Navigazione – Mappa del sito

HomeNuméros3« Souvenirs » de Vukovar : Touris...

Abstract

Cette contribution vise à explorer la mise en tourisme de certains lieux de mémoire dans l’espace post-yougoslave, plus précisément à Vukovar, une localité située en Slavonie à l’est de la Croatie, qui acquiert après la guerre un statut de ville martyre.

Torna su

Termini di indicizzazione

Mots-clés :

Balkans, guerre, Vukovar, tourisme
Torna su

Testo integrale

1Cette contribution vise à explorer la mise en tourisme de certains lieux de mémoire dans l’espace post-yougoslave, plus précisément à Vukovar, une localité située en Slavonie à l’est de la Croatie, qui acquiert après la guerre un statut de ville martyre. Le processus de patrimonialisation qui accompagne ces sites sera mis en lumière afin de déterminer l’influence du conflit des années quatre-vingt-dix, ainsi que celle du contexte général d’après-guerre, dans la production, la dissolution et la refonte des identités sur place. Une attention particulière sera portée à deux sites emblématiques du siège qui a traumatisé la ville. Premièrement, le centre mémorial d’Ovcara, construit suite à l’exécution d’environ deux cent personnes dans les alentours de la ville. Deuxièmement, l’hôpital de Vukovar – symbole de la résistance croate durant le siège – qui a repris sa fonction antérieure, mais dont une partie du sous-sol a été transformée en espace mémoriel et muséal. De plus, le rôle de certains « entrepreneurs mémoriaux » sera questionné et une analyse des dynamiques et des enjeux qui sous-tendent leurs démarches et leurs discours sera proposée. Certaines régions des Balkans, à l’image de la Slavonie, connaissent maintenant une effervescence dans la construction de mémoriaux et de musées mettant en scène l’histoire de ces conflits. Il sera ainsi postulé que l’usage du patrimoine mis en jeu dans ces pratiques mémorielles, que ce soit à travers l’activité touristique ou la constitution de mémoriaux, est un aspect essentiel dans la construction des identités post-yougoslaves. Ceci m’amènera finalement à mettre en lumière un champ de recherche encore peu défriché mettant en lien les notions de guerre, de mémoire et de tourisme, et ainsi de questionner les concepts de « dark tourism » (Lennon & Foley, 2000 ; Stone, 2006 ; Sharpley, 2003), de « thanatourisme » (Seaton, 1996 ; Dunkley, 2007) et finalement de « tourisme de mémoire » (Urbain, 2003).

Le siège de Vukovar

  • 1 Jugoslavenska Narodna Armija, « l’armée du peuple yougoslave » en français.
  • 2 Operacija Bljesak en Croate.
  • 3 Operacija Oluja en Croate.
  • 4 United Nations Transitional Authority for Eastern Slavonia.

2Un conflit armé éclate en 1991 opposant les forces croates à la JNA1 et une partie des forces serbes, auto-proclamée « armée de libération ». La Croatie déclare son indépendance le 25 juin 1991 et l’armée fédérale yougoslave lance les hostilités dès le mois d’août de la même année, en bombardant et en envahissant certaines parties de la Croatie. La ville de Vukovar tombe aux mains de l’armée de « libération », entre le 18 et le 20 novembre 1991, après un siège de trois mois. Quelques années plus tard, en 1995, la Croatie reprend le contrôle d’une grande partie de son territoire grâce à deux offensives – « l’opération éclair »2 et « l’opération tempête »3 – qui s’inscrivent dans ce qui est qualifiée en Croatie de « guerre d’indépendance croate ». Après sa chute, Vukovar passera sous administration serbe et sera nommée capitale de la nouvelle République Serbe de Krajina orientale de 1991 à 1995. Suite aux opérations « éclair » et « tempête », la ville sera ensuite sous protection des forces de l’ONU, plus précisément de l’UNTAES4, jusqu’à sa réintégration à l’Etat croate en 1998. Durant les années quatre-vingt-dix, la Slavonie connaîtra beaucoup de changements démographiques avec d’une part le départ de bon nombre de Croates, puis celui des nombreux Serbes après la réintégration de la région à la Croatie. Comme le note Britt Baillie (2009, p. 20) : « […] many local Serbs feel forced to choose between humiliating assimilation, social isolation or exile. » La ville de Vukovar a été totalement détruite durant les trois mois d’un siège qui est désormais un symbole de la résistance croate et Baillie ajoute (2008, p. 486), concernant le processus de reconstruction, que : « Vukovar‘s war-damaged heritage has undergone three distinct stages of reconstruction. Each stage was shaped to reflect a narrative of the past which encapsulated the political needs of the authorities who held power : first the RSK authorities, then UNTAES and finally the Croatian government. Each of these groups valued different heritage ».

3L’hôpital de Vukovar continue de fonctionner durant toute la durée du siège sous la direction du docteur Vesna Bosanac, nommée directrice le 24 juillet, soit quelques semaines avant le début du siège. Les premiers obus tombent dès les mois d’août sur l’hôpital et le bâtiment devient ensuite la cible quotidienne des bombardements de l’armée fédéro-serbe. A la fin du siège, des centaines de personnes se réfugient dans l’hôpital dans l’espoir d’une évacuation contrôlée par la communauté internationale, une action normalement convenue à Zagreb entre le gouvernement Croate et la JNA. Le 18 novembre, la ville tombe finalement et les soldats de l’armée serbo-fédérale pénètrent dans l’hôpital le jour suivant. Plus de deux-cents personnes réfugiées dans l’hôpital sont ensuite conduites en autobus jusque dans un bâtiment situé à la ferme d’Ovcara, à moins de dix kilomètres au sud-est de la ville. Les détenus sont battus pendant plusieurs heures et la plupart sont ensuite emmenés par camion dans un champ situé sur la route d’Ovcara à Grabovo, où ils sont abattus et enterrés dans un charnier situé au même endroit.

Deux « ennemis » sous le même toit

  • 5 Il est clair que la guerre de Croatie a fortement stimulé ce processus de retranchement identitaire (...)

4Après une occupation serbe de plusieurs années et la reprise du contrôle de la région par les Croates, il semble que les identités tendent à se cristalliser exclusivement en fonction de la nationalité5, à l’image des drapeaux croates qui ornent un bon nombre de maisons à Vukovar. Baillie et Kardov s’accordent pour présenter cette ville, réputée pour les nombreuses nationalités qu’elle hébergeait avant la guerre, comme spatialement hétérogène, mais socialement polarisée :

“Vukovar is a spatially mixed but socially polarized environment. Croats and Serbs live nose to nose in the same apartments building, but in two different Vukovars. Here ethnicity is marked out and policed by the flying of flags, the holding of commemorations, the marking of ethno-nationalist expressions in the urban landscape (such as graffitis), and the presence of symbolic buildings” (Baillie, 2011, p. 90).

5Kardov ajoute que la chute de la ville a mené à la division des citoyens selon des démarcations ethniques : “From that day on they lived under different educational, political, and economic systems, and their experience of war had also little in common” (2007, p. 65). Charles Tauber est directeur de la mission pour le Sud-est de l’Europe de l‘ONG : “Coalition For Work With Psychotrauma and Peace” (CWWPP). Ressortissant des Pays-Bas, il vit à Vukovar depuis 1995 et présente sa vision de la division du point de vue d’un étranger :

  • 6 Entretien réalisé en anglais à Vukovar – août 2011.

“Everything is divided here. […] Pubs, cafes all the rest of that stuff… Schools, restaurants… Everything is divided here. And people know it. And by the way, as a foreigner, they let you know – because of the words they use and the accent they use – who they are. And it is funny some time how they do it. With one word or with two words. They will let you know if they are Serbs or Croats6“.

6Un nouveau recensement a été effectué en 2011 et si les détails concernant la répartition démographique selon les nationalités ne sont pas encore révélés, il est possible d’avancer que la population en 2011 était de 28’033 habitants7, contre 31’670 en 20018 et 44’639 en 19919. Au début des années quatre-vingt-dix, la population était répartie de manière relativement équilibrée : 47,2 % d’individus se désignant comme croate et 32,3 % comme serbe10. Si de nombreux Serbes ont quitté la ville après la réintégration de la Croatie, la minorité serbe est encore bien présente. A l’heure actuelle, Robert Rapan, du parti « HSP dr. Ante Starcevic11 », député au parlement de Vukovar et membre de la commission sur le recensement de 2011, affirme même que les Croates seraient actuellement minoritaires à Vukovar comparé au total des membres des autres groupes : “As a member of the commission I had the chance to see the list. In particular the list of national minorities. It turned out that there were approximately 14’000 members of national minorities… 14’000 people. […] That means that the minorities are in fact the majority12“. Il est important de rappeler que ces recensements ne se limitent pas à leur dimension symbolique, le statut de minorité en Croatie étant soumis à une loi sur les minorités impliquant différents processus de discrimination positive. De manière générale, selon un rapport publié en 2007 par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEP), la proportion de Serbes dans l’ensemble de la population croate serait passée de 12 % à 4 % en dix ans. Il semble donc – si l’on se fie aux statistiques de Vukovar et au membre de la commission sur le recrutement cité plus haut – que la baisse de la population serbe à Vukovar serait bien moindre que la tendance général sur l’ensemble de la Croatie.

7Les habitants qui ont rejoint les forces croates pour défendre la ville, ainsi que certains venus de différentes parties du pays en soutien, sont nommés Branitelji (défenseurs). Ils jouissent désormais d’un statut social valorisé, surtout en comparaison avec la communauté serbe restée sur place, encore considérée par beaucoup comme l’ennemi. Baillie (2008, p. 218) démontre que la relative équité entre les communautés qui prévalait avant la guerre est révolue :

“To meet the needs of the branitelji a plethora of new monuments celebrating the Homeland War were erected across Croatia by municipalities, veterans groups, etc. […] This converted Croatia from a Republic defined by a certain level of ethnic equity into a putative nation-state with significant residual Serb minority—now at the mercy of the Croats, a previously aggrieved ethnic group“.

8Dans la sphère politique, les dirigeants serbes et croates ont entamé un processus d’excuses réciproques en 2010. Boris Tadic est le premier président serbe à s’être rendu à Vukovar depuis la guerre de 1991. Il a déposé une gerbe de fleurs sur le lieu du massacre d’Ovcara en compagnie du président croate Ivo Josipovic. Cette visite, qualifiée par beaucoup d’historique, est bien sûr un pas dans la normalisation des relations serbo-croates. Toujours est-il que de nombreuses voix se sont élevées dans les deux camps pour critiquer ce geste. Certains représentants des familles des victimes ont même tourné leur dos au président serbe durant la cérémonie en signe de protestation. Un mois avant la visite du président serbe, le président croate a lui-même participé à l’inauguration d’un monument dédié à neuf Serbes tués à la fin du mois de septembre 1995 dans un village près de Knin, ancienne capitale auto-proclamée de la république serbe de Krajina. Il semble donc que dans les plus hautes sphères gouvernementales un processus de réconciliation soit en marche, un mouvement loin d’être partagé au niveau des dirigeants locaux et de la population.

Des armes aux conflits de mémoire

  • 13 Propos recueillis informellement à Vukovar en août 2010.
  • 14 Condamné en 2011 à 24 ans de prison par le Tribunal pénal international pour crimes de guerre et cr (...)

9A Vukovar aujourd’hui, une guerre des mémoires semble avoir remplacé celle des armes. Les mémoriaux et les symboles entretiennent des tensions dans une région qui comporterait le plus de monuments liés à la guerre d’indépendance de tout le pays. Sur la route principale, à l’entrée de la ville, un château d’eau de cinquante mètres de haut, criblé d’impacts de balles, est laissé en ruine. Il symbolise maintenant la résistance des Croates et un Branitelji explique qu’à l’époque du conflit, le château d’eau était systématiquement pris pour cible par les assaillants : « Serbs would always try to shell this water tower to knock down the Croatian flag, but every time a Branitelji would climb up to place a new one13. » Cet objet de mémoire est décrit sur le site de l’office du tourisme comme un symbole de victoire et d’une vie nouvelle : « The Water tower will not be renewed in its original function, but it will become the Memorial area which will be a reminder of pain and suffering that Vukovar endured14. » Le château d’eau est maintenant un mémorial orné d’une plaque commémorative et certains projets mis à l’agenda, comme celui de la construction d’un restaurant en son sein, n’ont à l’heure actuelle pas encore vu le jour. Le symbole du château d’eau est aussi fréquemment utilisé, que ce soit pour orner les bus publics, le logo de la municipalité ou encore pour illustrer différents supports touristiques.

  • 15 Entretien réalisé en anglais en août 2010.

10On trouve aussi de nombreux imposants panneaux représentant des protagonistes de l’armée croate – comme le Général Ante Govina15– dans les alentours de la ville, arborant des slogans tels que : « Héros plutôt que criminels » (document 1). Deschaumes (2005, p. 127), prenant l’exemple du cimetière des défenseurs croates, parle d’une instrumentalisation vertigineuse des victimes du siège, qui organiserait le sens de la mémoire :

A Vukovar, l’organisation de la mémoire commune par l’Etat et la municipalité nationaliste croate passe par une instrumentalisation vertigineuse des victimes du siège de la ville et de son anéantissement. Tandis que la ville est entretenue en son état de ruines, au mépris des enfants qui y jouent, le cimetière de la guerre, édifié sur un terrain appartenant à l’armée croate, offre l’exemple vertigineux de la segmentation de la mémoire collective. Les victimes y sont classées par catégories, militaires, habitants « normaux », etc. Le cimetière est si bien ordonnancé que son contraste avec les ruines de la ville est quasi intenable.

Document 1 : Panneau à la gloire « des défenseurs » dans les alentours de Vukovar

Document 1 : Panneau à la gloire « des défenseurs » dans les alentours de Vukovar

© P. Naef.

  • 16 ′Staking Claim: Monuments and the Making (and Breaking?) of a Border Matrix in Vukovar’. Urban conf (...)

11Zoran Šesto, guide touristique et fondateur de l’agence Danubium Tours, prend en exemple, la cérémonie commémorative du 18 novembre, où des milliers de personnes marchent de l’hôpital jusqu’au cimetière des défenseurs, en faisant remarquer qu’aucun Serbe n’y participe : “There are only Croatians. Serbs don’t do any ceremonials. They stay at their homes and keep quiet. But in their eyes you can recognize guilt. 20 years after the war they didn’t say anything… Except : « it was war »”. Cette remarque illustre la difficulté qu’ont les Serbes à commémorer leur conflit, et indirectement leurs victimes. Baillie16 présente le cas de Borovo, un village voisin de Vukovar, où un monument pour les victimes serbes de 1991 à 1996 reste vierge de toutes indications de noms jusqu’en 2011 : “The local Serbs do not dare to list the names in fear of reprisal attacks by Croats. It is still not possible to have a similar monument within the city itself. Serb ’victims’ are unrecognized in Vukovar like Serb residents are for the most part unwanted“. La notion même de « victime » est souvent présentée comme inappropriée pour qualifier les morts du côté serbe, à l’image de cette affirmation de Zdrako Komšic, directeur du centre mémoriel d’Ovcara, lui-même un Braniteji : « There is a graveyard called the ‘Serbian graveyard’ for those who were killed. But for the defenders… For those who opposed… fought against them. There are ‘occupators’ and tchetniks. »

Ville martyre, ville symbole

  • 17 Entretien réalisé à Zagreb à l’aide d’un traducteur croate-anglais. Juillet 2011.
  • 18 wartime music en anglais dans le texte

12Vukovar a certainement acquis un statut de ville martyre, et de symbole de la guerre d’indépendance, comme l’affirme Ferdinand Meder, le directeur de l’Institut de Conservation croate : « Vukovar and all the villages around became special places for all the Croatian citizens. We were all following the news, every inch of destruction were followed with a lot of emotion. Even small villages that nobody knew before the war became then symbols of this war"17. Baker (2009, p. 40) souligne que la Slavonie a inspiré le plus grand répertoire de « musique de guerre18 » et que les médias croates ont rapidement fait de Dubrovnik et de Vukovar des sites clefs de la résistance et des symboles des victimes de la guerre : Vukovar made it the focus of ongoing symbolic work after the end of the war. A linear process of suffering, displacement, nostalgia, sadness and return was enshrined in political discourse, the mass media, school textbooks and Brodfest songs about Vukovar. Si Dubrovnik représente aussi un symbole fort de ce conflit, notamment en raison de sa renommée internationale et de son statut de site protégé par l’UNESCO, c’est surtout l’ampleur de la destruction et de la violence qui ont frappé Vukovar et de nombreuses localités de Slavonie, qui fait actuellement de Vukovar une ville symbole. Kardov (2007, p. 67) démontre la manière dont cette ville est passée d’un état « d’urgence » à celui de « lieu de mémoire » (Pierre Nora). Il ajoute qu’avant la réintégration de la ville, la Croatie ne pouvait être un Etat souverain sans l’intégralité de son territoire : […]The return of Vukovar, Croatia’s new mythical place, symbolized fulfillment of the Croatian ‘centennial dream’ and indicated the stabilization of Croatian identity. Après la réintégration de Vukovar, beaucoup de Croates ont visité la ville – certains avancent la notion de pèlerinage – afin de découvrir, voire de rendre hommage à ce lieu symbolique. Dans ce sens, Kardov (2007, p. 67) avance que pour certains, la ville se doit d’être présentée comme une pierre fondatrice de l’Etat croate :

Vukovar became a place where the people of Croatia could go and bring back to memory the experience of the war, where younger generations could not just understand the experience of war, but also feel, the suffering of the Croatian people, and where in the words of the director of the Croatian Tourist Organization, tourists should be told the story of the rise of the Croatian state.

13On le voit avec cette dernière citation, le statut symbolique de Vukovar est certainement dirigé à l’interne, suivant un processus de construction identitaire, mais aussi à l’externe, par le tourisme. A la différence de Dubrovnik, la ville de Vukovar n’a jamais été un haut-lieu touristique, du moins pas pour un public international, mais il semble que son statut iconique attire de plus en plus de visiteurs, de Croatie, mais aussi de l’extérieur. Baillie (2008, p. 18), se souvenant de son expérience de guide touristique mentionne même la connotation magique de la ville aux yeux de certains touristes : Some of the foreign tourists on Danube cruises, whom I guided around the city, were not even sure which country they were in, much less what city. For others, the word Vukovar has almost a magical connotation of sacrifice, martyrdom, suffering and heroism. Ceci m’amène maintenant à porter mon regard sur l’émergence du tourisme à Vukovar et en Slavonie. Dans un contexte post-conflit comme celui-ci, où les mémoriaux et autres sites en lien avec la guerre constituent des sites majeurs pour les visiteurs, le tourisme sera envisagé comme une pratique de mémoire et les acteurs impliqués comme des entrepreneurs mémoriels.

Mémoire et tourisme à Vukovar

  • 19 Croatia, Lonely Planet, 2009, p. 106.
  • 20 Highlights en anglais dans le guide.

14« Vukovar is healing its war wounds but rising out of the ashes and calling visitors to its war memorials.19 » Cet extrait, tiré du chapitre sur la Slavonie du Lonely Planet, est représentatif de l’importance des mémoriaux dans le panorama touristique de Vukovar. La visite des mémoriaux fait partie des « attractions majeures20 » proposées par le guide de voyage pour la Slavonie, au même titre que les caves à vin d’Ilok ou l’observation des oiseaux dans le parc de Kopoacki. La ville de Vukovar est considérée par le guide comme un lieu idéal pour ceux qui veulent une expérience « hors du commun ». Au vue de la place majeure des mémoriaux dans l’offre touristique de la région, la question est de savoir si le tourisme envisagé comme une pratique mémorielle participe au processus de refonte des identités sur place. Le fossé identitaire semble se creuser au travers de la présentation des mémoriaux commémorant la guerre d’indépendance croate, mettant en évidence les notions de résistance et de souffrance, ainsi que le statut de victime des Croates, en opposition avec celui d’agresseur des Serbes. Avant de se pencher plus précisément sur le rôle de ces entrepreneurs mémoriels, – associations de victimes, anciens combattants, nouveaux acteurs touristiques, etc. – il convient de s’attarder brièvement sur la situation du tourisme dans la région. Rivera (2005, p. 11) a mené une étude sur le tourisme dans l’ensemble du territoire croate er remarque que les signes de la guerre sont localisés, principalement dans la partie orientale du pays et dans les régions frontières, mettant en avant qu’à l’exception de Dubrovnik, la plupart des sites touristiques ont été épargnée par le conflit : […] « its stigma is not highly visible. In most tourist areas, there is no imprint of war, damage, or instability of any sort ; unless one knows about the history of Croatia, the casual tourist would never know there was ever war in the region, let alone 10 years ago. » Si cette remarque est tout à fait pertinente pour le cas de Dubrovnik, qui a été totalement reconstruite, Vukovar semble représenter un cas atypique, l’intensité des ravages étant encore bien visibles et les stigmates de la guerre passant par un processus de mise en mémoire et de mise en tourisme.

15Il est premièrement intéressant de noter que Vukovar a été lauréate de la « pomme d’or » en 2011 pour « la recherche sur le site archéologique de Vucedol et sa promotion en Croatie et à l’étranger ». Ce prix a été décerné à la ville, après Dubrovnik en 1992 et Split en 1996, par l’Association mondiale des journalistes et écrivains du tourisme (FIJET)21. Toute la documentation concernant la fréquentation touristique de Vukovar avant 1991 a disparu pendant la guerre. Le tableau 1 présente les arrivées des touristes à Vukovar depuis 2006. On remarque que si les touristes locaux, qui constituent encore une forte majorité en 2006, sont caractérisés par une baisse des effectifs tout au long des années, c’est une tendance plutôt inverse qui est observée pour les touristes étrangers, oscillant entre augmentation et stabilisation. Cela pourrait être mis en relation avec une éventuelle baisse d’intérêt des Croates pour leur patrimoine de guerre proportionnellement à la distance chronologique qui les sépare du conflit. Comme le démontre Baillie (2011, p. 40), les monuments produits suite au conflit représentent encore au début des années deux-mille, un motif de visite important pour les Croates : « In Vukovar, the new monuments attract Croats from across the country who come to learn about the siege, commemorate the dead, and feel a part of the place which has become so important in the national narrative. » D’un autre côté, inversement à une éventuelle baisse d’intérêt des touristes croates pour ce patrimoine du à l’éloignement du conflit, l’image internationale de la ville se renforcerait avec les années.

Document 2 : Arrivées des touristes à Vukovar

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Touristes locaux

7296

7297

6874

6197

4938

3647

Touristes étrangers

1855

2221

2174

1990

2552

2460

Touristes de nationalité serbe

n.r.b

244

287

164

26

157

TOTAL

9151

9518

9048

8187

7490

6107

Office du tourisme de Vukovar

16Si l’on observe les arrivées des touristes en fonction de leurs nationalités sur la même période, on constate que les touristes provenant de Serbie représentent un public quasiment insignifiant, avec un maximum de 287 arrivées en 2008 et un minimum de 26 en 2010. Ceci s’inscrit bien sûr dans le contexte post-conflit inhérent à la Croatie en général, où les potentiels touristes serbes évitent de se rendre dans le pays encore considéré par beaucoup comme « l’ennemi ». De plus, un système restrictif de visas pour les citoyens de Serbie encore en vigueur il y a peu est un autre facteur limitant pour d’éventuels voyages en Croatie. Il est plus difficile d’avoir des chiffres précis sur les effectifs des touristes qui se rendent dans les mémoriaux, leur recensement étant encore très aléatoire. L’office du tourisme de Vukovar est tout de même en mesure de présenter certains chiffres pour les années 2009, 2010 et 2011, des chiffres confirmés par les directeurs des différents sites interrogés. Selon ces statistiques, le centre mémorial d’Ovcara aurait accueilli environ 120’000 visiteurs en 2009, 100’000 en 2010 et 120’4000 en 2011, alors que l’hôpital aurait été visité par 35’715 personnes en 2009, 39’500 en 2010 et 63’180 en 2011.

17Danubium tours22, une agence mise sur pied par un jeune couple dès leur retour à Vukovar après la réintégration, a été l’une des premières structures touristiques à présenter la mémoire du conflit à travers un tour, intitulé le « Path of defenders of Vukovar ». Celui-ci a très vite rencontré un succès grandissant, la plupart des touristes contactant l’agence pour réserver spécifiquement ce tour qui les emmène sur les haut-lieux du conflit : l’hôpital, la route de Tripinjska23, ou encore le château d’eau. Le sujet est sensible, mais selon les instigateurs de ce que certains qualifient de « war tour », cette pratique aurait été bien acceptée localement. Le tour est introduit en ces termes sur le site de l’agence : « Heavy is the story of Vukovar. A town of heroes, a symbol of the Croatian freedom. The story of the triumph of human spirit certainly is a story that will live forever24. » De plus, Zoran Šesto décrit le logo de son agence (document 3) et l’on constate déjà l’omniprésence de la guerre et de la naissance de la nation croate dans cette image : The squares represent the Croatian flag, and the chopped edges the damages of the war. The blue represents the Danube River and the green the fields of Slavonia25.

Document 3 : Logo de l’agence Danubiumtours

Document 3 : Logo de l’agence Danubiumtours

Le centre mémorial d’Ovcara

  • 26 www.hdlskl.hr
  • 27 Soit plus de 250’000 Euros
  • 28 Entretien réalisé à Vukovar en 2011 avec l’aide d’un traducteur croate-anglais

18Le hangar de la ferme d’Ovcara a été transformé en centre mémorial en 2006, soit quinze ans après le massacre. C’est la branche de Vukovar de « l’association croate des prisonniers dans les camps de concentration serbes26 » qui a conduit le projet avec un soutien financier du gouvernement croate d’un montant de deux millions de couronnes27 . Zdravko Komšic, le président de l’association à Vukovar, architecte du projet et actuel directeur du mémorial a lui-même passé du temps dans ce lieu, alors que c’était encore un camp de détention : After I have been captured, I spent nights at the prison of Ovcara which was a prison at that time. After that, we were taken to Srpska mitrovica a camp in Serbia. So there are certain emotional links… A personal relationship with the place28. A l’entrée du mémorial, une grande porte de bois est en permanence ouverte et la lumière n’est jamais allumée car tous les prisonniers ont été tués la nuit. Sur le sol, des munitions sont incrustées dans le béton. Sur le toit original, deux-cents étoiles sont représentées en hommage aux deux-cents victimes dont les corps ont été exhumés. Plus de soixante personnes sont encore considérées comme « disparues » et une hotline est en service pour toute information les concernant. Dans le hangar de multiples objets personnels des victimes sont exposées sous verre et sur de la paille. L’entrée est gratuite et les services d’un guide – la seule personne rémunérée du centre mémorial – est disponible pour les visiteurs. D’avantage que les subventions initialement reçues de la capitale, ce sont essentiellement les dons et les recettes de la boutique qui font vivre la structure. Aucunes photographies n’ont été produites durant le massacre et « l’association croate des prisonniers dans les camps de concentration serbes » a publié un livret intitulé « Scream in the night » (document 4) disponible au centre de mémoire où le récit du massacre est raconté par des dessins et des textes réalisés par les membres de l’association.

Document 4 : Extrait du livret « Scream in the night » représentant le massacre des Croates par les paramilitaires serbes dans la ferme d’Ovcara.

Document 4 : Extrait du livret « Scream in the night » représentant le massacre des Croates par les paramilitaires serbes dans la ferme d’Ovcara.

Association croate des prisonniers dans les camps de concentration serbes

19Avec environ 120 000 visiteurs annuels ce lieu se profile comme un site touristique majeur à Vukovar. Selon Zdravko Komšic, il existe un projet de mettre sur pied un « chemin de croix » qui relierait le cimetière des défenseurs au hangar d’Ovcara, le tout guidé par une signalétique de quatorze panneaux explicatifs. Les plans de la ville distribués par l’Office du tourisme de Vukovar sont d’autant plus représentatifs de la dimension touristique qui compose le centre de mémoire. La page de couverture présente les différents mémoriaux et le quatrième de couverture est l’illustration de l’emblème de « l’association croate des prisonniers dans les camps de concentration serbes ».

L’Hôpital de Vukovar

20Si Vukovar est considéré par beaucoup comme un symbole fort de la résistance croate, l’hôpital de la ville constitue incontestablement un symbole de la résistance au sein même de Vukovar. Cet hôpital a maintenant un double-statut : centre de soins et objet de mémoire. En effet, un espace muséale a été construit dans son sous-sol et les visiteurs intéressés par l’histoire du conflit côtoient les ambulances et les soignants. Ce centre hospitalier n’a jamais cessé de fonctionner, que ce soit pendant le siège, pendant l’occupation serbe et bien sûr après la réintégration. Il n’est pas concevable de décrire ce lieu sans mentionner sa directrice – en fonction pendant le siège et aussi à l’heure actuelle – Vesna Bosanac. Après la chute de Vukovar en 1991, le Dr Bosanac est incarcérée trois semaines dans la prison de Mitrovica avant d’être remise aux autorités croates. Elle revient en 1997, reprend ces fonctions et recompose une équipe médicale mixte. Elle sera elle-même accusée de crimes de guerre, surnommée « l’infirmière-vampire », pour avoir prétendument « volé » le sang de blessés serbes. Ces accusations seront vite abandonnées et elle est même nominée en 1992 pour le prix Nobel de la paix. C’est elle qui sera l’instigatrice du projet de musée dans les sous-sols de l’hôpital, un musée qui ouvre ses portes en 2005 :

  • 29 ntretien réalisé à Vukovar en août 2011 a l’aide d’un traducteur anglais-croate

“Soon after we returned to Vukovar, there were a lot of people visiting us. Who came to visit the hospital and there were curious to learn how we managed to function, to operate during the war. They also wanted to see the room where we operated and treated our patients. […] I brought my idea to the ministry of health and social affairs. And then the minister of health made a decision to form a commission which worked on the project of a museum29“.

21Le musée est aujourd’hui totalement privé et son budget est inclus dans le fonctionnement de l’hôpital. Différentes salles composent l’espace muséale, comportant des artefacts de l’époque et des mannequins représentant le personnel soignant et les blessés. Une salle est aussi spécialement dédiée au recueillement. Sur les murs d’un des couloirs des extraits du journal du Dr Bosanac sont exposés. Ce journal est l’une des seules sources historiques existantes en possession des Croates décrivant l’hôpital durant le siège. De nombreux documents ont été envoyés à Belgrade après la chute de la ville, mais lors de la dernière rencontre entre les dirigeants serbes et croates, certains d’entre eux auraient été restitués. Le logo du musée de l’hôpital représente une croix rouge marquée de trous, une référence à la croix sur le toit de l’hôpital, finalement convertie en cible par les assaillants. Vesna Bosanac insiste sur la dimension éducative de son musée en mentionnant les nombreuses classes qui le visitent :

  • 30 Idem

“Children from Vukovar schools come and visit the museums and among such groups there are a lot of Serbian children, or children with a Serbian background, […] Even today in our professional form all individuals are free to decide whether to put down their national background or not. Officially no Serb groups, I mean officially… In terms of political parties, political associations have never visited the museum. And I do not know whether some individuals of Serb background have ever visited the museum“30.

Tourisme post-conflit et « patrimoine aliénant »

  • 31 Entretien réalisé en août 2011 à Vukovar à l’aide d’un traducteur croate-anglais

22Dans une ville divisée telle que Vukovar où une dynamique touristique semble progressivement se mettre en place, le paysage touristique est en grande partie constitué par des objets de mémoires produits par la guerre d’indépendance croate. D’une certaine manière, c’est sur la base d’un « traumsacape » (Tumarkin, 1995), que se développe le « touristscape » de Vukovar, et de manière plus large de la Slavonie. Selon Baillie : « Today, monuments to the ‘Homeland War’ persist in presenting the binary of Croats as heroes and Serbs as the collectively guilty party. Few attempts have yet been made by the nation to commemorate the Serbs harmed by Croats during the war. » Quand on lui pose la question du potentiel d’un tel mémorial à favoriser un climat de réconciliation, le directeur du centre mémoriel d’Ovcara lui-même n’y croit pas : Honestly speaking I do not think it can. My opinion is that the only thing that can radically improve or influence the reconciliation process is again on Serb minority and the moment. When they will recognize and accept Croatia as their homeland without crossing fingers in their pocket31. La pratique touristique qui accompagne la production mémorielle à Vukovar est assimilée par certains à du tourisme « nationaliste », à l’image de Charles Tauber, qui met en relation ce phénomène avec le statut iconique de la ville :

  • 32 Entretien réalisé en anglais en août 2011 à Vukovar

” Unfortunatly there is also right now, and there has been as long as I have been here and that is since 95… A great deal of nationalism tourism. Vukovar has this whole iconic status, of the great place were the Croats suffered. I mean everybody suffered here. I was not only the Croats, it was the Serbs, and it was every other groups32“.

  • 33 Centre International d’études pour la Conservation et la Restauration des Biens

23La production mémorielle, à travers le tourisme ou les commémorations, semble en partie monopolisée par un groupe national. Ces dynamiques nationalistes peuvent conduire à la reproduction de représentations imposées pendent la guerre comme le remarque Herscher (1998, p. 4) à propos de Mostar : « If this rebuilding proceeds in the framework of a divided city, without the involvement of citizens of both sides of the city, then the old city [Mostar] can only convey the image that was imposed on it during the war. » Dans un recueil d’articles publiés par l’ICCROM33, Price (2005, p. 13) met en évidence le potentiel de division que peut induire la gestion culturelle dans un contexte post-conflit où une seule identité nationale est reconnue : « Morever, the official institutions responsible for culture may wish to avoid giving attention to a war-affected minority ethnic group if national policy recognize only a single national identity ». Il ajoute que le rôle des musées et des institutions culturelles devrait se baser sur la valorisation d’un patrimoine commun, en opposition aux « war museums commemorating the military victory and demonizing the enemy interest […] » (2005, p. 3). Ce phénomène de monopolisation mémorielle semble aussi fortement influencé par le statut iconique de la ville. Comme on l’a vu, Vukovar est devenu un symbole fort de souffrance, mais aussi de résistance, et finalement d’indépendance, pour l’ensemble du pays. Ce statut particulier a certainement favorisé l’apparition de nombreux lieux de mémoire en relation à la guerre d’indépendance, ainsi que l’émergence d’une forme de tourisme, que certains qualifient de « nationaliste », voir même de pèlerinage. On le voit dans les propos du président du parlement qui insiste sur l’importance pour tous les écoliers de visiter ce haut-lieu de mémoire, avançant même l’idée d’obligation et de devoir :

  • 34 Entretien réalisé en août 2011 à Vukovar à l’aide d’un traducteur croate-anglais

We also believe and support the idea of constructing one place. The home of “homeland war” where all 8 years students should come 2 or 3 days… a weekend… where it would be an obligation for students from all over Croatia. A place where they could learn about the war in Vukovar and the role of Vukovar itself which was crucial for the establishment of the Republic of Croatia.34

24Pour d’autres, à l’image de Robert Rapan, si la mémoire de guerre est incontournable dans le panorama touristique de Vukovar, il importe tout de même d’éviter que les autres ressources (vignobles, parcs archéologiques, parcs naturels, etc.) soient totalement obscurcies par l’exploitation de la mémoire de guerre et ce que certains sur place qualifient déjà de « war tourism » :

  • 35 Idem

I agree… Yes ! “War tourism” yes ! But not only “war tourism” because other activities related to tourism are important. […] We mentioned the cruises coming to Vukovar. All visitors come to Vukovar and spend a short time and go elsewhere and have meals somewhere else. So we have to upgrade all our other activities related with tourism to make the visitor stay in Vukovar for at least a day or two. And not to be forgotten, the Danube… All these activities have to be related with the Danube.35

25Le tourisme dans un contexte post-conflit est souvent observé à lumière de la réconciliation (Causevic, Lynch, Higgins, Salazar). Dans le cas de Vukovar, le monopole de la mémoire mise en tourisme semble entre les mains des croates. La communauté serbe restée sur place n’a quasiment pas de voix au chapitre et se trouve d’une certaine manière « dépossédée » de sa mémoire. De plus, dans une ville comme Vukovar, qui reconstruit son image et son industrie touristique, c’est clairement le patrimoine produit par la guerre de Croatie qui s’impose comme « l’attraction majeure ». Le symbole que représente Vukovar constitue la ville en lieu de mémoire mettant en avant la souffrance des croates. Dans ce sens, pourrait-on amener l’idée que les habitants serbes de Vukovar passent par un processus « d’aliénation » de leur patrimoine, signifiant par là une dépossession et une perte de maîtrise de ce patrimoine ? D’un autre côté, le tourisme lié à la guerre – vu par certains comme nationaliste – semble aussi obscurcir certaines possibilités de développer d’autres aspects de la région (tourisme archéologique, tourisme vinicole, tourisme nautique, etc.). De cette manière, cette « aliénation » liée à la production patrimoniale peut aussi être envisagée du côté croate, où toutes volontés de développement au-delà du cadre « war tourism » semblent compromises. Alneng (2002, p. 479), au sujet du Vietnam, amène l’idée de la mort du Vietnam comme un pays et de sa résurrection comme une guerre : « […] there is a new war in Vietnam – a war of ideological napalm and propaganda booby-traps. This new war is a meta-war. A metamorphosis – the death of Vietnam as a country and resurrection of Vietnam as a War. » Il ajoute que dans un pays dévasté économiquement, cette méta-guerre a fait du Vietnam l’un des pays les plus pauvres du monde en termes d’identité. Si Vukovar ne peut être représentée sans faire référence à la guerre qui l’a meurtrie, ne serait-elle pas aussi d’une certaine façon piégée dans un passé sombre comme l’avance Baillie au sujet des Balkans en général ? (2008, p. 164) : « The people of the Balkans within Europe, […], are viewed as people trapped in the past, forever reliving the religious conflict that dominated early modern Europe, unable to free themselves from the shackles of history and move into the late twentieth century. » Torodova dans son ouvrage « Imagining Balkans » déconstruit l’idée de « balkanisme », qui serait liée aux perceptions occidentales sur la région, en lien avec des notions telles que la sauvagerie, la guerre ou la violence. Finalement, en promouvant ainsi un tourisme limité à son passé guerrier, certains entrepreneurs mémoriels à Vukovar ne participent-ils pas aussi à cette réification des « Balkans » ?

La limite des typologies « macabres »

  • 36 Du grec « thanatos » (mort) et « opsis » (regard)

26Les liens entre tourisme et trauma, et plus spécifiquement entre guerre et tourisme ont été mis en lumière par de nombreux auteurs dans la littérature académique anglo-saxonne. Derek Hall (2006, p. 69) affirme que les sites associés à la guerre deviennent de plus en plus populaire. Valène Smith (2007, p. 205) va même jusqu’à introduire l’idée que : « memorabilia of warfare and allied products constitute the largest single category of tourist attractions in the world. » La mise en tourisme de tels sites est généralement problématisée à travers la notion de « dark tourism » (Lernnon, Foley, Stone, Sharpley), traduite en français par la désignation de « tourisme macabre ». Stone (2006, p. 151) propose des catégoriser ces sites – du clair au sombre – en fonction de différentes caractéristiques telles le loisir, l’éducation, l’authenticité ou la distance chronologique. Seaton (1996, pp. 241-2) avance l’idée que ce type de tourisme représenterait la dimension itinérante du « thanatopsis36 » , proposant le concept de « thanatourisme », une pratique qui remonterait selon lui au Moyen-âge. Il propose lui aussi une typologie basée sur cinq catégories : les visites de sites de « mort individuelle ou de masse » (ex : Auschwitz), les visites de sites « d’internement » ou de sites « mémoriaux » (ex : les catacombes ou les mémoriaux de guerre), les signes matériels ou les représentations symboliques (ex : le corps embaumé de Lénine ou des armes dans un musée) et finalement les reconstitutions (ex : les reconstitutions de guerres médiévales). Suivant la même idée, Duknley (2007, p. 1) présente elle sept catégories différentes de thanatourisme : le « tourisme d’horreur » (ex : les tours thématiques sur Jack l’éventreur), le « tourisme de chagrin » (ex : le cimetière d’Arlington), le « tourisme de souffrance » (ex : Alcatraz), Le « tourisme de tragédie » (ex : Hiroshima), le « tourisme de guerre » (ex : les musées de la guerre), le « tourisme de génocide » (ex : Aushwitz) et finalement, le « thanatourisme de l’extrême » (ex : les exécutions publiques).

27La première question qui se pose au vue de ces catégories est liée à la pertinence des critères qui les délimitent. Il semble qu’un site tel qu’Auschwitz pourrait par exemple se situer dans plusieurs catégories à la fois suivant les éléments mis en avant pour le définir. Auschwitz est un site à la fois de « souffrance », « de guerre », « d’internement », « de tragédie », « de génocide », « d’horreur » ou encore de « chagrin ». On voit ainsi mal qu’est-ce qui pousse ces auteurs à le placer dans une catégorie, plus qu’une autre. De plus, ces sites engagent des représentations différentes suivant l’expérience des visiteurs, et ces derniers ne peuvent être considérés comme un groupe homogène comme le démontre Biran et al. (2011, p. 6) :

Tourists are often regarded as a homogeneous group and as passive receptors that should be educated. Studies ignore the fact that tourists have different levels of knowledge and familiarity as well as diversity of views in relation to the display all of which may affect their preferences of on-site interpretation. While some tourists may be interested in interpretation that is educational, others may be seeking an emotional, spiritual, or sentimental experience.

28Biran et al., dans une étude sur le site d’Auschwitz, déconstruisent la notion de « dark tourism », mettant en évidence la dominance de l’approche théorique dans ce courant et surtout le manque d’études empiriques qui le caractérise. Ils remettent en cause cette vision homogène des touristes, démontrant qu’un survivant de l’Holocauste, voir un des membres de sa famille, n’auront pas la même expérience du lieu qu’un écolier en visite scolaire. Ceci peut être étayé par le cas de Vukovar où les représentations d’un site comme Ovcara diffèrent largement selon que l’on ait affaire à un survivant du siège, un visiteur local, un écolier ou un touriste étranger. Dans ce cas, comme pour Auschwitz, dans quelle catégorie situer le site mémoriel d’Ovcara ou l’hôpital de Vukovar ? Les théories du « dark tourism » tendent aussi à limiter les motifs des touristes qui visitent ces sites à la volonté de satisfaire une forme de curiosité morbide, conceptualisée par le terme allemand de shadenfreude (Lennon & Foley, 2000). De la même manière, la gestion de ces sites serait guidée par cette prétendue morbidité afin de satisfaire des besoins commerciaux. Au vue de ce qu’il a été exposé plus haut, il semble que les impératifs financiers ne représentent pas – ou du moins pas l’ensemble des motifs qui guident la gestion de ces sites. Sharpley (2009) admet que ces sites soient expérimentés différemment selon les visiteurs, bien que la fascination pour la mort représente tout de même selon lui le motif principal de visite. Il propose un continuum de motifs de visite allant de « volontaire » à « accidentelle ». S’inspirant des théories de Stone, il propose une matrice pour classer ces sites entre « sombre » et « clair », ainsi qu’entre « volontaire » et « accidentel ».

29Dans le panorama académique français, Jean-Didier Urbain met en relation les notions de tourisme et de mémoire, présentant la pratique de « tourisme de mémoire » comme un rapport au temps, et plus précisément comme un rapport à la conscience du temps (2003, p. 4). Selon lui, la visite d’un lieu de mémoire n’est pas une attraction comme les autres : « Il [le lieu de mémoire] n’existe pas en soi, mais par un regard spécifique, le regard de celui qui se souvient et le fait devenir et demeurer le réceptacle d’un passé toujours vivant dans les mentalités et les sensibilités collectives » (2003, p. 5). On le voit, le regard des visiteurs d’une part, mais aussi de ceux qui produisent ces lieux – à l’image des entrepreneurs mémoriaux présentés plus haut – est fondamental dans l’existence des ces lieux. De cette manière ces lieux de mémoire mis en tourisme produisent des expériences particulières qui ne peuvent être classées dans des typologies rigides telles que celles proposées ci-dessus. De plus, Urbain (2003, p. 5) met en avant un aspect de ce tourisme trop souvent éludé dans les travaux liés au « dark tourism », à savoir les mécanismes identitaires qui accompagnent ce type de tourisme : « A l’intérieur d’un territoire, il est un outil de consolidation d’une unité culturelle, d’une construction identitaire, d’une formation des peuples. A l’extérieur, pour le visiteur étranger à la culture d’accueil, il est un vecteur de diffusion d’une image, d’une identité culturelle. » Comme j’ai voulu le démontrer dans le cas de Vukovar, ces dynamiques, que se soit la construction identitaire ou la diffusion d’une image, semblent essentielles pour une bonne compréhension de ce phénomène, mettant en lien tourisme et mémoire dans l’espace post-yougoslave.

Conclusion

30On l’a vu, la volonté de satisfaire une curiosité morbide comme moteur du tourisme dans des sites liés à un trauma semble quelque peu réducteur, que ce soit du point de vue des consommateurs ou des producteurs. Dans ce sens, les théories du « dark tourim » ne rendent pas compte de la complexité des dynamiques qui guident la mise en tourisme de ces sites. En opposition à ce tourisme macabre, Urbain (2003, p. 6) voit le tourisme de mémoire comme un « tourisme ethique », fondé sur la notion de morale : « Le tourisme de mémoire est au temps ce que le tourisme écologique est à l’espace ; il est au passé ce que le tourisme humanitaire est au présent. » Il serait de plus, un travail – un travail de mémoire et indiretcement un travail de deuil – permettant d’attendre une certaine paix sociale. Toutefois, ceci ne doit pas obscurcir les risques de dérive et de manipulation inhérents à la notion même de morale (Urbain, 2003, p. 6). Comme on peut le voir au sujet de certains sites de Vukovar, les dynamiques nationalistes qui accompagnent leur mise en tourisme semblent constituer un frein important à la paix sociale.

Torna su

Bibliografia

Torna su

Note

1 Jugoslavenska Narodna Armija, « l’armée du peuple yougoslave » en français.

2 Operacija Bljesak en Croate.

3 Operacija Oluja en Croate.

4 United Nations Transitional Authority for Eastern Slavonia.

5 Il est clair que la guerre de Croatie a fortement stimulé ce processus de retranchement identitaire dans une ville connue avant le conflit pour son multiculturalisme. Les discours des acteurs sur place – issus des politiques, des médias ou de la société civile – sont les premiers révélateurs de ces dynamiques identitaires amenant un individu à se considérer exclusivement comme « serbe » ou comme « croate ». Toutefois ceci ne doit pas obscurcir la fluidité qui caractérise toute production identitaire. Charles Tauber, un psychologue présent à Vukovar depuis 1995, estime que dans le groupe de patients auquel il a affaire, environ 80% ont un parent de troisième degré ou moins, issu d’un groupe national différent. Il importe de prendre un certain recul et de reconnaître que ces catégories, « serbe » et « croate», sont aussi des constructions, produites à l’interne par les acteurs sur place, mais aussi depuis l’externe, à travers entre autres les travaux des chercheurs. .

6 Entretien réalisé en anglais à Vukovar – août 2011.

7 www.dzs.hr/Eng/censuses/census2011/htm/E11_Zup26_5185.html

8 www.dzs.hr/Eng/censuses/Census2001/Popis/E01_02_02/E01_02_02_zup16.html

9 www.icty.org/x/cases/mrksic/ind/en/mrk-ii951107e.pdf

10 Idem

11 Le parti croate des droits du Dr. Ante Starcevic est un parti de droite nationaliste croate ( http://www.hsp-ante-starcevic.hr

12 Entretien réalisé à Vukovar en août 2011 à l’aide d’un traducteur anglais-croate

13 Propos recueillis informellement à Vukovar en août 2010.

14 Condamné en 2011 à 24 ans de prison par le Tribunal pénal international pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, puis libéré en appel en 2012.

15 Entretien réalisé en anglais en août 2010.

16 ′Staking Claim: Monuments and the Making (and Breaking?) of a Border Matrix in Vukovar’. Urban conflict conference, 2011.

17 Entretien réalisé à Zagreb à l’aide d’un traducteur croate-anglais. Juillet 2011.

18 wartime music en anglais dans le texte

19 Croatia, Lonely Planet, 2009, p. 106.

20 Highlights en anglais dans le guide.

21 http://www.fijet.net/

22 www.danubiumtours.hr

23 Aussi Baptisée « le cimetière des tanks », une route réputée pour les nombreux tanks détruits par les défenseurs croates

24 http://www.danubiumtours.hr/en/articles/programs/paths-defenders-vukovar

25 Entretien réalisé en anglais à Vukovar en août 2011

26 www.hdlskl.hr

27 Soit plus de 250’000 Euros

28 Entretien réalisé à Vukovar en 2011 avec l’aide d’un traducteur croate-anglais

29 ntretien réalisé à Vukovar en août 2011 a l’aide d’un traducteur anglais-croate

30 Idem

31 Entretien réalisé en août 2011 à Vukovar à l’aide d’un traducteur croate-anglais

32 Entretien réalisé en anglais en août 2011 à Vukovar

33 Centre International d’études pour la Conservation et la Restauration des Biens

34 Entretien réalisé en août 2011 à Vukovar à l’aide d’un traducteur croate-anglais

35 Idem

36 Du grec « thanatos » (mort) et « opsis » (regard)

Torna su

Indice delle illustrazioni

Titolo Document 1 : Panneau à la gloire « des défenseurs » dans les alentours de Vukovar
Credits © P. Naef.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1010/img-1.jpg
File image/jpeg, 104k
Titolo Document 3 : Logo de l’agence Danubiumtours
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1010/img-2.jpg
File image/jpeg, 52k
Titolo Document 4 : Extrait du livret « Scream in the night » représentant le massacre des Croates par les paramilitaires serbes dans la ferme d’Ovcara.
Credits Association croate des prisonniers dans les camps de concentration serbes
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1010/img-3.jpg
File image/jpeg, 107k
Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica digitale

Patrick Naef, « « Souvenirs » de Vukovar : Tourisme et mémoire dans l’espace post-yougoslave », Via [Online], 3 | 2013, online dal 01 janvier 2013, consultato il 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1010 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.1010

Torna su

Autore

Patrick Naef

Patrick Naef est doctorant et assistant de recherche et d’enseignement dans le groupe d’écologie humaine de l’institut des Sciences de l’environnement (Université de Genève). Il travaille sur une thèse pour le département de géographie. Cette recherche vise à mettre en évidence les processus de patrimonialisation de sites marqués par un conflit armé récent dans les villes de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine) et Vukovar (Croatie)

Articoli dello stesso autore

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • OpenEdition Journals
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search