Navigation – Plan du site

Les pratiques touristiques ciblées sur l’enfance : vers une nouvelle perspective ?

Des colonies de vacances au projet Seninter : l’expérience italienne
Fiorella Dallari et Alessia Mariotti
Cet article est une traduction de :
Le pratiche turistiche dell’infanzia: una prospettiva rinnovata ? [it]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Children in Tourism: a fresh perspective ? [en]

Résumé

Les pratiques touristiques de l’enfance et de l’adolescence constituent un thème négligé dans la recherche en tourisme. Pourtant, les expériences accumulées par les jeunes jusqu’à leur majorité jouent un rôle psychologique et social déterminant dans leur formation en tant qu’individus. Cet article aborde ce thème en partant d’une analyse de la littérature scientifique sur l’enfance, une tranche d’âge rarement abordée par les chercheurs. Les problématiques sont multiples, à commencer par la subdivision en classes d’âge établie en fonction des capacités cognitives, de perception et d’interprétation des mineurs, qui impose une distinction entre enfance et adolescence : la littérature scientifique disponible à ce sujet se base en effet sur des informations indirectes, qui renvoient à la famille responsable du mineur. Or l‘étude de cas de destinations touristiques de premier plan consolidées dans le temps démontre le poids que représente cette classe d’âge, oubliée au profit des marchés touristiques des adultes et des seniors et privée de produits touristiques innovants. L’exemple analysé dans cet article est celui de la Riviera Romagnola, le district touristique balnéaire le plus important d’Italie, situé dans une des cinq premières régions hôtelières européennes : la région Emilia-Romagna. Important littoral touristique pour l’enfance pendant l’entre-deux-guerres, avec un flux estimé de 400 000 arrivées en 1935, cette destination a montré au cours des dernières années une attention renouvelée pour ce public, autant de la part des administrations que des associations hôtelières et des acteurs privés.
Selon une enquête lancée par la Province de Rimini, les touristes de moins de 18 ans représentent encore aujourd’hui une part de marché considérable et stratégique (640000 arrivées, soit 1/5 du total en 2013), associée à de nouvelles modalités et pratiques des vacances. Nous tenterons de montrer ici comment ce district touristique de masse, né il y a plus cent ans, est en train de diversifier son offre en développant de nouveaux projets et produits culturels ciblés sur ce nouveau segment de clientèle touristique, dans une perspective de durabilité sociale et culturelle, à travers de bonnes pratiques liées à la promotion du patrimoine immatériel et intergénérationnel.

Haut de page

Texte intégral

Expériences touristiques et trajectoires de vie : les pratiques de l’enfance entre passé et présent

1Dans les sociétés contemporaines, le tourisme représente une expérience de plus en plus importante pour un nombre croissant de personnes (UNWTO Annual Report, 2015), qu’il s’agisse d’un tourisme basé sur des pratiques et relations répétées dans un même lieu (Alegre, Pou, 2006)ou d’un tourisme de type « Itinerancy and travelling » (Dickinson, Lumsdon, 2010) dans des lieux inconnus où l’on peut faire des expériences et apprendre à vivre dans « l’ailleurs ». Faire du tourisme signifie changer de lieu et établir d’autres liens avec un territoire et une communauté locale caractérisée par un mode de vie potentiellement différent ou très différent de son propre quotidien, donc associé à des pratiques et des situations plus ou moins inconnues et inattendues (Edensor, 2001). Le terme « expérience » est utilisé ici dans le sens de connaissance acquise par la pratique, donc dans un sens différent (Bachimon, 2014) de celui qui est employé habituellement dans la littérature touristique anglo-saxonne (Volo, 2009 ; Smith, 2005 ; Cohen 1988), où le concept de « tourisme expérimental » signifie faire des expériences de façon prédéterminée, sur la base d’un produit construit par l’industrie touristique.

  • 1 La recherche ne porte pas sur les pays émergents. Cette question mériterait d’être abordée dans une (...)

2Dans son acception néo-latine, en tant qu’« objet transitionnel » (Amirou, Bachimon, 2000), la pratique directe et spontanée prend une valeur éducative et culturelle mémorable et permanente pouvant influer sur un individu dans sa trajectoire de vie (Elder, 1995 ; Robette, 2011). Ainsi, dès lors qu’elles sont choisies spontanément, librement et consciemment, ces pratiques jouent un rôle déterminant dans la vie des enfants et des adolescents dans la mesure où elles leur permettent d’acquérir, de manière directe, un riche patrimoine d’expériences. L’étude du tourisme de l’enfance1 représente donc un sujet stratégique et stimulant dans la recherche en tourisme ; il est en effet fondamental de s’interroger sur le rôle de ces pratiques dans l’éducation à un style de vie durable, car il s’agit d’un ensemble d’expériences liées à une phase de l’existence, certes, mais dans une perspective plus longue (Zambianchi, Ricci Bitti, 2012), qui implique à la fois une forte capacité d’innovation et une nécessaire continuité (Atthowe, 1973, Zambianchi, 2015).

3Quelle est la proportion d’enfants et d’adolescents parmi les touristes ? Quel est le degré d’autonomie des moins de 18 ans dans le choix des destinations touristiques et des activités associées à leurs vacances ? Ces sujets sont rarement abordés dans la littérature scientifique, tout comme l’histoire du tourisme de l’enfance du reste (Graburn, 1983), bien que le tourisme des enfants et des adolescents– notamment des 15-20 ans (Adler, 1985) – ait accompagné l’histoire du tourisme, dans les sociétés industrielles, dès sa création. Rappelons d’ailleurs que la notion de formation par les voyages culturels remonte aux civilisations grecque et romaine. Le tourisme développé par la société industrielle et postindustrielle (Deli-Gray, Z., Laszlo, À., 2015) est moins centré sur l’enfance et l’adolescence que celui de la première moitié du XXe siècle (Istituto per i Beni Culturali della Regione Emilia-Romagna, 1986).

4Dans les années 1980, la recherche en tourisme avait déjà mis l’accent sur l’absence de l’enfance en tant que sujet d’études (Graburn, 1983, Poria et Timothy, 2014), signe d’une culture peu attentive à l’enfance.En Europe, le tourisme était en plein développement et la notion de bien-être commençait à s’imposer, mais pour une minorité encore (Battilani, 2001 ; Dallari, 2007). Si l’on prend comme référence la famille bourgeoise occidentale, les pratiques touristiques des enfants ont d’abord été associées à des vacances à la campagne puis, dans un deuxième temps, à des séjours à la montagne et en bord de mer (Bardelli, 2004).

5En Italie, la naissance d’un tourisme spécifique aux enfants et aux adolescents remonte à la fin du XIXe siècle, lorsque le processus d’urbanisation, conjugué à une forte croissance démographique, a entraîné un gonflement des couches les plus pauvres de la société, notamment dans les villes, et une augmentation des problèmes de santé chez les plus jeunes. Cette situation a favorisé la naissance d’associations caritatives privées comme la Société médicale de chirurgie de Bologne (1802) qui, à partir de 1874 à travers l’Opera Pia (un institut de charité), a loué à Rimini des structures pouvant accueillir et soigner des enfants malades (Istituto per i Beni Culturali della Regione Emilia-Romagna, 1986). L’Italie de l’entre-deux-guerres(1915-1940) a ensuite connu la naissance et la diffusion des colonies pour les enfants de 6 à 14 ans, mises en place pour prévenir les maladies, développer le bien-être et former socialement et politiquement les nouvelles générations (Micelli, 2009). Ce phénomène a permis à plusieurs milliers d’enfants issus de familles ouvrières à faibles revenus d’aller à la mer et à la montagne : la côte Adriatique, considérée ici comme sujet d’étude, a été avec la Versilia et la Riviera du Levant (Ligurie), une figure de proue de ce phénomène national. Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, parallèlement à la reconstruction de l’Italie (Orioli, 2008), le tourisme a repris sa croissance. Ainsi, entre 1946 et 1972, les pratiques touristiques des moins de 18 ans ont poursuivi leur évolution, caractérisée à la fois par le développement des colonies de vacances et, dans le cas des familles ayant connu un exode rural, des séjours des moins de 18 ans auprès des membres les plus âgés de leur famille souvent restés à la campagne –cas encore aujourd’hui d’un certain nombre de destinations devenues, au fil des années, des lieux touristiques. À la faveur du boom économique de l’après-guerre, la Péninsule a vu émerger un nouveau style de vie et les vacances en famille se sont petit à petit imposées comme la pratique la plus répandue chez les moins de 18 ans. La période allant de 1973 à 1992, marquée par un engagement croissant dans la voie de la durabilité, a connu une crise des colonies de vacances –progressivement substituées par des vacances en famille élargie (Saraceno et Naldini 1998) – et a vu l’école entrer sur scène en tant qu’acteur de nouvelles pratiques, comme les voyages culturels pour enfants et adolescents. Avec l’entrée dans le troisième millénaire, l’évolution de la famille et des modes de vie (Di Nicola, 2008)a généré de nouvelles pratiques touristiques chez les moins de 18 ans : séjours traditionnels et voyages culturels avec d’autres membres de la famille tels que les grands-parents, les oncles et les tantes (JFG, 2014), voyages d’étude à l’étranger, vacances aux sports d’hiver, participation à des événements et à des pratiques de loisir, mais aussi nouvelles formes de colonies de nature variée et différenciée, avec ou sans la famille. Aujourd’hui, les nouveaux produits touristiques sont conçus pour répondre aux exigences de durabilité et de transmission du patrimoine intergénérationnel immatériel.

6Les données qualitatives et quantitatives relatives au tourisme des enfants et des adolescents restent marginales dans les études consacrées au tourisme de cette tranche d’âge. Des éléments comme le nombre de nuitées et d’arrivées, ou la nature des activités proposées aux enfants et aux adolescents, font encore cruellement défaut si on les compare aux données disponibles pour d’autres classes d’âge. Ce constat se vérifie également dans l’analyse des trajectoires de vie, thème émergent dans nos sociétés contemporaines en raison de l’allongement de la durée de la vie et de la complexification des choix de consommation (Florida, 2003).

La littérature scientifique : où sont les enfants ?

7Comme l’ont souligné Poria et Timothy (2014 : 93), « Children in tourism researches » représentent encore « a critical gap (…) an additional tourist cohort » pratiquement absente dans la littérature scientifique. Ce constat vient corroborer l’analyse de Graburn (1983) et cette lacune est encore plus marquée si l’on prend en considération» their tourist experiences based on their own perspectives » (Poria et Timothy, 2014 : 93). Si les recherches récentes ont porté sur de nouvelles catégories de touristes, telles que les voyageurs handicapés (et plus particulièrement les familles avec enfants handicapés, thème abordé par Songee K.- et Xinran Y. Lehto en 2013), les touristes homosexuels (Prat Forga & Cannons, 2015) ou les aînés, dans une étude réalisée en 2014, Poria et Timothy ont montré qu’au cours des 40 dernières années, seules huit études portant le mot « enfants » avaient été publiées dans la revue Annals of Tourism Research. La même étude réalisée dans les revues Tourism Management, Journal of Vacation Marketing, Scandinavian Journal of Hospitality and Tourism, Leisure/Loisir et dans Journal of Leisure Research, présente un résultat presque identique (6 articles) :seuls 6 articles traitent de ce segment de clientèle touristique. Le constat est le même pour Children’s Geographies, publication fondée il y a 15 ans et qui continue de se développer avec un nombre croissant de numéros spéciaux intéressants, certes, mais qui traitent de manière marginale la question touristique dans le cadre du thème de l’enfance et de l’adolescence, sans approche globale ni prise en considération trans-échelle. En outre, même lorsqu’il est question des enfants et des adolescents, c’est presque toujours le point de vue de l’adulte qui est analysé, ce qui revient en réalité à placer les moins de 18 ans dans une position passive et non active, et donc à nier leur poids dans les choix relatifs aux vacances. D’autre part, depuis 2000, les études consacrées aux pratiques d’expérimentation ont pris en compte l’âge en tant que discriminant, une dimension sociale importante encore trop souvent appréhendée au travers du paradigme positiviste. Deux groupes d’âge ont néanmoins émergé : les jeunes adultes à partir de 18 ans et les personnes âgées ; la classe de l’enfance est souvent obligée de suivre les choix de la famille, parfois contre sa volonté (Small, 2008).

La question de l’âge entre méthodologie et recherche

8Le développement de l’enfant et de l’adolescent, de la naissance à la majorité, fait l’objet d’une segmentation. Cette division constitue un élément essentiel à la fois pour une méthodologie et pour une recherche appropriées. Le développement de l’enfant peut être subdivisé en quatre périodes communément admises et partagées par Poria et Timothy (2014, p. 94) :

  1. L’enfance jusqu’à 2 ans (infancy)

  2. La première enfance de 3 à6 ans (earlychildhood)

  3. La deuxième enfance de 7 à 10 ans (middle childhood)

  4. L’adolescence de 11 à 18 ans (adolescence)

9En Italie, les cycles scolaires suivent également une segmentation par phases de développement, mais sur la base des capacités cognitives de l’enfant et de l’adolescent par rapport à leur niveau d’alphabétisation et à leur développement relationnel. Cette division par tranches d’âge, qui ne va pas au-delà de 17 ans, est prise en considération par les établissements hôteliers, qui accordent en effet des réductions aux moins de 18 ans :

  1. La première enfance jusqu’à 2 ans

  2. La deuxième enfance de 3 à 5 ans

  3. La troisième enfance de 6 à 10 ans

  4. Le début de l’adolescence de 11 à 13 ans

  5. Le deuxième adolescence de 14 à 17 ans

10Cette répartition pose le problème de l’incapacité de certaines tranches d’âge à fournir des informations spécifiques ou à remplir un questionnaire : ainsi, aucun questionnaire ne devrait être proposé aux enfants d’âge préscolaire, même s’il est lu par un adulte (Measelle et Al., 1998). Un entretien avec des enfants en âge préscolaire peut toutefois être valable sous certaines conditions ou en utilisant des outils visuels et des techniques ciblées. L’une des principales difficultés rencontrées par les professionnels du marketing touristique est en effet de comprendre si les enfants peuvent être pris en considération en tant que touristes à part entière dans les pratiques expérimentales et de mesurer leur capacité à peser sur les choix des adultes qui les accompagnent.

La question des pratiques touristiques de l’enfance

11Comme le montrent les quelques articles consacrés à l’enfance en tant que segment de clientèle touristique, ce sont les adultes –notamment les parents ou toute personne chargée de l’éducation des enfants –, qui sélectionnent les destinations de vacances et les loisirs des enfants, bien qu’ils soient de plus en plus influencés dans leurs choix par les enfants (Fodness, 1992 ; Wang, Hsieh, Yeh, Tsai, 2004). En ce qui concerne le cycle de vie familiale (Cullingford, 1995) par exemple, une famille dont les enfants sont âgés de 5 ans et moins (deux premières étapes du développement)privilégiera les pratiques récréatives à la mer ou à la montagne, démontrant ainsi un comportement psychocentrique (Plog, 1973 ) ; une famille dont les enfants ont déjà atteint les dernières phases de développement organisera en revanche ses voyages et choisira ses destinations à l’étranger dans une approche plus allocentrique. Notons par ailleurs que les expériences des touristes adultes (Thorton, Shaw, William, 1997) ont fortement évolué, au cours des deux dernières décennies, vers des vacances beaucoup plus centrées sur les enfants, un phénomène que l’on doit davantage aux politiques du marché dans le secteur du tourisme qu’aux contributions scientifiques.

12Parallèlement aux vacances et aux voyages effectués avec la famille élargie (Ryan, 1992), se développent d’autres types de séjours tels que le voyage culturel par le biais de l’école, les camps d’été et d’hiver, ainsi que certaines formes de vacances liées aux nouveaux aspects de la société contemporaine comme le « television-induced tourism » (Connell, 2005). Les recherches menées par G. Cullingford (1995) sur les voyages à l’étranger ont montré, sur un échantillon de 160 enfants âgés de 7-11 ans, que ceux-ci préféraient les régions développées, dont la culture n’est pas trop éloignée de la leur. L’enquête basée sur des entretiens semi-structurés a tenté de définir l’attitude « géographique » des enfants par rapport à l’expérience de voyage et à la perception des différentes destinations touristiques, mettant en évidence sur l’échantillon analysé un fort désir de vacances liées à la plage, au soleil et à une cuisine de qualité, plutôt qu’un attrait pour l’aspect culturel du voyage – ce que Cullingford qualifie de» clearly demarcated holiday » (Cullingford, 1995 : 125) –associé à un dépaysement dans une culture perçue comme lointaine(Amirou, 1994, p. 150). Les enfants sont donc conscients des différences qu’ils rencontrent lors de leurs expériences. D’autres études citées par J. Small (2008) montrent que les pratiques privilégiées sont des» activities, sensory experiences and play, where they are active and absorbed – prerably with other children » (Gram, 2005 : 11) et que « the active activities will be the ones children remember most foundly » et» the experiences of shopping » (Nickerson, Juroski, 2001 : 28), c’est-à-dire ces expériences mémorables dont la littérature scientifique a souligné le rôle stratégique pour consolider les flux touristiques. Les adolescents (10-17 ans) sont « generally more pleased with the destination than the adults » (Nickerson, Juroski, 2001 : 28) et le voyage culturel scolaire des adolescents de 14 et15 ans constitue un moment fort de mixité sociale (Larsen, Jenssen, 2004). À partir de la troisième enfance (6-10 ans), certaines pratiques suivent des tendances propres à nos sociétés contemporaines : vendanges, randonnées en montagne, fouilles archéologiques, colonies à la mer ou à la montagne associées à des ateliers créatifs, participation à des événements comme le Festival du film international pour l’enfance et la jeunesse de Giffoni. Les segments correspondant aux deux premières phases du développement de l’enfant restent donc largement ignorés car la méthodologie à utiliser n’a pas encore été développée.

13Parallèlement aux expériences de vacances vécues pendant les congés scolaires, en particulier pour les jeunes de 13 à 17 ans, on observe, même au cours de l’année scolaire, un certain nombre de pratiques que l’on pourrait qualifier d’edutainment, soit un « apprentissage informel » ou plus précisément un « apprentissage situé » (Brougère, 2012, 62). C’est toutefois l’industrie du tourisme qui est la plus attentive aux pratiques de l’enfance avec une approche proactive à l’égard de la famille. Elle intègre en effet les diverses expériences de la mer, de la culture et du sport en proposant une offre créative et intelligente qui s’inscrit dans la logique desexpériences mémorables (Tung et alii, 2011) et authentiques (Cohen et al., 2012). De nombreuses destinations et régions proposent des services adaptés aux enfants et des structures d’accueil ciblées2. Cette évolution répond à la prise de conscience, par les professionnels du tourisme, du poids économique de ce nouveau segment de clientèle, dont l’histoirea montré l’intérêt stratégique, culturel, social, politique et surtout civil.

Les pratiques de l’enfance et les colonies de vacances : le cas de Rimini

14Pour un enfant qui s’ouvre dès la naissance sur le monde et s’enrichit d’expériences nouvelles, le tourisme peut jouer un rôle important dans le processus de construction et d’acquisition des connaissances. Partant de cette hypothèse, l’article proposé ici aborde le cas du tourisme des enfants sur la côte Adriatique italienne, destination touristique balnéaire importante aujourd’hui, tant au niveau national qu’européen, en particulier pour son caractère « systémique » depuis la Seconde Guerre mondiale (Mariotti, 2010). C’est à Rimini, capitale historique du tourisme et du district, que les premières structures d’accueil destinées aux enfants malades ou aux enfants souffrant de malnutrition ont vu le jour. Presque trente ans après le premier établissement balnéaire (1843), la « Marina di Rimini » attirait une élite de vacanciers et célébrait, en 1873, l’ouverture du Kursaal, un grand établissement de soins (établissement d’hydrothérapie) et de divertissements (salles de jeux et de danse)(Farina, 2003 ; Battilani, 2003). C’est précisément dans ce contexte que sont arrivés les premiers groupes d’enfants malades (tuberculeux et scrofuleux) et pauvres, première étape vers la naissance des « colonies permanentes », une forme de tourisme balnéaire à caractère médical associant soins et loisirs, et pouvant à la fois soigner de nombreuses maladies mais aussi préserver et améliorer la santé des personnes non malades. Dans cette même logique, le premier camp d’été pour enfants des rues a vu le jour en 1822à Viareggio, sur la côte toscane, grâce au soutien de l’hôpital de Lucques. Ces sites ont constitué des leviers importants dans la « mise en tourisme » de la côte italienne : au milieu du XIXe siècle, on comptait ainsi 50 structures balnéaires à caractère médical et différentes colonies sur la côte toscane (Viareggio et Forte dei Marmi) et en Émilie-Romagne (Rimini), régions qui constituent encore aujourd’hui les deux principaux districts balnéaires italiens (Colonie Apuano, figure 1).

Figure 1. Districts touristiques balnéaires les plus anciens d’Italie.

Figure 1. Districts touristiques balnéaires les plus anciens d’Italie.

15Établies dans des régions où l’air était pur et le climat agréable, ces structures devaient contribuer à la reconnaissance de ces destinations touristiques balnéaires de masse au niveau urbain, politique et social, grâce à la construction de véritables villages d’enfants auxquels les proches pouvaient rendre visite. Les colonies étaient des organisations privées ou publiques, souvent religieuses, qui, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, ont pris soin des enfants pour prévenir les maladies et promouvoir la santé et l’éducation civique à travers le jeu et le divertissement. Pendant la période fasciste (1922-1945), ces pratiques en bord de mer se sont développées et ont été utilisées à des fins politiques pour favoriser le processus d’adhésion des masses au régime : plus de 150 colonies pour enfants équipées d’environ 60 000 lits ont été créées sur les côtes italiennes, dont 36 le long de la Riviera Romagnola (Istituto per i Beni Culturali della Regione Emilia-Romagna, 1986) qui accueillait des effectifs très importants pour l’époque, dans d’énormes structures comme la Colonia Marina Bolognese construite en 1934 (2000 lits ; figures 2 et 3) ou la Novarese construite en 1933 (900 lits) à Rimini. Pour l’année 1935, on estime les arrivées à environ 400 000 sur la côte. Comme nous l’avons indiqué, les fins de semaine étaient caractérisées par un afflux de parents venant rendre visite à leurs enfants et ce mouvement a joué un rôle déterminant dans la diffusion de l’image de la Riviera Romagnola. Cette époque a également vu l’essor des activités physiques – en particulier du sport, des jeux, des bains de soleil et de la baignade –, qui se sont petit à petit imposées comme des pratiques à la mode.

Figure 2 La Colonie Bolognese à l’époque fasciste.

Figure 2 La Colonie Bolognese à l’époque fasciste.

Rimini, www.riminimare.it

Figure 3 Bâtiments désaffectés de la Colonie Bolognese aujourd’hui.

Figure 3 Bâtiments désaffectés de la Colonie Bolognese aujourd’hui.

Rimini, www.riminimare.it

16Jusqu’aux années 1970, les colonies de vacances vont continuer à attirer un nombre important d’enfants, toutes classes sociales confondues. Jusqu’au milieu des années 1960, on dénombrait encore 1 000 structures environ, dont 207 sur 246 au total en ce qui concerne la région Romagne (Istituto per i Beni Culturali della Regione Emilia-Romagna, 1986). La situation a évolué à partir de 1970, que l’on peut considérer comme une année pivot à partir de laquelle, pour les moins de 18 ans, les vacances en famille ont commencé à substituer les séjours en colonies, avec des conséquences au niveau social et territorial. Le déclin des colonies a alors commencé, avec un abandon progressif de structures situées dans des lieux pourtant stratégiques sur la côte et souvent caractérisés par la qualité et la beauté de leur architecture. Parmi ces sites, certains sont encore aujourd’hui des points de référence de stations balnéaires modernes comme la Colonia Novarese (1934, figure 4) à Miramare di Rimini. Quelques-uns de ces établissements ont conservé une fonction éducative, comme la « Colonia Fascista Forlivese dedicata al Duce » à Marebello di Rimini, qui abrite aujourd’hui le siège du lycée technique pour le tourisme Marco Polo de Rimini (Figure 5). Quelques structures sont encore en activité mais sont limitées dans le nombre de nuitées, comme la Colonia 12 Stelle à Cesenatico. Gérée par l’organisation catholique Caritas et par certains diocèses du Tyrol du Sud, celle-ci a une capacité totale d’accueil de 1000 enfants et adolescents (6-15 ans) de mi-juin au début du mois de septembre (200 lits). Dans cet établissement, les pratiques ont peu changé avec le temps : jeux, sports et repos sur la plage ou dans la piscine. Dans un contexte de crise socio-économique, d’affirmation du concept de durabilité et de vieillissement de la population dans les pays développés, les enfants et les adolescents, proportionnellement moins nombreux, ont expérimenté avec le temps de nouvelles pratiques touristiques et de loisir.

Figure 4 Colonia Novarese en attente de réhabilitation.

Figure 4 Colonia Novarese en attente de réhabilitation.

Rimini, Microsoft Corporation, 2009.

Figure 5 Lycée technique pour le tourisme Marco Polo (Rimini)sur le site de la Colonia Forlivese.

Figure 5 Lycée technique pour le tourisme Marco Polo (Rimini)sur le site de la Colonia Forlivese.

Institut Marco Polo.

Le tourisme contemporain de l’enfance et de l’adolescence à Rimini : une recherche en cours

17L’évolution de la famille traditionnelle a fortement influencé les pratiques touristiques des enfants et des adolescents : parallèlement aux vacances des enfants en compagnie de leurs parents ou grands-parents, se sont en effet développés les séjours des enfants avec d’autres membres de leur famille (Professional Aunts No Kids - PANK) comme les tantes par exemple, et parmi elles les femmes sans enfants – à revenu moyen ou élevé –, désireuses d’accompagner leurs neveux (entre 9 et 12 ans) en vacances. Comme l’a montré une recherche menée en Italie et (JFC, 2014), plus de 690 000 tantes – dont la somme des revenus correspond à un revenu total de 1,44 million d’euros –, sont parties avec leurs neveux en 2013, vers des destinations qui diffèrent selon la classe d’âge des enfants. En ce qui concerne la classe des 8- 12 ans, le tourisme de villégiature et les voyages arrivent en tête. Parmi les destinations choisies en 2013, les stations balnéaires italiennes sont les premières choisies (25,9 %), suivies des stations balnéaires à l’étranger (10,1 %) et des séjours à la montagne(18,7 % avec 11,4 % pour les séjours aux sports d’hiver). Les voyages culturels dans les villes d’art italiennes (16,15 %) et dans les capitales européennes (13,3 %) arrivent en deuxième position des choix : en proportion, les voyages culturels sont donc en passe de rattraper les vacances au bord de la mer (figure 6).

Figure 6. Principales destinations de vacances (2013).

Figure 6. Principales destinations de vacances (2013).

JFC, 2014.

  • 3 Suite à la réforme de l’administration territoriale italienne mise en place en 2015, l'institution (...)
  • 4 Cette recherche doit beaucoup à Mme Rossella Salvi, Chef du service des statistiques de la Province (...)

18Parallèlement à ces données relatives à la transformation des pratiques de vacances de la cohorte infantile, l’Observatoire statistique de la Province de Rimini a commencé, à partir de 2013, une collecte de données relatives à la proportion d’enfants et d’adolescents parmi les touristes présents dans les structures touristiques et à l’offre de services hôteliers ciblés. À Rimini, l’offre hôtelière présente les chiffres les plus élevés de toutes les régions de l’Union européenne, avec près de 2250 établissements et 173 000 lits pour un total régional de 9 219 établissements et 453 495 lits (2014).Avec environ 3/5 des arrivées, le segment familial dans son ensemble reste le « socle permanent » du tourisme à Rimini. Les recherches menées en 20133 ont ainsi permis d’établir que sur un total de près de 3,2 millions d’arrivées et 10,3 millions de nuitées, la classe d’âge des moins de 18 ans représentait environ 1/5 des arrivées de touristes (640 000 unités), avec 22 % d’étrangers (140 800 unités). La segmentation en tranches d’âge montre des pourcentages plus élevés (28 %) pour la troisième enfance (6-10 ans) et la deuxième adolescence (14-17 ans) ; la première et la deuxième enfance (jusqu’à 5 ans), ainsi que la première adolescence (11-13 ans) présentent un ratio plus faible (figure 7). Les données régionales relatives aux moins de 18 ans (APT Servizi, 2017) confirment pour 2016 les chiffres positifs de 2014 et 2015, avec une croissance de 2,4 % sur la côte Adriatique par rapport à 2015. Le nombre actuel d’arrivées s’élève aujourd’hui à 3,32 millions d’arrivées, avec un renforcement du pourcentage des touristes étrangers, qui atteint 20 % du total. En ce qui concerne le nombre et le type de services pour l’enfance offerts par les 2243 établissements pris en compte (172 900 lits au 1er Janvier 2014), 63,6 % des établissements hôteliers offrent au moins un service centré sur les enfants : 41,1 % des structures disposent d’une aire de jeux avec des équipements pour enfants, 13,7 % offrent un service de garde d’enfants (13,7 %), 5,4 % sont équipées d’une piscine pour enfants (5,4 %), 3,1 % d’une garderie (3,1 %) et seulement 0,3 % d’une crèche4.

Figure 7 Composition de la cohorte des 0-17 ans à Rimini (2013).

Figure 7 Composition de la cohorte des 0-17 ans à Rimini (2013).

Observatoire statistique de la Province de Rimini (2014).

19En 2016, un nouveau produit touristique ciblé sur les voyages en Europe des grands-parents avec leurs petits-enfants, pendant la basse saison, a été expérimenté. L’initiative a été mise en œuvre dans le cadre du projet SENINTER (SENiors enhancing intangible and INTERgenerational heritage in Europe during the low and medium season) approuvé par le programme COSME, auquel participe la Région Émilie-Romagne en tant que partenaire de l’Agence régionale de promotion touristique. Ce produit pilote a été élaboré grâce à la collaboration d’un réseau d’entités publiques et privées (entreprises, institutions et associations locales), dans le but de formuler une offre combinant ressources naturelles, culturelles, artistiques et architecturales, mais aussi produits locaux de qualité, traditions et coutumes du pays de destination. Le projet SENINTER vise à renforcer et à réinventer l’offre dans le domaine du tourisme social, grâce à des forfaits touristiques innovants et créatifs, capables également de réduire la saisonnalité en stimulant les arrivées touristiques pendant les périodes non concernées par les mouvements de masses. L’action pilote du projet a permis à 15 personnes âgées et à leurs petits-enfants en âge préscolaire résidant en Slovénie de séjourner 6 jours à Rimini (du 26 mars au 31 mars 2017). Des ateliers de contes animés par des seniors italiens ont été proposés aux personnes âgées et à leurs petits-enfants, et des activités récréatives pour enfants ont été organisées dans des centres sociaux, au Musée de la ville (Rimini), au Musée international de la céramique de Faenza, dans le Parc naturel de Cervia et à l’occasion d’une animation culinaire centrée sur les plats traditionnels et accompagnée de musique folklorique dans l’arrière-pays de Rimini (Sant’Arcangelo). L’objectif du projet SENINTER est de créer, au sein des familles, une expérience favorisant la transmission du patrimoine immatériel européen des générations plus âgées aux plus petits, dans les zones touristiques accessibles à la plupart des catégories sociales (figure 8).

Figure 8. Enfants et mosaïques du projet SENINTER.

Figure 8. Enfants et mosaïques du projet SENINTER.

Association italienne du tourisme responsable/AITR (2017).

Conclusions

20Bien que Rimini représente une destination majeure pour les familles avec enfants et que ces familles constituent, pour la station balnéaire, un des plus gros marchés cibles depuis ses origines, les données éprouvées et fiables relatives aux pratiques touristiques pour enfants et adolescents restent rares aujourd’hui. La fermeture de l’Observatoire statistique de la Province de Rimini est révélatrice de ces lacunes. Le même constat peut être dressé pour les recherches consacrées aux différentes pratiques touristiques expérimentales dans les sites touristiques européens. Le manque d’intérêt pour le tourisme de l’enfance, de la part des chercheurs comme des voyagistes, explique sans doute en grande partie la rareté de ces données. Certes, il reste encore beaucoup à faire pour mettre en place une méthodologie valide et codifiée, capable d’appréhender le tourisme des enfants et des adolescents. La reconnaissance de l’importance des classes d’âge de l’enfance et de l’adolescence, ainsi que des pratiques touristiques des moins de 18 ans, nous semble le point de départ de toute étude relative au tourisme des enfants et des adolescents. L’interdisciplinarité et l’expertise sont également fondamentales (Poria, Timothy, 2014 : 94), de même que l’utilisation par les chercheurs de techniques spéciales : dollplay, storytelling, questions-images, recours à la Berkeley Puppet Interview (Maeselle et al., 1998) pour une approche inductive basée sur des méthodologies descriptives et qualitatives, utilisation de questionnaires, réalisation d’entretiens avec la famille et les enfants, recours à l’analyse psychométrique.

21Repartir de l’histoire du tourisme des moins de 18 ans permet d’attirer l’attention sur l’importance de ce sujet dans une démarche de durabilité, en partant du tourisme de masse pour arriver à celui de la culture et du tourisme scolaire. Le cas de Rimini démontre, en Italie en tout cas, que l’on doit beaucoup au rôle des colonies de vacances de la première moitié du XXe siècle et aux pratiques des enfants et des adolescents liées à l’aide sociale, à la socialisation et à l’éducation civique. On peut ainsi affirmer de manière un peu caricaturale que le tourisme de masse – dans les districts touristiques italiens en tout cas – est né grâce aux établissements balnéaires à caractère médical et aux colonies de vacances. Les données statistiques de Rimini confirment que la famille est encore aujourd’hui la cible la plus importante du marché, une évidence que semble pourtant ignorer les politiques publiques régionales, à l’exception de la région du Tyrol du Sud (Italie). D’une « ville pour les enfants », durant l’entre-deux-guerres, dénomination reprise pendant les années 1960, Rimini s’est imposée avec le temps comme la capitale du tourisme familial puis, plus récemment, comme la capitale des jeunes et des divertissements excessifs. En famille, les enfants et les adolescents perpétuent toutefois certaines pratiques traditionnelles liées à la plage, au jeu, à la fréquentation de parcs, petits et grands. L’intérêt des moins de 18 ans va également vers des pratiques qui répondent à l’évolution de nos sociétés contemporaines, comme les voyages culturels, les séjours aux sports d’hiver, le shopping et certaines activités induites par la télévision (television-induced tourism) et que l’on retrouve également chez les adultes. Au cours des dernières années, les politiques durables pour l’enfance ont encouragé les pratiques de tourisme responsable visant à transmettre aux enfants et aux adolescents le patrimoine immatériel et intergénérationnel, dont le projet Seninter – un « apprentissage situé » à l’étranger et en compagnie des aînés –, est un bon exemple.

22Faut-il alors tenir compte de l’opinion personnelle des enfants dans la recherche en tourisme ? Nous en sommes convaincues. Laisser s’exprimer les moins de 18 ans permettrait en effet de mieux appréhender leurs réelles aspirations (destinations, activités etc.) et de définir leurs besoins. Ces données permettraient à leur tour de mettre en place une politique d’offre ciblée sur les attentes des enfants, qui aurait un impact éducatif et social très fort et contribuerait au développement durable des sociétés, dans les pays développés et émergents.

Haut de page

Bibliographie

A.P.T. Servizi, 2017. www.aptservizi.com/turismo-un-2016-record-lemilia-romagna-482-milioni-presenze-1-milione/ (accesso 3/2/2017).

Adler J., 1985, Youth on the Road: Reflections on the History of Tramping, Annals of Tourism Research, v. 12, n° 3, 335-354.

Alegre J., Pou L., 2006, The length of stay in the demand for tourism, Tourism management, v. 27, n° 6, 1343-1355.

Amirou R., Bachimon P.(dir.),2000, Le tourisme local, une culture de l’exotisme. Paris, L’Harmattan.

Amirou R.,1994, Le tourisme comme objet transitionnel, Espaces et Sociétés, n° 76, 149-164.

Atthowe, J. M, 1973, Token economies come of age, Behavior Therapy, vol. 4, n° 5, 646-654.

Bachimon P.,2014, Seminar " Expériences touristiques et trajectoires de vie", Université d’Avignon.

Bardelli D., 2004, L’Italia viaggia : il Touring club, la nazione e la modernità, 1894-1927, vol. 14, Roma : Bulzoni.

Battilani P., 2003, Storia del turism, Bari, Laterza.

Battilani P., 2001, Vacanze di pochi, vacanze di tutti : l’evoluzione del turismo europeo, Bologna, Il Mulino.

Blichfeldt B. S., Pedersen B. M., Johansen, A., & Hansen, L.,2011, Tweens on holidays. In-situ decision-making from children’s perspective, Scandinavian Journal of Hospitality and Tourism, 11(2), 135-149.

Brougère G., 2012, Pratiques touristiques et apprentissages, Mondes du tourisme, vol. 5, 62-75.

Carr N., 2006, A comparison of adolescents’ and parents’ holiday motivations and desires, Tourism and Hospitality Research, v. 6, n° 2, 129-142.

Carr N., 2011, Children’s and families holiday’s experience, Abingdon, Taylor & Francis.

Cohen E., 1988), Authenticity and commoditization in tourism, Annals of Tourism Research, v. 15, n° 3, 371-386.

Cohen E., Cohen, S. A., 2012, Current sociological theories and issues in tourism, Annals of Tourism Research, vol. 39, n° 4, 2,177–2.202

Colonie Apuano, www.museogalileo.it/assets/files/storia_scienza_under18/colonie_apuano.pdf. (accesso 7/7/ 2016).

Connell J., 2005, Toddlers, tourism and Tobermory: Destination marketing issues and television-induced tourism, Tourism Management, vol. 26, 763-776.

Cullingford C., 1995, Children’s Attitudes to Holidays Overseas, Tourism Management, vol. 16, n° 2, 121–127.

Dallari F.,2007,Distretti turistici tra sviluppo locale e cooperazione interregionale, Bencardino F., Prezioso M. (a cura), Geografia del turismo, Milano, McGraw-Hill, 194-218.

Deli-Gray, Z., László Á., 2015, Appearance and Existence of Postmodernity in Tourism - The Case of Hungary, International Journal of Business Insights & Transformation, vol. 9, n.°1, 1-6.

Di Nicola P., 2008, Famiglia : sostantivo plurale : amarsi, crescere e vivere nelle famiglie del terzo millennio. Milano, F. Angeli.

Dickinson J. E., Lumsdon L., 2010, Slow travel and tourism, Earthscan.

Edensor T., 2001, Performing tourism, staging tourism (Re) producing tourist space and practice, Tourist studies, vol. 1, n° 1, 59-81.

Elder G. H., 1995, Life trajectories in changing societies, Self-efficacy in changing societies, 46-68.

Erikson E.H.,1993, Childhood and society. New York, W.W. Norton.

Farina F., 2003, Una costa lunga due secoli : storie e immagini della Riviera di Rimini. Panozzo Editore.

Florida R. L., 2003, L’ascesa della nuova classe creativa : stile di vita, valori e professioni, Milano, Mondadori.

Fodness D.,1992, The Impact of Family Life Cycle on the Vacation Decision-making Process, Journal of Travel Research, vol. 31, 8-13.

Giovagnoli A., Moretti U. Piscaglia P.,2009, Una scuola in riva al mare. 1969-2009. Rimini, Panozzo Editore.

Graburn N. H.,1983,The anthropology of tourism, Annals of Tourism Research, vol. 10, n° 1: 9-33.

Gram M., 2005, Family Holidays: A Qualitative Analysis of Family Holiday Experiences, Scandinavian Journal of Hospitality and Tourism, vol 5, 2-22.

Gram M.,2007, Children as co-decision makers in the family? The case of family holidays. Young Consumers, vol. 8, n° 1, 19–28.

Hilbrecht M., Shaw S. M., Delamere F. M., & Havitz M. E.,2008, Experiences, perspectives, and meanings of family vacations for children, Leisure/Loisir, vol. 32, n° 2, 541-571.

Howard H., Madrigal R., 1990, Who makes the decision: the parent or the child? the perceived influence of parents and children on the purchase of recreation services, Journal of Leisure Research, vol. 22, n° 3, 244–258.

Istituto per i Beni Culturali della Regione Emilia-Romagna, 1986, Colonie a mare : il patrimonio delle colonie sulla costa romagnola quale risorsa urbana e ambientale, Bologna, Grafis.

JFC, 2013, www.jfc.it/blog/studi-e-ricerche/panks-in-italia (accesso 7/8/2014).

Larsen S., Jenssen D., 2004, The School Trip: Travelling with, Notto or From, Scandinaviam Journal of Hospitality and Tourism, vol. 4, 43-57.

Mariotti A., 2010, The District intersectional model of Territorial Development, Almatourism, vol. 1, n° 2, 38-54.

Measelle J. R. et al.,1998, Assessing Young Children’s Views of Their Academic, Social, and Emotional Lives: An Evaluation of the Self‐Perception Scales of the Berkeley Puppet Interview, Child development, vol. 69, n° 6, 1556-1576.

Micelli E.,2009, Colonie di vacanza italiane degli anni ‘30, Firenze, Alinea Editrice.

Nickerson N.P., Jurowski C., 2001, The influence of children on vacation travel patterns, Journal of Vacation Marketing, vol. 7, n° 1, 19-30.

Obrador P., 2012, The place of the family in tourism research: domesticity and thick sociality by the pool, Annals of Tourism Research, vol. 39, n° 1, 401–420.

Orioli V., 2008, Cesenatico. Città e turismo balneare fra Otto e Novecento, Firenze, Alinea Editrice.

Piaget J., 1977, The Development of thought: Equilibrium of cognitive structures, Oxford, Viking.

Plog S.C., 2001, Why Destination Areas Rise and fall in Popularity: An update of a Cornell Quarterly classic, The Cornell Hotel and Restaurant Administration Quarterly, vol. 42, n° 3, 13-22.

Poria Y., Atzaba-Poria N., Barrett M., 2005, The relationship between children’s geographical knowledge and travel experiences: An exploration studies, Tourism Geographies, vol. 7, n° 4, 387-397.

Poria Y., Timothy D.J., 2014, Where are the children in tourism research?. Annals of Tourism Research, vol. 47, 93-94.

Prat Forga, J., & Cànoves, G. ,2015, Cultural Development Strategies and Urban Gay Tourism Revitalization, Almatourism, vol. 6, n° 12, 137-157.

Quezada R.L., 2004, Beyond Educational Tourism: Lessons Learned While Student Teaching Abroad, International Educational Journal, vol. 5 , n° 4, 458-465.

Robette N, (2011). Explorer et décrire les parcours de vie : les typologies de trajectoires. New York: CEPED,

Ryan C., 1992, The child as a visitor, World Travel and Tourism Review, n° 2 135–139.

Saraceno C., Naldini M., 1998, Mutamenti della famiglia e politiche sociali in Italia, Bologna, il Mulino, vol. 408.

Schänzel H., Yeoman H., Backer E. (Eds), 2012, Family Tourism: Multidisciplinary perspective, Bristol, Channel View.

Seaton A.V., Tagg S., 1995, The European family vacation: paedonomic aspects of choices and satisfactions, Journal of Travel and Tourism Research, vol. 4, n° 1, 1-21.

Sibley D., James S.,1991, Children’s geographies: some problems of representation, Area, vol. 23, n° 3, 269-271.

Small J., 2008, The absence of childhood in tourism studies, Annals of Tourism Research, vol. 35, n° 3, 772–789.

Smith W. L., 2005, Experiential tourism around the world and at home: definitions and standards, International Journal of Services and Standards, vol. 2, n° 1, 1-14.

Songee K., Xinran Y. L., 2013, Travel by families with children possessing disabilities: Motives and activities, Tourism Management, vol. 37, 13-24.

Thorton P.R., Shaw G., Williams A.M., 1997, Tourist group holiday decision-making and behavior: the influence of children, Tourism Management, vol. 18, n° 5, 287-297.

Tung V. W. S., Ritchie J. R. B., 2011,Exploring the essence of memorable tourism experiences, Annals of Tourism Research, vol. 38, n° 4, 1367-1386.

Turley S.K., 2001, Children and the demand for recreational experiences: the case of zoos, Leisure Studies, v. 20, n° 1, 1-18.

UNWTO Annual Report, 2015, http://cf.cdn.unwto.org/sites/all/files/pdf/annual_report_2015_lr.pdf (accesso 3/2/2017)

Volo S., 2009, Conceptualizing experience: A tourist based approach, Journal of Hospitality Marketing & Management, vol. 18, n° 2-3, 111-126.

Wang K., Hsieh A., Yeh Y., Tsai C.,2004, Who is the decision-maker: the parents or the child in group package tours?, Tourism Management, vol. 25, n° 2, 183-194.

Zambianchi M., 2015, La psicologia positiva. Roma : Carocci Editore.

Zambianchi M., Ricci Bitti P.E., 2012,Benessere psicologico e prospettiva temporale negli adolescenti e nei giovani, Psicologia della Salute, f. 2, 83-102.

Haut de page

Notes

1 La recherche ne porte pas sur les pays émergents. Cette question mériterait d’être abordée dans une vision socialement durable de l'ensemble de la population.

2 La chaîne Italy Family Hotels (de www.italyfamilyhotels.it/) est née sur la côte Adriatique. Elle compte plus de 100 hôtels, évalués sur la base des services aux enfants et aux familles.

3 Suite à la réforme de l’administration territoriale italienne mise en place en 2015, l'institution provinciale a été réorganisée et le système statistique transféré à l’Observatoire du Tourisme de l’Émilie-Romagne qui relève de l’Union des Chambres de Commerce. Jusqu’à présent, aucune donnée ultérieure n’a été extraite. La collecte de données destinée à établir une base de données régionale a été confiée aux hôteliers. Ceux-ci ont accepté d'enregistrer les arrivées et les présences dans leurs structures, sur la base d’une série d’informations comprenant notamment les classes d'âge.

4 Cette recherche doit beaucoup à Mme Rossella Salvi, Chef du service des statistiques de la Province de Rimini, qui nous a fourni les données citées dans cet article et avec laquelle nous avons pu échanger des idées et partager des expériences. Nous lui adressons nos remerciements les plus sincères.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Districts touristiques balnéaires les plus anciens d’Italie.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1525/img-1.png
Fichier image/png, 338k
Titre Figure 2 La Colonie Bolognese à l’époque fasciste.
Crédits Rimini, www.riminimare.it
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1525/img-2.png
Fichier image/png, 133k
Titre Figure 3 Bâtiments désaffectés de la Colonie Bolognese aujourd’hui.
Crédits Rimini, www.riminimare.it
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1525/img-3.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 4 Colonia Novarese en attente de réhabilitation.
Crédits Rimini, Microsoft Corporation, 2009.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1525/img-4.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 5 Lycée technique pour le tourisme Marco Polo (Rimini)sur le site de la Colonia Forlivese.
Crédits Institut Marco Polo.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 6. Principales destinations de vacances (2013).
Crédits JFC, 2014.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1525/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 7 Composition de la cohorte des 0-17 ans à Rimini (2013).
Crédits Observatoire statistique de la Province de Rimini (2014).
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1525/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 8. Enfants et mosaïques du projet SENINTER.
Crédits Association italienne du tourisme responsable/AITR (2017).
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1525/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fiorella Dallari et Alessia Mariotti, « Les pratiques touristiques ciblées sur l’enfance : vers une nouvelle perspective ? », Via [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1525 ; DOI : 10.4000/viatourism.1525

Haut de page

Auteurs

Fiorella Dallari

Fiorella Dallari est professeure associée de Géographie au Département de Sciences pour la Qualité de Vie de l’Université de Bologne (Italie) et Directrice d’AlmaTourism, revue scientifique de cette université. Ses recherches se concentrent sur le développement local, la géographie du tourisme, les systèmes touristiques et les itinéraires culturels. Plus récemment, ses études ont également porté sur les politiques territoriales, les routes culturelles, les pèlerinages, les sites du patrimoine mondial de l’UNESCO et le bien-être social.

Alessia Mariotti

Alessia Mariotti est professeure associée de Géographie politique et économique. Elle dirige le Centre d’Études Avancées sur le Tourisme de l’Université de Bologne (Campus de Rimini). Ses thèmes de recherche portent sur le tourisme culturel, le développement local, la gestion communautaire des ressources culturelles le long des itinéraires culturels, le développement durable, l’aménagement et la gestion du tourisme dans les sites classés au patrimoine de l’UNESCO.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals