Navigation – Plan du site
Photos

Bureau « nomade » et recherche collective de terrain

« Nomad » office and collective field research
Rémy Knafou

Texte intégral

1Quand il m’a été demandé une photographie dans mon bureau – actuel ou passé -, j’ai réalisé que si j’ai disposé de beaucoup de bureaux dans ma vie professionnelle – jusqu’à trois en même temps (lorsque je dirigeais au même moment le laboratoire Intergéo, le Festival international de géographie de Saint-Dié et l’Institut de Saint-Gervais) –, je n’y ai pratiquement pas produit d’écrits dits scientifiques.

2Ce constat résulte à la fois de pratiques personnelles et de la culture particulière du bureau dans l’Université parisienne. En effet, la Sorbonne a longtemps offert aux professeurs des bureaux minables et/ou partagés n’incitant pas à leur usage intensif, en particulier par ceux des enseignants qui disposaient de vastes appartements où, à l’instar d’Olivier Dollfus, qui fut mon directeur de thèse, ils y recevaient leurs étudiants, doctorants et collègues.

3Pour ma part, étant resté longtemps à l’écart de l’Université, en tant qu’enseignant en classes préparatoires aux Grandes Ecoles, j’avais pris l’habitude de travailler chez moi. Lorsque j’ai été recruté au CNRS, en 1988, ma fonction directoriale me valut la disposition de cette rareté à Paris qu’était un bureau à usage personnel, où je passais ma semaine entière à m’occuper de gestion des personnes et d’organisation de la recherche ; mais c’est chez moi que j’ai continué à écrire, le soir et en fin de semaine.

4Pendant vingt ans d’activité au CNRS et en Université, j’ai donc disposé de bureaux professionnels mais continué à écrire à mon domicile, ainsi que dans les moyens de transport, grâce à la conquête que fut l’ordinateur portable puis portatif. Je n’ai jamais écrit à la main, puisque, dès mes études, j’utilisais une machine à écrire portative. L’arrivée du Macintosh dont j’ai été l’un des premiers utilisateurs en France, dès 1984, m’a permis de transporter mon bureau, de maison en maison, en particulier lors des vacances scolaires. Puis, le lancement du PowerBook, en 1992, a définitivement affranchi mon écriture d’un confinement dans une pièce dévolue à cette pratique. Dès lors, j’ai écrit dans les trains, dans les salles d’embarquement des aéroports, dans les avions, dans les hôtels, etc., bref partout ou presque dès lors que j’en avais la possibilité.

5Ce bureau « nomade » est donc devenu une annexe très productive du bureau de mon domicile : parce qu’il m’était beaucoup plus facile de me concentrer dans ces lieux de l’itinérance que d’y parvenir dans mes bureaux directoriaux où, étant fréquemment dérangé, je ne disposais pas de la même maîtrise de mon espace-temps. J’y ajouterai que c’est à la faveur de déplacements que j’ai eu l’occasion d’imaginer toutes les structures que j’ai ensuite mises sur pied ainsi que la plupart de mes hypothèses de travail les plus fécondes.

6La première photo retenue ici, prise au Maroc, en septembre 2002, dans la Kasbah Tizzarouine, à Boumalne (vallée du Dadès), illustre ce bureau « nomade ». Photo prise par un membre de l’équipe MIT (Mobilités, Itinéraires, Tourismes), au cours du séminaire annuel que cette équipe tenait chaque année pendant une huitaine de jours. Ces séminaires ont pu être totalement itinérants ou bien basés dans un lieu principal (à Mirleft, à plusieurs reprises), mais systématiquement localisés dans le sud marocain, à partir de Marrakech ou d’Agadir, en raison des liens que nous avions avec les universités de ces deux villes.

7La deuxième photo a été prise par Olivier Lazzarotti, au cours du même séminaire, à Aït ben Haddou, près de Ouarzazate. On y reconnaît, de gauche à droite : Jean-Christophe Gay, Mathis Stock, Philippe Violier, Rémy Knafou, Philippe Duhamel, Isabelle Sacareau, Giorgia Ceriani au premier plan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Knafou, « Bureau « nomade » et recherche collective de terrain », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2711

Haut de page

Auteur

Rémy Knafou

Professeur émérite (géographie) de l’université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, directeur de l’équipe de recherche MIT (Mobilités, Itinéraires, Tourismes) (1993-2008)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals