Navigation – Plan du site

Le rôle potentiel du tourisme en matière de justice

Freya Higgins-Desbiolles
Traduction de Bruno Nys
Cet article est une traduction de :
The potential for justice through tourism [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
La posibilidad de crear justicia a través del turismo [es]

Résumé

Cet article examine la contribution potentielle du tourisme aux efforts en faveur de la justice. Il retrace l’évolution du tourisme depuis l’époque où il était reconnu comme un agent de développement personnel et de transformation sociale jusqu’à sa forme actuelle, industrialisée, marquée par le néolibéralisme et jaugée en fonction des emplois et revenus qu’elle génère. Malgré ce contexte, on assiste depuis les années 2000 à une reconnaissance croissante de l’intérêt d’étudier les enjeux de justice liés au tourisme ainsi que le potentiel du tourisme en matière de justice. Le tourisme de justice prend de nombreuses formes et passe par divers mécanismes ou acteurs, mais fondamentalement, il cherche à générer des formes de développement touristique sociologiquement et écologiquement favorables, qui créent de meilleures perspectives pour toutes les parties, en particulier pour les communautés d’accueil. Les efforts pour rendre le tourisme plus responsable, éthique et équitable ont été critiqués, à la fois d’un point de vue néolibéral selon lequel le tourisme n’est pas le lieu d’un débat moral, et d’un point de vue fondé sur la théorie de la race selon lequel de nombreuses formes de tourisme de justice n’atteindraient pas leurs objectifs de solidarité et d’émancipation.
Pour ce qui concerne l’avenir, l’auteur attire l’attention sur la nécessité impérieuse de consacrer d’avantage de recherches et d’initiatives aux enjeux structurels plus larges de la justice ; le courant d’études critiques en matière de tourisme lui apparaît, potentiellement, comme un vecteur prometteur dans ce domaine. De plus, les nombreux défis actuels requièrent une attention renouvelée et particulièrement rigoureuse. Les nouveaux sujets à étudier comprennent les enjeux structurels de la mobilité dans un monde instable, les injustices climatiques, la justice pour les êtres non-humains à l’ère de l’Anthropocène, et les nouveaux paradigmes et visions du Monde permettant de penser le tourisme de justice.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le souci de la justice trouve sa source dans la pensée philosophique qui s’est interrogée depuis des millénaires sur les conditions d’une vie bonne et d’une société juste. Ces questions sont centrales pour les humains qui, en tant qu’êtres sociaux, doivent inventer les modalités du vivre ensemble. Le tourisme ne nous apparaît pas d’emblée comme une entreprise propice à une réflexion philosophique sur ce qu’implique une vie bonne et une société juste, parce qu’il est aujourd’hui d’abord catalogué comme une quête individualiste, consumériste, hédoniste et commerciale. Pourtant, comme le suggère L’art du voyage, l’ouvrage à succès du philosophe Alain de Botton (2003), le tourisme et le voyage sont précisément dignes d’une réflexion philosophique et peuvent contribuer à une vie enrichissante.

2On se représente difficilement le tourisme comme le terrain d’enjeux moraux alors qu’en ces temps de néolibéralisme exacerbé, il se trouve rabaissé au rang de business, d’industrie et de moteur de croissance. Il faut cependant se souvenir que cette conception étroite du tourisme comme industrie commerciale a succédé à une conception du tourisme comme force sociale (Higgins-Desbiolles, 2006). Cette fonction du tourisme était clairement présente dans le célèbre Grand Tour qui, à partir du 17e siècle, vit des jeunes gens, principalement issus des classes supérieures, entreprendre un grand voyage pour acquérir une éducation classique et se confronter aux racines de la civilisation occidentale (Brodsky-Porges, 1981). De même, aux débuts du tourisme de masse moderne initié par Thomas Cook en Grande-Bretagne, le tourisme était vu comme un outil de démocratisation et d’amélioration de la vie des travailleurs (Turner & Ash, 1975, p. 53). A l’époque moderne, cette idée que le tourisme puisse contribuer à l’éducation, au brassage culturel, au développement spirituel et au cosmopolitisme, subsiste clairement au travers de formes telles que le pèlerinage, le tourisme culturel et les échanges éducatifs. Pourtant, au fur et à mesure que l’idéologie néolibérale s’est imposée, à partir des années ’80, cette conception du tourisme en tant que force sociale significative s’est estompée à un point tel que des sujets comme le tourisme social, le tourisme politique et le tourisme de justice, semblent aujourd’hui incongrus au sein de la discipline touristique.

3On m’attribue le mérite d’avoir attiré l’attention du monde académique sur le tourisme en tant que force sociale (Higgins-Desbiolles, 2006). Ce travail suscita un intérêt pour l’articulation entre le tourisme et des enjeux en matière de justice (bien qu’au même moment, le Professeur Regina Scheyvens et le Directeur exécutif du Groupe pour un tourisme alternatif en Palestine, Rami Kassis, exploraient également ces questions). Mon approche particulière du tourisme trouve sa source dans ma formation en sciences politiques et en relations internationales, ainsi que dans mon expérience professionnelle antérieure auprès d’organisations non-gouvernementales, qui ont forgé cette perspective différente. Au risque de me voir taxer de narcissisme en introduisant des éléments autobiographiques dans un travail académique, un bref exposé de la manière dont j’ai conçu cette approche peut aider à mieux comprendre son émergence. A la fin des années ’90, j’ai travaillé, comme collaboratrice ou comme volontaire, pour des organisations telles que “ One World Tours » - une filiale de “ Community Aid Abroad », qui est devenue Oxfam Australie -, le “ Responsible Tourism Network » et le “ Global Education Center ». Ces expériences professionnelles allaient marquer mon travail sur le tourisme qui, je devais le réaliser plus tard, était singulier au sein de la discipline. Ce travail était caractérisé par une préoccupation pour les droits des “ communautés d’accueil » du tourisme ainsi que par une conscience de ses impacts potentiellement négatifs, voire dévastateurs, une conscience du fait que le développement de formes de tourisme équitable nécessitaient des réglementations et des interventions, et une conscience de ce que la problématique de la justice était centrale dans le tourisme. Les projets de recherche fondés sur un tel positionnement contrastent fortement par rapport à la vision habituelle du tourisme contemporain, qui se focalise sur les intérêts des touristes et de l’industrie touristique, et voit le phénomène touristique comme une contribution largement positive à l’emploi et au développement économique.

4Lorsque je travaillais sur ces questions à la fin des années 1990, quelques chercheurs et de nombreuses ONG étaient occupés à documenter les injustices du tourisme et mettaient le tourisme au défi de se réformer pour améliorer son impact en matière d’équité et de justice. Parmi ces chercheurs, on compte Jost Krippendorf (1999) et Deborah McLaren (1997). Krippendorf fit oeuvre de pionnier en matière de critique du tourisme en publiant “ The Holiday Makers » qui plaça les enjeux de la responsabilité et de l’éthique au centre de l’analyse du tourisme. Dans son livre “ Rethinking tourisme and ecotravel », MacLaren proposa une critique rigoureuse de divers impacts négatifs du tourisme et finit par diriger des ONG défendant les droits des indigènes face au tourisme (the "Rethinking Tourism Project » et “ Indigeneous Rights in Tourism International »). Citons encore les travaux universitaires d’analystes comme Turner et Ash (1975) ou Nash (1989). Les ONG étaient très actives à tous les niveaux, tant local que global, notamment “ the Hawaii Ecumenical Coalition on Tourism » et “ Tourism Watch ». C’est dans ce milieu que j’ai entamé un projet doctoral en Relations internationales centré sur le tourisme comme force favorisant paradoxalement d’une part la globalisation et l’exploitation capitaliste, et d’autre part un cosmopolitisme plus équitable procédant d’échanges inter-culturels. Certains chapitres de ma thèse constituèrent la base des articles que j’ai publiés sur le tourisme comme force sociale et sur la justice par le tourisme.

5Les années 2000 virent le monde académique du tourisme grandement influencé par le néolibéralisme ; les études sur le tourisme se retrouvèrent progressivement intégrées aux écoles de commerce, de management et de marketing (Ayikoru, Tribe et Airey, 2009). Ceci a mené à une rupture entre le monde académique de la discipline touristique et ceux qui, sur le terrain, se retrouvaient confrontés aux injustices du tourisme, telles que les ONG et les communautés locales (Higgins-Desbiolles, Whyte et Tedmanson, 2013). Il est aussi important de réaliser que, durant cette période où le tourisme se voyait “ industrialiser » et “ managériser », les autorités touristiques comme l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) des Nations unies, le Conseil mondial du voyage et du tourisme et les multinationales du tourisme telle que British Airways, cherchaient à détourner les critiques portant sur les impacts négatifs du tourisme et leurs stratégies touristiques d’entreprise, en promouvant des stratégies de “ durabilité », de responsabilité sociale des entreprises et de tourisme pour les pauvres (Higgins-Desbiolles, 2008). Ainsi, tandis que ces programmes sophistiqués développaient une rhétorique destinée au blanchiment et au greenwashing du tourisme, le business néolibéral continuait à commercialiser plus de sites comme destinations touristiques et à établir des accords internationaux tel que l’Accord Général sur le Commerce des Services, pour s’assurer que les profits de l’industrie et les structures politico-économiques globales maintenaient en place ce modèle d’entreprise du développement touristique qui a été désastreux pour les communautés locales à travers le monde (comme cela a été largement mis en évidence à propos, par exemple, de Barcelone, Venise, la Jamaïque ou Bali).

6Il en résulta que Bramwell and Lane, les promoteurs du “ tourisme durable » au sein du monde académique, purent affirmer dans un éditorial : “ Alors que de plus en plus de chercheurs commencent à examiner le caractère équitable des retombées touristiques, il y a encore relativement peu de recherches sur les enjeux plus larges de l’égalité, de l’équité et de la justice sociale dans le tourisme » (2008, p. 2). On assista au lancement de recherches sur l’inégalité et le tourisme (Cole, Morgan, 2010) ainsi que sur le tourisme de justice (Higgins-Desbiolles, 2008), qui se sont demandé à qui profite le tourisme, comment le tourisme peut être rendu plus équitable et plus juste, quelle est la finalité du tourisme et, pour les plus radicaux, comment le tourisme peut-il être mobilisé comme outil en faveur de la justice.

I. Qu’est que le tourisme de justice ou la justice par le tourisme ?

7La première prise en compte des enjeux de justice dans le tourisme, au sein du monde académique, remonte peut-être à l’examen par Hultsman du “ tourisme juste » c’est-à-dire, selon lui, “ honnête », “ véritable », voire “ simple tourisme » (1995, p. 560). Dans son effort pour offrir un cadre éthique au tourisme, Hultsman se focalisa à la fois sur l’expérience que font les touristes du tourisme et sur la nécessité de développer, dans le tourisme, une pratique raisonnée et une éthique qui puissent se propager dans les programmes d’enseignement touristiques (Hultsman, 1995, pp. 559-562). En aucune manière, son analyse ne s’intéressait aux communautés d’accueil ni à l’équité des relations entre touristes et populations locales.

8Rami Kassis, qui était Directeur de l’ONG “ the Alternative Tourism Group of Palestine », ébaucha un concept du tourisme de justice à partir de son expérience d’utilisation du tourisme comme facteur de changement en Palestine. Selon Kassis, “ le tourisme de justice est une réponse sociale et culturelle à la politique de domination culturelle dont la globalisation du tourisme est le reflet » (Kassis, n.d.).

9Dans son percutant manuel sur le tourisme comme moyen de renforcer les communautés locales, Scheyvens décrivit le tourisme de justice comme “ à la fois éthique et équitable » et lui attribua les les caractéristiques suivantes :

  • il construit la solidarité entre visiteurs et visités ;

  • il promeut la compréhension mutuelle et des relations basées sur l’équité, le partage et le respect ;

  • il contribue à l’autosuffisance et à l’autodétermination des communautés locales ;

  • il maximise les bénéfices locaux en termes économiques, culturels et sociaux (2002, p. 104).

10Une liste plus complète encore de ces caractéristiques est tirée par Scheyvens d’une large citation reprise à une agence de tourisme australienne dénommée “ Just Travel ». Cette agence y décrivait de la manière suivante ce qu’elle pouvait offrir au voyageur :

  • le sentiment qu’il/elle n’est pas un facteur d’oppression mais participe à un processus de libération ;

  • un voyage qui offre la possibilité de véritablement nouer des liens avec des personnes de cultures différentes ;

  • une occasion d’expérimenter soi-même comment d’autres personnes construisent leur futur, individuellement et collectivement ;

  • une préparation adéquate du voyage (Wenhalm & Wenham, cité par Scheyvens, 2002, p. 104).

11Scheyvens distingue cinq formes de tourisme de justice :

  • les hôtes faisant le récit de leur oppression passée,

  • des touristes découvrant les enjeux de la pauvreté,

  • des touristes entreprenant des travaux volontaires de conservation,

  • des touristes entreprenant des travaux volontaires de développement,

  • le tourisme révolutionnaire (2002, pp. 105-119).

12J’ai avancé que les initiatives de tourisme de justice contribuaient à la construction de formes de tourisme et de développement plus favorables en termes sociaux et écologiques pour construire un avenir meilleur (2008). Dans cette analyse du tourisme de justice, j’ai pris pour exemples les tours du monde des droits de l’Homme organisés par Global Exchange, le programme “ Community Leadership » d’Oxfam Australie qui emmène des Australiens à la découverte des stratégies de développement des communautés indiennes, ainsi que le “ Projet Ladakh » de l’International Society for Ecology and Culture, qui permet à des dirigeants du Ladakh de visiter des pays développés pour qu’ils aient un aperçu critique du mode de vie occidental et des coûts culturels de ce modèle de développement (Higgins-Desbiolles, 2008). En m’inscrivant dans le cadre des analyses de l'activisme social en faveur de formes plus justes de globalisation, j’ai soutenu que “ certains cherchaient à utiliser le tourisme alternatif pour favoriser une globalisation alternative plus équitable » et j’ai répertorié les efforts d’ONG visant à mettre le tourisme à l’agenda du Forum social mondial dès 2004 (2008, pp. 357-8).

13La notion de tourisme de justice a permis une approche incisive dans deux domaines fameux : la situation de la Palestine et l’utilisation du tourisme en faveur d’une justice environnementale. Ces deux sujets ont inspiré des cas importants d’activisme au sein du monde académique du tourisme.

14La Palestine, avec ses “ Territoires occupés » illégalement depuis 1967, s’est emparée du tourisme pour défendre sa cause sur la scène internationale via l’organisation de tours à caractère politique. De nombreux travaux ont porté sur le tourisme de justice dans le contexte palestinien. J’ai moi-même proposé une analyse de “ l'International Solidarity Movement (ISM) » comme exemple d’un “ tourisme volontaire » pour la justice (2009). Isaac (2009) a également proposé une analyse du “ mur de séparation » de Bethlehem comme attraction touristique et l’a situé dans la catégorie des sites de tourisme de justice et de tourisme solidaire. Dans un recueil intitulé “ La politique et le pouvoir du tourisme en Palestine », le “ Alternative Tourism Group of Palestine (ATG) » a décritson travail pour favoriser un tourisme solidaire avec le peuple palestinien de la manière suivante (Kassis, Solomon & Higgins-Desbilolles, 2016) :

“ Contrairement à d’autres voyagistes ou tour-opérateurs qui entraînent leurs clients dans des aventures égoïstes et hédonistes, l'ATG accompagne les visiteurs dans un voyage porté par un projet, dans l’intention à la fois d’apprendre et de désapprendre en acquérant une perception précise de la Palestine et de la lutte pour la justice du point de vue des Palestiniens et de leurs aspirations. Il s’agit en effet d’une tentative de susciter le partage d’aspirations pour un monde plus juste et paisible, ce qui est vital pour nous tous en tant qu’humanité » (Kassis, Solomon & Higgins-Desbiolles, 2016, pp. 47-48).

15Un autre champ de lutte permanente est celui de la justice environnementale. Le tourisme s’est vu accuser d’être l’instrument d’un racisme environnemental en ce que des firmes touristiques alliées à des gouvernements ont imposé à des communautés marginalisées l’exploitation touristique de leur magnifique environnement (Trask, 1993). Cependant, des travaux récents mettent en évidence que le tourisme peut également offrir aux défenseurs de la justice environnementale le moyen de construire une prise de conscience et de la solidarité. Le mouvement pour la justice environnementale cherche à corriger la charge injuste des dommages environnementaux imposés aux communautés marginalisées et peuples de couleur, ainsi qu’à garantir une véritable participation de leur part dans les processus de décision. Dans son ouvrage “ Toxic tourism : Rhetorics of pollution, travel and environmental justice », Pezzulo (2007) a présenté une étude de l’utilisation du tourisme pour défendre la justice environnementale aux Etats-unis. Pezzulo est une enseignante activiste qui a procédé à une observation ethnographique participante des “ tours toxiques » qui organisaient la visite de sites pollués ou générateurs de pollution. Elle a montré comment les défenseurs de la justice environnementale utilisaient le tourisme pour informer le public sur la situation de communautés souffrant d’injustices environnementales et pour mobiliser en vue d’agir et de corriger ces situations scandaleuses.

16Dans ces deux cas– la Palestine et les tours toxiques pour la justice environnementale –, nous voyons comment le tourisme est apprécié comme outil de sensibilisation, de construction de solidarité et d’inspiration d’actions transformatrices. Ces deux différents cas démontrent que certains militants s’emparent du potentiel du tourisme comme moyen pédagogique, sensibilisateur et politique pour permettre à certaines catégories de touristes et à leurs hôtes d’échafauder des liens de solidarité.

II. Critiques

17Butcher (2003) a réagi aux efforts pour promouvoir les enjeux d’éthique et de justice dans le tourisme, en argumentant que cette “ moralisation » du tourisme procédait de la volonté d’esprits chagrins de fustiger la grossièreté des touristes, de maintenir les pays en voie de développement dans un état de sous-développement, de réduire les possibilités d’initiatives locales et d’imposer leurs propres valeurs morales aux touristes. Butcher soutient que le tourisme de masse moderne génère des bénéfices en termes de développement économique, procure aux touristes les joies des loisirs et offre à ces pays en développement un chemin vers la modernisation et la prospérité, bénéfices qui ne devraient pas être sous-estimés par les “ moralisateurs ».

18Adepte de la “ critical race theory », Mahrouse (2008 & 2014) a proposé une critique plus nuancée de ce qu’elle appelle “ un activisme de la solidarité transnationale » (une des formes de tourisme de justice qui nous intéresse ici). Elle s’est intéressée aux activistes tels que ceux de l’ISM et les a qualifiés de “ médiateurs blancs/occidentaux de la souffrance des Autres » (Mahrouse, 2008, p. 89). Elle a soutenu que ces activistes agissaient comme médiateurs quand ils s’employaient à sensibiliser leurs concitoyens aux injustices dont souffraient, par exemple, les Palestiniens. En se fondant sur la théorie de Arendt opposant compassion et pitié, Mahrouse a évalué si ces activistes atteignaient leurs objectifs en tant que défenseurs de la justice. Elle a mis en évidence que leur entreprise était problématique :

“ Les différences essentielles entre ces deux concepts résident dans la relation à la victime. Du point de vue de Arendt, une relation de compassion est à peu près égalitaire et implique un partage de la souffrance. Une relation de pitié, au contraire, reproduit les rapports de force entre le spectateur et la victime, plutôt que de les remettre en cause.

19Le point de vue de Mahrouse a été confirmé sur le terrain par des personnes accueillant des touristes alternatifs. Landy, qui a mené une recherche sur des touristes activistes en Palestine, raconte :

“ Une des personnes interviewées, qui travaillait dans le tourisme en Palestine, était extrêmement critique par rapport au tourisme activiste. Tout en reconnaissant les bonnes intentions sous-jacentes, elle le définissait comme un processus incapacitant - une manière pour les activistes de se présenter en héros avant de repartir en laissant la population locale avec le sentiment que l’action politique n’est qu’une attraction touristique saisonnière » (2008, p. 198).

20Cette citation confirme le fait que la rencontre touristique, de par la nature intrinsèquement temporaire et de court-terme des voyages, est éphémère et que la solidarité qu’elle peut générer est limitée à moins que des efforts sérieux soient entrepris pour modifier le rapport de force.

21La critique de Mahrouse nous invite à être attentifs aux fondements structurels des injustices contemporaines qui limitent la capacité des touristes privilégiés à pratiquer réellement un tourisme de justice. Aussi longtemps que ce sont des touristes privilégiés qui visiteront des communautés défavorisées et qui choisiront le moment et la nature de leur engagement pour “ le bien », le problème des privilèges, du paternalisme et de la pitié restera incontournable. L’égalité et l’activisme structurel pour la justice sont essentiels ; les personnes privilégiées doivent se préparer à céder un peu de leur pouvoir et de leurs privilèges en chemin.

III. Perspectives

22Le meilleur espoir de faire progresser la conceptualisation du tourisme de justice réside sans doute dans le courant émergent des études critiques sur le tourisme. Tribe affirmait que “ la recherche critique est idéalement placée pour contribuer à une meilleure gestion et gouvernance du tourisme », parce qu’elle met en avant le rôle de l’idéologie et des rapports de force (2008, p. 253).

23Si la théorie sociale critique est contestée, un constat s’impose :

“ Une théorie sociale critique porte particulièrement sur les enjeux de pouvoir et de justice, et sur la manière selon laquelle l’économie, les questions de race, de classe et de genre, les idéologies, les discours, l’éducation, la religion et les autres institutions sociales ou dynamiques culturelles interagissent pour construire un système social (Kincheloe & McLaren, 2011, p. 288).

24Selon Wilson, Harris et Small, qui ont contribué à former le domaine des études critiques sur le tourisme (2008, p. 16), « les adeptes d’une approche critique veillent généralement à se garder des méthodes d’enquête positivistes ; ils cherchent à dénoncer les rapports de force, à émanciper, à mettre en cause les inégalités ou à appeler à un changement ou à une intervention dans le champ qu’ils explorent… Les spécialistes de l’analyse critique du tourisme et de l’hospitalité font également preuve de cet idéalisme ».

25Pritchard, Morgan et Ateljevic (2011) ont tenté de mettre à l’agenda du tourisme critique ce qu’ils ont appelé “ le tourisme de l’espoir » ; ils ont décrit celui-ci comme “ une approche humaniste portée par des valeurs, basée sur le partenariat, la réciprocité et l’éthique, qui vise à un apprentissage co-construit et qui reconnaisse le pouvoir de la connaissance sacrée indigène et de la recherche passionnée » (2011, p. 929). Whyte et moi-même avons critiqué ce travail et l’évolution des travaux du tourisme critique que nous considérions comme “ …exagérément focalisés sur les besoins des chercheurs eux-mêmes plutôt que sur les besoins de ceux dont les chercheurs devraient être solidaires » (2013, p. 429). Nous avons aussi soutenu que ce projet d’instaurer un tourisme de l’espoir avait échoué à s’articuler avec sa discipline soeur, la théorie critique, que nous avons caractérisée comme une entreprise ” … visant à déconstruire le pouvoir et les privilèges de sorte qu’une praxis émancipatrice puisse être co-construite avec les communautés et les peuples victimes d’oppression » (Higgins-Desbiolles, Whyte, 2013, p. 429). Tel est le rôle essentiel que le tourisme critique devrait jouer pour amener le tourisme à produire des effets équitables.

26La nécessité de tels efforts se fait de plus en plus criante alors que nous entrons, à l’évidence, dans une période critique. Les processus néolibéraux ont concentré la richesse entre les mains d’un nombre de plus en plus réduit de personnes (Piketty, 2014) et les liens de solidarité sont mis à rude épreuve, tandis que la compétition et l’insécurité suscitent un peu partout une inquiétude accompagnée d’un rejet du multi-culturalisme et du cosmopolitisme. La montée du populisme nationaliste et des sentiments anti-libre échange laissent penser que le néolibéralisme et la globalisation capitalistique pourraient être menacés, voire en déclin. Une question cruciale est de savoir si cela va permettre au tourisme de renouer avec son potentiel de justice sociale ou si, au contraire, cela va continuer de saper ce potentiel.

27Dans une de ses critiques du “ nouveau tourisme moral », Butcher a mis en garde contre le fait que “ nos vacances sont devenues le réceptacle de notre angoisse environnementale et de nos peurs face à la globalisation » (2003, p. 139). Mais Butcher dévoile ses intentions quand il parle de “ nos vacances » plutôt que de “ leur foyer » ou de “ leur avenir », déplaçant ainsi l’attention des droits des “ hôtes » vers les aspirations des touristes. Une stratégie en faveur d’un tourisme de justice requiert de privilégier les droits et les besoins des communautés d’accueil dont l’avenir est conditionné par la forme de tourisme qu’elles verront se développer. Donner la priorité aux besoins des touristes et de l’industrie touristique afin d’accumuler les profits aux dépens du droit des communautés hôtes à survivre et à prospérer, voilà la plus grave injustice dont se rend responsable le tourisme contemporain.

28Au-delà de cette nécessaire attention aux droits des communautés hôtes, une stratégie en faveur d’un tourisme de justice devrait encore examiner les enjeux suivants :

  • Les injustices structurelles et leurs relations avec le développement du tourisme. La théorie du local et du global pourrait offrir les outils conceptuels pour comprendre comment instaurer la justice : au niveau local, où les communautés sont impactées par le tourisme, et en même temps, au niveau global en interrogeant les processus globaux du libre échange qui imposent le tourisme aux communautés locales et à leur détriment.

  • Les injustices climatiques et la responsabilité du tourisme dans l’aggravation de ces problèmes. Des communautés entières vont trouver leurs foyers et leurs modes de vie détruits lorsque les changements climatiques et environnementaux globaux commenceront à les impacter. Des communautés – voire des nations – entières vont devoir se relocaliser, aggravant ainsi le phénomène récent des migrations environnementales.

  • La justice d’une approche globale de la mobilité et des déplacements humains plutôt que de favoriser des touristes privilégiés. Le changement environnemental global, les conflits induits par des précarités croissantes et le désir de garantir de meilleurs modes de vie semblent de nature à provoquer des migrations sans commune mesure. Dans un tel contexte, le démantèlement de l’Organisation mondiale du tourisme et son remplacement par une agence des Nations unies pour le droit à la mobilité deviendront plus que jamais impératifs.

  • La reconnaissance des impacts et de l’échelle des changements induits par l’Homme conduisant à la reconnaissance de notre entrée dans l’ère de l’Anthropocène. En conséquence, les droits des êtres non-humains gagneront en importance. La défense des droits des animaux jouit d’un soutien croissant. L’activité touristique en est impactée lorsque d’importantes organisations réagissent contre à expériences touristiques qui exploitent et maltraitent des animaux. Par ailleurs, la législation reconnaît de plus en plus de droits à la Nature ; des environnements entiers ou types d’environnement se voient doter de la personnalité juridique par certaines juridictions. Par exemple, les valeurs maories ou certaines rivières et montagnes se sont vu reconnaître une personnalité juridique par le droit néozélandais (voir par exemple Kennedy, 2012).

  • En conséquence, il apparaît nécessaire de se confronter à des conceptions du monde différentes pour comprendre la signification et la valeur des choses, y compris du tourisme. Comme on l’a vu ci-avant, la vision du monde des indigènes maoris concernant les relations avec les entités naturelles commence à influencer la manière dont le pays considère le monde naturel et ses “ ressources ». Autre exemple, la compréhension islamique du voyage et de son rôle dans le développement spirituel, illustre l’intérêt d’une diversité de perspectives (Inayatullah, 1995).

  • Le travail des ONG en faveur de la justice dans le tourisme est significatif. Les ONG restent les moteurs de l’action pour la justice et le monde académique du tourisme serait bien inspiré de s’allier à elles. Cela pourrait être facilité par une augmentation du nombre et des compétences des académiques engagés et des intellectuels publics.

  • Le besoin d’un courant activiste au sein du monde académique pour soutenir les initiatives en faveur de la justice. Il est permis d'espérer que le mouvement apparu récemment dans certaines universités en faveur d’une recherche engagée, donne une impulsion pour que d’avantage de spécialistes du tourisme nouent des collaborations avec des ONG et des communautés afin d’obtenir une contribution positive du tourisme à la justice.

29L’enjeu central de notre époque est de savoir comment reconstruire la cohabitation humaine en termes sociaux et écologiques après plus de trois décennies durant lesquelles le néolibéralisme économique, politique et culturel a imposé avec violence une vision du monde consumériste, égoïste, individualiste et hédoniste qui sera difficile à contrer. La discipline touristique constitue le théâtre d’une bataille pour l’âme du tourisme, à l’heure où les promoteurs du tourisme comme Butcher poursuivent un agenda néolibéral empreint d’une violence latente, agenda initié par de puissantes multinationales, soutenu par des gouvernements complices et conforté par les mécanismes structurels du tourisme dominant.

30Les partisans du tourisme de justice constituent une force critique pour la reconquête de la capacité du tourisme à offrir aux individus et aux communautés la possibilité de s’épanouir et de se construire un avenir meilleur et autonome. Détourner le tourisme au profit de la justice, tel est le projet très prometteur qui attend la discipline touristique, et le projet de reconquête du tourisme qui a été présenté ici nous offre un levier puissant pour oeuvrer à un monde meilleur sur le plan social et écologique.

Haut de page

Bibliographie

Ayikoru, M., Tribe, J., Airey, D., 2009, “ Reading tourism education : Neoliberalism unveiled », Annals of Tourism Research, 36, 2, 191-221.

Brodsky-Porges, E., 1981, “ The grand tour travel as an educational device 1600–1800 », Annals of Tourism Research, 8, 2, 171-186.

Bramwell, B., Lane, B., 2008, “ Priorities in sustainable tourism research », Journal of Sustainable Tourism, 16,1, 1-4.

Butcher, J., 2003, The moralisation of tourism : Sun, sand … and saving the world ?, London, Routledge.

Cole, S., Morgan, N. (eds.), 2010, Tourism and inequality : Problems and prospects, Wallingford, CABI.

De Botton, A., 2003, The art of travel, London, Penguin.

Higgins-Desbiolles, F., 2006, “ More than an Industry : Tourism as a social force », Tourism Management, 27, 6, 1192-1208.

Higgins-Desbiolles, F., 2008, “ Justice tourism : A pathway to alternative globalisation », Journal of Sustainable Tourism, 16, 3, 345-364.

Higgins-Desbiolles, F., 2009, “ International Solidarity Movement : A case study involunteer tourism for justice », Annals of Leisure Research, 12, 3-4, 333-339.

Higgins-Desbiolles, F., Whyte, K.P., 2013, “ No high hopes for hopeful tourism : A critical comment », Annals of Tourism Research, 40, 428-433.

Higgins-Desbiolles, F., Whyte, K.P., Tedmanson, D.J., 2013, “ Tourism and environmental justice », In Schwab K., Dustin D. (eds.), Just leisure : Things that we believe in, Illinois, Sagamore.

Hultsman, J., 1995, “ Just tourism : An ethical framework », Annals of Tourism Research, 22, 3, 553-567.

Inayatullah, S., 1995,” Rethinking tourism : unfamiliar histories and alternative futures », Tourism Management, 16, 6, 411-415.

Isaac, R., 2009, “ Alternative tourism : can the segregation wall in Bethlehem be a tourist attraction ? », Tourism and Hospitality Planning and Development, 6, 3, 247-254.

Kassis, R. (n.d.), “ The Palestinians and justice tourism » URL : http://www.patg.org/palestinians_and_justice_tourism.html

Kassis, R., 2004, “ The Palestinians and justice tourism », Contours, 14, 2/3, 18-21.

Kassis, R., Solomon, R., Higgins-Desbiolles, F., 2016, “ Solidarity Tourism in Palestine : the Alternative Tourism Group of Palestine as a catalyzing instrument of resistance », In Isaac, R., Hall C.M., Higgins-Desbiolles, F. (eds.), The politics and power of tourism in Palestine, Abingdon : Routledge, 37-52.

Kennedy, B., 2012, “ I am the river and the river is me : The implications of a river receiving personhood status », Cultural Survival Quarterly. URL : https://www.culturalsurvival.org/publications/cultural-survival-quarterly/i-am-river-and-river-me-implications-river-receiving.

Kincheloe, J.L., McLaren, P., 2011, “ Rethinking critical theory and qualitative research », In. Hayes K, Steinberg S.R., Tobin K. (eds), Key Works in Critical Pedagogy, Rotterdam : Sense, Publishers, 285–326.

Krippendorf, J., 1999, The holiday makers : Understanding the impact of leisure and travel, Taylor and Francis.

Landy, D., 2008, “ Authenticity and political agency on study trips to Palestine », In Lentin R. (ed.) Thinking Palestin, London, Zed Books, 189–205.

McLaren, D., 1997, Rethinking tourism and ecotravel, West Hartford, CT, Kumarian.

Mahrouse, G., 2008, “ Race-conscious transnational activists with cameras : mediators of compassion », International Journal of Cultural Studies 11, 1, 87–105.

Mahrouse, G., 2014, Conflicted commitments : Race, privilege and power in transnational solidarity activism, Georgetown, ON, McGill-Queen’s University Press.

Nash, D., 1989, “ Tourism as a form of imperialism », In V.L. Smith (ed.) Hosts and guests : The anthropology of tourism, Oxford, Blackwell.

Pezzullo, P. C., 2007, Toxic tourism : Rhetorics of pollution, travel and environmental justice, Birmingham, University of Alabama Press.

Piketty, T., 2014, Capital in the twenty-first century, Cambridge, Belknap Press.

Pritchard, A., Morgan, N., Ateljevic, I., 2011,” Hopeful tourism : A transformative approach », Annals of Tourism Research, 38, 3, 941–963.

Scheyvens, R., 2002, Tourism for development : Empowering communities, Prentice-Hall, Harlow, England.

Solomon, R., 2015, “ Goa’s big ideas for tourism are unsustainable – It’s time to democratize tourism », Herald Goa. URL : https://www.heraldgoa.in/Review/Voice-Of-Opinion/Goa %E2 %80 %99s-big-ideas-for-tourism-are-unsustainable- %E2 %80 %93-It %E2 %80 %99s-time-to-democratize-tourism/94484.html.

Trask, H. K., 1993, “ Environmental racism in Hawai’i and the Pacific Basin », ZMag, Speech at University of Colorado at Boulder. URL : http://www.zmag.org/ZMag/articles/bartrask.htm.

Tribe, J., 2008, “ Tourism : A critical business », Journal of Travel Research, 46, 245-245.

Turner, L., Ash, J., 1975, The golden hordes : International tourism and the pleasure periphery, London, Constable.

Wilson, E., Harris, C., Small, J., 2008, “ Furthering critical approaches in tourism and hospitality studies : Perspectives from Australia and New Zealand », Journal of Hospitality and Tourism Management, 15, 15–18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Freya Higgins-Desbiolles, « Le rôle potentiel du tourisme en matière de justice », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2485 ; DOI : 10.4000/viatourism.2485

Haut de page

Auteur

Freya Higgins-Desbiolles

Maître de conférence à Ecole de management de l’Université d’Australie-Méridionale

Articles du même auteur

Haut de page

Traducteur

Bruno Nys

Architecte et Sociologue, Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals