Navigation – Plan du site

Résumé

Cet article analyse dans un premier temps la genèse de l’invention du lieu touristique, replacée dans le double contexte de recherches sur les stations touristiques alpines et de l’évolution des idées relatives à l’étude du tourisme durant les années 1970 et 1980. Les difficultés à retracer la réception de ce concept sont ensuite évoquées. La filiation entre l’invention du tourisme et le concept de « moment de lieu » fait l’objet d’une dernière analyse.

Haut de page

Texte intégral

1Rendre compte de la création d’une idée nouvelle en sciences humaines et sociales revient d’abord à essayer de restituer la vérité des influences et fréquentations intellectuelles l’ayant rendue possible : tout un entrelacs de rencontres et de lectures. Autrement dit, de rendre au moins partiellement aux autres ce que l’on pourrait revendiquer soi-même.

2Par ailleurs, il n’est pas encore si courant de rendre compte soi-même des conditions de sa propre production, surtout dans une démarche dite scientifique, qui dépasse le simple témoignage tel qu’il pourrait être recueilli par un tiers, en particulier un autre scientifique, dont le rôle serait alors de soumettre ces éléments au crible du regard critique et de sa mise en perspective avec d’autres informations et analyses en sa possession. C’est assurément l’un des points faibles de la démarche à laquelle je me prête en écrivant cet article, sans pour autant que la conscience que j’en ai atténue la difficulté ou rende ma contribution plus crédible. Par conséquent, à partir des éléments fournis par cet article, le travail de confrontation critique restera à faire [j’entends par confrontation critique une approche informée et soucieuse de fournir des éléments d’explication et de mise en perspective et non, comme cela peut arriver parfois, un règlement de comptes qui contribue à décrédibiliser son auteur et – mais c’est plus grave - les sciences humaines et sociales].

I. La genèse du concept

  • 1 L'« invention » en question consiste en une utilisation nouvelle d'un lieu existant – du fait d’une (...)
  • 2 Knafou R., Les stations intégrées de sports d’hiver des Alpes françaises. L’aménagement de la monta (...)

3L’invention du lieu touristique1est à replacer dans l’air(e) du temps, c’est-à-dire dans le contexte scientifique des Alpes des années 1970 et 1980. Ma thèse de doctorat d’Etat, soutenue en mars 19782, mais préparée entre 1971 et 1977, m’avait amené à réfléchir sur la production d’un nouveau type de lieu touristique, à travers le cas particulier de stations dites « intégrées », c’est-à-dire conçues, créées et gérées par un acteur unique. Ces stations présentaient l’originalité commune d’avoir été implantées en haute altitude, dans des alpages, sans continuité avec l’habitat rural permanent. La question de l’insertion de ces corps étrangers – conçus par des bureaux d’études souvent parisiens, à la demande promoteurs presque tous parisiens - dans les sociétés d’accueil était donc nécessairement au centre de ma problématique. Lors du choix de mon sujet de thèse, à l’été 1971, ces stations étaient encore dans la première phase du processus de création : La Plagne n’avait encore qu’un seul satellite (Aime-La Plagne), Les Arcs ne fonctionnaient qu’avec la première station d’Arc 1600, Avoriaz n’avait pas encore construit les immeubles les plus massifs, Isola 2000 était juste sur le point d’être inaugurée, ni Les Karellis ni Valmorel n’existaient.

  • 3 Un livre a rendu compte de cette expérience : L’Institut de Saint-Gervais. Recherche-action dans la (...)

4Et les chercheurs n’avaient pas encore pris la mesure de ce qui se jouait dans ces créations nouvelles, ex nihilo ; tout particulièrement les géographes de Grenoble qui, sous la houlette des époux Veyret, semblaient réticents à l’idée d’étudier un processus de création touristique commun à divers lieux, car l’accent était alors mis sur des recherches à caractère régional, qui présentaient notamment l’avantage de permettre un quadrillage des Alpes et une répartition des baronnies aux jeunes chercheurs de l’Institut de Géographie Alpine (le Valais, le Val d’Aoste, le Tyrol, etc.). Entre l’achèvement de ma thèse et mon entrée au C.N.R.S., en 1988, dix ans s’écoulèrent, consacrés à l’enseignement hors de l’Université (en classes préparatoires aux Grandes Ecoles) et sans aucun lien avec la recherche. En 1988, le C.N.R.S. recruta donc un directeur de recherche qui présentait la particularité de n’avoir plus fait de recherche depuis presque dix ans et à qui, du reste, la direction du C.N.R.S. demandait seulement d’encadrer la recherche des autres. Pour pouvoir reprendre contact avec le terrain alpin tout en dirigeant un gros laboratoire parisien du C.N.R.S. et, en parallèle, en imaginant à Saint-Dié dans les Vosges le « Festival international de géographie », je pris donc, dans le même temps, l’initiative de créer l’ « Institut de Saint-Gervais », comme outil de recherche-action dans une montagne touristique qui, éprouvée par une succession d’hivers sans neige (1988, 1989 et 1990), s’interrogeait et remettait en cause modèles et certitudes3. Le choix de Saint-Gervais-les-Bains (qui s’évertuait déjà à se nommer « Saint-Gervais Mont-Blanc » dans sa communication touristique) comme laboratoire était délibéré, car aux antipodes des types de lieux sur lesquels ma thèse avait porté : une station basse, l’une des plus anciennes qui soient, avec un tourisme en longue prise directe avec la société locale. Pendant la longue interruption de mes activités de recherche, le paysage scientifique au sein de l’Institut de Géographie Alpine avait sensiblement changé : la mort prématurée de Germaine Veyret-Verner en 1973, le retrait la même année de la direction de l’I.G.A. de Paul Veyret, avaient favorisé l’arrivée d’une autre génération d’enseignants-chercheurs ouverts à de nouvelles approches (le thème de la neige avec H. Gumuchian, celui de l’aménagement avec Jean-Paul Guérin, ces deux auteurs ayant en commun un intérêt pour le thème alors montant des représentations) et commençant eux-mêmes à faire école. Entre ces deux générations de géographes alpins, Jacky Herbin et Robert Vivian ont fait partie de ces géographes de l’I.G.A. avec qui il fut possible de coopérer avec efficacité et agrément dans des programmes de recherche sur les stations touristiques de la chaîne alpine.

  • 4 Elle a donné lieu à une publication partielle sous le titre : Chamonix-Mont-Blanc : les coulisses d (...)

5Ce qui me permit de me plonger dans l’évolution de la relation des géographes à la montagne et d’approfondir la connaissance des conditions historiques du développement touristique. En 1988, deux titres alimentèrent aussi ma réflexion : Le territoire du vide, l’Occident et le désir de rivage 1750-1840,de l’historien Alain Corbin, publiée chez Aubier, ainsi que la thèse de Bernard Debarbieux, Territoires de haute montagne : recherches sur le processus de territorialisation et d’appropriation sociale de l’espace de haute montagne dans les Alpes du Nord4. Il est à noter que l’émergence de l’intérêt des géographes français pour le territoire remonte aux années 1980, le terme étant précédemment uniquement employé en écologie et en science politique ; et que la réflexion sur les processus d’appropriation liés à l’emploi de ce mot est en bonne partie redevable à des géographes du grand sud-est, de Jean-Paul Ferrier (Aix-en-Provence) à Claude Raffestin (Genève) (Raffestin, 1987).

6Lorsque j’ai écrit l’article dont il est question ici (knafou, 1991), j’ai le regret de constater que n’avais pas encore lu deux ouvrages qui, ensuite, jouèrent un rôle important dans la réflexion ayant conduit au projet « Institut de Saint-Gervais » : la très intéressante thèse de Michel Chadefaud, Aux origines du tourisme dans les pays de l’Adour (1987), qui finit de me convaincre de l’importance des processus historiques dans la compréhension de la production des lieux touristiques ; et L’invention du Mont Blanc, de l’historien Philippe Joutard, pourtant publié en 1986, mais dont je n’avais commencé à prendre connaissance qu’à travers la thèse de B. Debarbieux (1988). Pour moi, le livre de P. Joutard eut deux mérites : d’une part, d’apporter la confirmation du caractère convaincant de la différenciation entre découverte et invention, dans le contexte passionnant de la montée de l’intérêt pour les « monts sublimes » ; d’autre part, de faire référence, même assez discrètement, aux travaux du géographe Numa Broc et dont j’ignorais alors, je dois le dire, l’existence.

7A la lumière de ce court rappel historique, on pourra prendre conscience de ce qu’a signifié « l’aire du temps » au cours des années 1980, dans la mesure où je me suis trouvé à l’articulation entre des thèmes de recherche (la montagne, principalement alpine ; un renouvellement de l’approche des conditions historiques dans l’étude des processus de production de lieux nouveaux ; l’irruption du territoire et des processus liés de territorialisation, déterritorialisation, reterritorialisation) et des lieux de la recherche en cours sur ces thèmes (Genève et Grenoble, mais aussi Aix, Avignon et Besançon). Et comme le hasard – qui n’en est pas nécessairement un - fait souvent bien les choses, l’Institut de Saint-Gervais, pensé en 1989 et créé en 1990, s’est trouvé être en situation de barycentre de cette aire du temps : The right place at the right time, en quelque sorte…

  • 5 Dont la première et seule production fut L’annuaire de la recherche géographique francophone (1992, (...)
  • 6 M.I.T. : cet acronyme a eu des développés différents selon les moments : « Mobilités, Itinéraires, (...)

8Pour boucler l’évocation du contexte scientifique qui aboutit à « l’invention du lieu touristique », il faut enfin parler de ceux qui firent avec moi l’Institut de Saint-Gervais ; c’est-à-dire outre les Grenoblois (M. Chevallier, B. Debarbieux, F. Gerbaux, J.-.P. Guérin, J. Herbin, E. Matteudi, A. Olivier, J. Tuppen) et les Saint-gervolains engagés dans le projet, trois Parisiens en importation temporaire dans les Alpes : Florence Deprest, Philippe Duhamel, alors étudiants en maîtrise (sur Saint-Gervais), et Mireille Bruston, sociologue du C.N.R.S. qui, en raison d’un niveau d’exigences hors-normes, joua un rôle décisif dans toute l’aventure intellectuelle née au sein du laboratoire Intergéo (Paris) avec, en particulier, la création de l’éphémère « Observatoire de la géographie et des géographes »5 ; la création de l’équipe MIT6 de l’université Paris 7en 1993 a été au bout de ce processus.

9Après avoir évoqué tous ceux à qui je dois quelque chose à un titre ou à un autre pour cet article de la Revue de géographie alpine, il n’est pas inutile de restituer un peu de chronologie dans une période d’activité professionnelle qui fut très créative, tant sur un plan organisationnel que scientifique. En effet, si cet article a été publié en 1991, il a été écrit en 1990, année au cours de laquelle j’ai successivement créé le Festival international de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges (première édition en juin 1990), L’Observatoire de la géographie et des géographes et l’Institut de Saint-Gervais. Autre particularité de cet article : c’est l’une des dernières publications signées individuellement, la plupart des publications ultérieures étant des œuvres collectives, principalement au sein de l’équipe MIT avec un premier article fondateur (Equipe MIT, 1997), puis la sortie successives des trois livres, Tourismes 1. Lieux communs (2002), Tourismes 2. Moments de lieux (2005) et Tourismes 3. La révolution durable (2012), aux éditions Belin.

II. La manière dont sa contribution théorique a été reçue par les chercheurs en tourisme ou plus largement en sciences sociales 

  • 7 Il s’agit là d’un constat banal, que j’ai eu l’occasion de faire bien souvent à l’époque où, en cha (...)
  • 8 L’article de Jean-Claude Vernex, intitulé « L’invention des lieux touristiques » (Le Globe, Revue g (...)

10De manière générale, la réception n’est pas facile à apprécier, pour au moins trois raisons bien différentes : la première, qui est la plus importante, tient à la rapidité de la dilution d’un apport dans le grand corpus des connaissances et analyses qui croît à une vitesse exponentielle, ainsi qu’à la confusion entre diffusion et infusion de la nouveauté ; et ce, d’autant plus que l’on sait bien que, sauf cas assez limités, la novation en sciences humaines qui est généralement de l’ordre du relatif et non de l’absolu supposant un avant et un après bien identifiables, pâtit de l’impression selon laquelle on le savait déjà7. On sait aussi qu’il arrive que des chercheurs citent certains auteurs et certains ouvrages sans les avoir vraiment lus, parce qu’ils sont devenus des figures incontournables d’un champ scientifique donné, ce qui relativise la valeur des comptages automatiques. Une troisième raison est que l’un des péchés mignons de certains chercheurs en sciences humaines et sociales consiste – consciemment ou non, c’est un autre débat - à ne pas citer tous ses inspirateurs8 ou, parfois, à ne citer que des inspirations secondes, alors même que, par principe, l’une des caractéristiques du savoir scientifique est généralement de reposer sur un savoir cumulatif qui impose de dire à partir de quelle base on apporte sa propre contribution. Cependant, on atténuera ce procès en évoquant la force de l’esprit du temps combinée au nombre croissant de publications, responsables in fine de la perte du fil permettant de remonter suffisamment à l’amont d’une publication : ainsi, de même que, dans un premier temps, je n’ai eu accès à l’ouvrage de P. Joutard (1986) qu’à travers la thèse de B. Debarbieux (1988), nombre de chercheurs éprouvent une difficulté somme toute normale à reconstituer la généalogie d’une idée, même en s’en tenant à la littérature dans leur seule langue maternelle. Cette difficulté normale doit normalement être combattue par la lecture critique qu’organisent les revues avant d’accepter une publication. Ainsi, dans le cas que je présente, il est évident qu’il revenait aux évaluateurs, qui ont pris connaissance de mon article et l’ont accepté, de pointer l’absence de référence à l’ouvrage de P. Joutard. On pourrait en dire de même pour les évaluateurs de la Revue genevoise de géographie.

11Une autre raison de la difficulté à apprécier la réception de mon article est propre aux caractéristiques de ma production scientifique. En effet, comme déjà signalé, cet article a été l’un des derniers écrits dans la solitude du chercheur, hormis des articles au contenu géographiquement plus marginal (sur Vermeer ou les scènes de plage dans la peinture hollandaise du Siècle d’or) ou bien d’ouvrages destinés à faire le point des connaissances (comme l’ouvrage Les Alpes, collection Que sais-je ?). Rapidement, ma production personnelle s’est fondue dans une production collective assez exceptionnelle dans le domaine des sciences humaines et sociales, puisque nous en sommes arrivés, au sein de l’équipe MIT, à ne plus mentionner en page de titre le nom des auteurs, seul celui de l’équipe apparaissant. Du coup, mes contributions à ce collectif sont devenues inidentifiables (à l’exception du concept de « moment de lieu », cf. plus loin), à la faveur d’un amalgame du reste difficile à définir pour des tiers, R. Knafou disparaissant pour les uns dans l’équipe MIT comme l’équipe MIT pouvant être un faux nez de R. Knafou pour d’autres ; la réalité étant que bien qu’ayant pris l’initiative de cette équipe et l’ayant dirigée pendant toute son existence, entre 1993 et 2008, j’y étais un membre parmi d’autres, la qualité des autres étant suffisante pour que chacun ait le sentiment d’y exister et d’y apporter une contribution consistante appréciée par les autres à sa juste valeur. Quoiqu’il en soit, c’est surtout à travers des productions collectives que mes apports ont infusé, mais au prix de rendre moins facilement identifiable l’apport de telle ou telle analyse.

  • 9 Boyer M., L'invention du tourisme, collection découvertes, Paris, Éditions Gallimard, 1996, 160 p.

12Ce qui est sûr, c’est que la notion d’invention de lieux s’est diffusée, tant dans le domaine du tourisme qu’au-delà. L’article de J. Rieucau, « Invention et création de lieux touristiques dans la dynamique de la diffusion urbaine littorale, au nord de la Costadel Azahar », publié dans les Cahiers de géographie du Québec (Rieucau, 2002) ne fait pas référence à mon article de la R.G.A., mais à ma contribution à l’Encyclopédie de géographie, publiée en 1992 chez Economica et qui contenait ma contribution sur « L’invention du tourisme »9, laquelle reprenait largement des contenus de l’article en question, tout en y ajoutant des compléments, en particulier la référence à P. Joutard. Hors du champ du tourisme, la notion d’invention de lieux ou d’espaces s’est largement diffusée à travers un grand nombre d’ouvrages, mais la paternité n’en revient pas à des géographes, H. Le Bras et E. Todd ayant en français inauguré la série dès 1981 avec le stimulant livre consacré à L’invention de la France, suivie, par les mêmes auteurs de L’invention de l’Europe (1990). Depuis, les géographes se sont également emparés du thème, avec, parmi leurs nombreuses contributions, celle de C. Grataloup, L’invention des continents (2009).

  • 10 A l’exception, peut-être, de P. Duhamel qui, dans sa thèse (Les résidents étrangers européens à Maj (...)

13Enfin, pour clore ce deuxième point, quelques mots sur le contenu même de l’article : outre la différenciation entre invention et découverte rapportée aux lieux touristiques, il contenait une analyse sur « les deux pouvoirs du tourisme » : « un détournement de l’utilisation traditionnelle du territoire dont, enmême temps, la signification change » et « l’incorporation au lieu en question de nouveaux territoires, précédemment ignorés ou très peu utilisés et, donc, très peu intégrés dans la vie quotidienne et les enjeux de la population locale : la plage pour les communes du bord de mer, ou la haute montagne ». Cette analyse a, depuis, été largement reprise, aussi bien dans des travaux auxquels j’ai participé que dans des travaux de tiers. En revanche, un autre contenu de cet article, qui reposait sur l’hypothèse historico-anthropologique d’un « contrat initial passé entre la société d’accueil et la société des touristes, au moment du surgissement d’un nouveau territoire qui porte, à la fois, trace et témoignage du contrat en question » n’a guère inspiré les chercheurs français10, semble-t-il, alors même qu’avec maintenant un recul de près de trois décennies la piste me semble toujours porteuse d’une dimension heuristique. A la décharge des autres chercheurs, je dois dire que je n’ai moi-même pas eu l’occasion d’approfondir ce début d’analyse née de l’observation de plusieurs terrains. Du coup, ma conclusion est restée sans suite :

« Dans toute invention d’un lieu touristique, il existe donc un contrat tacite passé entre la société locale et la société globale, qui exprime le décalage entre l’idée que se font d’un même lieu ses habitants et ceux qui en révèlent la nouvelle nature, ainsi qu’en même temps, les inégales aptitudes de la population locale à combler le décalage en question. Ce contrat est donc fonction, à la fois, des structures des sociétés en contact et des forces de changement, actives ou potentielles. C’est l’hypothèse qui est ici formulée. Elle a l’ambition de contribuer à expliquer les dynamiques différentes que, d’un lieu à l’autre, une meilleure connaissance du tourisme fait progressivement apparaître dans leur complexité. » (Knafou, 1991, p19).

III. Les modifications que le chercheur a lui-même apportées, au fil du temps, à sa contribution théorique initiale : de l’invention du lieu touristique au moment de lieu

  • 11 Le site, le comptoir, la station, la ville, les deux derniers affinés en station-ville, ville touri (...)

14J’ai repris l’analyse de l’invention du lieu touristique dans plusieurs publications destinées à une plus large diffusion des travaux sur le tourisme (Knafou, 1992, 2003a, 2003b, 2006), en la reliant généralement à l’une de ses suites logiques, une typologie des lieux touristiques, élaborée dans le cadre de l’équipe MIT et affinée dans mes discussions avec Mathis Stock11

15Mais il est impossible de parler de cette invention des lieux touristiques sans faire référence au concept de « moment de lieu » qui, pour moi, constitue à n’en pas douter, la suite d’une réflexion personnelle développée parallèlement à ma participation à l’équipe MIT.

16Ce concept a été formulé en 2005, dans l’ouvrage collectif de l’Equipe MIT : Tourismes 2. Moments de lieux. J’en donnais la définition suivante : 

« Un lieu et un moment qui incarnent une situation de portée générale, dépassant l’enjeu du lieu lui-même ». Ou bien encore « la durée plus ou moins précise pendant laquelle un lieu donné (mais aussi une aire ou un réseau de lieux) incarne une situation de portée générale dépassant l’enjeu du lieu lui-même ; donc le moment où le lieu, en raison de l’invention ou de la consolidation d’une pratique ou, plus généralement d’une innovation sociale à dimension spatiale affirmée, a constitué une référence, voire un modèle pour d’autres lieux. »

17Ce concept a permis de mettre en évidence le rôle de certains lieux touristiques dans la cristallisation et l’incarnation de pratiques nouvelles correspondant à quelques grandes inventions successives qui ont constitué la "révolution touristique". En effet, sur le temps long, l’histoire du tourisme peut se résumer en une succession d’inventions de pratiques, dans des lieux différenciés : le bain thérapeutique dans les eaux froides (Manche, mer du Nord, dès la fin du XVIIe siècle), la villégiature hivernale en Méditerranée (à partir du XVIIIe siècle), contemporaine de la découverte estivale des attraits de la montagne, la fréquentation hivernale de la montagne à partir du dernier quart du XIXe siècle, le bain dans les eaux chaudes (Hawaï, puis Méditerranée), à partir du XXe siècle.

18Ce concept, qui explorait un angle mort de la réflexion géographique et historienne, a été créé pour tenter de comprendre les conditions d’apparition et de diffusion de pratiques touristiques nouvelles, c’est-à-dire de pratiques dont l’identification même passe par leur localisation. Il s’agissait d’articuler, à un moment donné, une innovation consistant en des pratiques, donc des acteurs, et un lieu ayant certaines qualités. Le moment de lieu est donc à la fois un concept permettant de synthétiser des notions restées jusqu’ici éparses et non articulées, et un outil qui permet de reconstituer le développement du tourisme, lequel constitue un champ favorable à sa mise au point.

19Imaginé pour répondre à des questionnements nés de l’étude du tourisme, j’ai fait l’hypothèse que le moment de lieu soit opérationnel pour rendre compte des pratiques sociales en général dès lors que, par définition, elles se développent dans des lieux qui les autorisent et leur donnent sens.

Haut de page

Bibliographie

Chadefaud M., 1987, Aux origines du tourisme dans les pays de l’Adour : du mythe à l’espace, un essai de géographie historique, Thèse d’Etat en géographie, Université de Bordeaux, coll. Cahiers de l’Université - Université de Pau et des Pays de l’Adour, 1010p.

Corbin A., 1988, Le territoire du vide, l’Occident et le désir de rivage 1750-1840, Paris, Aubier, 412 p.

Debarbieux B., 1988, Territoires de haute montagne : recherches sur le processus de territorialisation et d’appropriation sociale de l’espace de haute montagne dans les Alpes du Nord, Thèse de doctorat en géographie, Université de Grenoble.

Equipe MIT, 1997, « Une approche géographique du tourisme », L’Espace géographique, n°3, 193-204.

Equipe MIT, 2002, Tourismes 1. Lieux communs, Belin, coll. Mappemonde, Paris, 320 p.

Equipe MIT, 2005, Tourismes 2. Moments de lieux, Belin, coll. Mappemonde, Paris, 348 p.

Equipe MIT, 2012, Tourismes 3. La révolution durable, Belin, Paris, 332 p.

Christian Grataloup, L’invention des continents : comment l’Europe a découpé le monde, Paris, Larousse, 2009, 224 p.

Joutard P., 1986, L’invention du Mont Blanc,Paris, Gallimard, 284 p.

Knafou R., 1978, Les stations intégrées de sports d’hiver des Alpes françaises. L’aménagement de la montagne « à la française », Thèse de doctorat en géographie, Paris, New York, Barcelone, Masson, 319 p.

Knafou R., 1991, « L’invention du lieu touristique : la passation d’un contrat et le surgissement simultané d’un nouveau territoire », Revue de géographie alpine, tome 79, n°4, 11-19.

Knafou R., 1992, Encyclopédie de géographie,Economica, « L’invention du tourisme », in Bailly A., Ferras R. et Pumain D. (dir.), Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, avec le concours de Saint-Dié-des-Vosges, 851-864.

Knafou R., 1994, Les Alpes, coll. Que sais-je ?, PUF, 127 p.

Knafou R., Stock M., 2003a, « Epistémologie de la géographie », In J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 92-102.

Knafou R., 2003b, "Tourisme", In Mesure S., Savidan P. (dir.), Dictionnaire des sciences humaines, P.U.F.

Knafou R., 2006 et 2018, "Le tourisme", In A. Ciattoni et Y.Veyret (dir.), Les fondamentaux de la géographie, A. Colin.

Knafou R., 2007, "Tourisme et environnement", in Y. Veyret (dir.), dictionnaire de l’environnement, A. Colin.

Le Bras H., Todd E., 1981, L’invention de la France. Atlas anthropologique et politique, Paris, Hachette, 517 p.

Le Bras H., Todd E., 1990, L’invention de l’Europe, Paris, Le Seuil, coll. « Points essais ».

Raffestin C., 1987,« Repères pour une théorie de la territorialité humaine », Cahier/ Groupe Réseaux, vol. 3, n° 7, 2-22.

Rieucau J., 2002, « Invention et création de lieux touristiques dans la dynamique de la diffusion urbaine littorale, au nord de la CostadelAzahar », Cahiers de géographie du Québec, vol. 46, n°127, 25-48.

Haut de page

Notes

1 L'« invention » en question consiste en une utilisation nouvelle d'un lieu existant – du fait d’une lecture nouvelle du territoire - qui aboutit, à la fois, à le subvertir et à l'agrandir. Elle est également à l'origine d'un contrat initial tacite passé entre la société d'accueil et les premiers touristes, contrat qui détermine largement l'évolution du territoire touristique et, en particulier, les modalités de son inégale ouverture aux acteurs extérieurs.

2 Knafou R., Les stations intégrées de sports d’hiver des Alpes françaises. L’aménagement de la montagne « à la française », Masson, 1978.

3 Un livre a rendu compte de cette expérience : L’Institut de Saint-Gervais. Recherche-action dans la montagne touristique, Belin, 1997. Ouvrage collectif dirigé par Rémy Knafou et coordonné par Mireille Bruston, Florence Deprest et Philippe Duhamel.

4 Elle a donné lieu à une publication partielle sous le titre : Chamonix-Mont-Blanc : les coulisses de l'aménagement, 1990, Presses universitaires de Grenoble.

5 Dont la première et seule production fut L’annuaire de la recherche géographique francophone (1992, 864 p.), dû à Mireille Bruston. Il faut dire que les géographes n’avaient pas tellement envie d’être observés et que l’intérêt de la chose échappait à la géographe - spécialiste de travaux quantitatifs - en charge de la politique géographique du C.N.R.S. De cette période, il sortit néanmoins un ouvrage pionnier, Matériaux pour une sociologie de la géographie (sous la direction de D. Dory, D. Douzant-Rosenfeld et R. Knafou), L’Harmattan (1993), qui permet de comprendre pourquoi j’ai accueilli aussi favorablement le principe d’un numéro de Via@ tourism review consacré aux apports théoriques des chercheurs, dans le cadre d’une démarche réflexive.

6 M.I.T. : cet acronyme a eu des développés différents selon les moments : « Mobilités, Itinéraires, Territoires », au début, puis « Mobilités, Itinéraires, Tourismes ». Je l’avais imaginé, avec une double arrière-pensée ou paternité : la première tenant au goût de la dérision à la faveur de la comparaison avec l’une des universités les plus célèbres du Monde (le Massachusetts Institute of Technology), pour une jeune équipe sans moyens et rassemblant au départ quatre personnes…, la deuxième faisant référence au poids des représentations dans la formation des lieux et images touristiques.

7 Il s’agit là d’un constat banal, que j’ai eu l’occasion de faire bien souvent à l’époque où, en charge du Festival international de géographie, je m’occupais aussi de sa communication en direction des médias. C’est aussi probablement l’une des raisons qui conduit certains chercheurs à produire des analyses plus tranchées, voire radicales, susceptibles de davantage retenir l’attention (E. Todd peut entrer dans cette catégorie).

8 L’article de Jean-Claude Vernex, intitulé « L’invention des lieux touristiques » (Le Globe, Revue genevoise de géographie, année 1993, volume 133, n°1, pp. 15-28), ne fait aucune référence à l’article dont il est question ici, pourtant antérieur de deux ans et paru dans une revue que l’auteur ne devait probablement pas ignorer. Un tri via le logiciel « Compilatio.net » dans les principales revues en ligne [merci à Carine Fournier] a permis de recenser 15 articles reprenant des éléments de mon article, mais sans le citer, et 40 articles faisant référence explicitement à cet article (dont le quart dans des publications brésiliennes).

9 Boyer M., L'invention du tourisme, collection découvertes, Paris, Éditions Gallimard, 1996, 160 p.

10 A l’exception, peut-être, de P. Duhamel qui, dans sa thèse (Les résidents étrangers européens à Majorque (Baléares) : pour une analyse de la transformation des lieux touristiques, Université Paris 7, 1997) a cotoyé l’hypothèse. Je note que l’idée a été citée, dans des publications brésiliennes et espagnoles, mais, à ma connaissance, sans approfondissement véritable.

11 Le site, le comptoir, la station, la ville, les deux derniers affinés en station-ville, ville touristifiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Knafou, « L’invention du lieu touristique », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2511 ; DOI : 10.4000/viatourism.2511

Haut de page

Auteur

Rémy Knafou

Professeur émérite (géographie) de l’université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, directeur de l’équipe de recherche MIT (Mobilités, Itinéraires, Tourismes) (1993-2008)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals