Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Femmes des Aït Bouguemez : des id...

Résumé

Depuis les récentes évolutions dans le statut de la femme au Maroc, la question genre est débattue de manière très marquée, que ce soit à l’échelle nationale ou locale. Dans le cas des zones de marginalité comme la vallée d’Ait Bouguemez, l’implication des femmes dans le développement local initié par l’état ou par des ONG à travers des ACF a démontré de grandes capacités d’autonomisation. Par cet état de fait, il y’a eu émergence de nouveaux groupes de femmes avec une vision moderniste et un nouveau regard sur le patrimoine locale qui confortent des représentations identitaires. Malgré les faibles revenus des femmes, les contraintes socioculturelles et l’alignement des ACF aux institutions, il ressort que tout de même ces ACF ont fortement contribué à la reformulation de nouvelles identités féminines en milieu rural.

Haut de page

Texte intégral

L’auteure remercie chaleureusement le Fonds National de la Recherche Scientifique Suisse pour avoir financé le projet de recherche (IZ70Z0_123903) dans le cadre duquel ce travail et sa thèse de doctorat ont été conduits.

1Depuis une dizaine d’années, la question du statut de la femme dans la société marocaine est devenue un objet de débat majeur. Des initiatives royales et gouvernementales et une réelle mobilisation associative ont contribué à ébranler la vision dominante en la matière. Cette vision était et reste encore très largement marquée par une conception traditionaliste qui veut que les femmes restent cantonnées dans l’univers domestique, largement absentes de la vie publique et marginales dans les activités économiques et politiques (Naciri, 2002). Toutefois, ces initiatives et cette mobilisation ont fait progresser l’idée que les femmes pourraient jouer un rôle croissant dans l’espace public, bénéficier d’une équité accrue et contribuer davantage au développement économique du pays (Ennaji, 2004). Elles ont pris notamment la forme de la promotion et du développement des associations et coopératives féminines (ACF) qui sont devenues des acteurs importants de la production de biens et de services à destination des touristes. Ces ACF ont pu être suscitées par une combinaison d’initiatives endogènes et exogènes, et conduire souvent aussi « à des modifications dans la transmission des savoirs tout en valorisant le capital économique, humain et social des femmes » (Louargant, 2005, p. 2). Introduire des changements dans l’organisation sociale et les relations entre les hommes et les femmes des localités correspondantes. Cet article voudrait montrer ce qu’il en est pour les changements introduits changements par ces AFC dans les relations entre les hommes et les femmes pour une région du Haut-Atlas central, la vallée des Ait Bouguemez.

2La littérature académique a bien montré, depuis quelques décennies déjà que le tourisme international dans les pays du Sud, avait des implications identitaires majeures. Les recherches conduites notamment par Michel Picard à Bali et quelques autres publications à partir des années 1980 ont ouvert la voie à l’idée que les études touristiques pouvaient gagner à interroger cette activité, non plus principalement du point de vue de la déstabilisation culturelle des sociétés d’accueil, mais plutôt de sa capacité à susciter une transformation et un renouvellement des identités collectives. Picard écrivait encore récemment que « l’analyse du tourisme culturel à Bali a permis de comprendre comment, loin de procéder de l’extérieur, la touristification d’une société la transforme de l’intérieur, en affectant l’idée qu’elle se fait d’elle-même. En effet, dès lors qu’une société se donne à consommer sur un marché, dès lors qu’elle cherche à se rendre désirable aux yeux de ses visiteurs, c’est la conscience que cette société a d’elle-même qui va s’en trouver modifiée, car l’échange touristique provoque un déplacement du lieu d’où ses membres en viennent à considérer leur identité, dans leur confrontation à l’altérité que figure pour eux la présence des touristes ». Il poursuit en soulignant que les populations locales ne sont pas les objets passifs du « regard touristique » (Urry, 1990) mais « des sujets actifs qui construisent des représentations de leur culture à l’intention des touristes — des représentations fondées à la fois sur leurs propres systèmes de références et sur leur interprétation du désir des touristes » (Picard, 2010). Cette réflexivité rendue possible ou amplifiée par le contact et l’échange touristiques peut conduire ainsi à la reformulation des modalités de l’auto-définition collective.

3Cette transformation induite par le tourisme peut affecter les sociétés locales dans leur ensemble, et conduire à de nouvelles représentations des pratiques culturelles et à l’émergence d’une nouvelle conception des patrimoines locaux. Ce constat a déjà été fait par des chercheurs marocains : « Cette connexion au système-monde de systèmes socio-économiques et culturels locaux débouche également sur des processus de patrimonialisation fortement marqués par cette mondialisation où le « local » est redécouvert ou reconstruit en écho à une demande étrangère » (Nakhli et Berriane, 2011, p. 120). Cette recomposition peut conduire aussi à des repositionnements de groupes spécifiques au sein de ces sociétés locales. Dès lors elle peut alimenter le souci de groupes marginalisés d’acquérir une reconnaissance accrue, au sens que Charles Taylor (1998) et Paul Ricoeur (2004) donnent, de résister à cette marginalisation, voire de promouvoir des identités de projet porteuses de conceptions alternatives de la société (Castells, 1999).
Dans ces conditions, les initiatives touristiques de certains constituent potentiellement un « capital » (Picard, 2010) que peuvent exploiter les individus et les groupes correspondants pour s’auto-définir et se repositionner dans le contexte social qui est le leur.

4Dans cette perspective, des recherches ont analysé les recompositions sociales et identitaires induites par le développement touristique dans le domaine spécifique des rapports de genre (par exemple Masson et al, 1989). Comme l’indiquent Sophie Louargant et Liliane Bensahel, qui ont travaillé sur des expériences conduites dans le Moyen-Atlas, des initiatives touristiques ont « permis de développer à la fois du capital humain (savoir-faire des femmes) (et) du capital social (création d’association et de coopérative et des ressources (financières, sociales et culturelles par l’évolution de la reconnaissance du statut social de la femme) » (Louargant et Bensahel, 2007, p. 22). Plus généralement, ces deux auteures considèrent que le capital humain et le capital social sont les piliers du développement durable, « des facteurs décisifs dans les productions et les services innovants » (idem, p. 13). Pour Perret (2002), ce sont même des indicateurs du développement socioéconomique.

5La dimension subjective et identitaire des modalités et des effets du développement sur les femmes a été particulièrement soulignée par certains (Granié et Guétat-Bernard, 2006 ; Verschuur, 2001). Dans le cadre de ses travaux sur le Moyen-Atlas, Louargant observait que les femmes impliquées dans des projets touristiques « saisissent des opportunités pour inventer, agir et occuper une place en tant que sujet » (Louargant, 2007, p. 9).

6Cet article s’inscrit dans cette lignée de travaux. Il procède à une analyse du repositionnement identitaire de femmes impliquées dans les ACF de la vallée des Ait Bouguemez. L’analyse est guidée par le souci de prendre la mesure des modalités, des acquis mais aussi des limites de ces transformations et de leurs conséquences sur le statut des femmes dans cette vallée. Elle repose sur une confrontation de plusieurs types d’identités : les identités sociales traditionnelles régies par le regard dominant, les traditions et les coutumes ; les identités promues depuis une dizaine d’années dans le cadre national sous l’influence du modèle occidental et des actions des organisations internationales ; et les identités collectives revendicatives qui sont travaillées par les femmes impliquées dans ces ACF quand elles mettent cette implication au service d’une évolution de leur statut social.

7Notre méthode de recherche s’est appuyée d’abord sur une analyse des politiques et des stratégies adoptées par l’Etat marocain pour encourager la participation des femmes au développement local, notamment par la vertu attendue des ACF, puis sur la conduite et l’exploitation d’entretiens conduits au sein de dix ACF de la vallée des Ait Bouguemez, majoritairement avec les responsables, et des observations conduites sur place. Cette étude de cas vise à prendre la mesure de l’adoption locale de ce modèle d’organisation, ses effets sur la structuration de la société locale et les identités revendiquées. Le plan de cet article reprend et détaille cet enchaînement des méthodes tout en focalisant son attention sur quelques aspects particuliers des enjeux identitaires. En premier lieu, nous abordons brièvement les politiques étatiques marocaines en faveur des femmes et des ACF. Ensuite, nous présentons la question du développement des ACF chez les Aït Bouguemez avec l’émergence d’un nouveau groupe de femmes. Dans une troisième étape de ce texte, nous aborderons la question patrimoniale dans son rapport avec l’idée de modernisation. Pour finir, nous discutons la contribution des ACF à la reformulation des identités féminines locales.

Les politiques étatiques en faveur des femmes et des ACF

8Les sociétés rurales au Maroc sont caractérisées par une claire différenciation des rôles attribués aux femmes et aux hommes (Laklalesh, 2006). Les hommes se voient habituellement associés aux activités productrices génératrices de revenus. Les femmes sont plus spécialement en charge des activités domestiques et de reproduction sociale, ainsi que des activités productives qui ne génèrent pas de revenus. Elles constituent donc des acteurs déterminants des sociétés et du développement rural, mais des acteurs économiques marginaux, exclues de la production de richesses monétarisées (Laklalesh, 2006).

9Depuis la fin des années 1990, l’Etat marocain s’est assigné la tâche de promouvoir le statut et le rôle des femmes à travers un processus d’intégration au développement. Cet intérêt récent a été largement encouragé par les organisations internationales, intergouvernementales ou non-gouvernementales. Il a été aussi motivé par le souci de l’Etat marocain de soigner son image internationale, par exemple en contribuant aux Objectifs du Millénaire pour le Développement – le 3eme de ces objectifs vise à ‘promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes’ – ou en œuvrant à améliorer son Indice de Développement Humain – qui prend en compte des indicateurs relatifs aux questions de genre.

  • 1 Le discours royal du 20 août 1999 et la lettre royale du 18 janvier 2000 expriment fortement la vol (...)

10Cette volonté a d’abord pris la forme de décisions royales1. Elle a ouvert la voie à une série de réformes, particulièrement nombreuses à partir de 2002 – Code de procédure pénale (2002), Code du travail (2003), Code pénal (2003), et Code de la famille (2004) – et de transformations sociales parfois qualifiées de remarquables si on compare la situation marocaine avec celle des autres pays arabo-musulmans : « Les progrès accomplis depuis 2002 dans le domaine législatif placent le Maroc, d’une façon incontestable, parmi les pays arabes qui ont le plus avancé en matière de lutte contre les discriminations à l’égard des femmes. La volonté politique – au plus haut niveau – de mettre fin aux inégalités les plus criantes et aux humiliations dont sont victimes les femmes ouvre des perspectives importantes pour continuer les mobilisations sur le chemin de l’égalité entre les hommes et les femmes » (ADFM, 2009).

11Certaines de ces réformes ont été guidées par le souci d’encourager et de promouvoir des structures d’activités spécifiquement féminines génératrices de revenus. L’Etat marocain souhaitait aussi faciliter la prise en compte des activités féminines dans le calcul du Produit Intérieur Brut. Un des outils promus dans ce contexte a été celui des Associations et Coopératives Féminines (ACF). Il s’agit de structures créées avec l’aval de l’administration qui sert aussi d’intermédiaire avec les bailleurs de fond. Ces ACF ont donc un statut légal, identique sur l’ensemble du territoire marocain, même si elles ont été particulièrement encouragées dans les régions marginales du pays. Elles mettent en avant des priorités similaires : l’augmentation du revenu des familles, l’élévation du niveau d’instruction, l’amélioration des conditions sanitaires et environnementales dans les localités concernées, la préscolarisation des enfants afin de permettre aux femmes de se consacrer aux activités productives.

12Cette politique a rencontré un succès certain : de nombreuses ACF ont été crées dans ce contexte et beaucoup ont atteint plusieurs des objectifs qu’elles s’étaient données selon le récent bilan établi par différents rapports et analyses (Toumi, 2010). Toutefois le contexte politique et administratif dans lequel elles ont émergé a conduit beaucoup de ces ACF à se placer dans une situation de dépendance forte à l’égard des autorités publiques. Dès lors, elles ont souvent souffert de difficultés récurrentes en matière d’autogestion et de portage autonome de projets (El Mostafa Chadli, 2001). Dans de très nombreux cas, leur gestion apparait aujourd’hui très fortement tributaire de la conjoncture économique, des engagements de l’Etat et des partenaires internationaux.

Le développement des ACF chez les Aït Bouguemez et l’émergence d’un nouveau groupe de femmes

  • 2 Haut Commissariat au Plan, Statistique 2004.
  • 3 Division des affaires sociales de la province d’Azilal.

13La vallée d’Aït Bouguemez a vu naître de nombreuses initiatives dans le cadre de cette politique. Large de 35 km, située au centre des montagnes du Haut Atlas, cette vallée regroupe un peu plus de 15 000 habitants2 répartis entre 25 villages ou hameaux (douars). Elle correspond au territoire d’une structure administrative unique, la commune rurale de Tabant. Le développement des infrastructures à partir des années 1970 a permis de la désenclaver, de raccorder de nombreux douars aux réseaux électriques, d’eau potable et de téléphone. Plusieurs initiatives publiques, associatives et de coopération internationale, ont aussi permis le développement du tourisme à l’aide de circuits de randonnées valorisant les nombreuses ressources de la vallée : traces de dinosaures, paysages naturels, architecture en pisé, traditions culturelles, sites historiques comme les greniers collectifs (ighrems) notamment celui d’Aït Moussa labellisé patrimoine mondial par l’UNESCO. La fréquentation touristique de la vallée est passée de 3 000 visiteurs en 1987 à 19 000 en 20023, grâce notamment à la proximité de la ville de Marrakech. Un réseau de gîtes et un centre de formation des guides de montagne ont été mis en place dans le cadre du “Projet de développement du tourisme de montagne” dans le cadre d’une opération de développement régional, le Projet Haut Atlas Central lancé en 1983 (Pezelet, 1996).

14La plupart des ACF créées dans la vallée ont cherché à s’inscrire dans ce processus de développement touristique. La vallée compte 47 associations et coopératives dont 10 féminines (1 coopérative et 9 associations). Une seule association est mixte. Toutes les ACF ont été créées entre 2002 et 2011. Elles sont structurées sur un modèle unique : elles rassemblent un petit nombre d’adhérentes (entre 12 et 52) et leur activité est coordonnée par un bureau composé de 5 à 7 membres. Ces ACF se sont spécialisées dans la production artisanale (tissage de tapis de laine, tricot, couture, perlage), la production agricole (apiculture, irrigation, élevage caprin, plantation d’arbres fruitiers) et la transformation de ces produits (compote de fruits, confiture de pomme et de tomate, marmelade de noix et de miel, couscous aromatisé, lait et dérivés – fromage blanc, fromage à raclette, yaourt). A ces activités de production, elles ont souvent ajouté des activités de service et de formation (alphabétisation, éducation et suivi de la scolarité des filles).

  • 4 Un programme étatique, baptisé Initiative Nationale de développement Humain, ouvre la possibilité d (...)

15Ces structures ne bénéficient pas de subventions publiques, la vallée n’étant pas jugée prioritaires en raison du revenu moyen de ses habitants4. Les aides octroyées à ces structures féminines proviennent principalement d’ONG étrangères et de personnes de passage, les touristes principalement. Dans un seul cas, l’Association Imelghass, une aide financière, en accompagnement technique et en nature (acquisition de matériel) est venue de personnes étrangères installées dans la vallée.

  • 5 Tous les entretiens ont été conduits par l’auteur en arabe dialectal et traduit par elle pour les b (...)

16Le développement des ACF s’est fait dans un contexte local où les femmes étaient restées largement exclues de l’activité et des revenus touristiques directs. La plupart de ces activités étaient entre les mains d’une élite masculine, principalement composée de guides. L’implication des femmes se limitait le plus souvent à des tâches de back office. Comme nous l’a dit un jeune aubergiste , « les femmes font tout sauf servir les touristes… C’est la tradition chez nous. Elles ne parlent pas leur langue… elles n’ont pas besoin de salaire. Elles font partie de notre famille »5. Quand des femmes pratiquent une activité rémunérée dans ce cadre, principalement dans des tâches de ménage et de cuisine, elles perçoivent un salaire très faible pour de longues et pénibles journées de travail. Dans ces conditions, l’implication dans une ACF est apparue à beaucoup comme une façon de s’impliquer plus directement dans l’économie touristique et d’acquérir un certain degré d’autonomie.

17En effet, si les activités réalisées dans ce contexte ne relèvent pas directement de la production de services touristiques, les adhérentes savent bien que les touristes constituent la clientèle de leurs productions : « sans le tourisme, notre activité serait morte, c’est les touristes qui achètent », déclare une adhérente. Une autre déclare : « C’est les touristes étrangers qui achètent nos produits et les trouvent très bons ou très jolis ». La commercialisation des productions auprès des touristes permet aux adhérentes d’acquérir une certaine autonomie financière : « …c’est grâce au tourisme que nous gagnons un peu d’argent, c’est important d’avoir son propre argent ». Les revenus tirés de cette activité servent souvent à améliorer le quotidien des femmes : « Avec l’argent perçu, j’ai acheté une machine à laver pour me soulager du lavage manuel qui me faisait mal au dos ». Toutefois, cette autonomie financière est très limitée, le temps consacré au travail dans les ACF étant modeste compte tenu de la lourdeur des tâches domestiques et familiales traditionnelles. D’ailleurs, notre enquête a montré que les mères de famille sont peu impliquées dans ces associations et coopératives. D’après nos estimations, 80 % des adhérentes sont des célibataires de tous âges, des veuves, des femmes divorcées et des femmes âgées. Les femmes mariées et les mères de familles qui participent aux ACF sont souvent des femmes très pauvres dont les maris tolèrent l’engagement pour des raisons financières : « Mon mari a accepté que je sois adhérente car j’aide avec mon argent aux besoins de nos enfants ». Par ailleurs, 60 % des jeunes filles adhérentes abandonnent leur ACF lorsqu’elles se marient. La présidente de l’association Imelghas déclare : « Chaque année, le nombre des adhérentes se réduit car en grande majorité les filles qui se marient quittent l’association ».

18Dès lors, en première analyse, les ACF semblent davantage avoir des effets économiques ponctuels qu’une forte capacité à influer sur le statut social de l’ensemble des femmes dans ces communautés rurales. Certes elles confèrent un nouveau statut aux adhérentes puisque celles-ci affirment publiquement leur implication dans ces institutions et lui reconnaissent des vertus dans leur souci d’autonomisation. Certes elles contribuent à une reconfiguration des rapports sociaux au sein de ces communautés ne serait-ce qu’en participant au repositionnement d’un groupe de femmes vivant hors couple, autrefois isolées. Toutes ensemble, ces adhérentes ont donc donné naissance à un nouveau groupe social local qui joue désormais un rôle socio-économique inconnu dans la vallée jusqu’alors : elles gagnent de l’argent, aident leurs proches et contribuent au développement touristique de la vallée. Toutefois, bien que ces ACF aient permis à des femmes davantage autonomes qu’autrefois de se constituer en groupe visible, leur adhérentes conservent une position marginale dans des sociétés locales toujours marquées par une nette différenciation des rôles sociaux entre hommes et femmes, et par une attitude majoritairement hostile de la part des hommes résistants à toute forme de « modernisation féminine ». Les femmes constituent une petite minorité au sein du conseil communal de la commune rurale de Tabant : 3 élues sur 17.

19A cette première analyse, qui conclut à une évolution limitée des rapports sociaux de genre, il convient d’en ajouter une seconde, plus nuancée encore, en termes de recompositions identitaires. Nous observerons que l’apparition des ACF a joué un rôle ambivalent dans le confortement et la transformation des identités collectives et en particulier des identités féminines dans la vallée.

Patrimoine, modernisation et confortement des représentations identitaires

20Les ACF ont contribué à conforter des représentations établies de la femme berbère en mettant en valeur des savoir-faire habituellement associés aux femmes dans ces sociétés traditionnelles.

21Les travaux agricoles (par exemple l’exploitation des vergers) et la fabrication de produits dérivés (compotes et de confitures notamment) qui sont valorisés par certaines ACF correspondent à des tâches traditionnellement effectuées par les femmes. Le tissage, qui est le savoir-faire artisanal le plus souvent retenu dans ces organisations, est aussi une activité traditionnellement reconnue aux femmes dans cette vallée. Par ailleurs, le souci des ACF de coupler ces activités de production avec une organisation collective de la garde des enfants, voire de leur préscolarisation, répond aussi à un besoin habituellement satisfait par les femmes de façon isolée.

22La spécialisation des ACF dans l’organisation et la valorisation des activités traditionnelles répond donc au souci de capitaliser sur les savoir-faire féminins existants. Mais il répond aussi à une demande spécifique de nombreux touristes, tout autant intéressés par les produits de ce travail que par le fait qu’ils soient, à leurs yeux, typiquement féminins. Les adhérentes, comme cette directrice de la coopérative Tikniwine, en sont parfaitement conscientes : « On fabrique de nouveaux produits à base de pomme, comme la confiture, la compote, la marmelade à base de noix et de miel. Ils sont très demandés par les touristes ». Elle ajoute « on arrive à faire du fromage frais, du yaourt même de la raclette. Ils sont vendus par une fromagerie française à Marrakech. Ils sont très appréciés par les étrangers ». La présidente de l’association des amis d’Aït Bouguemez confirme ce point de vue : « On fabrique une variété de couscous à base d’orge, de blé, de maïs aromatisé aux plantes comme le thym, le romarin. Ce sont des produits très demandés par les touristes étrangers ».

  • 6 Alphabet berbère, autrefois un abjad, alphabet consonantique qui a subi des modifications et des va (...)

23La connaissance acquise des attentes des touristes leur a aussi appris à mettre en scène les techniques les plus traditionnelles et à adopter un discours identitaire de circonstance. Ces femmes disent redynamiser un legs ancestral, oublié ou marginalisé. Elles affirment volontiers perpétuer des techniques très anciennes de tissage ou de préparation de certains mets. Certaines disent procéder à de véritables recherches pour identifier les traits les plus singuliers de la culture berbère ou montagnarde : ainsi le motif de la fibule, emblème de berbérité, et l’alphabet tifinaghe6 sont désormais repris dans les tapis, les emballages, les affiches, les écriteaux, etc. Une adhérente déclare dans ce sens : « On recherche les anciens dessins berbères pour les tisser, ils sont très appréciés par les touristes ». Une autre confirme que : « effectivement, on présente le caractère berbère et montagnard dans nos productions purement locales, à travers les noms d’association et les affiches, dans les emballages de nos produits ». Ce souci de satisfaire les touristes est parfois couplé avec celui de contribuer à la valorisation du patrimoine culturel local : « on sait qu’il ne faut pas perdre notre culture rurale et berbère, on en est fière. C’est le legs de nos parents ».

24Toutefois, ce souci de satisfaire les attentes touristiques a conduit aussi à quelques adaptations. Les tapis issus des ateliers sont désormais plus variés en termes de formes, de couleurs, de taille et de motifs : « On tisse maintenant de petits tapis, des tapis tableaux, des tapis décors…c’est pour le poids dans l’avion, les touristes ne peuvent pas acheter de grand tapis comme ce qu’on fait chez nous ». Une autre adhérente résume ainsi : « plus de variétés dans les couleurs et les formes, plus de bénéfices ». Il en est de même pour la fabrication des bijoux, aux dires du président de l’association Ighrem : « On adapte la production de nos articles à la demande touristique. On fait des colliers assortis à des bracelets avec différentes couleurs et formes. Ils sont très appréciés et achetés que par des personnes étrangères à la vallée ».

25Les techniques de production adoptées dans les ateliers sont aussi souvent plus modernes et instrumentées qu’à domicile. Les ateliers des ACF ont introduit un outillage et des techniques mécanisées, pour des opérations aussi diverses que l’extraction des jus, l’emballage et la conservation des produits, la mise en bouteille des sirops, ou encore le tissage des tapis. Ces innovations répondent à un souci d’efficacité, mais aussi au souci de répondre à des normes d’hygiène et de présentation adaptées à la clientèle visée : « On est obligé d’intégrer dans nos pratiques de productions les normes d’hygiènes et les nouvelles méthodes de conservation. Sinon, nos produits ne seront pas achetés par les touristes », déclare la présidente de la coopérative Tikniouine. Certaines ACF se sont même engagées dans des démarches de certification et de labellisation en vue d’assurer la conformité internationale aux produits et de pouvoir les exporter. Ces adaptations conduisent à pratiquer des prix considérés comme inabordables par les populations locales. Par ailleurs, la commercialisation de ces productions a requis la maîtrise de techniques comptables inconnues jusqu’alors.

26Ces structures associatives et coopératives représentent désormais l’« image de marque » de la production agricole et de l’artisanat local parce qu’elles ont su s’adapter aux attentes, aux imaginaires et aux pratiques touristiques. Par l’appréciation des touristes, les ACF sont devenues en tant que telles un « capital » (Picard, 1990) que les femmes exploitent et font fructifier.

27Par conséquent, le débouché touristique visé par ces ACF a encouragé la redécouverte d’un patrimoine local et, dans le même esprit, conforté certaines des représentations sociales qui prévalent à l’égard des femmes, chez les touristes eux-mêmes, mais aussi dans l’ensemble des habitants de la vallée. Pour l’essentiel, les femmes des ACF valorisent des savoir-faire qu’on a l’habitude de leur associer. Toutefois, le contexte de production et de commercialisation a induit une évolution des savoir-faire dans le sens d’une plus grande technicité. Si les touristes n’en n’ont pas conscience, ces transformations, et leur implication sur l’image des femmes, sont clairement perçues au sein de ces sociétés locales. Dès lors, le tourisme, tout en confortant certaines identités traditionnelles, est désormais vu par les adhérentes comme un facteur de « renaissance culturelle » (Picard, 1990).

La contribution des ACF à la reformulation des identités féminines

28L’adaptation des ACF à la demande touristique dans la vallée a donc joué de façon ambivalente sur le rapport que les adhérentes ont au passé et au patrimoine d’une part, à la modernisation d’autre part, et les effets de ces rapports sur les modalités de leur auto-définition individuelle et collective. Mais les implications identitaires de ce nouvel état de fait s’expriment aussi à un autre niveau : celui de la reconnaissance sociale que les membres de ces ACF cherchent et parfois parviennent à obtenir au travers de leurs activités. Cette fois c’est leur identité collective acquise à la faveur de leur repositionnement vis à vis du regard extérieur et des autres groupes locaux qui est en jeu.

29Une des premières conséquences du développement des ACF a été la reconnaissance acquise dans le regard des touristes. Les adhérentes disent souvent que l’intérêt que les touristes portent pour leur travail a aiguisé leur « fierté » : « On se sent plus fières, plus sûre de nous, depuis qu’on travaille à l’association. On sait lire et compter et on gère bien la vente de nos produits, on innove aussi. Et les touristes apprécient beaucoup et nous encouragent ». Cette attention portée par les touristes a manifestement conduit à une revalorisation de leur travail aux yeux des femmes elles-mêmes.

30Une autre conséquence réside dans le nouveau regard porté sur ces femmes au sein des sociétés locales. Ce regard, septique, voire critique, dans un premier temps s’est transformé avec le temps, au moins chez certains, pour deux raisons principales : d’abord, la population locale a pris conscience du fait que ces initiatives étaient promues par le Palais royal et accompagnées par l’administration, qu’elles bénéficiaient d’une légitimité institutionnelle que beaucoup d’autres activités dans la vallée n’ont jamais obtenues. Ensuite, elle a pris la mesure du succès, quand bien même il serait modeste, de la commercialisation des produits des ACF : « Etrange ! Mais avec le rendement et le prix décerné à notre activité, les mentalités et les regards ont changé. Il y’a plus de respect, plus d’encouragement. Et on veut nous imiter », déclare la présidente de la coopérative Tikniwine, la plus ancienne des ACF de la vallée. Une autre complète : « On travaille sur quelque chose qui est appréciée et demandé. Maintenant, on s’intéresse à notre travail. On est mieux considéré qu’avant (…) Nous démontrons à tout le monde qu’on est capable et qu’on peut réussir… », déclare la jeune présidente de l’Association féminine d’Aït-hkim.

  • 7 DTP, Commune rurale de Tabant.

31Par l’acquisition de revenus propres, par la prise en compte de leurs tâches dans la mesure du taux d’activité, passé de 3 % à 37 % chez les femmes entre1994 et 20047, ces adhérentes peuvent apporter la preuve de leur implication dans le développement de la vallée et de leur contribution aux revenus des ménages.

32Cette reconnaissance trouvée dans le regard des touristes et, quoique dans une moindre mesure, dans celui des autres habitants de la vallée, contribue à ce sentiment de fierté si souvent invoqué. Il contribue aussi à légitimer la référence à un « nous », à un sujet collectif devenu autant source d’auto-représentation que motif d’affirmation publique. En effet, ce « nous » est fréquemment invoqué pour désigner ces groupes émergeants : « on a des lieux nouveaux juste à nous qui nous permettent une entrée d’argent ». Et ce « nous » est porteur de satisfactions matérielles et symboliques : « Grâce à ces activités, nous assurons un peu de nos besoins. Mais nous voyons l’avenir meilleur si on travaille mieux et plus » déclare une autre.

33Une autre manifestation de cette prise de confiance prend aussi une forme plus politique. Sans qu’il soit possible de déterminer précisément si ces discours ont précédé le mouvement de création des ACF, ou en découlent, il est frappant d’entendre de nombreuses femmes adopter des postures revendicatrices. Beaucoup présentent aujourd’hui les ACF comme un outil d’affirmation identitaire et d’intégration sociale pour les femmes de la vallée : « Nos mères ont grandi dans le ‘tais toi, tu ne sais rien’. Elles n’avaient droit à rien, aucune participation locale, elles ne tiraient aucun bénéfice de leur travail » explique la directrice de la coopérative Tikniwine. « On veut travailler, gagner de l’argent et être autonome de nos maris, de nos pères. Qu’on ait nous aussi notre place dans notre village » explique une des rares adhérentes à être parvenue à participer à la sphère politique locale. Il arrive souvent que les ACF soient explicitement conçues comme des moyens d’action, comme des instruments au service d’identités de résistance au service de l’évolution du statut des femmes au sein de la société locale.

34Cette perspective justifie l’importance que beaucoup d’ACF attachent à l’alphabétisation des femmes et à la scolarisation des jeunes enfants, des filles en particulier. La majorité des femmes sont analphabètes. La coopérative Tikniouine, la plus ancienne et la plus dynamique des ACF avec ses 35 adhérentes, ne compte que 4 membres dont le niveau de formation scolaire a dépassé le stade du primaire et une bachelière. D’ailleurs, ces femmes composent à elles seules le bureau de la coopérative. A l’échelle du Maroc, les régions de montagne connaissent les taux les plus bas en matière de scolarisation des filles. Dans la plupart des ACF des Aït Bouguemez sont organisés un accueil pour les enfants en âge préscolaire, des cours hebdomadaires pour les adhérentes, parfois même une initiation à quelques langues européennes. Cette activité est très souvent citée lors des entretiens : « On essaie toujours d’assister au cours d’alphabétisation, c’est très important pour nous… On a une nouvelle occupation : les livres. Les hommes ne s’opposent plus, au contraire, ils nous encouragent ».

35Cet investissement dans l’acquisition de compétences nouvelles, pour elles et plus encore pour leurs enfants, atteste du souci de ces adhérentes de rattraper un retard accumulé en matière de communication et un souci de briser l’isolement qui en a résulté.

Conclusion

36Au terme de cette analyse, il apparaît clairement qu’une douzaine d’années après son lancement, la politique de l’Etat marocain affichant des objectifs ambitieux en termes de genre a eu des effets jusque dans des montagnes forts éloignées de la capitale. Les ACF, conçus comme un instrument de développement rural et de promotion du travail féminin, se sont multipliées dans la vallée d’Aït Bouguemez, faisant accéder certaines femmes à l’économie monétaire et à une certaine autonomie financière. Certes l’adhésion des femmes s’est trouvée limitée par de nombreux facteurs, notamment la faible disponibilité laissée par les tâches ménagères et agricoles, mais aussi la réticence de beaucoup des maris. Les effets sociaux des ACF sont donc principalement advenus chez les femmes célibataires, veuves ou divorcées. De ce point de vue, les résultats de cette recherche rejoignent ceux de S. Louargant au Moyen Atlas : « Les possibilités de construire un réseau et une coopérative sont infiniment liées aux systèmes de valeurs en place codifiant les pratiques des femmes, fixant une norme sociale, culturellement idéologique » (2008, p. 6). Par ailleurs, ces femmes sont encore bien loin d’avoir atteint un stade de réelle autonomie, les revenus étant souvent modestes certes, mais aussi et surtout parce que leurs structures sont encore fortement tributaires de l’administration et des aides financières.

37Mais les effets les plus remarquables, qui dépassent cette fois le seul cercle des membres de ces ACF, se sont manifestés dans les représentations identitaires. Les ACF ont assuré aux femmes une reconnaissance dans le regard que les touristes portent sur elles, et une certaine légitimité au sein des sociétés locales, le fruit de leur travail devenant tangible et monnayable. Cette évolution a permis l’expression nouvelle d’une certaine assurance de soi, une nouvelle identité collective féminine, reconnue et valorisée par les touristes. Dès lors, « formes identitaires » émergentes ne dépendent pas seulement de leur tradition ou de la structure sociale héritée, mais prennent en compte leur vécu au travail, leur expériences et leurs apprentissages. Sur ce point aussi, nos résultats recoupent ceux de Sophie Louargant : « Ces femmes sont apparues comme d’importantes actrices mobilisant à leur façon les ressources accessibles de leur environnement social immédiat afin d’assurer leur survie, celle de leur famille et de leur communauté. Ces femmes se sont organisées à partir de leurs habiletés traditionnelles, acquises de leur expérience du travail domestique, ainsi qu’en requérant le support de leur expérience du travail domestique, ainsi qu’en requérant le support de leur réseau. Elles ont transformé les bases en une source capable de soutenir la production de bien et de services à la fois échangeable et monnayables » (2007, p. 12).

38Tout en ne concernant directement qu’une minorité d’habitantes de la vallée, les ACF apparaissent aussi comme des vecteurs décisifs des revendications, des aspirations et des transformations identitaires portées par leurs adhérentes, voire par un cercle élargi de femmes attentives à leurs actions. Bien que d’ampleur modeste, ces institutions encouragent la formulation d’identités de résistance à l’égard de l’emprise de la tradition et des préjugés majoritairement masculins. Sont-elles pour autant des vecteurs d’identité de projet (Castells, 1999) susceptibles de révolutionner les structures et les dynamiques sociales locales ? Les plus critiques des habitants le redoutent et le clament haut et fort. Les discours recueillis auprès des femmes sont plus nuancés. Si l’on y trouve parfois de la colère et de la revendication, on trouve surtout l’expression du souci de valoriser un patrimoine que l’on découvre à peine, de combiner tradition et équité de genre et de contribuer au développement de la vallée et au bien-être de ses habitants : « Par notre travail, on veut représenter notre région positivement afin qu’elle se développe en mieux » déclare la présidente de la coopérative Tikniwine.

Haut de page

Bibliographie

Association Démocratique des Femmes du Maroc, 2009, Rapport parallèle, Convention CEDAW, Rabat.

Castells M., 1999, l’Ere de l’information, Tome 2 – Le pouvoir de l’identité, Paris, Fayard.

Debarbieux B., 2006, « Prendre position : réflexions sur les ressources et les limites de la notion d’identité en géographie », L’Espace géographique, n° 4, pp. 340-354.

Chadli E.M., 2001, La société civile ou la quête de l’association citoyenne, Série : Essais et Etudes, n° 32, Rabat, Publication de la Faculté Mohamed V.

Ennaji M., 2004, « Société civile, Genre et Développement Durable », Actes du colloque de Fès, organisé le 14,15 et 16 Février 2002, Ed. « FLAD Luso-American Foundation ».

Granié A.M. & Guétat-Bernard H. (dir.), 2006, Empreintes et inventivités des femmes dans le développememt rural, Toulouse, Presses Universitaire du MIRAIL, et Paris, Institut de recherche pour le développement.

Hamili L., 2007, « Approche genre et réalités marocaines », Femmes du Maroc, octobre.

Labourie-Racapé A., 2004, « Genre et territoire. Quelles questions ? », Espace, Populations, Sociétés, n° 1, pp. 113-119.

Laklalesh M., 2006, Situation nationale de la femme et son rôle en milieu rurale au Maroc, Terre et Vie, n° 98, juillet.

Louargant S., 2008, « Une lecture de territoire par le genre : les stratégies de l’emploi agro-touristique en arrière pays méditerranéens », HAL- Sciences de l’homme et de la société.

Louargant S. & Bensahel L, 2007, « Une approche de la notion de ressource territorialisée par la problématique de genre » in Gumuchian H. et Pecqueur B. (dir.), La ressource territoriale, Paris, Anthropos, pp. 191-208.

Louargant S., 2006, « Des territoires de projets aux territoires de vie : la création de la coopérative artisanale féminine de Séfrou comme enjeux de modification des systèmes de valeurs sexués » in Guétat-Bernard H. & Granié A.-M. (dir.), Empreintes et inventivités des femmes en milieu rural, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail pp. 289-302.

Louargant S., 2005, « Les savoirs féminins du Moyen Atlas marocain comme enjeux de développement touristique durable », HAL- Sciences de l’homme et de la société, http://hal.archives-ouvertes.fr.

Maalouf A., 1998, Les identités meurtrières, Paris, Grasset.

Masson D., Tremblay M., Tremblay P.A., 1989, « Femmes et pratiques d’auto – développement en région : perspectives de recherche », Recherches féministes, n° 1, pp. 69-84.

Moulay R. A., 2000, « La Moudawana en question » in Bourqia R. & Cherrad M. (dir.), Femmes, Pouvoir politique et développement, Femmes, culture et société au Maghreb, Gallagher, Afrique Orient, Tome II, pp. 133-146.

Naciri R., 2002, « Genre, Pouvoir et prise de décision au Maroc », in Disparités entre femmes et hommes et culture en Afrique du nord, Actes du colloque de Tanger 2002, Centre de développement Sous-Régional pour l’Afrique du Nord, Nations Unies, Commission économique pour l’Afrique, pp. 25-40.

Naciri R., 2005, « Les droits des femmes », in Disparités entre femmes et hommes et culture en Afrique du Nord, Actes du colloque de Tanger 2005, Centre de développement Sous-Régional pour l’Afrique du Nord, Nations Unies, commission économique pour l’Afrique, pp. 19- 25.

Nakhli. S. & Berriane. M., 2011, « Emergence de territoires touristiques ‘informels’ et leur connexion directe avec le système monde », Méditerranée, n° 116, pp. 115-122.

ONUFEM, 2007, Genre et OMD, Rapport de suivi mondial, OMD.

Pézelet L., 1996, « Gîte d’étape chez l’habitant dans le Haut Atlas central : logique touristique et sens de l’espace domestique », Revue de Géographie Alpine, n° 4, pp. 133-148.

Picard M., 2010, « L’identité balinaise à l’épreuve du tourisme », EspacesTemps.net.

Rapport sur les associations marocaines de développement : diagnostic, analyse et perspectives, Rapport n° III, 2009 – Synthèse et recommandations.

Ricoeur P., 2004, « Parcours de la reconnaissance », Trois études, Paris, Stock.

Secrétariat d’Etat Chargé de la Famille, de l’Enfance et des Personnes Handicapées, 2006, Stratégies Nationales du développement, Rabat.

Taylor C., 1998, La formation de l’identité moderne, Paris, Seuil.

Toumi L., 2010, INDH au Maroc : Analyse critique de la composante formation du programme de lutte contre la pauvreté en milieu rural », www.agropolis.fr/formation/pdf/2010-larbi-toumi-INDH.pdf.

Haut de page

Notes

1 Le discours royal du 20 août 1999 et la lettre royale du 18 janvier 2000 expriment fortement la volonté de rendre justice aux femmes par l’équité sociale, l’autonomisation et l’implication dans le processus de développement, faisant référence aux droits des préceptes de la religion musulmane (elle constitue le réceptacle au référentiel de l’histoire ancestrale et contemporaine des femmes au Maroc et dans le monde arabo-musulman) accordés aux femmes.

2 Haut Commissariat au Plan, Statistique 2004.

3 Division des affaires sociales de la province d’Azilal.

4 Un programme étatique, baptisé Initiative Nationale de développement Humain, ouvre la possibilité d’accès à des financements spécifiques pour les seules communes dont l’indice de revenu est situé en deca d’un seuil réactualisé régulièrement. La commune rurale de Tabant est située au dessus de ce seuil. Diagnostic Territorial Provincial, PC Aït Bouguemez.

5 Tous les entretiens ont été conduits par l’auteur en arabe dialectal et traduit par elle pour les besoins de cette publication.

6 Alphabet berbère, autrefois un abjad, alphabet consonantique qui a subi des modifications et des variations depuis son origine jusqu’à nos jours.

7 DTP, Commune rurale de Tabant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wafaa Tizza, « Femmes des Aït Bouguemez : des identités à l’épreuve du tourisme », Via [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 13 décembre 2012, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1118 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.1118

Haut de page

Auteur

Wafaa Tizza

Université de Marrakech

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search