Navigation – Plan du site

Résumé

La grille de lecture “ imparfaite et provisoire » de l’après-tourisme a été proposée afin de rendre compte du changement du statut du tourisme, de ses pratiques et représentations. Elle se présente comme une notion composite destinée à articuler entre elles trois modalités mutantes du tourisme moderne : post-tourisme(s), trans-tourisme et hypertourisme.
Le texte s’exerce à une approche réflexive de la genèse, des étapes, de la réception et des évolutions de cette proposition. Il resitue la perspective de l’après-tourisme comme ancrée dans des orientations de recherche focalisées sur la recomposition des relations entre l’Ici et l’Ailleurs, et sur l’apport heuristique des situations et pratiques “ critiques ». Cette démarche est nourrie par l’engagement au sein de collectifs positionnés à différentes échelles géographiques et temporelles. Elle procède d’une itération constante entre d’une part des registres normatif et non normatif, et d’autre part des ancrages géographiques et thématiques, scientifiques et pédagogiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction et remise en contexte

  • 1 Cf. bibliographie en fin de texte.
  • 2 Numéro 170 des Actes de la recherche en sciences sociales, décembre 2007, coordonné par Bertrand Ré (...)

1La notion d’après-tourisme a été énoncée à la fin des années 2000 dans le cadre de plusieurs publications individuelles et collectives et communications ou conférences en France et à l’étranger1 ; la formulation la plus approfondie se trouvant dans le chapitre introductif de l’ouvrage collectif Fin( ?) et confins du tourisme (2013). Son propos cherchait à rendre compte de la question du changement dans un univers récréatif marqué par des mouvements à la fois convergents et contradictoires. Alors qu’au fil de leurs publications, des auteurs comme John Urry et Jean Viard mettaient en perspective la mutation du statut et des pratiques du tourisme, un contexte propice se confirmait dans la deuxième moitié des années 2000 grâce à des évènements et publications scientifiques inspirants comme les colloques “ End of tourism » (Brighton, 2005) et “ Tourism after oil » (Dunedin, 2006), ou encore l’idée de “ nouvelles frontières du tourisme »2.

  • 3 Libre traduction de « « good life as a continuous holiday ».

2L’attention des observateurs se renouvelait autour de processus qui débordaient les cadres et catégories de pensées usuelles construites par et pour le tourisme. Pour ma part, les indicateurs les plus signifiants de ce processus s’inscrivaient dans un ensemble de recompositions de la relation ici-ailleurs : “ triomphe des valeurs vacancières » (Viard, 2006), tendance à une touristification généralisée, multiplications de formes “ utiles » de tourisme (solidaire, scientifique, “ humanitaire »…), orientation croissante des choix résidentiels en référence à des aménités paysagères et récréatives, inflation de pratiques de loisirs et de bien-être à domicile (staycation), conversion de destinations en lieux de vie, renouveau des pratiques de proximité, endotisme (Michel, 2005) et exotisation du proche (Matthey, 2007), émergence de la figure du “ récréactif » (Lajarge, 2006), proposition de la notion d’économie présentielle (Terrier, 2007), etc. Dans ce contexte, au sein duquel la conception d’une “ belle vie » semble s’apparenter à des “ vacances continues »3 (Urry, 2002), le tourisme pouvait de moins en moins être abordé comme une activité pratiquée uniquement pour elle-même, un simple laboratoire culturel au service du quotidien et une exception dans l’espace et le temps. De la même manière, il semblait de moins en moins pertinent d’aborder les choix résidentiels par référence au seul travail et le vécu du domicile ne pouvait plus se concevoir comme une entité surtout fonctionnelle à laquelle s’opposerait les figures de proue antithétiques du” touriste », du “ séjour » ou de la “ station ». Si les catégories et oppositions classiques prévalaient encore dans la politique et l’ingénierie touristique -et c’est encore largement le cas dix ans plus tard-, l’enjeu pour la recherche semblait alors de (re)penser pourquoi et comment le fait touristique, tout en devenant de plus en plus central dans les modes de vie, les économies et les territoires paraissait se fragmenter en niches et modèles sectoriels, alors que dans le même mouvement il semblait paradoxalement aussi se diluer, se dissoudre et se dérober en tant que porteur de spatialité, de sociabilité et de temporalité spécifiques, voire même en tant qu’objet d’étude à part entière. Ceci en raisonnant en termes de mouvement d’ensemble sans négliger pour autant la diversité des formes et des forces qui animent le champ récréatif, ni la relation sans cesse à l’œuvre entre permanence et changement.

  • 4 Montée des critiques voire de l’anti-tourisme, banalisation des conflits dans les lieux et organisa (...)

3Une des nombreuses questions auxquelles cette démarche se confrontait consistait à faire tenir ensemble ce qui pouvait être retenu comme facteurs, indicateurs et indices des changements hétérogènes observés dans le statut du tourisme, ses pratiques et ses espace-temps, aussi bien au regard d’une évolution sociétale globale que d’une évolution sectorielle : migrations d’agrément et nouvelles pratiques résidentielles, remise en cause de l’utopie et de l’uchronie touristiques4, recherche de continuités entre pratiques de vacances et pratiques quotidiennes, touristification des lieux ordinaires, néo-situationnisme récréatif et voyage expérimental, nouveaux rapports ville-nature, dépassement de la logique d’unité de temps, de lieux et d’action incarnée par le modèle de référence de la station, remise en mouvement du tourisme par les pratiques d’itinérances, montée des enjeux de responsabilité environnementale, sociale et éthique, “ crise identitaire » du touriste… Autant de facteurs propices à une inventivité féconde (exploration urbaine, tourisme utile, participatif, créatif…) jusqu’à déborder ou inverser les cadres, les normes et les codes (géo)culturels construits par et pour le tourisme au point d’inviter à penser en termes d’alternative au tourisme plus encore que de tourismes alternatifs. La solution retenue, qui a conduit à la proposition de la notion d’après-tourisme, a pris la forme d’une grille de lecture spéculative qui tentait de donner du sens aux déclinaisons et avatars du fait touristique dans les sociétés contemporaines.

4La construction de cette grille de lecture s’est appuyée sur un point de référence prenant le risque –au prix de raccourcis expéditifs– de considérer le tourisme au sens littéral, né avec la modernité, comme porteur d’une logique interne dans laquelle les notions d’accès à un “ ailleurs » en rupture avec l’” ici » quotidien, de séjour et/ou découverte et de visite sont centrales, à la fois nécessaires et suffisantes à la conception de l’expérience touristique ; ce qui en ferait en quelque sorte un tourisme au premier degré. Le moteur d’intervention politique et socio-économique correspondant au développement et à l’accompagnement de ce tourisme s’inscrirait dans une logique de planification et d’aménagement d’espaces ad hoc fortement polarisés et polarisants, dont le haut-lieu patrimonial (monument, grand site naturel) et la station seraient emblématiques.

5Sur la base de ce référentiel initial, l’après-tourisme a été élaboré comme une notion composite destinée à mettre en évidence et à articuler entre elles trois modalités mutantes du tourisme moderne, en référence à divers travaux de sciences sociales :

6Le post-tourisme, caractéristique de la post-modernité (Urry, 2002 ; Uriely, 1997 ; Feifer, 1985), peut être défini à partir d’une logique interne de jeu, de posture oblique et de transgression ludique (se) jouant de l’artifice, de l’inauthenticité et du pastiche assumés, du choc des contraires, voire de la provocation et même du cynisme. Dans ce tourisme au second degré, le principal facteur d’attraction ne serait plus seulement d’ordre géographique, paysager ou patrimonial, mais surtout centré sur la sensation et l’expérience offertes par des évènements, des spectacles, des fêtes, ou par des expérimentations récréatives débridées et hybridées, dans lesquelles le marketing de la nouveauté et l’animation joueraient un rôle central. Le parc de loisir, la scénarisation et le spectacle, l’évènement, le “ spot » insolite et l’éphémère en seraient caractéristiques sur un mode spatio-temporel qui s’apparenterait à celui de l’enclave ;

7L’hyper-tourisme, pensé à partir de la notion d’hypermodernité, constitue une exacerbation technologique, géographique et culturelle du sens et des formes du tourisme poussées à leur paroxysme, voire à leur saturation en termes de consommation ostentatoire, de défoulement et de transgression du sens commun. Porté par une surenchère en termes de mobilité, de high-tech et de luxe sur le mode du “ plus loin, plus haut, plus fort, plus cher », il accentuerait l’utopie de l’insularité et de l’altérité touristique à grand renfort de sur-aménagements et services de prestige, d’équipements ultrasophistiqués et d’évènements surdimensionnés portés par une rationalité essentiellement instrumentale (“ comment ? ») dans une logique souvent élitiste qui peut aller jusqu’à l’extraterritorialité : nouvelles croisières, tourisme spatial, palaces sur-étoilés, centres commerciaux ou récréatifs géants…

8Le trans-tourisme, écho d’une transmodernité hypothétique (Ateljevic, 2008 ; Corneloup, 2010) constitue quant à lui un “ au-delà » du tourisme, porté par un dépassement des frontières et des catégories habituelles visant l’exploration d’altérités négligées ou refoulées. Ce tourisme au troisième degré, volontiers normatif et inscrit dans une rationalité finalisée (“ pour quoi ? »), renverrait à des pratiques et représentations de la récréation marquées par un volontarisme éthique (social, environnemental, économique) et une recherche de cohérence existentielle, basées sur le (mé)tissage de l’univers récréatif avec la vie quotidienne, l’agriculture, le patrimoine, l’art(isanat), l’éducation, le développement personnel et même la spiritualité. Porté par une logique de collectifs et de territoires apprenants, il s’inscrirait dans un dialogue entre quotidienneté et tourisme, registres amateur et professionnel, lieux ordinaires et touristiques, tout en étant marqué par une grande diversité de pratiques oscillant entre proximités et itinérances au long cours, entre frugalité, esthétisation et militantisme.

9D’emblée il a fallu souligner qu’une telle ébauche classificatoire pêchait bien entendu par un caractère forcément réducteur et de nombreuses limites, qu’il s’agisse d’en valider empiriquement les variables ou d’en gérer les recoupements et ambivalences. J’ai également insisté sur le fait que c’est bien une cohabitation –avec des variations dans l’espace et le temps– entre ces formes et forces actives dans le champ touristique qui devrait être envisagée. Moyennant ces précautions, l’objectif était bien de contribuer à ouvrir, inciter, provoquer, conforter l’intérêt pour une approche renouvelée d’un fait récréatif qui ne cesse d’être, comme tout au long de son histoire, engagé dans de multiples processus de mutation des pratiques, de recomposition du rapport à l’ailleurs et de transition sociétale.

1. Un “ voyage en zigzag »

10Le cheminement conduisant à la formulation d’une approche en termes d’après-tourisme peut être décrit à la charnière d’un parcours individuel et collectif, et d’une itération entre des centres d’intérêt thématiques et généralistes. Sa relecture succincte permet de dégager les (res)sources et matériaux qui en ont été les ferments.

1.1. Au risque d’une introspection individuelle

11En tant qu’enseignant-chercheur, mon profil est celui d’un thématicien très marqué par des orientations sectorielles dans le domaine du tourisme et des sports de montagne. De ma thèse sur la territorialité des guides de haute montagne en France à mon diplôme d’habilitation à diriger des recherches sur le rapport à l’ailleurs dans les sociétés urbaines contemporaines, en passant par la quasi-totalité de mon corpus de travaux et publications, ce tropisme thématique est constant, même s’il n’est pas exempt de fugues ponctuelles motivées par des curiosités comme la musique (Bourdeau, 2009 ; Canova, Bourdeau et Soubeyran, 2014). Au-delà des variations thématiques et chronologiques quant aux sujets et terrains investis, cette pratique personnelle de la géographie peut être décrite comme privilégiant des approches culturelles, cherchant à mobiliser des objets -relativement- inédits ou interstitiels, et encline à des approches critiques vis-à-vis des rationalités de la mondialisation libérale.

12Ensemble ou séparément, à l’échelle des dix dernières années, ces attentions et attractions m’ont porté vers des sujets comme la décroissance touristique (Bourdeau et Berthelot, 2008) et la dépolitisation du tourisme (Bourdeau, 2013d), les migrations d’agrément (Bourdeau, 2009 ; Bourdeau, 2013c ; Martin, Bourdeau et Daller, 2013), les dissidences, contre-cultures et hétérotopies récréatives (Bourdeau et Lebreton, 2013 ; Evrard et Bourdeau, 2015), les itinérances récréatives (Corneloup et Bourdeau, 2008), les processus d’entre-deux et de transition (Bourdeau, Corneloup et Mao, 2011 ; Bourdeau, 2016), l’impact du changement climatique sur le tourisme (Bourdeau, 2009f et 2017), les processus créatifs à l’échelle des territoires et des métiers touristiques (Bourdeau, 2011 ; Corneloup et Bourdeau, 2016) ou encore la réinvention du tourisme par ses périphéries (Bourdeau, 2012).

13Ces orientations de travail sont nourries d’une lecture assidue de la littérature réflexive et critique sur tourisme (notamment Burgelin, 1967 ; Laurent, 1973 ; Cazes, 1967, 1992 ; Krippendorf, 1987 ; Hillali, 2003 ; Fennell, 2006 ; Caire et le Masne 2007 ; Cousin, 2007 ; Tribe2009), et de dialogues avec des auteurs comme Franck Michel (2003) et Rodolphe Christin (2008), dont la production intellectuelle est incontournable même si elle s’opère désormais en dehors du champ académique. En complément de cette littérature à portée dysphorique (Vergopoulos, 2006), la production croissante des sciences sociales sur les questions de créativité et d’innovation s’est imposée comme un contrepoint fort utile pour penser l’émergence de modèles de développement alternatifs au-delà des bilans critiques. Sans trop surenchérir de références, citons encore sur ce registre De Certeau (1990), Boltanski et Chiapello (1999), Alter (2000), Jambes (2003) ainsi que Klein et Harrison (2007).

14Au regard de ce profil et de cette trajectoire dépeinte à grands traits, la formulation d’une approche en termes d’après-tourisme s’est nourrie d’un double projet : d’abord monter en généralité pour dépasser les écueils d’une surspécialisation thématique, et ensuite élaborer une grille de lecture la moins normative possible des mutations du fait touristique afin de dépasser un tropisme critique porteur d’enfermement et de “ facilité ». Cette entreprise s’est élaborée dans un triple creuset d’ordre pédagogique, professionnel et académique.

15Les activités pédagogiques exercées dans différentes filières de formation universitaires (Licence, IUP aménagement et développement territorial puis master Sciences des territoires) ont tout d’abord joué un rôle central et constant de par l’exigence d’exploration, d’élaboration, de mise en perspective, de transmission et de neutralité axiologique qu’elles impliquent. C’est bien souvent à l’occasion de cours et travaux dirigés, de séminaires et de table rondes (exemples : le tourisme après le pétrole, la néo-patrimonialisation des lieux touristiques, le tourisme des lieux ordinaires, les laboratoires récréatifs, la question des valeurs dans le tourisme…), comme dans le cadre d’ateliers encadrés sur le terrain que je pratique assidûment(exemples : le tourisme transmoderne dans le Vercors, le tourisme des interstices au Pays des Écrins5) que des liens se tentent, que des intuitions se font jour, qu’une terminologie s’ébauche, que des matériaux empiriques se consolident, et au final que des notions s’affinent en interaction avec les interrogations des étudiant.e.s, sans oublier leurs propres trouvailles souvent inspirées et inspirantes.

16De façon très complémentaire aux actions pédagogiques, des échanges réguliers avec des acteurs et opérateurs de terrain (élus locaux, agents de développement, consultants, professionnels du tourisme…) et de fréquentes interventions dans des table rondes et réunions destinées à des socioprofessionnels constituent de très stimulantes incitations à synthétiser, proposer des catégories de pensée efficientes ou imager un propos pour le rendre plus accessible. Un investissement au long cours sur un certain nombre de ces terrains crée les conditions d’un dialogue de fond avec des interlocuteurs en prise avec le réel, pour lesquels le passage de la pure empirie à la conceptualisation peut paradoxalement s’avérer très fluide : dans les années 2006-2008, je me souviens ainsi de discussions passionnées sur la notion de migrations d’agrément avec les élus et agents de développement de l’Argentière-la-Bessée (Hautes-Alpes), en parallèle avec les échanges universitaires conduits avec Laurence Moss et Manfred Perlik en vue de l’importation en Europe de l’idée d’Amenity migration et de sa traduction française.

17La troisième composante de cette démarche est plus académique, et le pivot en est le travail réalisé dans le cadre du diplôme d’habilitation à diriger des recherches, soutenu en 2004, qui a pleinement joué pour moi son rôle de montée en généralité, de (re)construction de cohérence dans les orientations de recherche, d’approfondissement des liens entre empirie et théorie, et de consolidation de sources intellectuelles en géographie et en sciences sociales. Dédiée aux “ Territoires du hors-quotidien ; une géographie culturelle du rapport à l’ailleurs dans les sociétés urbaines contemporaines » à partir du cas du tourisme sportif de montagne et de nature, cette entreprise m’a permis de formaliser et de discuter un ensemble de liens et liants géoculturels et géohistoriques. Si l’idée d’après-tourisme n’est pas explicite dans ce travail, elle apparait en germe dans le développement d’approches en termes de trajectoires, de recompositions, de réagencements et reconfigurations, ceci aussi bien à l’échelle de lieux, de pratiques et valeurs culturelles. Avec à la clé une attention accentuée vis-à-vis des processus d’articulation entre le social et le spatial, des discontinuités spatio-temporelles et de l’affirmation croissante de questions éthiques, environnementales et politiques. A cette occasion, en interrogeant la montée des entre-deux d’ordre spatiaux (lieux émetteurs-récepteurs, touristiques-non-touristiques, artificiels-naturels, aménagés- sauvages), d’ordre temporels (quotidien-hors-quotidien) et sociaux (travail-loisir), j’ai pu approfondir l’apport et les limites de grilles de lectures en termes de régimes économiques (fordisme-post-fordisme) et de régimes d’historicité (modernité-post-modernité), de manière concomitante au débat assez tardif autour du postmodernisme en géographie (Chivallon, 2004).

1.2. Un ferment collectif déterminant

  • 6 Revue pluridisciplinaire de recherche en sciences sociales sur les pratiques récréatives en nature (...)
  • 7 Écologie Corporelle dans les Activités Physiques, Adaptées et Sportives.

18Comme le montre une part substantielle des publications évoquées pour retracer le parcours de recherche esquissé précédemment, la dimension collective est constante. Elle implique plusieurs registres d’implication dans des équipes et groupes de recherche pluri et interdisciplinaires. Depuis la fin des années 1990 le noyau dur de cette dynamique est le collectif scientifique constitué au sein de l’UMR PACTE avec Jean Corneloup (STAPS) et Pascal Mao (géographie). Il constitue à plusieurs titres un socle central dans toutes les étapes et orientations de mon activité de chercheur depuis 20 ans, en premier lieu pour une stimulation intellectuelle permanente dans la construction systématique de grilles d’intelligibilité de processus socio-spatiaux et culturels : “ formes de développement », gradient “ indoor-aroundoor-outdoor-wildoor/underdoor » (Bourdeau, Corneloup, Mao, Boutroy, 2004 ; Mao, Corneloup, Bourdeau, 2004 ; 2013) ; transmodernité récréative (Corneloup, 2009), etc. Outre la mise en œuvre de programmes coordonnés de recherche impliquant des étudiants, des doctorants et des collègues, notre collectif a beaucoup investi dans l’animation du champ de recherche sur les pratiques récréatives de montagne et de nature, d’abord dans le cadre du réseau Sportsnature.org, aujourd’hui éditeur de la revue Nature et Récréation6, puis dans le cadre du GDRI ECAPAS7 animé par le philosophe Bernard Andrieux. Depuis 2000, 25 séminaires et colloques ont été organisés dans ce cadre souple et agile, en majorité sur le site du Pradel en Ardèche qui est notre “ camp de base »et fait figure de lieu propice à une “ science conviviale », y compris pour inviter des chercheurs internationaux. Ce contexte va de pair avec l’ensemble des échanges intellectuels qui se tissent dans le cadre de l’encadrement de thèses, parmi lesquelles celles de Libéra Berthelot (2012) sur les Itinérances récréatives et de Niels Martin (2013) sur les migrations d’agrément sont des étapes d’autant plus marquantes qu’elles se sont attachées à l’application théorique et empirique de la perspective de l’après-tourisme.

  • 8 S’il n’est plus porté par un réseau d’universités, ce master 2 existe toujours au sein de l’Univers (...)

19Une autre source d’émulation décisive dans les années 2003-2007 a été le développement du Réseau interdisciplinaire et interrégional en tourisme (R2IT) à l’échelle du Grand-sud-est –et un peu au-delà. La vitalité des échanges suscités lors de séminaires et colloques réguliers sur les enjeux de connaissance et d’intelligence collective dans le champ du tourisme, entre autres aux côtés de Pierre Vitte, Philippe Bachimon, Liliane Bensahel, Isabelle Lefort, Isabelle Frochot, Rachid Amirou, Charles Pigeassou, Jean-Michel Dewailly, Christophe Gauchon, Véronique Peyrache-Gadeau, Emmanuelle Marcelpoil, Hugues François et Vincent Vlès, a été d’une très grande richesse dans l’incitation à élaborer des mises en perspective épistémologiques et des grilles de lecture conceptuelles à la croisée des sciences sociales représentées au sein du réseau : histoire, géographie, urbanisme, STAPS, droit, économie, sociologie, sciences de gestion, etc. Le travail de conception du Master 2 en réseau “ Tourisme durable et dynamiques territoriales » entre les universités de Clermont-Ferrand, Avignon, Lyon, Chambéry et Grenoble a été une étape marquante de cette dynamique, d’autant que lors de sa création en 2006, c’est à Grenoble que le master TDDT8 s’est installé, et que j’ai été amené à en prendre la direction à la suite de Pierre Vitte, alors nommé à la tête de l’Université Franco-italienne. Il est à noter qu’en parallèle au réseau R2IT, le GRIL Tourisme porté par la Maison des Sciences de l’Homme-Alpes et co-animé par Liliane Bensahel et Jean-Pierre Mounet a joué à l’échelle locale un rôle très complémentaire de rencontres entre les chercheurs grenoblois et chambériens, en mettant en discussion lors de séminaires réguliers des questions comme les nouvelles résidentialités (2006) ou la décroissance touristique (2007). Ce sont ces chercheurs, épaulés par des collègues lyonnais et palois, qui ont porté l’organisation en mai 2009 du colloque Fin( ?) et confins du tourisme –titre très inspiré trouvé par Philippe Bachimon– qui a indéniablement constitué un point d’orgue de notre réflexion collective.

20Enfin, au chapitre des contributions collectives à la formulation de l’approche après-touristique, je ne saurai négliger ce que je dois aux encouragements reçus d’Axel Borsdorf et Roland Psenner, alors respectivement responsables des départements de géographie et d’écologie à l’Université d’Innsbruck. Entre 2006 et 2011 ces deux collègues m’ont régulièrement accueilli comme conférencier dans des séminaires internes et colloques internationaux en Autriche et en Italie, m’offrant des opportunités de publications (Bourdeau 2008 ; 2009f ; 3013c), et surtout m’incitant à mener à bien des formulations conceptuelles non normatives en termes de post-tourism.

1.3. Un colloque pour déclencheur

21Si l’environnement décrit dans ce qui précède rend compte des conditions de” fermentation »progressive de la notion d’après-tourisme, le creuset dans lequel son explicitation va s’opérer est bien la préparation, le déroulement et surtout la suite du colloque "Fin( ?) et confins du tourisme" de 2009. Après vérification des différentes versions de mes contributions orales et écrites préparatoires ou consécutives au colloque –appel à communication, introduction, bilan scientifique, chapitre introductif de l’ouvrage publié ensuite (François, Bourdeau, Bensahel (Dir.), 2009) –, il apparaît bien que celui-ci jouera un rôle de déclencheur à plusieurs titres.

  • 9 Appel à communications du colloque Fin(?) et confins du tourisme, 26-27 mai 2009, Grenoble.

22Alors que le propos du colloque était clairement orienté dans une perspective critique, proposée comme “ paradoxale au sens de proposition allant à l’encontre de la doxa dominante, et visant à accentuer la lecture des contradictions, tensions et conflits d’ordre éthique, axiologique et idéologique entre les pratiques et les modèles qui animent le champ du tourisme »9, le travail d’élaboration auquel je m’attacherai ensuite consistera justement à prendre de la distance vis-à-vis d’un propos qui serait trop marqué sur le plan critique, afin de tenir compte de la pluralité et de la coexistence des idéologies, cultures et rationalités à l’œuvre dans le champ récréatif. Ce que j’ai finalement retenu de notre positionnement initial était par contre l’intérêt heuristique d’un raisonnement en termes de mutations, de discontinuités et de tensions dans l’évolution des pratiques et des modèles culturels et organisationnels du tourisme.

23La terminologie que nous avons collectivement mobilisée lors du colloque reposait sur la notion de post-tourisme –au sens de tourisme post-moderne, notamment en référence aux écrits de John Urry et de ses émules–, comme en témoigne la communication marquante d’Alain Girard “ Faut-il raccorder une théorie générale de la post-modernité à une théorie à moyenne portée du post-tourisme ? » (Girard, 2013). Ce sont les communications, échanges et discussions pendant et après le colloque qui m’ont conduit à reformuler une approche en termes d’après-tourisme, d’une part pour tenter d’éviter l’écueil polysémique des deux acceptions de “ post-tourisme » au sens de transition résidentielle des destinations et de tourisme post-moderne, et d’autre part pour articuler dans une grille de lecture commune la pluralité des régimes touristiques actifs dans les sociétés contemporaines. Dans la version initiale de cette grille initiale datée de 2009, ces régimes étaient au nombre de trois : tourisme, post-tourisme, trans-tourisme, respectivement référés aux paradigmes de la modernité, de la postmodernité et de la transmodernité. C’est à l’initiative de Jean Corneloup, dans les années 2002-2003, que nous que nous avons commencé à travailler sur cette caractérisation de courants socioculturels aptes à décrire les mutations des sports de montagne et de nature. Après que nous ayons pendant plusieurs années analysé le mouvement des cultures sportives sous l’angle d’une tension duale entre modernité et postmodernité, Jean Corneloup a progressivement introduit un tiers mouvement culturel en cours d’affirmation, qu’il a d’abord désigné comme “ éco-culture » avant de s’emparer de l’idée de transmodernité, alors très peu mobilisée en Europe. Nos premières ébauches d’application datent notamment de 2005, à l’occasion de conférences au Congrès mondial du tourisme de neige d’Andorre, afin de rendre compte de la dynamique d’évolution des sports d’hiver depuis le début des années 1980. Ce propos était illustré par des images publicitaires, non seulement pour rendre sa communication moins aride devant un public largement constitué d’experts et acteurs non académiques, mais aussi dans la mesure où je venais de terminer une recherche sur les représentations de la nature dans le discours publicitaire sur le matériel et les vêtements de sports de montagne (Bourdeau, 2005) qui m’avait conduit à constituer des corpus d’images dont l’analyse s’est révélée féconde. A la suite et en parallèle de l’approfondissement de la notion de transmodernité récréative par Jean Corneloup (2009, 2011, 2012) c’est en 2011, en finalisant la rédaction du chapitre d’ouvrage postérieur au colloque Fin( ?) et confins du tourisme que j’ai introduit le quatrième régime de l’” hypertourisme », ceci dans la mesure où cette forme jusque-là moins active –ou que nous avions négligée– semblait devoir être désormais prise en compte au vu de son renforcement patent dans la dynamique touristique et récréative.

2. Chantier en cours : de la réception des travaux au second œuvre

  • 10 Ces « précautions d’emploi » représentent près de 10 % du volume du chapitre introductif de l’ouvra (...)

24La proposition de l’après-tourisme a été assortie dès le départ de précautions et nuances qui visaient à en souligner le caractère partiel et évolutif, et à en pondérer une lecture univoque ou hégémonique10. En la posant d’emblée comme “ grille de lecture imparfaite et temporaire » (Bourdeau, 2013a), j’ai insisté sur ses limites et son caractère non exhaustif pour appréhender et comprendre les dynamiques à l’œuvre dans le champ touristique. Il s’agissait notamment d’assortir une entrée privilégiant les mutations et transformations par une prise en compte des permanences et renouvellements. Et en postulant la pluralité des modes et grilles de lecture envisageables en fonction des entrées disciplinaires et des champs retenus, j’ai également pris soin de préciser que son “ objectif n’était pas de créer une doctrine, une école de pensée ou une prophétie du tourisme.

25On retrouve dans ces circonspections initiales l’idée d’une “ théorie à moyenne portée »sur le mode proposé par Robert K. Merton (Saint-Martin, 2013), c’est-à-dire se limitant volontairement à un angle de questionnement plutôt que de viser des explications totalisantes. Une démarche qu’Alain Girard a justement interrogée fort à propos dans sa contribution orale et écrite (Girard, 2013) à notre réflexion sur Fin ( ?) et confins du tourisme.

26Enfin il peut être utile de préciser que s’agissant d’un chantier conceptuel, comme le rappelait Liliane Bensahel dans l’avant-propos de l’ouvrage (Bensahel, 2013) j’ai toujours considéré et évoqué l’après-tourisme comme notion ou préconcept –au sens de Piaget– plutôt que “ concept ». L’idée de “ dispositif interprétatif » conviendrait également pour caractériser cet état d’esprit cohérent avec l’expression anglophone de work in progress. Ce luxe de précautions n’a pas pour autant suffit à prévenir et surmonter des interrogations, objections et malentendus, qui se sont essentiellement manifestées de façon verbale dans des échanges lors de colloques et séminaires.

27Le premier écueil auquel la proposition d’après-tourisme s’est mesurée est une réticence fréquente des chercheurs en sciences sociales vis-à-vis de tout ce qui peut s’apparenter à une proposition classificatoire perçue comme porteuse d’un risque de catégorisation totalisante. Cette réserve s’accompagne de méfiance vis-à-vis de concepts et catégories peu discutés au sein de la communauté scientifiques, ou mis en avant par un nombre restreint de chercheurs. A cet égard la manière dont l’après-tourisme prend appui sur de grands paradigmes empruntés à des auteurs peu connus, aux contours peu assurés et aux dénominations quelque peu “ exotiques » a de quoi rendre perplexe, voire susciter un soupçon d’inutile surenchère intellectuelle. Si “ nous n’avons jamais été modernes » selon la formule de Bruno Latour, il existe malgré tout un certain consensus sur la notion de modernité qui permet d’en partager une compréhension commune. Il est en peu ou prou de même avec l’idée de postmodernité, largement appropriée –non sans controverses– par les sciences sociales au cours des 30 dernières années. Par contre il n’existe pas de consensus pour désigner les avatars tardifs de la modernité, et plusieurs notions plus ou moins concurrentes ont été forgées et utilisées par différents auteurs : citons de manière non exhaustive la surmodernité (Augé, 1992), l’ultramodernité (Giddens, 1994), la modernité tardive ou liquide (Baumann, 2000) ou encore la “ modernité réflexive ou modernité seconde » (Beck, 2001).

28Dans ce champ sémantique et épistémologique peu consolidé où se positionnent de grands figures de la pensée, les notions de transmodernité et d’hypermodernité pêchent par défaut de développement, de reconnaissance et de discussion, ce qui en rend l’usage délicat et toujours à justifier, a fortiori quant à leur application dans le domaine récréatif. Cette relative confidentialité concerne au premier chef l’idée de transmodernité, essentiellement référée aux publications d’Enrique Dussel (1992) et de Raoul Grosfoguel (2005). Philosophe argentin exilé au Mexique, membre du groupe latino-américain “ modernité-colonialité » porteur d’une pensée critique située, élaborée à partir de la notion de pensée frontalière (Border thinking), Dussel est un penseur peu connu et traduit en France. Il assigne à la transmodernité une fonction de “ projet utopique décolonisateur (…) où l’altérité niée des cultures subalternes se réalise », en la positionnant à la fois comme un “ au-delà de la modernité incorporant son caractère émancipateur » et comme critique du “ nihilisme post-moderne » entaché d’eurocentrisme (Dussel, 1992).

29L’application au tourisme de cette construction théorique dispersée dans de nombreux écrits publiés en 6 langues reste limitée à un très petit nombre de chercheurs (Ateljevic2008, Corneloup, 2010). Elle recèle une capacité heuristique et explicative particulièrement stimulante, notamment illustrée par la thèse de Chiara Kirschner sur “ le projet transmoderne dans les itinérances récréatives » (Kirschner, 2017). Plus largement, l’apport de l’hypothèse transmoderne au sens de Dussell réside dans la ré-interrogation de la dimension politique du tourisme et dans sa ré-articulation avec des enjeux culturels, qui peut être illustrée par trois dimensions possibles : tout d’abord l’affirmation d’un au-delà du tourisme par le dépassement de frontières et catégories et un ensemble de métissages entre le registre récréatif et d’autres formes de relations au monde (travail, art, citoyenneté, engagements et solidarités, développement personnel, spiritualité, habiter, santé) ; ensuite l’affirmation de valeurs, réflexivité et choix volontaristes dans le domaine de l’environnement, de l’éthique, de l’économie et de la culture ; enfin une primauté éthique y compris dans une autorégulation en termes de relation au modèle de réussite économique.

30Tout en restant peu mobilisée, la notion d’hypermodernité est beaucoup plus visible dans le champ des sciences sociales. Elle a d’abord été diffusée en France par les publications parallèles de Gilles Lipovestky (2004, 2006) et de Nicole Aubert (2004) avant d’être amplifiée plus récemment par des développements consacrés entre autres au monde urbain (Lussault, 2017), mais aussi au champ du voyage (Jauréguibéry et Lachance, 2016). A des degrés divers, pour l’ensemble de ces auteurs, l’hypermodernité est profondément duale et paradoxale, à la fois radicalisation de la modernité mais aussi porteuse de réflexivité exacerbée. Dans l’acception qui se dégage de ces écrits, l’hypermodernité se situe peu ou prou sur le même plan que les notions de “ modernité tardive » ou “ surmodernité ». A ce titre, elle englobe la dualité ce que nous distinguons quant à nous entre “ hypermodernité » –au sens d’exacerbation de la modernité– et “ transmodernité ».

31Les autres sources d’étonnement, d’incompréhension et de discussion qui se sont fait jour au fil des réactions et échanges avec des collègues, étudiants et interlocuteurs professionnels et institutionnels portent sur plusieurs questions et objections appelant souvent des précisions et des nuances.

32La distinction entre post-tourisme au sens de transition et de reconversion résidentielle des stations et régions touristiques, et post-tourisme au sens de tourisme post-moderne s’énonce assez simplement, mais se double d’un impératif de différenciation entre “ post » et “ après », ce qui nécessite des rappels systématiques et qui n’est ni très fluide, ni très heureux, quand on veut éviter d’être trop abscons. La réception qui en est faite n’échappe pas à une certaine ambiguïté, et ce d’autant qu’une publication à laquelle j’ai contribué peut laisser supposer un usage incertain de ces notions11. Cet écueil interfère d’autant plus avec un objectif de clarté sémantique que l’après-tourisme apparait au premier abord comme une banale traduction depuis la langue anglaise. Ce problème est réversible quand il s’agit d’exprimer en anglais l’idée d’après-tourisme, et si cela n’a pas toujours été le cas j’utilise désormais le terme d’after-tourism.

33Une autre chausse-trappe récurrente repose sur une interprétation excessivement séquentielle des “ formes » constitutives de l’après-tourisme. Je suis donc régulièrement amené à rappeler que la grille de lecture proposée n’est pas (qu’)une succession linéaire de moments ou d’étapes d’une trajectoire culturelle et organisationnelle, et que les régimes de l’après-tourisme, même s’ils sont inscrits dans une temporalité qui peut être bornée moyennant des recouvrements, coexistent comme forces actives non seulement entre eux, mais aussi avec le tourisme moderne. De plus dans le contexte du colloque grenoblois de 2009 et de différentes publications concomitantes issues du colloque “ End of tourism ? » de 2005 à Brighton (Burns, Bibbings, 2009 ; Gale, 2009) l’après-tourisme est fréquemment interprété comme une eschatologie ou une collapsologie. Alors que l’après-tourisme n’est en rien la “ fin » du tourisme, mais plutôt celle de l’idée que nous faisons de lui, y compris au regard de questions qui nous ne nous posions plus à son sujet.

34Au-delà de ces écueils, la grille de lecture très ouverte de l’après-tourisme se prête à la mise en perspective en continu des dynamiques qui actualisent le fait récréatif dans sa relation à l’ailleurs : renforcement de la centralité et de la diffraction du tourisme dans les modes de vie via l’émergence de références en termes d’art de vivre et d’habiter ; porosité croissante des frontières entre tourisme et développement / épanouissement personnel (transformation tourism) ; exacerbation de phénomènes critiques comme le changement climatique, l’après-pétrole, ou politisation croissante des questions relatives au tourisme (tensions, controverses, Zones à défendre / ZAD) ; relance de recherche de justifications à l’acte de voyager comme le tourisme scientifique ; multiplication de formes dysphoriques de tourisme (last chance tourism, dooms day tourism, darktourism) ; fragmentation des pratiques en niches (infra)touristiques… Autant de prémisses, indicateurs et indices d’après-tourisme qui s’amplifient et invitent à des lectures de plus en plus en plus abordées en termes de sortie des sentiers battus (Delaplace, Gravari-Barbas, 2016) ou d’expérience (Frochot, Batat, 2013 ; Decroly, 2015 ; Bachimon, Decroly, Knafou, 2016).

35Le chantier empirique destiné à appliquer et étoffer l’opérationnalité de la grille de lecture de l’après-tourisme se poursuit et nous a notamment permis de retravailler le lien entre changement culturel et effets générationnels dans les métiers sportifs de la montagne à la lumière de la diffusion du paradigme transmoderne (Corneloup et Bourdeau, 2001 et 2015). Ce travail se poursuit pour comprendre comment la force de l’imaginaire hypermoderne dans le tourisme contemporain intervient dans le processus de transition en exacerbant des débats qui sont autant de facteurs de révélation et de dramatisation de paradigmes en interaction. De fait une tension très active entre régimes transmoderne et hypermoderne se donne à voir dans la conception et l’appropriation de la pratique récréative, aussi bien à l’échelle de la demande que de l’offre : quête d’harmonie apaisée ou surenchère expérientielle ? Mode contemplatif ou sur-actif ? Immersion dans la nature ou séances de shopping et parcs d’attraction ? Naturalité ou solutions aménagistes clé en main ? Bricolages intimistes ou grands équipements de prestige ? Fêtes patrimoniales et culturelles ou clubbing débridé ? Convivialité familiale et amicale ou orgie collective ? Médiations humaines ou tout numérique ? Digital detox ou Wifi et 4 G partout ? Eau “ douce » (lacs pratiqués en stand paddle, kite-surf, kayak, voile, etc.) ou eau “ dure (hors-bord, off-shore, jet-ski, ski-nautique) ?

36Bien sûr, ces jeux d’oppositions n’ont rien d’exclusifs, mais ils sont porteurs d’univers culturels et de valeurs en tension qui sous-tendent de multiples injonctions contradictoires : accélérer ou ralentir ? Innovation ou précaution ? Bigger is better ou small is beautiful ? Croissance ou décroissance ? Démesure ou mesure ? Hyperconnexion ou déconnexion ? Plus loin ou plus près ? Prométhé ou Icare ? Se dessinent alors les contours d’un dilemme aussi structurant qu’indécidable à l’échelle des sociétés contemporaines, entre ce que certains auteurs désignent comme norme “ consumériste » et norme “ pro-environnementale » (Bourg et al., 2016). C’est bien une cohabitation entre ces formes et forces actives qui doit être envisagée afin de saisir la dynamique de transformation à l’œuvre. En cela le dissensus entre régimes hypertouristique et transtouristique fait figure de moteur transitionnel quand bien même il produit un cheminement turbulent, alors que le tourisme est désormais identifié comme un des (f)acteurs de l’anthropocène (Steffen et al., 2015).

L’après-tourisme, et après ?

37Conformément aux indications des coordonnateurs de ce numéro, ce texte cherche à rendre compte de façon réflexive d’une relecture de la genèse, des étapes, de la réception et des évolutions de la proposition de la notion d’après-tourisme au cours des dix dernières années. Conduite de façon ouverte et introspective cette démarche s’est efforcée d’éviter le double écueil de l’autobiographie et de l’autocensure. Elle est avant tout une invitation à de nouveaux échanges, discussions et critiques constructives. La grille de lecture de l’après-tourisme, qui se revendique toujours aussi imparfaite et provisoire, n’avait d’autre objectif que de chercher à travailler à une intelligibilité du dérangement des catégories de pensée habituelles du fait touristique-récréatif. Le point pivot de son explicitation à la charnière des années 2000/2010 s’inscrit dans un mouvement intellectuel porté par une série de colloques et publications en sciences sociales nourris de la conviction d’une profonde mutation des pratiques et du statut même du tourisme. Plus de 20 occurrences du terme “ dépassement » figurent ainsi dans le texte introductif de l’ouvrage publié à la suite du colloque "Fin ( ?) et confins du tourisme". Loin d’une démarche totalisante comme d’un relativisme, l’idée d’après-tourisme a cherché à souligner la pluralité des sens et rationalités possibles pour aborder cette étape interprétative, en s’efforçant de situer et de représenter les forces agissantes au sein du champ récréatif, y compris par leurs points de tension et d’articulation.

38Au fil de la présente relecture, la grille de l’après-tourisme apparaît ancrée dans des orientations de recherche personnelles –focalisées d’une part sur la recomposition des relations entre l’Ici et l’Ailleurs, et d’autre part sur l’apport heuristique des situations et pratiques “ critiques » –entre autres au sens de situations de crise. Elle est aussi abondement nourrie par l’engagement au sein d’une équipe de travail inscrit dans la durée, et d’une mise en réseau avec des collectifs positionnés à différentes échelles géographiques et temporelles. Elle procède enfin d’une itération constante entre des registres normatif et non normatif, des ancrages géographiques et thématiques et des registres plus généralistes et globaux. Sur le plan empirique, le secteur du tourisme sportif de montagne m’a fourni une matière empirique d’autant plus féconde qu’il est confronté, sur fond de changement climatique et culturel, à de drastiques adaptations aussi bien l’été que l’hiver. Dans ce cadre sectoriel, l’après-tourisme est aussi un outil de démonstration, de transmission et d’échange auprès de publics d’étudiants et d’acteurs socioprofessionnels du tourisme (élus, agents de développement, ONG…) non pas à des fins de prestation de service, mais plutôt de dialogue au long cours et de démarche collaborative. En ce sens un propos situé –au sens de la grounded theory–, à certains égards assez périphérique au champ académique et épistémologique, peut contribuer à tester et susciter des approches plus génériques.

  • 12 Y compris dans un engagement en termes de formation initiale et continue via les masters Conception (...)
  • 13 Introduit en France dès 1998 lors de la publication des travaux d’un groupe de prospective présidé (...)

39Un objectif explicite de l’après-tourisme est de prendre en charge la convergence de facteurs de recompositions du champ récréatif sans en masquer ni les permanences et contradictions, afin de rendre compte de la diversité et de l’(ant)agonisme potentiel des dynamiques repérables. En cela, son articulation avec le caractère profondément dialogique des phénomènes de transition semble opérante, même si elle reste à travailler. La transition apparaît en effet comme une réorganisation sous tension (Vlès, Bouneau, 2016), qui fait la part belle à des controverses sur les manières légitimes et pertinentes de concevoir et de construire l’avenir des (après)tourismes en anticipation et cohérence avec les facteurs culturels, climatiques, énergétiques, technologiques, économiques et politiques d’un monde en transformation. Pour notre part, nous abordons cette transition (Corneloup, Falaix, 2017 ; Corneloup, Bourdeau, Mao, 2018) comme un triple chantier conceptuel, empirique et pédagogique12. Au même titre que la notion de transition, l’omniprésence médiatique et scientifique du thème de la réinvention du tourisme13, constitue un marqueur parmi d’autres de l’arrière-plan qui porte l’approche après-touristique. Ceci alors que la profusion de pratiques et l’amplification de l’appel à l’altérité qui caractérisent les sociétés contemporaines ne masquent plus le point “ critique » auquel se place le tourisme ; ceci aux deux sens du terme, à savoir non seulement une critique faite aux pratiques, opérateurs et entités touristiques, mais aussi une criticité du secteur touristique face à des vulnérabilités climatiques, énergétiques et économiques. Face à ces enjeux, l’effervescence des pratiques transformatrices du tourisme peut notamment être appréhendé sous l’angle très productif des” laboratoires récréatifs » (Corneloup, 2016 ; Corneloup, Falaix, 2818). L’enjeu est alors de documenter en quoi, comment et où les pratiques récréatives contribuent à l’affirmation d’utopies à partir de l’expérience de modes de vie, d’habiter et de travail, de relations à l’économie, à la nature, à l’espace et au temps (Bourdeau, 2016). Là encore le terrain montagnard fournit une matière féconde : les cols et refuges, par exemple, au-delà de leur statut et fonction initiale de passage et d’étape, sont très illustratifs par les convergences de pratiques et publics dont ils font l’objet. Et même si ce constat reste encore très hypothétique, en donnant à voir des expérimentations spontanées ou/et construites de diversification et d’animation du tourisme hors-stations il assortit potentiellement la notion d’après-station (Bourdeau, 2009b) à celle d’après-tourisme. Chantier en cours.

Haut de page

Bibliographie

Publications de l’auteur sur la notion d’après-tourisme

Bourdeau, Ph., 2008, "The Alps in the Age of New Style Tourism : between Diversification and Post-Tourism ?" In Borsdorf A., Stötter J., Veuillet E. (eds.), Managing Alpine Future, Austrian Academy of Science Press, Vienna, 81-86.

Bourdeau, Ph., 2009a, "Amenity Migration as an Indicator of After-Tourism ; a Geo-cultural approach to the alpine case", In Moss, L. A. G., Glorioso, R. S., Krause A. (Eds), Understanding and Managing Amenity-led Migration in Mountain Regions, International Amenity Migration Centre et Banff Centre, Banff, 25-32.

Bourdeau, Ph., 2009b, "De l’après-ski à l’après-tourisme, une figure de transition pour les Alpes ? Réflexions à partir du cas français", Revue de géographie alpine [En ligne], 97, Consulté le 12 décembre 2009. URL : http://rga.revues.org/index1049.html

Bourdeau, Ph., 2010, "Le pas de deux ville-montagne : un laboratoire pour l’après-tourisme ?" In Gaudez F,. (Dir.), Figures de l’altérité. Comment peut-on être anthropologue aujourd’hui ?, Autour de Jean-Olivier Majastre, L’Harmattan, 243-252.

Bourdeau, Ph., 2011, "Rendez-vous dans l’après-tourisme ?", In Christin, R., Bourdeau, Ph. (Dir.), 2011, Le tourisme : émancipation ou contrôle social ? Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, 209-257.

Bourdeau, Ph., 2013a, "Interroger les mutations et recompositions en cours", In François H., Bourdeau ,Ph., Bensahel, L. (Dir.), Fin ( ?) et confins du tourisme. Interroger le statut et les pratiques de la récréation contemporaine, L’Harmattan, coll. Les idées et les théories à l’épreuve des faits, 17-39.

Bourdeau, Ph., 2013b, "Cerner les contours d’un après-tourisme", In Martin, N., Bourdeau, Ph., Daller, J.-F. (Dir.), Les migrations d’agrément : du tourisme à l’habiter, L’Harmattan coll. Tourisme et sociétés, 17-33.

Références citées

Alter, N., 2000, L’innovation ordinaire, Presses Universitaires de France, Paris.

Augé, M., 1992, Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Le Seuil,

Babou, I., Callot, Ph., 2007, Les dilemmes du tourisme, Vuibert, Paris.

Babou, I., Callot, Ph., 2012, Que serait le tourisme sans le pétrole, L’Harmattan, Paris.

Bachimon, Ph., Bourdeau Ph., Corneloup J., Bessy, O., 2014, "Du tourisme à l’après-tourisme, le tournant d’une station de moyenne montagne : St-Nizier-du-Moucherotte (Isère)", Géoconfluences. http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/les-nouvelles-dynamiques-du-tourisme-dans-le-monde/articles-scientifiques/du-tourisme-a-l-apres-tourisme

Bachimon, Ph., Decroly, J.-M., Knafou, R., 2016, "Expériences touristiques et trajectoires de vie. Rapports à la nostalgie", via@tourismreview, 10. https://journals.openedition.org/viatourism/1336

Bauman, Z., 2000, Liquid Modernity, PolityPress, Cambridge.

Bensahel, L., 2013, "Avant propos", In François, H., Bourdeau, Ph., Bensahel, L. (Dir.), Fin ( ?) et confins du tourisme. Interroger le statut et les pratiques de la récréation contemporaine. L’Harmattan, Paris, 11-15.

Boltanski, L., Chiapello, E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris.

Bourdeau, Ph., 1991, "Territoire, culture et identité. Recherches sur la territorialité d’un groupe professionnel : les guides de haute montagne en France", Revue de Géographie Alpine, collection “ Ascendances », Grenoble, 288 p.

Bourdeau, Ph., 2003, Territoires du hors-quotidien : une géographie culturelle du rapport à l’ailleurs dans les sociétés urbaines contemporaines ; le cas du tourisme sportif de montagne et de nature, Thèse d’habilitation à diriger des recherches, Université J. Fourier-Grenoble 1, Laboratoire Territoires, 267 p.

Bourdeau Ph., Corneloup J., Mao P., Boutroy E., 2004, "Les interactions entre cultures sportives de montagne et territoires : un état des lieux de la recherche française depuis 1990", Cahiers de géographie du Québec, 133, 33-46.

Bourdeau Ph., 2005, Les représentations de la nature dans le discours publicitaire sur le matériel et les vêtements de sports de montagne (1982-2002). A la recherche d’indicateurs géoculturels du rapport à l’Ailleurs dans les sociétés urbaines contemporaines, Loisir et société/ Leisure and society, vol. 28 n° 1, 31-48.

Bourdeau, Ph. (dir.), 2007, Sports d’hiver en mutation, éditions Hermès/Lavoisier, Paris, 250 p.

Bourdeau, Ph., 2008, "The Alps in the Age of New Style Tourism :between Diversification and Post-Tourism ?" In Borsdorf, A., Stötter, J., Veuillet, E. (eds.), Managing Alpine Future, Austrian Academy of Science Press, Vienna, 81-86.

Bourdeau, Ph. et Berthelot, L., 2008, "Tourisme et décroissance. De la critique à l’utopie ?", In Flipo, F., Schneider F. (Eds), Proceedings of the First international conference on Economic De-Growth for Ecological sustainability and Social Equity, Paris, 18-19, april, 78-86.

Augustin, J.-P., Bourdeau, Ph., Ravenel, L., 2008, Géographie des sports en France, Ed. Vuibert, Paris, 192 p.

Beck, U., 2001, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Ed. Aubier, Paris.

Berthelot, L., 2012, Vers un après-tourisme ? La figure de l’itinérance récréative pour repenser le tourisme de montagne. Études des pratiques et de l’expérience de l’association Grande Traversée des Alpes, Thèse de doctorat, Université de Grenoble Spécialité Sciences de l’homme, du politique et du territoire, mention Géographie.

Bourdeau, Ph., 2009c, "Les Rolling Stones en tournées", La GéoGraphie, 6 /1533, 84-87.

Bourdeau, Ph., 2009d, "Amenity Migration as an Indicator of Post-Tourism ; a Geo-cultural approach to the alpine case", In Moss, L. A. G., Glorioso, R. S., Krause, A. (Eds), Understanding and Managing Amenity-led Migration in Mountain Regions, International Amenity Migration Centre et Banff Centre, Banff, 25-32.

Bourdeau, Ph., 2009e, "Interroger l’innovation dans les Alpes à l’échelle locale", Revue de géographie alpine, 97-1. URL : http://rga.revues.org/index786.html

Bourdeau, Ph., 2009f, "Mountain Tourism in a Climate of Change", In Jandl, R., Borsdorf, A., van Miegroet, H., Lackner, R., Psenner R. (Eds.), Global Change and Sustainable Development in Mountain Regions, Alpine space - man et environment, vol. 7, Innsbruck University Press, Innsbruck, 39-52.

Bourdeau, Ph., Corneloup, J., Mao, P., 2011, "Les sports de nature comme médiateurs du “ pas de deux » ville-montagne. Une habitabilité en devenir ?", Annales de Géographie, 680(4), 449-460.

Bourdeau, Ph., 2012, "Le tourisme réinventé par ses périphéries ?", In Bourlon, F., Osorio, M., Mao, P., Gale, T. (Eds), Explorando las nuevasfronterasdelturismo. Perspectivas de la invetigacion en turismo, Nire Negro, Coyhaique, Chili.

Bourdeau, Ph., 2013c, "Visiting/living (in) the Alps : towards a tourist-residentialconvergence ?" In Varotto, M., Castiglioni, B. (eds), Whose Alps are these ?/ Di chi sono le Alpi ?, Padova University Press, Padova, 196-205.

Bourdeau, Ph., 2013d, "Là-haut sur la montagne. Résistances versus développement insoutenable", Entropia, 15, 207-216.

Bourdeau, Ph., 2016a, "L’entre-deux Grenoble Vercors : laboratoire de l’habitabilité croisée ville-montagne", In De Marco, R., Mattiucci, C. (Dir.), Territoires en débat. Discussing landscape(s) in contemporary metropolitan realities. Professional dreamers, 59-77.

Bourdeau, Ph., 2016b, "Vivre et travailler en montagne. La pluriactivité touristique aux frontières ambiguës de l’émancipation" http://contrebande.org/spip.php?article108

Bourg, D., Dartiguepeyrou, C., Gervais, C., Perrin, O., 2016, Les nouveaux modes de vie durables, Ed. Le bord de l’eau, Paris.

Burgelin, O., 1967, "Le tourisme jugé", Communications, 10, 65-96.

Burns, P.M., Bibbings, L.J., 2009, "The end of tourism ? Climate change and societal changes", 21st Century Society, 4 (1), 31-51.

Canova N., Bourdeau, Ph., Soubeyran, O. (dir.), 2014, La petite musique des territoires. Arts, espaces et sociétés, CNRS Éditions, Paris.

Cazes, R., 1976, Le tiers-monde vu par les publicités touristiques, une image géographique mystifiante, Centre des Hautes Etudes Touristiques, Aix-en-Provence.

Cazes, R., 1992, Tourisme et tiers-monde : un bilan controversé. Les nouvelles colonies de vacances ?, L’Harmattan, Paris.

Caire, G., Le Masne, 2007, "La mesure des effets économiques du tourisme international sur les pays de destination", Marché et organisations, 1(3), ) 63-88.

Chivallon, C., 2004, "Débattre autour du postmodernisme : commentaires de textes choisis", L’Espace géographique, 1, 43-58.

Christin, R., 2008, Manuel de l’antitourisme, Yago, Paris.

Cousin, S., 2007, L’argument du développement local par le tourisme, Actes de la recherche en sciences sociales, Le Seuil, 170, 11-13.

Corneloup, J., 2009, "Comment aborder la question de l’innovation ?" Revue de géographie alpine, Dossier 97-1, http://rga.revues.org/index828.html

Corneloup, J., 2011, "La forme transmoderne des pratiques récréatives de nature", revue Développement durable et territoires, 2(3). http://developpementdurable.revues.org/9107

Corneloup, J., 2012, "Les “ Sentiers de l’imaginaire », au seuil de la transmodernité", Revue ERE, Québec, 10, 139-159.

Corneloup, J., 2016, "Les laboratoires récréatifs, activateurs du développement territorial en milieu rural", In Klein, J.-L., Pecqueur, B., Koop, K., Soussi, S.-A., L’innovation socio-territoriale à l’épreuve du global : un défi pour les acteurs, Presses de l’Université du Québec.

Corneloup, J., Bourdeau, Ph., 2001, "Culture professionnelle et métiers du tourisme sportif de montagne", Téoros, 20(3), Montréal, 32-43.

Corneloup, J., Bourdeau, Ph., 2008, "Regards croisés sur l’itinérance contemporaine", In Berthelot, L., Corneloup, J. (Dir), Itinérance, du tour aux détours, éd. du Fournel, L’Argentière-la-Bessée, 101-110.

Corneloup, J., Bourdeau, Ph., 2015, "Changement culturel et effets générationnels dans les métiers sportifs de la montagne", In Attali, M. (Dir.), L’ENSA à la conquête des sommets. La montagne sur les voies de l’excellence, 171-194.

Corneloup, J., 2017, "Transition récréative et écologie corporelle", Juristourisme, 195, 17-20.

Corneloup, J., Falaix, L., 2018, "Habitabilité et renouveau paradigmatique de l’action territoriale : l’exemple des laboratoires récréatifs", L’information géographique, 4, 78-102.

Corneloup, J., Bourdeau, Ph., Mao, P., 2018, "Ecological transition and recreativeleisure in nature", In Andrieu, B., Parry, J., Porrovecchio, A., Sirost, O., Body Ecology and Emersive Leisure, Routledge, 99-111.

De Certeau, M., 1990, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Éditions Gallimard.

Decroly, J.-M. (Dir.), 2015, Le tourisme comme expérience. Regards interdisciplinaires sur le vécu touristique, Presses de l’Université du Québec.

Delaplace, M., Gravari-Barbas, M., 2016, "Aux marges du tourisme. Utopies et réalités du tourisme hors des sentiers battus", Via@tourismreview, 1(9). https://viatourismreview.com/fr/2016/12/on-the-margins-of-tourism/

Dussel, E., 1992, 1492, l’occultation de l’autre, Les Éditions ouvrières.

Evrard, B., Bourdeau, Ph., 2015, "Natures buissonnières : défoulement, contestation ou transition vers un autre habiter récréatif ?", Nature et Récréation, 2, 11-15.

Fennell, D., 2006, Tourism Ethics, Channel View Publications. 

François, H., Bourdeau, Ph., Bensahel, L. (Dir.), 2013, Fin ( ?) et confins du tourisme. Interroger le statut et les pratiques de la récréation contemporaine, L’Harmattan.

Gale, T., 2009, "Urbanbeaches, virtualworlds and ’The End of Tourism’", Mobilities, 4(1). 119-138.

Girard, A., 2013, "Faut-il raccorder une théorie générale de la postmodernité à une théorie à moyenne portée du post-tourisme ?", In François, H., Bourdeau, Ph., Bensahel, L. (Dir.), 2013, Fin ( ?) et confins du tourisme. Interroger le statut et les pratiques de la récréation contemporaine, L’Harmattan.

Grosfoguel, R., 2005, "The Implications of SubalternEpistemologies for Global Capitalism :Transmodernity, Border Thinking and Global Coloniality", In William, I., Robinson, Applebaum, R. (eds) , Critical GlobalizationStudies, Routledge.

Giddens, A., 1994, Les conséquences de la modernité, L’Harmattan.

Jambes, J.-P., 2003, Territoires apprenants : esquisses pour le développement local du XXIe siècle, L’Harmattan, Paris.

Jauréguibéry, F., Lachance, J., 2016, Le voyageur hypermoderne, Éditions Erès.

Hillali, M., 2003, Le tourisme international vu du sud, Presses de l’Université du Québec.

Kirschner, C., 2017, Le projet transmoderne dans les itinérances récréatives. Un processus créatif intégratif de construction identitaire, Thèse de doctorat, Université Grenoble Alpes, Spécialité Géographie.

Klein, J.-L., Harrison, D., 2007, L’innovation sociale. Émergence et effets sur la transformation des sociétés, Presses de l’Université du Québec, Montréal.

Krippendorf, J., 1987, Les vacances, et après ?, L’Harmattan.

Laurent, A., 1973, Libérer les vacances ?, Le Seuil.

Lajarge, R., 2006, "Des parcs sans jardin et des récréactifs sans touristes ?", In Tourisme en campagne : scénarios pour le futur, POUR, 191, 42-46.

Lipovetsky, G., 2006, Le bonheur paradoxal. Essai sur la société d’hyperconsommation, Gallimard.

Lussault, M., 2017,. Les hyper-lieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation, Éditions du Seuil.

Martin, N., Bourdeau, Ph., Daller, J.-F. (Dir.), 2013, Les migrations d’agrément : du tourisme à l’habiter, L’Harmattan, coll. Tourisme et sociétés.

Mao, P., Corneloup, J., Bourdeau, Ph., 2004, "Objets géographiques et formes de développement autour de gorges du Verdon", In Debarbieux, B., Fourny, M.-C. (dir.(, L’effet géographique, Publications de la MSH-Alpes, Grenoble, 181-196.

Mao, P., Corneloup, J., Bourdeau, Ph., 2013, "L’indoor, l’underdoor et l’aroundoor : les sports de nature envahissent la ville", In Lefèbvre, S., Roult, R., Augustin, J.-P. (Dir.), Les nouvelles territorialités du sport dans la ville, Presses de l’Université du Québec, 81-96.

Martin, N., 2013, Les migrations d’agrément, marqueur d’une dynamique d’après-tourisme dans les territoires de montagne, Thèse de doctorat, Géographie, Université de Grenoble.

Matthey, L., 2007, "L’exotisme du proche, réinvestir les centres pour partir un peu", Revue économique et sociale, 65(4), 109-122.

Michel, F., 2003, L’autre sens du voyage, manifeste pour un nouveau départ, Homnisphères.

Michel, F., 2005, Désirs d’Ailleurs : Essai d’anthropologie des voyages, Presses de l’université Laval.

Saint-Martin, A., 2013, La Sociologie de Robert K. Merton, La Découverte.

Steffen, W., Broadgate, W., Deutsch, L., Gaffney, O., Ludwig, C., 2015, "The trajectory of the Anthropocene : The Great Acceleration", In The Anthropocene Review, 2(181-98.

Terrier, C., 2007, Mobilité touristique et population présente ; les bases de l’économie présentielle des départements, Direction du Tourisme, Ministère des transports et de l’équipement, du tourisme et de la mer.

Tribe, J. (Dir.), 2009, Philosophical Issues in Tourism, Channel View Publications, Bristol.

Uriely, N., 1997, "Theories of modern and postmoderntourism", Annals of TourismResearch 24(4), 982-985.

Urry, J., 2002, The Tourist Gaze, Sage publications, London.

Vergopoulos, H., 2016, "L’effraction ou le sentiment hétérotopique en situation touristique. Une étude de deux cas limites de sortie du tourisme", Via@tourismreview, 1(9).

Vlès, V., Bouneau, C., 2016, Stations en tension, Ed. Peter Lang.

Viard, J., 2006, Éloge de la mobilité. Essai sur le capital temps libre et la valeur travail, L’Aube.

Haut de page

Notes

1 Cf. bibliographie en fin de texte.

2 Numéro 170 des Actes de la recherche en sciences sociales, décembre 2007, coordonné par Bertrand Réau, avec la collaboration de Saskia Cousin, Franck Poupeau et Yves Winkin.

3 Libre traduction de « « good life as a continuous holiday ».

4 Montée des critiques voire de l’anti-tourisme, banalisation des conflits dans les lieux et organisations touristiques, controverses sur les (dé)mobilités, rattrapage du tourisme par des questions géopolitiques et de sécurité…

5 https://unhiv.hypotheses.org/616

6 Revue pluridisciplinaire de recherche en sciences sociales sur les pratiques récréatives en nature www.naturerecreation.org

7 Écologie Corporelle dans les Activités Physiques, Adaptées et Sportives.

8 S’il n’est plus porté par un réseau d’universités, ce master 2 existe toujours au sein de l’Université Grenoble Alpes sous le nom de « Tourisme Innovation Transition ».

9 Appel à communications du colloque Fin(?) et confins du tourisme, 26-27 mai 2009, Grenoble.

10 Ces « précautions d’emploi » représentent près de 10 % du volume du chapitre introductif de l’ouvrage « Fin (?) et confins du tourisme (Bourdeau, 2013a).

11 Voir http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/les-nouvelles-dynamiques-du-tourisme-dans-le-monde/articles-scientifiques/du-tourisme-a-l-apres-tourisme et http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/apres-tourisme-post-tourisme

12 Y compris dans un engagement en termes de formation initiale et continue via les masters Conception Et Développement d’Espaces Sportifs et Récréatifs Innovants (CEDESRI) de l’Université Clermont-Auvergne, et Tourisme Innovation Transition (TIT) de l’Université Grenoble Alpes.

13 Introduit en France dès 1998 lors de la publication des travaux d’un groupe de prospective présidé par Jean Viard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bourdeau, « L’après-tourisme revisité », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1936 ; DOI : 10.4000/viatourism.1936

Haut de page

Auteur

Philippe Bourdeau

Université Grenoble-Alpes, UMR PACTE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals