Navigation – Plan du site

Résumé

Les stations thermales françaises connaissent leurs heures de gloire entre 1875 et 1915. À cette époque, l’aristocratie et la bourgeoisie affluent volontiers dans les villes d’eaux. Sous couvert d’entretien de santé, cette clientèle est majoritairement en quête d’hédonisme, d’oisiveté et de légèreté. Deux raisons à cela : l’expansion de la morale bourgeoise et l’avenir incertain au tournant du XXème siècle (déferlement de modernité, prémices de la 1ère Guerre Mondial). Les villes d’eaux deviennent alors « des soupapes de sécurité » (Authier, 1997), un monde à part, hors du quotidien, où seront possibles bien des transgressions. Dans cet article, nous nous sommes demandé comment les stations étaient devenues des "lieux de désir" et quel était leur degré d’érotisation. L’érotisation des villes d’eaux tient en fait aussi bien du décor que des usages qui y ont court.

Haut de page

Texte intégral

1Au milieu du XVIIIe siècle, par l’action de l’aristocratie britannique, des stations bien particulières se multiplient : les « pleasures resorts ». Dans ces dernières (Bath, Turnbridges Wells, Epson…) sont ouvertement recherchés le bien-être, les loisirs et le droit de ne rien faire. « À Bath, il s’est produit un retournement décisif : l’oisiveté s’est affichée car elle a fait le lieu. Facteur aggravant, le prétexte médical – la cure- n’est même plus mis en avant par une partie de cette société qui ne craint pas ou ne craint plus d’exposer publiquement son genre de vie oisif tourné vers une recherche collective d’un bien-être individuel. La frivolité, mais aussi le jeu et le sexe – y compris tarifé- font désormais partie de la vie de société qui est désormais l’argument fondamental du lieu » (MIT 2, 2005 : 32). L’exemple anglais s’exporte rapidement sur le continent et les stations thermales deviennent des étapes incontournables dans le périple des élites britanniques et européennes.

2En France, à partir du Second Empire, aristocratie et bourgeoisie séjournent volontiers dans les stations thermales, endroits où il faut être vu. Sous couvert d’entretien de sa santé, cette clientèle aisée est en fait majoritairement en quête d’hédonisme, d’oisiveté et de légèreté (Gerbod, 2004 ; Boyer, 2005 ; Venayre, 2012). Si la clientèle fortunée se presse volontiers dans les villes d’eaux dès les beaux jours, c’est que le contexte l’y pousse. En cette fin de siècle, la morale bourgeoise continue de se répandre et l’avenir incertain au tournant du XXe siècle inquiète (déferlement de modernité, prémices de la 1ère Guerre Mondiale…). Les villes d’eaux deviennent alors « des soupapes de sécurité » (Authier, 1997 : 130), « des exutoires saisonniers » (Jarassé, 1992 : 235), un monde à part, hors du quotidien, où sont possibles bien des transgressions. Cette soif de vivre continuera dans les Années 1920, poussée par le besoin d’oublier les atrocités de la guerre (Authier, 1997 ; Bucaille et Virieux, 2013).

  • 1 D’après C. Carribon (2001 : 590), « la Belle Époque a vu fleurir des cartes postales humoristiques (...)

3Pour attirer et satisfaire cette clientèle aisée, les stations rivalisent alors d’ingéniosité. Luxe, calme et volupté sont les maîtres-mots de l’aménagement des villes d’eaux. Si le luxe renvoie dès le XVIIe au faste, à l’abondance et à la splendeur, il fait également référence aux excès, à la tentation, pour aboutir… à la luxure. Dans cet hors-quotidien que représentent les stations, « des espaces utopiques et artificiels, d’illusion et d’apparence, éphémères et saisonniers, de dépaysement et de féerie hors du temps » (Toulier, 2004 : 17), les curistes et leurs accompagnants vont s’éprendre des plaisirs du jeu et de ceux de la chair1. Ce cadre si particulier va leur permettre de faire ce qu’ils ne feraient pas chez eux. Après le temps des soins, « s’ensuit une sorte de fausse léthargie, d’apathie trompeuse, propice à l’introspection et au manège des fantasmes. Une vacance soudaine de l’être rend disponible pour des désirs que l’action muselait. La villégiature se prête donc aux rencontres, aux écarts, à l’éclosion des pulsions les mieux refoulées. […] Après tout, puisque la cure est censée restaurer la santé pourquoi ne réveillerait-elle pas aussi la libido ? […] Telle était en tout cas la conviction d’un mandarin de la faculté de médecine de Bordeaux. Dans son cours d’hydrologie, il n’omettait jamais d’avertir les étudiants que certaines stations avaient, selon lui, fait plus de cocus que de guéris ! » (Veilletet, 1997 : 12, introduction de l’ouvrage du Pr. Authier).

4Hormis la richesse qui la caractérise, la population thermale est très hétérogène, mêlant vrais malades, mondains, amants, amateurs de jeux d’argent, etc. Bien qu’il soit très difficile pour les chercheurs de les repérer, la plupart s’accordent pour dire que la part des curistes "vrais" dans la fréquentation totale est très négligeable, notamment dans les stations les plus renommées. Cette caractéristique reste valable pour la période des Années Folles : 33% à la Bourboule, 19% à Evian, 16% à Aix et 12% à Luchon en 1938 (Jamot, 1988).

  • 2 « La durabilité des stations thermales françaises : le croisement de la tradition et de l’innovatio (...)

5Travaillant depuis plusieurs années sur les stations thermales2, nous avons été amenée à nous intéresser à l’histoire du thermalisme et à celle des villes d’eaux. De cet intérêt est née l’interrogation suivante : comment de telles stations ont-elles pu devenir des lieux de désirs et quel a été leur degré d’érotisation, érotisation que nous comprenons comme « la fabrique d’objets de désir sexuel, amoureux et sensuel » (AAC, colloque La fabrique des lieux de désir, Genève, juin 2015) ? Cette thématique, appliquée au monde thermal, a été peu abordée d’une manière globale par les chercheurs. Selon le thème étudié (la prostitution, l’architecture…), seules quelques phrases font allusion aux stations thermales. L’apport de notre article réside donc dans sa volonté de présenter un panorama général de la question dans ces stations touristiques si particulières. Nos propos portent sur deux époques bien précises : la Belle Époque et les Années Folles, décennies pendant lesquelles la prospérité des stations françaises a été reconnue (Authier, 1997 ; Carribon, 2001 ; Gerbod, 2004) et la soif de vivre et de s’étourdir prédominante.

6Cet article mobilisera le concept de re-création que M. Stock définit comme « ensemble de pratiques, de normes, d’institutions et de représentations qui se caractérise par un relâchement des contraintes et des pratiques déroutinisantes, bref une libération contrôlée du self-control quotidien » (Stock, 2010 : 290). Comme nous l’avons dit précédemment, les stations sont des lieux à part, hors du quotidien. Une cure thermale est le prétexte parfait pour profiter, pendant quelques semaines, de plaisirs coquins en toute discrétion (du moins à l’écart des personnes que l’on connaît).

7Notre développement va se scinder en trois phases. Dans une première partie, nous analyserons l’imaginaire touristique érotique des villes d’eaux qui pousse certains à s’y rendre. Comment cet imaginaire est-il produit et véhiculé ? Nous enchaînerons ensuite avec l’étude de la mise en tourisme des stations thermales. Dans quelle mesure en effet l’érotisme est-il une ressource prise en compte dans leur développement ? Enfin, nous terminerons en montrant que les stations sont érotisées par les pratiques même des hommes et des femmes qui y séjournent.

I. L’imaginaire touristique des stations thermales : entre érotisme et sensualité

8Dans le hors-quotidien que représentent les stations, les curistes et leurs accompagnants vont s’éprendre des plaisirs du jeu et de ceux de la chair. Ils en sont d’autant plus demandeurs qu’un imaginaire touristique érotique leur a été vendu. Par imaginaire touristique, nous entendons « des imaginaires spatiaux qui se réfèrent à la virtualité d’un lieu en tant que destination touristique. […] Sans l’imaginaire touristique qui sélectionne parmi la gamme des multiples destinations possibles la plus désirée, la plus séduisante ou la plus enchanteresse, il ne peut y avoir de projet touristique » (Gravari-Barbas et Graburn, 2012) et par imaginaire érotique, « l’ensemble imaginatif de constructions cognitives, affectives et émotionnelles formé d’images, de paroles, de scénarii plus ou moins chargés d’affect et d’émotion qui sous-tendent l’excitation sexuelle concrète en relation avec les perceptions de jouissance et de plaisir sexuel » (El Feki, 2010 : 30). Quelles sont donc les composantes de l’imaginaire qui a trait aux stations thermales et comment s’est-il véhiculé ?

1. Une réputation sulfureuse

9« Les imaginaires d’un site ou d’un circuit se forment à partir de la lente sédimentation d’images élaborées parfois depuis les débuts du développement touristique des lieux ». Ces propos de M. Gravari-Barbas et de N. Graburn (2012) s’appliquent fort justement au milieu thermal. Mais ici, l’imaginaire érotique des stations thermales n’est pas né seulement lors du développement touristique ; il s’est nourri des écrits et des histoires transmis au fil des siècles depuis l’Antiquité. Citons quelques exemples de ces écrits qui ont pu jouer dans la création de l’image sulfureuse des stations.

10Ovide déjà, au 1er siècle av-JC, écrivait que « loin d’y guérir, beaucoup en rapportaient une blessure au cœur ». Quelques siècles plus tard, le caractère badin des stations est au cœur de l’ouvrage Flamenca, roman éponyme centré sur une jeune femme qui va rejoindre son amant dans la station de Bourbon l’Archambaut. Toujours à la Renaissance, Pogge décrit les thermes de Bade comme des lieux de rencontre où la pudicité n’est pas de mise. Dans les piscines réservées à la plèbe, hommes et femmes sont ainsi mélangés ; en outre, même si les bains des maisons privées ne sont pas mixtes, des petites fenêtres insérées dans la cloison séparative permettent aux deux sexes de s’observer et de bavarder (Gouédo-Thomas, 1992 : 14). Au XVIIIe siècle, les propos d’un "expert" ne laissent guère planer de doutes quant à l’ambiance particulière des villes d’eaux : « les eaux ne sont qu’un prétexte. […] On y va que pour des affaires, des intrigues, jouer, faire l’amour et espionner » (Mémoires de Casanova cité par C. Havelange, 1996 : 217).

11À ces écrits auxquels les élites ont pu avoir accès s’ajoutent des pièces de théâtre. Au XVIIIe siècle et surtout au XIXe, ces dernières prennent en effet le relais des saynètes et des historiettes qui étaient apparues dès le XVIIe et qui avaient déjà comme cadre les Eaux de Forges ou de Bourbon. L’apologie du jeu, des plaisirs et de la légèreté y était de règle. Cela va donc se poursuivre au XIXe, avec notamment la multiplication des vaudevilles (cf. ceux de Labiche, Scribe ou Malefille). Les auteurs s’en donnent à cœur joie pour persifler les mœurs thermales.

Document n°1 : Gravure des thermes de Bourbon l’Archambaut datant de 1569

Document n°1 : Gravure des thermes de Bourbon l’Archambaut datant de 1569

http://www.academia.edu/​4443680/​R%C3%A9seau_routier_et_agglom%C3%A9rations_secondaires_%C3%A0_1_%C3%A9poque_romaine

12Pour finir, l’iconographie des temps anciens explique aussi la réputation associée aux villes d’eaux. Par exemple, sur une gravure des thermes de Bourbon l’Archambault datant de 1569 (document 1), on voit des hommes et femmes se baignant ensemble et surtout copulant. Au XIXe, il n’y a plus, bien-sûr, cette promiscuité dans les bains mais le souvenir de ces pratiques peut concourir à créer un imaginaire permissif.

13Si une dimension érotique, sexuelle, des imaginaires touristiques des stations est due aux écrits, très explicites, des temps passés, un aspect plus sensuel transparaît des affiches faisant la promotion des lieux thermaux. Outre les éléments immatériels (légendes, contes, récits, discours, anecdotes, mémoires), les imaginaires touristiques sont en effet constitués de représentations partagées, alimentées par – ou associées à – des images matérielles (cartes postales, affiches, films et vidéos, guides touristiques, brochures…) (Gravari-Barbas et Graburn, 2012).

2. Les affiches publicitaires : vecteurs de l’image de la femme érotisée

14Tous les moyens sont bons pour attirer la clientèle aisée dans les stations. Des guides et des affiches sont ainsi édités afin de faire la promotion des ressources urbaines et touristiques. L’image représentée sur l’affiche retient l’attention et, si possible, déclenche un rêve. C’est en cela qu’elle participe à un imaginaire touristique érotique.

15Les Compagnies de Chemin de Fer jouent un grand rôle dans le développement des villes d’eaux. Afin d’accroître leur attractivité, ces sociétés – comme les municipalités ou les Cies des Eaux d’ailleurs – font souvent appel à des artistes de renom pour dessiner des affiches vantant les attraits des stations que leurs trains desservent. Si bien entendu, la personnification n’est pas systématique, certaines affiches mettant plus en avant des éléments naturels, il faut bien reconnaître, que dans la plupart des cas, ce sont des femmes qui représentent la station thermale. Cette personnification féminine se décline autour de trois figures dominantes : la mère de famille, la baigneuse et la bourgeoise (Carribon, 2011). Les deux derniers cas vont davantage nous intéresser car l’image de la mère de famille renvoie plus à son rôle social qu’à son statut de femme à part entière.

16La représentation de la baigneuse ou de la bourgeoise oscille entre virginité et sensualité (document 2). À Plombières par exemple, la sensualité se dégage de la pose langoureuse du modèle tandis qu’à Luchon, c’est l’attitude même de la femme, plutôt euphorique, qui semble une offre aux hommes, le décolleté bien mis en évidence. Cette tenue n’est toutefois pas surprenante pour l’époque. « A la cour de Napoléon III, tandis qu’à partir de la taille le vêtement féminin construit un corps fantasmatique superposé au réel, le décolleté profond, qui met en évidence la nudité de la poitrine, est de rigueur. […] A partir de ce milieu du siècle, la valeur érotique de cette partie du corps s’accentue » (Corbin, 2005 : 192). Enfin, les images peuvent même être beaucoup plus "crues" et focaliser le regard des hommes : à Salies de Béarn par exemple (document 2), on n’hésite pas à montrer une femme les seins nus.

Document n°2 : La représentation de la femme sur les affiches touristiques thermales

Document n°2 : La représentation de la femme sur les affiches touristiques thermales

Google images et gallica.bnf.fr

  • 3 Pour les stations thermales ou balnéaires, C. Carribon (2001) remarque que les affiches publicitair (...)

17La vente du rêve à travers les charmes féminins n’est pas le propre des stations thermales à la Belle Époque et lors des Années Folles3. Il caractérise également la publicité des littoraux (document 3). « L’image féminine doit d’abord charmer le touriste homme, celui qui possède l’argent, en lui donnant l’envie de voyager et de venir dans une station. Qui mieux alors qu’une jolie élégante dévêtue se baignant pour exhorter cette envie de faire partie de l’aristocratie balnéaire ? » (Birot, Bohuon et Pécout, 2010 : 112 et 117).

Document n°3 : Les charmes féminins mis en avant sur les affiches touristiques balnéaires

Document n°3 : Les charmes féminins mis en avant sur les affiches touristiques balnéaires

Google images

18Faire rêver les clients potentiels est une chose, mais il faut qu’à l’arrivée, ils ne soient pas déçus. Les acteurs de l’époque, élus comme acteurs privés, vont donc s’évertuer à prendre en compte l’érotisme dans la mise en tourisme de leur station. Cet élément va d’autant plus se greffer facilement que les villes d’eaux se veulent des villes idéales par les aménagements proposés et le luxe qui s’en dégage.

II. L’érotisme pris en compte dans la mise en tourisme des lieux thermaux

19Le fait que la clientèle soit fortunée et urbaine impose aux stations thermales de moderniser leurs équipements. Les stations deviennent donc des villes idéales, souvent par le biais de sociétés privées, capitalistes, qui mettent en valeur un produit cohérent et teinté de luxe (thermes, hôtels, casino, salles de spectacles, tennis, golfs). Mais le luxe n’est pas l’apanage de toutes. Il se montre dans les stations où l’alliance loisirs/médecine fonctionne le mieux. C’est d’ailleurs dans ces lieux que la clientèle se concentre le plus.

  • 4 Stations recevant plus de 10 000 baigneurs en 1938 : par ordre décroissant, Vichy, Luchon, Aix, Cau (...)

20À la veille de 1914, 14 centres thermaux se singularisent en recevant plus de 14 000 visiteurs et en se localisant principalement au cœur de l’Auvergne (5) et dans le nord-est de la France (4) (document 4). Pendant la période des Années Folles, les stations les plus en vues seront toujours les mêmes, seules les Vosgiennes s’effacent à l’exception de Vittel4.

Document n°4 : Localisation des stations les importantes au début du XXe siècle

Document n°4 : Localisation des stations les importantes au début du XXe siècle

1. Les stations thermales : un décor de rêve, bien souvent inspiré des Milles et Une nuits

21Le mot luxe renvoie dès le XVIIe siècle au faste, à l’abondance, à la splendeur mais également à l’excès et à la tentation. Au XIXe, il s’embourgeoise en intégrant les valeurs de confort et d’art de vivre (Bauer, 2007). Les villes d’eaux n’échappent pas à ce mouvement.

22Les marques du luxe se retrouvent en priorité dans les grands hôtels et surtout dans les palaces, apparus au début du XXe siècle. Ces derniers s’imposent par leur monumentalité et leurs façades décorées. Ces bâtiments, souvent en décalage avec l’architecture locale, offrent tous les éléments du confort moderne (électricité, ascenseur, eau potable, chauffage central). Globalement, ce sont la plupart des bâtiments, publics comme privés, qui bénéficient d’aménagements somptueux, œuvres de grands architectes. Cette richesse architecturale magnifie par exemple les thermes ; la recherche de la perfection et de la beauté est également flagrante pour les lieux de distraction (casinos, théâtre) et pour les éléments urbains. Les déclinaisons artistiques (Art Nouveau, Art Déco, style exotique) et décoratives ne connaissent pas de limites.

23Dans certains cas, les aménageurs des villes d’eaux succombent à la mode de l’orientalisme (styles arabe, mauresque, byzantin) très en vogue à cette époque. Et cela a son importance pour le thème qui nous intéresse. L’extravagance orientaliste est propre en effet à l’évasion et aux projections fantasmatiques. N’oublions pas que c’est au XIXe siècle que « l’ars erotica de l’Inde, du monde arabe et de l’Extrême-orient se diffuse au sein des élites cultivées. […] Le Kama-Soutra, les écrits de Cheikh Nefzaoui propagés par les soins de Maupassant [auteur fréquentant les stations thermales et connu pour son libertinage] constituent des éléments de cet enrichissement de l’image érotique » (Corbin, 2005 : 170).

  • 5 Dans ces deux cas, ce sont des décors polychromes.

24Les villes d’eaux deviennent des villes de plaisirs éphémères en puisant leurs inspirations dans les palais des Mille et une Nuits, « évocateurs d’un voluptueux hédonisme » (Toulier, 2006 : 2). À la vue des thermes ou des casinos à l’allure orientale, des images de hammams, de bains turcs et surtout de harems, peuvent surgir dans l’esprit des visiteurs de l’époque. « Les épouses multiples, perpétuellement en attente du désir de l’homme, préparées au commerce de la chair, baignées, parfumées, offrent la blancheur de leurs formes épanouies, mollement alanguies sur des sofas et des coussins. […] Le harem suggère des plaisirs antithétiques de ceux que pourraient procurer la sexualité de groupe, c’est à dire l’orgie » (Corbin, 2005 : 194). Cette vague orientaliste s’est d’abord manifestée à l’extérieur des établissements thermaux avec la présence d’arcs outrepassés, des tours en forme de minaret, des dômes…, comme à la Bourboule, Biarritz, Salies de Béarn ou encore Vichy (document 5). Des éléments byzantins ou hispano-mauresques se retrouvent également au sein même des thermes, que ce soient ceux du Mont-Dore ou de Châtel-Guyon5. Enfin, des édifices publics (casinos, cafés) comme des bâtiments privés (villas particulières) témoignent des influences du Moyen-Orient ; il en est ainsi à la Bourboule et à Evian (document 5).

  • 6 Aujourd’hui tous deux disparus.

25Cet engouement pour l’orientalisme (qui touche également les stations balnéaires comme en témoignent les thermes Salins de Biarritz ou le casino d’Arcachon6) prend fin à la veille de la Première Mondiale. Se devinant encore dans quelques stations (cf. l’architecture de l’établissement thermal de la Léchère dans les années 20), il s’effacera au profit d’autres courants artistiques.

Document n°5 : Une architecture thermale au style oriental

Document n°5 : Une architecture thermale au style oriental

MEF 2011, 2012, 2015

2. Le modèle féminin, élément incontournable de décor des villes d’eaux

26Comme pour les affiches publicitaires étudiées précédemment, ce sont les hommes (commanditaires et exécutants) qui sont à la manœuvre dans l’aménagement et la décoration des villes d’eaux. Ce n’est donc pas étonnant si le corps de la femme se retrouve mis en avant au sein même des stations. Lors de leur mise en tourisme, les sculpteurs ou les peintres ont eu à cœur de célébrer les formes féminines afin d’éveiller les fantasmes des hommes.

27Le XIXe siècle est le siècle de la prolifération de sculptures, ce qui aurait fait dire à Degas qu’il faudrait mettre dans les jardins publics des pancartes interdisant la dépose de statues (Zerner, 2005). Les villes d’eaux ne sont pas épargnées par ce mouvement et nombre d’entre elles voient fleurir des statues féminines à la beauté sexuelle exubérante dans leurs squares ou leurs parcs (document 6). Bien souvent, ces femmes sont complètement dévêtues, à contre-courant des règles de bienséance de l’époque, le nu renvoyant par ailleurs à l’image du bordel (Corbin, 2005). L’absence de tissus laisse découvrir des rondeurs et des embonpoints qui peuvent surprendre les hommes et femmes du XXIe siècle. Or du XVIe au XIXe siècle, « la femme grasse est la femme oisive, c’est-à-dire la dame de la bonne société, par opposition à la travailleuse de la paysannerie » (Laneyrie-Dagen, 1997 : 134). La femme gironde est synonyme de bonne santé alors que la femme mince renvoie à un état maladif voire mortifère.

Document n°6 : Des statues féminines très fréquentes dans les villes d’eaux

Document n°6 : Des statues féminines très fréquentes dans les villes d’eaux

MEF, 2004

28À la vue de ces formes féminines sensuelles et charnelles, les hommes, jeunes ou vieux, doivent être excités. Notre affirmation se base sur les propos de N. Laneyrie (1997) et d’A. Corbin (2005 : 173) : « Le désir sexuel de nombre d’adolescents de ce temps [le XIXe] a d’abord été stimulé par le regard porté sur la nudité de Vénus ou sur le buste décolleté des femmes représentées ». Il faut toutefois préciser que les traits sont assez nets pour susciter la montée du désir mais restent quand même assez flous pour ne pas heurter la bienséance.

29Ces statues sont quelquefois installées près des fontaines (document 6) et cela n’est peut-être pas un hasard. En prenant l’exemple des romans de Zola, V. Prioux (2009) a en effet montré qu’au XIXe, l’eau qui coule des fontaines et des cascades se donne à lire comme le symbole d’une sensualité et d’une volupté qui conduit inexorablement à une intimité charnelle.

30En dehors des parcs, les hommes peuvent être troublés par des représentations de femmes, nonchalantes et attirantes, au sein même des hôtels, des thermes ou des casinos. Prenons quelques exemples pour illustrer les deux derniers cas.

31* Au premier étage des Grands Thermes de Vichy (ceux du Dôme), à l’entrée de la galerie des femmes et de la galerie des hommes, des peintures sont marouflées sur les murs. Sur l’une d’elles sont représentées des femmes se prélassant au bord d’une étendue d’eau (document 7). Les voiles sont suggestifs et laissent deviner des corps aux rondeurs fermes. Deux femmes de la fresque du bain sont même d’ailleurs nues ; leurs fortes hanches et leurs fesses charnues sont clairement identifiées. On est donc loin de la pudeur bourgeoise de l’époque. A l’intérieur des Grands Thermes de Luchon (document 7), nous retrouvons ces mêmes figures de femmes offertes au public. Huit sources sont ainsi personnalisées offrant leur corps érotique à la vue de tous. Sur fond de paysage pyrénéen, s’appuyant sur une jarre d’eau renversée, les femmes adoptent des positions lascives, le dos et le haut des fesses dévoilés pour certaines.

Document n°7 : Les peintures suggestives des Thermes de Vichy et de Luchon

Document n°7 : Les peintures suggestives des Thermes de Vichy et de Luchon

http://vichy-guide.com/​archi/​dome.php?rub=architecture&page=7 et Midi-Pyrénées Patrimoine, n°36, 2014

32* Au casino des Thermes de la Bourboule (actuelle mairie - document 8), la rencontre avec la femme a lieu dès l’entrée avec quatre belles cariatides, les seins nus mis en relief par le tissu noué sous la poitrine. Ensuite, ce sont deux figures féminines en pied, en fonte moulée, brandissant des canthares qui accueillent les visiteurs au sommet de l’escalier principal. Enfin, les portes de l’étage sont surmontées de frontons peints représentant des scènes champêtres où les femmes tiennent encore une place de choix.

Document n°8 : Une représentation féminine omniprésente dans les lieux les plus fréquentés des stations thermales

Document n°8 : Une représentation féminine omniprésente dans les lieux les plus fréquentés des stations thermales

Extérieurs et intérieurs d’un des premiers casinos de la Bourboule (actuelle mairie)

MEF, 2015.

33Au final, on assiste dans les stations thermales à la normalisation d’un certain voyeurisme. Le corps féminin, entièrement ou partiellement dévêtu, dans des poses plus que suggestives, est livré au regard d’autrui. Comme sur les affiches publicitaires, la femme, sous forme de statue ou sujet de tableaux, est bien un objet érotisé.

3. Les pratiques érotiques des touristes/curistes

34Pour combler le temps libre des villégiateurs (curistes ou non), un nombre considérable d’activités mondaines se déploie. Bals et fêtes se succèdent, entrecoupés de spectacles de théâtre et d’opéras de grande qualité. Golf, régates, tennis, courses hippiques sont parmi les sports les plus prisés. L’environnement est en conséquence complètement grisant. Cette ambiance thermale et le déroulement très codifié des journées de cure concourent à des pratiques touristiques bien spécifiques. L’érotisation qui se dégage de certains lieux affecte ainsi l’expérience des visiteurs des villes d’eaux. Les aspects sensoriels, sensuels sont d’autant plus accentués que le séjour dans une ville d’eaux est synonyme de lâcher-prise. Cette affirmation trouve son écho dans les propos de l’Equipe MIT (2005 : 271) qui décrit l’évolution qui s’est passée, entre autres, dans les villes balnéaires et thermales : « L’histoire des pratiques touristiques est celle d’une affirmation du plaisir sous toutes ses formes : jeu, divertissement, sociabilité, mais aussi bien-être et libération des corps ».

Des espaces de sociabilité propices à la rencontre et aux émois sexuels

35Au XIXe comme au XXIe siècle, les stations sont vues comme des lieux de rencontres. Deux types d’espaces de sociabilité y sont repérés : les espaces de soins et les espaces de loisirs. Dans les deux cas, les règles de bienséance sont bafouées en toute connaissance de cause. Eu égard à ce phénomène, de nouvelles expressions apparaissent, à l’instar de "mœurs balnéaires", pour qualifier le comportement et les tenus inappropriés des personnes fréquentant les villes d’eaux (Jarassé, 1992 : 240).

36Aux thermes, la mixité des bains n’a plus cours. En revanche, hommes et femmes se croisent tôt le matin ou dans l’après-midi, autour de la buvette. Comme l’a remarqué notre collègue historienne C. Carribon (2011), l’heure matinale autorise les curistes à être vêtus de manière inélégante, ce qui revient pour les femmes à ne pas porter de chapeau et d’avoir les cheveux à découvert. Or, à cette époque, G. Vigarello (2004) a montré que la chevelure en particulier acquérait une force nouvelle, très attractive sur l’élément mâle ; une nuque dégagée pouvait en effet faire monter le désir. Cet élément est étayé par A. Corbin (2005 : 191) : « La chevelure de la femme est capable de faire chavirer de plaisir le partenaire masculin. La chevelure ruisselle, à la manière des vagues ; elle s’enlace et se perd dans des lianes qui entourent les femmes de Mucha. Maupassant consacre l’une de ses nouvelles à son pouvoir d’incitation à la masturbation… ».

  • 7 Cela n’est pas sans rappeler les propos d’Alain Corbin (1988) sur les effets sensuels des flux et r (...)
  • 8 « Désir et plaisir : les secrets de la libido », documentaire diffusé sur Arte, le vendredi 13 mars (...)

37Chacun de leurs côtés, hommes et femmes sont également plus disposés à la bagatelle par le sentiment de quiétude et de bien-être qui s’empare d’eux après les soins thermaux. Selon le Dr Authier (1997), la tiédeur humide, les vapeurs, les va-et-vient dans les thermes, les serviettes remuées sont autant d’éléments susceptibles de réveiller la libido7. Par ailleurs, même s’il est difficile de mesurer l’intensité des pulsions et de l’excitation sexuelle, plusieurs chercheurs ont en effet noté que l’eau thermale avait une composition bien spécifique qui rendait son contact très sensuel. Pour s’en convaincre, il suffit de relire le passage que Maupassant consacre au bain de Christiane Andermatt dans le Mont Oriol (1887 – 1988 : 107). En fait, le thermalisme va donner l’occasion aux femmes de redécouvrir les sensations du corps dans un siècle où elles sont très "corsetées". Outre les bains, des massages sont quelquefois prescrits par les médecins. Même si le personnel est du même sexe que les patients, le toucher peut s’avérer excitant. « Le contact physique en appelle un autre. Si je me touche ou me caresse, sans que cela soit érotique mais de façon générale, cela va déclencher dans mon corps l’envie d’un autre contact » (W. Bartens) 8.

  • 9 « Désir et plaisir : les secrets de la libido », documentaire diffusé sur Arte, le vendredi 13 mars (...)

38En revanche, un problème se pose dans les stations traitant des maladies de peau. À Aix les bains par exemple, en 1844, « une fille souffrant d’une maladie l’ayant défigurée est priée par la commission administrative des bains de ne plus suivre de traitement dans la piscine, sa vue indispose les autres malades » (Penez, 2005 : 122). Or, comme l’a montré en 2015 des chercheurs de l’Université de Kiel9, la vision de lésions cutanées provoque un sentiment de répugnance et explique la baisse du désir sexuel. Sans faire preuve d’anachronisme, nous pouvons avancer l’idée qu’au XIXe siècle, la réaction était certainement la même qu’aujourd’hui.

39En ce qui concerne les espaces de loisirs, et en dehors des temps de cures, les hommes ont la possibilité de faire la cour aux dames et ils ne s’en privent pas à l’image de leur empereur. Loin des siens et des lieux ordinaires, bien des licences deviennent possibles au milieu d’inconnus. En outre, « c’est au cours des dernières décennies du XIXe que s’opère la lente diffusion du flirt, que celui-ci subisse l’influence permissive des jeunes américaines passagères des transatlantiques et friandes de badinages éphémères, qu’il résulte de l’accroissement de la fréquentation des villes d’eaux et de toutes les distractions qui accompagnent l’oisiveté de la villégiature » (Corbin, 2005 : 185).

40Le premier lieu de rencontre est tout simplement le parc où l’on se promène après la cure de boisson ou le square où l’on se rend pour écouter des odes musicales. Ces endroits sont plutôt propices aux bavardages et à la contemplation ; hommes et femmes se toisent plus ou moins discrètement. N’oublions pas que la clientèle des villes d’eaux se constitue d’hommes en quête d’épouse ou d’amourettes passagères, mais également de mères qui cherchent à marier leur fille, si possible avec un beau parti (Wallon, 1981 ; Gerbod, 2004 ; Penez, 2005). En fait, tout le monde trouve son compte dans les villes d’eaux, terrain propice aux rencontres.

41Mais la libido des hommes (et des femmes) s’éveille surtout lors des bals donnés au casino ou dans les hôtels et la valse qui est pratiquée n’y est pas étrangère. Plusieurs chercheurs ont en effet montré son rôle dans la montée du désir masculin … et féminin. « La cambrure fait la qualité de la valseuse dans cette danse nouvelle où pour la première fois les partenaires s’étreignent » (Vigarello, 2004 : 143) ; « Les frissons procurés par l’insistance des regards, par les délicats frottements, par les étreintes de la valse, les baisers apprennent à la jeune fille comme à la femme mariée à laisser son corps vibrer » (Corbin, 2005 : 186). D’autres danses en cette fin du XIXe font naître le plaisir, celles qui font tournoyer les jupons et découvrir les "gambettes" (pensons en particulier au french cancan). Les hommes se délectent donc facilement du corps des femmes partiellement dénudé. On ne saurait exclure une autre danse à la mode en ces années-là : la danse orientale, pendant de l’orientalisme en architecture ou en peinture, que J-F. Staszak (2008 : 134) décrit ainsi : « Les voiles suggestifs, la nudité partielle, les gestes plus libres et audacieux mettent sensuellement en scène le corps, en rupture avec les canons de la danse de la tradition européenne… et de la pudeur bourgeoise ».

42Enfin, les formes féminines s’exposent de plus en plus aux yeux des hommes grâce au sport auquel les femmes accèdent petit à petit : le golf, le vélo, le tennis… Leur pratique impose en effet un allégement ou un raccourcissement des tenues. Or, au XIXe, cela signifie rompre avec les codes des anciens temps pour lesquels les mollets voire les chevilles d’une femme se devaient d’être invisibles. Cette rupture des codes n’est pas pour déplaire aux hommes ; en témoignent ces propos : « Pleurez nos yeux ! Nous ne verrons plus Mary d’Assy exhiber, à chacune de nos réunions vélocipédiques, une de ces suggestives toilettes qu’elle portait avec tant d’élégance » (Vichy Season du 15/07/1893).

Les rencontres dans les lieux moins conventionnels

43En dehors des espaces de soins et de loisirs, les rencontres hommes/femmes peuvent se faire dans des lieux moins conventionnels. Depuis longtemps, une image de débauche, voire même de dangerosité, est associée à la ville thermale du fait de la venue de demi-mondaines et surtout de prostituées. Les maisons closes se multiplient dans les villes d’eaux et nombre de femmes galantes exerçant à leur compte y prennent leurs quartiers d’été. À la fin du XIXe, le préfet de l’Allier se plaint ainsi au maire qu’au moment de la saison, des prostituées arrivent de tous côtés à Vichy. Le maire promulgue alors un décret réglementant leur localisation, en leur demandant d’éviter les abords des thermes et des lieux thermaux en général (Penez, 2005).

  • 10 Ulysse Jouvet, 1862, Guide du touriste. Vichy, la vie aux bains. Des eaux minérales en général et d (...)
  • 11 Sur le site du Musée d’Orsay, présentation détaillée de l’exposition « Splendeurs et misère. Images (...)

44Les stations thermales sont aussi le terrain de jeu favori des demi-mondaines, telles Liane de Pougy ou la Belle Otéro. Elles y viennent accompagnées de leurs amants ou s’y rendent seules. Cette solitude et leur objectif (à peine voilé) de "croquer" un homme plutôt aisé leur valent même le surnom d’ « araignées10 », renvoyant au stratagème de l’animal qui piège sa proie dans sa toile. Dans les Années Folles, les "cocottes", telles qu’on les appelait alors, se font beaucoup plus rares, leur ère de gloire s’étant terminée avec la Première Guerre Mondiale.11

45Les femmes qui offrent leur corps ne sont pas toutes des prostituées professionnelles. Certaines femmes du pays (voire même des garçons) offrent leurs services à ces touristes/curistes en villégiature dans leur village. Pour Luxeuil, par exemple, station qui soigne l’infertilité féminine, un universitaire de la faculté de médecine sous-entendait que la guérison passait davantage par la présence des militaires que par la composition des eaux (Craplet, 1984 : 207). Un même genre de remarque se fait entendre dans les Pyrénées, les militaires étant remplacés par des bergers…

46Une partie des habitants des stations sont donc impliqués dans le processus d’érotisation de la station et cela chagrine le clergé des régions les plus empreintes de religiosité. À Chaudes-Aigues par exemple, dans le Cantal, le corps ecclésiastique accuse le chemin de fer d’apporter dans la station, par le biais des baigneurs, les germes de l’impiété et du goût des plaisirs terrestres. Le curé du village ne supporte même pas que les jeunes filles et jeunes femmes puissent danser ; c’était trop sensuel (Estève, 1992).

47Cette prostitution, officielle ou officieuse, n’est pas sans poser des problèmes sanitaires. Corbin (2005) rappelle en effet que le tabès – le stade III de la syphilis – se diffuse facilement et rapidement dans les villes d’eaux. Au final, la réputation de débauche qui est associée aux villes d’eaux commence à se retourner contre elles et obligent les acteurs du système touristique à prendre des résolutions sous peine de perdre "les honnêtes femmes". Désormais, les journaux éviteront d’étaler les liaisons et les frasques amoureuses des illustres touristes et curistes.

48À la Belle Époque et pendant les Années Folles, les stations thermales sont donc des mondes hors du quotidien, des théâtres, luxueux, où se jouent des scènes d’amour et de batifolage. Mais derrière cette description de la station thermale des temps glorieux du thermalisme se cache un paradoxe beaucoup plus complexe que nous n’avons pas abordé ici. Les villes d’eaux seront en effet un milieu toujours difficile à cerner car mêlant tout à la fois jouissance et souffrance, beauté et infirmité…

Conclusion

49En conclusion, le luxe, le calme, la volupté, la séduction, la luxure sont les éléments constitutifs des stations thermales – monde hors du quotidien, lieu de transgression plein d’insouciance - et les femmes en tant qu’objet érotisé et source de désir sont bien souvent au centre de ce dispositif. L’érotisme qui naît de la présence féminine participe à la définition d’une atmosphère thermale. Fantasme masculin, la femme sert d’élément décoratif (sous forme de statues, au centre d’affiches publicitaires, sujet de tableaux) et d’objet de plaisir. Mais comme pour les stations balnéaires, « la représentation de ces femmes s’avère être surtout une vision masculine fastasmée, éloignée des réalités sociales de l’époque. Si de par sa nudité, ses poses suggestives, l’image incarne une femme libérée, émancipée, il en est autrement dans les faits puisque la femme demeure soumise aux codes moraux, religieux et sociaux » (Birot, Bohuon et Pécout, 2010 : 117) [bien que certaines s’en affranchissent ouvertement, nous pensons notamment aux demi-mondaines, les peoples de l’époque]. Les villes d’eaux étaient ouvertement des enclaves où la morale bourgeoise était bafouée. Un imaginaire érotique a clairement été véhiculé et il s’est traduit dans les stations par des aménagements et décorations adéquats.

50Dans les années 30, une « révolution tranquille » s’opère (Bucaille et Virieux, 2011). Grâce aux nouvelles lois d’assistance sociale, les classes moyennes font leur apparition. Moins soucieuse du luxe et se préoccupant prioritairement de la santé, cette nouvelle population thermale va préférer les hôtels familiaux, les pensions de famille et les équipements de loisirs moins onéreux. Ce changement de clientèles et de pratiques fait ainsi dire à C. Carribon (2001) que les Années Folles représentent un entre-deux, « une passerelle entre le thermalisme mondain et le thermalisme social ». En 1947, le thermalisme français rentre dans la sphère du médical pur, la cure étant désormais remboursée par la Sécurité sociale. Dans ce nouveau contexte, on gomme toute référence à un système ludique et au bien-être tout simplement (Jamot, 1988). C’est la fin de l’âge d’or des villes d’eaux françaises caractérisées alors par une réputation de sulfureuses et par une atmosphère de gabegie, festive et étourdissante.

Haut de page

Bibliographie

Authier Dr., Duvernois P., 1997, Patrimoine et traditions du thermalisme, Toulouse, Privat.

Bauer A., 2007, Le marché du tourisme de luxe – Evolution des clientèles et de leurs attentes, Paris, Atout France.

Birot L., Bohuon A., Pécout C., 2010, « La représentation de la femme sur les affiches touristiques balnéaires (1880-1960) », Téoros, n°2, 112-118.

Boyer M., 2005, Le thermalisme dans le grand sud-est de la France, Grenoble, PUG.

Bucaille R.,, Virieux J. (dir.), 2013, Thermalisme et architecture thermale en Puy de Dôme, Carnets patrimoniaux du PDD, CG 63, n°3.

Carribon C., 2011, « Hommes et femmes dans les stations thermales à la fin du XIXe siècle », Transverses « Villes et genres », Bordeaux le 12/10/2011. URL : https://www.youtube.com/watch?v=3ZInHX2TOoc.

Carribon C., 2001, Du thermalisme mondain au thermalisme social : les villes d’eaux françaises dans l’Entre-deux-guerres, Thèse d’histoire, Université de Bordeaux.

Corbin A., 2005, « La rencontre des corps », in Collectif, Histoire du corps 2, Paris, Le Seuil, 149-214.

Corbin A., 2005, « L’emprise de la religion », in Collectif, Histoire du corps 2, Paris, Le Seuil, 51-84.

Corbin A., 1988, Le territoire du vide : l’Occident et le désir du rivage, Paris, Aubier.

Craplet M., 1985, « La médecine thermale : du plaisir à la cure », in Lisa Grenier (dir.), Villes d’Eaux en France, Paris, Institut Français d’Architecture, 189-210.

El Feki M., 2010, Sexothérapie : quelle thérapeutique choisir ? (2ème édition), Bruxelles, De Boeck.

Equipe MIT, 2005, Tourisme 2 : moments de lieu, Paris, Belin.

Estève C., 1992, « Chaudes-Aigues et ses eaux au XIXe siècle », in Collectif, Villes d’eaux, histoire du thermalisme, Actes du 117e congrès national des sociétés savantes, Paris : Editions du CTHS (Comité des Travaux Historiques et Scientifiques), 189-210.

Gerbod P., 2004, Loisirs et santé : le thermalisme en Europe des origines à nos jours, Paris, Honoré Champion Éditions.

Gouédo-Thomas, C., 1992, « le thermalisme médiéval », in Collectif, Villes d’eaux, histoire du thermalisme, Actes du 117e congrès national des sociétés savantes, Paris : Editions du CTHS (Comité des Travaux Historiques et Scientifiques), 11-26.

Gravari-Barbas M., Graburn N., 2012, « Imaginaires touristiques », Via@tourism review, n°1. URL : http://www.viatourismreview.net/Editorial1.php.

Havelange C., 1996, « La ville d’eaux comme anamorphose : le modèle spadois du XVIIIe siècle », in Collectif, 2000 ans de thermalisme, Clermont-Fd, PUBP.

Jamot C., 1988, Thermalisme et villes thermales en France, Thèse de géographie, Clermont-Fd, PUBP.

Jarrassé D., 1992, Les thermes romantiques. Bains et villégiatures en France de 1800 à 1850, Clermont-Fd, PUBP, 295 p.

Laneyrie-Dagen N., 1997, L’invention du corps, Paris, Flammarion.

Maupassant G. (de), 1988 (1887), Mont-Oriol, Paris, Gallimard.

Penez J., 2005, Histoire du thermalisme en France au XIXe siècle, Paris, Economica.

Prioux V., 2009, « L’érotisation des jardins dans les Rougon-Macquart de Zola », Projets de jardins, Varia, du 23/12/2009, URL : www.projets-de-paysage.fr, consulté en mars 2015.

Staszak J-F., 2008, « Danse exotique, danse érotique », Les Annales de Géographie, n°660-661, 129-158.

Stock M., 2010, Le tourisme (acteurs, lieux et enjeux), Paris, Belin.

Toulier B., 2006, « Un parfum d’Orient au cœur des villes d’eaux », In situ, n°7. URL : http://insitu.revues.org/3069.

Toulier B., 2004, Synthèse des journées scientifiques sur l’architecture de villégiature, Actes du colloque sur le patrimoine thermal Les enjeux du développement, Vichy, ANMCT, 15-17.

Venayre S., 2012, Panorama du voyage 1780-1920, Paris, Les Belles Lettres.

Vigarello G., 2004, Histoire de la beauté, Paris, Le Seuil.

Zerner H., 2005, Le regard des artistes, in Collectif, Histoire du corps 2, Paris, Le Seuil, 85-118.

Haut de page

Notes

1 D’après C. Carribon (2001 : 590), « la Belle Époque a vu fleurir des cartes postales humoristiques suggérant, avec plus ou moins de légèreté, que les plaisirs des eaux étaient charnels ».

2 « La durabilité des stations thermales françaises : le croisement de la tradition et de l’innovation », Colloque TRAST, Université de Bordeaux, 16-18 avril 2015 (chapitre d’un ouvrage collectif ss la dir. de V. Vlès à paraître fin février 2016) ; « La revitalisation des stations thermales du Massif Central Français par la Route des Villes d’Eaux : entre mémoire et innovation », in L. Bourdeau et P. Marcotte (ss la dir.), Les Routes Touristiques, Presses de l’Université de Laval-Québec, 2015, pp. 239-254 ; « La difficulté des stations thermales à se repositionner sur le tourisme de luxe », Mondes du Tourisme, HS, 2014, pp. 95-108 ; « Naissance et développement de La Bourboule : ville thermale neuve française exemplaire », Espaces et Sociétés, n°151, 2012, pp. 49-67 ; « Le tourisme haut de gamme, positionnement stratégique au sein d’une métropole : le choix d’Evian vis à vis de la métropole transfrontalière franco-valdo-genevoise », Information Géographique, n°3, 2009, pp. 23-45.

3 Pour les stations thermales ou balnéaires, C. Carribon (2001) remarque que les affiches publicitaires n’ont guère évolué de la Belle Époque aux Années Folles. Seuls l’esthétique et le graphisme se modifient avec l’apparition de l’Art Déco et un style plus épuré. En revanche, un élément majeur survient quelquefois en arrière-plan : le train, concurrencé à la fin de la période par l’automobile.

4 Stations recevant plus de 10 000 baigneurs en 1938 : par ordre décroissant, Vichy, Luchon, Aix, Cauterets, Châtel-Guyon, la Bourboule, Vittel, Evian, le Mont-Dore, Royat et Dax (Jamot, 1988).

5 Dans ces deux cas, ce sont des décors polychromes.

6 Aujourd’hui tous deux disparus.

7 Cela n’est pas sans rappeler les propos d’Alain Corbin (1988) sur les effets sensuels des flux et reflux de l’eau de mer.

8 « Désir et plaisir : les secrets de la libido », documentaire diffusé sur Arte, le vendredi 13 mars 2015.

9 « Désir et plaisir : les secrets de la libido », documentaire diffusé sur Arte, le vendredi 13 mars 2015.

10 Ulysse Jouvet, 1862, Guide du touriste. Vichy, la vie aux bains. Des eaux minérales en général et de celles de Vichy en particulier, 124 p.

11 Sur le site du Musée d’Orsay, présentation détaillée de l’exposition « Splendeurs et misère. Images de la prostitution 1850-1910 ». URL : http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/expositions/au-musee-dorsay/presentation-detaillee/page/10/article/splendeurs-et-miseres-42671.html?cHash=935267194b

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document n°1 : Gravure des thermes de Bourbon l’Archambaut datant de 1569
Crédits http://www.academia.edu/​4443680/​R%C3%A9seau_routier_et_agglom%C3%A9rations_secondaires_%C3%A0_1_%C3%A9poque_romaine
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Document n°2 : La représentation de la femme sur les affiches touristiques thermales
Crédits Google images et gallica.bnf.fr
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Document n°3 : Les charmes féminins mis en avant sur les affiches touristiques balnéaires
Crédits Google images
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Document n°4 : Localisation des stations les importantes au début du XXe siècle
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1759/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Document n°5 : Une architecture thermale au style oriental
Crédits MEF 2011, 2012, 2015
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre Document n°6 : Des statues féminines très fréquentes dans les villes d’eaux
Crédits MEF, 2004
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1759/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Document n°7 : Les peintures suggestives des Thermes de Vichy et de Luchon
Crédits http://vichy-guide.com/​archi/​dome.php?rub=architecture&page=7 et Midi-Pyrénées Patrimoine, n°36, 2014
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1759/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Document n°8 : Une représentation féminine omniprésente dans les lieux les plus fréquentés des stations thermales
Légende Extérieurs et intérieurs d’un des premiers casinos de la Bourboule (actuelle mairie)
Crédits MEF, 2015.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1759/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Eve Férérol, « Luxure, calme et volupté dans les villes d’eaux françaises à l’âge d’or du thermalisme (Belle Époque et Années Folles) », Via [En ligne], 11-12 | 2017, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1759 ; DOI : 10.4000/viatourism.1759

Haut de page

Auteur

Marie-Eve Férérol

Docteur (Clermont II)-qualifiée maître de conférences en géographie et aménagement
ATER au moment de la rédaction de cet article à l’IUP de Bayonne - LACES (EA 4140) / Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals