Navigation – Plan du site

« La Colombie, le risque est de vouloir y rester »

Vers une Colombie touristique : usages et détournements de l’imaginaire du risque
Marie-Laure Guilland
Traduction(s) :
Colombia, the only risk is wanting to stay” [en]
«Colombia, el único riesgo es que te quieras quedar allí» [es]

Résumé

L’imaginaire transnational du risque lié à La Colombie est difficile à changer à l’heure de gloire du tout sécuritaire. Fort de sa stabilité, cet imaginaire doit obligatoirement être pris en compte pour être détourné par les politiques promotionnelles touristiques du pays. Les ambassades étrangères demeurent néanmoins très alarmantes quant aux risques encourus en Colombie. Parallèlement, certains touristes en quête de sens et de reconnaissance, vont utiliser l’imaginaire du risque en jouant avec les stéréotypes colombiens lors d’un trek dans la Sierra Nevada de Santa Marta. Le risque est-il réel ou non ? Peu importe tant que l’imaginaire qui lui est lié est partagé et que les voyageurs à leur retour peuvent le diffuser afin de se distinguer des autres touristes. Ils entretiennent ainsi l’imaginaire du risque tant combattu par les promotions officielles colombiennes.

Haut de page

Texte intégral

1Cette citation issue d’un des guides de voyage les plus utilisés par les Français permet de faire immédiatement la relation entre le tourisme et l’imaginaire du risque qui caractérise la Colombie. L’imaginaire collectif transnational associé à ce pays le place sur la liste de ceux à considérer comme les plus dangereux au monde. La valence négative de la Colombie est intrinsèquement liée à la question du risque, elle-même intrinsèquement liée à la notion d’imaginaire. Le risque repose sur la perception d’un phénomène et l’évaluation de ses conséquences en termes de menace. Dans la perception du risque se trouve une part d’imaginaire qui est fondamentalement réelle et irréelle. D’un côté il existe des menaces avérées : l’existence de groupes armés irréguliers, d’enlèvements, de drogue, etc. D’un autre côté, « la véritable force sociale du risque réside justement dans les dangers que l’on projette dans l’avenir » (Beck, 1986, p. 61) qui de fait, ne sont pas réels mais pronostiqués. Les risques attribués à la Colombie sont le fruit d’une production d’images négatives largement médiatisées à travers le monde qui, en alimentant un sentiment de peur, prennent le pas sur tout autre imaginaire et finissent le plus souvent, par détourner les touristes de cette potentielle destination. Pour ce pays qui vise à se positionner internationalement, changer son image est devenu un impératif. Les campagnes touristiques apparaissent depuis une décennie comme des portails marketing efficaces à cet effet. Avec le slogan « La Colombie, le seul risque est de vouloir y rester », c’est une campagne totalement dirigée vers l’extérieur qui est initiée. Il s’agit de prendre en compte l’incontournable imaginaire du risque afin de le détourner de sa valeur négative habituelle. Cette présentation est l’occasion de souligner la puissance d’encrage de l’imaginaire du risque dans le contexte touristique colombien puisque les forces qui cherchent à le transformer se confrontent à celles qui l’entretiennent. Ces forces en tension sont incarnées d’une part, par les efforts d’un gouvernement qui vise à créer une véritable « image de marque pays » attractive, d’autre part, par les actions préventives des diplomaties internationales qui jouent le jeu « du tout sécuritaire » et enfin, par l’attitude de certains touristes qui, en jouant avec le risque et en le médiatisant, renforcent et entretiennent les stigmates négatifs du pays.

2L’étude présentée ici repose sur l’analyse de divers matériaux permettant de comprendre les postures de chaque institution et groupe d’acteurs reliant l’imaginaire du risque à l’activité touristique en Colombie. Les sites officiels de la promotion touristique du pays ainsi que plusieurs rapports des ministères concernés par la question ont été attentivement observés afin de comprendre les nouvelles dynamiques et stratégies marketings officiellement impulsées par l’Etat depuis une dizaine d’années. Un travail similaire a été effectué concernant les informations fournies sur la Colombie par les ambassades d’une dizaine de pays anglophones, hispanophones et francophones. Les guides touristiques, devenus de véritables bibles pour les voyageurs, ont également fait l’objet d’une attention particulière pour cette recherche afin de voir comment le pays y était présenté et quels étaient les imaginaires entretenus par ces guides. Les forums de voyage ont eux aussi une fonction essentielle dans la promotion du pays à l’échelle mondiale puisqu’en connectant directement les voyageurs entre eux, ils offrent une impression d’authenticité aux touristes. Leurs utilisateurs s’y réfèrent souvent pour se rassurer en posant des questions ou pour conseiller tout en se racontant en faisant part de leur expérience et en offrant leur point de vue. Les forums suivants ont été les plus parcourus pour cette étude : voyageforum.com, .viajeros.com et lonelyplanet.com. Les Blogs de voyageurs sont également de magnifiques vitrines pour celui qui cherche à représenter son voyage et à se représenter lui-même dans son voyage ; en ce sens il était également pertinent d’étudier ces médias. Ces blogs, qui servent de carnets de voyage virtuels, acquièrent toute leur importance quant à la diffusion des imaginaires liés à la Colombie notamment grâce aux nombreuses photos de voyageurs qu’ils laissent à voir. Enfin, cette étude, qui sur la fin resserre son analyse sur une destination spécifique de Colombie, a également été possible grâce à plusieurs travaux de terrains effectués lors de treks de six jours qui mènent au site archéologique de Ciudad Perdida. A deux reprises il m’a été donné d’accompagner des groupes de touristes lors de ce trek dans la jungle et la montagne. Cela m’a permis de rentrer en contact de manière informelle et par entretien avec une cinquantaine de touristes qui m’ont fait part de leurs motivations à entreprendre ce voyage et de leurs impressions lors de celui-ci. Ces séjours ont également été l’occasion d’observer les pratiques et attitudes des touristes mais aussi celles des guides et des populations locales rencontrées. Ces entretiens et observations ont été enrichis et complétés une fois de retour du trek par d’autres entretiens avec plusieurs personnes liées au tourisme dans la région et par l’examen d’un corpus de photos de touristes qui ont bien voulu me remettre l’ensemble de leur photos numériques prises lors du trek.

Détourner l’imaginaire du risque pour changer son image

Quels imaginaires, quels risques ?

3L’histoire de la Colombie en multipliant les stigmates du danger et les figures mythiques largement médiatisées à l’étranger telles que Pablo Escobar ou Ingrid Betancourt, alimente les imaginaires du risque et plus qu’ailleurs dissuade les entrepreneurs, les agences touristiques et les touristes eux-mêmes de s’y rendre. Les conjonctures internationales marquées essentiellement par les événements du 11 septembre 2001, ont accentué l’idée d’une rencontre interdite entre tourisme et terrorisme. Les groupes armés irréguliers du pays, les guérillas en premier puis les organisations paramilitaires, sont dès lors considérés terroristes. Cette nouvelle façon de nommer ces groupes renvoie à un imaginaire transnational puissant qui relie la peur au risque d’attaques terroristes. Si la situation sociopolitique de la Colombie ne s’est pas dégradée depuis 2001, cet imaginaire alimente et accentue les craintes d’enlèvements et d’attaques armées qui, au côté du trafic de drogue, représentent les principaux obstacles au développement touristique de ce pays.

« L’image de marque pays »

  • 1 Traduction de l’espagnol « Imagen País busca mejorar la percepción del país en el exterior, que gen (...)

4Depuis maintenant plus de dix ans, le gouvernement colombien se montre de plus en plus soucieux de la compétitivité économique du pays. Ces ambitions impliquent un marché exportateur fort et l’arrivée d’investissements étrangers importants. Or la perception du pays à l’extérieur représente un barrage indéniable à ce développement. Depuis 2004 une stratégie marketing à grande échelle s’impose et c’est « la marca Colombia » qui vise à être créée (Ramos ; Noya 2006). Il s’agit de choisir et d’identifier un message et une image représentative de la personnalité du pays afin de projeter dans le contexte international une idée personnalisée positive et attractive de Colombie. Les attentes des concepteurs et promoteurs sont essentiellement dirigées vers ces objectifs économiques et commerciaux puisqu’il s’agit pour ces derniers, de concevoir une « image pays qui cherche à améliorer la perception du pays à l’extérieur, et à générer connaissance et confiance pour atteindre plus et de meilleures opportunités en matière commerciale, d’investissement et de tourisme »1.

  • 2 Traduction de l’espagnol : « En la medida en que prospere una autoimagen negativa será claro que el (...)

5Nombreux sont les analystes (Tokatlian, 2005 ; Posada Carbó, 2002 ; Lucrecia, 2010) qui mettent en avant l’importance de partager une identité nationale émanant d’une auto-perception positive afin de consolider une image à faire valoir vers l’extérieur. Plusieurs diagnostics ont conclu que les colombiens eux-mêmes considéraient appartenir à une nation violente et criminelle, or « tant que prospère une auto-image négative, il est évident que le pays ne pourra pas accumuler de pouvoir interne ni projeter de pouvoir vers l’extérieur »2 (Tokatlian, 2002). Un des premiers objectifs de la stratégie « marque Colombie » a donc été de réunir l’ensemble des citoyens colombiens derrière un dénominateur commun et ce fut le thème de la passion qui fut choisi pour caractériser l’ensemble de la population. « Muestra tu pasión » traduisez « Montre ta passion » a constitué la phase préliminaire de la promotion du pays vers l’extérieur. Il s’agissait d’amener les colombiens à s’emparer eux-mêmes de l’image du pays en créant en même temps un sentiment d’identification commun afin d’en faire des acteurs promotionnels. « Colombia es pasion » (figue 1), « La Colombie c’est la Passion » en français, est devenu depuis le slogan porteur d’une nouvelle identité colombienne capable de redonner confiance aux touristes et aux investisseurs étrangers en valorisant le niveau de développement et l’économie stable du pays mais aussi le caractère attractif, souvent exotique, de ses paysages et de ses habitants. Le thème de la violence est de fait évincé et tend à être invisibilisé de cette campagne promotionnelle comme si la violence ne faisait pas ou plus partie de l’histoire et parallèlement de l’identité colombienne.

Figure 1 : logo accompagnant la campagne « Colombia es pasión »

Figure 1 : logo accompagnant la campagne « Colombia es pasión »

6Ces actions promotionnelles sont doublées d’un projet touristique sécuritaire initié en 2001 avec le programme : « Vive Colombia, viaja por ella » qui pourrait se traduire en français par « vis la Colombie, voyage à travers elle ». Ce programme s’intègre aux politiques plus amples de sécurité démocratique et de réactivation économique du pays élaborées au début du mandat présidentiel d’Alvaro Uribe. Un des objectifs du gouvernement fut alors de réactiver le tourisme en sécurisant les routes afin de permettre aux Colombiens de circuler plus librement, de visiter leur pays, de le connaître et donc de se l’approprier pour le promouvoir ensuite.

7Ces premières initiatives de valorisation de l’image du pays sont renforcées depuis peu par un nouveau portail touristique supporté par le slogan « La Colombie, le seul risque est de vouloir y rester ». La genèse de ce nouveau slogan est le résultat des limites des promotions touristiques antérieures et de la puissance de l’imaginaire du risque lié à la Colombie. Même si les représentants de la Colombie parvenaient à promouvoir le caractère attractif du pays, lors de férias internationales autour du tourisme, ils ne pouvaient échapper aux questionnements répétés des opérateurs touristiques étrangers et des touristes eux-mêmes manifestant leurs craintes de se rendre en Colombie. La récurrente interrogation : « En Colombie le risque est-il réel ? » a ainsi amené les experts en charge de la promotion du pays vers l’extérieur à se rendre compte que la question du risque ne pouvait être évacuée. La solution face à ce constat est alors de « convertir le risque en opportunité ». L’imaginaire du risque vidé de son contenu négatif et passif, la peur qu’il nous arrive quelque chose, est ainsi détourné et réutilisé au bénéfice de l’idée du désir et d’une volonté de rester. Le slogan agit sur deux fronts. Le premier prend en compte le sentiment de peur des étrangers de venir en Colombie et transforme le paradigme, on passe de « je ne veux pas aller en Colombie » à « je ne veux pas m’en aller de Colombie ». Le deuxième front agit sur la viabilité du message. Cette campagne touristique met en scène neuf étrangers qui, venus en Colombie, ont décidé de ne jamais en repartir. Ces protagonistes sont à la fois les témoins et la preuve de la véracité du message. En tant qu’étrangers, ils permettent d’une part aux potentiels touristes de s’identifier, et d’autre part de donner plus de poids à la promotion puisque la valorisation du pays et implicitement sa sécurité, ne sont plus attestées par les Colombiens eux-mêmes mais par un étranger, un semblable.

8Les effets des politiques sécuritaires et les efforts promotionnels sont reconnus mais encore insuffisants. Si l’Organisation Mondial du Tourisme salue « le retour de la Colombie sur la carte du tourisme mondiale », la diplomatie internationale elle, peine à promouvoir cette destination.

La Colombie : un interdit touristique

Prévenir le risque : un impératif pour la diplomatie internationale

9Le risque est depuis les années 70 traqué par nos sociétés, tout doit être pensé pour le contourner. La problématique de la gestion du risque tend à s’imposer de plus en plus comme un impératif pour toute action politique au sein de nos sociétés crispées sur la volonté de sécurité. Ce tout sécuritaire, cette volonté de vouloir tout contrôler sont devenus des mots d’ordre. En Colombie, les ambassades étrangères se chargent de planifier cette gestion du risque notamment par une action préventive en fournissant des conseils aux voyageurs. En ce sens, il leur faut évaluer les risques et se positionner par rapport à ces derniers. La diplomatie française comme beaucoup d’autres, se positionne de manière relativement pusillanime :

« Malgré une amélioration sensible des conditions générales de sécurité dans le pays au cours des années récentes, la Colombie demeure l’un des Etats où la violence est la plus élevée au monde » (www.diplomatie.gouv.fr, consulté le 09/02/20011).

10Ne pouvant diplomatiquement pas faire l’impasse sur les avancées colombiennes sur le plan sécuritaire, les ambassades se voient obligées de mentionner les progrès du pays en matière de sécurité. Il n’en demeure pas moins que ces mêmes ambassades préfèrent encore jouer la carte de la prévention. Sur leur site Internet, l’information la plus explicite est généralement donnée quant aux facteurs de risques liés à la violence en Colombie. Il s’agit, par principe de précaution, de fournir le maximum de recommandations aux voyageurs afin de leur éviter de se mettre en situation de danger. Sur le site de l’ambassade de France, par exemple, lorsque ce ne sont pas des formules injonctives, ce sont des séries de recommandations commençant généralement par « Il est formellement déconseillé de » qui s’étendent sur plusieurs pages. L’ambassade des Etats Unis, elle aussi, est parfaitement illustrative de cette logique préventive :

« In recent months there has been a marked increase in violent crime in Colombia. Murder rates have risen significantly in some major cities, particularly Medellin and Cali. Kidnapping remains a serious threat. U.S. citizens have been the victims of violent crime, including kidnapping and murder. Firearms are prevalent in Colombia and altercations can often turn violent. Small towns and rural areas of Colombia can still be extremely dangerous due to the presence of narco-terrorists. Common crime also remains a significant problem in many urban and rural areas. For additional details about the general criminal threat, please see the Department of State’s Country Specific Information for Colombia » (http://bogota.usembassy.gov, consulté le 14/02/2011).

11Par leur longueur, les listes de risques à ne pas prendre dans ce pays nourrissent un imaginaire capable de dissuader quiconque voudrait s’y rendre. Il est d’ailleurs courant de retrouver dans les multiples forums de voyage sur Internet des discussions sur la Colombie initiées par des internautes affolés par les recommandations de leur ambassade.

« Bonjour, je m’appelle Lucile et je voudrais avoir plus de renseignements sur la Colombie par des touristes. Je pars pendant un mois fin juin avec mon petit copain qui est colombien et qui a sa famille à Cali nous devons aussi passés une semaine à Carthagène. Pensez vous que c’est dangereux pour moi d’y aller ? Hier je suis allée sur le site des affaires étrangères et ça ma sérieusement refroidie de partir. SVP aidez moi je sais plus quoi faire. Merci d’avance. » (URL : http://www.routard.com/​forum_message/​1038086/​risques_en_colombie.htm, consulté le 12/02/02011)

12Une fois de plus, la traditionnelle question de savoir si les risques sont réels ou non se pose au sein de forums de voyage devenus aujourd’hui des outils incontournables pour le voyageur. Sur ces médias, les réponses vont généralement dans le sens de la promotion officielle colombienne et les internautes jugent souvent la prévention diplomatique excessive. Notons que plusieurs internautes, tout en reconnaissant qu’il y a des précautions à adopter sur place, considèrent cependant les risques encourus en Colombie comme étant minimes. La plupart d’entre eux n’ayant rencontré aucun problème lors de leur séjour colombien imagine que le risque n’existe pas que parce qu’ils ne l’ont pas affronté, ni ne l’ont perçu. Lors d’entretiens, il est très courant d’entendre des touristes dénigrer totalement les mesures préventives qui ont pu leur être préconisées tant par les ambassades que par la population colombienne elle-même qui s’étonne parfois de certaines pratiques touristiques jugées risquées. Ici se confrontent les appréciations des experts diplomatiques, celles de la population colombienne avec celles de touristes de passage sur le territoire. La mesure « objective » du risque apparaît ici comme une fiction politique et sociale et n’est pas la même selon les critères d’évaluation (Le Berton, 2002, p. 32), elle se nourrit en permanence de débats entre différents acteurs sociaux perçus comme aptes à offrir une vision « juste » des mesures du risque. Implicitement le débat entre diplomatie et anciens voyageurs s’étant rendu en Colombie à lieu à travers Internet et les médiateurs sont les futurs touristes.

13Le tout sécuritaire symbolisé par l’expression « risque zéro » devient aujourd’hui une devise également pour le tourisme qui subit un changement d’époque. Comme l’écrit A. Maurice, la rencontre entre tourisme et terrorisme ne doit pas avoir lieu (Maurice, 2005, p. 284). Tout est aujourd’hui mis en œuvre notamment par la diplomatie pour l’éviter. On assiste aujourd’hui à une volonté de standardisation des itinéraires touristiques afin de garantir leur sécurisation. Avec cette logique anti-risque, certaines destinations dont la Colombie, sont quasiment proscrites. Les flux touristiques doivent être canalisés sur des itinéraires reconnus afin d’être maîtrisés et prévisibles. Le touriste doit se glisser dans un dispositif de sécurité censé l’accompagner du début jusqu’à la fin de son périple. A. Maurice va jusqu’à dire que la « mondialisation se caricature en transformant le touriste en colis recommandé qui se déplace sans voyager véritablement » (Maurice, 2005, p. 284).

L’imaginaire du risque peut-il servir le tourisme ?

Le voyage à Ciudad Perdida, une pratique transgressive ?

« Avec l’essor du tourisme de masse, les déplacements se sont banalisés, aller quelque part n’est plus en soi très intéressant […] les voyageurs cherchent à se distinguer du touriste lambda en risquant leur peau » (Urbain, 2009).

14Malgré les mesures préventives pour ne pas dire dissuasives des ambassades, le nombre de touristes augmente en Colombie. La plupart reste dans les zones sécurisées et reconnues comme telles, alors que d’autres en quête d’aventure, se rendent dans les régions déconseillées par leur ambassade. C’est le cas des touristes qui voyagent vers le site archéologique Ciudad Perdida. Ce dernier se trouve au cœur de la Sierra Nevada de Santa Marta, la plus grande montagne littorale du monde qui plonge dans la mer caraïbe dans le département du Magdalena. Le climat tropical de cette région amène les touristes à entreprendre un trek de six jours au milieu de la jungle. Ce voyage est réputé pour sa dureté et ne peut être entrepris sans une bonne condition physique. Le tout sécuritaire caractérisant nos sociétés contemporaines « n’est pas encore la tasse de thé du voyageur qui s’est fixé pour objectif de découvrir le monde » nous dit F. Michel (Michel, 2004, p. 328). Cette volonté politique, précédemment évoquée, de vouloir tout contrôler provoque chez l’individu un sentiment de diminution de ses libertés. Le voyageur qui rejoint Ciudad Perdida est averti des dangers encourus puisque cette région de Colombie est connue pour la présence de groupes armés légaux et illégaux, sa production de cocaïne et les tensions qui en découlent. Cependant, comme l’explique

15D. Le Breton au sujet des conduites à risque, « l’acteur persiste dans sa conduite à cause du plaisir qu’il prend et de son enracinement dans son identité, par son refus qu’on lui dicte ses faits et gestes, ou parce qu’il considère que les autres ne sont pas lui et qu’en ce qui le concerne il ne craint rien. » (Le Breton, 2007, p. 38). Le voyage vers ce site archéologique apparaît comme un espace de souveraineté d’autant plus qu’il est choisi en toute connaissance de cause des risques potentiels. Aussi entreprendre un voyage en Colombie et particulièrement dans la Sierra Nevada est-ce transgresser l’interdit dans le sens où le définit D. Jeffrey : « L’expérience transgressive se présente comme une pratique individuelle ou collective, prescrite ou spontanée, domestiquée ou violente impliquant un rapport à des interdits. Même si l’interdit vise à freiner les débordements de la vie […] il n’en reste pas moins qu’il se présente également comme une invitation à la transgression. […] L’invitation à la transgression est une quête de reconnaissance de l’interdit. La transgression n’est pas la négation de l’interdit, elle « lève l’interdit sans le supprimer », elle le maintient pour en jouir » (Jeffrey, 1994, p. 18). La connaissance des risques peut être une incitation au pire par goût de la transgression, provoquant du plaisir en jouant son existence, en se moquant des conseils et de l’effroi des autres (Le Breton, 2007, p. 38). La prise de risque devient une motivation pour certains touristes en quête de sensations fortes qui se rendent en Colombie et particulièrement dans la Sierra Nevada où se trouve ce site archéologique. Ces touristes qui se reconnaissent plus volontiers dans la figure du voyageur (Urbain, 2002), sont certes attirés par l’exotisme des lieux et l’effort à fournir lors du trek, mais ils sont également motivés par ce que D. Le Breton nomme la « passion du risque » (Le Breton, 1991). La visite d’un laboratoire de cocaïne et la rencontre potentielle avec des groupes armés motivent parfois les touristes à entreprendre ce trek.

 Les antécédents : le risque peut-il promouvoir le site ?

16La Sierra Nevada de Santa Marta fait effectivement partie des régions de Colombie au sein desquelles la culture de la feuille de coca, dans le but d’une production de produits illicites, a largement été motivée par des narcotrafiquants, souvent avec le soutien de paramilitaires. Les groupes de guérillas sont également présents sur le pourtour de la Sierra Nevada de Sant Marta. En 2003, huit touristes effectuant le trek jusqu’à la cité perdue ont été kidnappés par le groupe de guérilla ELN (Ejercito de Liberación Nacional). Après trois mois de capture, ils ont finalement été libérés. Cet événement, contrairement à ce qui pourrait être pensé, n’a pas porté tant préjudice au développement touristique dans cette région. Les guides qui accompagnent aujourd’hui les voyageurs jusqu’au site se réservent une veillée spéciale pour narrer l’événement aux nouveaux venus sur les lieux du drame. Les touristes attentifs se fascinent alors pour cette histoire qui vient pimenter leur périple faisant d’eux des personnages atypiques capables de se rendre dans une zone à risque. Ce kidnapping devient le sceau de leur courage, de leur prise de risque, de leur exploit.

Figure 2 : Document utilisé comme un support lorsque les guides racontent l’histoire de l’enlèvement.

Figure 2 : Document utilisé comme un support lorsque les guides racontent l’histoire de l’enlèvement.

Nous voyons ici un document daté du 20/10/2003 de presse montrant des touristes avec leurs ravisseurs lors de l’enlèvement.

Marie-Laure Guilland

Figure 3 : Document utilisé comme un support lorsque les guides racontent l’histoire de l’enlèvement.

Figure 3 : Document utilisé comme un support lorsque les guides racontent l’histoire de l’enlèvement.

Touristes écoutant la relation de l’enlèvement

Photographie blog de voyage : http://www.travelpod.com/​travel-photo/​inoursuitcase/​freedom_07-08/​1214167440/​manuel-tells-his-kidnapping-story.jpg/​tpod.html, page consultée le 03/02/2011

Photographier les armes pour prouver le risque

17A la suite de ce kidnapping, l’Etat a déployé les forces armées légales sur le site. Aujourd’hui une multitude de militaires campe sur les terrasses de Ciudad Perdida. Ces jeunes hommes qui pour la plupart effectuent leur service militaire, sont un intérêt de plus pour les touristes. Loin de polluer le paysage, ils représentent une attraction qui attestera du danger encouru lorsque l’on se rend dans la Sierra Nevada. Afin de témoigner de leur bravoure, une fois de retour, les visiteurs multiplient les occasions de diffuser des photos en compagnie de ces hommes en armes. Lors de mon travail de terrain il m’a été donné d’observer une touriste qui alla jusqu’à revêtir l’uniforme d’un soldat et se faire prendre en photo avec une mitraillette entre les mains. Les militaires ont pourtant ordre de ne pas permettre cela.

Sans narcotourisme, l’aventure colombienne est incomplète

« L’exploit se raconte car il n’est pas donné à tous de le vivre. S’il est accompagné de chance ou de risque, extrême évidemment, il sera d’autant plus écouté. Le risque est le piment nécessaire pour élever l’aventure humaine au niveau des dieux » (Michel, 2004, p 298).

  • 3 Traduction de l’espagnol : « Eso se montó como tan bueno el negocio que algunas personas no pagaban (...)

18L’existence d’un laboratoire de cocaïne qu’il est possible de visiter pendant le voyage vers Ciudad Perdida représente une des rumeurs qui circulent le plus entre les backpackers qui voyagent à travers l’Amérique latine. Notons que la majeure partie de touristes qui effectuent ce trek, sont de jeunes occidentaux ayant entre 25 et 30 ans et qui voyagent de par le monde ou le sous-continent sud américain durant une longue période, entre trois mois et une année. Plusieurs d’entre eux m’ont affirmé que la visite de ce laboratoire représentait une de leurs motivations pour entreprendre ce tour, certains ajoutant même qu’ils choisissaient tel ou tel guide parce qu’aux dires d’anciens voyageurs, cela leur garantissait de faire cette exceptionnelle visite. Lors d’un entretien on me dit même : « Ceci est apparu comme un si bon commerce que certaines personnes ne payaient plus pour aller jusqu’à Ciudad Perdida mais seulement jusqu’au laboratoire »3 (informateur anonyme). Face à cette visite, les touristes manifestent un enthousiasme surprenant. Certains guides proposent cette visite, d’autres attendent que ce soit les touristes qui en fassent la demande. Dans les deux cas, les guides n’accompagnent jamais les visiteurs. Ce sont les paysans de la région qui prennent en charge les touristes et qui expliquent le processus de production. Auparavant le laboratoire del maestro coca était le plus visité. Suite à un reportage diffusé en 2008 sur la chaîne Caracol, très prisée en Colombie, ce dernier a été incendié dans la logique de la politique anti-narcotique de l’Etat. Aujourd’hui les laboratoires visités semblent être montés de toute pièce pour les touristes. À 20 000 pesos la visite par touriste (un peu plus de dix dollars US), il semblerait que ce soit un négoce auquel il est difficile de renoncer. Les gérants des agences de voyage qui organisent le trek quant à eux, offrent deux discours. Lors d’entretiens certains me disent que cette visite a un but pédagogique servant à dissuader les touristes de consommer de la cocaïne après avoir vu la quantité de produits chimiques utilisés lors du processus de fabrication, d’autres expliquent que cela n’est pas de leur responsabilité, que cette visite ne fait pas partie du tour et que si les touristes l’entreprennent il en va de de leur responsabilité. À la fin de la visite, on nous demande de la garder secrète. Aussi est-il recommandé de faire attention aux militaires sur le chemin et une fois sur le site car ces derniers sont en droit de vouloir consulter les photos des voyageurs et si celles du laboratoire apparaissent, cela peut causer beaucoup de problèmes aux touristes et aux paysans. Les voyageurs repartent enchantés par cette visite avec la crainte jusqu’au dernier jour de se faire réviser leur appareil photo sans pour autant en effacer les photos compromettantes, preuves de leur exceptionnelle visite.

Figure 4 : Photographies prises par les touristes à l’issue de la visite du laboratoire de cocaïne

Figure 4 : Photographies prises par les touristes à l’issue de la visite du laboratoire de cocaïne

Détourner l’imaginaire du risque

L’enchantement du risque existe-t-il ?

19Transgresser l’interdit traduit la quête de sens et de reconnaissance à laquelle s’adonne le touriste en bravant les dangers. Cela laisse à penser qu’en recherchant une certaine prise de risque le voyageur vers Ciudad Perdida adopte un comportement ordalique où la quête de salut devient une quête de soi, donnant sens et intensité à son existence. Aussi, si la prudence est louable elle n’est jamais véritablement valorisée, elle renvoie à la vertu de celui qui reste dans les rangs, celle du pusillanime. À l’inverse la prise de risque peut être connotée positivement. D. Le Breton souligne à ce sujet que l’expression couramment employée : « qui ne risque rien n’a rien » est souvent la devise des audacieux (Le Breton, 2007, p. 40). Le risque est alors pensé en termes de gains plus qu’en termes de pertes potentielles. Le gain se rapporte ici à l’individualité, à l’identité du voyageur qui valorisera son exploit. Il ne faut cependant pas oublier que l’ensemble de ces pratiques s’effectue au final, dans le cadre d’une activité touristique encadrée. Aucun touriste n’est effectivement autorisé à se rendre à Ciudad Perdida sans la médiation d’une agence. Les opérateurs touristiques sont eux aussi dans une logique de gestion du risque. Ils sont garants de la sécurité de leurs clients. En ce sens, il est peu probable que leur évaluation du risque pour ce trek rejoigne celle des imaginaires collectifs étrangers mais aussi colombiens. Ainsi faut-il revoir à la baisse la probabilité qu’il arrive véritablement un drame lors de ce voyage. Les touristes sont d’ailleurs d’accord pour minimiser rationnellement le risque lorsqu’ils pensent leur voyage en termes de tour organisé.

« Honnêtement, avec le recul je me dis des fois que ça fait un peu flipper, mais sur le coup moi je suis un peu … je ne veux pas dire que je prends des risques inconsidérés mais moi tu vois, je pars du principe que s’il y a des gens qui le font et si cela se fait régulièrement et qu’il y a des trucs organisés c’est que voilà, c’est qu’il y a bien moyen et que bon… je vais pas risquer ma vie là-dedans ! » (Entretien avec une touriste étrangère).

20L’aveu de cette touriste est caractéristique de la perception que les voyageurs ont du risque en se rendant à Ciudad Perdida qui oscille entre une véritable crainte et un sentiment de sécurité garantie par l’expérience touristique de leurs prédécesseurs encadrée par une agence garante de leur sécurité. Cette perception confuse du risque est perceptible au sein des discours et des attitudes des voyageurs. La même touriste qui minimisait le risque dans l’extrait présenté plus haut me dit également :

« Même si je te dis que moi j’avais pas plus peur que ça, t’es quand même conscient que t’es dans une zone qui craint. De toute façon quand tu mets le pied sur le territoire colombien t’es quand même conscient, à partir du moment que tu sors des sentiers battus, que t’as quand même un certain risque. Tu sais que si t’es dans la Ciudad Perdida, que si tu décides de voyager en Colombie ça peut être dangereux ».

21Il est difficile de savoir si cette touriste a véritablement ressenti qu’elle encourrait un danger ou non en faisant le trek. De même, pouvons-nous croire que si les touristes se sentaient vraiment menacés ils ne garderaient pas de photos compromettantes du laboratoire de cocaïne, voire ils ne le visiteraient pas. Finalement que le risque soit réel où non là n’est pas véritablement l’intérêt du voyageur. Dans une logique de dénégation ces touristes se laissent enchanter par l’idée qu’ils vivent une aventure authentiquement dangereuse. Pour Y. Winkin, « l’enchantement est le produit d’une illusion volontaire du touriste, dont le regard est toujours orienté, médié, et qui souhaite se laisser berner par les apparences d’authenticité, de transparence, et par la dénégation de la réalité […], tout comme la dissimulation de l’envers du décor » (Winkin, 1998). Au final, ces touristes ont véritablement du mal à savoir si leur périple est véritablement risqué ou non. Cependant une fois le trek terminé, ils se laissent enchanter par le risque caractéristique de leur expérience et savent parfaitement utiliser et jouer avec cet imaginaire pour se réinventer à leur retour et devenir des néo-aventuriers dans le sens où leur exploit acquiert une valeur médiatique (Le Breton, 1991).

Se jouer du risque, s’inventer aventurier à travers le net

  • 4 Je ne considère ici qu’une partie de ce que D. Le Breton nomme néo-aventurier puisque les voyageurs (...)
  • 5 Parmi de nombreux autres blogs de voyageurs :
  • 6 Photo disponible sur le blog URL : http://www.travelblog.org/Photos/3292659

22Les nombreux touristes interrogés pour cette étude de même que l’analyse de multiples blogs et forums de voyage dans lesquels des voyageurs mettent en récits et en images leur périple vers Ciudad Perdida permettent de comprendre que l’Internet est devenu un formidable outil pour que l’aventure réalisée devienne un projet de communication permettant de donner de la valeur à son vécu. Le néo aventurier défini par D. Le Breton, a un sens aigu du marketing et de la publicité, un auditoire lui est absolument nécessaire4. Les blogueurs en rendant publique leur exploit, se construisent une identité : « L’image donnée à voir a un effet en retour des plus puissants. Nous devenons ce que nous sommes dans le regard des autres. Ego se recompose constamment à partir de ses images » (Kaufmann, 2001). Grâce à ces narrations et aux images diffusées, d’autres internautes peuvent vivre par procuration le danger et la prise de risque faisant de ces voyageurs des êtres hors du commun. Les blogs mais aussi facebook sont devenus des plateformes communicationnelles où le risque est revendiqué preuves à l’appui grâce aux photos qui attestent de la véracité de leurs expériences exceptionnelles. Plus le danger est sollicité et le risque de mort reconnu, plus le « projet de communication » a des chances de trouver un écho et susciter l’intérêt et plus les touristes parviendront à construire leur image de voyageurs intrépides, d’êtres d’exception allant là où personne n’ose se rendre. En consultant ces blogs, presque systématiquement les photos de militaires et du laboratoire de cocaïne que les touristes ont le loisir de visiter pendant leur voyage5 sont mises en avant. Certaines photos disponibles sur les blogs ne manquent pas d’ambiguïté. L’une d’entre elles met en scène une jeune touriste en maillot de bain au milieu de la jungle où se trouve Ciudad Perdida, portant à bras le corps une mitraillette au côté du militaire en uniforme qui lui a prêté son arme. Sur le blog, au dessous de cette photo une légende rédigée par le compagnon de voyage de cette jeune femme met en avant l’exploit de sa compagne : « I dared her… she did it… »6.

Figure 5 : Photographies de blog de voyageurs

Figure 5 : Photographies de blog de voyageurs

http://www.travelblog.org/​Photos/​3292659, page consultée le 08/02/2011

23Lors d’une discussion avec une colombienne vivant au pied de la Sierra Nevada de Santa Marta, cette dernière m’exprime toute son exaspération lorsqu’elle s’est aperçue qu’un touriste européen qu’elle avait rencontré peu de temps avant, avait diffusé sur Facebook des photos de son voyage à Ciudad Perdida. Il n’en montrait que les armes et la drogue. En vantant son exploit telle une prise de risque, ce touriste contribue à diffuser l’image stéréotypée de la Colombie tout en lui vouant une valeur positive lui permettant de se présenter comme un véritable aventurier.

Conclusion

24Cet exposé a mis en évidence l’importance de l’imaginaire dans le choix d’une destination touristique. Il a également relevé la force d’encrage de l’imaginaire transnational du risque qu’il est difficile de changer à l’heure de gloire du tout sécuritaire. Suite à cette présentation, il ne fait pas de doute que l’imaginaire du risque en Colombie est intrinsèquement lié à la question touristique et comme tout autre, il est difficile à transformer. L’imaginaire du risque qui structure les représentations de la Colombie à l’extérieur est si fort que le gouvernement, dans sa volonté de transformer l’image du pays, ne peut se contenter de l’invisibiliser pour le rendre obsolète. Dès lors, les campagnes promotionnelles officielles se voient obligées de prendre en compte l’imaginaire du risque afin de le détourner de son sens commun et de transformer son contenu. Le slogan « la Colombie le seul risque est de vouloir y rester » est significatif de ces stratégies marketings qui cherchent à faire du risque une valeur positive pour la Colombie. La gestion du risque, aujourd’hui devenue intrinsèque à la question politique, est omniprésente et omnipotente au sein de nos sociétés. Les ambassades étrangères, dans la logique transnationale « du tout sécuritaire », préfèrent par prévention, alerter les voyageurs de l’ensemble des dangers possibles sur le territoire colombien quel que soit l’évaluation du degré de probabilité des risques encourus. Elles dressent ainsi un tableau effrayant du pays entretenant, de fait, l’imaginaire du risque. Face à ces recommandations alarmantes, certains touristes asphyxiés par les politiques sécuritaires qui leur donnent un sentiment de perte de liberté vont sortir des sentiers battus, braver le risque, transgresser les interdits, pour en témoigner ensuite. Les voyages vers le site archéologique de Ciudad Perdida leur donne ainsi la possibilité de défier des risques collectivement reconnus. La rencontre avec des hommes en armes et la production de drogue leur permet de s’imaginer aventuriers et ainsi de donner sens et intensité à leur périple et à leur existence. En se rendant à Ciudad Perdida le risque est-il réel ou non ? Peu importe tant que l’imaginaire qui lui est lié est partagé et que les voyageurs à leur retour peuvent le diffuser afin de se distinguer des autres touristes (Urbain, 2002). Cette diffusion qui passe par les blogs, les forums, les photos et les récits de voyage en général, entretient un imaginaire négatif tant combattu par les campagnes promotionnelles officielles. Il est important de préciser que cette étude d’ordre qualitative met en avant un profil de touristes spécifiques et significatifs d’une partie de ceux qui se rendent en Colombie et particulièrement dans la Sierra Nevada de Santa Marta. Il faut cependant noter que ce type de voyageur, ne correspond pas à l’ensemble de ceux qui voyagent en Colombie et à Ciudad Perdida. Il était ici pertinent de mettre en avant ce profil touristique afin de relever le contraste entre les volontés étatiques de changer l’imaginaire du risque lié à la Colombie et les forces qui maintiennent cet imaginaire et qui sont les signes de sa stabilité.

Haut de page

Bibliographie

Beck U., 1986, La Société du risque : Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion.

Carbo E. P., 2002, « Identidad nacional, imagen exterior, democracia y paz », fundación para la Paz, http://www.ideaspaz.org (consulté le 05/03/2011).

Jeffrey D., 1994, « Prolègomène à une religiosité du quotidien, Transgression, interdit et sacré », Revue Religiologique, n° 9.

Kaufmann J.-C., 2001, Ego pour une sociologie de l’individu, Paris, Nathan.

Le Breton D., 1991, Passion du risque, Paris, Métailié.

Le Breton D., 2007, Conduites à risque, Paris, PUF.

Lucrecia Escandon M. & Nava Jornadas N., 2010, « La identidad nacional en la definición de la política exterior del estado », Jornadas de Relaciones Internacionales Poderes emergentes : ¿Hacia nuevas formas de concertación internacional ? Área de Relaciones Internacionales – FLACSO.

Maurice A., 2005, Le touriste et le terroriste, la rencontre interdite, Paris, l’Harmattan.

Michel F., 2004, Désirs d’ailleurs, essai d’anthropologie des voyages, Québec, Presse de l’université de Laval.

Ramos M. & Noya J., 2006, « América Latina : del riesgo país a la Marca País y más allá Imagen Exterior de España/América Latina », Document de travail, Real Instituo Elcano.

Tokatlian J. G., 2005, « Colombia, 1999-2002 : A Negotiation for Peace or a Process for » in Gino Germani L., Kaarthikeyan D. R. (eds), Pathways out of Terrorism and Insurgency : The Dynamics of Terrorist Violence and Peace Processes, New Delhi, New Dawn Press.

Tokatlian J. G., 2002, « Identidad », El Tiempo, 26 octobre.

Urbain J.-D., 1991, L’Idiot du voyage : Histoires de touristes, Paris, Payot.

Urbain J.-D., 2009, « Les pays à risque Eldorado des touristes baroudeurs », Voyage Liberation.fr, (cité par l’AFP) le 12 janvier 2009. http://voyageorigine.liberation.fr (consulté le 02/02/2011)

Winkin Y., 2001, « Propositions pour une anthropologie de l’enchantement », in Rasse P., Midol N., Triki F. (dir.), Unité-Diversité. Les identités culturelles dans le jeu de la mondialisation, Paris, L’Harmattan, 169-179.

Haut de page

Notes

1 Traduction de l’espagnol « Imagen País busca mejorar la percepción del país en el exterior, que genere conocimiento y confianza para alcanzar más y mejores oportunidades en materia comercial, inversión y turismo» http://www.colombiaespasion.com.

2 Traduction de l’espagnol : « En la medida en que prospere una autoimagen negativa será claro que el país no podrá ni acumular poder interno ni proyectar poder externo».

3 Traduction de l’espagnol : « Eso se montó como tan bueno el negocio que algunas personas no pagaban para ir a Ciudad Perdida sino solo hasta el laboratorio».

4 Je ne considère ici qu’une partie de ce que D. Le Breton nomme néo-aventurier puisque les voyageurs dont il est question ici ne sont pas en recherche de financements ni en quête de commercialisation de leur aventure. Si marketing et publicité il y a ce n’est pas dans un but lucratif, le bénéfice attendu n’est pas financier mais symbolique et s’évalue au regard des autres. C’est la distinction qui est avant tout recherchée dans cette expérience.

5 Parmi de nombreux autres blogs de voyageurs :

http://blogs.nabarreria.com/bidean
http://www.thecaptainflint.com/america/en-busca-de-la-ciudad-perdida
http://www.lecourant.info/spip.php?article1269
http://www.travelpod.com/travel-blog-entries/inoursuitcase/freedom_07-08/1214167440/tpod.html#_#ixzz1Ctqyl100 (Consultés les 05/02/2011)

6 Photo disponible sur le blog URL : http://www.travelblog.org/Photos/3292659

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : logo accompagnant la campagne « Colombia es pasión »
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 2 : Document utilisé comme un support lorsque les guides racontent l’histoire de l’enlèvement.
Légende Nous voyons ici un document daté du 20/10/2003 de presse montrant des touristes avec leurs ravisseurs lors de l’enlèvement.
Crédits Marie-Laure Guilland
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3 : Document utilisé comme un support lorsque les guides racontent l’histoire de l’enlèvement.
Légende Touristes écoutant la relation de l’enlèvement
Crédits Photographie blog de voyage : http://www.travelpod.com/​travel-photo/​inoursuitcase/​freedom_07-08/​1214167440/​manuel-tells-his-kidnapping-story.jpg/​tpod.html, page consultée le 03/02/2011
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4 : Photographies prises par les touristes à l’issue de la visite du laboratoire de cocaïne
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1243/img-4.png
Fichier image/png, 862k
Titre Figure 5 : Photographies de blog de voyageurs
Crédits http://www.travelblog.org/​Photos/​3292659, page consultée le 08/02/2011
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1243/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Guilland, « « La Colombie, le risque est de vouloir y rester » », Via [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 16 mars 2012, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1243 ; DOI : 10.4000/viatourism.1243

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Guilland

Marie-Laure Guilland est doctorante en socio-anthropologie à l’Institut de Hautes Etudes sur l’Amérique Latine (Paris 3, Sorbonne Nouvelle). Elle s’intéresse aux conflits de valeurs engendrés par la mise en tourisme du patrimoine colombien. A travers ce processus ce sont plus largement les enjeux identitaires et politiques de communautés locales et nationales qui sont questionnés.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals