Navigation – Plan du site
Photos

Le terrain comme source d’inspiration

Kevin Fox Gotham
Traduction de Bruno Nys
Cet article est une traduction de :
The field as source of inspiration [en]

Texte intégral

Jackson Square et la cathédrale Saint-Louis, dans le Vieux Carré français de la Nouvelle-Orléans (circa 1920)

Jackson Square et la cathédrale Saint-Louis, dans le Vieux Carré français de la Nouvelle-Orléans (circa 1920)

Photo extraite de Gotham (2007a, p.88). Reproduite avec la permission de la Bibliothèque publique de la Nouvelle-Orléans, Département Louisiane, et des Archives de la Ville.

1Cette photo montre Jackson Square et la cathédrale Saint-Louis, dans le Vieux Carré français de la Nouvelle-Orléans en Louisiane. Construit en 1718, ce quartier composé d’un mélange d’habitat et de commerce s’est développé sur une trame rectangulaire d’approximativement 120 îlots le long du Mississippi. Avec l’achat de la Louisiane en 1803, les Etats-Unis héritèrent d’un centre économique prospère bénéficiant du commerce fluvial. En 1937, le quartier a été classé comme patrimoine historique. Au milieu du vingtième siècle, le Vieux Carré avait acquis une réputation de quartier charmant, unique par son histoire et son passé culturel.

2A partir des années ’60, le Vieux Carré a subi plusieurs vagues de gentrification et est devenu une destination touristique majeure caractérisée par une prolifération d’infrastructures pour le tourisme d’affaire, et de logements de luxe pour les riches célébrités hollywoodiennes. Au fil des décennies, des habitants et des entreprises se sont alliés aux défenseurs du patrimoine et autres militants pour s’opposer à la multiplication des fast-foods, des centres commerciaux et chaînes de vêtements qui s’adressaient presqu’exclusivement aux touristes. En 1995, le United States National Trust for Historic Preservation a identifié le Vieux Carré comme l’un des dix sites les plus menacés du pays du fait de la pression que la croissance commerciale faisait peser sur le caractère résidentiel du quartier. Ces dernières années, des habitants et des associations de quartier se sont plaints de l’augmentation des hôtels, des bed & breakfasts, des propriétés partagées, des immeubles à appartements et des grands clubs de loisir. Tant le revenu médian que la valeur foncière ont grimpé, en particulier depuis les années ’90. La hausse des loyers et la transformation des maisons uni-familiales bon marché en immeubles à appartements coûteux ont repoussé les ménages à revenus modestes et fait de ce quartier un endroit hors de prix.

3La promotion touristique du Vieux Carré vise non seulement à amener les touristes à dépenser dans la ville mais également à stimuler l’attrait d’un mode de vie urbain comme produit de consommation pour de potentiels gentrificateurs. Des images et des symboles de romance, de nostalgie, de bonne cuisine, de musique jazz, de danse et de shopping, ont attiré depuis longtemps les touristes vers le Vieux Carré. Avant les années ’70, la publicité, le marketing et les campagnes de promotion pour accroître le tourisme s’étaient mobilisés qu’au coup par coup, sans coordination, et sans la sophistication actuelle. Non seulement le contexte socio-économique était-il différent d’aujourd’hui, mais l’intensité et l’échelle de la publicité ainsi que l’organisation de la production esthétique étaient également très différentes. Aujourd’hui, des groupes privés et publics comme la Société de marketing du tourisme de la Nouvelle-Orléans, le Réseau de tourisme multiculturel de la Nouvelle-Orléans, le Bureau du Maire pour le tourisme et les arts, le Bureau des Conférences et Visiteurs « simulent » le Vieux Carré en utilisant de techniques de marketing sophistiquées visant à promouvoir le désir et l’imagination, en mobilisant l’art et le design pour produire des expériences touristiques désirables, et en recourant à d’autres techniques hautement raffinées de production et de diffusion de l’image. Cela implique que les institutions touristiques ne sont pas nécessairement engagées dans la publicité et la promotion de ce que la ville a à offrir. Elles participent à l’adaptation, au façonnage et à la manipulation des images du lieu à rendre désirable pour les consommateurs visés. Faire la publicité du Vieux Carré en tant que lieu d’architecture renommée, de romance, de patrimoine culturel, de musique et d’activités de loisirs diverses, affecte la production et la consommation de l’espace urbain pour le tourisme. Les mêmes symboles, motifs et thèmes qui renvoient à la publicité touristique sont également mobilisés pour stimuler la demande de consommation d’un mode de vie gentrifié.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jackson Square et la cathédrale Saint-Louis, dans le Vieux Carré français de la Nouvelle-Orléans (circa 1920)
Crédits Photo extraite de Gotham (2007a, p.88). Reproduite avec la permission de la Bibliothèque publique de la Nouvelle-Orléans, Département Louisiane, et des Archives de la Ville.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/2232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Fox Gotham, « Le terrain comme source d’inspiration », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2232

Haut de page

Auteur

Kevin Fox Gotham

Ph.D., Department of Sociology, Tulane University, New Orleans

Articles du même auteur

Haut de page

Traducteur

Bruno Nys

Architecte et Sociologue, Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals