Navigation – Plan du site

Le heritage-scape : origines, éléments théoriques et examen critique d’un modèle de compréhension du Programme du patrimoine mondial de l’UNESCO

Michael A. Di Giovine
Traduction de Bruno Nys
Cet article est une traduction de :
The Heritage-scape: Origins, Theoretical Interventions, and Critical Reception of a Model for Understanding UNESCO’s World Heritage Program [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
O Patrimônio - Paisagem: Origens, Intervenções Teóricas e Recepção Crítica para a Compreensão do Programa do Patrimônio Mundial da UNESCO [pt]

Résumé

L’auteur de The Heritage-scape : UNESCO, World Heritage and Tourism (Lexington 2009), développe dans cet article une réflexion critique sur le concept de heritage-scape, introduit dans la littérature il y a presque dix ans. Evoquant une série de récits autobiographiques qui campent les origines intellectuelles du terme, l’article met en discussion la théorie qui sous-tend le concept de heritage-scape, sa contribution à la littérature et la manière dont les théoriciens du tourisme et du patrimoine y ont réagi. Terme à la mode pour décrire un modèle particulier et utopique de l’ordre géopolitique, il a acquis une vie propre ; l’article s’intéresse à certains malentendus dont il a fait l’objet et revient sur certaines clarifications faites par l’auteur au cours de ces années. Tout en proposant un modèle plus global pour l’analyse du Programme du patrimoine mondial, l’auteur identifie des domaines de recherche pour l’avenir, appelant notamment à plus de recherche sur les interrelations entre tourisme et patrimoine, ainsi qu’à une meilleure intégration de la durabilité et de l’éthique. L’article se conclut sur un encouragement à l’attention des jeunes chercheurs qui, comme l’auteur autrefois, ont le sentiment d’avoir quelque chose d’important à communiquer au monde académique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bien qu’il lui fut attribué un copyright de 2009, comme je le référence ici.

1Lorsque mon premier livre, The Heritage-scape : UNESCO, World Heritage, and Tourism, est paru fin 20081, il s’agissait alors d’une des premières monographies à examiner en profondeur le Programme du patrimoine mondial de l’UNESCO et sa relation avec le tourisme. Combinant les théories anthropologiques des rituels, de la globalisation et de la constitution des lieux, avec des études de cas ethnographiques sur les six sites du patrimoine mondial situés à l’époque au Vietnam et au Cambodge (entre temps d’autres se sont ajoutés, notamment le très disputé site de Preah Vihear entre la Thaïlande et le Cambodge, que j’ai intégré au livre avant sa sortie de presse), cet ouvrage représentait l’aboutissement de huit années de travail sur les industries du patrimoine et du tourisme, huit années d’études académiques et de recherches à la fois ethnographiques et documentaires. Entre autres choses, le livre a introduit le concept de heritage-scape que j’ai défini comme une communauté imaginaire et planétaire, visant à instaurer “ la paix dans l’esprit des hommes » (UNESCO, 1945) via l’appropriation rituelle et la juxtaposition de sites patrimoniaux disparates à travers le monde, auxquels est attribuée une “ valeur universelle » en raison de la manière dont ils révèlent le méta-récit de l’UNESCO sur “ l’unité dans la diversité » (Di Giovine 2009, p 6, pp 41-42, pp 399-400). En me basant sur la notion de -scape introduite par Arjun Appadurai (1996) et sur mon expérience de voyages en compagnie de touristes pour visiter ces sites de par le monde, j’ai pu voir le heritage-scape “ non plus simplement comme une mosaïque de sites individuels agrégés, un réseau de destinations bien circonscrites avec leurs propres relations sociales locales, mais plutôt… [comme] un lieu unique, doté de son propre contexte social, en constante évolution et constant développement au fur et à mesure que l’UNESCO poursuit ses activités et intègre toujours plus de sites, d’objets et même, aujourd’hui, de coutumes immatérielles dans son champ d’action aux limites nébuleuses » (Di Giovine, 2009, pp 41-42). Au cours de mon travail dans l’industrie du voyage, j’avais remarqué qu’il y avait quelque chose d’interconnecté et de fluide à propos de ces sites apparemment disparates et du sens que les touristes leur donnaient. J’ai proposé le heritage-scape comme modèle pour comprendre le célèbre programme de l’UNESCO et ses objectifs de long terme dans une perspective à la fois étique et émique.

I. Origines et éléments théoriques

A. Collaboration à l’industrie du tourisme patrimonial

  • 2 Georgetown University’s School of Foreign Service

2Au sortir de l’école de relations internationales de l’université de Georgetown2 en 2000, je savais que je voulais m’engager dans un troisième cycle plutôt qu’intégrer le corps diplomatique américain. Mais je ne savais pas quel doctorat entreprendre. Je savais seulement que je voulais voyager. Par hasard et par chance, je fus engagé par la firme “ International Seminar Design, Inc. », un tour opérateur éducatif de Washington DC, qui imaginait, organisait, commercialisait et pilotait des voyages culturels pour des organisations d’anciens de diverses universités, des membres de musées, des enseignants, des collectionneurs d’art et autres associations non-marchandes. En raison de mon expérience de vacances familiales en Italie durant les étés de ma jeunesse, je fus initialement affecté sur les nombreux tours que l’ISDI organisait en Italie, mais dès la deuxième semaine, je fus expédié au Japon pour ce que l’industrie du tourisme appelle un “ FAM » - un voyage de familiarisation -, offert par la ville de Kyoto. Après avoir guidé un groupe d’anciens diplômés au Japon en 2001, je fis un voyage personnel au Vietnam avec des amis. Je me souviens d’en être revenu transformé et impressionné non seulement par la beauté et la vitalité de cette région, mais également par la remarquable énergie que mettait le Gouvernement à développer le tourisme patrimonial. J’ai ensuite commencé à organiser des voyages en Asie du sud-est ; nous étions un des premiers tour-opérateurs haut-de gamme en matière de tourisme culturel à travailler dans cette région. De 2001 à 2004, j’ai assisté à l’ouverture de nouvelles destinations vers le Vietnam et le Cambodge - en particulier en rapport avec les sites du patrimoine mondial - et à leur développement sous l’influence du tourisme. Je me souviens ainsi de l’installation des premiers feux de signalisation à Siem Reap, la ville touristique proche du parc archéologique d’Angkor au Cambodge ; ils avaient été rendus indispensables par le nombre croissant de touristes qui affluaient vers le site de l’UNESCO. Année après année, le Gouvernement et les guides touristiques sur place semblaient constater les records d’affluence vers Angkor sans s’interroger sur les impacts du tourisme de masse : un million… 1,5 million… 2 millions… 3 millions. Ils attribuaient explicitement cette croissance du tourisme à “ l’exceptionnelle valeur universelle » de leur site patrimonial, qu’ils considéraient comme enfin reconnue par l’UNESCO (plutôt qu’induite par la logique de l’UNESCO elle-même).

3Mais tandis que la population locale et les guides faisaient fièrement référence à l’UNESCO et au patrimoine mondial, les touristes que j’accompagnais, pour la plupart, ne savaient pas de quoi il retournait et m’interrogeaient à ce propos. Cela m’étonnait d’autant plus qu’il s’agissait d’Américains de la classe supérieure, hautement éduqués et coutumiers des voyages. Alors que la population locale, les touristes, les managers et les professionnels étaient tous concernés au même titre par le projet de l’UNESCO, ces différents acteurs ne semblaient pas partager le même niveau d’information ni être impactés de la même manière. Je décidai alors de reprendre des études pour comprendre ce phénomène, en commençant par une maîtrise interdisciplinaire en sciences sociales à l’université de Chicago, suivie d’un doctorat en anthropologie dans la même institution. Dès le début de ces études, en découvrant la littérature relative au patrimoine et au tourisme, j’ai réalisé deux choses : tout d’abord que ces deux thèmes n’étaient pas articulés l’un à l’autre comme ils devraient l’être ; ensuite que les ouvrages fondateurs de l’anthropologie du tourisme étaient, pour la plupart, des critiques élaborées par des intellectuels depuis l’extérieur de l’industrie. Par exemple, lorsque je lus pour la première fois le classique de Dean MacCannell, The Tourist (1976) et l’article “ Tourism as a Form of Imperialism » de Dennison Nash (1977), je fus déconcerté par ce que je ressentais à l’époque comme une dénonciation de la production, par l’industrie touristique, d’expériences inauthentiques à des fins mercantiles. De mon point de vue “ interne » de tour opérateur, il n’y avait assurément rien d’abominable dans ce que je faisais ; je recherchais l’authenticité et je voulais profiter de l’expérience autant que mes voyageurs. (Avec le recul, je réalise que les guides et les opérateurs locaux me traitaient souvent comme un de mes propres touristes, en “ mettant en scène l’authenticité » pour moi comme pour eux ; je pense néanmoins que la plupart cherchaient à proposer des expériences locales qu’à leur sens, les touristes pourraient comprendre et apprécier, au lieu de pratiques historiquement authentiques - comme le relève Ed Burner dans une interview (Di Giovine, sous presse).) En un mot, mes collègues et moi étions également consommateurs de l’imaginaire touristique proposé par l’UNESCO (Salazar et Graburn, 2014).

4La thèse de master qui en résulta et qui fut par la suite augmentée pour donner The Heritage-scape, tendait à examiner l’entreprise de “ patrimonialisation » menée par l’UNESCO, du point de vue des touristes qui y étaient confrontés et d’une manière qu’ils puissent comprendre. Je me basai sur les journaux détaillés que je tenais lors de mes voyages, sur de nouvelles visites de sites effectuées entre 2004 et 2008, ainsi que sur de longues recherches dans les archives publiques, dans la presse et sur les sites web produits par et pour l’UNESCO, afin de comprendre comment celle-ci mobilisait le tourisme et le patrimoine au service de son entreprise globale visant à instaurer “ la paix dans l’esprit des hommes ». Mon travail ne visait pas une ethnographie des négociations en cours dans les coulisses du Centre pour le patrimoine mondial (voir à ce sujet : Smith et Akegawa, 2009), mais plutôt un modèle plus théorique pour comprendre ce que l’UNESCO cherchait à accomplir.

5Je soutins que, bien que tous les sites soient singuliers, l’entreprise de l’UNESCO les dépouillait de leur signification et les re-contextualisait dans une sorte de méta-récit utopique “ d’unité dans la diversité ». En m’appuyant sur les théories des rituels et de la performance, je montrai que les différents sites subissaient une transformation rituelle en “ patrimoine mondial », basée sur un processus d’évaluation de la conformité de leurs attributs singuliers avec une série de critères standardisés - et pourtant relativement nébuleux. Je montrai également comment ils finissaient par acquérir du sens de fait de leur juxtaposition sur cette liste et dans l’esprit des touristes qui en visitaient un grand nombre, parfois au cours d’un même voyage. Le tourisme, me semblait-il, était le liant entre ces sites, il les faisait entrer dans un système, construisant et déplaçant le sens entre les pôles du heritage-scape. J’ai ainsi écrit : “ Dans ma conception du heritage-scape, le Programme du patrimoine mondial de l’UNESCO s’adresse principalement à des touristes ultra-mobiles - des “ outsiders » de passage qui peuvent apporter sur place leur propre conception de la “ culture » et de la “ diversité culturelle », expérimenter des rencontres transformatrices et retourner dans leur foyer comme les missionnaires d’antan pour répandre leur connaissance nouvellement acquise du site en relation avec la diversité culturelle » (Di Giovine, 2009, p 6).

B. Fondements théoriques du heritage-scape

6Mais quelle finalité cette entreprise poursuit-elle ? Bien que les sites du sud-est asiatique aient pu avoir grand besoin du coup de publicité qu’une distinction de l’UNESCO assure, ce n’était pas le cas des destinations que j’avais visitées en Italie. Pourtant, toutes ces destinations avaient la même valeur en tant que patrimoine mondial. L’analyse des objectifs de l’UNESCO et des valeurs attribuées au patrimoine mondial, fit apparaître que la finalité à long terme du programme était de mobiliser l’attirance qu’exercent ces sites sur la population - sites qui furent souvent instrumentalisés pour diviser les gens entre ceux qui peuvent s’en revendiquer et ceux qui ne le peuvent pas - et de les re-contextualiser dans un méta-récit de “ l’unité dans la diversité » qui célèbre l’universalité des différences, caractéristiques de l’Humanité ; nous formons l’Humanité précisément en raison de notre vibrante diversité. Le heritage-scape était en définitive une tentative globale de création de lieux capables de toucher émotionnellement ceux qui les fréquentent. Au plus ils fréquenteraient ces sites mis en avant dans cette visée idéologique, au plus ils acquerraient un sentiment d’appropriation collective de ces lieux qui transcenderait des frontières géopolitiques souvent clivantes. “ Si un objet patrimonial permet aux individus de se relier, à un moment donné, au contexte socio-spatial dont ils sont issus, les éléments du patrimoine mondial de l’UNESCO sont eux destinés à transcender le localisme spatial et temporel des revendications patrimoniales d’une culture, permettant à chacun de s’approprier, sur un pied d’égalité, chaque site du patrimoine mondial ; au lieu de fonder les identités sur un antagonisme collectif tourné vers les différences, les touristes qui consomment le récit du patrimoine mondial peuvent célébrer et intérioriser la diversité » (Di Giovine, 2010, p 9). Ce cadre socio-spatial imaginaire, c’est le heritage-scape.

7Ma définition du heritage-scape se fondait sur les théories anthropologiques de la globalisation et de la construction des lieux, en particulier sur le modèle de -scape élaboré par Arjun Appadurai : “ un ordre complexe, superposé et disjonctif, qui ne peut plus être compris par les modèles centre-périphérie existants » (1996, p 32). Il postule ainsi 5 types de “ paysages » qui se recouvrent et existent simultanément (pp 33-35). Bien que certains critiques reprochent aux néologismes de Appadurai leur trop grande imprécision sur le plan théorique, le paradigme du -scape est fort séduisant pour ceux qui adhèrent à la notion classique de “ communauté imaginaire » avancée par Benedict Anderson (1998) et à l’idée de globalisation construite sur l’action individuelle avant celle des Etats-nations, telle que l’a proposée Roland Robertson (1995). Le -scape selon Appadurai renvoie à un espace social dans lequel les structures de pouvoir sont clairement dé-localisées. Dans un tel espace, il n’y a pas ni capital, ni point focal, ni zone centrale délimitée à partir desquels certains pourraient édicter leur politique au reste du public, ou pourraient se définir eux-mêmes par opposition aux autres (Di Giovine, 2009, pp 93-94). Evoquant les notions d’expansibilité, d’idéalisation et de morphisme, le suffixe -scape induit cette idée d’un lieu dé-territorialisé - ou au moins, vaguement délimité - où se brouille la perception de qui est à l’intérieur et qui est à l’extérieur (p 95).

8Beaucoup ont usé et abusé du suffixe -scape, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’industrie du patrimoine, pour conférer aux sites une dimension de grandeur, d’expansion infinie voire d’intemporalité. Dans la littérature académique, Mary-Catherine Garden a utilisé le terme “ heritagescape » pour renvoyer aux “ landscapes of heritage » (2004, p 1) , des sites patrimoniaux compris comme appartenant à des champs physiques et sociaux plus larges. Ce néologisme assure donc un rôle à la fois descriptif et méthodologique visant à analyser les processus vivants à l’oeuvre dans ces lieux historiques : “ En pensant les sites patrimoniaux comme “ heritagescapes » - c-à-d comme paysages -, on attire l’attention sur leur nature d’espaces changeants et dynamiques. On offre également la possibilité de localiser ces sites dans le contexte de leur environnement élargi et on attire l’attention sur l’importance de la mise en scène. (…) Reconnaître les sites patrimoniaux comme des paysages situe ces lieux à leur juste place, en tant qu’espaces fluides et changeants avec lesquels les gens interagissent constamment » (Garden, 2006, p 407).

9Bien que ce modèle confonde largement site patrimonial et paysage – “ les heritagescapes sont des paysages ; ils concernent tant le lieu visible et physique lui-même que l’expérience qu’en font les gens », écrit-elle (2004, pp 208-209) – , Garden agit ainsi afin “ d’ouvrir un débat sur ce qu’on entend par site patrimonial » (2006, p 395). Ce point est clair : un site patrimonial, qu’il s’agisse d’un vaste paysage culturel ou d’un monument isolé, est une construction culturelle ; son histoire singulière s’étend à travers le temps ; sa signification est toujours variable et il est toujours tributaire de changements. Le concept de Garden, en réalité, semble rejoindre la conception qu’a l’UNESCO des paysages culturels, “ oeuvres conjointes de l’homme et de la nature » (UNESCO, 1972), qui se situent “ à l’interface entre nature et culture, patrimoine matériel et immatériel, diversité culturelle et biologique. Ces sites représentent un tissu serré de relations, l’essence de la culture et de l’identité des peuples » (Rössler, 2006, p 334).

10Dans une perspective orientale (inspirée de Carl Jung), la géographe Rana Singh a également utilisé ce concept, avançant que le terme habituellement utilisé en Inde pour décrire le patrimoine, dharohara, “ devrait se traduire par heritagescape et devrait se comprendre dans le cadre de “ l’écologie patrimoniale » pour venir étayer une “ géographie profonde [et spirituelle] » » (Singh, 1995, p 197) : la conjonction de dharā (“ Terre-mère » pour prendre une expression commune) avec le suffixe -ihara, “ quête d’identité à travers le temps » (Singh, Rana, 2011, pp 88-89, Singh, 2011, p 8), forme une image linguistique d’une large conjonction de l’être et du devenir, dans une conception spatiale et temporelle. Dharohara suggère ainsi qu’un site est dans un état de liminarité perpétuelle ; en faisant se rejoindre des mondes ou des états de l’être, il constitue un axis mundi où espace et temps se confondent pour les visiteurs qui les fréquentent. Plutôt que de se traduire par “ patrimoine » ou “ héritage », qui sont souvent perçus à tort comme stagnants et immuables, fixés en un point de l’Histoire, dharohara induit littéralement l’idée que l’essence du patrimoine est d’être en perpétuel changement (Di Givovine, 2011, pp 67-68).

11Les contributions de Singh et de Garden mettent en évidence, par ce recours à l’expression -scape, les aspects dynamiques, fluides et socialement construits d’un site patrimonial - ou, pour le coup, de n’importe quel lieu. Ceci est important, car je me suis rendu compte que certain groupes (en particulier des praticiens, des organisations promotionnelles, des guides touristiques et des académiques travaillant dans le champ professionnel ou interdisciplinaire) parlaient souvent du patrimoine comme d’une chose monolithique et immuable, venant ainsi conforter dans leurs revendications les récits idéologiques de groupes particuliers. Mais le patrimoine est en réalité une entreprise interprétative qui vise à construire la signification d’un site et à installer sélectivement dans la société ce monument nouvellement contextualisé, éclipsant en même temps les significations et usages d’autres parties prenantes (Di Giovine, 2009, p 329 ; Di Giovine, Cowie, 2014). A propos de “ la nature intrinsèquement contextuelle du terme », j’ai soutenu que sa signification change selon le milieu social plus large dans lequel il est invoqué ; le patrimoine peut être vu comme la “ mémorialisation » conceptuelle d’une revendication idéologique particulière vis-à-vis du passé, et comme la relation particulière qu’un groupe entretient avec lui dans le présent et dans le futur. J’ai compris que cette vision du patrimoine s’inscrit parfaitement dans la manière qu’a l’UNESCO d’embrasser la globalisation, précisément pour cette raison : bien qu’il renvoie clairement au passé, il ne connait pas de limites spatiales ou temporelles définitives, mais peut au contraire s’appliquer avec la même facilité à une large variété de contextes sociaux (Di Giovine, 2009, p 91).

II. Examen critique d’un modèle d’analyse du Programme du patrimoine mondial de l’UNESCO

A. Examen et engagement critique

  • 3 En préparation de cet article, Aaron Gallant, mon étudiant de l’Université de West Chester, a réper (...)

12Au cours des dix années qui suivirent l’invention de ce néologisme, l’intérêt pour le processus de fabrication du patrimoine par l’UNESCO n’a fait que croître et des chercheurs se sont confrontés au concept de heritage-scape de multiples manières3.

13Tout d’abord, le heritage-scape a été reconnu comme nouveau modèle théorique permettant de comprendre l’entreprise de l’UNESCO en faveur du patrimoine mondial et ses ressorts. Lorsque j’ai écrit The Heritage-scape, je ne disposais, comme sources, que des pamphlets et documents publiés par l’UNESCO elle-même (voir notamment : UNESCO, 2005). Aujourd’hui plusieurs excellentes monographies sont venues compléter mon analyse en se focalisant sur d’autres sujets et sources de données. Mon concept de heritage-scape était issu de ce que l’on pourrait appeler une “ ethnographie du milieu », c-à-d une ethnographie centrée non pas sur les communautés locales ni sur les dirigeants de l’UNESCO, mais plutôt sur les touristes et les professionnels de l’industrie touristique qui évoluent entre ces deux pôles. Par contre, des études ultérieures procédant d’observations participantes au sein du Centre du patrimoine mondial à Paris (Labadi, 2013 ; Joy, 2012 ; Smith, Akegawa, 2009 ; Meskell, 2013b, 2014) sont venues offrir une vue précieuse sur le “ sommet » de cette mécanique et sur les négociations qui, en coulisse, ont abouti aux initiatives que j’ai analysées ; ainsi, l’histoire de la Convention du patrimoine mondial reconstituée par Christina Cameron et Mechtild Rössler (2013) est issue de l’expérience personnelle de cette dernière comme directrice du Centre. Le volume édité par Amariswar Galla (2012) et publié par l’UNESCO, a rassemblé des contributions de chercheurs universitaires et de personnes travaillant pour l’UNESCO ou pour des agences de financement intergouvernementales. D’autres (Smith, 2006 ; Harrison, 2013 ; Adell et al., 2015) se sont attaqués aux efforts de l’UNESCO en matière de patrimoine de manière latérale, si l’on peut dire : leurs analyses se sont basées sur leurs interactions avec des représentants de l’UNESCO pendant qu’ils menaient des observations participantes ou des travaux archéologiques sur des sites particuliers. D’autres encore ont utilisé le modèle du heritage-scape pour asseoir dans un contexte plus large leurs études ethnographiques portant sur divers sites touristiques ou patrimoniaux, ou sur des politiques de développement touristique menées par certains pays (cf. Brumann, Berliner, 2016 ; pour ce qui concerne le patrimoine immatériel, voir Foster, Gillman, 2015).

14Ensuite, le concept de heritage-scape permet de comprendre le fait que les significations de sites patrimoniaux ne sont pas figées mais, au contraire, négociées et évolutives. Ces sites prennent différentes significations pour différents intervenants, et pourtant ils se trouvent unifiés dans ce que j’ai appelé, en espérant ne pas trahir Bourdieu (1993), “ un champ de production patrimoniale » (Di Giovine, 2009, pp 8-9). Des chercheurs se sont basés sur cette notion pour montrer comment les acteurs étatiques instrumentalisent souvent l’inscription au patrimoine mondial à des fins de construction nationaliste (del Marmol et al., 2016) ou dans le cadre de programmes de développement national (voir par exemple Shepherd, 2013) ; les communautés indigènes et les personnes qui, sur place, revendiquent des droits sur ces sites sont souvent marginalisées par ces processus (Logan, 2013 ; Meskell, 2013a). En effet, ces inscriptions sont intrinsèquement le résultat de manoeuvres politiques et de querelles politiciennes (Harrison, 2010), dans lesquelles la rhétorique du patrimoine joue un rôle important (Smith, 2006 ; Lafrenz Samuels, 2015), même si les forces en présence sont souvent occultes. Comme Meskell et al. l’affirment, au sein-même de l’UNESCO, des sites individuels “ opèrent souvent comme dispositifs de négociation à travers lesquels la reconnaissance culturelle, et donc politique, à la fois masque et active un réseau complexe de valeurs économiques » (2014, p 427 ; Salazar, 2010 ; Reyes, 2014).

15Enfin, le heritage-scape est utilisé comme modèle pour illustrer l’interconnexion du tourisme et du patrimoine mondial. Mon ouvrage date d’une époque où l’intérêt pour la connexion entre le patrimoine et le tourisme se développait (voir par exemple : Boniface, Fowler, 1993 ; Timothy, Boyd, 2003 ; Bruner, 2005 ; Basu, 2007), alors que seul un petit nombre de travaux s’intéressait spécifiquement au patrimoine mondial (Kirshenblatt-Gimblett, 1999 ; Harrison, Hitchcock, 2005). J’ai découvert que les praticiens du tourisme et du patrimoine épousaient souvent des perceptions divergentes du rapport entre ces deux concepts ; beaucoup, dans l’industrie du voyage, voyaient le tourisme comme une source de profits commerciaux tandis que les professionnels de la conservation considéraient que le tourisme exerçait une pression indésirable sur les sites. L’UNESCO elle-même a entretenu notoirement un rapport ambivalent au tourisme ; bien que j’aie soutenu que les touristes étaient le principal public du heritage-scape, cela n’apparaît pas en tant que tel dans la Convention du Patrimoine mondial. En fait, le terme “ tourisme » n’y est même pas mentionné et la phrase “ projets de développement touristique » n’apparaît que parmi les menaces potentielles pouvant justifier l’inscription d’un site sur la liste du patrimoine en danger (UNESCO, 1972, p 6). Néanmoins, ceci a radicalement changé au cours de la dernière décennie, en même temps que l’UNESCO a développé ses relations avec le secteur touristique. En 2011, le Centre du patrimoine mondial a lancé son Programme du patrimoine mondial et du tourisme durable, dédié à “ une interprétation et une mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial qui intègre le tourisme durable » et garantissant que “ les visiteurs comprennent et apprécient l’exceptionnelle valeur universelle du patrimoine mondial, et adoptent des comportement responsables à l’égard de ces sites (UNESCO n.d., p 2). L’intérêt croissant pour l’étude du tourisme culturel en général (voir par exemple Staiff et al., 2013 ; Robinson, Silverman, 2015), couplé à la prise en compte de ce phénomène par l’UNESCO elle-même, a conduit à la naissance d’un intérêt du monde académique pour une meilleure compréhension des effets du tourisme, spécifiquement sur les sites du patrimoine mondial et, en particulier, concernant la manière dont les communautés locales sont impactées et impliquées (voir par exemple : Bourdeau, et al., 2015, 2017).

B. Adaptations et modifications

16Un malentendu qui semble être apparu dans la littérature, concerne le fait que je serais, d’une certaine manière, en train de proposer ou de promouvoir le heritage-scape comme un moyen viable de construire la paix, ou que je chercherais à faire l’apologie de l’UNESCO - ce qui n’est pas le cas. Les études de cas présentées dans mon livre et mes nombreuses observations ethnographiques de terrain font clairement apparaître que le travail de l’UNESCO engendre des effets non désirés, des inégalités et des tensions. Mon concept de heritage-scape vise à modéliser la vision utopiste de l’UNESCO et la manière dont les sites s’inscrivent dans un plan plus large pour responsabiliser les populations (Ilcan et Philips, 2006). Dans mes écrits ultérieurs, j’ai tenté de clarifier cela de deux manières.

17D’abord, le programme du patrimoine mondial de l’UNESCO peut être présenté dans un contexte d’objectifs à court, moyen et long terme, avec la construction de la paix pour objectif ultime (voir Di Giovine, 2014). A court-terme, l’inscription au patrimoine mondial vise à susciter une prise de conscience des sites individuels, de leur valeur et de la nécessité de les protéger, une prise de conscience de l’intérêt de visiter ces sites collectifs et une prise de conscience de l’institution elle-même et de ses initiatives. Ce sont, fondamentalement, des actions de production et de diffusion de connaissances, et en effet, les principales dépenses du Fonds du patrimoine mondial sont affectées, d’une part, à l’échange de connaissances entre gestionnaires de sites et, d’autre par, à des actions promotionnelles. Ces campagnes de sensibilisation s’adressent également aux communautés locales “ pour renforcer la mise en valeur et le respect… du patrimoine culturel et naturel tel que défini à l’article 1 et 2 de la Convention » (1972, p 13). Depuis le succès des campagnes de sauvetage d’Abu Simbel et de Venise dans les années ’60 - qui débouchèrent sur la Convention de 1972 -, il est communément admis que ces campagnes de sensibilisation permettront, à moyen terme, de susciter un soutien politique et économique international en faveur de la conservation, ainsi que du développement touristique ; au fur et à mesure que des flux transnationaux d’idées, d’information et de personnes circulent entre ces sites, le heritage-scape prend forme.

18Mais l’UNESCO a peu de prise sur ces flux ; elle dispose de moyens normatifs (les mesures contractuelles - pour préserver les sites, produire des rapports et gérer le tourisme - qu’un Etat accepte de mettre en oeuvre lorsqu’il dépose une candidature à l’UNESCO) et de moyens que l’on pourrait qualifier de coercitifs (la menace de retirer le site de la liste si le partenaire étatique échoue à le préserver) pour forcer les Etats à agir de manière responsable vis-à-vis de leurs biens inscrits au patrimoine mondial. La capacité de son prestige à produire des imaginaires désirables aux yeux des touristes (Di Giovine, Picard, 2013) peut être vue comme un moyen de persuasion, bien que l’UNESCO ne puisse contrôler les innombrables imaginaires qui circulent autour des sites, ni le sens final que les touristes leur attribueront et transmettront à d’autres. En dépit de la difficulté de gérer la sauvegarde du patrimoine et les pratiques touristiques – en particulier du fait qu’elles ne sont pas compatibles –, je soutiens que l’UNESCO cherche à les mobiliser pour construire la paix.

19Construire la paix constitue, en définitive, l’objectif à long terme de l’UNESCO : “ La mission de l’UNESCO est de contribuer à la construction d’une culture de la paix, à l’éradication de la pauvreté, au développement durable et au dialogue interculturel à travers l’éducation, les sciences, la culture, la communication et l’information » (UNESCO, 2010, p 2). Pour atteindre cet objectif de paix, la Convention du patrimoine mondial table en quelque sorte sur des comportements inspirés – des évolutions subtiles et à long terme dans la manière dont les individus et les groupes perçoivent le sens et la valeur non seulement des sites du patrimoine mondial mais également de l’universalité de la diversité culturelle que ces monuments incarnent. Comme je le commente :

“ cet objectif ultime est clairement utopique et, bien que l’UNESCO et ses représentants évoquent la paix dans nombre de leurs documents et décrets, il est clair qu’un objectif aussi vaste relève d’une certaine candeur et dépend du succès de nombreux objectifs intermédiaires eux-mêmes difficiles à atteindre. Alors que seul le temps dira si un plan aussi ambitieux peut réussir, le défi majeur pour l’UNESCO - mis à part celui d’atteindre l’objectif tout aussi idéaliste de susciter des initiatives en faveur de la conservation et du développement touristique qui soient à la fois durables et inclusives - consiste à garantir que la liste soit à jour et représentative du public concerné par le heritage-scape, qui est en perpétuelle expansion au fur et à mesure que de nouvelles populations bénéficient d’une plus grande mobilité, accèdent aux moyens globaux de communication et sont connectées » (Di Giovine, 2014, p 7900).

20Ensuite, après avoir reconnu ce besoin pour l’UNESCO de rester pertinent, une seconde modification apportée au concept de heritage-scape situe dans une perspective plus large la Convention du patrimoine mondial et ses autres initiatives centrées sur la relation entre patrimoine et tourisme. Le modèle original postulait explicitement que les sites du patrimoine matériel constituaient des “ noeuds » physiques au sein de cette communauté imaginaire en constante mutation, et ne se référaient que de loin à la Convention de 2003 sur le patrimoine immatériel qui a vu s’élargir son champ d’action et son influence au cours de la dernière décennie. Comme Hafstein (2009) le montre, la Convention de 2003 a été le produit d’une négociation entre membres de l’UNESCO sur la manière dont les pays en voie de développement et les groupes indigènes - dont la production culturelle ne se conforme pas aux très occidentaux canons esthétiques selon lesquels l’UNESCO et ses organes consultatifs évaluent les sites monumentaux - pouvaient être intégrés au heritage-scape. Il existe également d’autres initiatives globales importantes qui ont reçu comparativement moins d’attention de la part des chercheurs, mais qui élargissent aussi le public du heritage-scape ainsi que les possibilités d’y prendre part. Ces initiatives vont de la publication de déclarations re-conceptualisant l’authenticité, le patrimoine et les communautés, jusqu’à la promotion du développement du tourisme responsable (Di Giovine, 2015, pp 94-95).

21Une initiative particulière amorçant un changement de paradigme, est la création par l’UNESCO du Réseau des villes créatives, un groupement d’entités urbaines de par le monde qui se voient distinguer non seulement pour leur patrimoine culturel mais également pour la créativité de leur projets de développement durable (Butler, 2007 ; Mabry et al., 2016). Une ville peut poser sa candidature à une reconnaissance en tant que centre créatif dans une des sept catégories suivantes : artisanat et art populaire, design, gastronomie, littérature, cinéma, arts multimédias et musique. A la différence des autres Conventions du patrimoine mondial, ce programme est porté par les villes elles-mêmes plutôt que par les Etats-nations, il vise à soutenir l’innovation culturelle et la créativité (plutôt qu’une conception statique du patrimoine matériel ou immatériel), et il se préoccupe sérieusement du développement du tourisme durable (UCCN, 2016a, 2016b). Néanmoins, en tant que programme soutenu par l’UNESCO, il s’inscrit dans le même objectif ultime : sensibiliser au paysage urbain et à la créativité culturelle, riche d’histoire, qu’il contient, en vue de susciter des initiatives de conservation et du développement touristique pour, finalement, favoriser une intégration de ces deux composantes dans un méta-récit pacifiste de l’unité dans la diversité - le but de long-terme prôné par l’UNESCO. Ensemble, ces initiatives et d’autres similaires centrées sur le patrimoine, forment ce que j’ai appelé à propos du Programme du patrimoine mondial de l’UNESCO, “ un ensemble structuré d’initiatives imbriquées qui, au travers de Conventions, déclarations, proclamations, normes et projets, représentent un effort coordonné et évolutif de la part de l’UNESCO pour universaliser le discours et les pratiques relatives au patrimoine, sa préservation et son utilisation, dans le but éthique de susciter “ la paix dans l’esprit des hommes » par une valorisation active et une internalisation de la nature historique de la diversité humaine » (Di Giovine, 2015, p 84). Dans une large mesure, les touristes, les communautés locales, les ministères nationaux et même certains gestionnaires de sites interagissent avec des éléments de tous ces projets. De la sorte, cet ensemble totalisant constitue le Programme du patrimoine mondial et le heritage-scape demeure son modèle géo-spatial.

C. Futurs domaines de recherche

22Une des contributions apportées par le modèle du heritage-scape est sa mise en évidence du caractère interconnecté de ces lieux, pratiques et acteurs apparemment disparates, du niveau local au niveau supra-national. La recherche qui s’est développée autour de la nature “ glocale » (Bauman, 1998 ; Robertson, 1995) du patrimoine et du tourisme, est riche et bénéfique. Il serait également bénéfique que de futurs chercheurs travaillent à une meilleure compréhension de l’interconnexion entre les initiatives de l’UNESCO à l’intérieur du Programme du patrimoine mondial, et sur la question de savoir comment les sites du patrimoine mondial matériel et leur conservation sont impactés par les flux d’interactions entre touristes, mécènes, politiciens et professionnels de l’industrie lors d’événements liés au patrimoine immatériel et dans le cadre des “ villes créatives ». En particulier, à l’heure où le Réseau des villes créatives - qui est intrinsèquement plus en ligne avec le tourisme sur le plan commercial que ne le sont les Conventions du patrimoine mondial et de la sauvegarde du patrimoine immatériel - élargit son champ d’action et où plus d’un milliard de touristes voyagent chaque année (voir http://1billiontourists.unwto.org/​), il apparaît également nécessaire de s’intéresser d’avantage aux enjeux de la durabilité dans le patrimoine et le tourisme (Di Giovine, 2017). La durabilité - garantir que les besoins environnementaux, économiques et sociaux d’un peuple soient rencontrés aujourd’hui sans sacrifier ceux des générations futures - est une préoccupation croissante, en particulier chez les chercheurs en tourisme et chez les praticiens. Il y a déjà, parmi les professionnels de la conservation, une conscience que le tourisme de masse est incompatible avec la préservation de l’intégrité, tant socio-culturelle que physique, des monuments. Pourtant des organisations telles que le Comité international du tourisme culturel (ICTC) de ICOMOS - l’organe consultatif de l’UNESCO en matière de patrimoine matériel - discutent pour savoir comment les deux peuvent être conjointement durables, bien que les solutions soient difficiles à entrevoir. Finalement, et intrinsèquement lié à ce qui précède, il est nécessaire de continuer à se concentrer sur l’éthique des pratiques relatives au patrimoine mondial. Il existe certainement aujourd’hui pléthore de recherches critiques sur les conséquences, souvent néfastes pour les peuples indigènes, du développement patrimonial, et de nombreuses associations professionnelles ont adopté des codes de déontologie pour les pallier. Pourtant, on trouve peu d’analyses systématiques et actualisées qui examinent en quoi ces critiques et ces codes rejoignent ou s’écartent du travail de l’UNESCO (cf. Logan, 2012 ; Di Giovine, Majewski, à paraître). Ceci est important vu qu’en définitive, le heritage-scape établit un modèle pour un projet éthique spécifique - un projet qui restera peut-être à jamais utopique et évanescent. L’étude approfondie des pratiques du patrimoine mondial est plus que jamais nécessaire en ces temps troublés.

D. Postscriptum : Avis aux jeunes chercheurs

23Je crains que peu sachent que The Heritage-scape était principalement dérivé de ma thèse de master, augmentée de recherches ultérieures et ré-écrite au début de mon doctorat. Je me sens extrêmement chanceux que l’éditeur Lexington Books - un département de la maison Rowman and Littlefield - ait ainsi misé sur moi à l’aube de ma carrière. Au cours de mes études et de ma carrière actuelle à l’université, j’ai rencontré de brillants jeunes chercheurs qui se sentaient dépassés ou intimidés face aux publications scientifiques. Lorsque j’ai écrit The Heritage-scape, j’avais le sentiment d’avoir quelque chose à dire ; de même, j’encourage les jeunes chercheurs qui croient avoir une contribution à faire, à tenter le coup et soumettre leurs textes à une revue ou un éditeur. Dans le champ des études sur le tourisme, il existe de nombreux journaux - certains, comme Via@ sont en accès libre, ce qui garantit une large diffusion de la recherche. De nombreuses organisations professionnelles sollicitent des contributions en ligne de la part de leurs membres ; celles-ci sont également largement lues et produisent de la connaissance de haut niveau. Enfin, il existe différentes collections au sein de grandes maisons d’édition qui s’intéressent aux aspects sociaux et scientifiques du patrimoine et du tourisme. Noel Salaza et moi-même avons récemment lancé une collection chez Lexington, The Anthropology of Tourism : Heritage, Mobility and Society, que nous souhaitons vraiment ouvrir aux jeunes chercheurs autant qu’aux chercheurs confirmés, pour soutenir les premiers et les encourager à soumettre des textes. Preuve de cette volonté, non seulement l’éditeur est-il celui qui a pris le risque de publier “ The Heritage-scape », mais le premier ouvrage de cette collection (Hill, 2017) consiste également en une version retravaillée d’une thèse de master, comme ce fut mon cas autrefois.

Haut de page

Bibliographie

Adell, N., Bendix, R., Bortolotto, C., Tauschek, M. (eds.), 2015, Between Imagined Communities and Communities of Practice, Göttingen, UniversitätsverlagGöttingen.

Anderson, B., 1998, Imagined Communities, New-York, Verso.

Appadurai, A., 1996, Modernity at Large, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Basu, P., 2007, Highland Homecomings, London, Routledge.

Boniface, P., Fowler P., 1993, Heritage and Tourism in The Global Village, London, Routledge.

Bourdeau, L., Gravari-Barbas M., Robinson M., 2015, World Heritage, Tourism, and Identity, London, Routledge.

Bourdeau, L., Gravari-Barbas M., Robinson M., 2017, World Heritage Sites and Tourism : Global and Local Relations, London, Routledge.

Bourdieu, P., 1993, The Field of Cultural Production, New York, Columbia University Press.

Brumann, C., Berliner, W. (eds.), 2016, World Heritage on the Ground : Ethnographic Perspectives, Oxford, Berghahn.

Bruner, E., 2005, Culture on Tour, Chicago, University of Chicago Press.

Butler, B. 2007, Return to Alexandria, Walnut Creek, Left Coast Press.

Cameron, C., Rössler, M., 2013, Many Voices, One Vision : The Early Years of the World Heritage Convention, Farnham, Ashgate.

del Mármol, C., Siniscalchi V., Estrada F., 2016, “ Reflecting on heritage and power : dynamics, strategies and appropriations in the Catalan Pyrenees and the French Alps », International Journal of Heritage Studies 22, 5, 341-354.

Di Giovine, M., 2009, The Heritage-scape : UNESCO, World Heritage, and Tourism, Lanham, Lexington Books.

Di Giovine, M., 2010, “ World Heritage Tourism : UNESCO’s Vehicle for Peace ? », Anthropology News, 8-9.

Di Giovine, M., 2011, “ UNESCO’s Heritage-scape : A Global Endeavor to Produce ‘Peace in the Minds of Men’ through Tourism and Preservation », In Rana, P.B. S. (ed), Heritagescapes and Cultural Landscapes, New Delhi, Shubhi Publications, 57-86.

Di Giovine, M, 2014, “ World Heritage Objectives and Outcomes », In Smith C. (ed.) Encyclopedia of Global Archaeology, New York, Springer, 7894-7903.

Di Giovine, M., 2015, “ UNESCO’s World Heritage Program : The Challenges and Ethics of Community Participation », In Adell, N., Bendix, R., Bortolotto, C., Tauschek, M. (eds.), Between Imagined Communities and Communities of Practice, Göttingen, Universitätsverlag Göttingen, 83‒108.

Di Giovine, M., 2017, “ The Anthropological Perspective on Sustainable Tourism : In Members’ Own Words », Anthropology News.

Di Giovine, M. (in press), “ A Conversation with Edward Bruner », In Leite, N., Castaneda, Q., Adams, K. (eds.), Taking Tourism Seriously : Edward Bruner and the Anthropology of Tourism, Lanham, Lexington Books.

Di Giovine, M., Cowie S., 2014, “ The Definitional Problem of Patrimony and the Futures of Cultural Heritage », Anthropology News.

Di Giovine, M., Majewski, T. (forthcoming), “ Ethics in Conservation », In Lopez Varela, S. (ed), The SAS Encyclopedia of Archaeological Sciences.

Foster, M., Gilman L., 2015, UNESCO on the Ground, Bloomington, University of Indiana Press.

Galla, A. (ed.), 2012, World Heritage : Benefits Beyond Borders. Paris, UNESCO Publishing.

Garden, M.-C., 2004, The Heritagescape : Exploring the Phenomenon of the Heritage Site, Unpublished Ph.D. thesis, Cambridge, Cambridge University.

Garden, M.-C., 2006, “ The Heritagescape : Looking at Landscapes of the Past », International Journal of Heritage Studies, 12, 5, 394–411.

Hafstein, V., 2009, “ Intangible Heritage as a List : From Masterpieces to Representation », In Smith L., Akagawa N. (eds), Intangible Heritage, London, Routledge.

Harrison, D., Hitchcock M., 2005, The Politics of World Heritage, Clevedon, Channel View.

Harrison, R., 2013, Heritage : Critical Approaches, London, Routledge

Harrison, R. (ed.), 2010, Understanding the Politics of Heritage, Manchester, University of Manchester Press.

Hill, S., 2017, Alternative Tourism in Budapest, Lanham, Lexington Books.

Ilcan, S., Phillips, L., 2006, “ Governing Peace : Global Rationalities of Security and UNESCO’s Culture of Peace Campaign », Anthropologica, 48, 1, 59–71.

Joy, C., 2012, The Politics of Heritage Management in Mali : From UNESCO to Djenné, Walnut Creek, Left Coast Press.

Kirshenblatt-Gimblett, B., 1999, Destination Culture, Berkeley, University of California Press.

Labadi, S., 2013, UNESCO, Cultural Heritage and Outstanding Universal Value, Lanham, AltaMira Press.

Lafrenz Samuels, K., Rico, T. (eds.), 2015, Heritage Keywords, Denver, University of Colorado Press.

Logan, W., 2012, “ Cultural Diversity, Cultural Heritage and Human Rights : Towards Heritage Management as Human Rights-Based Cultural Practice », International Journal of Heritage Studies, 18, 231–244.

Logan, W., 2013, “ Australia, Indigenous Peoples and World Heritage from Kakadu to Cape York : State Party Behaviour under the World Heritage Convention », Journal of Social Archaeology, 13, 2, 153–176.

Mabry, J., Di Giovine, M., Majewski T., 2016, “ Universal Value Added : Recontextualizing and Leveraging Tucson’s Intangible Food Heritage as a UNESCO City of Gastronomy », Paper presented at the Association of Critical Heritage Studies biennial meeting, Montréal, Canada.

MacCannell, D., 1976, The Tourist. Berkeley, University of California Press.

Meskell, L., 2013(a), “ UNESCO and the Fate of the World Heritage Indigenous Peoples Council of Experts (WHIPCOE) », International Journal of Cultural Property, 20, 2, 155–174.

Meskell, L., 2013(b), “ UNESCO’s World Heritage Convention at 40 : Challenging the Economic and Political Order of International Heritage Conservation », Current Anthropology 54, 4, 483–494.

Meskell, L., 2014, “ States of Conservation : Protection, Politics and Pacting within UNESCO’s World Heritage Committee », Anthropological Quarterly, 87, 1, 267–292.

Meskell, L., Liuzza C., Bertacchini E, Saccone, D., 2015, “ Multilateralism and UNESCO World Heritage : Decision-Making, States Parties and Political Processes », International Journal of Heritage Studies, 21,5, 423-440.

Nash, D.,1977, “ Tourism as a Form of Imperialism », In Valene Smith (ed.), Hosts and Guests. Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 37-52.

Reyes, V., 2014, “ The Production of Cultural and Natural Wealth : An Examination of World Heritage Sites », Poetics, 44, 42–63.

Robertson, R., 1995, “ Glocalization : Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity », In Featherstone M., Lash S., Robertson R. (eds.), Global Modernities, London, Sage, 25‒44.

Robinson, M., Silverman H., 2015, Encounters with Popular Pasts, New-York, Springer.

Rössler, M., 2006, “ World Heritage Cultural Landscapes : A UNESCO Flagship Programme 1992–2006 », Landscape Research, 31, 4, 333–353.

Salazar, N., 2010, “ The Glocalisation of Heritage through Tourism », In Labadi, S., Long,C. (eds.), Heritage and Globalisation, London, Routledge, 131–145.

Salazar, N., Graburn N., 2014, Tourism Imaginaries : Anthropological Approaches, Oxford, Berghahn.

Shepherd, R., 2013, Faith in Heritage, Walnut Creek, CA, Left Coast Press.

Singh, Rana P.B., 1995, “ Heritage Ecology and caring for the Earth : a Search for Preserving Harmony and Ethical Values », National Geographical Journal of India, 41, 2, 191-218.

Singh, Rana P. B., 2011, “ Heritagescapes and Cultural Landscapes : An Appraisal ; In, Singh, Rana P.B. (ed.) Heritagescapes and Cultural Landscapes, Shubhi Publications, Gurgaon & New Delh, 7-56.

Singh, Rana P.B., Rana, Pravin S., 2011, “ Heritagescapes of India : Appraising Heritage Ecology », In, Singh, Rana P.B. (ed.) Heritagescapes and Cultural Landscapes, Shubhi Publications, Gurgaon & New Delhi, 87-128.

Smith, L., 2006, Uses of Heritage, London, Routledge.

Smith, L., Akagawa, N. (eds.), 2009, Intangible Heritage, London, Routledge.

Staiff, R., Bushell, R., Watson S., 2013, Heritage and Tourism, London, Routledge.

Timothy, D., Boyd, S. W., 2003, Heritage Tourism, NY, Prentice Hall.

UCCN, 2016(a), Creative Cities for Sustainable Development, Paris, UNESCO.

UCCN, 2016(b), UNESCO Creative Cities Network : Creativity for Sustainable Urban Development, Brochure, Paris, UNESCO.

UNESCO, 2004, Mission Statement of Creative Cities Network (accessed on June 1, 2016) https://en.unesco.org/creative-cities/sites/creative-cities/files/Mission_Statement_UNESCO_Creative_Cities_Network.pdf

UNESCO, 2005, World Heritage Information Kit, Paris, World Heritage Center.

UNESCO, 2010, UNESCO : What is it ? What does it do ?, Brochure, Paris, UNESCO

UNESCO (n.d.), A Proposed Framework for the Development of Joint Cooperation on Nature Conservation and Sustainable Tourism at World Heritage Natural Sites between the Tourism Industry and the UNESCO World Heritage Centre, Paris, World Heritage Centre.

UNESCO, 1945, Constitution of the United Nations Education, Science and Cultural Organization, Paris, UNESCO.

UNESCO, 1972, Convention Concerning the Protection of the World Cultural and Natural Heritage, Paris, UNESCO.

Haut de page

Notes

1 Bien qu’il lui fut attribué un copyright de 2009, comme je le référence ici.

2 Georgetown University’s School of Foreign Service

3 En préparation de cet article, Aaron Gallant, mon étudiant de l’Université de West Chester, a répertorié quelque 500 citations du terme et de ses usages. Le présent chapitre est basé sur l’analyse de cette base de données.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael A. Di Giovine, « Le heritage-scape : origines, éléments théoriques et examen critique d’un modèle de compréhension du Programme du patrimoine mondial de l’UNESCO », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2048 ; DOI : 10.4000/viatourism.2048

Haut de page

Auteur

Michael A. Di Giovine

Université de West Chester, Pennsylvanie (E.-U.)

Articles du même auteur

Haut de page

Traducteur

Bruno Nys

Architecte et Sociologue, Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals