Navigation – Plan du site

Le tourisme et l’imaginaire érotique à Paris durant la guerre : Français et Allemands pendant l’Occupation, 1940-1944

Bertram M. Gordon
Traduction de Philippe Bachimon
Cet article est une traduction de :
Tourism and Erotic Imaginaries in Wartime Paris: French and Germans during the Occupation, 1940-1944 [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Tourismus und erotische Imaginationen des besetzten Paris: Französinnen und Deutsche während der deutschen Besatzung von 1940 bis 1944 [de]

Résumé

Cet essai se concentre sur les intersections qui existèrent entre le tourisme, la guerre et l’érotisme dans le Paris occupé durant la Seconde Guerre mondiale. Trop souvent, le tourisme est considéré comme une activité de temps de paix. La guerre, cependant, peut produire son propre tourisme, comme ce fut le cas de celui des soldats allemands dans le Paris occupé pendant la Seconde Guerre mondiale. Une unité spéciale de la Wehrmacht y a ainsi organisé des séjours pour des milliers de ses jeunes soldats, dont beaucoup n’avaient jamais quitté leurs villes et villages d’origine. Leur séjour à Paris, une ville à l’imaginaire sensuel bien établi outre Rhin, leur ouvrit des possibilités jusqu’alors insoupçonnées de rencontres sexuelles relevant aussi bien des imaginaires que du vécu. Bien que les imaginaires érotiques soient pour l’historien difficiles à reconstruire, on en a une idée à la lecture des carnets d’Ernst Jünger, un officier et écrivain allemand connu qui, alors qu’il était stationné à Paris, en fit la visite et semble y avoir connu quelques aventures sexuelles avec des françaises. Les nombreuses relations entre soldats allemands et des françaises ont donné naissance à quelques dizaines de milliers d’enfants durant l’Occupation. D’autres soldats ont fréquenté des prostituées et les maisons closes, soigneusement réglementées par les autorités allemandes. Leur comportement et leur imaginaire érotiques reflétèrent clairement les déséquilibres de pouvoir qui caractérisèrent cette période.
A la libération de la France en 1944, les soldats Alliés remplacèrent les Allemands mais les déséquilibres de pouvoir persistèrent et permirent au tourisme érotique de perdurer. La Libération a également conduit à la dénonciation de la « collaboration horizontale » de femmes françaises accusées d’avoir eu des relations sexuelles avec les Allemands. Beaucoup de ces accusées furent exhibées le crâne rasé (pire parfois) dans les villes et les villages de France, reflétant dans la France d’après-guerre une forme de sentiment d’émasculation. Sous tous ces aspects, l’érotisme fut lié au tourisme et à la guerre. Cet essai explore quelques-unes des nombreuses expressions du sentiment érotique dans le Paris occupé. En abordant les intersections complexes du tourisme, de la guerre et de l’érotisme, il cherche à encourager de futures recherches sur les relations qu’ils entretiennent.

Haut de page

Texte intégral

1Peu de temps avant d’être exécuté pour avoir collaboré avec l’Allemagne nazie pendant l’occupation allemande durant la seconde guerre mondiale en France, l’écrivain français Robert Brasillach écrivait que « les Français, de quelque réflexion, durant ces années, auront plus ou moins couché avec l’Allemagne » (Brasillach dans Amouroux, IX, 243) même s’il a ajouté qu’il s’agissait pour sa part « d’une liaison avec le génie allemand » (cité dans Kaplan, 255, n. 58). Si les Allemands représentaient une vision érotique pour Brasillach, pour beaucoup d’Allemands, la France et surtout Paris, n’était rien de plus qu’une fantaisie érotique. Les activités érotiques et les images ont pris plusieurs formes. Elles pouvaient aller de liaisons romantiques entre soldats d’occupation et françaises, en passant par les visites de soldats allemands aux boîtes de nuit offrant des images sexualisées sinon l’expérience réelle de Montmartre et d’ailleurs, jusqu’à la prostitution surveillée et régulée par les autorités allemandes. Tout cela sera discuté dans cet essai dans le but de dessiner une esquisse des imaginaires érotiques, ainsi que de leurs liens avec le tourisme, car les soldats de l’Occupation lisent des guides pour se diriger vers les différentes discothèques, localiser des bordels agréés par les autorités militaires, errer dans les rues de Paris à la rencontre des parisiennes, qu’elles soient prostituées ou non, et ce dans les lieux et les contextes les plus divers. Le tourisme sexualisé des soldats de l’Occupation reflète des asymétries de pouvoir entre les occupants et les « occupés » mais aussi à l’intérieur de la hiérarchie militaire allemande elle-même. Le tourisme, l’érotisme et le pouvoir apparaissent indissolublement liés.

2Une étude du tourisme et des imaginaires érotiques en temps de guerre doit être construite sur les intersections du tourisme, de la guerre et de l’érotisme. L’érotisme lui-même comprend un vaste domaine d’activités culturelles, combinant entre autres des questions d’image, de genre, de sexualité et de prostitution. Les participants tiennent rarement des registres écrits destinés à être lus par des historiens. Cet essai traite des intersections du tourisme, de la guerre et de l’érotisme dans une région profondément ancrée dans l’imaginaire touristique mondial et pendant une période souvent considérée comme l’une des plus dramatiques du siècle dernier, à savoir l’occupation de Paris durant la Seconde Guerre mondiale. Trop souvent, le tourisme est appréhendé dans le sens restreint d’un voyage de loisirs en temps de paix et, effectivement, le tourisme a souvent été défini comme un voyage d’agrément à des fins récréatives (The American Heritage Dictionary of the English Language, 2016). Dans son sens le plus large, cependant, le tourisme est l’expression d’une curiosité et peut s’exprimer comme une curiosité en mouvement. Basé sur la notion latine de curiositas, le tourisme était considéré comme une raison de voyager dès le milieu du XIVe siècle. Pétrarque écrivait : « je sais la nature de ce désir inné de visiter de nouveaux endroits et de changer de lieu de résidence » (Bishop, 1963, 92).

3Les dictionnaires français (le Littré de 1863 et le Larousse de 1875) définissent les touristes comme des personnes qui voyagent par curiosité et par désœuvrement (Cité dans Boyer, 2000, 9). Les chercheurs qui ont récemment travaillé sur la culture touristique, dont Rachid Amirou, Nelson N. H. Graburn et Noël Salazar, se sont concentrés sur les « imaginaires touristiques », qui selon Amirou représentent « la totalité des images et des évocations liées au tourisme ». L’imaginaire touristique, écrit-il, est vaste, englobant des notions comme « les explorations, le voyage, le pèlerinage, les vacances, les loisirs, l’aventures, la relation à l’espace, le nomadisme, l’errance, la découverte, etc. » (Amirou, 2012, 25-26). [C’est le texte exact d’Amirou.] Comme le dit Salazar : « Il est difficile de penser au tourisme sans imaginaires ou fantasmes - le mot grec original de l’imagination, souvent utilisé de nos jours pour désigner des imaginaires plus ludiques liés à des choses improbables ou impossibles » (Salazar, 2012, 865).

4La curiosité et l’imaginaire touristiques ne s’arrêtent pas en temps de guerre, même si les conditions changent et que le tourisme au sens conventionnel y est plus restreint. Les soldats regardent, voient et ingèrent les sites environnants qui leur sont souvent étrangers. Trop souvent, l’histoire du tourisme au 20ème siècle est pensée comme s’arrêtant en 1939 pour reprendre après 1945. Ces dernières années, les livres édités par Chris Ryan en 2007 et Richard Butler & Wantanee Suntikul en 2013 ont commencé à aborder le contexte de guerre mais la plupart des contributions se concentrent sur le patrimoine de guerre ou le tourisme de mémoire plus que sur le tourisme pendant la guerre elle-même (Ryan, 2007 et Butler et Suntikul, 2013). En France, Marc Chesnel et Josette Mesplier-Pinet ont abordé les liens entre la guerre et le tourisme mais là aussi les écrits se concentrent davantage sur le tourisme de mémoire portant sur les sites de guerre que sur le tourisme en période de guerre (Chesnel, 2001 et Mesplier-Pinet, 2009). En Allemagne, Henning Meyer et Wiebke Kolbe ont également écrit sur les sites de la mémoire de la guerre ou le tourisme des champs de bataille en France (Meyer 2006 et Kolbe 2009). Le tourisme, cependant, a continué et s’est quelque peu intensifié pendant la guerre, comme je l’ai écrit par ailleurs, embrassant entre autres éléments l’érotisme et l’imaginaire comme on peut le constater dans la France occupée (Gordon 1996 et 1998). Les jeunes soldats allemands qui faisaient des voyages en groupes organisés, ou seuls, étaient conditionnés pour comprendre le tourisme comme une activité de loisir réalisable dans la France occupée, qui pouvait répondre à leurs attentes et à leurs représentations qui étaient déterminées par le développement touristique qu’avait connu l’Allemagne, comme d’autres pays, après la première guerre mondiale (Spode, 2003). Leurs démarches et leurs représentations, même si elles reproduisaient des relations de pouvoir asymétriques avec la population française locale, reflétaient néanmoins les perceptions de Paris et de la France qui avaient été formées par l’imaginaire touristique, et ce dès la fin du XIXe siècle, et qui avait façonné leur culture. Certains de ces imaginaires d’avant-guerre évoquaient l’érotique. En 1859, par exemple, Paris était décrite comme la Babylone moderne, où le vice l’emportait sur la vertu et ou l’infamie et le crime trouvaient un terreau fertile (Ponson du Terr., Rocambole, 1859, II, p. 22, dans Trésor, 930).

5En 1940, ces images de Paris comme centre du vice vinrent se superposer à l’expérience vécue pour de milliers de soldats d’occupation allemands. Comme le soulignent Maren Röger et Emmanuel Debruyne, citant l’historien Dagmar Herzog, « la mobilisation a perturbé les structures sociales traditionnelles qui encadraient la vie sexuelle et a confronté des millions de personnes à de nouvelles expériences sexuelles » (Herzog, 2011, 5-6 cité dans Röger et Debruyne, 2016, 689). Ces imaginaires, bien sûr, qui incluent toute la gamme des fantasmes érotiques et des images liées au tourisme, étaient franchement évidents parmi le personnel d’occupation allemand qui pendant leur service militaire se sont également comportés en touristes en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Bien que beaucoup aient étudié le lien entre l’érotique et le tourisme, les relations entre ces deux notions et la guerre ont reçu moins d’attention. Dans un article sur le tourisme et la prostitution dans le Tiers-monde de l’après-guerre publié en 1983, Nelson N. H. Graburn a évoqué ce lien avec la guerre et l’occupation militaire en écrivant : « Ainsi, les jeunes femmes pauvres et sans éducation des pays du Tiers-Monde sont forcées, piégées ou se livrent volontairement à diverses formes de prostitution, en particulier dans les zones qui accueillent les étrangers apparemment riches, tels que les touristes et les militaires en « R & R » (Repos et Récupération) » (Graburn, 1983, 438).

6Sans surprise, le tourisme et ses imaginaires ont aussi une composante érotique ou sexuelle, qui reflète des rapports de pouvoir et ce que ce soit dans sa dimension matérielle ou virtuelle. Les gens se focalisent sur leurs conceptions du beau ou de l’intéressant. Comme Adorno l’a suggéré, ceux-ci doivent être compris en termes de relations de pouvoir (Adorno, 2001, 189). Ces déséquilibres de pouvoir peuvent être extrêmes en temps de guerre, comme en témoignent les voyages organisés en France occupée pour les soldats allemands par les autorités nazies après leur victoire de 1940. Ce n’est pas par hasard que l’un des premiers actes symboliques d’Hitler à l’égard de la France en juin 1940 a été de visiter Paris, et ce afin d’exprimer ostensiblement le nouveau rapport de force qui résultait de sa victoire.

Document N ° 1 : Soldats allemands et Françaises au Moulin Rouge.

Document N ° 1 : Soldats allemands et Françaises au Moulin Rouge.

Bundesarchiv Berlin

  • 1 Autre point de vue que celui de Jean Texier qui alertait les Parisiens sur le fait que les Allemand (...)

7Le déséquilibre de pouvoir entre les forces d’occupation allemandes et la population française a marqué le tourisme de guerre des Allemands en France en général et était évident dans le cas du tourisme érotique. Lorsque les Allemands occupent Paris en juin 1940, leur personnel militaire est partout visible, ils sont même qualifiés de « touristes en uniforme » par un témoin oculaire comme Pierre Audiat (Audiat, 1946, 29). Jean Berthelot, un ingénieur et ensuite le ministre des Communications de Vichy, relate qu’à la fin du mois de juin il a vu des soldats allemands à Paris en train de photographier des sites recommandés par le Baedeker (Berthelot, 1967, 69). D’autres depuis ont décrit les soldats allemands comme des « touristes » (Meinen, 2006, 11)1. Dans une certaine mesure, un parallèle pourrait être fait entre cette situation et celle qui concernera les forces alliées et le tourisme érotique dans la France libérée après la campagne militaire de 1944, comme l’indiquent certains documents qui seront abordés plus tard dans cet essai. On peut distinguer de multiples variétés de tourisme sexuel, qui inclut les liaisons volontaires et la prostitution. Dans ce dernier cas, les visiteurs cherchent des travailleurs du sexe alors qu’inversement les dits travailleurs du sexe ont tendance à migrer vers d’autres régions pour exercer leur métier (Franklin, 2003, 263). Illustrant les complexités du suivi des activités sexuelles et des imaginaires, Karen H. Adler écrit que quelque 5 000 Françaises ont peut-être quitté leur pays - la documentation, note-t-elle, est incertaine - pour travailler comme prostituées pour un salaire plus élevé en Allemagne pendant la guerre (Adler, 1999 , 51).

  • 2 Pour l'influence de Sieburg, voir Julia S. Torrie, "'Our Rear Area Probably Lived Too Well’: Touris (...)

8Un bref aperçu du tourisme sexuel plus récent dans le Tiers-Monde donne une idée des déséquilibres de pouvoir qui ont existé dans la France occupée. Comme les auteurs de l’équipe du MIT à Paris l’ont noté en 2002, les inégalités liées au tourisme sexuel, auxquelles Graburn faisait également référence, reflètent celles de la richesse et du pouvoir entre les pays riches et pauvres du monde entier. Le MIT a d’ailleurs avancé que la colonisation avait renforcé les déséquilibres de pouvoir préexistants. De tels déséquilibres ont également contribué à créer des exemples similaires de tourisme sexuel dans les villes les plus riches de l’Ouest. Alors que le tourisme sexuel dans le quartier de Patpong à Bangkok ou dans la station balnéaire de Pattaya en Thaïlande a fait l’objet de nombreuses critiques, on parle peu à l’inverse de Pigalle et des « petites femmes de Paris », souvent très jeunes, venues d’Europe de l’Est, et qui offrent des prestations sexuelles aux touristes en visite à Paris (Équipe MIT, 2005, 35-36). Les déséquilibres de pouvoir mentionnés par l’équipe MIT existaient aussi en temps de guerre comme le suggère l’expérience touristique allemande dans le Paris occupé. Tandis qu’une grande partie de la France occupée souffrait de privations, un groupe de privilégiés, à savoir le personnel d’occupation allemand, se distingua par sa propension à voir la France comme un lieu de repos et de détente, où il pouvait mettre en pratique son imaginaire touristique. Ce déséquilibre n’était pas nouveau. Dans leur étude sur la politique allemande de la prostitution dans les pays occupés pendant les deux guerres mondiales, Röger et Debruyne notent que la France avait déjà acquis une image sexualisée au moment de la Première Guerre mondiale. Ils soutiennent que pendant ces deux guerres, les politiques allemandes d’encadrement de la prostitution se basaient sur l’idée que la France était la « patrie de la licence sexuelle et de la pornographie » (Röger et Debruyne, 2016, 694). Ce déséquilibre a affecté les relations de genre bien au-delà de celles de la prostitution. Philippe Burrin note que certaines femmes françaises connues, comme l’actrice Arletty et la modiste Coco Chanel ont eu des liaisons avec des Allemands stationnés à Paris, même si la plupart des femmes françaises qui eurent de telles affaires sont "des servantes, des blanchisseuses, des infirmières, ou des employées de bureau". [...] qui vivaient dans l’entourage de soldats et d’officiers allemands qui les séduirent » (Burrin, 1996, 206). Les femmes françaises en contact avec les soldats allemands en 1940 et après occupaient souvent des postes subalternes, travaillant dans des cafés ou des hôtels fréquentés par des Allemands. Dans son journal qui relate sa vie dans le Paris occupé, Simone de Beauvoir décrit une foule de filles d’un mauvais genre trainant dans des cafés avec des Allemands (Beauvoir, 1970, 154). La valorisation par les Allemands du Mark à 20 francs, alors qu’il était à 12 avant la guerre, a rendu les biens français et les prostituées françaises relativement bon marché pour le personnel allemand. Le tourisme en France occupée offre aux Allemands non seulement une chance d’échapper à la guerre sur le front de l’Est après juin 1941, mais aussi de s’imaginer comme un peuple puissant et cultivé, capable de valoriser l’art et l’architecture de la France, illustré par la visite de Hitler à Paris en juin 1940, sans pour autant perdre de vue l’unicité et la valeur, sinon la supériorité, de leur propre patrie. D’une manière générale, les Allemands admiraient la culture française, mais critiquaient ce qu’ils considéraient comme la décadence française. Dans l’entre-deux-guerres, la France était considérée comme le pays du romantisme et du sexe, à l’image des danseuses des Folies Bergères (MacCannell, 1976, 76). La représentation allemande de la France dans l’entre-deux-guerres en tant que terre de l’amour et du sexe combinée à celle d’une nourriture raffinée, à l’instar de ce que représentait chez Maxim, a été bien rendue dans le livre de Friedrich Sieburg, Gottin Frankreich ? publié en 1929, qui dépeignait une France « éternelle » tout en critiquant son retard immuable. Le livre de Sieburg, publié dans une traduction française en 1930, devint un bestseller en Allemagne en 1940. Il fut réédité en allemand et en français pendant l’occupation. Sieburg a été critiqué à la fois en France et en Allemagne. Il fut plus tard décrit par un observateur français comme un « petit bourgeois » n’ayant qu’une vision « conformiste » de la France et dans un rapport de police officiel allemand, dénoncé comme un nazi de la dernière heure (Chef de Sicherheitspolizeiund des SD, 1940).2

Document N° 2 : Danielle Darrieux dans le film “La fausse maitresse”

Document N° 2 : Danielle Darrieux dans le film “La fausse maitresse”

Deutsche Wegleiter (1-15 August 1942), p. 75. (Collection : Bibliothèque Nationale de France)

9Les Allemands arrivant en France en 1940 étaient donc prêts à percevoir le pays comme un contre-modèle bizarre, mais délicieux, de leur propre modernité. Leur victoire de 1940 avait confirmé la supériorité allemande dans l’esprit de beaucoup, mais les charmes de la France, l’érotisme inclus, étaient intacts, et le tourisme en donnait le moyen d’en profiter (Torrie, 2011, 316). Comme l’écrit Robert Gildea, « Beaucoup de [soldats allemands] sont venus en France en tant que touristes sexuels et gastronomiques autant que soldats ». Surtout après l’ouverture du front russe, « la France semblait être un rêve » et beaucoup voulaient « Lebenwie Gott en Frankreich » [vivre comme Dieu en France] (Gildea, 2004, 48). L’historien Henri Amouroux a noté que les Allemands aimèrent Paris pendant

« les seize premiers mois de l’Occupation, avant l’entrée en guerre des Etats-Unis, bien avant Stalingrad, lorsqu’il n’était pas imbécile de penser que l’armée allemande pourra maintenir durablement l’Europe entière dans l’obéissance » (Amouroux, III, 1978, 14).

10Les imaginaires érotiques des soldats allemands dans la France occupée sont difficiles à retracer, cependant, car ils appartiennent au domaine du privé, se réfèrent à des pensées non transcrites et qui donc ne sont pas accessibles à l’historien. Cependant, le récit d’Ernst Jünger sur sa Seconde Guerre mondiale offre quelques indices. Stationné à Paris pendant l’Occupation, Jünger tient un journal, qui sera publié bien plus tard, dans lequel il mentionne les nombreuses façons dont le personnel militaire allemand pouvait rencontrer des femmes françaises. Officier allemand blessé et décoré pendant la Première Guerre mondiale, il était devenu célèbre grâce à son ouvrage, In Stahlgewittern [Orages d’acier], publié pour la première fois en 1920 avec une traduction française en 1930. Capitaine de l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, il était stationné à Paris où il a sympathisé avec beaucoup de figures littéraires et artistiques françaises importantes. Peu de temps après son arrivée à Paris après la victoire allemande en 1940, il commença à explorer les sites touristiques de la ville : l’Hôtel de Ville, la cathédrale Notre-Dame, les quais de la Seine, le boulevard des Capucines, l’Opéra, le Pont Neuf, le Pont des Arts et le Sacré Cœur, et il fréquenta la Brasserie La Lorraine sur la Place des Ternes (Mitchell, 2011, 20).

11Le 1er mai 1941, trois semaines après avoir été affecté à Paris, Jünger relate une rencontre avec Renée, qu’il décrit comme une vendeuse dans un grand magasin. Il écrit : « Paris offre de telles rencontres sans avoir à les chercher, on se rend compte que la ville a été fondée sur l’autel de Vénus ». Jünger l’invite au restaurant puis au cinéma. « Là, je lui ai touché la poitrine ». Et il continue : « Un glacier brûlant, une colline au printemps qui cache par milliers les graines de la vie, peut-être aussi des anémones blanches ». Puis, devant l’Opéra, ils se séparent, « sans doute pour ne plus jamais se revoir » (Jünger, 2008, II, 213-214 cité dans Riding, 2010, 93). Le journal de Jünger est discret sur ce qu’il advint de cette aventure et d’autres de cet acabit, car comme le dit Allan Mitchell dans son livre consacré aux années parisiennes de Jünger : « Il est certain que Jünger était visiblement très impliqué dans son travail d’occupant » (Mitchell, 2011, 21 et 22-24). Jünger eut ensuite une liaison avec une couturière, une femme médecin, et finalement Florence Gould, la belle-fille du magnat des chemins de fer américain Jay Gould, qui vivait dans le Paris occupé et qui fit de son hôtel particulier un lieu de rassemblement d’artistes et d’hommes de lettres allemands et pro-allemands (Burrin, 1996, 205).

12August von Kageneck, un soldat allemand âgé de dix-huit ans, arrivé dans la Brie, à la suite de l’invasion de juin, avait l’occasion d’en visiter différents sites. Il rappellera plus tard que la plupart des soldats allemands étaient des enfants de la campagne et n’avaient jamais quitté leur village avant la guerre. Aussi n’avaient-ils qu’une connaissance scolaire de la France qu’ils n’avaient jamais visitée. Un fantassin de Hambourg, entré à Paris en vélo, écrit qu’il n’a jamais vu une si belle ville. Pour beaucoup, le métro fut une découverte merveilleuse car peu de villes allemandes possédaient des lignes de trains souterraines. D’autres ont gravi la tour Eiffel et y ont gravé les noms de leurs femmes, un aspect particulier peut-être de l’érotisme touristique. Le soldat de Hambourg écrit alors : « on nous a montré des choses que nous ne nous représentions que dans nos rêves les plus fous ». Tandis qu’après sa visite d’un bordel il remarque que : « Ah, les soldats, ils trouvent toujours un bordel plus facilement qu’une église » (Kageneck, 2012, 70-71).

  • 3 Pour l'estimation de 200 000 enfants nés de pères allemands et de Françaises, voir Maurin Picard, « (...)
  • 4 Montmartre faisait déjà partie des destinations incontournables de Paris au tournant du siècle. Ses (...)

13L’activité sexuelle de type « militourisme », un terme utilisé plus récemment en référence à ce phénomène en Polynésie (Teaiwa, 2016, 850-851), reflétait des déséquilibres de pouvoir que l’on retrouve aussi bien dans le cas des soldats allemands que dans celui de leurs successeurs alliés (Roberts, 2013). L’intersection du tourisme et de l’érotisme en temps de guerre pris diverses facettes qui allèrent de la représentation de la ville comme une capitale sensuelle du plaisir physique, qui comprenait la gastronomie et le sexe, jusqu’aux nombreuses liaisons sexuelles entre Allemands et Françaises. Ces rapports étaient invariablement inégaux, et ils ont finalement conduit aussi bien à la procréation des dizaines de milliers d’enfants, les estimations varient de 50.000 à 200.000, qu’à la stricte réglementation de la prostitution par les Allemands3. La politique allemande, sans doute dans le but s’auto-persuader de la supériorité de sa civilisation et de sa moralité, ainsi que pour mieux contrôler la France occupée, s’est efforcé d’y recréer une impression de « normalité ». Des ordres stricts dans les semaines qui suivirent l’arrivée à Paris des Allemands leur demandaient d’avoir un comportement exemplaire (Boegner, 1990, 84). Un article dans une édition de juin 1941 du Deutsche Wegleiter, guide touristique bi-hebdomadaire de la France occupée pour le personnel allemand, cite les mots bien connus de Hitler :» Je ne veux pas que Paris devienne un Etappenstadt » [une ville arrière de repos sordide, et ajoutait que cet objectif avait été atteint (Der Platzkommandant von Paris, 1941, 7).Le comportement réel, cependant, était bien différent du discours officiel. Un peu plus d’un mois après l’entrée de la Wehrmacht à Paris, son commandant faisait un rappel sévère sur ce de devait être un comportement approprié. Les officiers allemands regrettaient que l’ordre d’Hitler, ne freine en rien le tourisme sexuel de leurs hommes, attirés notamment par les dancings de Montmartre. A Paris, où l’attitude des forces d’occupation se devait d’être exemplaire, un officier rapporte : « les clubs de danse les plus inconvenants dans lesquels on rencontre les putes françaises de la pire espèce à Montmartre et ailleurs sont remplis de soldats allemands, dont le comportement est souvent tout à fait à l’unisson du lieu » (Lieutenant Müller, 1940). Le comportement de l’occupant choqua l’honneur national, et pris à contrepied le vœu du Führer que Paris ne devienne pas une Etappenstadt. On retrouve ce constat dans les termes qu’utilise le Haut Commandement pour décrire les soldats allemands et leurs officiers lorsqu’ils visitent les « pires salles de bal » de Montmartre4 : »

Le comportement des soldats allemands est totalement contraire à toutes les expressions de la dignité nationale. Et cela contredit l’ordre donné par le Führer lui-même que Paris ne devienne pas une Etappenstadt » (Lieutenant Müller, 1940).

  • 5 Voir à ce sujet l’article de Jennifer Schuessler (Schuessler 2013), une critique du livre de Mary L (...)

14Les liens entre le tourisme et l’érotisme reflètent clairement l’asymétrie dans les relations de pouvoir entre les hôtes et les « invités », pour emprunter le terme de Valene Smith (Smith, 1989, ix). L’importance de ces liens, vus pendant l’occupation allemande en France de 1940 à 1944, a été soulignée par Insa Meinen dans son livre Wehrmacht et prostitution sous l’occupation, qui soulignait les inégalités dans le statut des prostituées françaises et de leurs clients allemands. Lorsque les militaires allemands organisaient des rafles dans les rues pour tenter de contrôler la prostitution, les prostituées françaises étaient invariablement punies, mais leur clientèle masculine allemande ne l’était jamais (Meinen, 2006, 47 et 50). Ce lien asymétrique du pouvoir, du tourisme et de l’érotisme fut aussi évident dans le comportement ultérieur des soldats alliés après la Libération d’août 1944. Dans une étude récente, Mary Louise Roberts a soutenu que la libération de la France était « vendue » aux soldats américains comme une aventure érotique avec des Françaises qui les attendaient avec impatience, « attisant un tsunami de la luxure masculine qu’une population battue et méfiante a vu souvent comme une seconde attaque contre sa souveraineté et sa dignité »5 (Schuessler, 2013).

Document N ° 3 : Publicités de boîtes de nuit parisiennes

Document N ° 3 : Publicités de boîtes de nuit parisiennes

Deutsche Wegleiter, (1er août 1942) p. 86. (Collection : Bibliothèque nationale française)

15L’historienne Michèle Cointet souligne que la législation nazie à l’encontre les boîtes de nuit « décadentes » de Berlin et les politiques antialcooliques et anti-homosexuelles moralisatrices de Vichy, ailleurs en France, firent que les clubs parisiens furent d’autant plus attractifs pour le personnel allemand et ses auxiliaires français. L’Étincelle, un club de Montmartre met ainsi à l’affiche ses « top model » tandis qu’un travesti fait partie d’un spectacle des Folies Bergères en 1943.

Document N ° 4 : Publicité du Cabaret le Tabarin

Document N ° 4 : Publicité du Cabaret le Tabarin

Deutsche Wegleiter, (1-15 mars 1941). (Collection : Bibliothèque nationale française)

16Le Lido et le Tabarin, entre autres, offrirent des spectacles sexy et de la nourriture de luxe. Après des années de dépression économique et de mobilisation pour la guerre, les propriétaires de boîtes de nuit à Paris ont eu du mal à détourner les nouveaux visiteurs allemands qui constituaient une clientèle soudainement prospère (Cointet, 2012, 58).Pour beaucoup d’Allemands, les attractions de Paris offraient plus que des images d’un tourisme érotique. Comme le souligne Alan Riding, la vue de femmes à moitié nues dansant dans les boîtes de nuit rouvertes au cours de l’été 1940 furent pour de nombreux soldats « la meilleure raison de sortir la nuit ». Le Pariser Zeitung en langue allemande, qui a commencé à être publié en Janvier 1941, donne des conseils sur les endroits où aller, suggérant par exemple que le Tabarin offre le spectacle le plus érotique de Paris (Riding, 2010, 92).Pour ceux qui pouvaient se permettre des divertissements plus onéreux que ceux cités dans le Pariser Zeitung et le Deutsche Wegleiter il y avait le Pariser Nächte [Nuits parisiennes], un guide destiné aux officiers (Buisson, 2008, 264-265).

17Outre les rapports de force inégaux entre Allemands et Français, le tourisme érotique reflétait aussi des déséquilibres au sein des forces d’occupation allemandes, notamment entre officiers et soldats ordinaires, ainsi que des inégalités parmi la population française locale, notamment entre les collaborateurs français et le reste de la population. Les bordels les plus connus de la ville étaient Le One Two Two, au 122 rue de Provence sur la rive droite, et le Sphinx sur la rive gauche, tous deux au-delà de la fourchette de prix que pouvait se permettre un simple soldat. Les officiers utilisèrent des bordels différents de ceux des soldats de rang inférieur (Adler, 1999, 51). Ces bordels ont attiré une foule d’officiers allemands, de collaborateurs, d’agents de la résistance, d’opérateurs du marché noir et d’artistes en tous genres. Les soldats allemands ordinaires, note Riding, "pouvaient choisir parmi une vingtaine de maisons closes bon marché où les médecins de la Wehrmacht surveillaient la santé des prostituées" (Riding, 2010, 92-93).

18Des rappels continus sur la discipline tout au long des années d’occupation suggèrent que les officiers et les simples soldats ont continué à agir de manière inappropriée dans la capitale (Kommandant von Gross-Paris, 1941 ; Kommandant von Gross-Paris, 1942 ; Militärbefehlshaber in Frankreich, Mitchell, 2010, 14-15). Le tourisme sexuel est ainsi devenu un problème dès le début de l’occupation et les autorités allemandes se sont concentrées sur la prévention des maladies infectieuses, mais aussi sur les problèmes de sécurité et les craintes de métissage qui pourraient aller à l’encontre de l’idéologie raciale nazie (Röger et Debruyne, 2016, 700).

19Moins d’un mois après l’arrivée des Allemands à Paris, leurs fonctionnaires décrètent que les bordels français locaux manquent d’hygiène et sont insuffisamment supervisés par les autorités. Dans les grandes villes, des maisons closes sont sélectionnées, mises sous surveillance médicale et mises à la disposition du personnel militaire allemand, leur accès étant alors interdit aux civils français, autres que les prostituées elles-mêmes. La fréquentation des bordels, autres que ceux qui leur étaient réservés, fut interdite aux Allemands. Les prostituées devaient être contrôlées par des médecins locaux sous la surveillance des responsables allemands de l’hygiène et des pancartes devaient être placardées à l’extérieur des bordels, indiquant qu’ils étaient réservés aux soldats allemands ou qu’ils leurs étaient interdits. Les prostituées juives–au vu de la politique d’extermination nazie envers les Juifs - et les autres dites de « races inférieures » n’étaient pas autorisées à servir le personnel allemand. Les prostituées devaient être examinées deux fois par semaine par le personnel médical et celles qui étaient jugées en bonne santé recevaient des cartes d’inspection numérotées qu’elles devaient présenter à leurs clients. La collaboration avec les maires et d’autres membres du personnel civil français a été jugée essentielle à cet égard (Schreiber, 1940 et Der General quartier meister Müller, 1940). Comme Röger et Debruyne le soulignent, une telle collaboration franco-allemande a été rendue plus facile en raison de représentations partagées et enracinées d’une culture intrinsèquement sexuée.

Ces idéologies et préjugés sexistes ont été imposés non seulement par les autorités d’occupation allemandes, mais aussi par les élites fonctionnelles locales des fonctionnaires, des policiers et des médecins qui, durant la Première Guerre mondiale et avec une intensité variable pendant la Seconde Guerre mondiale, ont activement coopéré, mais pas sans ambivalence, dans le domaine du contrôle de la prostitution (Röger et Debruyne, 2016, 704).

20Le général Walther von Brauchitsch, responsable de l’armée allemande en France pendant l’été 1940, ordonne que les troupes, en particulier les soldats mariés, apprennent "l’autodiscipline" (Brauchitsch, 1940). Le contrôle des boîtes de nuit s’est également politisé pendant l’Occupation. Sans surprise, les ressentiments contre le tourisme sexuel allemand, comme pour tant d’autres déprédations commises au cours de l’occupation, ont augmenté au sein de la population locale. On rapporte ainsi un épisode au cours duquel des officiers allemands qui étaient en train de folâtrer avec des prostituées décidèrent de reprendre leur camionnette qui était garé à proximité. Une bombe à retardement qui y avait été dissimulée explosa tuant trois des femmes et deux des officiers. "Heldentod" [Mort en héros], rapporta sarcastiquement un ami du romancier anti-allemand Jean Guéhenno (Guéhenno, 1947, 251). Les soldats allemands ont également fréquenté les bars gays. Alan Riding écrit que "de nombreux bars gays dans le Paris occupé étaient populaires auprès des soldats allemands", malgré l’interdiction officielle de l’homosexualité. Robert-Hugues Lambert, acteur, fut ainsi arrêté au Sans-Soucis, un bar gay, et fut finalement déporté dans un camp de concentration de Gross-Rosen Allemagne où il mourut le 7 mars 1945. Ce cas apparaît assez inhabituel car peu d’homosexuels en France, en dehors des régions annexées à l’Allemagne en 1940, furent déportés dans des camps de concentration spécifiquement en raison de leur homosexualité (Riding, 2010, 202 ; Siclier 1981, 200-201 ; Rousso, 2016).

21Dans un sens plus large, l’érotisme a pris de nombreux aspects dans la France occupée. S’intéressant à la Seconde Guerre mondiale en France, dans son livre 1940-1945 Années érotiques, Patrick Buisson souligne un sentiment d’émasculation ressenti par les Français après leur défaite de 1940. La France, pour certains, est devenue douce et efféminée par contraste avec le masculin et le plus robuste les sociétés représentées par Hitler, Mussolini et Staline. Avec le retard de la natalité à la fin de la Troisième République, des personnes de diverses origines politiques avaient critiqué ce qu’ils considéraient comme une perte de virilité en France (Buisson, 2008, 45-46). Le 20 juin 1940, peu de temps après avoir été nommé Président du Conseil, le maréchal Pétain attribue la défaite française au « trop peu d’enfants » et commence à encourager l’élévation du taux de natalité chez les Français dans le cadre de ce qui allait devenir la Révolution nationale de Vichy. L’arrivée des soldats allemands, souvent vus torse nu, et le culte nazi du corps masculin ont suscité des commentaires admiratifs de diverses personnes (Buisson, 2008, 83-84).

  • 6 Une histoire similaire concernant une rencontre entre un officier allemand et une française est rac (...)

22Parmi les nombreuses observations, Jean-Paul Sartre se demandait si les Françaises préféreraient maintenant les jeunes soldats allemands qui avaient montré « plus de courage et moins de lâcheté » que les soldats français (Buisson, 2008, 88). Simone Kaminker, connue plus tard sous le pseudonyme de Simone Signoret, fit une observation similaire dans la petite ville bretonne de Saint-Gildas où elle et sa mère s’étaient réfugiées. Les soldats allemands, écrivait-elle, étaient « superbes, grands, bronzés, wagnériens » (Signoret, 1976, 38). Dans son journal, Frédérique Moret a noté que les jeunes femmes étaient parmi les premier(e)s à saluer les soldats allemands nouvellement arrivés dans la ville de Mazières (Maine-et-Loire). Une semaine après leur arrivée, elle ajoute : « Je ne peux plus sortir sur le trottoir sans voir passer des Allemands, ils se conduisent comme chez eux, comme des touristes, toutes les filles leur courent après »6 (Moret, 1972, 58).

23Le départ des Allemands en août 1944 a également eu ses moments érotiques. En visitant la terrasse du Sacré Cœur pour un dernier regard nostalgique sur le Paris occupé, Jünger écrit le 8 août que « les villes sont des femmes, tendres seulement avec le vainqueur » (Jünger, II, 1965, 337). Au moment de la Libération quelque deux semaines après le départ des Allemands, le sentiment d’émasculation aura joué un rôle dans le traitement des femmes accusées d’avoir eu des relations sexuelles avec eux. Fabrice Virgili a montré que près de 20 000 femmes, beaucoup d’entre eux faussement accusées, avaient été tondues, voire pire que cela, par des foules, parfois protégées par les autorités de la France nouvellement libérée (Virgili, 2004). Écrivant sur le genre et la prostitution pendant l’Occupation, Adler a traité des agressions faites aux femmes accusées d’avoir eu des relations sexuelles avec des Allemands en notant que :

« La prostitution est devenue une métaphore de ce statut incertain de l’identité nationale. Au centre de la représentation de la prostituée et des vagues de violence contre les collaboratrices se retrouvait l’idée que la femme qui se prostituait avec des Allemands trahissait son pays » (Adler, 1999, 48).

24Beaucoup de l’imaginaire touristique érotique des soldats allemands en France pendant les années d’occupation fut repris par leurs successeurs alliés après la libération de 1944. L’arrivée d’un grand nombre de soldats américains pendant la seconde moitié de 1944 produisit des tensions sexuelles qui rappellent l’occupation allemande qui venait de s’achever. Le maire du Havre, par exemple, se plaint de « scènes contraires à la décence » dans les rues de sa ville et demande aux autorités américaines d’établir des maisons closes à l’extérieur de la ville. Il y avait aussi une dimension raciale car les soldats afro-américains recevaient un traitement très différent de celui des blancs de la part des autorités militaires américaines. Ils semblent également avoir été sujets à des plaintes plus sévères de la part des Français (Schuessler, 2013). Revenant sur le livre de Ian Buruma, Charles Simic note qu’en 1945 cinq fois plus de femmes sont hospitalisées à Paris pour des maladies sexuellement transmissibles ou vénériennes qu’en 1939. « Les soldats alliés », écrit-il, « ont été accueillis par des jeunes filles et des femmes plus âgées comme les Beatles le seront vingt ans plus tard au sommet de leur popularité » (Simic, 2013).

  • 7 Peter Tame note que “l’envers” de cette image transparaît dans le roman de Roger Nimier Le Hussard (...)

25Le commentaire de Brasillach au sujet des Français ayant plus ou moins couché avec l’Allemagne pendant l’Occupation peut avoir contribué à l’envoyer au peloton d’exécution. Cependant, il a également exprimé ce sentiment d’émasculation qui avait découlé de la défaite. Comme pour les femmes qui avaient des affaires avec des soldats allemands, Brasillach, selon Alice Kaplan, qui a relaté son procès et son exécution, a été considéré comme une collaboratrice « horizontale » (Kaplan, 2000, p. 162 et Witt, 2001, 154). Les images réciproques et le comportement des Allemands et des Français en temps de guerre durant les années 1940, peuvent rappeler ces intersections entre la guerre, le tourisme et l’érotisme en général. Le phénomène des femmes tondues ainsi que les viols, pendant et après l’occupation, transcendent certes la question, mais ils restent liés aux imaginaires touristiques érotiques issus de la Seconde Guerre mondiale en France. Certes ces associations demanderaient à faire l’objet de plus amples recherches (Branche et Virgili, 2013, 26 -29). Dernièrement, on a été évoqué le cas de jeunes soldats français recrutés après la Libération qui accompagnaient les troupes alliées en Allemagne pour affronter la Wehrmacht, mais qui visiblement s’intéressaient plus aux femmes allemandes qu’aux opérations militaires."7

26Toutes les questions traitées dans cet article demanderaient très certainement des études plus approfondies. Les recherches futures aideront probablement à replacer les expériences françaises de la Seconde Guerre mondiale dans un contexte plus large d’érotisme et de tourisme, en plus de les recontextualiser dans ce qui fait la spécificité des comportements en temps de guerre, enrichissant considérablement nos connaissances et notre compréhension de ces trois domaines.

Haut de page

Bibliographie

Adler, K. H. 1999, “Reading national identity: Gender and ‘prostitution’ during the occupation”, Modern & Contemporary France, no. 7-1, 47-57.

Adorno, T., 2001 [1991], The Culture Industry: Selected essays on mass culture, edited and with an introduction by J. M. Bernstein, London and New York, Routledge.

Amirou, R., 2012 [1995], L’imaginaire touristique, Paris, CNRS Éditions.

Amouroux, H., 1978, La grande histoire des Français sous l’Occupation: Les beaux jours des collabos, Juin 1941 – Juin 1942, III, Paris, Robert Laffont.

Amouroux, H., 1991, La Grande Histoire des Français sous l’Occupation : Les règlements de comptes, IX, Paris, Robert Laffont.

Audiat, P., 1946, Paris pendant la guerre, Paris, Hachette.

Beauvoir de, S., 1970, “War Journal,” Defeat and Beyond: An Anthology of French Wartime Writing 1940-45, New York, Pantheon Books.

Berthelot, J., 1967, Sur les Rails du Pouvoir (1938-1942), Paris, Robert Laffont.

Bishop, M., 1963, Petrarch and his World, Bloomington, Indiana, Indiana University Press.

Boegner, P., 1990, "Mon été 40," Le Figaro Magazine, 34277 (21 July).

Boyer, M., 2000, Histoire de l’invention du tourisme XVIe -- XIXe siècles, Origine et développement du tourisme dans le Sud-Est de la France, Paris, Éditions de l’Aube.

Branche, R., Virgili, F., eds., 2013 [2011], Viols en temps de guerre, Paris, Payot.

Brauchitsch, General Walther von, 1940, Der Oberbefehlshaber des Heeres, Gen. Qu. Gen St d H/Nr. 18 497/40, H. Qu., 31 July; in AN AJ/40/451 [Dossier 2, #109].

Buisson, P., 2008, 1940-1945 Années érotiques: Vichy ou les infortunes de la vertu, Paris, Albin Michel.

Burrin, P., 1996, France under the Germans: Collaboration and Compromise, trans. par Janet Lloyd, New York, The New Press.

Butler, R., Suntikul, W., eds., 2013, Tourism and War, Milton Park, Abingdon, Oxon, Routledge.

Chef der Sicherheitspolizei und des SD, 1940, 4 December, Report to Reichsaussenminister, Anlage #45, 30 December 1940, Captured German documents, Microfilm T-120/475/229307.

Chesnel, M., 2001, Le Tourisme Culturel de Type Urbain: Aménagement et Stratégies de Mise en Valeur, Paris, L’Harmattan.

Cointet, M., 2012, "Les cabarets parisiens doivent fermer," in "100 idées reçues sur la Deuxième Guerre mondiale," Le Point Historia, hors série (February-March), 58.

Der Generalquartiermeister Müller, Geheim, 1940, Oberkommando des Heeres, Generalquartiermeister, Az.: 265 IVb Nr.: 11244//40 geh., "Betr.: Prostitution und Bordellwesen in Belgien und im besetzten Gebiet Frankreichs," 29 Juli; in Archives Nationales, AJ/40/451, [Folder 1, #5], Akte Nr. 130 geh.

"Der Platzkommandant von Paris," 1941, Der deutsche Wegleiter, 21, 1-15 June.

Équipe MIT, 2002, Tourismes 1, Lieux communs, Paris, Belin.

Franklin, A., 2003, Tourism: An Introduction, London, Thousand Oaks, New Delhi, Sage Publications.

Gildea, R., 2004, Marianne in Chains: Daily Life in the Heart of France during the German Occupation, London, Macmillan.

Gordon, B. M., 1996, “Ist Gott Französisch? Germans, Tourism, and Occupied France, 1940-1944”, Modern and Contemporary France, NS4-3, 287-298.

Gordon, B. M., 1998, “Warfare and Tourism: Paris in World War II”, Annals of Tourism Research, 25-3 July, 616-638.

Graburn, N. N. H., 1983, “Tourism and Prostitution”, Annals of Tourism Research, 10-3, December.

Guéhenno, J., 1947 [1941], entrée de journal du 3 décembre 1941, in Guéhenno, Journal des années noires (1940-1944), Paris, Gallimard.

Herzog, D., 2011, “Introduction: War and Sexuality in Europe’s Twentieth Century”, in Herzog, D., ed., Brutality and Desire: War and Sexuality in Europe’s Twentieth Century, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 1–15.

Jünger, E., 2008, Journaux de guerre, II, 1939-1948, trad. de l’allemand par Julien Hervier, Henri Plard, and François Poncet, Paris, Gallimard.

Jünger, E.,1965, Journal de guerre et d’occupation 1939-1948, trad. de l’allemand par the German by Plard H., Paris, René Julliard, entrée du 8 août 1944, 337.

Kageneck, A., 2012, La France Occupée, Paris, Perrin.

Kaplan, A., 2000, The Collaborator: The Trial & Execution of Robert Brasillach, Chicago, University of Chicago Press.

Kolbe, W., 2009, “Reisen zu den Schlachtfeldern des Zweiten Weltkriegs,” in Nachrichtenaus der Forschungsstelle für Zeitgeschichte in Hamburg (FZH) 2008, Hamburg, FZH, 44-54.

Kommandant von Gross-Paris, 1941, Kommandeur der Gruppe Heeresstreifendienst, 17 mars, Paris, AN, AJ 40/873.

Kommandant von Gross-Paris Ia to Militärbefehlshaber in Frankreich, 1942, 6 January, Paris, AN, AJ 40/451.

MacCannell, D., 1976, The Tourist: A New Theory of the Leisure Class, New York, Schocken.

Meinen, I., 2006, Wehrmacht et prostitution sous l’Occupation (1940-1945), trad. de l’allemand par Beate Husser, Paris, Payot.

Mesplier-Pinet, J., 2009, “Culture et patrimoine aujourd’hui, peuvent-ils contribuer au développement touristique ?”, in Patrimoine et Tourisme, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 11-24.

Meyer, H., 2006, “Der Wandel der französischen "Erinnerungskultur" des Zweiten Weltkriegs am Beispieldreier "Erinnerungsorte": Bordeaux, Caen und Oradour-sur-Glane,” Doctoral dissertation, History Faculty, University of Augsburg and Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Militärbefehlshaber in Frankreich Ia, 1943, 16 October, Paris, AN, AJ/40/451.

Mitchell, A., 2011, The Devil’s Captain: Ernst Jünger in Nazi Paris, 1941-1944, New York and Oxford, Berghahn.

Moret, F., 1972, Journal d’une mauvaise Française, Paris, La Table ronde.

Riding, A., 2010, And the Show Went On, Cultural Life in Occupied Paris, New York, Alfred A. Knopf.

Roberts, M-L., 2013, What Soldiers Do: Sex and the American GI in World War II France, Chicago: University of Chicago Press.

Röger, M., Debruyne, E., 2016, “From Control to Terror: German Prostitution Policies in Eastern and Western European Territories during both World Wars”, Gender & History, 28-3, November, 687-708.

Rousso, H., 2016, “La déportation des homosexuels: comment nuire sans mentir,” Huffpost, 3 October, <https://www.huffingtonpost.fr/henry-rousso/vanneste-homosexuels-polemique_b_1281647.html>, retrieved 3 April 2018.

Ryan, C., ed., 2007, Battlefield Tourism: History, Place and Interpretation, Amsterdam, Elsevier.

Salazar, N. B., 2012, "Tourism Imaginaries: A Conceptual Approach," Annals of Tourism Research, 39-2, April, 863-882.

Schreiber, 1940, Oberarzt. Der Heeresarzt, Oberkommando des Heeres, Gen. St. d. H./Gen. Qu., Az. 265, Nr. 17150/40, "Betr.: Prostitution und Bordellwesen im besetzten Gebiet," 16 Juli, in Paris, AN, AJ/40/451, folder M.B.F. C. 59 L. VIII. A. G. 104.

Schuessler, J., 2013, "The Dark Side of Liberation: Documenting Abuse by G.I.’s in France During World War II," New York Times, 21 May.

Siclier, J., 1981, La France de Pétain et son cinéma, Paris: H. Veyrie.

Signoret, S., 1976, La Nostalgie n’est plus ce qu’elle était, Paris, Seuil.

Simic, C., 2013, “Oh, What a Lovely War!”, Review of Ian Buruma, Year Zero: A History of 1945, in New York Review of Books, 10 October, <http://www.nybooks.com/articles/archives/2013/oct/10/year-zero-1945-oh-what-lovely-war/?insrc=toc>, retrieved 5 January 2014.

Smith, M., 2010, “The Civilian Experience in German Occupied France, 1940-1944,” in History Honors Papers, Paper 6. (http://digitalcommons.conncoll.edu/histhp/6), retrieved 14 May 2018.

Smith, V. L., ed., 1989, Hosts and Guests: The Anthropology of Tourism, 2nd edition, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Spode, H.,2003, Wie die Deutschen "Reiseweltmeister" wurden. Eine Einführung in die Tourismusgeschichte, Erfurt, Landeszentrale für politische Bildung Thüringen.

Teaiwa, T., 2016, “Reflections on Militourism, US Imperialism, and American Studies,” American Quarterly, 68-3, 847-853.

The American Heritage Dictionary of the English Language, 5th edition, 2016 [2011].Boston, Houghton Mifflin Harcourt Publishing Company; cited in Your Dictionary, <http://www.yourdictionary.com/tourism#websters?direct_search_result=yes>, retrieved 13 January 2018.

Torrie, J. S., 2011, "‘Our Rear Area Probably Lived Too Well’: Tourism and the German Occupation of France, 1940–1944," Journal of Tourism History, 3-3, December.

Trésor de la langue Française, XI, 1985, Paris, Editions du Centre national de la recherche scientifique.

Virgili, F., 2002, La France « virile » Des femmes tondues à la Libération (Paris, Payot, 2004 [2000]; trad. de l’anglais comme Shorn Women: Gender and Punishment in Liberation France, Oxford: Berg.

Witt, M-A. F., 2001, The Search for Modern Tragedy: Aesthetic Fascism in Italy and France, Ithaca and London, Cornell University Press.

Haut de page

Notes

1 Autre point de vue que celui de Jean Texier qui alertait les Parisiens sur le fait que les Allemands étaient leurs vainqueurs et non des touristes. Voir. Colin W. Nettelbeck, War and Identity (London: Methuen Educational, 1987), p. 55. Mes remerciements à Peter Tame pour cette référence.

2 Pour l'influence de Sieburg, voir Julia S. Torrie, "'Our Rear Area Probably Lived Too Well’: Tourism and the German Occupation of France, 1940–1944," Journal of Tourism History, 3:3 (December 2011), p. 316.

3 Pour l'estimation de 200 000 enfants nés de pères allemands et de Françaises, voir Maurin Picard, «200 000 enfants de soldats allemands seraient nés en France», Le Figaro, le 30 novembre 2009, En ligne : www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/11/30/01016-20091130ARTFIG00413-200000-enfants-de-soldats-allemands-seraient-nes-en-france-.php. Pour l’estimation inférieure de quelques 50 000 à 70 000, voir Philippe Burrin, La France à l'heure allemande: 1940-1944, trad. par Janet Lloyd (New York: The New Press, 1996), sous le titre :France under the Germans: Collaboration and Compromise,p. 207.

4 Montmartre faisait déjà partie des destinations incontournables de Paris au tournant du siècle. Ses lieux de perdition servirent à renforcer l’idée que les Allemands se faisaient de la décadence française [M.E. Nolan, The Inverted Mirror: Mythologizing the Enemy in France and Germany 1898-1914,New York: Berghahn Books, 2004, 56] de Torrie, p. 318. Voir aussi Für den Chef des Mil.-Verw.-Bezirks Paris, Der Chef des Kommandosstabes, note à Verwaltungsstab, Chambre des Députés, Paris, 29 Septembre 1940; Archives nationales, Paris, AJ/40/890 [dossier 4], #128.

5 Voir à ce sujet l’article de Jennifer Schuessler (Schuessler 2013), une critique du livre de Mary Louise Roberts, "What Soldiers Do: Sex and the American G.I.", in World War II France, Chicago: University of Chicago Press, 2013. Roberts n’a pas été la première à traiter de cette question, voir aussi J. Robert Lilly, "Taken by Force: Rape and American GIs" in Europe during World War Two, New York: Palgrave Macmillan, 2007.

6 Une histoire similaire concernant une rencontre entre un officier allemand et une française est racontée par Irène Némirovsky (1903-1942) dans Suite française(2004), roman devenu un film en 2015 (Mes remerciements à Peter Tame pour cette référence).

7 Peter Tame note que “l’envers” de cette image transparaît dans le roman de Roger Nimier Le Hussard bleu : "où il décrit de jeunes soldats français très cyniques qui accompagnent les Alliés, qui se battent en Allemagne contre la Wehrmacht, et qui ne s'intéressent vraiment qu'aux femmes allemandes." (Tame, note à l’auteur, 16 June 2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document N ° 1 : Soldats allemands et Françaises au Moulin Rouge.
Crédits Bundesarchiv Berlin
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1716/img-1.png
Fichier image/png, 217k
Titre Document N° 2 : Danielle Darrieux dans le film “La fausse maitresse”
Crédits Deutsche Wegleiter (1-15 August 1942), p. 75. (Collection : Bibliothèque Nationale de France)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1716/img-2.png
Fichier image/png, 201k
Titre Document N ° 3 : Publicités de boîtes de nuit parisiennes
Crédits Deutsche Wegleiter, (1er août 1942) p. 86. (Collection : Bibliothèque nationale française)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1716/img-3.png
Fichier image/png, 172k
Titre Document N ° 4 : Publicité du Cabaret le Tabarin
Crédits Deutsche Wegleiter, (1-15 mars 1941). (Collection : Bibliothèque nationale française)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1716/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertram M. Gordon, « Le tourisme et l’imaginaire érotique à Paris durant la guerre : Français et Allemands pendant l’Occupation, 1940-1944 », Via [En ligne], 11-12 | 2017, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1716 ; DOI : 10.4000/viatourism.1716

Haut de page

Auteur

Bertram M. Gordon

Bertram M. Gordon est Professeur d’histoire européenne au Mills College d’Oakland en Californie. Il est le secrétaire général de la Commission internationale pour l’Histoire du Voyage et du Tourisme. Il est aussi membre du comité de rédaction du Journal of Tourism History, co-éditeur du site de discussion H-Travel, et enseignant. Il est l’auteur de nombreux ouvrages : citons : Men, Women, and Travel : Tourism in Europe Since the Renaissance, Collaborationism in France during the Second World War (1980) et de The Historical Dictionary of World War II France : The Occupation, Vichy and the Resistance, 1938-1946 (1998). Il a été aussi le co-éditeur du numéro special de French Historical Studies intitulé : "Food and France : What Food Studies Can Teach Us about History," paru en avril 2015. Il a aussi écrit une histoire du chocolat en France, en Angleterre et en Californie. Son prochain livre s’intitulera : With Camera and Guidebook : Tourism in France and the Second World War, et sera publié par Cornell University Press en septembre 2018.

Haut de page

Traducteur

Philippe Bachimon

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals