Navigation – Plan du site

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Ce numéro de Via@ Tourism review, tout comme celui de Teoros publié en 2018, sont issus d’un colloq (...)

1Certains lieux sont-ils érotiques, ou plus érotiques que d’autres ? Peut-on y avoir des rapports sexuels plus intenses ou différents que dans d’autres lieux – y compris ceux de notre vie quotidienne ? Leur supposé caractère érotique influencerait-il les choix des touristes et les inciterait-ils à les visiter ? Cette question semble a priori étonnante par l’humanisation qu’elle induit (comment peut-on accorder un caractère érotique à des lieux, à des sites ou à des destinations touristiques ?) ou par l’essentialisation des lieux qu’elle implique. Pourtant, la multitude d’exemples de lieux choisis par les touristes pour leur charge érotique nous autorise à poser la question en ces termes : c’est ainsi que les intéressés la formulent parfois.

2Il s’agit ici de mettre l’accent sur les lieux qui semblent pouvoir permettre, ou du moins faciliter, des expériences érotiques différentes ou amplifiées parce qu’ils instaurent un espace-temps qui ouvre aux touristes une brèche de liberté, de permissivité, de fantasme ou de déviance qu’ils ne s’autorisent pas, ou qui ne leur est pas autorisée, dans les lieux et les moments de leur vie quotidienne. Il s’agit également de comprendre les processus par lesquels cet imaginaire érotique a été produit et ce qu’il produit à son tour comme effet sur le lieu fantasmé.

3Ces questions sont tout d’abord géographiques dans le sens où elles abordent le lieu comme « condition de l’expérience humaine » (Entrikin, 2003, p. 557) et s’interrogent sur la façon dont les lieux, en l’occurrence touristiques, interfèrent avec les expériences humaines. Elles sont historiques car l’érotisme des lieux procède d’une construction qui suit un rythme propre, s’inscrit dans un contexte – parfois changeant - et une chronologie précise, qui possède une origine et parfois une fin. Elles sont également anthropologiques, puisqu’elles explorent la façon dont l’être humain se construit un contexte réel et/ou fantasmé sur sa libido en rapport avec certains lieux en particulier. Elles sont aussi sociologiques et politiques car elles s’inscrivent dans des rapports sociaux et de pouvoir entre partenaires (entre touristes et locaux, entre touristes et autres touristes et entre locaux dans un lieu touristifié) mais aussi entre lieux (ceux du quotidien et ceux de la destination touristique). Finalement, elles sont économiques, puisque la géographie des lieux et destinations érotisés est aussi une géographie économique progressivement formée par les flux émetteurs et récepteurs du tourisme international.

4Ce numéro spécial sur « l’érotisation des lieux touristique » vise ainsi à explorer comment certains lieux peuvent être produits, transformés ou investis par les imaginaires et les pratiques érotiques des touristes. Il ne s’agit bien sûr pas d’essentialiser l’érotisme des lieux comme une donnée invariable et objectivée, mais de saisir les modalités (géographiques, historiques, culturels, économiques, etc.) de leur érotisation, d’en identifier les logiques, les acteurs et les conséquences.

5L’érotisation est ici définie comme le processus largement discursif par lequel certains acteurs, jouant sur un imaginaire géographique préexistant ou le créant de toutes pièces, érigent certaines destinations en objets de désirs sexuels ou tout du moins en lieux privilégiés de la réalisation de ceux-ci, susceptibles à ce titre d’attirer certains touristes pour éventuellement s’y livrer à des pratiques érotiques spécifiques.

6Il faudrait donc éviter de parler de lieux érotiques ou de l’érotisme des lieux, expressions laissant croire qu’il s’agit d’une qualité qui leur serait propre, et plutôt parler de lieux érotisés ou de leur érotisation, pour mettre l’accent sur le processus à l’œuvre et le rôle dans celui-ci de certains acteurs. Mais il est facile, voire pratique, de l’occulter, l’oublier ou l’ignorer et de (préférer) croire que l’érotisme des lieux et de leurs habitants procéderait des qualités de ceux-ci, dans le cadre d’une stratégie de l’innocence (Pratt 1992) visant à débarrasser les touristes de toute responsabilité ou culpabilité en la matière, ou plus banalement dans celui de la tendance commune à naturaliser les faits sociaux et essentialiser les lieux. Ainsi, on attribue plus volontiers et facilement l’érotisme de Tahiti au naturel des Vahinés qu’au roman de Loti ou aux tableaux de Gauguin.

7La méconnaissance des processus à l’œuvre n’est pas qu’une stratégie ; elle conditionne leur réussite. D’une part, l’érotisation des lieux se fonde sur des fantasmes (les stéréotypes exotisants) qui verraient leur efficacité érotique compromise si les acteurs concernés avaient conscience de leur nature imaginaire. Les Vahinés tahitiennes perdent leur charme quand on perd ses illusions à leur propos. D’autre part, cet imaginaire fonctionne comme une prophétie autoréalisatrice. Les anticipations érotiques des touristes conduisent (i) ceux-ci à adopter dans leur lieu de destination qui est l’objet de tant de phantasmes une attitude et des comportements ouvertement sexuels, (ii) les acteurs locaux à envisager de proposer une offre commerciale de nature à satisfaire ces clients très solvables, (iii) et ainsi à une série de choix qui aboutissent à la formation d’un sexscape (Brennan 2004), si bien que le lieu correspond finalement à ce que les touristes avaient précisément en tête. En un sens, il suffit que les touristes s’imaginent que sur place, de jeunes filles délurées vont s’offrir à eux pour que quelque chose de cet ordre risque de se produire, même si les raisons pour lesquelles ces jeunes filles s’offrent aux touristes ne sont pas celles que ceux-ci se plaisent à croire. Les rêves des uns, qui sont peut-être les cauchemars des autres, possèdent des ressorts qui tendent à accomplir leur réalisation.

8Si les destinations privilégiées du tourisme sexuel, vers lesquelles les touristes se rendent pour consommer une offre sexuelle tarifée, identifiée et souvent pré-organisée comptent parmi ces lieux érotisés, nous ne parlons pas ici uniquement de ces destinations. Certes, le tourisme est une pratique hautement érotisée où le sexe commercial et le loisir sexuel deviennent de plus en plus diffusés et pratiqués (Frohlick, 2016). Or, contrairement aux destinations du tourisme sexuel qui mettent en rapport les touristes « consommateurs » avec les locaux « prestataires »[même si les chercheurs (Brennan, 2004) ont montré que cette relation est bien plus complexe qu’on l’imagine au prime abord] les destinations érotiques suggèrent une « sérendipité érotique » qui concerne d’abord les pratiques et imaginaires des touristes eux-mêmes. Il s’agit également de lieux où on se rend avec son propre partenaire parce qu’on croit que l’expérience érotique, romantique, sexuelle ou libertine, sera différente. Elles impliquent également un eros du lieu qui se joue entre le lieu visité et le ou la touriste qui le visite.

Figure 1 : Tourisme sexuel-tourisme érotique.

Figure 1 : Tourisme sexuel-tourisme érotique.

Elaboration des auteurs d’après Prat Forga (2010)

9Ce chapitre introductif est organisé en trois parties.

  • La première analyse le caractère supposé érotique de certains lieux. Celui peut être abordé comme un gradient de « cinquante nuances de gris », entre les lieux « romantiques » (Pruitt, LaFont, 1995) où on se rend en amoureux, pour sa lune de miel ou son anniversaire de mariage ; ceux où on se rend avec un partenaire pour jouir d’expériences différentes de celles du quotidien ; et les lieux du tourisme sexuel dont certains sont offrent des pratiques spécifiques (Ryan, Kinder, 1996 ; Jeffreys, S. 2003) et où le touriste est à la recherche de rapports principalement sexuels et tarifés avec de nouveaux partenaires.

  • La deuxième se penche sur les imaginaires touristiques des lieux. Le gradient est ici aussi important entre l’imaginaire de lieux romantique, capitalisant sur la charge émotive des lieux (par des figures littéraires comme les amants de Vérone ou de personnages historiques comme Casanova à Venise) et l’imaginaire des lieux de tourisme sexuel.

  • La troisième finalement met l’accent sur le processus d’érotisation des lieux tel qu’il est introduit par les acteurs locaux, par des campagnes de marketing ad hoc ou par la création et promotion de produits touristiques érotiques. Elle explore la question des héritages historiques (guerres, colonisation) et la façon dont ils ont produit, de façon assumée ou pas, le caractère érotique des lieux.

1-Des lieux touristiques érotiques ?

Passion et haine, amour et domination des lieux touristiques

10Le tourisme entretient avec l’érotisme une relation multiple.

11Pour commencer, la personnification de plusieurs lieux touristiques, qu’elle soit latente ou affirmée par les touristes ou acteurs du tourisme, met en place sur le plan métaphorique une relation amoureuse entre les lieux et les touristes. Parfois la destination touristique (et en particulier la ville) est féminisée ; elle est prise par le touriste dans un rapport de domination genré. La visite touristique est assimilée à une pénétration dans un territoire (Sanoussi, ce numéro). La description des paysages, leur relief, leurs courbes et leurs formes, s’opère souvent par analogie avec le corps féminin. Cette personnification des lieux est dans la plupart des cas hétérosexuée et s’adresse principalement à public hétérosexuel blanc et masculin (Pritchard et Morgan, 2000). La campagne de publicité des îles Vierges britanniques est ainsi fondée sur des allusions à la virginité et la possession sexuelle, encourageant les touristes à découvrir un“ territoire de vacances vierges » (Pritchard et Morgan, 2000, p. 894-895) ; les « représentations des paysages sont fondées sur les relations de pouvoir genrées qui caractérisent les sociétés » (Pritchard et Morgan, 2000, p. 126).Les lieux féminisés sont parfois assimilés à des proies, prises par les hordes des touristes sans leur consentement. Comme Trask (1991: 28) le dit dans le cas de Hawaï, l’ile « like a lovely woman, is there for the taking. Those with only a little money get a brief encounter, those with a lot of money, like the Japanese, get more ».

12Le tourisme peut aussi être assimilé à la prostitution des lieux- ou la prostitution de la culture des lieux (Graburn 1983, Trask, 1991), par l’ouverture marchande des lieux à des publics non-résidents. Comme Sanoussi (ce numéro) l’écrit à propos de Tanger, les lieux touristiques“ appartiennent à tout le monde ». Dans le cas de Venise, Gault (2014) évoque le glissement qui s’est opéré dans les représentations de la ville : on passe de la fascination pour la ville des prostituées à la dénonciation de la ville-prostituée : « La ville qui a connu une prostitution séculaire est aujourd’hui désertée par les prostitués-es (relégué-es à la périphérie (…) ou devenues invisibles sous forme d’escort-girls fugaces dans le sillage des stars et de la jet-set. Pourtant, un certain relais s’est effectué à Venise entre la « prostitution de masse » et le tourisme de masse, avec l’aide des représentations successives qui ont construit les mythes et ont contribué à leur donner vie, si bien que des analogies peuvent être tentées quand on évoque les deux phénomènes et leurs rapports à Venise ».

13Si cette relation lieu-tourisme est censée être consentante puisque fondée sur une relation tarifaire (le tourisme paye pour acheter la ville), elle implique toutefois un rapport de forces construisant une relation déséquilibrée privilégiant les envies et les désirs du tourisme-payeur au détriment des lieux. Les deux métaphores du viol et de la prostitution des lieux signifient la relation sexualisée entre les lieux et les touristes et contribuent à créer un imaginaire de domination des lieux par l’industrie touristique. Elles concernent plus globalement les lieux censés souffrir du tourisme – que ce soit du fait du des nombre excessif de touristes ou par des concessions que le lieu doit faire pour les accueillir. Mais parfois, dans une relation inversée, c’est le lieu touristique qui, tel une femme aguicheuse, est supposé chercher à séduire. Ainsi, la campagne Barcelone posa’t guapa (1993) a montré la ville de Barcelone comme une femme qui se fait belle pour accueillir ses visiteurs.

  • 2 Terme dû à Graziella Magherini, qui exerçait à l'hôpital Santa Maria Nuova, à Florence http://www.l (...)

14Au-delà et presque à l’inverse de la métaphore de l’amour et de la possession d’un lieu touristique par ceux qui le visitent, l’abordent, le pratiquent, l’aiment ou le maltraitent, les lieux touristiques sont eux-mêmes l’objet d’une véritable passion de la part des touristes, qui se trouvent débordés par leurs émotions. Ce qui est désormais appelé le syndrome de Stendhal2 décrit ce rapport passionnel et pour une part pathologique de certains touristes au lieu visité. Stendhal décrit ce qu’il a éprouvé après sa visite de l’église de Santa-Croce à Florence : « J’étais arrivé à ce point d’émotion où se rencontrent des sensations célestes données par les beaux-arts et les sentiments passionnés. En sortant de Santa Croce, j’avais un battement de cœur, la vie était épuisée chez moi, je marchais avec la crainte de tomber » (Stendhal, 1826). Ce syndrome et les formes de décompensations plus ou moins graves qui lui sont liés ont a été observés dans des destinations qui suscitent des attentes importantes, comme l’Inde (on parle des « fous de l’Inde » [Airault 2000]), Paris ou Jérusalem.

Du caractère érotique des lieux touristiques

15Le caractère érotique des lieux touristiques peut être abordé de façon micro et macro-scalaire. Certains lieux (des villes comme Paris, Venise, Rome ou Bangkok, des îles comme Ibiza ou Tahiti) ont une connotation romantique, érotique ou sexuelle. Dans certaines villes, comme Amsterdam, les quartiers réservés (red-light-districts), polarisent le caractère érotique des lieux. Certains types de lieux également, comme la plage (Coëffé, 2016) ou les stations balnéaires et thermales (Férérol, ce numéro), sont caractérisés par une permissivité érotique. De façon plus générale, c’est également le cas de certains contextes dont les contours géographiques sont plus difficiles à définir : l’Orient, les Tropiques, le Sud, les îles ou les Pays Latins… (Sanoussi, Fuentes Vega, ce numéro) peuvent être perçus – évidemment de l’extérieur - comme érotiques. Finalement, le caractère érotique des lieux est lié à certaines temporalités plus précises comme Tanger sous le protectorat français (Sanoussi ce numéro), Paris à la Belle Epoque (Montmartre, la bohème, le Moulin Rouge) ou sous l’occupation allemande (Gordon, ce numéro) ou encore, sur la base d’une temporalité cyclique, Venise ou Rio au moment du carnaval. Inversement, une destination peut perdre de son potentiel érotique. Au XIXe siècle, l’Espagne de Carmen, celle de Mérimée ou Bizet, séduisait les visiteurs amateurs d’Andalouses ; l’Algérie, ceux fascinés par les Mauresques ; c’est moins le cas aujourd’hui. C’est aussi bien lié à l’évolution de l’imaginaire des touristes qu’à celle des réalités des pays de destination.

16Loin d’être étanches, ces échelles spatio-temporelles s’imbriquent et produisent des « moments de lieux touristiques » (MIT, 2003) à charge érotique particulière : dans telle station thermale des années folles (Férérol, ce numéro), telle ville à un moment de basculement de son histoire (Sanoussi, ce numéro) ou tel quartier urbain pendant la guerre (Gordon, ce numéro)sont autorisées, parfois instituées ou ritualisées, des pratiques érotiques différentes - permissives voire déviantes.

17Ainsi, si le nombre de destinations touristiques qui offrent des tours « érotiques » en tant que « produits empaquetés »est relativement limité (au point de faire dire Evans et al [2000 : 538],de façon certainement réductrice, que « Erotic tours occur mainly in two general locations ; Southeast Asia and the Caribbean ; to a lesser extent erotic tours also occur in the Netherlands »), le caractère érotique des lieux est protéiforme et concerne une multitude de lieux sur la planète, reflétant en cela la diversité des regard et des imaginaires des touristes qui les investissent.

Villes érotiques, entre romance et sexualisation

18La ville fait partie de ces lieux qui sont non seulement les plus populaires de l’industrie touristique mondiale, mais qui le sont aussi, souvent, pour leur caractère érotique. Dans le cas de Venise, l’industrie touristique acte et reproduit l’imaginaire érotique de la ville, affirmant ainsi que“ dès les balbutiements du mythe, elle est la ville de l’amour, de la séduction, de la sensualité »3. L’imaginaire de la « fête à Venise » et sa dimension érotique, feraient de Venise une « ville-femme » 4. L’industrie touristique offre Venise, « la coquine libertine », « en amoureux », de jour, comme de nuit. Elle prétend suivre « les traces des témoignages historiques de la tradition érotique vénitienne entre anecdotes, légendes, culture populaire et poésie érotique vénitienne »5. Comme le rappelle Lazzarotti (2011), Venise fait partie de ces lieux « aphrodisiaques », offrant un « effet de lieu » singulier : « l’amour qui a lieu à Venise n’est comparable avec aucun autre amour, qui aurait lieu ou aurait eu lieu ailleurs » (Lazzarotti, 2011). Comme l’auteur le précise, l’effet vénitien n’est pas que sentimental, car « être deux à Venise donne au couple une reconnaissance et une visibilité sociales uniques (…) où l’autre me voit, sous la forme où il me plaît d’être vu » (idem). Ainsi, et à la manière des lieux touristiques et de cette dynamique, la présence à Venise peut apporter à ceux qui s’aiment un remarquable, stricto sensu, surplus existentiel.

  • 6 L’histoire de la ville, tournée pendant plusieurs siècles vers le commerce à grande échelle, sur le (...)

19Gault (2014) établit le lien, voire la complémentarité « entre une certaine singularité historique de la prostitution à Venise et le mythe touristique de Venise « ville de l’amour », où l’on vient pour se marier, pour son voyage de noces ou pour se faire la promesse d’un amour fidèle et unique, alors même que Venise était la ville du libertinage et de l’érotisme » (Gault, 2014). L’auteure met en évidence la façon dont Venise a intégré la prostitution dans « la trame cachée » de son histoire6 au service de la construction de son propre mythe touristique. L’ambivalence de cet imaginaire est bien illustrée par la comédie de D. Lean (Vacances à Venise, 1955). Katherine Hepburn y joue le rôle d’une touriste américaine aussi enthousiaste que naïve, que son imaginaire et ses attentes mettent en situation d’être séduite en même temps par le charme de la ville et par celui d’un de ses habitants. Elle finit fatalement par céder aux avances de celui-ci, touchée notamment par son romantisme, pour découvrir in fine à sa grande horreur qu’il s’agit d’un homme marié et père de famille.

20Pourtant, Venise est absente de la plupart des recensements des villes les plus érotiques proposés par plusieurs sites et blogs tels que : « Les 8 destinations les plus érotiques du monde », le « Top 10 des destinations sexy », les“ 20 Strictly-For-Adults destinations » ou les « 25 Sexiest Vacation Destinations on Earth ». Ceux-ci esquissent une géographie urbaine polarisée autour de certaines métropoles européennes, américaines et asiatiques (tableau N° 1). Dans cette sélection - qui ne vaut que par sa capacité à donner à voir les discours stéréotypés sur les lieux - le caractère romantique de Venise ou de Rome s’efface au profit des attractions à caractère érotique offertes par d’autres villes « les plus sexy ».

21Seul Paris semble pouvoir jouer sur ce double registre de la ville la plus romantique et la plus sexy du monde. Si Bangkok est aussi une destination identifiée du tourisme sexuel, il n’est pas le même pour des villes comme Atlanta plus souvent assimilée à une destination d’affaires. Le caractère sexuel des villes oscille ainsi entre une offre de sexe tarifé, accessible et/ou légalisée, et des « attractions » (shows, cabarets, quartiers rouges, plages urbaines, etc.) où la consommation érotique reste surtout visuelle. La visite des quartiers réservés, comme ceux d’Amsterdam (Chapuis 2016, Aalbers et Sabat 2012) ou Bangkok (Prideaux et al, 2004 ; Roux, 2011) ne procède en effet pas nécessairement du tourisme sexuel, au sens où bon nombre de leurs visiteurs ne sont pas venus pour y recourir au sexe tarifé. Beaucoup ont choisi la Thaïlande ou Amsterdam pour d’autres raisons, et arpentent les rues de De Wallen ou Patpong en se contentant d’observer ce qui s’y passe, dans une perspective purement voyeuriste où les travailleuses du sexe (mises en scène à dans des vitrines à Amsterdam), le racolage et le ballet des clients constituent un spectacle. La visite de ces quartiers est recommandée par les guides les plus sérieux, organisée dans le cas d’Amsterdam par les autorités municipales ; la foule de touristes sur place en banalise par ailleurs la visite, la présence des uns semblant autoriser et comme innocenter celle des autres. Il n’en reste pas moins que le lieu est érotique parce qu’y sont autorisées et visibles des pratiques sexuelles ailleurs interdites ou invisibles.

Plages de désir et paradis érotiques

22Andriotis (2010) utilise le terme de « Oasis érotique »pour les lieux « rallying sexual settings which provide individuals with opportunities to gather and pursue mutually desired sexual interactions ». La plage en particulier s’impose comme le lieu érotique par excellence: « Beaches, as spatially specialized spaces of freedom and non-regulation, allow users to temporarily suspend conventional norms through the expression of social practices and relations » Andriotis (2010)7.

23Dans le recensement sur les blogs et les pages Internet des destinations érotiques (tableau N° 2), la plage et l’île exotique occupent ainsi une place importante. Les îles sont des microcosmes ayant chacun leur propre physionomie voire leur spécialisation érotique ou sexuelle. Les lieux pour les honeymooners (tels que les Seychelles) apparaissent peu, au profit des îles dotées d’un ensemble de lieux permissifs (bars, clubs, plages nudistes).

24La géographie des destinations touristiques érotiques telle qu’elle apparaît dans les blogs et sites Internet se révèle ainsi régionalement polarisée (concentration dans certaines régions du monde et absence ou quasi-absence dans d’autres : pour l’Afrique, seuls des territoires insulaires tels que Cap Verde ou les Seychelles sont cités). Elle est aussi largement une géographie des imaginaires érotiques ne reposant qu’en partie sur une « offre » érotique et sexuelle. Le caractère « exotique » de certains lieux (la plage et le cocotier, les « tenues légères » et la « joie de vivre » comme cela est dit par exemple pour La Réunion) semble représenter en soi un appel érotique vers ces lieux, confirmant ainsi l’association érotique-exotique établie par Staszak (2008).

25Cette géographie est significativement différente de celle des destinations du tourisme sexuel. Staszak (2012), en citant les travaux de Brennan (2004) rappelle les trois caractéristiques principales de ces“ sexscapes ». « Ils sont localisés dans les pays en développement mais la clientèle vient des pays riches ; la consommation sexuelle y est tarifée dans le cadre de la prostitution ; il y a de fortes inégalités entre les clients et les vendeurs (en termes de « race », de genre, de classe, de nationalité ». La géographie des destinations érotiques au contraire inclut en grande partie des destinations européennes et nord-américaines. Si dans les destinations érotiques occidentales la deuxième et troisième caractéristique peut être présente, le choix de ses destinations par les touristes apparait bien plus complexe.

2-Les Imaginaires érotiques des lieux, comme instituants des destinations touristiques.

26Les imaginaires touristiques peuvent être définis comme des imaginaires spatiaux (un système de représentations socialement et culturellement pertinentes pour appréhender un objet géographique [Staszak, 2012]) qui se réfèrent à la virtualité d’un lieu en tant que destination touristique (Gravari-Barbas, Graburn, 2012). Les imaginaires touristiques représentent une partie spécifique de la vision du Monde d’individus ou de groupes sociaux, concernant des lieux autres que ceux de leur résidence principale ou se référant à des contextes où pourraient se dérouler certains types d’activités de loisir (Gravari-Barbas, Graburn, idem). Comme le précise Staszak (2012) « appliqué au tourisme sexuel, ils concernent aussi bien le pays de provenance que celui de destination, et porte sur trois éléments, susceptibles d’y être construits et perçus différemment : le corps, la rencontre et le cadre – notamment paysager – dans lequel elle a lieu ».

27L’imaginaire érotique des lieux touristiques n’est pas universel : celui des pays occidentaux à propos des destinations de leurs désirs n’est pas nécessairement partagé par les habitants de celles-ci, sauf à ce que les stéréotypes soient internalisés par ceux et celles qui en sont la cible. Même si les principales destinations du tourisme sexuel sont aujourd’hui facilement identifiables, la « géographie » des destinations érotiques est mouvante, autant que les imaginaires touristiques auxquels elle se réfère.

28Cet imaginaire érotique, aussi polysémique et fragmenté qu’il soit, constitue aujourd’hui un des principaux moteurs de l’industrie touristique mondialisée (Evans et al, 2000). Pour la compréhension des phénomènes touristiques contemporains, il est intéressant d’identifier et de caractériser l’imaginaire de lieux qui sont considérés à un ou plusieurs titres comme érotiques par différentes catégories de touristes.

Tourisme romantique, tourisme érotique

29L’imaginaire touristique de certains lieux est étroitement lié à la quête romantique d’une aventure érotique. Plusieurs travaux, qui portent plus spécifiquement sur les touristes femmes citent leurs propos quant à l’effet du lieu : « Beautiful scenery acts as a powerful aphrodisiac for the women seeking romance » (Belliveau, 2006 : 99). Les travaux de Wickens (1994, 1999, 2000), par exemple, ont mis en évidence que les voyageuses en Grèce recherchaient et atteignaient des degrés d’intimité avec des amants que l’on ne trouve habituellement pas dans la vie de tous les jours (cité in Trauer et Ryan, 2005). Pruitt et LaFont (1995) étudient un tourisme romantique en Jamaïque, où les touristes femmes établissent des relations avec les hommes de la région, ce qui comprend parfois, mais pas nécessairement, l’intimité sexuelle. Leur étude montre que les paiements financiers indirects plutôt qu’immédiats sont privilégiés. Herold, Garcia et DeMoya (2001) suggèrent que pour les femmes nord-américaines et européennes qui voyagent en République dominicaine, le terme « relations amoureuses consensuelles » décrit le mieux l’interaction touriste-local (cité in Theobald, 2012). Les auteurs rapportent que « plus de femmes étaient motivées par la romance et plus d’hommes motivés par la partie sexuelle ». Pour Bauer et McKercher (2003) le tourisme et les voyages peuvent être un facilitateur unique des relations sexuelles, mais cela peut aller, dans certains cas, jusqu’au mariage et à la fondation d’une nouvelle vie dans le lieu visité (Loloum, 2018).

30Selon Selänniemi (2003, cité in Theobald, 2012) l’anonymat, la stimulation sensorielle, le contrôle social réduit et des nouveaux partenaires potentiels ont tous pour effet d’élargir la gamme des rencontres entre personnes du même sexe et de sexe opposé. Dans bien des cas, les relations sont brèves et bien définies sur le plan financier (Opperman, 1998 ; Truong, 1990). Herold, Garcia et DeMoya (2001) ont décrit en détail la façon dont ces relations touristiques sont gérées dans leur étude sur les garçons de plage dominicains. Les garçons de plage ont indiqué qu’ils ne demandent jamais directement une somme d’argent précise, comme le font souvent les travailleuses du sexe. Ils utilisent plutôt des stratégies différentes pour indiquer leur manque d’argent pour payer les boissons, l’admission aux discothèques ou les taxis. Cohen (1982) a noté des stratégies presque identiques dans des études antérieures sur les femmes thaïlandaises et les hommes occidentaux, Zinovieff (1991) a identifié des manœuvres d’exploitation similaires en Grèce (1991), et Bras et Dahles (1999) ont identifié des ensembles d’hommes indonésiens qui“ travaillaient » les touristes comme des ressources à exploiter dans Yogykarta.

31Après la chute de l’Union soviétique, Cuba, a dû compter sur ses maigres ressources, principalement l’exportation du sucre que la Russie avait auparavant subventionné en payant un prix supérieur au prix mondial. Le sucre a été alors remplacé par le tourisme. Dans la nouvelle économie informelle du tourisme, les touristes étaient pour la première fois autorisés à séjourner dans des maisons privées. La prostitution, tolérée par le gouvernement, aurait fleuri comme jamais auparavant, fournissant ainsi un revenu indispensable aux personnes sous-employées. Le nombre de touristes a décuplé et une nouvelle génération de touristes plus jeunes et plus explorateurs, évitant de suivre des guides rémunérés et l’hébergement dans des hôtels gérés par le gouvernement, a découvert l’opportunité de relations "authentiques" avec les Cubains, (Simoni 2015, 2016). Dans l’imaginaire des touristes masculins européens, les mulatta sont apparues comme particulièrement attractives, et pour les femmes étrangères, les hommes cubains étaient recherchés comme compagnons. Sous couvert d’authenticité, l’économie informelle a développé le jineterismo, une forme d’entreprenariat où les Cubains ont créé des liens d’amitié avec les touristes à travers des rencontres informelles, l’accès à des lieux chers ou interdits, un soutien financier et, pour certains, des partenariats à long terme ou même une invitation dans le pays du touriste.

32Il y a une tendance générale dans la recherche à analyser en des termes différents la rencontre érotique entre les touristes et les autochtones selon le genre des uns et des autres : quand les premiers sont des hommes et les seconds des femmes, c’est la dimension sexuelle qui est mise en avant ; dans le cas inverse, on insiste souvent sur l’importance de la romance. Beaucoup de témoignages collectés aussi bien auprès des travailleurs/euses du sexe que des touristes semblent en effet aller en ce sens. Ces touristes de « romance » chercheraient - et parviendraient parfois - à mettre en place des relations plus durables, à distance ou en revenant à plusieurs reprises sur le même lieu pour y retrouver les mêmes partenaires, ou bien en invitant ceux-ci à migrer vers leur pays de résidence (Pruitt et LaFonte 1995).

33Il faut prendre garde à attribuer ces résultats non à une improbable nature féminine et masculine, mais plutôt à des normes de genre socialement construites, intériorisées et essentialisées aussi bien par les hommes que par les femmes, et sans doute par les chercheurs eux-mêmes, qui risquent de reproduire une vision stéréotypée et réductrice de la sexualité masculine et féminine. D’autres recherches montrent en effet que certains hommes occidentaux recherchent également une expérience sentimentale (une GFE, girl friend experience) auprès des travailleuses du sexe autochtones, dont les performances relèvent aussi de l’affectif, et que certaines femmes occidentales se satisfont parfaitement des performances sexuelles des hommes autochtones, à propos desquels elles développent des fantasmes qui ne comprennent guère de dimension romantique.

Des imaginaires de lieux historiquement ancrés

34L’imaginaire érotique des lieux cristallise un ensemble de stéréotypes qui semblent avoir la capacité de se reproduire avec peu d’inflexion dans le temps. Ainsi pour Mykonos, le caractère homosexuel des lieux est censé être fondé sur l’antiquité : « Ici on respecte l’antiquité grecque : être gai est presque un signe de raffinement »8. L’histoire expliquerait le caractère érotique et permissif de Berlin : ce serait la République de Weimar (1918-1933) (Gordon, 2008 ; Smith, Fisher, Mennel, 2010 ; Smith, 2014) qui aurait « déclenché un certain hédonisme à Berlin »9. A La Nouvelle Orléans, ce seraient“ les prostituées de la prison de La Salpêtrière »10liées à l’histoire de la fondation de la ville qui expliqueraient l’ambiance érotique de la ville. Quant à Tokyo, c’est « l’histoire profonde et complexe de l’érotisme au Japon commen[çant] lors de la période Edo (1600-1868) »11 qui serait à l’origine du caractère érotique de la ville.

  • 12 Perrottet (2011) évoque la légendaire "Stufetta del Bibbiena", une salle de bain couverte de pornog (...)

35Le Grand Tour, dont une des motivations principales était l’éducation sexuelle des jeunes aristocrates (Pop, 2014), crée ou réactive ses propres imaginaires érotiques des destinations européennes. Dans un contexte prévictorien de glorification du sexe libertin par des Casanova à Venise et des fresques érotiques de Raphaël, le Grand Tour s’apparente ainsi à une vaste pérégrination dans les lieux érotiques européens12. Dès ses tout débuts donc, le tourisme a été aussi compris comme un moyen permettant de faire ailleurs ce qui étaient difficilement toléré dans le lieu d’habitation principal.

  • 13 The Pretty women of Paris. Their Names and Addresses, Qualities and Faults, being a Complete Direct (...)

36A Paris, pour prendre cet exemple emblématique d’une destination érotique, l’imaginaire d’un lieu coquin et libertin est formé dès les débuts du tourisme. Une offre érotique est ainsi constituée dès la fin du 18e siècle. Un guide des prostituées de 1883 recense les maisons closes les plus sélects de la capitale, tels le fameux Chabanais13. Ce carnet des plaisirs est un guide confidentiel qui répertorie les courtisanes les plus en vue de la capitale avec leur nom, adresse, mini-biographie, compte rendu de leurs charmes, spécialités érotiques.

  • 14 Remerowski Ted, Canell Marrin, (2005) Legendary Sin Cities" 1) Berlin - Metropolis of Vice 2) Paris (...)

37Les imaginaires géographiques des lieux (Bédard et al, 2012) marquent les destinations de façon prégnante. Le documentaire Legendary Sin Cities14 a mis en évidence les mécanismes qui ont permis à certaines villes de devenir un aimant pour les âmes perdues et les réfugiés du monde. Repoussant les limites de la tolérance et de la liberté, elles ont défini la culture sociale, politique et sexuelle du XXe siècle. Ainsi le Paris des années 1920, le Berlin des années 1920 et 1930 et le Shanghai des années 1930. Mais les imaginaires sont aussi vivants et évolutifs. La comparaison des imaginaires de Paris et Berlin, tels qu’ils ressortent de l’analyse des blogs et sites spécialisés contemporains est instructive : à Paris, la romance coquine et libertine ; à Berlin, le latex, le fétichisme et le sado-masochisme. Dès la fin du XIXe siècle, Berlin développe une telle réputation de licence sexuelle qu’elle est connue sous le nom de“ pute de Babylone » (Smith, 2014). Dès les années 1930, Moreck (1931) publie Ein Führer durch das lasterhafte Berlin (Un guide à travers Berlin vicieux) qui montre l’envers du décor berlinois. Cet imaginaire reste prégnant aujourd’hui et caractérise les sites et guides spécialisés.

Tableau No 1 : Les lieux et les Imaginaires érotiques des villes touristiques « les plus sexy » à travers les blogs15

Lieu

Lieux proposés

Discours sur le lieu

Paris

Musée de l’érotisme, le Moulin Rouge, le Lido et le Crazy Horse (1).

Le French Cancan, les Folies Bergères, le Moulin Rouge ; grands clubs de striptease comme le Secret Square ou des clubs échangistes chics et réputés comme les Chandelles dans le 2e arrondissement (2).

Musée de l’érotisme (expositions permanentes d’art érotique contemporain et historique, ainsi qu’une collection de documents rares, photos et dessins relatifs aux maisons closes de la fin du 19e siècle jusqu’en 1946).

Place Pigalle Place (Here you’ll find strip clubs, sex shops, and the French sexy cabarets) (5).

« Ville de l’amour » ; libertinage vivant et florissant de Paris (1).

Paris s’est fait une tradition d’être sexy !

Paris est magique…(2).

La ville de l’amour (3).

There can be no sexy without sex—at least when you spell it out—so let’s venture to the side of Paris where getting your freak on is the norm (5).

Berlin

Cafés, bars et de clubs privés de restauration pour les hommes homosexuels, les travestis, les lesbiennes et les sadomasochistes ; toutes sortes d’établissement de sexe et fétichistes comme le Kit Kat Club (1).

Les 1001 clubs fétichistes de la ville (2).

Le Gargoyle bar (a dungeon nightclub in the city dedicated to people who fantasize about knockin’ boots in the Middle Ages) (5).

Le théâtre de tout ce qui à trait à la décadence, le subversif, le créatif et le décomplexé (1).

Cuir, vinyle et gaudrioles sont au menu (2).

Don’t shy away from Berlin if you’re not apart of the freak nasty fetish circuit, though, Pretty much all attitudes towards sex are welcome here, so enjoy as much or as little as you desire (5).

Amsterdam

Le red Light District ;L’Erotic Museum ;Sex Shows, ses coffee shops et ses extravagances (1).

Quartier rouge (2).

Le quartier chaud, des nombreux spectacles burlesques de la ville, le Sex Museum (3).

De Wallen, le plus grand quartier rouge d’Amsterdam (5).

Les rues De Wallen, Singelgebied, et Ruysdaelkade (take a peek at the sex workers advertising their services legally) (5).

La légalisation de la prostitution, Amsterdam propose spectacles et théâtre autour du sexe (2).

Amsterdam est également une ville romantique tout comme Venise (1).

Célèbre pour son quartier chaud (et ses lois laxistes sur la consommation de la marijuana) et cet esprit de libre penseur s’applique à la visite de couples en quête d’inspiration (3).

Budapest

Bains thermaux extérieurs, ambiance vapeur, ambiance sensuelle (2).

There aren’t many things more sensual than getting undressed with a bunch of strangers and enjoying the steam of a natural bath all while being surrounded by some of Europe’s most elaborate architecture (5).

Nouvelle Orléans

Sex-shops.

La « Babylone » du sud.

Atlanta

Shows érotiques de trapèze. Le fameux Frolicon ; les fêtes du Studio Eris (4).

You can never run out of naughty things to do when in Atlanta (4).

Un « intimate dungeon and event space (4).

It isn’t called the Dirty South for nothing. It’s the city « where the players play » where they love the strippers, and the word « thick » can be well received. Atlanta is a city that has a certain kind of... magic (5).

Las Vegas

L’avenue principale, les animations des casinos, la sensualité des danseurs ultra flexibles du Cirque du Soleil, les cabarets (2).

La ville de tous les vices (2).

It’s called « Sin City » for a reason. Try and knock out a few of the seven deadly sins while you’re there. May we suggest starting with lust and greed? (5).

Carthagène

des Indes

Plages tropicales ; Plaza de los Coches où des prostituées divertissent les hommes à prix défiant toute concurrence (1).

Paradis marin pour les plaisirs éphémères (1).

Rio de Janeiro

Une ambiance de fête le soir, la musique, et une énergie qu’on qualifie souvent de « sexuelle » (2).

Think ‘sexy city’ and you instantly think of Rio de Janeiro (6). 

Bangkok

GoGo bars et Ladyboy shows, depuis les cabines intimes de massage aux raves qui durent tout la nuit (4)

Le quartier du KhaoSanh Road (5).

 The Thai have no qualms about being sexually liberal. Go-go clubs are everywhere and if you have aches and pains in certain special spots, someone at one of the many massage parlours may be able to get those kinks out for you (5).

Shanghai

Le « Pont des Amoureux » ; l’Hôtel Manoir (un hôtel particulier transformé dans les années 30 et célèbre pour ses orgies). Nombreux bordels déguisés en bars à karaoké (1).

« Paris de l’Est » (1).

Tokyo

Love hotels, avec des chambres érotiques à thèmes et avec accessoires (1).

Tokyo’s Kabukicho area (5).

Clubs coquins et Love Hotels (2).

Le phénomène des Geishas ; Japon est également connu pour son écolière innocente et son industrie fétichiste Buru-Sera (1)

Les japonais sont réputés pour leur imagination débordante en matière de fétichisme et de fantasmes (2)

  • 16 Source : Idem Tableau N°1

Tableau No 2 : Les Imaginaires érotiques des stations et iles touristiques « les plus sexy » à travers les blogs16

Lieu

Attractions présentées

Discours sur le lieu

Saint Tropez

The famous Plage de Tahiti (5)

The party pavilion of the super rich (4)

If it’s sexy enough for the world’s hottest celebs, then it’s no doubt one sexy travel hot spot (5)

Cap D’Agde

13 swingers clubs (4). The world’s only nudist city (4)

Wonderful weeks of sunbathing and sex;

winging clubs thronged by cosmopolitan libertines (4)

Negril, Jamaïca

Resort Hedonism II (4)

At this all-inclusive resort for nudists and the « prudes’ who love them, be prepared to see a lot of private parts, participate in fantasy and fetish nights (5)

Mykonos

Les nombreux clubs de l’île. L’une de ses belles plages (2).

Une île où il fait bon laisser libre court à ses envies, que vous soyez hétéro ou homo (2).

Mykonos, also referred to as an adult’s playground, is a place in the Mediterranean where the sexy and sophisticated cosmopolitan crowd flock to when they need some R & R (5). 

L’Ile de la Réunion

Des plages, parfois des cocotiers… (2)

De l’avis même des habitants, il existe une certaine énergie quasi sexuelle : des tenues légères, une joie de vivre, une ouverture d’esprit certaine, un métissage encré avec des influences indiennes, asiatiques, françaises (2)

Des imaginaires de lieux sexués

  • 17 Le nom dérive de Sotades, un poète grec du IIIe siècle avant J.-C., représentant d'un groupe d'écri (...)

38Les imaginaires érotiques des lieux, tels qu’ils sont donnés à voir dans les blogs et sites internet, esquissent une géographie à la fois hétéro- et homo-normée. Dès les débuts du tourisme et du Grand Tour, la Méditerranée devient « the central theme in homoerotic writing and art from the 1750s to the 1950s and this encouraged generations of homosexual men, from less hospitable northern countries to travel South in search of sexual expression and a sense of identity »(Aldrich 1993 : 145).Le sud de l’Europe et, dans un deuxième temps, le nord de l’Afrique, deviennent pour les homosexuels occidentaux la terre promise (Boone, 1995). Ainsi Tanger se constitue en « sanctuaire » de la culture homoérotique (Boone, 1995 : 100 ; Waitt et Markwell, 2006 : 51 ; Sanoussi, ce numéro). L’orientaliste et explorateur britannique Sir Richard Francis Burton (1821-1890) avance même l’hypothèse de l’existence d’une zone géographique « sotadique »17qui inclut le nord et le sud de la méditerranée, dans laquelle l’homosexualité (appelée alors par Burton « pédérastie ») est répandue et célébrée parmi les habitants indigènes. Toutefois, selon Aldrich (1993 : 145) « the myth of the homoerotic Mediterranean began to lose its potency ») au XXe siècle, ce qui est sans doute à mettre en rapport avec le développement de nouvelles destinations gay en dehors de l’Europe. Si Mykonos, Sitges et Ibiza demeurent des destinations gay reconnues, « a new culture, that of gay urban America, triumphed over the old Mediterranean in the 1970 » (Holcomb et Luongo, 1996) autour de destinations occidentales gay-friendly (San Francisco, Tel Aviv, Sidney, Paris, Berlin) dont l’attractivité n’est pas fondée sur l’érotisation des autochtones mais sur la permissivité d’une culture urbaine et la présence d’une communauté gay.

Un imaginaire érotisant l’habitant

39Graburn (1983) a montré qu’aux débuts du tourisme dans les pays en voie de développement (souvent des pays décolonisés depuis peu, aux économies rudimentaires et dépourvues d’industries d’exportation), le tourisme était vu comme un secteur d’activité facile à mettre en œuvre. Il exigeait peu d’investissements techniquement avancés ou une main d’œuvre hautement qualifiée. Les attractions étaient déjà en place : les locaux n’avaient qu’à vendre la beauté de leurs paysages et leur jeunesse. Les publicités touristiques communiquaient sur cette mise à la disposition des corps érotisés des habitants locaux aux riches touristes du monde développé.

40Dans tous les cas, le tourisme est une pratique incorporée. C’est une performance du corps, dans un lieu touristique et dans une interaction avec d’autres corps. Comme le rappellent Frohlick et Johnston(2011: 1093) « Bodies are always more than simply sexed and gendered bodies. Bodily difference such as age, ethnicity, nationality and abilities and relations of power such as colonialism, capitalism, and patriarchy also determine who we are, what we do, and how we are represented ».

41Il a été suggéré par Schein (2000) que les peuples ethniques minoritaires de Chine sont "féminisés" par rapport au peuple chinois Han majoritaire. Dans les spectacles touristiques, ils sont principalement représentés par des femmes (jeunes) et certains groupes ethniques font l’objet de fantasmes sexuels très répandus de la part des hommes Han (Graburn 2015).

  • 18 Veranda ouverte, caractéristique des hôtels à Hawaï.

42Vincent Coëffé (2014) montre la façon dont sont érotisés les habitants locaux à Hawaii à travers la figure du beachboy et de hula girl. Il cite le Hawaii Travel Bureau (HTB) qui, en 1929, sollicite l’imaginaire du visiteur en évoquant la peau bronzée des habitants locaux : « Les Hawaïens à la peau bronzée vous enseigneront comment tenir en équilibre sur des planches de surf filant à vive allure[…] Vous frissonnerez, même en les regardant de l’élégant lanai18 de votre hôtel »(Desmond 1999 : 125, Coëffé, 2014).

43L’érotisation des habitants n’est pas réservée au tourisme sexuel. Il concerne aussi bien le tourisme de « romance », ainsi dans le cas des femmes qui se rendent en Jamaïque pour partie en raison de l’imaginaire du Rastaman. Mais n’est-ce pas l’ensemble du secteur touristique qui est concerné, tout du moins pour ce qui est des destinations où le corps indigène, dans sa beauté et sa nudité, est institué en ressource paysagère ? Ainsi, les couples qui se rendent à Tahiti pour leur lune de miel ou leur anniversaire de mariage, qui constituent la part la plus importantes des touristes en Polynésie, ne semblent a priori concernés ni par l’offre prostitutionnelle locale (d’ailleurs réduite) ni par l’érotisation des vahinés. Pourtant, le choix de cette destination et l’imaginaire qui fait de Tahiti l’île de l’amour tiennent beaucoup au mythe de la beauté et de la disponibilité des Tahitiennes, dont les qualités supposées rejaillissent sur la Polynésie et constituent une bonne part de son attractivité « the sexually saturated figure of the Polynesian woman, connect the bounty and beauty of their islands with the beauty and sexuality of their bodies » (Jolly, 1997, p. 100, cité in Frohlickand Johnston, 2011 : 1093).

44Staszak (2012) confirme : « Le corps exotique fascine. Beaucoup de touristes sexuels se déclarent éblouis par la beauté exotique, déclinée en termes raciaux : la couleur et la texture de la peau (beaucoup de touristes insistent sur ce point), la souplesse, la pilosité (ou plutôt son absence), l’odeur corporelle, la silhouette, la forme des organes sexuels primaires ou secondaires, etc., sont appréciées comme différentes de celles des femmes occidentales ». Pritchard and Morgan (2005), ont montré que les magazines touristiques ont tendance à représenter de façon stéréotypée les femmes asiatiques et eurasiennes comme étant des femmes exotiques et hyper-féminines. Les publicités et les brochures touristiques qui vendent la destination de Tahiti ne manquent pas de mettre en avant de jeunes vahinés, dévêtues et avenantes. Lisa Grotenhuis (ce numéro), montre la façon dont l’imaginaire exotique et érotisé de la femme orientale est utilisé pour promouvoir la cigarette pratique qui évoque des rêves, des hallucinations et des pratiques sexuelles ».

45L’érotisation par les touristes des habitants et habitantes du lieu de destination mobilise bien souvent un imaginaire dont les racines plongent dans la culture coloniale, d’autant plus facilement qu’il est fréquent que les touristes soient des habitants des anciennes métropoles et leur destination, une ancienne colonie. Sans que les touristes en aient nécessairement conscience, les catégories et les stéréotypes raciaux mis en place il y a plusieurs siècles structurent profondément leurs représentations, leurs attentes et même leurs comportements. Aussi bien dans l’imaginaire mobilisé que dans les rapports de pouvoir mis en place, il y a dans les sexscapes (Brennan 2005) une filiation ou plutôt une continuité entre la prostitution coloniale et le tourisme sexuel. Staszak (2015) montre que la visite du quartier réservé de Casablanca dans les années 1920 relevait aussi bien et de façon indifférenciée de la prostitution coloniale et du tourisme similaire.

Un imaginaire érotisant les touristes

46Dans certains cas, le caractère érotique de la destination est davantage lié aux rencontres que l’on pense pouvoir faire sur place avec d’autres touristes. Pendant longtemps, les villages de vacances, en particulier ceux du Club Méditerranée, étaient réputés pour la permissivité si ce n’est la promiscuité sexuelle qui y régnaient (au point de susciter la moquerie, comme dans le film à succès Les Bronzés, P. Leconte, 1978). Les destinations de spring break des étudiantes et étudiants américains, comme la Floride, sont érotiques du fait de ce que ces touristes y font entre eux plus que de leur rapport aux habitants. La plupart des destinations du tourisme homosexuel promettent non des rencontres entre touristes les autochtones, mais des rencontres entre touristes, comme le manifeste clairement le développement des croisières gay.

47Dans une station comme le Cap d’Agde, l’imaginaire érotique des lieux est celui des touristes qui investissent la station nudiste. Le quartier naturiste, de création récente (1970), est une petite ville sous gestion municipale, avec des chalets, de grands immeubles d’appartements, des hôtels, campings, commerces de toutes sortes, restaurants, bars, plage, parkings privés, jardins et promenades, pharmacies, supermarchés, bureaux de poste, premiers secours, lieux de prière..., le tout accompagné d’un réseau discret mais efficace de gardiens de sécurité privés et de policiers (Prat Forga 2010). C’est une enceinte fermée et hermétique, bien balisée, entourée d’un mur, de la mer et du petit port, avec des barrières de passage et des cartes d’entré : un endroit, somme toute, banal. La forte érotisation du lieu est liée essentiellement à la coprésence des touristes en provenance du monde entier et au libertinage affirmé qui y est pratiqué, notamment autour de pratiques échangistes, fondées sur le changement temporaire des membres de deux ou plusieurs partenaires, homosexuels ou hétérosexuels.

48Dans le Cuba contemporain, destination à fort imaginaire érotique pour les jeunes touristes (Simoni 2015), l’imaginaire hétérosexuel dominant est complété par la disponibilité de contacts homosexuels, en particulier pour les hommes européens riches mais pas nécessairement jeunes. Les pingueros cubains jouent habituellement le rôle passif pour les touristes masculins, mais la majorité sont des hétérosexuels qui trouvent une façon de faire de l’argent facile.

  • 19 SuperClubs, 1999, “SuperClub Resorts travel brochure”.

49A Hedonism II à Negril, le prototype des all-inclusive resorts à la Jamaïque, les touristes sont également à la fois l’attraction principale et les créateurs de l’imaginaire érotique des lieux : « Check your inhibitions at the door. At Hedonism II, there are few rules and no limits. Just complete freedom to do what you want, when you want, with whomever you want »19 (SuperClubs 1997: 47). Hawkings (1999 : p. 97) mentionne un couple de touristes de San Francisco, à l’époque d’une trentaine d’années, qui venaient à Negril depuis plus de 10 ans essentiellement pour regarder d’autres touristes. Dans ce renversement de situation, l’objet de curiosité, et possiblement de désir, sont les touristes: « Guests sunbathing on rafts and on the beach were themselves a tourist attraction for boatloads of Jamaicans swooping in close to shore for a view of the naked foreigners » [Hawkings, 1999: 96-97]

50Ces pratiques érotisant les touristes par et grâce au regard des autres touristes créent dans ces enclaves (stations, îles, quartiers nudistes, stations thermales [Férérol, ce numéro]) une atmosphère de liberté sexuelle et de transgression. Elles produisent des « espaces de performance érotique », où l’érotisation des lieux est due en grande partie à la façon dont les touristes se mettent en scène dans ces espaces liminaires. Selon Edensor (2000), « internalized rules and habitual routines embodying notions of ``appropriate’’ disposition (… )influence tourists’ behavior. (…) practices concerning what to photograph, how to gaze, how to modulate the voice, and what to wear are often subject to self-monitoring and the disciplinary gaze of the group ». A la cité naturiste de Cap d’Agde, des performances érotiques, y compris des pratiques sexuelles permissives dans l’espace publique, produisent un imaginaire érotique où les touristes sont à la fois les consommateurs et les producteurs.

51Peut-on parler d’une érotisation des touristes par les populations locales, notamment celles qui sont l’objet d’une érotisation touristique et sont susceptibles d’être impliquées dans son exploitation ? Certains touristes constituent des cibles sexuelles, en raison des stéréotypes et de l’imaginaire sexuel à leur propos : il est quelquefois ainsi des femmes occidentales, réputées pour leur disponibilité sexuelle - en particulier si elles sont jeunes, seules et blondes, et si leur comportement ou leur façon de s’habiller sont perçus comme des manifestations de lubricité. Elles peuvent être l’objet d’approches qui s’avèrent bienvenues, mais aussi bien de regards insistants, de gestes suggestifs, de propositions déplacées et d’un véritable harcèlement, si ce n’est à proprement parler de violences sexuelles. Dans le cadre de sociétés très prudes et où les rapports sexuels en dehors du mariage sont strictement prohibés, les femmes touristes constituent pour une population masculine jeune et frustrée un véritable exutoire érotique. De même, dans les sociétés homophobes, c’est quelquefois avec des touristes gays que les hommes peuvent espérer avoir des rapports sexuels plus discrets et moins susceptibles de donner lieu à des réactions violentes. Paradoxalement, la permissivité qui fait l’érotisme de certaines destinations peut aussi faire celle des touristes.

L’érotisation du déplacement

52Pour compléter le tableau de l’imaginaire, il faut mentionner que l’érotisation touristique concerne, indépendamment du lieu de destination, le voyage lui-même. Le fait d’être loin de chez soi, là où les normes sont différentes et où on échappe au regard des proches ou des collègues, dans un moment à part et comme hors du temps, ouvre en soi des possibilités érotiques, en dehors des qualités qu’on prête au lieu touristique. Pour un ensemble de raisons, qui ont été étudiés par des chercheurs de différentes disciplines (Ryan et Martin, 2001 ; Taylor, 2000 ; Eiser et Ford, 1995), le déplacement touristique semble fonctionner comme un amplificateur de sens. Comme le rappellent Beaulieu et Lévy (2003), « la désinhibition situationnelle, liée au sentiment d’être une personne différente pendant les vacances facilite la transgression des interdits sexuels en vigueur dans le pays d’origine ». C’est aussi lié au contexte local : les règles et les lois du pays de destination peuvent être (ou perçues comme) plus souples, et la distance garantit quoi qu’il en soit aux visiteurs une certaine impunité morale si ce n’est légale : « what happens in Vegas stays in Vegas ».

53Par ailleurs, le transport lui-même constitue un lieu et un moment à part, en particulier s’il a lieu en bateau, en avion ou en train, qui possède aussi son imaginaire érotique. Le luxe des longs voyages dans l’Orient Express ou les paquebots transatlantiques ont suscité bien des phantasmes ; aujourd’hui, le Mile High Club regroupe ceux et celles qui se prévalent d’avoir eu des rapports sexuels dans la cabine (ou les toilettes !) d’un avion.

3-La production érotique des lieux touristiques. Acteurs et processus.

L’érotisation de la destination

54Owsianowska (ce numéro) analyse la campagne promotionnelle Welcome to Poland de 2005 articulée autour d’un binôme masculin-féminin cherchant à détourner positivement les images-clichés du pays. D’un côté « un mâle musclé en salopette brandissant une pipe grise suggestive au niveau de l’aine, avec en arrière-plan des scènes de montagnes et de cascades » (Rettman, 2005) de l’autre côté « une infirmière attrayante » (Owsianowska, ce numéro). Ce n’est pas pour autant que la Pologne ressort comme une haute destination érotique dans les médias papier et internet. La situation est ainsi contrastée entre les destinations qui flirtent avec l’érotisme et la sexualité dans leur communication (et qui sont reconnues - ou pas- comme destinations érotiques) et celles qui cherchent à modifier une image de destination sexuelle qui ne correspond plus aux ambitions touristiques des lieux. Les acteurs du tourisme et les décideurs locaux se retrouvent ainsi aussi bien dans une démarche de construction d’une destination érotique que de déconstruction d’un imaginaire érotique hérité et subi.

Des héritages historiques

55Le caractère érotique des lieux est lié à des imaginaires touristiques qui les instituent comme tels, et, en amont, aux acteurs et pratiques qui les ont produits, parfois délibérément. Il est dynamique puisqu’il évolue dans le temps. Il résulte des temps de paix, tout comme des temps de guerre, d’occupations coloniales ou d’occupations dans le cadre de conflits et de guerres. Le tourisme sexuel en Asie du Sud-est trouve ses racines dans la guerre du Vietnam et la mise en place des R &R (Rest and Recreation center) destinés aux troupes américaines, où s’est développé une important commerce du sexe (prostitution, spectacles érotiques ou pornographiques) (Evans, Forsyth, & Wooddell, 2000 ; Bryant, Forsyth, 2005).Pas moins de 700 000 militaires américains se seraient alors rendus dans les R&R de Thaïlande ; leurs dépenses dans les maisons closes, bars et hôtels étaient estimées à 40 % des recettes d’exportation thaïlandaises au cours de cette période (Clift et Carter 2000). Après la guerre du Vietnam, les quartiers rouges de Bangkok se sont diversifiés dans d’autres marchés (Cohen, 1982 ; Roux, 2011), y compris les circuits commerciaux sexuels pour les marchés européens et japonais avant que de nouveaux centres de villégiature comme Pattaya et Phuket voient le jour (Prideaux et al, 2004).

56Plusieurs campagnes font la promotion du tourisme sexuel en Thaïlande. Le Thailand Express Sex Tour, assimile Bangkok à une « grande maison close » (Hantrakul, 1988). La Thaïlande est fréquemment associée à l’industrie du sexe y compris de la part de ceux qui ne connaissent pas le pays. Modifier ou faire évoluer l’image sexuelle est difficile, car le sexe demeure un sujet tabou dans la société thaïlandaise (Nuttavuthisit, 2007 ; Bishop et Robinson, 1998). Accepter l’image sexuelle, c’est aussi reconnaître et acter le fait que la Thaïlande est associée aux problèmes de sexe et de prostitution. Aucune campagne de marketing financée par le gouvernement de la Thaïlande n’a exploité son image de destination d’expériences érotiques. La Tourism Authority of Thailand (TAT) a au contraire cherché à faire connaître le pays comme une destination exotique en mettant l’accent sur la diversité culturelle du pays, sa beauté pittoresque, ses plages, son large éventail d’opportunités de shopping et sa culture. Pourtant, l’image de la Thaïlande en tant que destination érotique reste prégnante et rivalise avec l’exotisme en tant que motivation pour voyager en Thaïlande. Les lois anti-prostitutionnelles ont été renforcées en 1986, avec des sanctions sévères pour les clients, les acheteurs, les propriétaires de maisons closes et même les parents des prostituées, mais à ce jour cela n’a pas conduit à la cessation du tourisme érotique à l’échelle industrielle en Thaïlande (Nuttavuthisit, idem).

Le marketing des destinations érotiques

57Si l’imaginaire érotique ou sexuel de certains lieux n’a pas forcément été souhaité et anticipé, dans plusieurs cas il est produit et accompagné par les acteurs du tourisme qui utilisent des images sexuelles idéalisées pour vendre un lieu.

58Dès les débuts du tourisme, l’iconographie de certains lieux joue avec la figure érotisée de la femme, non seulement dans un rapport de personnification du lieu (ville ou station balnéaire par exemple), mais aussi dans une approche de mise en évidence de la permissivité qui était censée régner sur ces lieux. Cette image de femme (mondaine, sportive et surtout baigneuse) « doit d’abord charmer le touriste homme, celui qui possède l’argent, en lui donnant l’envie de voyager et de venir dans une station. Qui mieux alors qu’une jolie élégante dévêtue se baignant pour exhorter cette envie de faire partie de l’aristocratie balnéaire ? » (Pecout et al, 2010, 17).

59L’érotisation des lieux est aussi le fruit du travail des spécialistes du marketing utilisent souvent des images et des informations sexuelles idéalisées pour vendre des destinations. « Soleil », « sable » et « sexe » sont utilisés de concert pour construire une image d’une destination « sun, sand et sex » ou individuellement pour décrire une caractéristique particulière d’une destination. Les corps féminins (et de plus en plus masculins) attrayants sont utilisés dans l’iconographie promotionnelle pour créer un imaginaire hédoniste. L’utilisation d’images à connotation sexuelle pour attirer les touristes n’est pas nouvelle. Comme le dit Prideaux et al (2004), dès les années 1920, à une époque où le costume normal de nageuse couvrait le corps du cou aux genoux, les brochures promotionnelles produites par Pan Am pour Hawaii montraient des images de femmes autochtones seins nus invitant les touristes à visiter l’île. Dans son étude sur la communication touristique officielle de Hawaï, Goss (1993 : 663), identifie les termes de paradis, marginalité, liminalité, fémininité and aloha en tant que thèmes persistants du discours sur les lieux. Son analyse du matériel promotionnel du Hawaiian Visitors’ Bureau, a démontré que les images et les textes « verts, verdoyants, luxuriants, riches et fertiles » contribuent à établir un ensemble d’attentes sexualisées sur le lieu (Goss, 1993, p. 676, cité in Frohlick, 2011).

60Ce qui semble in fine plus intéressant à saisir à travers l’analyse du rôle des acteurs dans la communication et/ou le marketing à connotation érotique et sexuelle, sont les moments de bifurcation : telle destination « sage » qui s’encoquine, telle autre destination sulfureuse qui souhaite s’assagir… Ces changements d’image ne sont pas toujours faciles ni à la portée de toutes les destinations, car ils impliquent une stratégie d’image longue et constante. Las Vegas est sans doute ici aussi un des exemples les plus intéressants par sa capacité de maintenir une image (et un produit touristique) à connotation sexuelle tout s’affichant également comme un terrain de jeu haut-de-gamme pour adultes. Mais l’ubiquité de l’image a ses limites : Las Vegas a dû tirer rapidement une croix sur la parenthèse ouverte très brièvement à destination d’un public familial (Gravari-Barbas, 2001).

Conclusion

61Les textes réunis dans ce numéro offrent des perspectives variées vers l’érotisation de lieux (stations [Férérol], sites [Vijayakumar], villes [Sanoussi], pays [Owsianowska], contextes régionaux plus vastes [Grotenhuis, Fuentes Vega]) ou périodes plus spécifiques (Gordon, Férérol). Certains sont provocantes : parler de tourisme, a fortiori érotique ou sexuel, pour les soldats allemands pendant l’occupation, pourrait heurter (Gordon, ce numéro). D’autres, établissent des détours étonnants pour parler de l’érotisme de certaines destinations, comme le fait Grotenhuis (ce numéro) par l’intermédiaire de la pratique de la cigarette, substitut érotique dans la bouche de la femme orientale. Vijayakumar établit quant à elle un parallèle entre le caractère érotique des représentations d’un site patrimonial majeur (Khajuraho, en Inde) et les pratiques de la communauté locale Bedia. Sanoussi met en évidence l’évolution d’une même destination, Tanger, dans ses rapports avec l’imaginaire hétéro- et homo-orienté. Férérol montre le caractère subversif de certains lieux, en l’occurrence des stations thermales au début du XXe siècle, où, dans un cadre on ne peut-plus-comme-il faut mais parfaitement théâtralisé, sont performées et mises en scène des transgressions érotiques. Fuentes Vega (ce numéro) déconstruit le mythe du Latin Lover comme imaginaire international et montre son caractère presque auto-érotique de même qu’Owsianowska montre, à travers les campagnes de marketing touristique de la Pologne, le regard érotique qu’un pays porte vers lui-même.

62Tous les textes sont ainsi caractérisés par des positionnements qui montrent la complexité des questions associant érotisme, tourisme et lieux, dans une multitude d’approche allant de l’érotisation titillante des lieux à des fins de marketing touristique au tourisme sexuel. Loin d’épuiser la question de la façon dont le tourisme interfère avec l’imaginaire érotique des lieux, ou les pratiques érotiques en rapport avec certains sites touristiques, ou encore l’érotisation des lieux par le tourisme, les textes offrent un ensemble de situations croisées. Nous encourageons ainsi le lecteur de ce numéro de tirer profit d’une lecture croisée des articles qui, au-delà de leur propre intérêt lus séparément, proposent une lecture caléidoscopique de l’érotisation des lieux touristiques.

Haut de page

Bibliographie

Aalbers M.B, Sabat M., 2012, « Re-making a landscape of prostitution: the Amsterdam Red Light District », City, 16, 1-2, 112-128.

Aldrich R., 1993, The seduction of the Mediterranean. Writing, Art and homosexual fantasy, London, Routledge.

Airault R., 2000, Fous de l’Inde - Délires d’Occidentaux et sentiment océanique, Paris, Payot.

Andriotis K., 2010, « Heterotopic eroticoases. The public nude beaches », Annals of Tourism Research, 37(4), 1076–1096.

Beaulieu I., Lévy J.L., 2003, « Tourisme, sexualité et érotisme dans quelques romans contemporains », Téoros, 22(1), 44-50. http://journals.openedition.org/teoros/1837

Bédard M., Augustin, J.-P., Desnoilles R., 2012, L’imaginaire géographique. Perspectives, pratiques et devenirs, Québec, Presses Universitaires du Québec.

Belliveau J., 2006, Romance on the Road. Traveling women who love foreign men, Baltimore, Beau Monde Press.

Black, P., 2000, « Sex and Travel: Making the Links », in Clift S., Carter S. (dir.), Tourism and Sex: Culture, Commerce and Coercition, Pinter, London, New York, 250–264.

Boone J.A., 1995, « Vacation cruises; or, the homoerotics of orientalism », Publications of the Modern Language Association (PMLA), 110 (1), 89-107.

Bras K., Dahles H., 1999, « Pathfinder, Gigolo, and Friend: Diverging Entrepreneurial Stratégies of Tourist Guides on Two Indonesian Islands », inDahles H., Bras K. (eds.), Tourism and Small Entrepreneurs. Development, National Policy, and Entrepreneurial Culture: Indonesian Cases, New York, Cognizant Communication Corporation, 128-145.

Brennan D., 2004, What’s love got to do with it?, Durham, Duke University Press.

Bryant C.D., Forsyth C.J., 2005, « Carpe Diem (or the hour or minute) and wretched excess. Some conceptual notes on temporal opportunity structure, deviance compression, and bingeing behavior », Free Inquiry In Creative Sociology, 33 (1), 21-33.

Chapuis A., 2016, « Touring the immoral ». Affective geaographies of visitors to the Amsterdam Red-Light District », Urban Studies, 54 (3), 616-632.

Clift S., Carter S., 1999, Tourism and Sex: Culture, Commerce and Coercion, London, New York Pinter.

Coëffé V., 2014, Hawaï : La fabrique d’un espace touristique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Cohen, E., 1982, « Marginal paradises: Bungalow tourism on the islands of Southern Thailand », Annals of Tourism Research, 9(2), 189-228.

Desmond J., 1999, Staging Tourism. Bodies and display from Waikiki to Sea World, Chicago, University of Chicago Press.

Edensor T., 2000, « Staging Tourism. Tourists as Performers », Annals of Tourism Research, 27 (2), 322-344.

Evans, R.D., Forsyth C.J., 2010, « Macro and micro views of erotic tourism », Deviant behavior, 21 (6), 537-550.

Frohlick S., 2016, 2013, Sexuality, Women, and Tourism. Cross-border desires through contemporary travel, London, New York Routladge.

Frohlick S., Johnston L., 2011, « Naturalizing Bodies and Places. Tourism Media Campaigns and Heterosexualities in Costa Rica and New Zealand », Annals of Tourism Research, 38(3), 1090–1109.

Eiser, J. R., Ford N., 1995, « Sexual Relationship on Holidays – A Case of Situational Disinhibition », Journal of Social and Personal Relationships, vol. 12, 323- 329.

Gault I., 2014, « Venise et la prostitution, deux thèmes propices aux topoï », Contreville. http://contreville.hypotheses.org/444

Gordon, M., 2008, Voluptuous Panic: The Erotic World of Weimar Berlin (Expanded Edition), Port Townsend, Feral House.

Goss, J.D.,1993, « Placing the Market and Marketing Place: Tourist Advertising of the Hawaiian Islands, 1972–92 », Environment and Planning D: Society and Space, 11(6), 1 663 - 688

Graburn, N., 1983, « Tourism and prostitution », Annals of Tourism Research, 10 (3), 437–443.

Gravari-Barbas M., 2001, « La leçon de Las Vegas : le tourisme dans la ville », Géocarrefour, Le tourisme et la ville, 76 (2), 159-165. 

Gravari-Barbas M., Graburn N., 2012, « Imaginaires touristiques », Via@tourism review, 1. http://journals.openedition.org/viatourism/1178

Hantrakul S., 1988, « Prostitution in Thailand », in Chandler G., Sullivan N., Branson J., Development and displacement: Women in Southeast Asia, Melbourne, Centre of Southeast Asian Studies, Monash university, 115-136.

Hawkins M.J., 1999, Tourism and Place in Treasure Beach, Jamaica: Imagining Paradise and the Alternative, Louisiana State University, LSU Historical Dissertations and Theses. http://digitalcommons.lsu.edu/gradschool_disstheses/7044

Herold E., Garcia R., DeMoya T., 2001, « Female tourists and beach boys. Romance or sex tourism? », Annals of Tourism Research, 28 (4), April, 978-997.

Holcomb B., Luongo M., 1996, « Gay Tourism in the United States », Annals of Tourism Research, 23(3), 711-713

Jeffreys, S., 2003, « Sex Tourism: Do Women Do It Too? », Leisure Studies 22, 223-238.

Jolly M., 1997, « White Shadows in the darkness: representations of Polynesian women in early cinema », Pacific Studies, 20 (4), 125-150.

Lazzarotti O., 2011, « Venise est-elle en Italie ? Lieux, amours et chansons », Espace-Temps Travaux. https://www.espacestemps.net/articles/venise-est-elle-en-italie/

Loloum, T., 2018, « Investissements par amour. Économies intimes de l’immobilier touristique au Brésil » Téoros, 37(2).

Entrikin, J.N., « Lieu », in Lévy J., Lussault, M., Dictionnaire de Géographie, Paris, Belin, 555-563.

Bauer T.G., McKercher B., 2003, Sex and Tourism: Journeys of Romance, Love, and Lust, Oxford, Haworth Hospitality Press.

MIT, 2003, Lieux communs, Paris, Belin.

Moreck K., 2018 (1931), Ein Führer durch das lasterhafte Berlin, Das deutsche Babylon, Berlin, bebra verlag.

Morgan N., Pritchard A., 2000, « Privileging the male gaze: Gendered tourism landscapes », Annals of Tourism research, 27(4), 884-905.

Nuttavuthisit K., 2007, « Branding Thailand: Correcting the negative image of sex tourism », Place Branding and Public Diplomacy, 3 (1), 21–30.

Oppermann M., 1999, « Sex tourism », Annals of Tourism Research, 26 (2), 251-266.

Pearsall, J. 2002, Concise Oxford English Dictionary, Oxford University Press.

Paz, O., 1998, An Erotic Beyond: Sade, Harcourt Brace.

Pop L., 2014, « Le Grand tour de Shelley et la poésie de la Méditerranée », Babel, Horizons des mondes méditerranéen et atlantique : imaginaires comparés, 161-179.

Pecout Ch., Birot L., Bohuon A., 2010, « La représentation de la femme sur les affiches touristiques balnéaires Le cas de la Normandie (1880-1960) », Teoros, 29 (2), 112-118.

Perrottet T., 2011, The Sinner’s Grand Tour. A journey through the historical underbelly of Europe, Broadway Books.

Prat Forga J.M., 2010, « Turismo Naturista. Una apuesta por el tourismo marginal. El caso del barrio naturista de Cap d’Agde en Francia », Cuadernos de Turismo, nº 26, 201-216.

Pratt M.-L., 1992, Imperial Eyes. Travel Writing and Transculturation, New York, Routledge.

Prideaux B., Agrusa J., Donlon J.G., Curran Ch., 2004, « Exotic or erotic – contrasting images for defining destinations », Asia Pacific Journal of Tourism Research, 9(1), 5-17.

Pruitt, D., LaFont S., 1995, « For Love and Money: Romance Tourism in Jamaica », Annals of Tourism Research 22, 422-440.

Rettman, A., 2005, « Sexy Polish Plumber to Woo French », Euobserver, juin. https://euobserver.com/social/19355.

Ryan Ch., Martin A., 2001, « Tourists and strippers: Liminal theater », Annals of Tourism Resaerch, 28(1), 140-163.

Ryan Ch., Kinder R., 1996, « Sex, tourism and sex tourism: fulfilling similar needs? », Tourism Management, 17(7), 507-518.

Schein, L., 2000, Minority Rules: The Miao and the Feminine in China’s Cultural Politics, Durham, Duke University Press

Selänniemi T. 2003, « On holiday in the liminoid playground: place, time and self in tourism », in Bauer Th., McKerchner B., Sex and tourism. Journeys of Romance, Love and Lust, Oxford, Haworth Hospitality Press, 19-33.

Simoni, V., 2015, « Breadwinners, Sex Machines and Romantic Lovers: Entangling Masculinities, Moralities, and Pragmatic Concerns in Touristic Cuba », Etnografica 19(2), 389-411.

Simoni, V., 2016, Tourism and Informal Encounters in Cuba, Oxford and New York, Berghahn Books.

Smith J. S., Fisher, J.; Mennel, B., 2010, « Just How Naughty was Berlin? The Geography of Prostitution and Female Sexuality in Curt Moreck’s Erotic Travel Guide », Amsterdamer Beiträge zur Neueren Germanistik, 75, 53-77.

Smith J.S., 2014, Berlin Coquette: Prostitution and the New German Woman, 1890–1933, Ithaca New York, Cornell University Press.

Staszak J.-F., 2008, « Danse exotique, danse érotique », Annales de géographie, mai-juin, 560-561 (2), 129-158.

Staszak, J.-F., 2012, « L’imaginaire géographique du tourisme sexuel », L’Information géographique, 76(2), 16-39.

Staszak, J.-F., 2015, 2015, « Tourisme et prostitution coloniales : la visite de Bousbir à Casablanca (1924-1955) », Via@tourism review, 2, 8.

Stendhal, 1826, Rome, Naples et Florence, Paris, Delaunay.

Taylor, J. S., 2000, « Tourism and Embodied Commodities: Sex Tourism in the Carribean », in Clift S. et Carter S. (dir.), Tourism and Sex: Culture, Commerce and Coercition, London, New York Pinter.

Theobald W. F., 2012, Global Tourism, Routledge.

Trask H-K., 1991, « Lovely Hula Lands: Corporate tourism and the Prostitution of Hawaian Culture », Border/Lines, journals.lib.unb.ca. https://journals.lib.unb.ca/index.php/bl/article/view/24958

Trauer B., Chris Ryan Ch., 2005, « Destination image, romance and place experience—an application of intimacy theory in tourism », Tourism Management 26, 481–491.

Urbain J.D., 2017, Une histoire érotique du voyage, Paris, Payot.

Waitt G., Marwell K., 2006, Gay Tourism. Culture and Context, New York, Haworth Hospitality Press.

Wickens, E., 1994, « Consumption of the authentic: The hedonistic tourist In Greece », in Seaton A. V. et al. (Ed.), Tourism, the state of the art, Chichester, Wiley, 818–825.

Wickens, E., 1999, Tourists’ voices: A sociological analysis of tourists’ experiences in Chalkidiki, Northern Greece, unpublished Ph.D thesis, Oxford Brookes University.

Wickens, E., 2000, « Rethinking tourists’ experiences », in Robinson M., Long P., Evans N., Sharpley R., Swarbrooke J. (Eds.), Motivations, behaviour and tourist types, Morpeth, The centre for travel and tourism, University of Northumbria and Sunderland: Business Education Publishers Ltd, 455–472.

Zinovieff S. 1991, « Hunters and hunted. Kamaki and the ambiguities of sexual predation in a Greek Town », in Loizos P., Papataxiarchis E. (ed.), Contessted identities: Gender and kinship in modern Greece, Princeton, Princeton University press, 203-220. « 

Haut de page

Notes

1 Ce numéro de Via@ Tourism review, tout comme celui de Teoros publié en 2018, sont issus d’un colloque consacré à "La Fabrique des lieux de désirs: l'érotisation touristique", organisé par les signataires de cette introduction à Genève en juin 2015.

2 Terme dû à Graziella Magherini, qui exerçait à l'hôpital Santa Maria Nuova, à Florence http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/01/ces-syndromes-qui-frappent-les-touristes-etrangers_1234348_3224.html

3 http://www.tourisminvenice.com/blog/tag/venise-insolite/

4 Idem

5 https://www.venise-acqua-vite.com/visites-guidees/venise-en-amoureux

6 L’histoire de la ville, tournée pendant plusieurs siècles vers le commerce à grande échelle, sur les mers et dans les terres et les caractéristiques d’une société commerçante et entreprenante auraient contribué à imposer une forme de morale décomplexée, permettant à la ville d’échapper, pendant plusieurs siècles, aux oppositions ou aux jugements moralistes habituels du passé comme de notre présent (Gault, Idem).

7 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160738310000447

8 Top 10 des destinations sexy: https://www.voyage-insolite.com/2013/01/28/top-10-destinations-villes-sexy-pour-adulte-coquin/

9 Les 8 destinations les plus érotiques du monde: http://www.edreams.fr/blog/les-destinations-les-plus-erotiques-du-monde/

10 idem

11 idem

12 Perrottet (2011) évoque la légendaire "Stufetta del Bibbiena", une salle de bain couverte de pornographie peinte par Raphaël en 1516.

13 The Pretty women of Paris. Their Names and Addresses, Qualities and Faults, being a Complete Directory or Guide to Pleasure for Visitors to the Gay City, 1883 (anonyme, édité à compte d’auteur)

14 Remerowski Ted, Canell Marrin, (2005) Legendary Sin Cities" 1) Berlin - Metropolis of Vice 2) Paris - The Crazy Years 3) Shanghai - Paradise for Adventurers. Documentaire, Canadian Broadcasting Corporation (CBC)

15 Sources : (1).Les 8 destinations les plus érotiques du monde: http://www.edreams.fr/blog/les-destinations-les-plus-erotiques-du-monde/ (2).Top 10 des destinations sexy: https://www.voyage-insolite.com/2013/01/28/top-10-destinations-villes-sexy-pour-adulte-coquin/ ; (3).Top 10 des destinations les plus sexy : http://selection.readersdigest.ca/voyage/destinations-de-voyage/top-10-des-destinations-les-plus-sexy/view-all/ ; (4). 20 Strictly-For-Adults Destinations Around The World You Need To Visit Before You Diehttps://www.scoopwhoop.com/AdultOnly-Travel-Destinations/#.ca7vd0809 (5).The 25 Sexiest Vacation Destinations on Earth:http://www.complex.com/pop-culture/2013/07/the-25-sexiest-vacation-destinations-on-earth/st-tropez (6) The 10 sexiest cities in the world

https://www.wanderlust.co.uk/content/10-sexiest-cities-in-the-world/

16 Source : Idem Tableau N°1

17 Le nom dérive de Sotades, un poète grec du IIIe siècle avant J.-C., représentant d'un groupe d'écrivains de poésie satirique obscène et parfois pédéraste.

18 Veranda ouverte, caractéristique des hôtels à Hawaï.

19 SuperClubs, 1999, “SuperClub Resorts travel brochure”.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tourisme sexuel-tourisme érotique.
Crédits Elaboration des auteurs d’après Prat Forga (2010)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Gravari-Barbas, Jean-François Staszak et Nelson Graburn, « L’érotisation des lieux touristiques. Espaces, acteurs et imaginaires », Via [En ligne], 11-12 | 2017, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1829

Haut de page

Auteurs

Maria Gravari-Barbas

Professeure, Université Paris Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Jean-François Staszak

Professeur, Université de Genève

Articles du même auteur

Nelson Graburn

Professor Emeritus, Berkeley University

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals