inédite d’un deuxième ouvrage de l’auteur égyptien, intitulé Le Départ pour le Congrès. Lettres d’Europe (1892-1893). Cette traduction, soucieuse de rendre le texte accessible et lisible à un lectorat francophone, mais très respectueuse des effets de sens et de style voulus par son auteur, est précédée d’une riche introduction et d’une riche annotation, très utiles pour contextualiser le propos, identifier certaines références et en saisir les subtilités. Randa Sabry parvient ainsi à ouvrir son lectorat francophone à de nouveaux horizons : le regard d’Ahmad Zakî est révélateur de l’Égypte de 1890, mais témoigne également d’une réalité propre à l’Europe de la fin du xixe siècle.

  • 2 Randa Sabry, Introduction « Ahmad Zakî, étonnant voyageur (1867-1934) », dans Ahmad Zakî, Le Dépar (...)
  • 3 Ibid.

2Originaire d’Alexandrie, Ahmad Zakî (1867-1934) est issu d’un milieu aisé, dont la culture est très éclectique et particulièrement ouverte aux cultures européennes. Polyglotte, il a occupé la fonction de traducteur dans plusieurs institutions égyptiennes et a également traduit et édité un certain nombre de textes classiques, arabes et français. Passionné par la philologie, il défend la modernisation de la langue arabe, notamment par le rejet des archaïsmes. Randa Sabry le décrit comme « un humaniste de la Nahda2 ». Ce mouvement d’inspiration laïque s’est illustré en Égypte, entre 1830 et 1930, par le « développement progressif d’une intelligentsia ouverte à l’Occident3 ». Les voyages en Europe se sont multipliés au cours de cette période et ont œuvré à la diffusion d’un savoir, et plus généralement d’un discours, sur l’Occident.

  • 4 Ahmad Zakî rêve de publier un ouvrage contenant la somme de ses différents voyages, mais ce projet (...)

3Dans Al-Safar ilâ l-Mu’tamar (titre original), Ahmad Zakî raconte un séjour de six mois (d’août 1892 à février 1893) à travers l’Italie, le Royaume-Uni, la France, le Portugal et l’Espagne. À partir des visites et rencontres qu’il fait en Europe, il rédige ses impressions dans des lettres qu’il envoie à des journaux du Caire. La correspondance est, selon lui, un moyen de « [se] sentir encore “parmi [ses] camarades” » (p. 37), de garder un lien continuel avec l’Égypte. Ses lettres sont éditées aux presses de Boulaq en 1893, puis en 1894. C’est sur cette dernière édition que s’appuie la traduction de Randa Sabry. Zakî regroupe ses feuillets selon une logique proche de celle du journal comme genre : les seize lettres sont systématiquement précédées d’indicateurs spatio-temporels. Ainsi le lecteur est-il invité à embarquer pour ce tour d’Europe, que le narrateur ne cesse de présenter comme un simple avant-goût de son Grand Tour4 à venir.

4Comme le titre l’indique, le séjour en Europe avait pour objectif initial le neuvième Congrès international des orientalistes à Londres, auquel Zakî devait participer en tant que délégué du gouvernement égyptien. Néanmoins, Zakî lui-même fait comprendre à son lecteur, non sans humour, que le Congrès est la dernière de ses préoccupations : sous le dôme du baptistère à Pise, surpris par la force de l’écho sonore produit par le dispositif, il s’exclame : « […] nous avons cru venu le jour du Jugement dernier et du grand tremblement de terre, dans une désagrégation soudaine des montagnes et une débâcle des cieux (plus de Congrès, aïe, aïe, plus de Congrès !...) » (p. 57). Loin de décrire un voyage de circonstance, les Lettres d’Europe sont en réalité un texte très personnel, dans lequel Zakî se met en scène comme un véritable personnage de son récit. Donnant la priorité absolue à « [ses] sensations et impressions », le lettré égyptien défend une poétique du voyage qui rappelle celle de Nerval, ou encore de Gautier : « […] la seule règle alors étant la fantaisie de l’auteur, son tempérament, ses goûts, son éducation » (p. 25). Les villes d’Europe sont décrites à travers le prisme de la subjectivité du voyageur-narrateur, livrant, par exemple, un récit très personnel de sa visite de la tour Eiffel, qu’il compare à un « chandelier géant » (p. 215). Zakî crée une relation d’intimité avec « [son] cher lecteur et perspicace compatriote » (p. 37), figure de narrataire à laquelle il s’adresse systématiquement. Cette proximité se justifie par une identité commune : tantôt celle de l’Égyptien, tantôt celle du musulman. Cette identité est un positionnement qu’il revendique ouvertement : « […] je regardais les choses de mes yeux d’Égyptien, ému par ce qui émeut les Égyptiens » (p. 26). Pourtant, la posture d’Ahmad Zakî échappe à un binarisme réducteur et souvent synonyme de manichéisme. Érudit et curieux, cet humaniste porte un regard ouvert et tolérant sur l’Europe qu’il découvre. Il note attentivement tout ce qu’il voit, entend et ressent sans systématiquement se rapporter à sa propre culture. Il est ébloui par Paris qu’il voit comme « le foyer des sciences et de la connaissance à notre époque » (p. 79), il est fasciné par le « gigantisme de Londres » (p. 104), il admire, à Rome, le sentiment patriotique qui unit les Italiens, et enfin, il salue l’affabilité et la loyauté des Espagnols. S’il reconnaît que l’Europe a une longueur d’avance dans la course mondiale vers la modernité, c’est surtout dans une perspective patriotique : pour trouver sa place dans le concert des nations, l’Égypte doit s’inspirer de l’Europe en se recentrant sur elle-même et ses propres intérêts. Ainsi les Égyptiens sont-ils invités à cultiver la mémoire des grands hommes de leur histoire en érigeant des statues (comme en Italie) ou encore à valoriser leur artisanat et leurs métiers manuels (comme les Britanniques) : « Espérons que nos compatriotes, mus par le patriotisme et la ferveur nationale, auront à cœur de rivaliser avec les nations européennes sur le terrain du succès et de la prospérité » (p. 46). De fait, son voyage répond selon lui à « la noble mission qui [lui] a été confiée » (p. 30). Il doit certes représenter l’Égypte au Congrès, aux côtés des nations européennes. Néanmoins, c’est surtout le lien très étroit qu’il tisse entre entreprise scientifique et action patriotique qui est au cœur de sa démarche : celui qui voyage diffuse le savoir et œuvre ainsi au développement de son pays. Cet élan vers la modernité se donne notamment à voir dans sa revendication d’une prise de liberté à l’égard des conventions archaïques de la langue, ou encore à l’égard des tabous moraux et religieux qui pèsent sur la femme.

5Le discours d’Ahmad Zakî dans ses Lettres d’Europe est ingénieusement métatextuel : sa relation de voyage célèbre les vertus du voyage et de son écriture et semble profondément convaincue de leur impact sur le monde. En témoigne le hadith choisi en exergue : « Voyagez, vous y trouverez vigueur et profit. » Son texte est porté par l’ambition humaniste de transmettre à ses contemporains une connaissance du monde, et une ouverture au monde. Mais il a également vocation à inciter ses compatriotes à voyager, et à agir ainsi dans l’intérêt commun : tous devraient se rendre en Europe et rapporter leurs observations et impressions

afin que se constitue dans [la] langue [arabe] une collection de relations de voyage qui renseignent le lecteur sur les conditions de vie de ces contrées qui sont actuellement la source du progrès et le centre du savoir (p. 283).

6Ce qu’entend initier Ahmad Zakî, c’est une tradition, sur le modèle inverse de la tradition européenne du voyage en Orient. La confrontation entre une tradition européenne existante et dominante et une tradition égyptienne en construction apparaît dans un passage de la douzième lettre, où le voyageur est agacé par le discours d’un Anglais. Alors que Zakî s’apprête à partir à la découverte du pays de Galles, cet Anglais tente de le décourager, considérant l’entreprise trop « ardue » pour quelqu’un qui ne maîtrise pas la langue. Le narrateur rapporte la conversation au style direct :

– Et pourtant vous venez bien dans nos pays et en écrivez sans rien connaître à notre langue ni à nos mœurs !?
– Mais nous, nous avons recours aux récits de nos prédécesseurs qui vous ont fréquentés et ont séjourné parmi vous, sans compter que notre langue s’est répandue dans vos pays et que nous pouvons employer une multitude de drogmans pour comprendre et être compris.
– Hé bien, rien n’empêche que je ne sois pour mes compatriotes comme ces pionniers que vous mentionnez et que je m’aide d’un drogman de ces contrées qui me traduira en anglais ce que je ne pourrais saisir dans leur langue (p. 146).

  • 5 Ibid., p. 12.

7Cultivant sa posture de « pionnier », Zakî semble revendiquer l’existence d’un contre-regard que Randa Sabry nomme « discours occidentaliste5 ».

  • 6 Voir Lionel Gauthier, « L’Occident peut-il être exotique ? De la possibilité d’un exotisme inversé (...)
  • 7 Voir Edward W. Saïd, L’Orientalisme, L’Orient crée par l’Occident [1978], trad. fr. par Catherine  (...)

8La traduction du texte d’Ahmad Zakî est ainsi en elle-même un geste de décentrement : pour un lecteur francophone, la lecture d’un auteur égyptien est découverte d’une autre culture, d’une autre tradition et d’un autre discours. Les Lettres d’Europe sont une somme littéraire et ethnographique majeure qui nous fait découvrir un art de voyager différent et ouvre la voie à un « exotisme inversé6 ». La lecture des textes d’Ahmad Zakî nous pousse à dépasser l’unilatéralité de l’orientalisme occidental7 et à penser les échanges entre l’Égypte et l’Europe dans une relation de réciprocité. Le travail de Randa Sabry constitue ainsi un apport majeur pour les études culturelles.

Haut de page

Notes

1 Ahmad Zakî, L’Univers à Paris. Un lettré égyptien à l’Exposition universelle de 1900, Mercedes Volait (éd.), Randa Sabry (trad.), Paris, Éditions Norma, 2015. On peut consulter les comptes rendus de Sarga Moussa (dans Viatica [En ligne], n° 3 [En ligne] URL : https://revues-msh.uca.fr : 443/viatica/index.php? id=581) et de Christine Peltre pour la Société des études romantiques et dix-neuviémistes [En ligne] URL : http://serd.hypotheses.org/files/2018/04/CRZAKI.pdf [consultés le 16/09/22]).

2 Randa Sabry, Introduction « Ahmad Zakî, étonnant voyageur (1867-1934) », dans Ahmad Zakî, Le Départ pour le Congrès. Lettres d’Europe (1892-1893), op. cit., p. 11.

3 Ibid.

4 Ahmad Zakî rêve de publier un ouvrage contenant la somme de ses différents voyages, mais ce projet ne verra jamais le jour (ibid., p. 27).

5 Ibid., p. 12.

6 Voir Lionel Gauthier, « L’Occident peut-il être exotique ? De la possibilité d’un exotisme inversé », Le Globe, n° 148, 2008, p. 47-64 [En ligne] DOI : https://doi.org/10.3406/globe.2008.1539.

7 Voir Edward W. Saïd, L’Orientalisme, L’Orient crée par l’Occident [1978], trad. fr. par Catherine Malamoud, Claude Wauthier et Sylvestre Meininger, Paris, Éditions du Seuil, « Points histoires », 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Betty Zeghdani, « Ahmad Zakî, Le Départ pour le Congrès. Lettres d’Europe (1892-1893), introduction, traduction et notes de Randa Sabry, préface de Robert Solé »Viatica [En ligne], 10 | 2023, mis en ligne le 05 février 2023, consulté le 23 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/viatica/2592 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatica.2592

Haut de page

Auteur

Betty Zeghdani

Université Paul Valéry, Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search