Navigation – Plan du site
Brèves

Sources thermales d’eau chaude au Japon et en Chine. Des lieux érotiques ?

Nelson Graburn
Traduction de Maria Gravari-Barbas
Cet article est une traduction de :
Hot Spring Resorts in Japan and China as Erotic places [en]

Texte intégral

Introduction

1Les plages sont des lieux " sexualisés " non seulement pour le style vestimentaire dénudé pratiqué depuis les années 1920 dans le monde occidental, mais aussi parce que, comme les lacs et les piscines, elles montrent le corps à son avantage dans l’eau, tant pour les spectateurs que pour les autres nageurs. Les lieux d’eau et les lieux « humides » sont suggestifs et sont souvent mentalement associés au " bain nu ". Pensez, par exemple, aux nombreuses scènes de film mettant en scène un couple se promenant ou faisant de la randonnée, jetant leurs vêtements pour plonger dans un petit lac ou, mieux encore, d’un homme ou d’un groupe d’hommes rencontrant soudainement dans un bois, un groupe de filles nues qui se baignent !

2Les stations thermales sont des institutions similaires mais socialement organisées qui offrent de telles possibilités de voyeurisme et d’immersion - plus en Asie de l’Est que dans de nombreux autres sites de sources thermales en Europe et dans les Amériques. Les sources d’eau chaude naturelles abondent au Japon et dans certaines régions de Corée et de Chine, et elles ont longtemps été "culturalisées" pour le loisir des locaux et des voyageurs.

Onsen japonais

3En effet, les destinations de sources chaudes (onsen) sont, en dehors des villes célèbres, les principales attractions touristiques du Japon (Graburn 1995, 1998). Au Japon, la tradition exige un lavage minutieux avant d’entrer dans les bains et aucun vêtement n’est permis, mais tout le monde porte une petite serviette. Les hommes et les femmes peuvent se baigner séparément dans des baignoires séparées - et les installations pour hommes (Figure 1) sont généralement de loin supérieures à celles des femmes. L’immense station thermale d’Ibusiki, au sud de Kagoshima, accueille chaque année trois millions de baigneurs et près d’un million de nuitées. Dans le plus grand établissement avec 29 bains, 22 sont pour les hommes (y compris les suni-mushi, les ensevelissements dans du sable chaud) et seulement sept pour les femmes. J’ai remarqué que beaucoup d’hommes regardaient à travers les buissons les femmes se baignant de l’autre côté dans les piscines légèrement en contrebas !

Figure 1. Bains ouverts pour hommes (rotenburo), onsen de Kamou-cho, Kyushu

Figure 1. Bains ouverts pour hommes (rotenburo), onsen de Kamou-cho, Kyushu

© NG, 2017

4Parfois, les installations principales des bains alternent les hommes et les femmes selon les heures d’affichage. Dans certains onsen, tous les bains sont mixtes et dans d’autres, cela n’est permis qu’après, disons 21 heures, principalement pour les plus jeunes. Dans les montagnes de Wakayama, il y a un endroit célèbre : la rivière appelée Kawayu [eau chaude de la rivière] où l’eau chaude volcanique se mélange à l’eau de pluie. A certaines périodes de l’année, lorsque la température est supportable, la rivière entière devient un senninburo [un bain de mille personnes] et les familles et les couples affluent pour se baigner dans l’obscurité, laissant leurs vêtements et serviettes éparpillés le long des rives (Figure 2). A l’opposé, certains onsen et onsenryokan, offrent des bains privés de taille individuelle ou familiale où les couples ou les familles peuvent se baigner à tout moment s’ils sont contigus à leur chambre ou lorsqu’ils les réservent s’ils sont séparés.

Figure 2. “Bain pour mille personnes” (senninburo), Kawayu, Wakayama

Figure 2. “Bain pour mille personnes” (senninburo), Kawayu, Wakayama

© NG, 2014

  • 1 Habituellement adapté pour un adulte ou un parent et un enfant. Rempli et vidé après que chaque mem (...)

5Comme pour les plus grands bains, la préférence va aux rotenburo [bains de plein air], aux bains d’extérieur sous le ciel ouvert, de préférence avec une vue ouverte sur la nature - arbres, montagnes, rivages (Figure 3) - mais les bains privés sont soigneusement murés de sorte que les hommes et les femmes ne puissent pas voir dans les bains les uns des autres1 (des exceptions existent certes tel que l’exemple présenté précédemment). Se détendre dans un rotenburo sous la pluie ou la neige est considéré comme l’une des expériences les plus romantiques de la vie !

Figure 3. Bain d’extérieur (rotenburo), Lake Kussharo Ryokan, Hokkaido

Figure 3. Bain d’extérieur (rotenburo), Lake Kussharo Ryokan, Hokkaido

© NG, 2014

  • 2 Ryokan sont des auberges traditionnelles avec des chambres individuelles ou familiales dans lesquel (...)

6Néanmoins, les sites sexualisés spécifiques sont les onsenryokan ou minshuku2 et plus récemment les hôtels de villégiature. Les vacanciers ne restent généralement qu’une nuit ou deux ; lorsqu’ils arrivent, on leur montre leur chambre tatami [sol en paillasson, pas de lits, juste un matelas et un futon], ils se changent de leurs vêtements de travail et mettent le yukata traditionnel [robe en tissu fin, pas de sous-vêtements] et s’il fait froid, un haori [over-kimono court] et ensuite ils marchent jusqu’au(x) bain(s).

7Après s’être lavés (et parfois rasés) et s’être relaxés, ils sèchent et retournent dans leur chambre pour trouver une table et des coussins où est diposé le repas kaiseki [haut de gamme] avec une boisson, généralement du saké, mais on peut commander du shochu [alcools locaux] ou de la bière (figure 4).

Figure 4. Kaiseki dinner, waiting for guests to return from the baths, Yunomineonsen ryokan, Wakayama.

Figure 4. Kaiseki dinner, waiting for guests to return from the baths, Yunomineonsen ryokan, Wakayama.

© NG, 2014

8Après le repas, les occupants retournent aux bains, et quand ils retournent à la chambre, la table et les coussins sont partis. Sur le paillasson est posé le matelas et le lit futon prêt pour qu’ils puissent enlever leur yukata et s’allonger pour la nuit. Il est également courant de prendre un nouveau bain après le réveil le matin, surtout à la lumière de l’aube.

9Beaucoup de ryokan japonais ont des ofuro privés, de petites baignoires du même type que celles qu’on trouve dans presque toutes les maisons (Figure 4).

Figure 5. Bain privé (ofuro), contigu à une chambre, Fontana no Oka Ryokan, Kamou-cho, Kyushu.

Figure 5. Bain privé (ofuro), contigu à une chambre, Fontana no Oka Ryokan, Kamou-cho, Kyushu.

© NG, 2017

  • 3 Des précautions sont prises pour éviter les contacts entre les employés et les visiteurs. Ils peuve (...)

10Très différents sont les " love hotels " [rabuhoteru] qui peuvent être réservés à l’heure par des couples désireux de secret ou d’intimité. Inventés il y a des siècles, ils sont devenus populaires après la Seconde Guerre mondiale auprès des couples mariés vivant dans de minuscules appartements urbains et qui ressentaient le besoin de s’éloigner de leurs enfants. Il ne s’agit pas strictement de tourisme érotique, mais, comme indiqué dans l’Introduction " sans sortir de chez soi ", ces ryokan constituent une rupture par rapport à la norme. L’excitation peut être rehaussée par l’architecture farfelue ou romantique, les entrées et sorties cachées ou l’absence de fenêtres3. Les chambres mettent à disposition des préservatifs, des magazines ou des vidéos et une petite baignoire est sont souvent décorées d’images pornographiques (shunga). Elles disposent parfois des lits tournants ou ondulants et des miroirs au plafond. Ces hôtels se trouvent souvent à proximité des gares et des aires de repos sur l’autoroute et peuvent être utilisés en cas d’urgence par les familles (comme je l’ai fait). Dans les villes, les prostituées les utilisent souvent pour travailler.

11Comme au Japon, la Corée a également sexualisé des sites et des sources d’eau chaude, par l’importation d’habitudes au cours de la colonisation japonaise qui a duré quarante ans (1905-1945). Bien que la nudité soit habituellement exigée, il y a moins de possibilités de bains mixtes. De même, l’ex-colonie Taiwan, suit principalement les tendances japonaises mais, comme en Chine certains resorts offrent des bains parfumés.

Stations thermales chinoises

12Malgré sa géologie variée, on trouve des sources d’eau chaude naturelles dans presque toutes les régions de Chine. Elles étaient traditionnellement utilisées par les paysans dans les villages ou par les empereurs dans les palais, pour la détente, le bain ou le soin de la peau et du corps. Mais ce n’est qu’à l’époque de prospérité récente que les centres de villégiature organisés et les hôtels qui les accompagnent se sont développés et étendus presque partout, en particulier dans les grandes villes.

  • 4 Beaucoup de bains japonais étaient et sont bien connus pour les propriétés curatives de leurs eaux, (...)

13Plus que cela ne se fait en Europe, la Chine traite les sources chaudes comme des lieux de vacances relaxants pour les familles et, dans certains endroits, pour les cures surtout pour les personnes âgées4. La plupart des stations thermales nouvellement construites et leurs hôtels exigent de se baigner avec des vêtements appropriés, et il n’y a donc pas de bains sexués. Les bains peuvent avoir de superbes vues naturelles et/ou être infusés " artificiellement " de senteurs et de saveurs, comme le thé, la citronnelle, les fleurs, le vin de riz ou même, le lait, le café ou le vin rouge ! Bien qu’agréables, ils ne semblent pas avoir les propriétés aphrodisiaques du ryokan japonais. En Chine, comme ailleurs, il y a un nouveau frisson de se baigner les pieds dans une piscine chaude avec des petits poissons piranhas qui aiment grignoter les couches extérieures de l’épiderme fatigué !

14Les stations thermales se spécialisent de plus en plus. Il y a encore des bains gratuits ou bon marché pour les paysans, les travailleurs et les randonneurs aventureux. Mais la plupart des centres de villégiature sont privés et se modernisent rapidement, combinant bain, massages réguliers, hébergement luxueux et restaurants tentants. Certains se spécialisent dans l’attraction des jeunes ou dans l’accueil de grands groupes, d’autres ont des événements spectaculaires comme des spectacles, des jeux d’eau et même des duos de combat dans des bains remplis de lait de soja ou de tofu. En Chine, il est plus courant sans doute qu’au Japon ou en Europe, de fournir des bains privés (ou piscines) de grande taille pour chaque chambre d’un hôtel ou d’un centre de villégiature (Figure 6).

Figure 6. Family sized bath, private club (for government or military, day or evening use), Kunming, Yunnan, 2007

Figure 6. Family sized bath, private club (for government or military, day or evening use), Kunming, Yunnan, 2007

15Dans certains hôtels chinois, comme le Mermaid Hotspring Inn, dans le Tangjiajiajia Hot Spring B&B Village, près de Nanjing, chaque chambre est équipée d’une grande salle de bain "familiale" ; et chaque chambre a le thème d’un pays - par exemple chambre Persanne, Française, Allemande, avec un décor approprié (Figures 7a, 7b).

Figure 7a., 7b. Décor marocain et décor français, bains contigus à des chambres, Mermaid Hotspring Inn, Tangjiajia Hot Spring B&B Village, Tangshan, Nanjing.

Figure 7a., 7b. Décor marocain et décor français, bains contigus à des chambres, Mermaid Hotspring Inn, Tangjiajia Hot Spring B&B Village, Tangshan, Nanjing.

© NG, 2017

  • 5 Une famille composée de deux parents et de leurs enfants, mais ne comprenant pas les tantes, les on (...)

16D’autres grandes stations, comme le Geothermal Paradise Resort (Figure 8), une entreprise ambitieuse près du lac Eryuan, dans le comté de Dali, Yunnan, offrent plusieurs grands bains publics extérieurs et intérieurs (pour les baigneurs habillés), mais chaque chambre du "secteur hôtelier" dispose d’une grande piscine (pouvant accueillir plus de membres que la famille nucléaire5) à l’extérieur (Figure 9). Je suggère que c’est l’aménagement des bains et des piscines privées qui encouragent les activités romantiques et sexuelles des touristes. Comme indiqué dans l’Introduction, cela n’est généralement pas considéré comme du "tourisme sexuel", mais cela favorise les opportunités érotiques et, bien sûr, les touristes qui partagent une chambre peuvent ne pas être des partenaires (à long terme) dans leur communauté d’origine. Les grandes piscines mixtes et les baigneurs habillés ne diffèrent guère d’une piscine ou d’une plage. Cependant, ils offrent des possibilités de contacts sociaux et corporels, et beaucoup de centres de villégiature surpeuplés de jeunes, comme Lijiang ou Dali, sont connus comme des points chauds de connexion pour des aventures "romantiques" d’une nuit.

Figure 8. Entrée principale du Dali Geothermal Paradise host spring resort, Yunnan.

Figure 8. Entrée principale du Dali Geothermal Paradise host spring resort, Yunnan.

© NG, 2016

Figure 9. Bain d’extérieur, contigu à une chambre privée, Dali Geothermal Paradise host spring resort, Yunnan.

Figure 9. Bain d’extérieur, contigu à une chambre privée, Dali Geothermal Paradise host spring resort, Yunnan.

© NG, 2016

Haut de page

Bibliographie

Graburn, N., 1995, "The Past in the Present in Japan : Nostalgia and Neo-Traditionalism in Contemporary Japanese Domestic Tourism", In W. Butler R., G. Pearce D. (eds.), Changes in Tourism : People, Places, Processes, Chapter 4, London, Routledge, 47-70

Graburn, N., 1998, "Work and Play in the Japanese Countryside", In Frühstück S., Linhart S. (eds.), The Culture of Japan as Seen Through Its Leisure, New York, SUNY Press, 195-12

Haut de page

Notes

1 Habituellement adapté pour un adulte ou un parent et un enfant. Rempli et vidé après que chaque membre de la famille a pris un bain, habituellement l'homme passe en premier - quand l'eau est la plus chaude.

2 Ryokan sont des auberges traditionnelles avec des chambres individuelles ou familiales dans lesquelles les repas (et les boissons) sont servis; minshuku [les habitations des locaux] sont des établissements moins chers avec des salles à manger communes (et des repas plus simples) et parfois des chambres à coucher partagées, généralement avec des voyageurs plus jeunes.

3 Des précautions sont prises pour éviter les contacts entre les employés et les visiteurs. Ils peuvent prendre une clé dans une boîte et payer par carte de crédit ou derrière un verre dépoli ou un tube payant.

4 Beaucoup de bains japonais étaient et sont bien connus pour les propriétés curatives de leurs eaux, bien que le plaisir et la liminalité soient maintenant les motivations prédominantes. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, les onsen étaient aussi réputés pour leur radioactivité naturelle (curative), le plus haut perché étant le mieux; ceci n'a pas été mentionné depuis 1945.

5 Une famille composée de deux parents et de leurs enfants, mais ne comprenant pas les tantes, les oncles, les grands-parents, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Bains ouverts pour hommes (rotenburo), onsen de Kamou-cho, Kyushu
Crédits © NG, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 2. “Bain pour mille personnes” (senninburo), Kawayu, Wakayama
Crédits © NG, 2014
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1839/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3. Bain d’extérieur (rotenburo), Lake Kussharo Ryokan, Hokkaido
Crédits © NG, 2014
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1839/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 4. Kaiseki dinner, waiting for guests to return from the baths, Yunomineonsen ryokan, Wakayama.
Crédits © NG, 2014
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1839/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 5. Bain privé (ofuro), contigu à une chambre, Fontana no Oka Ryokan, Kamou-cho, Kyushu.
Crédits © NG, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1839/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 6. Family sized bath, private club (for government or military, day or evening use), Kunming, Yunnan, 2007
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1839/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 7a., 7b. Décor marocain et décor français, bains contigus à des chambres, Mermaid Hotspring Inn, Tangjiajia Hot Spring B&B Village, Tangshan, Nanjing.
Crédits © NG, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1839/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 8. Entrée principale du Dali Geothermal Paradise host spring resort, Yunnan.
Crédits © NG, 2016
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1839/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Figure 9. Bain d’extérieur, contigu à une chambre privée, Dali Geothermal Paradise host spring resort, Yunnan.
Crédits © NG, 2016
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/1839/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nelson Graburn, « Sources thermales d’eau chaude au Japon et en Chine. Des lieux érotiques ? », Via [En ligne], 11-12 | 2017, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1839

Haut de page

Auteur

Nelson Graburn

Université de Californie à Berkeley

Articles du même auteur

Haut de page

Traducteur

Maria Gravari-Barbas

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals