Navigation – Plan du site
Photographies

La tour de Pise et le smartphone du post-touriste

Jean-François Staszak
Traduction(s) :
The Leaning Tower of Pisa and the smartphone of the post-tourist [en]

Texte intégral

J.-F. Staszak. Juillet 2013.

1On est devant la tour penchée de Pise (Italie), bâtiment iconique s’il en est.

2Beaucoup de touristes prennent des photographies : du bâtiment, bien sûr, mais aussi d’eux-mêmes devant celui-ci. Il ne s’agit pas de la photographie classique, où l’on pose de face, souriant à l’appareil, le monument dans son dos, ni de sa déclinaison sous le mode du selfie. Il s’agit de jouer avec la perspective linéaire, là où, au quattrocento, elle fut inventée. Sur la toile au fond de la scène de théâtre ou sur celle du peintre, on a appris à diminuer la taille d’un objet pour signifier son éloignement. C’est ce code qu’on détourne à Pise : on se place loin en avant du monument, qu’on fait semblant de toucher, laissant croire que le personnage photographié et la tour sont sur le même plan, et donnant ainsi l’illusion que celle-ci n’est guère plus grande que celui-là. En disposant ses mains – ou, plus rarement ses pieds – de façon à faire semblant de soutenir – ou plus rarement, d’entraîner - la tour dans sa chute, on détourne un second code, bien plus récent : celui de l’instantané. La photographie, figeant un instant, invisibilise le mouvement, laissant à qui la voit le soin de le reconstituer. Aussi est-on conduit à croire que cette photographie ne figure pas une improbable tour inclinée mais une (petite) tour en train de tomber, ce que semble confirmer la dynamique corporelle du personnage.

3Cette pratique touristique complexe nécessite un appareil digital : il faut pouvoir visionner l’image et faire plusieurs tentatives pour parvenir au résultat attendu, difficile à obtenir avec un appareil argentique. On aurait d’ailleurs sans doute hésité à gâcher de la pellicule pour obtenir cette image de fantaisie. Il s’agit non d’une photographie-souvenir qu’on ramène de voyage pour la mettre en album, parmi d’autres images plutôt sérieuses, mais d’une vue ludique dédiée à être immédiatement partagée (Gunthert 2015), consommée peut-on dire, sur les réseaux sociaux. En fait, cette pratique, qui relève d’une nouvelle culture visuelle, appelle un smartphone : ce genre d’image est probablement né avec Facebook et surtout Instagram. Que ce soit à travers la réalisation ou la diffusion de la photographie, cette pratique atteste d’une évolution du tourist gaze ; l’appareil photographique n’est plus seulement ce par quoi le touriste voit, il est (aussi) ce avec quoi il fait quelque chose, dans le cadre d’une performance corporelle (Urry et Larsen 2011).

4La pratique est ubiquiste, mais encore faut-il l’adapter à chaque monument. Ici, l’inclinaison de la tour semble déterminante ; devant la Tour Eiffel, que les touristes s’amusent à faire semblant de pincer entre leurs doigts, c’est le jeu sur la taille du monument qui produit l’effet comique. Dans les deux cas, celui-ci tient bien sûr à l’évidence du trucage (on ne cherche à abuser personne) mais aussi à l’absurde prétention du personnage à la surpuissance. Il y a du second degré et de l’autodérision dans cette pratique, qu’on peut ranger parmi les « performances post-touristiques » (Edensor 2001). Le monument – l’attraction touristique – passe, matériellement et symboliquement, au second plan ; le premier étant occupé par le touriste lui-même, qui est le vrai objet de l’image et réduit, matériellement et symboliquement, le monument à un accessoire, avec lequel il jongle ou danse. Par son appareil photographique et son engagement corporel, il transforme le site touristique en une scène où il se donne en spectacle.

5L’auteur de ses lignes et de la photographie s’est donc essayé à l’exercice. L’idée lui est venue car il a vu faire d’autres touristes. A se demander comment la pratique se reproduit, jour après jour. Faut-il le matin attendre le premier touriste à qui l’idée vienne en tête, pour que d’autres la reproduisent ? L’angle de la tour constitue-t-elle une invitation assez claire pour que l’idée s’impose ? Il n’y a en tout cas pas de mode d’emploi. Le photographe ici n’a pas compris qu’il fallait, pour que l’effet fonctionne au mieux, cadrer l’image de façon à ce que le sol n’apparaisse pas : il donne une profondeur à l’image qui ruine le trucage de la perspective. A moins qu’il ait voulu prendre les autres touristes en photo, et que le motif de l’image soit la pratique dont il est question dans ce billet ? Elle est assez photogénique pour n’avoir pas échappé à l’œil ironique de Martin Parr (1995), qui s’est fait une spécialité de prendre des clichés des (post ?)-touristes en situation.

Haut de page

Bibliographie

Edensor T., 2001, Performing tourism, staging tourism : (Re)producing tourist space and practice, Tourist Studies, 1, 59-81.

Gunthert A., 2015, L’ Image partagée. La photographie numérique, Paris, Textuel.

Parr M., 1995, Small World, Dewi Lewis, Stockport.

Urry J. and Larsen J., 2011, The Tourist Gaze 3.0, Los Angeles-Londres-New Delhi-Singapour-Washington, Sage.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits J.-F. Staszak. Juillet 2013.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Staszak, « La tour de Pise et le smartphone du post-touriste », Via [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1516

Haut de page

Auteur

Jean-François Staszak

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals