Navigation – Plan du site
Cartes

Les communautés de recherche dans le champ des Tourism Studies : une approche bibliométrique

Bertrand Réau
Traduction(s) :
A Produção Científica no campo do turismo (Tourism Studies) : uma abordagem bibliométrica [pt]

Texte intégral

1Cette note de recherche est version intermédiaire et résumée d’un article publié dans la revue Zilsel (Réau, 2017). Les graphiques originaux présentés ici s’inscrivent dans un programme de recherche sur les transformations des sciences humaines et sociales dans le champ universitaire anglosaxon à partir de l’analyse des Tourism studies qui a donné lieu à plusieurs publications (Réau, 2015, 2016).

  • 1 Ce découpage correspond aux données disponibles dans le Web of Science. Les premières revues scient (...)
  • 2 Il faut, néanmoins, être prudent dans l’interprétation des résultats. En effet, dans le cas des sci (...)

2La sociologie et l’histoire des sciences mobilisent depuis longtemps les réseaux bibliométriques (Social Science Citation Index) afin d’analyser les formes prises par la science dans différents domaines (Gingras, 2013, 2014). L’idée est de considérer les citations comme un analyseur de visibilité scientifique et de comprendre le rayonnement des travaux dans les différents secteurs des sciences humaines et sociales. Ce qui est réalisé ici pour des auteurs sur trois périodes1 (1980-1991 ; 1992-2002 ; 2003-2013) peut l’être aussi sur des disciplines, sur les institutions de rattachement des chercheurs et sur les pays par exemple. Si la bibliométrie n’explique pas, elle permet de cartographier les évolutions des rapports de force en termes de visibilité scientifique, de production de communautés scientifiques et des liens qu’elles entretiennent2. Une première liste d’auteurs a été dégagée à partir de l’historiographie des Tourism studies dans le monde de l’anthropologie et de la sociologie anglo-saxonne (voir notamment les ouvrages réunissant les témoignages des « fondateurs » du domaine, Nash, 2007, Dann et Parrinello 2009) afin d’analyser, à partir du Web of Science, les co-citations de ces auteurs dans l’ensemble des revues de sciences sociales (Réau, 2017). Cette première analyse s’est avérée insuffisante pour travailler sur les rapports entre sciences humaines et sociales et sciences du management. C’est pourquoi, j’ai élargi la liste d’auteurs aux membres de l’IAST (International Academy for the Study of Tourism) qui réunit, par cooptation, les chercheurs « les plus reconnus » travaillant sur le tourisme. Fondée en 1988, l’Académie a l’avantage de réunir les « pionniers » et les « nouveaux entrants ». Le système de cooptation suppose une reconnaissance mutuelle des membres. L’élargissement du nombre de membres participe ainsi au changement de configurations du domaine de recherche dont les chercheurs proviennent de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et managériales (75 membres).

  • 3 « The data suggest that the power of the tourism industry in the research process has increased rec (...)

3Dennison Nash a comparé la composition de l’IAST sur deux périodes. En 1998-1999, la géographie est la plus représentée, la sociologie arrive en 3e position et l’anthropologie en 5e position. Les chercheurs en Business sont à peine représentés. A l’inverse, dès 2002-2003, les chercheurs en marketing/ management sont les plus représentés, suivi par ceux en géographie, en sociologie et en anthropologie. Cela s’est renforcé depuis cette date. Autre indicateur, les départements d’origine des auteurs d’Annals of Tourism Research. Entre 1974-1986, la géographie suivie de l’anthropologie, l’économie et la sociologie représente la discipline la plus représentée parmi les auteurs. A l’inverse, en 2001-2003, ce sont les auteurs issus de départements de management qui arrivent en tête, suivi de la discipline « tourisme », du marketing et du business, de la géographie, de la sociologie et de l’anthropologie3. Est-ce que l’analyse bibliométrique confirme ces constats ? Quels sont les liens de co-citations entre les auteurs ?

4A partir de cette liste d’auteurs élargie aux membres de l’IAST, on obtient les graphiques suivants sur trois périodes.

Figure 1. Auteurs co-cités dans tous les articles des revues de la liste publiés entre 1980 et 1991. Limité aux auteurs co-cités 3 fois ou +

Figure 1. Auteurs co-cités dans tous les articles des revues de la liste publiés entre 1980 et 1991. Limité aux auteurs co-cités 3 fois ou +

Figure 2 Auteurs co-cités dans tous les articles des revues de la liste publiés entre 1992 et 2002. Limité aux auteurs co-cités 5 fois ou +

Figure 2 Auteurs co-cités dans tous les articles des revues de la liste publiés entre 1992 et 2002. Limité aux auteurs co-cités 5 fois ou +

Figure 3. Auteurs co-cités dans tous les articles des revues de la liste publiés entre 2003 et 2013. Limité aux auteurs co-cités 10 fois ou +

Figure 3. Auteurs co-cités dans tous les articles des revues de la liste publiés entre 2003 et 2013. Limité aux auteurs co-cités 10 fois ou +
  • 4 En ce qui concerne la méthodologie, il s’agit ici de l’application de l’algorithme de modularité di (...)

5Les différentes couleurs permettent ici d’identifier (à gros traits) des « communautés scientifiques », c’est-à-dire des groupes d’auteurs qui se co-citent et qui citent des références communes4. La « taille » des noms des auteurs est proportionnelle à leur poids dans l’espace des co-citations.

  • 5 Ce phénomène n’est pas spécifique au Tourism studies mais concerne l’ensemble des sciences (Yves Gi (...)

6Les analyses de ce corpus d’auteurs montrent que (1) des communautés scientifiques ayant peu de liens entre elles se sont développées dans les premières périodes, (2) la croissance quantitative du nombre de travaux5 s’est accompagnée d’un resserrement progressif des liens entre ces communautés, (3) les auteurs de sociologie et d’anthropologie sont marginalisés (à l’exception de Erik Cohen et John Urry dont les travaux sont également réappropriés par le marketing), (4) des auteurs issus du management, de l’économie, du marketing (comme Chris Ryan et Michael Hall) deviennent centraux. Ces quelques constats généraux n’épuisent pas les analyses qui peuvent être faites de ces matériaux. Ils invitent à poursuivre plus finement la lecture. On pourrait, par exemple, isoler des sous-groupes d’auteurs afin de décrire leurs liens et, dans un second temps, identifier leurs profils académiques (en termes de carrières, de disciplines, d’appartenances institutionnelles, de courants de pensées).

7Finalement, il s’agit de ne pas confondre un outil, la bibliométrie, avec l’analyse des données. Si la bibliométrie permet de décrire des espaces de production intellectuelle, elle ne dit rien sur la nature des liens entre les auteurs ni sur les contenus de la science. Elle offre, néanmoins, la possibilité de « cartographier » un sous-champ de recherche afin de mieux en cerner les contours. Cette note de recherche est une invitation à approfondir ces analyses en combinant la bibliométrie avec d’autres méthodes afin de contribuer à une réflexivité collective sur les recompositions disciplinaires autour des Tourism studies. Afin de poursuivre la réflexion, le lecteur se reportera utilement sur la lecture de l’article suivant qui constitue une version plus développée de ces premières remarques : Bertrand Réau, « Esquisses pour une analyse critique des Tourism studies », Revue Zilsel, septembre 2017.

Haut de page

Bibliographie

Dann, G. M. S., Parrinello, G. L., 2009, The Sociology of Tourism. European Origins and Developments, Bingley, Emerald.

Gingras, Y., 2013, Sociologie des sciences, PUF.

Gingras, Y., 2014, Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Raisons d’agir.

Khurana, R., 2007, From Higher Aims to Hired Hands. The social transformation of American Business Schools and the unfulfilled promise of management as a profession, Princeton University Press.

Kosmopoulos, C., Pumain, D., 2008, « Révolution numérique et évaluation bibliométrique dans les sciences humaines et sociales », Revue européenne des Sciences sociales, 2008, XLVI, XLVI, 141, 73-86

Larivière, V. et al., 2006, "The place of serials in referencing practices: Comparing natural sciences and engineering with social sciences and humanities", Journal of the American Society for Information Science and Technology, 57(8), 997-1004. 

Nash, D., 2007, The Study of Tourism. Anthropological and Sociological Beginnings,: Elsevier.

Pavis, F., 2008, "L’évolution des rapports de force entre disciplines de sciences sociales en France : gestion, économie, sociologie (1960-2000)", Regards sociologiques, 36, 31-42.

Réau, B., 2015, "Les Tourism studies : excursions épistémologiques ou séjours disciplinaires ?", Espacestemps.net.

Réau, B., 2016, "Is There a Field of Tourism Studies", European Journal of Tourism Research, 14, 5-15.

Réau, B., 2017, "Pour une sociologie des Tourism studies", In, Taunay, B., Guibert, C., Epistémologie des études sur le tourisme, Presses Universitaires de Rennes.

Réau, B., 2017, « Esquisses pour une analyse critique des Tourism studies », Revue Zilsel.

Wallace, M.L, Gingras, Y., Duhon, R., 2009, "A new approach for detecting scientific specialties from raw cocitation networks", JASIST, 60, 2, 240-246.

Haut de page

Notes

1 Ce découpage correspond aux données disponibles dans le Web of Science. Les premières revues scientifiques sur le tourisme apparaissent dans la seconde moitié des années 1970. Il n’y a donc pas de « trous » chronologiques ici.

2 Il faut, néanmoins, être prudent dans l’interprétation des résultats. En effet, dans le cas des sciences sociales, le WoS souffre d’importantes limitations. Voir Christine Kosmopoulos et Denise Pumain, « Révolution numérique et évaluation bibliométrique dans les sciences humaines et sociales », Revue européenne des Sciences sociales, 2008, XLVI, XLVI, 141, 2008, p. 73‑86 ; Vincent Larivière et al., « The place of serials in referencing practices: Comparing natural sciences and engineering with social sciences and humanities », Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 57, no 8, 2006, p. 997‑1004. ; Yves Gingras, Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Raisons d’agir, 2014. Je remercie Yves Gingras et son équipe pour la production des graphiques et leurs conseils précieux.

3 « The data suggest that the power of the tourism industry in the research process has increased recently. How all this shaped the quality of knowledge production would be important to know ». (Nash, 2007, p. 272). Cette nouvelle répartition est aussi un indicateur d’un nouveau découpage institutionnel dont il faudrait faire l’histoire. Il faudrait s’interroger, notamment, sur les conditions d’institutionnalisation d’une discipline, sur la position des « départements » dans la hiérarchie institutionnelle selon les pays et les époques, etc.

4 En ce qui concerne la méthodologie, il s’agit ici de l’application de l’algorithme de modularité dit de Louvain. Cf. Matthew L. Wallace, Yves Gingras, & Russell Duhon, « A new approach for detecting scientific specialties from raw cocitation networks », JASIST, vol. 60, no 2, 2009, p. 240-246. Le logiciel Gephi a servi à limiter, pour chaque période, l’importation des auteurs en fonction de le leur poids dans les co-citations (comme indiqué dans la légende de chaque graphique).

5 Ce phénomène n’est pas spécifique au Tourism studies mais concerne l’ensemble des sciences (Yves Gingras, Sociologie des sciences, PUF, 2013.). En ce qui concerne les études sur le tourisme dans le monde anglosaxon, on passe de deux revues au début des années 1980 à 79 référencées en 2017 (http://www.scimagojr.com) dont 18 sur le Web of Science et 11 qui s’affichent comme pluri-disciplinaires. Pour ces 11 revues, on passe de 30 articles en 1980 à 5853 en 2013 dont environ 3400 pour deux revues (Annals of Tourism Research et Tourism Management)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Auteurs co-cités dans tous les articles des revues de la liste publiés entre 1980 et 1991. Limité aux auteurs co-cités 3 fois ou +
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/2359/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2 Auteurs co-cités dans tous les articles des revues de la liste publiés entre 1992 et 2002. Limité aux auteurs co-cités 5 fois ou +
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/2359/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3. Auteurs co-cités dans tous les articles des revues de la liste publiés entre 2003 et 2013. Limité aux auteurs co-cités 10 fois ou +
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/2359/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Réau, « Les communautés de recherche dans le champ des Tourism Studies : une approche bibliométrique », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2359

Haut de page

Auteur

Bertrand Réau

Maître de conférences en sociologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Chercheur au Centre Européen de Sociologie et de Sciences Politiques (CNRS-EHESS-Paris 1)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals