Navigation – Plan du site

Comment j’ai écrit : The Tourist1

Dean MacCannell
Traduction de Philippe Bachimon
Cet article est une traduction de :
The Making of The Tourist1 [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
La elaboración de El turista1 [es]

Résumé

L’auteur revient sur le contexte historique et les fondements intellectuels et institutionnels de son étude (1976) intitulée The tourist : a New Theory of the Leisure Class, en particulier sur ses liens avec la théorie sociale et critique classique et son adéquation avec le post-structuralisme et le déconstructivisme. Il aborde les influences qui l’ont marqué comme celle de Marx, Durkheim, C.S. Peirce, Barthes, Lévi-Strauss, Goffman et Derrida. Il décrit la méthode qu’il a appliqué à The Tourist comme ayant consité à observer les touristes à la recherche d’indices peremettant de comprendre les formes et la direction que prennait la société contemporaine. Cette approche est décrite comme étant antithétique à la fragmentation par domaine telle qu’elle est pratiquée à l’université, où la connaissance de la société est éparpillée et distribuée dans divers domaines déconnectés les uns des autres tels que les études féministes, les études ethniques, les études culturelles, les études en communication, etc. À mesure que les touristes traversent tous ces domaines, ils ouvrent de nouvelles voies vers une compréhension holistique des dispositifs sociétaux émergents. La dernière section de cet article traite des erreurs de lecture qui se sont produites sur les concepts de “ loisir aliéné » et “ d’authenticité mise en scène » que l’auteur a développés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 The Tourist a été publiée à l'origine par Schocken books et a été réédité en régulièrement par Scho (...)

1Aujourd’hui, le tourisme est étudié dans de nombreuses universités dans le monde entier. Il est devenu l’objet de tant de revues et de conférences ; il attire tant de jeunes chercheurs brillants, qu’il est difficile de se souvenir d’une époque où son étude n’existait pas comme un champ d’investigation reconnu. J’ai du faire face à cette situation en 1965 lorsque j’ai proposé d’étudier le tourisme international en tant que sujet de doctorat. Mon comité d’études supérieures de Cornell a rejeté ma proposition au motif que le tourisme n’existant pas en tant que domaine d’études je devrais pour faire ma recherche en construire le champ. Les membres du comité m’ont dit qu’ils pensaient que j’étais à la hauteur de la tâche, mais que le processus serait trop lourd pour un mémoire de doctorat et me prendrait au moins dix ans. Ils ont insisté pour que je finisse mes études dans un délai plus court. "Faites ensuite de cette étude le livre de votre vie" m’ont-ils dit.

2Mes études auparavant s’étaient également partagées entre la sociologie et l’anthropologie. Comme étudiant de premier cycle, j’avais été fortement attiré par les classiques : en particulier Durkheim, Weber, Simmel, Mauss, Malinowski, Redfield et Radcliffe-Brown. Je n’avais lu ni Freud ni Marx, ni l’École de Francfort, ni C.S. Peirce, ni la linguistique saussurienne, ni Barthes, ni Sartre, ni Merleau-Ponty, jusqu’à l’obtention de mon diplôme d’études supérieures. J’aimais lire les livres difficiles. Plus, ils étaient difficiles, plus grande était ma satisfaction quand je les ouvrais pour la première fois.

3Aujourd’hui, les livres que j’aimais lire alors sont qualifiés de “ théoriques ». Mais je ne les ai pas lus comme “ théoriques » à l’époque, pas plus que je ne le fais maintenant. Pour moi, ils étaient simplement des études sur quelque chose. Ils ont jalonné des territoires analytiques intéressants et fourni des explications sur des choses qui se passaient dans de nouveaux domains, comme : les mécanismes par lesquels le capitalisme opère le transfert de la richesse des pauvres vers les riches ; les raisons pour lesquelles le taux de suicide dans les populations en mobilité sociale, ascendante ou descendante, est plus élevé qu’il ne l’est dans les populations socialement plus stables ; etc.

4Mes auteurs préférés ont souvent dû inventer de nouveaux langages, de nouveaux concepts et des définitions pour décrire leurs découvertes, mais il n’y avait rien qui ne ressemble à ces jeux d’esprit, sans contenu et superflus, que l’on appelle aujourd’hui la “ théorie ». Je n’ai jamais eu d’attirance pour le travail académique, ni cru que le but ultime d’un professeur était de publier. Mon objectif a toujours été de résoudre des problèmes et je veux être jugé par l’importance du problème et la qualité de mes solutions. La publication a toujours été accessoire pour moi. Je trouve absurde que quelqu’un puisse publier une “ théorie » humaniste ou une “théorie” des sciences sociales comme une fin en soi. Une théorie digne de ce nom n’est qu’un sous-produit découlant de la création de nouvelles connaissances. À mon avis, les seules personnalités contemporaines qui se sont mesurées à cette tache furent Irving Goffman et Claude Lévi-Strauss. J’ai trouvé chez Foucault rien de pus que ce que l’on trouvait déjà chez Durkheim, Weber et Marx. Immédiatement après avoir terminé mon doctorat à Cornellin en janvier 1968, je suis parti à Paris pour suivre le cours de Lévi-Strauss sur le "Mythe" au Collège de France. Plus tard, en écrivant The Tourist, je me suis rapproché de Goffman à l’Université de Pennsylvanie. En tant qu’étudiant à Berkeley, j’avais suivi son cours d’introduction à la sociologie. À Penn, j’ai participé à son séminaire d’études supérieures intitulé “ Relations in Public » et nous avons souvent échangé à baton rompu sur le passé et l’avenir de la sociologie et de bien d’autres choses.

5C’est sur cela que j’ai édifié mes fondements intellectuels pour écrire The Tourist. Il m’aura fallu exactement dix ans comme prévu par la faculté Cornell pour y arriver.

1. Pourquoi The Tourist ?

6J’ai choisi le touriste comme sujet parce que la figure du touriste me semblait être un bon sujet et une clé dans l’époque socio-historique globale que nous traversions. Le touriste, pensais-je et je le pense toujours, est à notre époque l’équivalent de l’ouvrier d’usine étudié par la sociologie de la fin du XIXe siècle, une figure digne de toute l’attention que nous pourrions lui donner pour comprendre ce qui se passe autour de nous. Et je l’ai choisi surtout parce qu’en 1965, il n’avait pas encore été étudié en profondeur.

7En raison de la façon dont je lis les classiques, je suis intrigué et interpellé par les phénomènes macro-sociaux qui se produisent à grande échelle et qui sont largement répandus dans les cultures et les sociétés, surtout aux points où la macro nous touche le plus intimement - macro/micro. L’interdiction universelle de l’inceste et la relation de l’individu aux moyens de production dans le capitalisme sont des exemples classiques de ce type de phénomène macro / micro. L’interaction d’un face à face socialement structuré en serait un exemple récemment, tout comme la prolifération des mythologies modernes et leur impact sur la conscience individuelle et collective. Un examen attentif du tourisme et de ses pratiques était parfaitement adapté à ma curiosité et à mes prédilections.

2. Etait-il possible de faire une étude sociologique du tourisme ?

8Pas dans un sens conventionnel. Je savais depuis le début que je ne pouvais pas approcher les touristes comme une sorte de groupe délimité. Les unités normalisées d’analyse sociale (classes, groupes, institutions, communautés, régions, etc.) ont été créées en posant des frontières très contingentes séparant rural et urbain, hommes et femmes, Noirs et Blancs, parents et enfants, riches et pauvres, Européens et Américains. Et en Améqiure le Nord du Sud (en tant que catégories de développement économique), immigrants de première, deuxième et troisième générations, etc., ad nauseam, et en traitant les groupements résultants comme s’ils avaient quelque réalité. Dans les années 1950, Talcott Parsons tenta de rassembler ces entités essentiellement fictives en une théorie générale de la société qu’il appelait “ fonctionnalisme structurel ». Il se comparait souvent à un maçon, assemblant les catégories sociologiques comme des éléments structurels de la société, les associant les uns avec les autres en des constructions présentant une analogie conceptuelle avec notre société, un “ ensemble fonctionnel ». Il a échoué.

9Néanmoins, les universités américaines ont adopté un cadre quasi-parsonien en créant de nouveaux départements, des majeures et des mineures, des centres de recherche et des programmes d’études supérieures spécialisés dans l’étude des unités sociales hypostatiques comme des “ briques » de nos sciences humaines et sociales actuelles. La sociologie, aux États-Unis, et peut-être avec une conscience coupable envers ses origines européennes, était plus que prête à sous-traiter une grande partie de son travail à de nouveaux programmes académiques indépendants : citons par exemple : les études féminines, les études culturelles, les études ethniques, la communication, les études des images… et ce à l’infini. Personne ne semble avoir sérieusement remis en question la base fragile et expérimentale de ces domaines catégoriels. Les professeurs et les étudiants des cycles supérieurs ont accepté volontiers l’idée que les définitions des limites entourant leurs programmes étaient suffisamment réelles et stables pour fournir un contexte incontestable au travail universitaire. L’adoubement universitaire a fait des études culturelles un véritable domaine.

10Les universitaires pris au piège dans ces domaines nouvellement institutionnalisés ont pu faire de la recherche de valeur, même si cela est resté limité. Ces sous-domaines extra-disciplinaires ont servi de cadre à la découverte de toutes sortes de différences et de dynamiques, ont permis de revoir des définitions, ont permis d’étudier des mouvements, des transgressions, des transactions, des négociations et de nouvelles formes d’action humaine. Mais toute découverte nécessitait un marché avec le diable. Le travail universitaire actuel repose sur un accord tacite qui exclut toute remise en question sérieuse et directe de la forme et de la direction de la société dans son ensemble. Ce n’est que l’une des nombreuses façons dont l’Université s’est elle-même créé son propre handicap qui l’empêche de comprendre la société et l’humanité du XXIe siècle. Les professeurs des nouvelles sciences sociales et humaines ont fermé les yeux sur les questions qui animent tous les classiques sociologiques sur lesquels repose leur travail en ignorant volontairement l’évidente vérité que s’il y a un changement dans leur domaine, il doit aussi y avoir un changement dans la société entière. Ils se protégent surtout des effets destabilisants qu’auraient des macro-changement sociaux sur leur discipline. Effets qui pourraient remettre en cause l’existence même du domaine sur lequel ils travaillent, celui pour lequel ils sont payés.

11Une hypothèse sous-jacente à mon travail était que la structure de l’unité d’analyse fixe les limites de la gamme des résultats de recherche possibles, tout comme les règles du jeu structurent la façon dont on joue. (Certains font ouvertement usage d’une analogie au jeu.) Mon travail sur le tourisme a commencé avec une hypothèse audacieuse : à savoir, qu’un résultat du jeu pourrait être un nouveau jeu entièrement different de celui du départ ; que les enjeux du jeu pourraient être le jeu lui-même. S’il y avait une unique leçon à tirer des classiques de la sociologie, c’est que dans la vie sociale, le jeu lui-même a toujours été l’enjeu ultime du jeu. Je voulais une méthode qui me permettrait d’observer la naissance d’un nouveau type de société.

3. Le début du travail

  • 2 Au cours des dernières années, il est apparu dans la littérature scientifque sur le tourisme une te (...)

12J’ai commencé par faire une collection de choses que les touristes vont voir. J’ai brièvement entretenu l’idée de créer une typologie naturaliste des attractions touristiques et de partir de là pour aboutir à la variété des motivations et des désirs touristiques. Si j’avais suivi cette stratégie jusqu’à sa conclusion logique, j’aurais simplement répété les erreurs de la sociologie académique et je les aurais imposées à l’étude du tourisme2.

13Toute typologie nécessite une collection plus ou moins complète. J’ai commencé à recueillir des descriptifs de chaque type d’attraction imaginable. Ex : “Niagara, chute d’eau qui attire les tourists”. J’ai donc recueilli des observations des visiteurs des chutes du Niagara et d’autres chutes célèbres. Cela comprenait des textes de guides, de brochures touristiques, de récits de voyage, des fragments d’essais rédigés par des écrivains voyageurs, des observations fortuites d’hommes politiques, de spécialistes des sciences sociales, de journalistes, etc. Dans mon dossier intitule : “ Cascades comme attraction touristique », j’ai rassemblé ainsi des textes jusqu’à ce qu’ils fassent redondance. J’ai ainsi parcouru des milliers de récits concernant des monuments, des montagnes, des festivals, des champs de bataille, des églises, des sites archéologiques, des tours, des vêtements (la robe de cocktail "Joyeux anniversaire Monsieur le Président" de Marilyn Monroe, le chapeau de Napoléon), des peintures (Monalisa, Guernica), des jardins, des ponts, des quartiers pauvres et des quartiers riches, des sites d’événements tragiques et de miracles, etc. Certains de ces textes, mais pas tous, se retrouvent à l’intérieur de The Tourist.

14Finalement, mes archives ont occupé une pièce entière de notre appartement. Il devenait de plus en plus évident que mon rêve d’imposer à ma collection une division en catégories naturelles d’attractions ou de touristes n’était rien qu’un rêve. Il n’y avait rien sur Terre qui ne soit a priori susceptible de devenir une attraction touristique. Toute chose s’avèrait avoir un lien avec ce qui est déjà une attraction, même la bouse de dinosaure pétrifiée. Maintenant, j’étais sûr de deux choses. Premièrement, la plupart des descritptifs que j’avais recueillis n’étaient pas très différents les uns des autres ; peu d’observateurs avaient réellement compris la symbolique qui les unissait. Deuxièmement, les attractions, considérées collectivement en fonction du désir touristique, étaient un domaine de pures possibilités illimitées. En regardant ma collection, j’ai conclu que le désir touristique était universel et illimité, ou presque aussi universel et illimité que n’importe quel autre désir humain. Goffman me suggéra de prendre soin de mes archives. Mais plusieurs déménagements et un incendie les ont réduites aléatoirement à quelques lambeaux.

4. La French Connection

15Si n’importe quel genre d’objet ou d’événement peut devenir touristique, la question qui reste est : qu’est-ce qui distingue exactement une attraction touristique de milliers d’autres choses semblables qui n’attirent pas les touristes ? Y répondre par la "renommée" ou "l’extraordinaire" est simplement tautologique. Ce qui rendait les objets et les événements de mes fichiers différents de ceux de leurs jumeaux et autres frères et soeurs non aimés était qu’ils étaient socialement marqués comme des attractions. C’était leur représentation symbolique, littéralement les coupures que j’ai rassemblées, qui les séparait de la myriade de choses semblables qui n’étaient pas des attractions. Un arbre, “le Cyprès de Monterey » qui se trouvait sur le littoral de la Californie a été représenté pendant de nombreuses années dans chaque guide, et il y a des milliers de cartes postales et de vues photographiques de celui-ci en circulation. Tous ceux qui passaient à proximité devaient s’arrêter et le prendre en photo, très souvent avec leur famille. Des arbres semblables à 300 mètres de là n’avaient aucune représentation socio-symbolique et attiraient peu l’attention. Il y a plusieurs centaines de milliers de photos de type "selfie" postées sur le Web de touristes devant le Golden Gate Bridge. Il n’y a que quelques dizaines de photos similaires concernant le pont d’Oakland Bay, aussi grand et aussi fréquenté, et qui n’est qu’à deux kilomètres du précédent.

16Quand j’ai pensé à cela pour la première fois, mon esprit était envahi par le souvenir de passages entiers des Formes élémentaires de la vie religieuse de Durkheim, comme par exemple : “ Il faut donc se garder de voir dans les symboles de simples artifices. » (p.263). Durkheim a renforcé mon objectif principal, qui était non seulement de faire une étude du tourisme, mais aussi de réaliser un compte rendu holistique de la société dans laquelle nous vivions. Était-il possible que le système mondial d’attractions, leurs représentations symboliques, et le rassemblement des touristes autour puissent constituer une ouverture analytique socio-historique sur notre époque ? Mes données ne pouvaient clairement pas être contenues dans les limites institutionnelles, régionales ou nationales habituelles. Le vaste symbolisme mobilisé par les attractions touristiques du monde entier semblait être le meilleur miroir possible de la conscience moderne ou de la “ vision du monde ».

17Le texte que j’avais écrit à Cornell était une étude comparative des lois des 48 États continentaux des États-Unis. Je voulais savoir si une législation discriminatoire (garde nationale à caractère racial, logement public, etc.) avait un impact sur le développement économique des États. J’ai construit des mesures de différenciation structurelle sociale qui m’ont permis d’explorer les liens entre des niveaux de développement très élevés et la persistance de lois discriminatoires et d’exclusion. Les étudiants de mon programme d’études supérieures me surnommaient “ l’homme de la différenciation ». La première appréhension de mes données touristiques m’a ramené au même point de départ. Comment les modernes vivent-ils dans des conditions où la société est devenue si énorme et si déconnectée de leur existence quotidienne, si complexe et si différenciée, que personne ne peut vraiment connaître sa place dans la totalité qu’elle consitue ? Est-il possible que le tourisme moderne soit un effort collectif massif pour produire directement de la différence ou de la différenciation ? Rien dans mes données ne suggérait le contraire.

18Mais il n’y avait rien non plus dans l’approche de la sociologie anglo-américaine du milieu du siècle qui m’ait donné une méthode pour comprendre l’être humain autrement que comme membre d’un groupe, d’une communauté, d’une classe ou d’une tribu dont dérivait son identité. Mes touristes franchissaient avec enthousiasme toutes les frontières de l’analyse et de la morale, sautant d’un groupe à l’autre, d’une époque à une autre, dès lors qu’ils admiraient le patrimoine laissé par les différents peuples qui avaient occupé la surface de la terre. Si le tourisme était un moyen positif de faire face à la complexité même qui tourmente la vie moderne et qui handicape la sociologie moderne, j’avais besoin d’une nouvelle approche.

19L’environnement intellectuel dans lequel je me suis plongé à l’époque, Paris à la fin des années 1960, m’a fourni les moyens conceptuels et méthodologiques dont j’avais besoin pour faire avancer mon étude du tourisme. Alors que je suivais le cours de Lévi-Strauss sur le “ Mythe » au Collège de France, Juliet Flower MacCannell a suivi le séminaire de philosophie du professeur Jacques Derrida en troisième année à l’Ecole Normale Supérieure. Juliet et les autres étudiants américains du séminaire de Derrida me rapportaient quotidiennement ce qu’il disait. Comme par exemple : "il n’y a pas de signifiés transcendantaux. Il n’y a que des signifiants" ou : "La signification d’un terme ne se comprend qu’à partir d’un autre terme dont il diffère ; elle n’est jamais fixée définitivement mais toujours différée”. Derrida a aussi dit à ses étudiants que pour comprendre le prochain tournant de la philosophie occidentale, ils devraient connaître la linguistique saussurienne, mais plus important encore les écrits du philosophe américain Charles S. Peirce. Saussure avait commencé, disait-il, le processus de libération du symbolique du monde naturel. Mais c’est la sémiotique de Peirce qui avait ouvert la voie à une compréhension du symbolique comme complètement libre de l’essentialisme. Pierce avait été brièvement mentionné dans mon séminaire d’Histoire des Sciences à Cornell mais je n’avais pas encore lu un de ses livres. Juliet et moi avons immédiatement écrit à notre ami Alan Nagel à Cornell pour lui demander de collecter tous les livres de Peirce de la bibliothèque, de les emballer et de nous les poster à Paris. Quand les livres sont arrivés, je les ai absorbés en notant des passages comme celui-ci :

  • 3 Buchler, 162.

“La logique de la science exige inexorablement que nos intérêts ne soient pas limités. Ils ne doivent pas s’arrêter à notre propre destin mais doivent embrasser toute la communauté. Cette communauté, encore une fois, ne doit pas être limitée, mais doit s’étendre à toutes les races d’êtres avec lesquels nous pouvons entrer en relation intellectuelle immédiate ou médiate. Elle doit aller au-delà de cette époque, au-delà de toute limite3.

  • 4 Peu d'entre elles ont traité de son engagement théorique avec la sémiotique et des implications de (...)

20La sémiotique de Peirce m’a donné les concepts de base dont j’avais besoin pour construire les modèles généraux des attractions touristiques et des structures dialogiques des rencontres touristiques. Mais Lévi-Strauss et Barthes m’ont aussi aidé4.

  • 5 Lévi-Strauss, (1967b), pp 128-160.

21Le premier jour où je suis allé au cours de Lévi-Strauss sur le "Mythe" j’avais peu d’attentes. Ses mots : "voyage et voyageurs sont deux choses que je déteste" étaient comme des brulots que je gardais en mémoire. Il m’avait déjà dit frontalement qu’une étude structurale de toute la modernité était impossible. Je pourrais réciter des passages de mémoire de sa leçon inaugurale au Collège de France. “ La pure anthropologie » disait-il, ne pouvait se résumer à l’étude de “ sociétés primitives » dont le “ passé est aussi vieux que l’origine de l’espèce ». Ces sociétés semblent avoir élaboré ou conservé une sagesse particulière qui les incite à résister désespérément. (47-8.) J’étais un grand admirateur de ses textes comme par exemple : "Les organisations dualistes existent-elles ?" où il a suivi sa propre inclination à limiter son analyse au fonctionnement interne d’un groupe fortement délimité5. Donc, je n’espérais pas qu’il me fournisse un cadre méthodologique ou un concept qui pourraient faire progresser notre compréhension d’une communauté peircienne concrète sans limites définies.

  • 6 La recherche touristique dans le domaine de l'anthropologie aux États-Unis a progressé beaucoup plu (...)

22Étais-ce une surprise pour moi ? Au pupitre se trouvait ce fervent défenseur de “ l’anthropologie pure », une anthropologie centrée sur l’élucidation, une à une, des structures internes des isolats primitifs6. Mais qu’allait-il en faire en 1968 ? Il bondissait follement d’une société amérindienne à l’autre, sautant du Détroit de Béring à la Terre de Feu. Il suivait le mouvement des mythes d’une société à l’autre et analysait leurs transformations structurelles telles qu’elles s’étaient réorientées dans leurs usages locaux. Aha ! Si je voulais un précédent clair pour faire des analyses de la mythologie des attractions touristiques comme des ancrages de la conscience moderne, il était ici devant moi dans le travail du penseur contemporain que j’admirai le plus. Dans sa présentation du mythe amérindien il recourrait intuitivement à une Communauté Sans Limites Définies.

  • 7 Alors que ce travail est laissé en friche par d'autres, je l'ai pourvui avec des observations des b (...)

23La gestion par Lévi-Strauss de sa collection de mythes m’a donné un cadre méthodologique pour travailler avec toute ma collection d’attractions. Je ne pouvais pas approcher mes attractions de manière analogique comme il le faisait pour ses mythes. Mais de manière assez proche j’ai trouvé une méthode adaptable dans les Mythologies de Roland Barthes, et en particulier dans son essai qui n’a toujours pas été dépassé ; Le Mythe Aujourd’hui. Ma dernière volonté concernant The Tourist serait que l’ouvrage fournisse le cadre conceptuel initial pour des études symboliques détaillées des attractions dans le système global ; la façon concrète dont les attractions reflètent l’éthique cosmopolite, les valeurs et les relations humaines7.Aujourd’hui, une grande partie de ce travail, celle qui décode les dimensions mythiques des attractions touristiques, a été reprise par des chercheurs chinois et japonais. Citons, à ce propos, les travaux de Shinji Yamashita, de Takayoshi Yamamura (dans Seaton et al., Éd.) et d’Hong-Mei Zhao.ura.

24J’aurais dû être conscient du tournant post-structurel que le travail de Lévi-Strauss avait déjà accompli avant d’aller à ses conférences en 1968. Le Cru et le Cuit (1964) avait été publié quatre ans auparavant. Il est apparu dans la traduction anglaise (The Raw and the Cooked, 1969) l’année suivante à temps pour que je le prenne en considération pendant que je continuais à travailler sur The Tourist. Mais il faut garder à l’esprit que personne n’avait encore pris la peine de donner le label de “ post-structuralisme », ou de “ déconstruction » actuellement à la mode à ses travaux. Tout ce à quoi j’avais accès était la pensée brute qui a donné naissance à ces tendances. Et franchement, je n’ai jamais pu m’identifier à la façon dont leurs admirateurs plus tard ont assimilé le travail fondamental que j’ai eu la chance d’avoir vu de première main. Ma première compréhension de la déconstruction ne venait pas des livres et des articles mais des conversations que j’avais dans des cafés et dans des chambres d’étudiant. J’aurais dû prendre quelques notes à cet effet, mais tout était encore en apesanteur quand j’ai écrit les premiers brouillons de The Tourist.

25La grammaire de Derrida est apparue en traduction anglaise la même année que The Tourist (1976), et L’Ecriture et la Différence est venu deux ans plus tard (1978). Je soutins le passage théorique du structuralisme au post-structuralisme et souhaitais que mon étude reflète et représente la pensée qui se passait dans le temps et le lieu de sa conception originelle. The Tourist contient des sections et des chapitres sur “ différence » et “ différenciation », “ fausseté structurelle », “ sémiotique de l’attraction », “ authenticité mise en scène », “ production culturelle » et “ le cas de Paris ».

26Mon chapitre sur “ Staged Authenticity » a suscité le plus de réactions dans la littérature. Presque tout le monde, y compris les professeurs Ed Bruner et Erik Cohen, m’ont attribué une croyance essentialiste dans l’authenticité des expériences touristiques alors que c’est clairement le contraire. J’ai déjà essayé plusieurs fois de corriger ces mauvaises interprétations de “ l’authenticité mise en scène ». Voir à ce propos : “ Pourquoi il n’a jamais vraiment été question d’authenticité », “ Staged Authenticity Today » et “ Comment on Lau and Knudsen / Rickly-Boyd ».

27Aujourd’hui, je voudrais reparler d’une critique importante de The Tourist que j’ai laissée sans réponse jusqu’à présent. Je me suis basé sur l’aliénation moderne et l’affaiblissement ou la dilution des liens sociaux intimes dans la vie moderne, liens qui pouvaient être vécus comme “ authentiques ». La critique particulière qui touche au cœur de la thèse soutenue dans The Tourist est bien résumée par Dennison Nash (2007, page 249) : “MacCannell voit le tourisme comme un rituel des peuples modernes, qui consiste à parcourir le monde à la recherche d’une sorte d’authenticité, une chose qu’ils pensent pour beaucoup avoir perdue dans la vie moderne ; et dans cette intention, ils sont aidés par des hôtes modernes qui tentent de la leur “ mettre en scène. Cette notion a été critiquée par un certain nombre d’universitaires (Cohen, 1988 : 2 à 5, McCabe, 2002) pour des insuffisances à la fois théoriques et empiriques… Cohen estime qu’elle n’est plus applicable dans un context postmoderne où “ l’envie de s’amuser devient une justification culturellement suffisante » pour faire du tourisme.

28Dans The Tourist, j’ai clairement fait savoir que l’aliénation moderne dont j’ai parlé n’est pas un concept psychologique et n’a rien à voir avec des sentiments ou des émotions individuels ou personnels. J’ai toujours essayé de laisser les touristes penser et ressentir les choses comme ils le souhaitaient. Ce que j’ai surtout appris à la lecture de mes critiques, c’est que la simple mention de “ l’aliénation » ou de “ l’authenticité » les amène à prendre ce qui est écrit sur un plan personnel. Mon concept de “ loisir aliéné » est ouvertement dérivé du concept de “ travail aliéné » de Marx. N’importe quel lecteur averti de Marx sait que même si un travailleur aime son travail, son patron, ses collègues… le fait d’aller au travail tous les jours… cela ne rend pas son travail moins aliénant. Au sens strict, tant que les profits de son travail ne lui reviennent pas, mais vont au propriétaire des moyens de production, le travail du travailleur est aliéné. Probablement d’autant plus, ou du moins de manière pathétique, s’il éprouve de la “ joie au travail ».

29La question sous-jacente des loisirs aliénés est la même : quelle est la plus-value des loisirs au niveau de la société tout entière ? Si la société évolue au point où, du point de vue de ses membres ordinaires et quotidiens, elle apparaît inimaginablement énorme, ingouvernable, déconnectée, fragmentée, que peut-on faire pour lui imposer un certain sens de l’ordre et une connexion significative ? Mon argument à ce stade est devenu dialectique, ce qui explique probablement pourquoi il derange tant de lecteurs. Je disais, assez clairement je pense, que la fragmentation même de la société aujourd’hui, ses déconnexions et ses dislocations, sont devenues des ressources primaires pour une solidarité nouvelle et moderne fondée sur la résistance à la règle de l’aliénation. C’est cela qui peut être expérimenté psychologiquement par le touriste, et c’est cela qui lui fournit une motivation structurelle au voyage.

30Dans les communautés traditionnelles, la séparation de la vérité du mensonge, le maintien d’un ordre moral, d’un sens collectif fort du bien et du mal, étaient nécessairement ressentis au niveau individuel. Chaque individu assumait une part de responsabilité pour le bon fonctionnement de la totalité de la comunauté. Aujourd’hui, la moralité traditionnelle s’est déconnectée de la totalité sociale. Elle s’est peut-être tellement déconnectée qu’un homme d’affaires ayant connu la faillite, qui ment à chaque fois qu’il parle, qui a une incapacité prouvée à contracter ou à maintenir un mariage stable, n’essaie même pas de cacher ses faiblesses pour devenir “ le leader du monde libre."

31Mon argument central dans The Tourist est que nous ne serons jamais capables de corriger cet état de choses en essayant de revenir à une sorte de fédération des compoetements. Au contraire, les seules avancées seront trouvées en faisant face à la totalité sociale pour ce qu’elle est, en creusant et en découvrant ses secrets symboliques, en embrassant ses dimensions positives et en résistant à celles qui sont négatives.

32Le tourisme n’est en aucun cas un moyen parfait d’affirmer une logique sociale dans les conditions macro-sociales actuelles. Ce n’en est pas non plus le seul moyen. Certains acteurs modernes ont bien compris que la vérité, et les liens interpersonnels, peuvent ne plus tenir du ciel, et qu’ils continuent à produire une énorme différence dans la qualité de la vie quotidienne et des relations. Il existe une myriade d’exemples de résistance collective quasi héroïque à la fragmentation et à la déconnexion allant de Médecins Sans Frontières aux mouvements écologiques comme ceux defendant les énergies renouvelables. Le tourisme reste l’activité la plus importante et la plus durable fondée sur la loi de la différenciation. C’est la seule activité sociale qui puisse être mise à l’échelle de la totalité et qui conserve la capacité de renverser la totalité.

Conclusion

33J’avais décidé de ne pas alourdir mon livre avec ce genre de réflexions méta-théoriques. J’avais supposé que la méta-critique de l’ouvrage émergerait rapidement dans les discussions et dans les revues scientifiques. Bien sûr, je me suis trompé à ce propos. Depuis la première publication de The Tourist, aux États-Unis, toute la discussion de cette époque a été balayée avec emphase sous le tapis des idées reçues. J’ai été très chanceux que la croissance des études en tourisme en tant que domaine appliqué d’un tourisme lui-même en pleine expansion, ait soutenu la pertinence de The Tourist. Depuis sa parution en 1976, The Tourist demeure le seul livre de langue anglaise dédié aux études macro sociologiques encore disponible en librairie – fini American Dilemmas ; fini Organization Man ; fini The Social System ; fini White Collar ; fini aussi One Dimensional Man ; sans parler de Lonely Crowd.

Haut de page

Bibliographie

Barthes R., 1972, Mythologies, New York, Hill and Wang.

Buchler J. (ed.), 1955, The Philosophical Writings of Peirce, New York, Dover.

Bruner E., 2005, Culture on Tour : Ethnographies of travel, Chicago, University of Chicago Press.

Cohen E., 1988, “Traditions in the Qualitative Sociology of Tourism,” Annals of Tourism Research, 15, 29-46.

Derrida J., 1976, Of Grammatology, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Derrida J., 1978, Writing and Difference, Chicago, University of Chicago Press.

Durkheim E., 1915, The Elementary Forms of the Religious Life, New York, The Free Press.

Graburn N. (ed.), 1976, Ethnic and Tourist Arts : Cultural Expressions from the Fourth World, Berkeley, University of California Press.

Kirshenblatt-Gimblett B., 1998, Destination Culture : Tourism, Museums, and Heritage, Berkeley, University of California Press.

Lévi-Strauss C., 1964, Le Cru et le Cruit, Paris, Plon.

Lévi-Strauss C., 1967a, The Scope of Anthropology, London, Cape.

Lévi-Strauss C., Structural Anthropology (Garden City, 1967b)

Lévi-Strauss C., 1969, The Raw and the Cooked—Introduction to a Science of Mythology, I, New York, Harper and Row.

MacCannell D., MacCannell J-F., 1982, The Time of the Sign : A Semiotic Interpretation of Modern Culture, Bloomington : Indiana University Press.

MacCannell D., MacCannell J-F., 1993, “Violence, Power, Pleasure : A Revisionist Reading of Foucault from the Victim Perspective,” in Ramazanoglu C. (ed.), Up Against Foucault, London, Routledge.

MacCannell D., 2001, “Tourist Agency”, Tourist Studies, vol. 1, n. 1, 23-37.

MacCannell D., 2007, “Anthropology for All the Wrong Reasons,” in Dennison N. (ed.), The Study of Tourism : Anthropological and Sociological Beginnings, Amsterdam, Elsevier.

MacCannell D., 2008, “Why it Never Really was About Authenticity,Society, vol. 45, n.4, 334-337. <http://www.springerlink.com/content/103513/>Society>

MacCannell D., 2011, The Ethics of Sightseeing, Berkeley, University of California Press.

MacCannell D., 2014, “Comment on Lau and Knudsen / Rickly-Boyd”, Annals of Tourism Research, 44, 283-87.

McCabe S., 2002, “The Tourist Experience and Everyday Life,” in Dann, G. (ed.) The Tourist as a Metaphor of the Social World, Oxon, CABI Publishing, 61-76.

Marcuse H., 1964, One-Dimensional Man : studies in ideology of advanced industrial society, London, Routledge.

Mills, C. Wright, 1951, White Collar : The American Middle Classes, Oxford University Press.

Myrdal G., 1944, An American Dilemma, New York, Harper and Brothers.

Oakes T., 2005, “Tourism and the Modern Subject : Placing the Encounter between Tourist and Other,” in Carter C., Lew A. (eds.), Seductions of Place : Geographical Perspectives on Globalization and Touristed Landscapes, London, Routledge.

Oakes T., 2006, “Get Real ! On Being Yourself and Being a Tourist,” in Minca C., Oakes T. (eds.), Travels in Paradox : Remapping Tourism, Lanham : Rowman and Littlefield.

Parsons T., 1950, “The Prospects of Sociological Theory,” American Sociological Review, vol. 15, n.1 (February,), 3-16.

Parsons T., 1951, The Social System, Glencoe, The Free Press.

Riesman D. et al., 1950, The Lonely Crowd, New York, Anchor Doubleday.

Sugawa A., Seaton P. A., Yamamura T., Jang K. (eds.), 2017, Contents Tourism in Japan : Pilgrimages to ‘Sacred Sites’ of Popular Culture, Amherst : Cambria Press, forthcoming.

Van den Abbeele G., 1980, “The Tourist as Theorist,” Diacritics, vol. 10 (December), 2-18.

Whyte W., 1956, The Organization Man, New York, Simon and Schuster.

Yamashita S., 2003, Bali and Beyond, New York, Berghahn Books.

Zhao, H-M., Pei-hai D., 2012, “Authenticity—A Hot Spot in Tourism Study,” Tourism Tribune, vol. 27, n. 5.

Haut de page

Notes

1 The Tourist a été publiée à l'origine par Schocken books et a été réédité en régulièrement par Schocken, MacMillan, Random House, les Editions du Panthéon et, plus récemment par les Presses de l'Université de Californie. Sa première traduction fut réalisée en coréen, elle fut suivie d’autres en italien, espagnol, polonais, mandarin, japonais, serbo-croate, grec, russe. Une traduction en persan est en cours.

2 Au cours des dernières années, il est apparu dans la littérature scientifque sur le tourisme une tendance malheureuse à reproduire l'incapacité des sciences sociales plus anciennes, qui consiste à reccourir à une division des touristes en groupes spécialisés: touristes extrêmes, «voyageurs», écotouristes, touristes sexuels, etc. Aujourd'hui, un chercheur pourrait essayer de s'établir comme un expert de premier plan dans le tourisme de la mort, ou dark tourism, en le dénomant par exemple «thanatourisme». Tout l’avantage tiré de cette stratégie est obtenu au détriment du champ dans son ensemble. Aucun être humain n'a jamais été l'un de ces "types" artificiels de touristes.

3 Buchler, 162.

4 Peu d'entre elles ont traité de son engagement théorique avec la sémiotique et des implications de cet engagement pour comprendre l'intersubjectivité et le dialogue. Les exceptions notables sont dues à Van den Abbeele (1980) et Oakes (2005 et 2006)

5 Lévi-Strauss, (1967b), pp 128-160.

6 La recherche touristique dans le domaine de l'anthropologie aux États-Unis a progressé beaucoup plus que celle faite en sociologie. Cela, je pense, en partie parce que le sujet anthropologique original, la culture primitive, était sur le point de disparaître de la surface de la terre en raison même, dans une certaine mesure, de l'impact du tourisme mondial. À leur avantage, les anthropologues américains ont tendance à traiter le tourisme comme une question systémique plutôt que fragementaire. Voir, par exemple, les études d'Ed Bruner, Nelson Graburn et Barbara Kirshenblatt-Gimblett.

7 Alors que ce travail est laissé en friche par d'autres, je l'ai pourvui avec des observations des bouquinistes des quais de Seine à Paris, de la Statue de la Liberté, du Mémorial des Vétérans du Vietnam à Washington DC, de la côte de Cornouaille, de la ville de chinoise de Locke en Californie, de Celebration la ville de Disney en Floride, de la maison de Freud à Londres, de Yosemite, du musée Guggenheim de Bilbao et des lithographies de Piranesi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dean MacCannell, « Comment j’ai écrit : The Tourist », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2279 ; DOI : 10.4000/viatourism.2279

Haut de page

Auteur

Dean MacCannell

Université de Californie de Davis

Articles du même auteur

Haut de page

Traducteur

Philippe Bachimon

Université d’Avignon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals