Navigation – Plan du site

Evaluation et approfondissement du concept de gentrification touristique

Kevin Fox Gotham
Traduction de Bruno Nys
Cet article est une traduction de :
Assessing and Advancing Research on Tourism Gentrification [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Valutazione e promozione della ricerca sulla gentrificazione del turismo [it]

Résumé

Cet article présente un aperçu et une évaluation de mon concept de gentrification touristique. J’y décris les raisons qui m’ont amené à développer ce concept et je détaille les sources qui m’ont inspiré cette théorisation du tourisme en tant que moteur et produit essentiels des phénomènes touristiques. J’y discute ensuite les diverses réactions du monde académique à mon concept et je retrace les manières dont des chercheurs, de par le monde, se sont emparés de mon travail pour façonner de nouvelles théories et compréhensions de l’interconnexion entre tourisme et gentrification. Tel un dispositif heuristique, la gentrification touristique focalise la réflexion théorique et analytique sur la manière dont des formessingulières de tourisme et de gentrification peuvent être produites au niveau local par l’intrication entre la croissance économique générée par la consommation, les identités culturelles liées au statut du gentrificateur et la circulation globale des investissements immobiliers. Comme je l’indique, le caractère flexible et maniable de mon concept de gentrification touristique permet de mettre en évidence les diverses manières dont le tourisme peut être un moteur d’urbanisation et de transformation de quartiers, le produit de tensions sociales et le théâtre de flux financiers et culturels mondialisés.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de la dernière décennie, mon concept de gentrification touristique a été le catalyseur d’une transformation majeure dans la recherche empirique et théorique sur les causes et les effets de la gentrification dans diverses villes du monde. La gentrification touristique est un dispositif heuristique qui focalise l’attention analytique sur un moteur jusque là ignoré de la gentrification : l’activité touristique. Tandis que des décennies de recherche s’étaient intéressées aux effets de la gentrification en termes de déplacements résidentiels et de parc immobilier, mon article de 2005 et mon travail ultérieur se sont concentrés sur les aspects commerciaux de la gentrification, notamment le remplacement d’affectations résidentielles par des affectations commerciales (touristiques) et le remplacement de petites entreprises familiales par l’industrie des loisirs et par des attractions touristiques (Gotham 2005a; 2005b). Depuis 2005, des ouvrages scientifiques, des recueils de textes et des articles de journaux se sont confrontés à mon concept et l’ont adapté de diverses manières pour examiner les liens entre tourisme, gentrification et restructuration socio-spatiale (Brown-Saracino 2016; 2013; Lees, Slater, and Wyly 2013; Lees, Shin, and Ernesto 2016; Columb and Novy 2016). Avant les années 2000, les théories et les principaux programmes de recherche portant sur la gentrification traitaient rarement du tourisme. En revanche, une caractéristique principale des récentes études sur la gentrification touristique est de chercher à connecter les schémas et phénomènes de gentrification avec des processus économiques et politiques plus larges, notamment le développement du tourisme, la dérégulation et re-régulation des marchés immobiliers urbains, l’action des firmes transnationales et les nouveaux mécanismes de la finance mondiale ((Gotham 2006; 2009; 2012; Lees, Shin, and Lopez-Morales 2016).

2Mon travail de recherche sur le tourisme est synthétique et interdisciplinaire. Je cherche à développer de nouvelles recherches empiriques et théoriques sur la transformation de l’espace urbain due aux forces interagissantes du tourisme et de la gentrification. Alors que la plupart des analyses du tourisme ont ignoré son impact sur les processus et phénomènes de gentrification, mon concept de gentrification touristique suggère que des quartiers qui subissent un redéveloppement touristique constituent des théâtres majeurs de restructuration gentrificatrice. Dans mon travail sur la Nouvelle Orléans, je développe l’argument plus général selon lequel, depuis quelques décennies, d’anciens modèles et tendances de développement touristique se recomposent fondamentalement sous la pression de formes nouvelles d’investissements immobiliers et de stratégies d’entreprise (Gotham 2009; 2007a; 2007c; 2007d; 2007f). En combinant construction théorique, analyses historiques, observations de terrain et interviews ethnographiques, ma recherche offre un analyse originale et innovante des configurations nouvelles que le tourisme et la gentrification sont tous deux en train de prendre dans les villes de par le monde.

Origine, motivation et sources d’inspiration

3Mon concept de gentrification touristique tire son inspiration théorique de recherches en économie politique urbaine, de la théorie critique ainsi que des intuitions de Guy Debord et de l’Internationale situationniste (Gotham 2017; 2011b; 2011c; 2007b; 2005c; Gotham and Krier 2008).
Sur le plan empirique, mon travail s’est centré sur comment le tourisme peut devenir un véritable détonateur et un champ de bataille sur lequel diverses factions politiques s’affrontent pour influencer la forme et la trajectoire de la restructuration culturelle et économique urbaine (Gotham 2011c; 2007b). Sur le plan théorique, j’ai examiné comment les attractions et les événements touristiques trahissent certaines contradictions et incohérences, génèrent des messages et des effets contraires, constituent des champs de domination et de résistance (Gotham 2011a; 2011b).Mon travail considère les sites et les attractions touristiques comme des théâtres de revendication dans lesquels des groupes et des intérêts antagonistes s’affrontent pour contrôler la production, la représentation et la consommation d’une imagerie spectaculaire et de symboles culturels (Gotham 2017; 2007e). Selon cette perspective complexe, le tourisme recèle tant des traits négatifs et oppressifs que des qualités de résistance et de transformation, qui reflètent les enjeux politiques de la représentation et de la production urbaine du sens (Gotham 2007g; 2005a; 2005b). Les attractions touristiques révèlent des relations sociales inégalitaires et des antagonismes dans le société au sens large, au point qu’elles exposent et articulent les contradictions de race, de classe, de genre et autres structures de domination et de subordination (Gotham and Lewis 2015; Gotham and Haubert 2006). Une telle conception s’interdit toute approche apologétique, unilatérale et réductrice; elle s’attache à explorer la nature conflictuelle, polémique et contradictoire du tourisme.

4Par ailleurs, mes idées et découvertes sur la gentrification touristique sont issues de ma frustration par rapport aux approches classiques de la gentrification, de ma confrontation avec la littérature interdisciplinaire sur le tourisme, ainsi que de ma lecture critique des analyses sur la gentrification dites « de troisième vague ». Les approches classiques ont longtemps considéré la gentrification comme un processus de mutation résidentielle par lequel les classes ouvrières ou populaires sont repoussées hors de leur quartier par de nouveaux arrivants issus de classes moyennes ou supérieures, ce qui entraîne une mutation sociale de la zone. Conformément aux théories écologiques de l’occupation de l’espace, les analyses classiques de la gentrification accordent la primauté à la demande du consommateur et aux préférences individuelles comme moteurs d'une gentrification dont les principaux acteurs sont les individus gentrificateurs. Ces approches sont spécifiques, individualistes, an-historiques et descriptives. Certains critiques soutiennent que les approches classiques tendent à confondre les causes de la gentrification avec ses effets, et échouent à identifier les acteurs-clés, les intérêts organisés ainsi que les macro-structures et les processus extra-locaux qui sous-tendent les phénomènes et les processus de la gentrification (Gotham 2005b).

5Une source d’inspiration connexe a été pour moi la littérature émergeante qui examinait comment tourisme et gentrification en étaient arrivés à étendre leur emprise sur des portions toujours plus vaste de villes et de quartiers américains. Depuis les années ’70 et spécialement depuis 2000, la gentrification s’était intensifiées dans les centre-villes et avait gagné un nombre croissant de quartiers urbains (pour un aperçu, voir Hwang and Lin 2016). Il était clair que la logique à l’oeuvre derrière la gentrification ne se limitait plus aux Etats-Unis ni à l’Europe, mais était devenue un processus global et généralisé (Lees, Shin, and Ernesto 2016). De plus, et la gentrification et le tourisme émergeaient comme des stratégies urbaines mondialisées dans lesquelles les deux processus étaient étroitement mêlés et densément connectés à la mondialisation économique et culturelle. Pourtant, au cours des années ’90 et 2000, en dépit de nombreuses discussions et recherches, peu de scientifiques s’accordèrent sur la manière de conceptualiser la gentrification, sur le niveau d’analyse approprié pour évaluer ses effets et sur les types de données à utiliser pour mesurer empiriquement la gentrification. Tandis que de nombreux scientifiques convenaient que le développement et la gentrification touristiques avaient évolué depuis les années ’70 et ’80, ils ne s’accordèrent pas sur leur forme, leurs causes et leurs effets.

6Une de mes motivations était de comprendre les causes et les effets à la fois de la gentrification résidentielle et de la gentrification commerciale, ainsi que leurs liens avec le développement touristique du Vieux Carré (le Quartier français) de la Nouvelle Orléans. Sur base d’observations et d’interviews ethnographiques se déroulant sur une longue période, j’ai découvert que l’interaction entre les investissements touristiques et les flux changeants de capital sur le marché de l’immobilier renforçait les activités orientées vers la consommation dans l’espace résidentiel et contribuait à encourager la gentrification. Sur ce point, j’ai été influencé par les recherches sur la gentrification dites « de la troisième vague » qui se concentraient sur l’émergence de nouvelles alliances entre promoteurs privés et autorités locales, sur la croissance de grands promoteurs d’entreprise, sur l’impact de trusts d’investissement immobilier (REIT), et sur le rôle joué par de nouveaux réseaux de prêteurs hypothécaires dans le développement de nouvelles formes de « gentrification d’entreprise » (Gotham 2006).

7Une originalité de mon travail sur la gentrification touristique a été d’attirer l’attention sur le rôle joué par les grandes firmes de l’industrie des loisirs et par les politiques étatiques dans l’encouragement de la touristification de l’espace et dans la facilitation de la gentrification par le tourisme. Avant les années ’90 et 2000, la plupart des recherches sur la gentrification se concentraient sur des questions telles que qui sont les gentrificateurs (par exemple, des artistes, des propriétaires d’entreprises, des résidents à revenus moyens et élevés, etc.) et quelle est la nature de la relation des gentrificateurs avec leur quartier. Comme indiqué par Brown-Saracino (2013; 2010, p.168), tandis que les scientifiques se disputaient pour savoir si les gentrificateurs induisaient la gentrification ou bien s’ils profitaient de conditions qui la rendaient possible, très peu de recherches à l’époque se sont intéressées à l’interaction entre les processus touristiques, les manoeuvres des firmes de loisirs et les politiques publiques. Un argument courant, que j’ai contesté, postulait que les désirs du consommateur étaient des forces auxquelles le capital ne faisait que réagir. Le goût du consommateur pour des espaces gentrifiés est, au contraire, construit et rendu désirable par de puissants acteurs économiques et politiques et d’autres intérêts organisés, principalement intéressés par la production d’un environnement bâti duquel ils pourront retirer le profit maximum. De plus, le re-développement d’un quartier en tant que destination de loisir peut attirer dans le quartier une population supérieure et aisée, faire monter les valeurs immobilières au profit des propriétaires occupants et drainer les grandes enseignes commerciales.

8En bref, mon concept de gentrification touristique a offert une nouvelle manière de théoriser et d’analyser le tourisme en tant qu’ensemble de pratiques ayant des effets directs sur la forme urbaine, sur les schémas socio-spatiaux et sur les processus de développement urbain. Alors que mon analyse empirique avait été spécifique à la Nouvelle Orléans et au Vieux Carré, j’ai soutenu que mon concept pouvait être généralisé et appliqué plus largement pour comprendre les interconnexions entre tourisme et gentrification. Au cours des années qui suivirent la publication de cet article, de nombreux chercheurs et scientifiques ont commencé à s’intéresser à ces enjeux en le réinterprétant et en le modifiant pour contribuer à l’évolution et à la transformation de mon concept (pour un aperçu récent, voir Gravari-Barbas and Guinand 2017).

Réactions et confrontation de la part des sciences sociales et des études en tourisme.

9Tandis que la gentrification touristique a fait l’objet de très nombreuses études, approches et enquêtes empiriques, je souhaite me concentrer sur cinq domaines de recherche qui ont favorisé le développement de nouvelles réflexions théoriques et analyses sur les relations entre tourisme et transformations urbaines. Cette liste n’est ni exhaustive ni limitative. Ces domaines ne constituent qu’un résumé partial et incomplet de la vaste littérature sur la gentrification touristique. Un de mes objectifs est d’esquisser les manières dont les intellectuels conceptualisent et étudient la gentrification dans le contexte du tourisme. Un autre objectif est d’examiner spécifiquement certaines formes de gentrification pour offrir un nouvel angle potentiel de théorisation et d’analyse du tourisme. Pour atteindre ces objectifs, je discuterai comment mon concept de gentrification touristique a été reçu par les spécialistes du tourisme et des sciences sociales, et j’évaluerai comment diverses adaptations de mon concept ont fait progresser notre compréhension du tourisme.

10Premièrement, des scientifiques de divers pays ont adapté et appliqué mon concept de gentrification touristique pour interroger la manière dont divers types ou niveaux de gentrification s’articulent à diverses formes de tourisme. Le recours au tourisme pour attirer les investissements urbains et favoriser la gentrification implique souvent la marchandisation des lieux au moyen de diverses formes d’imageries figuratives, de symboles et de thèmes récurrents (Santos and Buzinde 2007; Minoia 2017; Murphy 2008; Lehrer and Wieditz 2009). Des travaux récents ont mis en évidence la manière dont la désignation d’un quartier comme « site historiquement protégé » peut contribuer à sa revitalisation économique, à la relance du tourisme et à sa gentrification (Chan, et al. 2016; McCabe& Ellen 2016). Dans une étude de cas portant sur une décennie d’évolution des entreprises dans le quartier new-yorkais de Brooklyn, Benediktsson & collègues (2016) avancent que les changements dans les modes de consommation s’inscrivant dans des processus plus larges de gentrification, se segmentent en fonction du contexte spatial et démographique local. D’autres ont mis en lumière comment les pratiques touristiques ont été utilisées pour favoriser la gentrification à proximité de friches industrielles (Pearsall 2013), pour combattre la délinquance de gangs (Zerva 2013) et pour changer l’image de quartiers par le choix de genres musicaux (Gibson & Connell 2007).

11D’autres encore ont mis en évidence la subtilité et la complexité des relations entre tourisme et gentrification. Dans une étude de l’entrepreneuriat local sur le site du patrimoine mondial des rizières en terrasse des Hani de Honghe, en Chine, Chan & collègues (2016) proposent le concept « d’auto-gentrification » pour décrire des individus qui cherchent à protéger à la fois les sites patrimoniaux et les modes de vies indigènes contre les impacts négatifs du tourisme. L’étude de Liang & Bao (2015) sur le tourisme et la gentrification dans la ville chinoise de Shenzhen, suggère que le tourisme peut être un levier pour la revitalisation de terrains à l’abandon à proximité de friches industrielles surnommés « LULU’s » (locally unwanted land-uses). Tandis que Chan & collègues (2016) s’intéressent à la gentrification en tant qu’elle menace des formes de tourisme indigènes localement ancrées, Liang & Bao (2015) soutiennent que le tourisme peut contribuer à la prospérité de communautés aux revenus diversifiés et contribuer à préserver les pratiques culturelles locales.

12Deuxièmement, de nombreuses recherches ont appliqué mon concept de gentrification touristique à la question de savoir si la gentrification induite par le tourisme dans les zones rurales est similaire aux processus et phénomènes de gentrification dans les zones urbaines. Sur base d’une étude de cas menée au Québec, Guimond et Simard (2010) illustrent les interactions complexes entre tourisme et gentrification rurale à divers niveaux : au niveau socio-démographique, en termes de logement et d’impact économique, au niveau culturel et communautaire, et enfin aux niveaux physique, environnemental et politique. A noter que ces divers niveaux de gentrification rurale ne sont ni mutuellement exclusifs ni exhaustifs. Au contraire, ils sont construits socialement par différents types de gentrificateurs : nouveaux-venus, résidents de longue date, leaders d’organisations communautaires locales ou régionales, et autorités locales. L’étude menée par Donaldson (2009) dans la ville sud-africaine de Greyton sur les entrepreneurs qui migrent de la ville vers la campagne, suggère que la construction d’une ville gentrifiée par le tourisme procède d’une réorganisation économique des valeurs foncières, de changements démographiques, de choix spatiaux et de l’impact économique des gentrificateurs.

13Troisièmement, la gentrification touristique a également poussé des chercheurs à étudier les dynamiques conflictuelles et controversées du développement touristique dans les villes. Le volume publié par Columb et Novy (2016) rassemble les recherches menées dans 16 villes sur la politisation croissante du tourisme urbain au moment où des résidents et diverses parties prenantes s’opposent à ce qu’ils perçoivent comme les effets et conséquences négatives du développement touristique. Dans de nombreuses villes, les mobilisations politiques ne sont pas dirigées contre le tourisme en tant que tel mais sont organisées pour critiquer les effets délétères des inégalités induites par la gentrification, les déplacements de population et les menaces pour la qualité de vie. Fuller et Michel (2014) décrivent comment des transformations du tissu urbain de Kreutzberg, à Berlin, se produisent « en premier lieu à une échelle relativement petite, pratiquement sans planification stratégique de la part de l’Etat » (p.4). L’ouvrage collectif édité par Su et Teo (2009) se concentre sur les politiques de développement du tourisme patrimonial à Lijiang, en Chine. Les contributeurs y présentent une analyse impressionnante des interactions dialectiques entre capital global et local, politiques gouvernementales, et agissements des touristes et de la population locale, interactions qui re-formatent la ville de Lijiang au profit de la consommation touristique et de la gentrification. Ces études confrontent mon concept de gentrification touristique à différents cas empiriques pour mettre en évidence le rôle central des relations de domination et de subordination dans les processus de développement touristique.

14Quatrièmement, le moment, le rythme et la trajectoire de la gentrification touristique sont localement spécifiques et historiquement circonstanciels. Diverses études ont montré l’imbrication du tourisme et de la gentrification dans le contexte de l’histoire des quartiers (Langegger 2016). Dans une étude récente sur la relation entre le soutien à la création artistique et les réglementations esthétiques à Singapore, Chang (2016) utilise le concept « d’esthétique de la gentrification » pour étudier comment les arts et la culture se conjuguent pour esthétiser la ville. Selon Chang, l’esthétique urbaine et les politiques publiques instaurent les conditions socio-spatiales susceptibles d’attirer en ville des artistes et d’en faire des précurseurs de gentrification. L’arrivée d’artistes dans les quartiers urbains n’est cependant pas sans générer des conflits. Au contraire, comme la recherche ci-avant l’a indiqué, la gentrification entraîne des conflits spatiaux et sociaux entre personnes porteuses de valeurs, de revendications foncières et de goûts esthétiques différents au sein de la ville. Les fortes singularités locales dans la mise en oeuvre des politiques publiques, combinées à la nature contingente de la gentrification touristique, soulignent le besoin d’études de cas détaillées pour comprendre la nature synergique des dynamiques touristiques et gentrificatrices. Ces préoccupations sont mises en évidence dans divers travaux : ceux de Herrera et collègues (2007) sur Santa Cruz de Tenerife, ceux de Zhang et collègues (2013) sur la gentrification de Yuexiu à GHuanghou en Chine, ceux de Shin (2010) sur la gentrification touristique à Pékin, ceux de Zhao et collègues (2009) sur la gentrification à Nanjing, en Chine, et ceux de Lederman (2015) sur les comportement urbains branchés à Buenos Aires. En dépit des différences dans l’approche empirique et analytique, ces diverses études ont en commun de mettre en lumière la manière dont le développement touristique est une source potentielle de conflits et d’antagonismes dans les villes qui subissent une gentrification accélérée.

15Cinquièmement, mon concept de gentrification touristique a sensibilisé les spécialistes du tourisme au rôle de certains acteurs dans la construction, l’appropriation et le déploiement d’imageries particulières, de stratégies d’ensemble et de dispositifs figuratifs visant à s’opposer aux processus de développement touristique. Dans une étude de cas à propos de guides de tours portant sur des problématiques ethniques, Emily Drew (2011, p. 64) illustre comment des guides touristiques mobilisent le concept de gentrification touristique pour rendre explicite le lien entre le tourisme et les processus politiques qui menacent de chasser hors de leur communauté solidaire, des résidents implantés de longue date. Selon Drew (p. 64), dans différents quartiers au caractère racial ou ethnique marqué, ces guides présentent souvent le tourisme comme une force pathologique qui produit une image factice des communautés raciales. Entre sous-entendus et affirmations explicites, ces guides expliquent aux touristes que la culture qu’ils consomment est autant le produit d’inégalités sociales et de la gentrification, qu’une expression « authentique » de la communauté. Dans la recherche ethnographique de Drew, les guides touristiques utilisent des concepts scientifiques tel que celui de la gentrification touristique pour critiquer et contester les constructions radicalisées des communautés afro-américaines. En tant que « stratèges de la représentation », les guides utilisent mon concept de gentrification touristique pour « développer des stratégies qui mettent en avant des représentations alternatives - voire antiracistes - des communautés marginalisées » (p. 55). En bref, le champ d’investigation de Drew montre comment un terme théorico-académique comme celui de gentrification touristique peut se voir apporprier et utiliser par des activistes locaux en tant qu’outil de représentation pour s’opposer à des pratiques gentrificatrices qui aggravent la marginalisation sociale.

16En résumé, depuis 2005, des spécialistes et des chercheurs se sont approprié mon concept de gentrification touristique comme catalyseur d’une littérature naissante sur l’impact des discours, des modalités de présentation et des processus de mise en scène touristiques, ainsi que sur certaines formes de transformation urbaine. L’importance théorique et empirique de mon concept ainsi que sa popularité apparaissent évidentes dans des études portant sur le développement touristique et la gentrification de Hanoi (Yip et Tran 2016), de Berlin (Fuller and Michel 2014; Novy 2014), de Memphis (Gibson et Connell 2007), de Londres (Benediktsson, et al. 2016), de Toronto (Lehrer et Wieditz 2009), de New York (Pearsall 2013), de Los Angeles (Zerva 2013), de Chicago (Drew 2011), de villes chinoises (Chan, et al. 2016; Liang and Bao 2015; Zhang, et al. 2014), et de villes d’Europe méridionale ou d’Amérique latine (Janoschka, et al. 2014; Gonzalez 2017). Les multiples acteurs, géographies et dynamiques conflictuelles de la gentrification touristique ont stimulé un grand nombre de recherches internationales concernant la manière dont les pratiques touristiques peuvent influencer les phénomènes de gentrification et comment la gentrification peut être un levier du développement touristique.

Adaptations et modifications du concept de gentrification touristique

17Pour terminer, je voudrais traiter de quelques subtilités conceptuelles et approches analytiques qui, je crois, peuvent ouvrir des pistes inédites et innovantes à la recherche en matière de gentrification touristique.

18Tout d’abord, l’analyse du processus de la gentrification touristique en relation avec les processus de transformation des quartiers peut faire progresser de manière plus large l’étude des dynamiques touristiques. Si la compréhension des processus de gentrification est restée limitée, c’est en partie parce que son étude est généralement restée isolée de l’étude du tourisme. Ce cloisonnement des programmes de recherche a limité les progrès théoriques. Il y a plusieurs décennies, lorsque la gentrification était un phénomène relativement restreint, seulement observé dans quelques grandes villes et essentiellement dans des centre-villes, on pouvait se contenter d’un développement indépendant des recherches sur le tourisme et sur la gentrification. La généralisation croissante de la gentrification et la préoccupation croissante du public concernant ses implications pour le développement du tourisme urbain impliquent que nous ne pouvons plus étudier la gentrification indépendamment des processus du tourisme urbain. De plus, un nombre croissant de disciplines autres que la sociologie et la géographie — notamment l’économie, l’histoire, les sciences politiques et la santé publique, pour n’en citer que quelques unes — montrent un intérêt croissant pour la nature complexe et mondialisée du tourisme. Mon concept de gentrification touristique est un dispositif heuristique précieux pour confronter les conceptions anciennes de la gentrification aux théories actuelles sur le tourisme afin d’améliorer la recherche empirique sur les causes et les effets des transformations urbaines.

19Ensuite, mon concept de gentrification touristique peut aider les chercheurs à identifier les moteurs et les effets de la « super-gentrification ». Lees (2003) a attiré l’attention sur la « super-gentrification » pour mettre en évidence l’impact de riches financiers dans des stades de gentrification extrêmes ou hautement avancés. La gentrification touristique peut être utile pour débattre de la manière dont la « super-gentrification » a évolué avec le temps et des formes qu’elle prend dans les contextes de différentes villes et quartiers. La plupart des recherches sur la gentrification se sont axées sur les enjeux de la différenciation spatiale, des changements de population dans les quartiers urbains et du remplacement des anciens habitants par des nouveaux arrivants plus aisés. Par opposition, la gentrification touristique est commerciale autant que résidentielle et reflète de nouvelles connexions institutionnelles entre les institutions locales, l’industrie de l’immobilier et l’économie mondiale.

20Ainsi, mon concept de gentrification touristique est suffisamment spécifique sur le plan théorique pour permettre l’examen détaillé des différents micro- et macro-processus, formes et types de gentrification se produisant dans les villes de par le monde. De plus, une conceptualisation claire de la gentrification touristique permet d’explications les causes et les effets de la gentrification de manière plus cohérente et plus économe que ne le peuvent les théories actuelles. Des théorisations trop larges et générales de la gentrification ont tendance à distraire l’attention de l’ancrage local des pratiques touristiques et des impacts locaux des investissements fonciers dans les espaces commerciaux et résidentiels. Elles tendent également à masquer les changements réglementaires et légaux qui sous-tendent les processus de déplacement de population et de développement touristique. Ainsi, nous avons besoin d’approches nuancées de la gentrification touristique, qui soient attentives aux circonstances politiques, culturelles et socio-économiques, aux sensibilités culturelles locales et aux contingences historiques.

21En substance, retenons que le concept de gentrification touristique peut trouver un large éventail d’applications et est suffisamment spécifique pour faire la distinction entre divers types de développement touristique et de gentrification. Mon concept permet une compréhension féconde, sur le plan théorique, du tourisme en tant que moteur de transformations socio-spatiales, en tant que produit de luttes collectives pour l’occupation de l’espace, et un cadre pour situer des processus socio-économiques, politiques et culturels supra-locaux. Chose importante, la gentrification touristique met en lumière les processus jumeaux de la « globalisation » et de la localisation qui définissent les processus urbains modernes. D’un côté, le tourisme est une industrie « globale » dominée par de grandes chaînes d’hôtel internationales, des tour-opérateurs, des agences de location de voitures et des compagnies de services bancaires (American Express, Visa et les autres). D’un autre côté, le tourisme est une industrie « locale » caractérisée par une production culturelle populaire, une fixité spatiale des infrastructures touristiques et une consommation localisée des lieux. Comprendre et expliquer l’interaction du « global » et du « local » dans la recherche théorique et empirique sur la gentrification touristique implique que toute tentative d’expliquer pourquoi et comment la gentrification touristique se développe examinera où et quand elle se développe.

Haut de page

Bibliographie

Benediktsson, M.O., Lamberta, B., Larsen E., 2016, "Taming a “chaotic concept”: gentrification and segmented consumption in Brooklyn, 2002–2012", Urban Geography, vol. 37, n.4, 590-610.

Brown‐Saracino J., 2016, "An Agenda for the Next Decade of Gentrification Scholarship", City and Community, vol.15, n.3, 220-225.

Brown-Saracino, J., 2013, The Gentrification Debates: A Reader, New York, Routledge.

Brown-Saracino, J., 2010, A Neighborhood That Never Changes: Gentrification, Social Preservation, and the Search for Authenticity, Chicago, University of Chicago Press.

Chan, J.H., Iankova, K., Zhang, Y., McDonald, T., Qi, X., 2016, "The role of self-gentrification in sustainable tourism: Indigenous entrepreneurship at Honghe Hani Rice Terraces World Heritage Site, China", Journal of Sustainable Tourism, vol.24, n.8-9, 1262-1279.

Chang, T.C., 2016, "‘New Uses Need Old buildings’: Gentrification Aesthetics and the Arts in Singapore", Urban Studies, vol.53, n.3, 524-539.

Colomb, C., Novy J. (eds.), 2016, Protest and Resistance in the Tourist City, New York, Routledge.

Donaldson R., 2009, "The making of a tourism-gentrified town: Greyton, South Africa", Geography, 94, 88-121.

Drew E.M., 2011, "Strategies for Antiracist Representation: Ethnic Tourism Guides in Chicago", Journal of Tourism and Cultural Change, vol.9, n.2, 55-69.

Füller H., Michel B., 2014, "‘Stop being a tourist!’New dynamics of urban tourism in Berlin‐Kreuzberg", International Journal of Urban and Regional Research, vol.38, n.4, 1304-1318.

Gibson C., Connell J., 2007, "Music, Tourism and the Transformation of Memphis", Tourism Geographies, vol.9, n.2, 160-190.

Gonzalez P. A., 2017, "Heritage and rural gentrification in Spain: The Case of Santiago Millas", International Journal of Heritage Studies, vol.23, n.2.

Gotham K. F., 2017, "Touristic Disaster: Spectacle and Recovery in Post-Katrina New Orlean", Geoforum, 86, 127–135.

Gotham K. F., 2012, "Cascading Crises: The Crisis-Policy Nexus and the Restructuring of the U.S. Housing Finance System", Critical Sociology, vol.38, n.1, 101-116.

Gotham K. F., 2011a, "Reconstructing the Big Easy: Racial Heritage Tourism in New Orleans", Journal of Policy Research in Tourism, Leisure and Events, vol.3, n.2, 109-120.

Gotham K. F., 2011b., "Resisting Urban Spectacle: The 1984 Louisiana Exposition and the Contradictions of Mega Events", Urban Studies, vol.48, n.1, 197–214.

Gotham K. F., 2011c., "Theorizing Carnival: Mardi Gras as Perceived, Conceived, and Lived Space", in Alienation and the Carnivalization of Society, New York and London, Edited by Jerome Braun and Lauren Langman, Routledge, 93-118

Gotham K. F., 2009, "Creating Liquidity Out of Spatial Fixity: The Secondary Circuit of Capital and the Subprime Mortgage Crisis", International Journal of Urban and Regional Research, 33, 2.

Gotham K. F., 2007a, Authentic New Orleans: Race, Culture, and Tourism in the Big Easy, New York, New York University Press.

Gotham K. F., 2007b, "Critical Theory and Katrina: Disaster, Spectacle, and Immanent Critique", City: Analysis of Urban Trends, Culture, Theory, Policy, Action, vol. 11, n.1, 81-99.

Gotham K. F., 2007c, "Destination New Orleans: Commodification, Rationalization, and the Rise of Urban Tourism", Journal of Consumer Culture, vol.7, n.3.

Gotham K. F., 2007d, "Ethnic Heritage Tourism and Global-Local Connections in New Orleans", Tourism, Ethnic Diversity and the City, Routledge, 125-42.

Gotham K. F., 2007e, "Fast Spectacle: Reflections on Hurricane Katrina and the Contradictions of Spectacle”, Fast Capitalism, vol. 2, n.2.

Gotham K. F., 2007f, "(Re)Branding the Big Easy: Tourism Rebuilding in post-Katrina New Orleans", Urban Affairs Review, vol.42, n.6, 823-850.

Gotham K. F., 2007g, "Selling New Orleans to New Orleans: Tourism Authenticity and the Construction of Community Identity", Tourist Studies, vol.7, n.3, 317-339.

Gotham K. F., 2006, "The Secondary Circuit of Capital Reconsidered: Globalization and the U.S. Real Estate Sector", American Journal of Sociology, vol. 112, n.1, 231-75.

Gotham K. F., 2005a, "Tourism Gentrification: The Case of New Orleans’s Vieux Carre (French Quarter)", Urban Studies, vol.42, n.7, 1099-1121.

Gotham K. F., 2005b, "Tourism from Above and Below: Globalization, Localization, and New Orleans’s Mardi Gras", International Journal of Urban and Regional Research, vol.29, n.2, 309-26.

Gotham K. F., 2005c, "Theorizing Urban Spectacles: Festivals, Tourism, and the Transformation of Urban Space", City: Analysis of Urban Trends, Culture, Theory, Policy, Action, vol.9, n.2, 225-46.

Gotham K. F., Krier D., 2008, "From Culture Industry to the Society of the Spectacle: Critical Theory and the Situationist International", No Social Science Without Critical Theory. Current Perspectives in Social Theory, 25, 155-192.

Gotham K. F., Lewis J., 2015, "Green Tourism and the Ambiguities of Sustainability Discourse: The Case of New Orleans’s Lower Ninth Ward", International Journal of Social Ecology and Sustainable Development (IJSESD), vol.6, n.2, 60-77.

Gotham K. F., Haubert J., 2006, "Neoliberal Revitalization: Prison Building, Casinos, and Tourism in Louisiana", in Gibson T., Lowes M., (ed.), Urban Communication: Production, Text, Context, Rowman and Littlefield, 25-40.

Gravari-Barbas M., Guinand S., (ed.), 2017, Tourism and Gentrification in Contemporary Metropolises: International Perspectives, Taylor & Francis.

Guimond L., Simard M., 2010, "Gentrification and Neo-Rural Populations in the Québec Countryside: Representations Of Various Actors", Journal of Rural Studies, vol.26, n.4, 449-464.

Herrera L.M.G., Smith N., Vera M.Á.M., 2007, "Gentrification, Displacement, and Tourism in Santa Cruz de Tenerife", Urban Geography, vol.28, n.3, 276-298.

Hwang J., Jeffrey L., 2016, "What Have We Learned About the Causes of Recent Gentrification?", Cityscape, vol.18, n.3, 9-26.

Janoschka M., Sequera J., Salinas L., 2014, "Gentrification in Spain and Latin America—A critical dialogue", International Journal of Urban and Regional Research, vol.38 n.4, 1234-1265.

Langegger S., 2016, "Right-of-way Gentrification: Conflict, Commodification and Cosmopolitanism", Urban Studies, vol.53, n.9, 1803-1821.

Lederman J., 2015, "Urban Fads and Consensual Fictions: Creative, Sustainable, and Competitive City Policies in Buenos Aires", City & Community, vol.14, n.1, 47-67.

Lees L., 2003, "Super-gentrification: The case of Brooklyn heights, New York city", Urban Studies, vol.40, n.12, 2487-2509.

Lees L., Shin H.B., López-Morales E., 2016, Planetary Gentrification, Polity Press, Cambridge, UK.

Lees L., Slater T., Wyly E., 2013, Gentrification, New York, Routledge.

Lehrer U., Wieditz T., 2009, "Condominium development and gentrification: The relationship between policies, building activities and socio-economic development in Toronto", Canadian Journal of Urban Research, vol.18, n.1, 140.

Liang Z.X., Bao J.G., 2015, "Tourism gentrification in Shenzhen, China: causes and socio-spatial consequences", Tourism Geographies, vol.17, n.3, 461-481.

McCabe B. J., Ellen I. G., 2016, “Does Preservation Accelerate Neighborhood Change”, Journal of the American Planning Association, vol.82, n.2, 134-146

Minoia P., 2017, "Venice reshaped? Tourist gentrification and sense of place", In Bellini N., Pasquinelli C. (ed.), Tourism in the City: Towards an Integrative Agenda on Urban Tourism, New York: Springer International Publishing, 261-274.

Murphy L., 2008, “Third-wave Gentrification in New Zealand: The Case of Auckland”, Urban Studies, vol.45, n.12, 2521-2540.

Novy J., 2014, "Berlin Does Not Love You", in Bernt M., Grell B., Holm A., The Berlin Reader: A Compendium on Urban Change and Activism, Berlin, Germany (Transcript-Verlag).

Pearsall H., 2013, "Superfund Me: AStudy of Resistance to Gentrification in New York City", Urban Studies, vol.50, n.11, 2293-2310.

Santos C.A., Buzinde C., 2007, "Politics of Identity and Space: Representational Dynamics", Journal of Travel Research, vol.45, n.3, 322-332.

Shin H.B., 2010, "Urban Conservation and Revalorisation of Dilapidated historic Quarters: The Case of Nanluoguxiang in Beijing", Cities, 27, 43-54.

Su X., Teo P., 2009, The Politics of Heritage Tourism in China: A View from Lijiang, New York, Routledge.

Yip N.M., Tran H.A., 2016, "Is ‘Gentrification’ an Analytically Useful Concept for Vietnam? A Case Study of Hanoi", Urban Studies, vol.53, n.3, 490-505.

Zhang X., Hu J., Skitmore M., Leung B.Y., 2013, "Inner-city urban redevelopment in China metropolises and the emergence of gentrification: Case of Yuexiu, Guangzhou", Journal of Urban Planning and Development, vol.140, n.4.

Zhao Y.Z., Kou M., Lu S., Li, D.H., 2009, "The characteristics and causes of urban tourism gentrification: A case of study in Nanjing", Economic Geography, vol.29, n.8, 1391-1396.

Zerva K., 2013, "Crime and Tourism: Organizational Opportunities and Social Marketing in LA Gang Tours", Journal of Tourism and Cultural Change, vol.11, n.1-2, 92-108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Fox Gotham, « Evaluation et approfondissement du concept de gentrification touristique », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2199 ; DOI : 10.4000/viatourism.2199

Haut de page

Auteur

Kevin Fox Gotham

Ph.D. Department of Sociology, Tulane University

Articles du même auteur

Haut de page

Traducteur

Bruno Nys

Architecte et Sociologue, Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals