Navigation – Plan du site

Résumé

Cet article propose d’étudier les différentes variations de la façon dont la ville de Tanger est présentée comme un lieu d’expériences érotiques dans les trois grandes collections de guides imprimés (Guide Vert, Guide Bleu et Lonely Planet) publiés après l’indépendance du Maroc (1956-2010). L’hétéro-érotisme, de mise dans les discours promotionnels de l’Occident sur des destinations disposant d’une culture coloniale, ne suffit plus pour répondre à la demande d’un public touristique désormais hypermoderne et à la recherche d’une expérience davantage réflexive et créative. La figure de l’artiste en séjour à Tanger apparaît comme un aspect central du discours touristique des guides touristiques contemporains. Elle sert de viatique au lecteur-touriste. Le cas plus spécifique du Lonely Planet qui privilégie l’homo-érotisme dans son discours de ses premières éditions, nous permet de comprendre les modalités de mise en désir de certaines composantes de l’imaginaire touristique de Tanger.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

1Le tourisme est un champ de prédilection pour la circulation des imaginaires érotiques des lieux et du désir érotique, car il incite à voir et à être vu, provoque une activité fantasmatique dans le cadre du projet de voyage et induit des rapports entre le visiteur et le visité. Pour rendre désirable la destination de voyage, le discours touristique a recours à des symboles dans lesquels il associe la motivation touristique au sexe commercial (Kinnaird et Hall, 1994, Beaulieu et al. 2003). 

2Nous définissons d’emblée l’érotisation des lieux comme un type de mise en désir de, et par, un imaginaire touristique qui répond à une pulsion sexuelle. Dès lors, quels sont les activateurs du désir érotique spécifique aux lieux ? Répondent-ils aux mêmes dimorphismes (féminin/masculin) de la sexualité humaine ?

3L’exotisme, notion largement déconstruite par les Tourism Studies, décrit un processus qui mène à la mise en désir des lieux lointains et des personnes (Staszak, 2008). Elle repose sur certains éléments comme la de(re)contextualisation des particularités et de l’étrangeté des lieux et des populations et mène à la construction d’un regard condescendant et de fascination sur l’altérité. Les liens qui se sont perpétués entre exotisme et érotisme dans le sillage du colonialisme permettent d’articuler la race au genre afin de mettre à disposition le corps de l’Autre au désir masculin « blanc ». Nous chercherons à montrer que l’érotisme en tant que mise en désir peut se passer de l’exotisme. En effet, l’érotisme ne cherche pas à médiatiser un rapport où le dominateur et le dominé sont prédéfinis sur la base de la race, la classe ou le genre ; il a, avant tout, pour but de créer le désir entre deux entités sexualisées. Cependant, des études psychanalytiques (Stoller, 1984) conviennent que l’hostilité (c’est à dire le désir d’humilier, de faire mal, de faire souffrir) est l’un des principaux constituants et élément central de l’excitation érotique.

4Crépault (2007) a défini des lois de l’érotisme que nous pouvons aisément transposer à la narration de récits ou des discours touristiques pour comprendre quelques procédés mis en place pour activer le désir érotique : nécessité à la fois d’intégrer des éléments nouveaux et des répétitions de scénarios à travers des rituels (par exemple pour accéder à la destination) ou encore le détachement affectif par la présentation de la destination comme un objet de désir vidé de ses qualités affectives, de sa population et de ses problèmes en vue de déculpabiliser le touriste et lui permettre d’éprouver plus facilement du plaisir. Les mises en désir les plus intenses sont les plus transgressives, celles qui jouent avec le danger, ou qui frôlent le risque de la dérive éthique. Or, l’imaginaire touristique se présente comme une « aire intermédiaire d’expérience » ou « un tiers espace symbolique » (Amirou, 1995), afin de réduire la distance entre le touriste et le lieu visité. Dans ce cadre, l’érotisation des lieux touristiques doit s’intégrer dans cette médiatisation, en composant notamment avec l’exotisme. Comment, par sa capacité à dépasser l’objet représenté, l’imaginaire touristique parvient-il à diluer des désirs parfois inavouables ou indicibles dans d’autres représentations de manière à maintenir l’attractivité d’une destination ?

5Pour étudier les processus et la variabilité de l’érotisation des lieux, nous nous penchons sur le cas de la ville de Tanger et son imaginaire touristique tel qu’il est exprimé dans les guides imprimés contemporains. Souvent comparée à ces villes-mondes ou méditerranéennes, comme Naples ou Alexandrie (Dodi, 2010) qui ont fasciné et bouleversé des écrivains et des artistes du monde entier, Tanger fait l’objet d’une profusion d’images résultante de ces relations de voyage. Pendant et après son statut international, Tanger a été même l’une de ces hétérotopies sexuelles (Berliner, 2010) où s’annulaient les lois et les coutumes moralisatrices occidentales et où étaient accueillis les désirs et les pratiques refoulés d’un Occident colonisateur. Ainsi la figure de l’artiste voyageur à Tanger est un invariant fort de l’imaginaire touristique de la ville dans les éditions des guides publiés postindépendance.

6La première partie de l’article porte sur la compréhension de la genèse des figures rhétoriques à caractère érotique utilisées dans le discours touristique contemporain des trois guides imprimés analysés (Guide Bleu, Guide Vert et Lonely Planet), à partir de l’indépendance (1956). Pour saisir leurs fondements idéologiques, esthétiques et politiques, il faut les mettre en perspective avec les représentations de la ville de Tanger contenues dans l’imaginaire romanesque et poétique de la ville. L’approche intertextuelle consistera à croiser les mises en récit des guides et les autres formes d’expression (pratiques des artistes à travers des récits de voyage, œuvres artistiques) avec le discours touristique afin de prendre en compte le transfert de valeurs qui s’opère entre eux.

7Notre approche diachronique nous a permis de relever un homo-érotisme prégnant, mobilisé exceptionnellement et de manière éphémère (jusqu’en 2010) pour mettre en désir la destination, dans les premières éditions du guide Lonely Planet consacrées au Maroc, apparues au début des années 1990. Cet homo-érotisme exprimé explicitement est passé sous silence dans les guides touristiques contemporains analysés (depuis 2010) malgré la survivance de quelques références furtives et emblématiques d’un imaginaire homosexuel et contestataire du XXème siècle, symbolisé essentiellement par les écrivains de la Beat Génération passés par Tanger.

8Nous consacrons donc la deuxième partie de l’article sur la mise en exergue des procédés discursifs qui permettent de sexualiser et homo-érotiser le lieu dans les premières éditions du Lonely Planet afin de parvenir à réactiver les aménités de la destination homosexuelle datant de la fin du statut international jusqu’aux années 1960. Alors que le cycle de vie de cette destination était voué à prendre fin en même temps que le projet colonial et littéraire qui l’avait généré, le guide Lonely Planet conjugue des registres de visibilité/invisibilité caractéristiques d’un espace de l’antimonde (Brunet, Ferras et Théry, 1992). Il exploite la situation de déclin et d’isolement que subissait alors la ville, pour mettre la lumière sur les pratiques clandestines et illégales (dont l’homosexualité et la prostitution) auprès des lecteurs-touristes en dépit des contraintes locales et officielles (socio-culturelles et législatives). Il est utile donc de saisir aussi les réalités économiques et politiques de la ville qui limitent ou alimentent les mises en désir de la ville, et qui orientent leur nature.

9Dans notre corpus des trois guides analysés concernant les éditions postindépendance, deux phases-clés qui correspondent à des transformations politiques ou urbaines ont marqué l’histoire du territoire touristique : dans un premier temps, l’indépendance de Tanger qui engendre un appauvrissement économique et une marginalisation de la ville, puis dans un second temps, l’intronisation du roi Mohamed VI qui marque un regain d’intérêt particulier pour Tanger et le renouveau urbain de la ville. Il s’agit de reconsidérer la manière dont le développement de Tanger des années 2000, participe de la disparition de l’homo-érotisme manifeste du discours, tout en s’adaptant aux évolutions d’un public touristique demandeur d’une expérience réflexive et créative.

1 - Le musée érotique des images de la ville dans les discours des guides imprimés contemporains

Hétéro-érotisme et sexualisation féminine

  • 1 L’œuvre de Delacroix va intégrer Tanger à la géographie d’un Orient fantasmé. Elle motivera le voya (...)

10Le discours touristique des guides imprimés publiés postindépendance (à partir de 1960) abonde de métaphores (ville blanche, muse, objet de convoitise etc.) à travers lesquelles Tanger fait l’objet d’une personnification à caractère sexuellement féminin. Par la répétition des attributions de la ville aux artistes, Tanger est assimilée à une muse qui attire les artistes dès la fin du XIXème siècle, ou encore à un objet de désir. La référence pérenne (dès les premières éditions postindépendance) au débarquement d’Eugène Delacroix1 en 1832 dans un Maghreb encore fermé à l’Occident, incarne principalement cette fonction d’inspiration traditionnelle de la ville. La référence à Delacroix ouvre la « saga » d’une destination de passages de grands artistes par Tanger qui s’enrichira au fil des éditions.

  • 2 Il s’agit ici du regard réducteur et hiérarchisant qui fonde le concept d’ « orientalisme » dont E. (...)

11La sexualisation féminine de la ville sous forme de métaphores à connotation érotiques emprunte ainsi à un langage poétique d’artistes célèbres passés par la ville pendant plus de deux siècles. En effet, les images de la ville qui ont été produites par des artistes célèbres sont décontextualisées dans le cadre d’un exotisme spécifique à l’imaginaire touristique des discours promotionnels. L’objectif étant d’attribuer à l’objet de découverte des traits qui se limitent à la féminisation, la sexualisation, la passivité et l’occidentalisation (Baider et al., 2004)2. L’allégorie de « La ville blanche » (fig. 1) ou « la perle du Détroit » par exemple, fortement présente dans les discours touristiques contemporains des guides, s’associe à des représentations liées à la pureté, la virginité, la sobriété et la générosité pour reprendre des éléments liés à la possession et l’accessibilité typiques de la sexualisation des destinations (Pritchard et Morgan, 2000).

Figure 1. Cliché intitulé « Tanger « la blanche » au début du siècle, étalée en amphithéâtre autour de sa baie »

Figure 1. Cliché intitulé « Tanger « la blanche » au début du siècle, étalée en amphithéâtre autour de sa baie »

Guide Bleu Evasion, 2001

12Nous constatons que la mise en désir du lieu repose sur sa réduction à son altérité et sur sa mise à disposition au touriste en l’offrant à son désir d’appropriation. Nous pouvons constater à ce propos, que le discours touristique hétéro-érotise la relation avec la destination suggérée au touriste, sur la base d’un sentiment de conquête ou d’appropriation, voire de consommation apparentant alors la destination à une personne (souvent féminine) ou à un objet. Cette approche érotique est amplifiée par l’idée dénonciatrice qui assimile le tourisme à la prostitution, évoquée d’abord comme une figure rhétorique tiers-mondiste, et que des chercheurs ont envisagée comme une piste à analyser dans le cadre de ses rapports au patriarcat et à l’impérialisme (Graburn, p. 83 cité par Staszack, 2015).

  • 3 Dans le guide Vert, une rubrique historique est intitulée comme telle ; dans le guide Bleu (2012), (...)

13En effet, l’hétéro-érotisme trouve ses racines lointaines dans la situation géostratégique (fig. 2) même de la ville et à sa capacité à attiser les appétits des occupations qui s’y sont succédées dans l’Histoire. Dans les guides, une rubrique intitulée « objet de convoitise »3 rappelle ces mises à disposition forcées de la ville. Aujourd’hui en revanche, la période de la colonisation étant révolue, la réalisation de l’exploit de la sublimation de la pulsion sexuelle dans la création artistique est réservée à certains voyageurs seulement, ceux qui parviennent à s’inscrire dans le sillage de l’expérience des artistes.

Figure 2.Cette image très prisée par la promotion touristique nationale symbolise Tanger comme porte de l’Afrique.

Figure 2.Cette image très prisée par la promotion touristique nationale symbolise Tanger comme porte de l’Afrique.

Il s’agit de la cavité des grottes d’Hercules, dont l’ouverture prend la forme du continent Africain et dans laquelle l’océan (où se joignent l’Atlantique et la Méditerranée) pénètre à marée haute.

Morocco Round Trip - Marokko Rundreise, 2011

Auto-érotisme et nostalgie

14Paradoxalement, selon l’interprétation postcoloniale que nous en donnons, cet hétéro-érotisme des discours contemporains –qui s’est manifesté par des personnifications féminines dès les premiers guides et brochures touristiques sur Tanger – s’est arrêté avec l’instauration du statut international de Tanger en 1923 et la neutralité de son territoire. La possession de la ville qui a été partagée entre plusieurs puissances occidentales est signifiée par la paraphrase explicitement sexualisée de Prosper Ricard dans les Guides Bleus des années 1930, « La ville qui appartient à tout le monde ». La présentation presque « scientifique » d’une ville qui allie tradition et modernité repose, dans ces éditions datant de 1930-1950, sur des cartes et une énumération des équipements en invitant le touriste à visiter tous les quartiers de la ville, y compris ceux nouvellement construits par les colonisateurs.

15Il a fallu attendre les éditions postindépendance pour voir ré-émerger l’hétéro-érotisme, et en particulier celui dont les artistes et leurs imaginaires poétiques sont les véhicules. La « période dorée » (Ex : Guide Bleu, 2007) décrit l’épisode charnière de l’histoire de la ville durant son statut international, et structure l’espace et le temps représenté dans le discours. Elle confère in fine aux lieux leur authenticité et oriente les pratiques des touristes. Il s’agit d’un « âge d’or » où ne sont révélés que les aspects idylliques d’un espace-temps révolu : une période de faste, de création artistique, de cosmopolitisme, de tolérance, de liberté et de fêtes.

16Ce passé à la délimitation temporelle indéfinie, ponctué par le passage des artistes et marqué par la période internationale, est évoqué sur un ton nostalgique. Ce ton nostalgique croît proportionnellement à l’évolution temporelle des éditions, il se manifeste par une recrudescence graduelle du nombre de références aux artistes et le marquage des lieux chargés de l’imaginaire de ce passé, et ce en dépit de leur fermeture ou de leur inaccessibilité.

17Dans le cadre de l’hétéro-érotisme, la nostalgie se présente comme une forme d’exotisme qui met en désir la civilisation antérieure de la colonisation révolue. Cependant, la nostalgie manifeste ici, avant tout, un état de frustration découlant du fait que les promesses érotiques qui surchargent aujourd’hui le discours, véhiculées par les nombreuses références aux artistes, se confrontent aux contingences du « réel », ceux d’une ville en plein développement.

18Le mythe de Tanger, tel qu’il est mobilisé par les discours fantasmés et touristiques contemporains ordonne des formes de langages hétérogènes (fictionnels, historiques, biographiques, etc.) qui permettent de dévoiler le pouvoir de séduction de la destination et les modalités pour y accéder, ainsi qu’une variation de préférences érotiques. En effet, les expériences érotiques suggérées au lecteur-touriste sont configurées d’abord par les valeurs d’attributions aux artistes référencés par les guides – illustrées par une destination vécue et/ou retranscrite par ces artistes-, puis par la sensibilité personnelle de ce lecteur et sa connaissance des artistes en question, et de leurs œuvres. Ce processus qui implique l’imaginaire individuel du touriste par l’usage de la parole poétique empruntée/associée à des artistes célèbres au détriment d’une érudition utile s’est généralisé dans l’univers de l’édition des guides imprimés dans les années 1990 (Rauch, 2007). Il permet de dépasser ou renouveler l’exotisme et de refonder le concept de visite culturelle en proposant des alternatives à la vision monumentale de la ville.

  • 4 La référence est accentuée dans les guides verts : La mort en 1999 de Paul Bowles ferme la saga int (...)

19A la fin des années 1990, de nouvelles références à des artistes américains s’imposent dans le discours des guides analysés sur Tanger, et en particulier celle de Paul Bowles4. La disparition de l’auteur en 1999 est marquée par un encadré intitulé « une page qui se tourne » (Guide Vert Michelin, 1999) qui est réservé à des courtes mentions à sa vie résidentielle à Tanger, à son rôle de Greeter de la ville littéraire, à son œuvre et à ses relations amicales / amoureuses avec des autochtones marocains dont il a produit les travaux artistiques. P. Bowles devient à juste titre l’habitant emblématique de ce « Tanger international », il constitue cet autre sur lequel se construit la mise en désir, le leader charismatique de l’expérience touristique « authentique ». Bien que la nostalgie imaginée alimente aujourd’hui l’imagerie du tourisme à des fins de marketing et contribue à perpétuer les imaginaires coloniaux et orientalistes sur les pays en voie de développement (Echtner et Prasar, 2003), elle participe ici d’une dés-exotisation puisque l’autre est un soi-même occidental (incarné par la figure de Bowles) valorisé en tant qu’idéal à atteindre. La démarche comporte de la déférence et non de la condescendance, et fait émerger une identité hybride – ou cosmopolite selon le mythe – qui dépasse les oppositions entre l’ici et l’ailleurs. L’exotisme y est presque vidé de son sens.

20Bien que dépassant l’exotisme, ces deux procédés érotisants présentés ci-haut s’appliquent aisément à une destination qui dispose d’un passé colonial : L’hétéro-érotisme s’exprime facilement dans les rapports de domination / soumission favorisés par le colonialisme alors que l’auto-érotisme s’exprime dans un rapport à soi où l’autre est intégré après avoir été approprié. Cependant, du point de vue de la perspective postcoloniale que nous avons d’emblée adoptée, force est de constater que ces approches de l’érotisme suggèrent une relation « trop » fusionnelle pour un discours qui est censé s’adresser à l’homme blanc occidental. Mais puisque ce discours est préalablement aseptisé, quelles autres érotisations latentes dissimule-t-il par la référence au mythe de Tanger et ses artistes ? Existe-il d’autres variabilités ou stades érotiques susceptibles de construire une mise en désir dans le cadre d’un imaginaire touristique ?

Les relations anti-fusionnelles des artistes aux lieux : érotisations transgressives de Tanger

  • 5 Crépault (2007) explique qu’Eros est nourri d’une part par la haine, la souffrance et la destructio (...)

21La réponse à cette question est à trouver dans la généalogie de ces images produites dans le cadre de la création artistique pour érotiser Tanger mais qui ne furent pas intégrées comme tel au discours touristique. Alors que le discours des guides contemporains laisse penser que la relation exemplaire (sur les pas des artistes) à la destination est davantage fusionnelle, presque anérotiques au sens sexuel du terme, les récits de voyage des artistes et leurs productions artistiques attestent que les relations fusionnelles et anti fusionnelles5 avec le lieu et ses habitants sont souvent corrélées. En effet, comme le démontre J-F Staszak (2003) à propos de Gauguin, le déplacement géographique des artistes est aussi une expérience du corps, et implique une aventure sexuelle qui permet d’aboutir à la création artistique. Pouillon (2008) décrit même Delacroix et Matisse à Tanger comme des « caricatures de touristes », voire un « touriste sexuel » en ce qui concerne Delacroix, en expliquant que leur visite se cantonnait aux paysages des cartes postales et les lieux de réceptions officielles sans pénétrer dans la vie des indigènes musulmans. Avant qu’éros ne soit complètement sacrifié dans la sublimation au profit de la production artistique des artistes-voyageurs, il aura d’abord été nourri des rapports d’hostilité et de domination découlant des tensions précoloniales ou du cadre hégémonique colonial.

  • 6 Eugène Delacroix, Alexandre Dumas et Mark Twain, qui ont séjourné respectivement en 1832, 1846 et 1 (...)
  • 7 Alexandre Dumas relate ses premières impressions en débarquant à Tanger à bord du véloce en 1846 : (...)
  • 8 Plusieurs voyageurs véhiculeront ce stéréotype à cause de l’hostile de la population à leur égard: (...)
  • 9 Mark Twain dans son récit de voyage : « (…) Voici une ville bondée et bourrée, enfermée dans une mu (...)
  • 10 « (...) Dans la grande rue, qu’il nous faut traverser, il y a bien quelques boutiques espagnoles, q (...)
  • 11 En référence à l’ouvrage d’Henri Amic, « Le Maroc. Hier et aujourd’hui. Deux voyages, 1920-1924, Pa (...)

22Dans le sillage du journal de Delacroix, d’autres récits de voyage6 – en particulier celui d’Alexandre Dumas7 – décrivent le climat d’hostilité qui régnait lors des séjours, et l’inhospitalité de cette ville très proche de l’Europe (à deux heures de Gibraltar et d’Algésiras), porte d’un Orient encore mystérieux. Le stéréotype d’une population composée d’hommes «  Barbares redoutables  »8 ou misérables et de femmes voilées, tous relégués au rôle de figurants, et d’une ville et ses environs aux beaux paysages quoique difficile d’accès9, alimentent à côté des peintures orientalistes, les prémices d’un discours qui servira la propagande coloniale. Toutefois, la présence de consuls étrangers garantissait une sécurité, un accompagnement et un hébergement aux visiteurs. La communauté juive de Tanger, a permis aux peintres d’accéder à des modèles féminins et aux coulisses de la culture et des traditions Marocaines (fig.3) (Arama, 2006). Nous qualifierons cette mise en désir, d’allo-érotisation en opposition à l’auto-érotisme décrit plus haut, puisque la satisfaction du désir vient d’un objet extérieur, étranger et qu’il est question de préserver comme tel malgré l’envie de le dévoiler. L’hostilité y est intense, elle garantit la préservation de l’objet extérieur intact. Dans son récit de voyage «  Au Maroc  », Loti, arrivé à Tanger en 1889, souffre déjà du paradoxe du touriste (J-D Urbain, 1991) en signalant une forte présence de touristes10. A son départ, il exprime son désir de voiler ce monde qu’il regrette de voir s’ouvrir : « O Maghreb sombre, reste, bien longtemps encore, muré, impénétrable aux choses nouvelles, tourne bien le dos à L’Europe et immobilise-toi dans les choses passées » (Au Maroc, 1890, cité par Peltre, 2003, p. 91). En effet, l’appropriation d’une mémoire européenne de la ville marquée par le passage d’illustres peintres commence par s’exprimer lorsque les traits caractéristiques de la « ville mauresque » sont gommés par le cosmopolitisme du XXème siècle. Dans les ouvrages des voyageurs français11 la singularité de Tanger au Maroc se fonde sur un discours pessimiste qui établit le constat d’une perte d’identité de Tanger (Tatin-Gourier, Amahjour, 2008).  L’exotisme y reprend son sens au travers de la nostalgie.

Figure 3.Noce juive au Maroc, Eugène Delacroix (1798-1863)

Figure 3.Noce juive au Maroc, Eugène Delacroix (1798-1863)

Photo RMN-Grand Palais (Musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi

  • 12 Nous faisons référence à l’ouvrage de R. Salardenne (1932) qui passa par Tanger en 1930 pour mener (...)
  • 13 Le Dictionnaire des Orientalistes Français nous indique la date (1913) à laquelle la société « Lévy (...)

23Plus tard et à l’aube du statut international, des témoignages de touristes (Fig.4) ou de journalistes12 de passage attestent d’une forte activité de prostitution menée par des femmes mauresques, juives et musulmanes et des garçons Tangérois, hébergés souvent dans des maisons closes. Les cartes postales du fond « Lévy & Neurdein réunis » (considérées comme la source iconographie la plus importante du Maghreb) publiées pendant la période 1913-193213 prennent des clichés de ces prostituées (fig.4 et 5) pour illustrer des femmes orientales. Ces cartes font aussi état d’une surreprésentation des enfants (fig.5) qui suppose d’élargir la tranche d’âge des « jeunes garçons » cités dans la littérature, qui ont intégré le marché du sexe de l’époque.

Figure 4. Carte postale figurant une maure

Figure 4. Carte postale figurant une maure

Carte postale figurant une maure juive sans doute prostituée avec le commentaire du touriste : « Regarde-moi cette allure si elle est crâne »

Cartes postales datant (probablement) des années 1930, éditions Lévy et Neurdein réunis, bibliothèque du patrimoine de Paris)

Figure 5. Carte postale figurant « une mauresque chez elle »

Figure 5. Carte postale figurant « une mauresque chez elle »

Carte postale figurant « une mauresque chez elle » qui est sans doute une prostituée musulmane dans une maison close (Il est interdit pour les musulmanes de poser comme modèle)

Cartes postales datant (probablement) des années 1930, éditions Lévy et Neurdein réunis, bibliothèque du patrimoine de Paris)

Figure 6. « Bain de lézards sur la plage de Tanger »

Figure 6. « Bain de lézards sur la plage de Tanger »

Cartes postales datant de la période coloniale, éditions Lévy et Neurdein réunis, bibliothèque du patrimoine de Paris)

  • 14 Dans ses lettres issues de sa correspondance avec Alain Ginsberg, W. Burroughs (1990) relate ses ex (...)
  • 15 Dans Les chiens aboient : « Des plages magnifiques ; des étendues vraiment peu ordinaires de sable (...)
  • 16 Burroughs William, Lettres de Tanger à Allen Ginsberg, Paris, Christian Bourgois, 1990 ; Lapassade (...)

24Jusqu’aux années 1960 au moins, Tanger devint un haut-lieu de tourisme sexuel et spécifiquement homosexuel pour des auteurs du XIXème siècle.  La ville présente sous le statut international les ingrédients d’un espace où les auteurs peuvent alimenter leurs fantasmes ou réaliser une révolution syntaxique (dont la plus célèbre manifestation est la technique du cut-up, expérimentée par W. Burroughs dans son roman Le Festin nu), morale, mystique, sexuelle et trouver un matériel à leur inspiration : drogues, pratiques sexuelles variées et interdites14, mode de vie hédoniste15 et figures excentriques.  La littérature américaine, dont les figures emblématiques sont P. Bowles, W. Gyson, T. Williams, G. Vidal, T. Capote, S. Sontag et W. Burroughs, s’inscrit dans un mouvement collectif dont émergera la Beat Generation. Une contre-culture qui affiche un rejet à l’égard de l’Amérique bourgeoise et puritaine et qui a pu se cristalliser grâce à une nouvelle forme de voyage qui s’inscrit dans un rite d’évitement (Amirou, 1995) par rapport aux sites et aux cultures visités. Les œuvres artistiques phares et la littérature biographique16 attestent du potentiel à la fois homo-érotique et autoérotique du lieu et de la « désinhibition situationnelle » (Eiser et Ford, 1995) qui s’y produit, accueillant des pratiques et des dérives sexuelles interdites ailleurs, notamment se que l’on qualifiera par la suite de pédophilie (Caraës, Fernandez, 2003).

  • 17 « ...Tanger est une ville très cancanière, et tous les membres de la colonie étrangère se connaisse (...)

25L’homo-érotisme contribue à fournir les qualités « hétérotopiques » du lieu et de la littérature (Albert et Kober, 2013) produite, à savoir des espaces géographiques et littéraires « autres » où se structurent des regards distanciés du monde grâce à un cadre hégémonique où peuvent s’avouer des pratiques transgressives (tripots, prostitution, liberté, homosexualité). Cette hétérotopie est l’expression d’une utopie véritablement réalisée par des résidents et des voyageurs qui, fuyant le monde, se sont retrouvés à Tanger à partager des valeurs hédonistes, une quête de liberté, pour se désencombrer des normes établies dans les sociétés. L’auto-érotisme fournit l’hétérotopie d’une « licence poétique » qui permet de mêler les qualités d’une utopie de fuite, de satisfaction individuelle à celles d’une utopie révolutionnaire. C’est dans ce sens que devient Tanger un « sanctuaire où chacun est à l’abri de toute interférence »17.

26Nous pouvons en déduire que le discours des guides imprimés contemporains est aseptisé de certaines érotisations transgressives car elles sont liées à des aspects « gênants » et à des tabous de la mémoire de Tanger. Cependant l’exemple de W. Burroughs est une référence qui, quoique discrète dans les éditions les plus récentes, constitue à lui seul, une manière de voyager. Elle porte des valeurs latentes que le touriste-lecteur avisé peut déchiffrer pour nourrir son imagination. Le cas du Lonely Planet qui l’utilise comme référence principale jusqu’aux années 2005, en établissant un parallèle entre la description de la ville pendant cette période (1995-2005) et la ville fictionnelle d’Interzone pour poser les jalons d’une destination gay nous semble intéressant à étudier pour dégager les éléments de la mise en désir que constitue l’homo-érotisme, et les grandes lignes de l’expérience touristique qu’il implique.

2 - Le sens latent et transgressif de l’homo-érotisme dans la mise en désir de Tanger au travers du cycle d’une destination gay dans les discours des guides du Lonely Planet (1995-2005)

27De manière différenciée et affirmée par rapport aux Guides Bleus et Guides Verts, les premières éditions du  Lonely Planet en 1995 proposent un discours touristique suggérant une expérience de l’aventure, hors des sentiers battus, voire de l’extrême. L’expérience est favorisée par un danger qui guette le touriste et qui vient de l’autre, l’autochtone qui dans ce cas, est bien présent et affiche une posture active dans le discours.

  • 18 L’article 489 du code pénal du Maroc criminalise l’homosexualité ou tout acte sexuel entre deux hom (...)

28L’homo-érotisme intègre une forte dose d’hostilité (surtout venant de l’autre) qui débouche sur une hyper-sexualisation du lieu. Ce procédé répond au besoin de se poser comme objet de désir en tant lecteur-touriste homosexuel. De notre point de vue postcolonial, ce type de discours ouvre une porte à l’enclave du masochisme et assume une sexualité « féminine » à ce regard touristique qui se présente toujours au « masculin ». C’est dans ce sens que nous qualifions l’homo-érotisme de transgressif d’une part. D’autre part, les pratiques homosexuelles doivent rester cachées et secrètes18dans un Tanger sous la souveraineté du « Makhzen » et sa législation et en adéquation avec la culture arabo-musulmane du Maroc.

29L’invisibilité sociale de l’homosexualité se manifeste par un caractère éphémère et diffus de la géographie touristique de l’homo-érotisme à Tanger. Cependant, et en dépit d’un contexte local prohibitif, le discours du guide doit mettre en place des stratégies de mise en visibilité pour le lecteur-touriste pour marquer, dévoiler les lieux de rencontres et les pratiques de prostitution homosexuelle interdites de la destination promue dans le discours, même au risque de menacer leur existence.

30Devant cette double transgression à établir, à la fois au niveau du contexte socioculturel local et par rapport aux référents occidentaux, le discours touristique du Lonely Planet doit remplir pleinement une fonction de production d’images : par un travail de description discursive et figurative. C’est ainsi que le guide reconstruit l’espace de la ville comme un antimonde (Brunet, 92). A la manière de l’hétérotopie du « statut international », la reconstitution ce type d’espace doit entrer dans les stratégies spatiales mises en œuvre pour résister aux pouvoirs dominants et qui assurent la régulation et la reproduction sociale.

Une destination gay ressuscitée

31Après l’indépendance, Tanger qui était encore coupée des principaux axes commerciaux nationaux, subit la perte de ses fonctions marchandes tournées vers l’international. La marginalisation de la ville s’effectue suite aux relations politiques tendues de Tanger avec le pouvoir central sous le règne d’Hassan II.   L’isolement par rapport au reste du pays et l’ouverture sur l’extérieur favorisent l’économie illégale qui a pris une ampleur importante dans les capitales de la péninsule tingitane. Le guide ne manque pas de souligner ces activités clandestines comme la contrebande et l’économie du cannabis que le guide ne manque pas de souligner : « Essor florissant du trafic de drogue (dans laquelle prennent part de plus en plus les barons sud-américains de la cocaïne), se développe aussi le commerce des hommes, nombreux à venir d’Afrique Subsaharienne » (Lonely Planet, 1995). Cette situation économique transgressive et politiquement subversive est exotisée dès la présentation de la ville dans la première édition du Lonely Planet (1995) dans le cadre d’une exceptionnalité politique dont Tanger a finalement toujours bénéficié. En effet, nous pouvons d’emblée constater que «  Tanger est une ville unique en son genre ; pas vraiment marocaine et pas vraiment d’ailleurs. Une ville comme nulle part au monde ». C’est ainsi que les qualités du Tanger perçu comme un sanctuaire (Boone, 1995) sont remises au goût du jour dans la rubrique « Histoire », présentée par le guide : « La légende de célébrité internationale perdure. Un havre pour les réfugiés, exilés, banquiers et artistes et un haut-lieu pour les homosexuels et pédophiles » (Lonely Planet, pp. 95,98). Si les interdits ont pu être brisés sans encourir une sanction sociale ou pénale excessive pendant son statut international, une tolérance vis-à-vis du non-respect des règles et d’une morale communément admise au Maroc perdure dans cette ville postindépendance retranchée et non surveillée. Un espace abandonné à la loi du marché où l’ordre des valeurs est déréglé ce qui modèle les comportements et les pratiques de ses habitants : « L’argent est le nerf de la ville. Des cireurs de chaussures aux sphères influentes tout le monde court après  » (Lonely Planet, "Introduction", 1995).

32La mise en scène de la distance avec le monde moralisateur et le recours aux spatialités homosexuelles a pour un but de localiser un  «  Sexscape  » (Brennman, 2004) où finissent par se réactiver des stéréotypes coloniaux dont le touriste sexuel a besoin afin de mener son expérience. Contrairement au pouvoir contestataire de l’hétérotopie littéraire du XXème siècle, Tanger comme antimonde devient à la fois un trou noir de l’économie souterraine et un défouloir sexuel d’une « société de loisirs » où se perpétuent des rapports d’hégémonie culturelle.

33Les stéréotypes liés aux autochtones et aux lieux sont soulignés par le biais d’une métonymie dès l’introduction où Tanger est substitué par «  interzone  », ville fictionnelle inventée et écrite par W. Burroughs. Cette ville hyper-homo-sexualisée permet au discours de reproduire des situations comparables, puis de marquer des lieux spécifiques aux pratiques homo-érotiques. 

« Le temps n’est plus où William Burroughs pouvait décrire avec délectation le flot continu d’offres louches émanant de garçonnets et de jeunes gens autour de cette placette. Mais le petit Socco reste un lieu animé et un merveilleux endroit où s’asseoir devant un thé à la menthe pour observer le va et vient de la foule pittoresque. Et si vous êtes déçus de ne plus retrouver le Tanger mal famé, vous pouvez encore avoir un aperçu de ce qu’il fut jadis : il n’est pas rare qu’on vous susurre encore à l’oreille, « quelque chose de spécial mon ami ». Ainsi l’une des pensions bon marché donnant sur la place, le Fuentes, est une maison de passe » (Lonely Planet, 1995)

34Le petit Socco, placette toujours aussi effervescente qu’à l’époque du «  Tanger international  » est marquée, dans le discours du guide, comme un lieu emblématique de la prostitution masculine des jeunes Marocains. L’attribution d’une pratique touristique proposée par le discours du guide - qui est de s’attabler au café central du petit Socco - aux pratiques du personnage de W. Burroughs, décrites dans son œuvre permet d’introduire une scène de racolage provoquée par un jeune autochtone.  Par la référence romanesque, le discours se dédouane, et le touriste avec lui de toute responsabilité de suggestion. Le touriste sexuel est même invité à poursuivre la rencontre jusqu’à l’acte puisque sur la placette, la pension bon marché le Fuentes qui «  à la fin du XIXème siècle, (…) était l’un des luxueux hôtels de Tanger  » est devenu une maison de passe. » (Lonely Planet, 1995). Ces pensions où les chambres sont « aussi exigües que des cellules de prison » et « du genre asiles de nuit » (Lonely Planet, 1995) sont les lieux les plus récurrents dans la carte touristique de la médina proposée par le guide. Le touriste pensionnaire, est ensuite invité à fréquenter les hammams qui sont « bien(s) pratique(s) étant donné la rareté de l’eau chaude dans bon nombre de pensions » (Lonely Planet, 1995). Il s’agit d’un autre lieu d’homosociabilité par excellence qui favorise un partage d’intimité entre touristes et autochtones.

  • 19 Cette expression est utilisée en référence à « Interzone » de W. Bourroughs où l’auteur a décrit la (...)

35De manière générale, tous les autochtones évoqués dans le discours sont des hommes et des jeunes garçons dans une posture d’activité permanente qui tentent d’établir un rapport marchand et qui jouent des «  numéros  »19 : « Tanger abrite les filous et les pickpockets les plus habiles du pays (…) vous serez accueilli par une cohorte d’amis et de guides polyglottes. Attendez-vous à entendre les histoires les plus folkloriques (…). » (Lonely Planet, 1995)

L’éloge du désordre et du déclin de la ville : le sens latent de l’homo-érotisme dans la mise en désir de Tanger

36Dans ces premières éditions publiées avant les années 2010 (Avant l’intronisation de Mohamed VI et l’annonce de son « coup de cœur » pour Tanger) par le Lonely Planet, le discours sort des référents hétérosexuels pour produire non pas des valeurs liées à la possession et à l’accessibilité qui sont moins évidentes à mettre en évidence dans un Maroc au lendemain de son indépendance, mais en exploitant des valeurs liées à l’insécurité et à l’inhospitalité. En effet, ces premières éditions du Lonely Planet commencent par une mise en garde du touriste du «  harcèlement  » permanent dont il va faire l’objet : « Le harcèlement des rabatteurs polyglottes mènent les touristes à partir au plus vite. Mais après quelques jours, on vous laisse généralement tranquille » (Lonely Planet, 1995).

  • 20 Quand elles sont présentes, il s’agit de danseuses sans intérêts ou prostituées pendant leur temps (...)

37L’espace présente ainsi des qualités hétérotopiques qui en limitent l’accès et permet de créer un espace propice à entre-soi masculin. Le discours du guide opère, dans les guides publiés jusqu’aux années 2000, une exclusion des femmes des lieux publics et privés, qu’elles soient touristes ou autochtones20. Les raisons sont la prééminence masculine dans les lieux publics marocains et le manque de sécurité :

«  La population homosexuelle n’est plus si nombreuse, mais on la retrouve l’été dans certains bars, parfois distrayants. Les femmes ne sentiront pas à l’aise pour prendre des bains de soleils ici (...)” (Lonely Planet, 1998).

« Lieu de séjour et de fascination de plusieurs artistes. Une ambiance sordide et de débauche qui parfois mena certains à la déchéance (Orton assassiné par son compagnon après leur second voyage à Tanger à cause de son « appétit insatiable pour les jeunes garçons »  (Lonely Planet1995).

38Le cadre spatio-temporel esquissé par le discours du Lonely Planet d’une ville en déclin et délaissée de part et d’autre (par l’état marocain et les résidents étrangers, y compris les artistes qui ont disparus ou sont partis) réactive les qualités d’un espace subversif, dangereux mais aussi en désuétude (et de la déchéance).  Ainsi, sur le mode du passé sont décrits les moments et les lieux de la fête et du faste qui laissent place à des lieux désertés et tristes. Les personnages qui sont restés sont vieillissants à l’image des lieux :

« En descendant l’ancienne rue de la poste, il vous faudra beaucoup d’imagination pour réaliser que ces petites pensions qui la bordent étaient des hôtels de grande classe » (Lonely Planet, 1995)

« Le Grand hôtel villa de France fréquenté par Delacroix et Matisse est aujourd’hui fermé » (Lonely Planet, 2003) 

«  Café de Paris, une grande dame vieillissante de la coffee society pour voir l’étrange éventail de personnages cosmopolites élégants et aux tempes grisonnantes. » (Lonely Planet, 1998)  

39Malgré le rôle central qu’elle tient dans une économie souterraine mondiale et la croissance qui en découle, Tanger ne se développe pas. La ville n’est qu’une plaque tournante des flux et subit une léthargie urbaine suite au déclin de ses activités économiques souterraines :

« A l’époque de ce que William Burroughs appelait l’Interzone, la ville était le centre de toute une gamme d’activités peu recommandables. Contrebandiers, blanchisseurs d’argent, spéculateurs de change, trafiquants d’armes, prostituées et souteneurs constituaient une bonne partie de la population marocaine et étrangère. Et c’est dans cette voie que Tanger prospéra. Depuis sa réintégration au reste du Maroc, la ville a perdu beaucoup de ses attraits » (Lonely Planet, "Introduction", 1995)

40Toujours du point de vue postcolonial dans lequel nous nous sommes inscrits, l’homo-érotisme comme préférence de variabilité érotique s’interprète dans ce discours comme un rejeton d’un système défensif. Les spatialités homosexuelles qui vont de pair avec une hyper-sexualisation masculine du lieu y témoignent d’un état d’anxiété et d’un malaise dans une ville mythifiée qui change. La tristesse qui accompagne la déchéance précède la nostalgie qui arrivera dans les discours des années 2000. A défaut de pouvoir recourir au registre du déclin pour décrire la réalité urbaine en pleine évolution, le Guide Vert des années 2000 marque une hétérochronie qui fige les lieux et les paysages dans un état désuet et d’abandon et des habitants en posture d’attente.

41L’aseptisation du discours de l’homo-érotisme qui accompagne le développement touristique encadré par le pouvoir central ces années révèle cette corrélation entre un imaginaire de la décroissance, du désordre et du déclin urbain et l’homo-érotisme comme mise en désir de la ville. A partir des années 2000, avec le renouveau économique et touristique de la ville de Tanger, le discours des guides s’aseptise progressivement de l’homo-érotisme par la suppression des mentions qui font références aux épisodes du passé de Tanger qui sont liées à la pédophilie (en 2001) puis à l’homosexualité (en 2010). La figure de W. Burroughs, élément clé de l’homo-érotisation du discours sur la ville dans les années 1990, se dilue parmi les autres références dès les années 2000. L’attribution de la ville à l’interzone et toute relation de comparaison est rompu en 2005. L’ouverture du l’espace aux femmes s’est manifestée relativement avec la recrudescence de la sécurité concrétisée par la mise en place d’une brigade touristique, mentionnée à partir de l’édition de l’année 2007.

« Les femmes seules se font souvent importuner après 22h et doivent éviter le quartier du port après le coucher du soleil. Quant aux hommes, ils se verront peut-être proposer du haschish par de jeunes gens à la mine patibulaire. En cas de problème avec un faux guide ou tout autre individu, contactez la brigade touristique.  » (Lonely Planet, 2010). 

42La mise en place de mesures sécuritaires s’accompagne d’une opération qui vise à «  chasser  » la population de marginaux et des rabatteurs de Tanger et à éradiquer la prostitution.  « Une grande partie des rabatteurs qui ont fait la mauvaise réputation de Tanger ont étés chassés » (Lonely Planet, 2010).Dès les éditions 2010, la nature des lieux et de l’offre touristique proposée par les guides mise définitivement sur les critères de qualité, de confort et d’accueil. La carte touristique proposée par le guide pour la médina affiche une prédominance de lieux culturels, de maisons d’hôtes et d’hôtels de luxe (Dar Nour, hôtel Mamora etc.), de restaurants tenus par des investisseurs étrangers, de magasins d’artisanat et de galeries d’art. Il en résulte une ville dont la qualité d’accueil est restaurée par des infrastructures d’accès et d’hébergement. Les lieux, les personnages et les pratiques compromettant l’image lisse d’une ville en plein développement ont disparu au profit d’une gentrification touristico-culturelle :

« Aujourd’hui la ville blanche envisage l’avenir avec optimisme. La communauté s’est rendu compte du potentiel de la ville avec l’arrivée en 1999, d’un nouveau monarque aux idées progressistes en matière de commerce et de tourisme. Un port aux ambitieuses dimensions y a été aménagé ainsi qu’un nouveau quartier d’affaires, tandis que l’aéroport a été réorganisé. Les bâtiments ont été rénovés, les plages nettoyées, la prostitution a quitté les rues et on assiste à une floraison d’activités culturelles. Mieux : les excellents hôtels et restaurants ne manquent pas » (Lonely Planet, 2010)

Conclusion  

43Le discours touristique des guides imprimés dispose d’une réserve riche d’images et de représentations poétiques pour mettre en désir la ville de Tanger. En effet, la ville n’a cessé de susciter le désir des artistes et voyageurs et de libérer les érotismes. Le discours se consolide autour de cette image-stéréotype de l’artiste qui suggère des scénarios répétitifs d’accès et de visite de la ville où le voyageur est parvenu à fusionner avec la destination. Ainsi, les figures rhétoriques à connotations érotiques utilisées dans le discours des guides touristiques contemporains sont élaborées sur la base de mises en récits de séjours de création d’artistes célèbres passés par Tanger au XIXème et XXème siècles. Les artistes en tant qu’emblèmes confèrent toute la richesse et la puissance à ce contenu de mise en désir, et notamment d’érotisation. Tout un panel de variabilité de préférences érotiques émerge lorsque nous remontons aux origines de la construction de ces figures, lorsque nous déchiffrons leur sens originel, ou encore lorsque nous nous penchons sur les pistes qu’elles ouvrent aux lecteurs-touristes dans la coproduction de leur imaginaire de destination.

44Nous constatons que l’érotisation opérée sur les lieux par les discours des guides représente un type de mise en désir construisant un discours sur l’altérité. Elle permet à la fois de construire une attractivité dans les discours promotionnels contemporains et dépasser des hiérarchies pointées par les gender et post-colonial Studies. En effet, l’érotisation peut bien se passer des rapports de classe et de race, en ne gardant que les différences liées au genre. Néanmoins, elle peut aussi amener à des dépassements éthiques de réduction de l’autre et de sa mise à disposition bien plus extrêmes que l’exotisme.

45L’érotisation du lieu peut témoigner du besoin d’un groupe à un moment de son histoire de s’approprier intensément un nouveau territoire, de se mettre en désir soi-même et de construire, in fine, un nouveau projet de société. Dans le passé, la littérature a constitué une force idéologique dominante qui a permis d’imposer des érotisations transgressives et de transformer Tanger en réceptacle de désirs refoulés d’un groupe d’artistes occidentaux. Cet homo-érotisme se perpétuera exceptionnellement dans le discours touristique du Lonely Planet en valorisant une spatialité subversive car s’opposant à l’injonction néolibérale faite aux villes de se développer, de s’ouvrir, de s’ordonner, de se rendre visible et de s’intégrer au monde. Plus tard, dans les discours contemporains et l’aseptisation du discours par la prise en compte de la multiplication des réglementations et la domestication de l’espace touristique, l’homo-érotisme est enrayé au profit d’un auto-érotisme qui redonne une impulsion à la capacité de l’imagination du lecteur-touriste à composer ses propres érotisations, voire à en créer des nouvelles. Dans un monde mondialisé où tendent à disparaitre les aspérités, le désir érotique dans les discours contemporains s’autorégule, en répondant davantage à des activités ludiques et culturelles qu’à des besoins sexuels ou psychoaffectifs.

Haut de page

Bibliographie

Amirou R., 1995, Imaginaire touristique et sociabilités du voyage, Paris, PUF.

Appadurai A., 2001, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

Arama M., 2006, Delacroix, Un voyage initiatique : Maroc, Andalousie, Algérie, Paris, Non-Lieu.

Baider F., Burger M., Goustos D. (dir.), 2004, La communication touristique. Approches discursives de l’identité et de l’altérité, Paris, L’Harmattan.

Barthes R., 1970, Mythologies, Paris, Seuil.

Beaulieu I., Joseph J. L, 2003, « Tourisme, sexualité et érotisme dans quelques romans contemporains », Téoros, 22-1, 44-50.

Berliner D., 2011, « LuangPrabang, sanctuaire Unesco et paradis gay », Genre, sexualité & société, n° 5.

Bernardie-Tahir N. (dir.), 2008, L’autre Zanzibar, Géographie d’une contre- insularité, Paris, Karthala.

Black P., 2000, « Sex and travel : Making the links », das Clift S., Carter S. (dir.), Tourisme and Sex : Culture, commerce and coercition, Pniter, London, New York, chap. 15.

Bonnet V., Kober M., Zekri K. (dir.), 2013, Lire les villes marocaines, Paris, l’Harmattan, Itinéraires.

Brennan D., 2004, What’s Love Got to Do with It ? Transnational Desires and Sex Tourism in the Dominican Republic, Durham, Duke University Press.

Bronislaw B., 1984, Les imaginaires sociaux. Mémoire et espoirs collectifs, Paris, Payot.

Brunet R, Ferras R, Thery H., 1992, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Paris, Reclus, La documentation française.

Burroughs W., 1991 (1989), Interzone, Paris, Christian Bourgois.

Crépault C., 2007, Fantasmes, l’érotisme et la sexualité (Les), Paris, Odile Jacob.

Dodi C-A, 2010, Villes invisibles de la méditerranée, Paris, L’Harmattan.

Dumas A., 2006, Le Véloce ou Tanger, Alger et Tunis, Lyon, Palimpseste, Collection : Singuliers.

Echtner C, Prasad M., 2003, « The context of Third World tourism marketing », Annals of Tourism Research, 30(3), 660­82.

Fernandez J., Caraës M-H., 2003, Tanger ou la dérive littéraire. : Essai sur la colonisation littéraire d’un lieu, Espaces méditerranéens.

Goffman, E., [1963]1975, Stigmate, Paris, Minuit.

Goulemot J-M., 2008, « Peintres à Tanger au début du siècle », in Tatin­Gourier J-J., Amahjour R. (dir.), Imaginaire et mémoire de Tanger, 1880-1956 (textes réunis), Tours, université François Rabelais.

Gravari-Barbas M., Graburn N., 2012, « Imaginaires touristiques », Via@tourismreview, n° 1 Les imaginaires touristiques.

Houssay-Holzschuch M. (dir.), 2007, « Antimondes : Espaces En Marge. Espaces Invisibles », Géographie et Cultures, n° 57.

Kinnaird, Vivian H., Derek R. Hall, 1994, Tourism : A gender Analysis, Toronto, Chichester, JhonWiley.

Peraldi M., 2007, « Économies criminelles et mondes d’affaire à Tanger », Cultures & Conflits, n° 68, 111-125.

Pritchard, A., Nigel M., 2000, « Privileging the male gaze gendered Tourism landscapes ? » Annals of tourism Research, vol. 27, 884-905,.

Rautenberg M., 2004, « Les « communautés » imaginées de l’immigration dans la construction patrimoniale », Les Cahiers de Framespa, n° 3.

Rebucini G., 2011, « Lieux de l’homoérotisme et de l’homosexualité masculine à Marrakech », L’Espace Politique, n° 13.

Said E, Culture et Impérialisme, 2000 [Culture and Imperialism, 1993], (trad. Paul Chemla), Fayard/Le Monde Diplomatique.

Said E., 1980, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Le Seuil.

Schneider P., 1990, Matisse au Maroc, Paris, Adam Biro, 26.

Staszak J-F., 2008, « Qu’est-ce que l’exotisme ? », in Le Globe. Revue genevoise de géographie, tome 148, 7-30.

Staszak J-F, 2012, « L’imaginaire géographique du tourisme sexuel », L’Information géographique, N° 2, vol. 76, 16-39

Staszak J-F, 2003, Géographies de Gauguin, Paris, Bréal.

Staszak J-F, 2015, « Tourisme et prostitution coloniaux : la visite de Bousbir à Casablanca (1924-1955) », Via@ Tourismreview, n° 8 .

Stoller R. J., 1984, Sex and Gender : The Development of Masculinity and Femininity, Karnac Books.

Rauch A., 2007, « Les guides, une manière d’être dans la ville touristique : visiter Florence avec le Baedeker, le Guide Autrement et le Routard », in Knafou R., Mondes urbains du tourisme, Paris, Belin.

Tatin-Gourier J-J., Amahjour R., 2008, Imaginaire et mémoire de Tanger, 1880-1956, Tours, Université François Rabelais.

Twain M., 1867, Voyage des Innocents : un pique-nique dans l’ancien monde, Paris, Payot.

Urbain J-D., 1991, L’idiot du voyage : Histoires de touristes, Paris, Plon.

Webographie :

http://www.mbctimes.com/francais/top-10-des-villes-les-plus-sexy-du-monde-2

http://www.frommers.com/destinations/morocco/642777

http://www.routard.com/guide_dossier/id_dp/7/num_page/5.htm

Corpus des guides imprimés :

Guides Bleus. (1965, 1969). Maroc, auteur Boulanger R, Paris, Hachette.

Guides Bleus. (1973, 1975, 1978). Maroc, auteur Fauvel JJ, Paris, Hachette.

Guides Bleus. (1987). Maroc, auteur Barbey A. (dir.), Paris, Hachette.

Guides Bleus. (1999, 2000, 2003). Maroc, auteurs Bosio S, Férin D, de Panthou P, Paris, Hachette. 269 p.

Guides Bleus. (2002). Maroc, auteur Boyer C. (dir.), Paris, Hachette, 511 p.

Guides Bleus. (2008, 2012). Maroc, auteur Pujo N. (dir.), Paris, Hachette.

Guide vert Michelin. (1949, 1950, 1954). Maroc, Paris, Services de tourisme Michelin, 219 p.

Guide vert Michelin. (1974). Maroc, Manufacture française des pneumatiques Michelin.

Guide vert Michelin. (1976, 1978, 1982, 1985, 1988). Maroc, Paris, Pneu Michelin, Services de tourisme.

Guide vert Michelin. (1995, 1997, 2001). Maroc, Manufacture française des pneumatiques Michelin.

Guide vert Michelin. (2001, 2003, 2007, 2010, 2012, 2014). Maroc, Paris, Michelin, éd. des voyages.

Lonely Planet. (1995). Maroc, guide de voyage. Auteurs : Simonis D, Crowther, G [trad. par Thérèse de Cherisey et Anne Dechanet], 3e éd., Paris, Lonely Planet.

Lonely Planet. (1998). Maroc, guide de voyage. Auteurs : Linzee F, Talbot D, Simonis D, [trad. partielle de l’anglais par Miadi F et Prunier C], 3e éd., Paris, Lonely Planet.

Lonely Planet. (2001). Maroc.Auteurs : Fletcher M, Connolly J, Linzee F. et al., 4e éd., Paris, Lonely Planet.

Lonely Planet. (2005). Maroc. Auteurs : Hardy P, Vorhees M, Edsall H, 5eéd., Paris, Lonely Planet.

Lonely Planet. (2011). Maroc.Auteurs : Bainbridge J, Bing A, Clammer P et al., 8eéd., Paris, Lonely Planet.

Lonely Planet. (2014). Maroc.Auteurs :Clammer P, Bainbridge J, Hardy P et al., 9eéd., Paris, Lonely Planet.

Haut de page

Notes

1 L’œuvre de Delacroix va intégrer Tanger à la géographie d’un Orient fantasmé. Elle motivera le voyage à Tanger de plusieurs autres artistes comme : Alexandre Dumas, Matisse etc. Son journal permettra même de suivre ses pas et de diffuser des usages permettant de pratiquer une activité touristique à Tanger.

2 Il s’agit ici du regard réducteur et hiérarchisant qui fonde le concept d’ « orientalisme » dont E. Saïd (1978) dénonce la construction très souvent de mise dans les discours touristique.

3 Dans le guide Vert, une rubrique historique est intitulée comme telle ; dans le guide Bleu (2012), l’intitulé devient un « jouet des convoitises arabe ». L’anecdote historique raconte, notamment, que Tanger a été présentée en dot par Catherine de Bragance à Charles II pour leur mariage en 1661, est un exemple des légendes (celles issues de la mythologie grecque en sont d’autres) renforcent la métaphore de la ville-objet.

4 La référence est accentuée dans les guides verts : La mort en 1999 de Paul Bowles ferme la saga introduite dans le guide vert, publié à la même date, par un encadré : « une page qui se tourne ». Depuis les années 2000, un encadré est consacré dans les guides Lonely Planet et le Guide Bleu à Paul Bowles et sa vie résidentielle et ses activités à Tanger.

5 Crépault (2007) explique qu’Eros est nourri d’une part par la haine, la souffrance et la destruction mais aussi par des sentiments d’amour et de tendresse. Il pense que les fantasmes fusionnels circulent plus librement dans l’imaginaire féminin alors que dans l’imaginaire masculin pour qui ils sont menaçants. Les imaginaires masculins anti-fusionnels peuvent, en revanche, cacher des fantasmes fusionnels (surtout dans leur phase orgastique)

6 Eugène Delacroix, Alexandre Dumas et Mark Twain, qui ont séjourné respectivement en 1832, 1846 et 1867 signalaient le besoin d’être escortés et d’être accueillis par un intermédiaire qui puisse introduire le visiteur dans la vie quotidienne locale.

7 Alexandre Dumas relate ses premières impressions en débarquant à Tanger à bord du véloce en 1846 : « Ce matin, tu quittas un pays ami, ce soir tu touches un pays hostile ; ces feux que tu vois sont allumés par une race d’hommes en tout opposée à ta race, ennemie mortelle de ta personne qui ne lui a jamais fait de mal, et qui n’a aucune intention de lui en faire jamais ; ces cris, enfin, sont ceux d’animaux féroces, inconnus à la terre que tu quittes, et qui, comme le lion de l’Écriture, vont cherchant qui dévorer. Mets le pied sur cette terre, et si tu échappes aux animaux, tu n’échapperas pas aux hommes. Et pourquoi cela ? Parce que cette terre est séparée par un courant d’eau de sept lieues de cette autre terre ; parce qu’elle se rapproche d’un quart de degré de l’équateur ; enfin, parce qu’elle s’appelle l’Afrique au lieu de s’appeler l’Espagne, l’Italie, la Grèce ou la Sicile ». (p. 327)

8 Plusieurs voyageurs véhiculeront ce stéréotype à cause de l’hostile de la population à leur égard: Charles Didier (1844), Edmondo De Amicis (1876), Henri de la Martinière (1887).

9 Mark Twain dans son récit de voyage : « (…) Voici une ville bondée et bourrée, enfermée dans une muraille de pierre massive qui a plus de mille ans. »

10 « (...) Dans la grande rue, qu’il nous faut traverser, il y a bien quelques boutiques espagnoles, quelques affiches françaises ou anglaises, et, à la foule des burnous, se mêlent, hélas ! Quelques messieurs en casque de liège ou quelques gentilles misses voyageuses, ayant des coups de soleil sur les joues. Mais, c’est égal, Tanger est encore très arabe, même dans ses quartiers marchands » (Loti, 2000 (1890), p. 24).

11 En référence à l’ouvrage d’Henri Amic, « Le Maroc. Hier et aujourd’hui. Deux voyages, 1920-1924, Paris. Calman-Lévy, éditeurs, 1925.

12 Nous faisons référence à l’ouvrage de R. Salardenne (1932) qui passa par Tanger en 1930 pour mener un reportage sur les prostitués dans ce qu’il nomme la « Babylone marocaine ». Il décrit les prostituées juives qui « racolent » dans les rues de Tanger seins nus. Une carte postale de Lévy et Neurdein (Fig.4) envoyée par un touriste à son correspondant dans les 1930 représente une « maure juive » prostituée similaire.

13 Le Dictionnaire des Orientalistes Français nous indique la date (1913) à laquelle la société « Lévy et fils » est rachetée par l’imprimeur Emile Crété, le repreneur de Neurdein pour devenir « Lévy & Neurdein réunis ». Cette dernière devient en 1932 la Compagnie des Arts Photomécaniques (CAP).

14 Dans ses lettres issues de sa correspondance avec Alain Ginsberg, W. Burroughs (1990) relate ses expériences de pédophilie, ses nuits dans les bars interlopes, sa déchéance dans le monde de la drogue, son voyage au bout de l’enfer.

15 Dans Les chiens aboient : « Des plages magnifiques ; des étendues vraiment peu ordinaires de sable doux comme du sucre en poudre, et de brisants. Et – si vous avez du goût pour ce genre de choses – la vie nocturne, bien que ni particulièrement innocente, ni spécialement variée, dure du crépuscule à l’aube. Ce qui, lorsqu’on réfléchit que la plupart des gens font la sieste tout l’après-midi, et que très peu d’entre eux dînent avant dix ou onze heures du soir, n’est pas trop anormal. (…) Le nombre est alarmant, ici des voyageurs qui ont débarqué pour un bref congé ; puis s’y sont établis, puis, ont laissé passer les années. Car Tanger est une rade, et qui vous enserre, un lieu à l’abri du temps. Les jours glissent le long de vous, sans que vous les aperceviez plus que les gouttes d’écumes sur une cascade». Capote (1977, p. 151-152). Plus tard, il raconte la fête sur la plage de Sidi Kacem qui dure jusqu’à l’aube et durant laquelle ils dorment (lui et ses compagnons) sur la plage.

16 Burroughs William, Lettres de Tanger à Allen Ginsberg, Paris, Christian Bourgois, 1990 ; Lapassade Georges, Le bordel Andalou, Paris, L’Herne, 1971 ; Barthes Roland, Incidents, Paris, Le seuil, 1987 ; Barthes, Nouveaux essais critiques : Capote Truman, Prières exaucées, Paris, Grasset, 1988 ; Paul Morand, Hécate et ses chiens, Paris, Flammarion, 1954

17 « ...Tanger est une ville très cancanière, et tous les membres de la colonie étrangère se connaissent forcément. Mais c’est tout. Ni la pression des lois, ni celle de l’opinion publique ne risquent d’entraver la liberté individuelle...Tanger est un sanctuaire où chacun est à l’abri de toute interférence ». (Lettres de Tanger à Allen Ginsberg, William Burroughs, Poche, 2007)

18 L’article 489 du code pénal du Maroc criminalise l’homosexualité ou tout acte sexuel entre deux hommes.

19 Cette expression est utilisée en référence à « Interzone » de W. Bourroughs où l’auteur a décrit la mise en scène (qualifiée de numéro) qu’opèrent les habitants de Tanger (Interzone) afin de rentrer en contact avec les visiteurs et en obtenir de l’argent.

20 Quand elles sont présentes, il s’agit de danseuses sans intérêts ou prostituées pendant leur temps de repos. Les touristes passés par Tanger sont des artistes célèbres qui sont identifiés sexuellement (« artistes homosexuels »).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cliché intitulé « Tanger « la blanche » au début du siècle, étalée en amphithéâtre autour de sa baie »
Crédits Guide Bleu Evasion, 2001
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0M
Titre Figure 2.Cette image très prisée par la promotion touristique nationale symbolise Tanger comme porte de l’Afrique.
Légende Il s’agit de la cavité des grottes d’Hercules, dont l’ouverture prend la forme du continent Africain et dans laquelle l’océan (où se joignent l’Atlantique et la Méditerranée) pénètre à marée haute.
Crédits Morocco Round Trip - Marokko Rundreise, 2011
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 3.Noce juive au Maroc, Eugène Delacroix (1798-1863)
Crédits Photo RMN-Grand Palais (Musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 4. Carte postale figurant une maure
Légende Carte postale figurant une maure juive sans doute prostituée avec le commentaire du touriste : « Regarde-moi cette allure si elle est crâne »
Crédits Cartes postales datant (probablement) des années 1930, éditions Lévy et Neurdein réunis, bibliothèque du patrimoine de Paris)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 5. Carte postale figurant « une mauresque chez elle »
Légende Carte postale figurant « une mauresque chez elle » qui est sans doute une prostituée musulmane dans une maison close (Il est interdit pour les musulmanes de poser comme modèle)
Crédits Cartes postales datant (probablement) des années 1930, éditions Lévy et Neurdein réunis, bibliothèque du patrimoine de Paris)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 6. « Bain de lézards sur la plage de Tanger »
Crédits Cartes postales datant de la période coloniale, éditions Lévy et Neurdein réunis, bibliothèque du patrimoine de Paris)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1688/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anas Sanoussi, « Mises en désir de Tanger dans les guides touristiques imprimés : formes latentes et transgressives », Via [En ligne], 11-12 | 2017, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1688 ; DOI : 10.4000/viatourism.1688

Haut de page

Auteur

Anas Sanoussi

Docteur en géographie, EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals