Navigation – Plan du site

Texte intégral

Introduction

1Depuis la fin des années 1960, le champ des tourism studies est bercé par une longue et douloureuse mélopée qui souligne le manque d’ambition théorique et la dispersion disciplinaire du domaine d’étude, ce qui contribuerait à son manque de visibilité scientifique et, pour reprendre le mot de J. Tribe (1997), à son indiscipline. Dans l’article liminaire de la première livraison de la revue Tourist Studies, A. Franklin et M. Crang (2001, p. 5) dressent à cet égard un constat sans appel. Tout en soulignant le caractère stimulant et pertinent de l’analyse des pratiques et activités touristiques, notamment pour fournir une meilleure compréhension des processus de transnationalisation, ils notent que faute de théorisation « les études touristiques sont dépassées, éculées, répétitives et sans vie ». Aux yeux des deux auteurs, cette triste situation trouve son origine dans la combinaison de plusieurs facteurs. Les tourism studies souffriraient d’une orientation trop opérationnelle et, par voie de conséquence, d’une forte dépendance aux priorités et intérêts à court terme de bailleurs de fonds publics ou privés. Cette dérive aurait été renforcée par l’influence grandissante qu’exercent les sciences de gestion et du management sur le domaine de recherche. En effet, de façon symptomatique, plus que 70% des programmes de tourisme (et donc de la recherche) se trouve dans des Business schools (Ateljevic, 2014). Cette influence aurait conduit dans un même mouvement à une fétichisation du tourisme en tant que produit et activité économique, à une obsession pour les classements et taxonomies et à un tropisme marqué pour le positivisme, perçu comme condition de la reconnaissance scientifique, au détriment de conceptions alternatives de la démarche intellectuelle. Enfin, la sous théorisation qui caractériserait les études touristiques résulterait d’une trop lente percolation de la théorie sociale en leur sein, surtout pour ce qui concerne les versants critiques de cette théorie.

2Récurrente, dans la littérature anglo-saxonne, la complainte est également reprise par des collègues issus d’autres cultures scientifiques et linguistiques, notamment dans les ouvrages à portée épistémologique (voir par exemple Ethier, Morisset et Sarrasin, 2012). Le constat est donc largement partagé. A y regarder de plus près, il s’avère pourtant que la recherche en tourisme n’est pas un désert théorique et qu’elle a vu émerger de nouveaux concepts, propres à l’objet étudié. Le « tourist system » de J. Jafari (1985), le « Tourist Gaze » (littéralement « le regard fixe du touriste » ou le « regard touristique ») de J. Urry (1990) ou encore « l’habiter polytopique » de M. Stock (2006) témoignent, parmi beaucoup d’autres concepts, de la vitalité théorique des recherches en tourisme. Dans la lignée de ces contributions et animés par l’espoir de participer au développement de la théorisation dans les études touristiques, nous avons mis sur pied ce numéro de Via Tourism Review. A cette fin, nous avons sollicité une vingtaine de collègues, d’origines variées, tant sur le plan linguistique que disciplinaire, qui dans le cadre de leurs travaux ont forgé un nouveau concept ou adapté au tourisme un concept préexistant.

Une approche réflexive de la conceptualisation

  • 1 Les auteurs tiennent à remercier Tim Freytag, membre du comité de rédaction de Via Tourism Review, (...)

3Pour procéder à la sélection des concepts que nous souhaitions voir figurer dans ce numéro1, nous avons été attentifs à deux critères.

4Primo, nous avons cherché dans la production scientifique contemporaine en tourisme des termes ou des expressions (issus du vocabulaire courant, néologismes ou combinaisons de mots) qui répondent aux deux attributs principaux identifiés par Ogden et Richards (1923) pour définir un concept : ils doivent avoir une visée de compréhension des phénomènes étudiés (plutôt que des étiquettes mises sur des faits) et disposer d’un domaine empirique de validité. Autrement dit, nous avons retenu des termes ou des expressions qui jouent le rôle d’outils intellectuels susceptibles de contribuer à l’interprétation d’observations ou d’expériences. A titre d’exemple, et sans que nous ayons eu la possibilité de le retenir compte tenu du décès récent de J. Urry, le « Tourist Gaze », répond pleinement à ces critères, puisqu’il a contribué, sur bases de nombreux exemples empiriques, à la compréhension non seulement de l’émergence d’un rapport nouveau des individus au monde, fondé sur le visuel, mais encore de l’influence grandissante du regard touristique sur le façonnement des espaces matériels et immatériels.

5Secundo, au cours de notre quête, nous avons été attentifs à relever des concepts qui prennent le tourisme au sérieux, soit qu’ils apportent une meilleure compréhension de l’influence qu’exerce ce dernier sur les valeurs, les normes, les conduites sociales, les rapports sociaux, les relations économiques ou politiques, soit qu’ils fournissent des clefs d’interprétation des manières d’être et de faire propres au tourisme ou à ses acteurs.

6Une fois les concepts identifiés, nous avons pris le parti de susciter un travail réflexif de la part de leurs auteurs. Dans cette optique, nous avons invité ces derniers à mener chacun un examen détaillé de la démarche scientifique mise en œuvre pour forger le concept retenu. Par ce biais, nous souhaitions mettre en lumière certains aspects du processus de production du savoir, en examinant comment se bricolent les outils intellectuels qui permettent une meilleure compréhension des phénomènes touristiques. Chaque auteur sollicité a donc reçu un cahier des charges précis, dans lequel était demandé d’expliciter, sous une forme synthétique (5.000 mots maximum), la genèse du concept produit, sa réception dans la communauté scientifique et son évolution ultérieure, suite à de nouvelles observations empiriques ou suite aux réactions des collègues. Nous pensons en effet qu’un concept est tout autant un aboutissement qu’un point de départ de l’activité intellectuelle : s’il cristallise en un terme ou une expression des interprétations préalables d’un phénomène, il ouvre la voie ensuite à de nouveaux développements, par confrontation avec le terrain ou avec les conceptions d’autres chercheurs.

Une gageure

7A l’heure où la recherche scientifique est régie par les principes néo-libéraux de maximisation de la productivité, de concurrence interpersonnelle et interuniversitaire généralisée et de recours à la bibliométrie comme seul outil d’évaluation, notre démarche relevait de la gageure. En effet, Via Tourism Review ne figure pas, loin s’en faut, dans les « top journals » en tourism studies, n’est pas publiée par une grande maison d’édition privée et repose sur la bonne volonté de collègues soucieux de faire progresser la compréhension du tourisme par le biais d’une revue plurilingue, interdisciplinaire et en libre accès. En nous adressant aux auteurs, nous craignions donc de voir se multiplier les refus polis voire, plus prosaïquement, les absences de réponse. Si certaines invitations sont restées lettre morte, la plupart des auteurs contactés ont fait part de leur intérêt pour notre démarche. Bien entendu, nous avons enregistré quelques désistements pour des raisons de calendrier, mais plusieurs collègues ont néanmoins accepté, souvent avec enthousiasme, de se prêter à l’exercice.

8Vous découvrirez dans ce numéro des articles qui portent sur des concepts aussi variés que l’invention du lieu touristique, le touriste lui-même, le heritage scape, l’après-tourisme, le potentiel de justice sociale par le tourisme ou la gentrification touristique. Cet ensemble forme à première vue un bric-à-brac théorique. Néanmoins, les concepts présentés s’inscrivent dans les principaux questionnements sur le tourisme qui ont émergé à partir des années 1970, lorsque anthropologues, sociologues et psychologues sociaux firent irruption dans le champ des tourism studies. Dans la lignée des travaux de E. Cohen (1972) et D. Nash (1978) émerge alors une conception du tourisme comme un système comptant trois dimensions en interaction permanente : les visiteurs et leur culture, les lieux et sociétés visitées, et les multiples acteurs qui contribuent à les mettre en relation (Decroly, 2010). La première de ces composantes est abordée ici par le biais de l’article du sociologue Dean MacCannel, dans lequel il expose la manière dont, à la fin des années 1960, il a questionné les ressorts socio-psychologiques du déplacement et été amené, en mobilisant les outils des cultural studies, à faire de la quête d'une expérience authentique la motivation centrale des touristes. Comme il le rappelle dans sa contribution, cette quête d’authenticité est elle-même guidée par un processus de marquage symbolique qui conduit à ce que, parmi les innombrables objets qui pourraient être visités, seuls certains deviennent touristiques. Ce second versant de l’analyse de D. MacCannel renvoie aux interrogations récurrentes à propos du façonnement et de la transformation des lieux et sociétés par le tourisme. Trois des articles rassemblés ici s’inscrivent dans cette lignée. Dans le premier, l’anthropologue Michael Di Giovine revient sur la genèse de son analyse des sites du patrimoine mondiale et de leur façonnement symbolique par l’UNESCO afin de diffuser un récit symbolique « d’unité dans la diversité ». L’article du géographe Rémy Knafou, ensuite, établit la généalogie de son concept d’invention du lieu touristique, selon lequel l’utilisation d’un lieu existant par le tourisme résulte d’une nouvelle lecture, d’un nouveau regard, sur ce lieu, et conduit en même temps à le subvertir et à l’agrandir. Enfin, le sociologue Kevin Fox-Gotham explique ce qui l’a conduit à élargir le concept de gentrification, en y incluant les processus d’investissement touristique localisé, en particulier dans les centres urbains, qui peuvent produire les mêmes effets d’éviction des classes populaires que les mutations résidentielles.

9La troisième composante du système touristique est abordée par le biais de la contribution de Dianne Dredge, docteure en tourism planning and policy, qui concerne l’analyse des réseaux d’acteurs touristiques et plaide pour une meilleure prise en compte de la dimension politique de ceux-ci. A travers son article sur le potentiel de justice sociale par le tourisme, Freya Higgins-Desbiolles, docteure en relations internationales, traite de l’interaction entre les visiteurs et les visités et des conditions à remplir pour que cette interaction ait un caractère émancipateur, pour les uns comme les autres, alors même qu’elle se réalise dans un « monde mauvais » (de Lagasnerie, 2017). Enfin, à la croisée des différentes composantes du système touristique, le géographe Philippe Bourdeau raconte le cheminement intellectuel qui l’a mené à forger le concept d’après-tourisme.

10Outre ces contributions à caractère réflexif, les auteurs sont venus alimenter la rubrique « Photographies », chère aux membres du comité de rédaction de Via Tourism Review, en proposant chacun une photographie commentée qui illustre leur mode de travail. Une autre manière de montrer la recherche en train de se faire.

Clefs de lecture

11Chaque lecteur, qu’il soit étudiant, doctorant ou chercheur chevronné, trouvera dans les articles réunis ici matière à réflexion. Découvrir le chemin emprunté par des collègues pour faire naître des concepts amène en effet à s’interroger sur ses propres modes de production de la connaissance et à désacraliser la recherche théorique. Par ailleurs, à travers les textes présentés dans ce numéro se dessinent en toile de fond les conditions de la fabrique des concepts touristiques. Ces conditions forment trois familles distinctes, selon le degré de prise que les chercheurs ont sur elles.

12La première famille constitue la toile de fond du travail scientifique sur le tourisme. Elle rassemble des éléments du contexte sur lesquels le chercheur n’a pas – ou très peu – de prise. Lors de l’élaboration d’un concept, ce que le chercheur vise à comprendre et la manière dont il le formalise, dépend de ce qu’est le tourisme à ce moment-là, mais aussi, plus largement, de ce que sont les rapports sociaux globaux. De la même manière, la conceptualisation est influencée par l’état des connaissances sur le tourisme et plus largement sur le monde social. La deuxième famille de conditions du travail scientifique sur le tourisme comprend tous les aspects sur lesquels le chercheur va être en mesure d’imprimer sa marque, en particulier le choix de ses sources d’inspiration intellectuelle, le temps et la place qu’il accorde à l’empirie et/ou au terrain, ou encore la manière d’articuler la recherche et l’enseignement. La troisième famille de conditions, enfin, rassemble des éléments contextuels sur lesquels le chercheur a partiellement prise, en l’occurrence les cadres temporels, spatiaux et relationnels de son travail : le temps qu’il peut consacrer à son objet d’étude, l’établissement auquel il est rattaché, les équipes et collègues avec qui il a l’habitude de mener des recherches.

13Curieusement, la première famille de conditions de la recherche est peu évoquée par les contributeurs à ce numéro. Certes, D. MacCannel constate que le très modeste développement des tourism studies à la fin des années 1960 a partiellement conditionné son choix de prendre le touriste pour objet d’étude. Sur un autre plan, F. Higgins-Desbiolles souligne que la conception étroite du tourisme en vigueur à l’heure du néo-libéralisme a été un aiguillon pour forger une conception alternative, fondée sur les principes de justice et d’émancipation. Toutefois, dans l’ensemble, les auteurs mettent principalement en avant les conditions de recherche sur lesquelles ils ont (partiellement) prise.

14Sur le plan heuristique, la plupart d’entre eux souligne l’influence décisive de certaines sources d’inspiration intellectuelle. Ces sources sont parfois issues de la discipline d’origine, comme chez R. Knafou qui a été inspiré par les travaux que des géographes (par exemple C. Raffestin, 1987, et B. Debarbieux, 1988) consacrèrent dans les années 1980 au territoire et à la territorialité. Le plus souvent elles proviennent d’autres disciplines, avec un tropisme marqué pour des chercheurs qui couvrent un large spectre dans le champ des sciences sociales, à l’image de C. Lévi-Strauss et E. Goffman, dont les enseignements ont constitué la matrice intellectuelle des recherches de D. MacCannel, à l’image aussi d’A. Appaduraï, dont le concept de scape a très fortement inspiré M. Di Giovine, à l’image encore de B. Latour, dont la théorie de l’acteur réseau a imprégné la recherche sur les réseaux d’acteurs en tourisme. L’écrasante majorité des auteurs qui ont compté pour nos contributeurs sont issus du monde occidental ou ont poursuivi leur carrière dans des universités occidentales. Nous pourrions rajouter qu’il s’agit très fréquemment d’auteurs masculins. L’ouverture aux outils intellectuels forgés dans d’autres contextes culturels reste donc rare, sauf pour M. Di Giovine, qui reconnaît sa dette aux travaux du géographe indien Rana Singh, à qui l’on doit d’avoir introduit l’idée que par nature le patrimoine est en changement perpétuel, et pour P. Bourdeau, qui souligne l’influence essentielle exercée par les écrits sur la transmodernité du philosophe argentin Enrique Dussel.

15Sans surprise, les recherches menées au sein même du champ des études touristiques sont également une source importante d’inspiration. Jouent ici à la fois les héritages de travaux antérieurs et les débats déclenchés par les avancées théoriques formulées par les auteurs eux-mêmes. P. Bourdeau relève par exemple qu’il a été nourri par la littérature critique sur le tourisme, qu’elle soit anglophone, avec les textes de D. Fennell (2006) et J. Tribe (2009) sur l’éthique et la philosophie du tourisme, allemande, avec les travaux de J. Krippendorf (1982, 1986, 2010) sur les impacts environnementaux et sociaux du tourisme, ou francophone, avec la thèse de G. Cazes sur le tourisme dans les pays en développement. Il évoque également l’influence jouée par des publications non-académiques, notamment celles de F. Michel et R. Christin, dont le caractère polémique est propice à la réflexion. F. Higgins-Desbiolles évoque également l’impact sur son travail de textes critiques sur le tourisme, en particulier ceux de J. Krippendorf, encore lui, et de D. McLaren (2003). Par ailleurs, plusieurs auteurs constatent que les réactions suscitées dans le champ des tourism studies par leurs travaux ont elles-mêmes été une source d’inspiration, conduisant à faire évoluer la formulation, le contenu ou les illustrations empiriques du concept initial.

16Le principal dénominateur commun des cristallisations théoriques évoquées dans ce numéro réside toutefois dans le rôle essentiel que joue la confrontation au terrain, dans le cadre d’enquêtes, de recherches appliquées menées pour des pouvoirs publics ou des opérateurs privés, ou en tant qu’opérateur touristique. F. Higgins-Desbiolles et M. Di Giovine mettent ainsi en avant l’effet majeur joué par l’expérience professionnelle vécue avant le début de leur thèse, comme collaboratrice ou volontaire pour des organisations non gouvernementales australiennes pour l’une, comme guide pour un tour opérateur éducatif étasunien pour l’autre. Dans les deux cas, ces contacts initiaux avec le terrain, dans un cadre non académique, ont contribué à orienter la recherche, à la fois par les questionnements qu’ils suscitèrent et les illustrations empiriques qu’ils fournirent. Par ailleurs, comme le notent D. Dredge, P. Bourdeau et R. Knafou, les échanges avec les acteurs et opérateurs de terrain constituent une occasion privilégiée pour tester les outils intellectuels élaborés et faire émerger de nouvelles idées. Enfin, plus classiquement, D. MacCannel et K. Fox-Gotham montrent que leur travail conceptuel n’aurait pas pu voir le jour sans enquête préalable.

17A la différence du travail de terrain, l’enseignement est rarement évoqué par les auteurs réunis dans ce numéro. P. Bourdeau montre toutefois que les échanges avec les étudiants, en particulier dans le cadre de séminaires et d’ateliers ou excursions de terrain, ont joué un rôle majeur dans l’évolution de sa pensée. Ils donnent en effet l’occasion de mettre ses idées au banc d’essai, d’ébaucher des terminologies ou des classifications, de clarifier ses intuitions ou de remettre en question ce que l’on pensait initialement.

18Enfin, les articles réunis dans ce numéro témoignent de l’impact sur la conduite de la recherche des cadres temporels, spatiaux et relationnels de travail. Certains moments, lieux ou collaborations s’avèrent plus propices à la conceptualisation que d’autres. Par leur durée, mais aussi la liberté de penser qu’elles permettent, la thèse de doctorat ou l’habilitation à diriger des recherches ont offert à M. Di Giovine, F. Higgins-Desbiolles et P. Bourdeau des moments privilégiés pour faire émerger les concepts qu’ils présentent ici. Par ailleurs, comme le note R. Knafou, les objets et manières de faire de la recherche dans les laboratoires ou départements universitaires fréquentés déteignent inévitablement sur le cheminement intellectuel individuel. Sans oublier les échanges avec les collègues proches, ceux que le chercheur fréquente régulièrement, dans son équipe ou dans le cadre de collaborations externes, échanges qui, comme le souligne P. Bourdeau, forment le socle de l’activité intellectuelle et donc de la conceptualisation.

19Pour terminer, nous souhaitons mettre en avant que les concepts évoqués dans ce numéro résultent chacun d’un long processus de maturation intellectuelle. Ils ont été forgés dans la durée, souvent sur plusieurs années, par la confrontation répétée d’idées entre elles ou d’idées au terrain. La conceptualisation requière du temps, beaucoup de temps. En ce sens, ce recueil d’articles confirme les propos d’Eugene Garfield (1990, p. 14), qui tout en fustigeant la représentation populaire d’un progrès scientifique lié à une succession d’éclairs de génie et de découvertes fortuites, souligne que les percées importantes proviennent souvent de chercheurs « qui labourent opiniâtrement un champ mûr pour une découverte, et qui sont préparés intellectuellement à reconnaître et exploiter des résultats inattendus ». Comme le note Olivier Gosselain (2011 : 131), « en matière de recherche, la lenteur et la constance l’emportent donc sur la vitesse et la versatilité ». L’injonction productiviste que rabâche les laudateurs de l’excellence scientifique s’oppose donc radicalement à la temporalité longue de la fabrique des concepts. En résistant à cette injonction, les chercheurs se donneraient les moyens non seulement de limiter les souffrances humaines qu’elle engendre, mais aussi de poursuivre à leur rythme, en toute sérénité, le long cheminement intellectuel qui permet de forger les outils capables d’améliorer la compréhension du tourisme…, ou de tout autre fait social.

Haut de page

Bibliographie

Ateljevic I., 2014, « Mapping a history and development of tourism studies field », Turizam: međunarodni znanstveno-stručni časopis, 62(1), 75-101.

Cohen E., 1972, « Toward a Sociology of International Tourism », Social Research, 39(1), 164–189.

Debarbieux B., 1988, Territoires de haute montagne : recherches sur le processus de territorialisation et d'appropriation sociale de l'espace de haute montagne dans les Alpes du Nord, Université de Grenoble I, Institut de géographie Alpine, Thèse de doctorat en géographie,

Decroly J.-M., 2010, « Un cuadro de analisis de la valorizacion turistica », in : De Myttenaere B. et E. Rozo Bellon (eds) Desarrollo territorial y tourismo : una approximacion a partir de la valorizacion turistica, Bogota, Universidad Externado de Colombia, 41-62

de Lagasnerie G., 2017, Penser dans un monde mauvais, Paris, Presses Universitaires de France

Éthier G., Morisset L. K., Sarrasin B., 2012, Épistémologie des études touristiques, Québec, Presses de l'Université du Québec.

Fennell, D. A., 2006, Tourism ethics (Aspects of tourism), Bristol, Channel View Publications.

Garfield E., 1990, « Fast Science vs. Slow Science, Or Slow and Steady Win the Race », The Scientist, 4(18), 14.

Franklin A., Crang, M., 2001, « The trouble with tourism and travel theory? », Tourist Studies, 1(1), 5–22.

Gosselain O. P., 2011, « Slow Science – La désexcellence », Uzance, 1, 128-140.

Jafari J., 1987, « Tourism models: The sociocultural aspects », Tourism management, 8(2), 151-159.

Krippendorf J., 1982, « Towards new tourism policies: The importance of environmental and sociocultural factors », Tourism management, 3(3), 135-148.

Krippendorf J., 1986, « Tourism in the system of industrial society ». Annals of Tourism Research, 13(4), 517-532.

Krippendorf J., 2010, Holiday makers, Abingdon-on-Thames, Routledge.

McLaren, D., 2003, Rethinking tourism and ecotravel, Boulder (Ca), Kumarian Press.

Nash D., 1981, « Tourism as an Anthropological Subject », Current Anthropology, 22 (5), 461-481.

Ogden C. K., Richards I. A., 1923, The Meaning of Meaning, New York, Harchourt, Brace & World.

Raffestin C., 1987, « Repères pour une théorie de la territorialité humaine », FLUX - Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et Territoires, 3(7), 2-22.

Stock M., 2006, « L'hypothèse de l'habiter poly-topique: pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles », EspacesTemps. Net, https://www.espacestemps.net/articles/hypothese-habiter-polytopique/

Tribe J., 1997, « The indiscipline of tourism », Annals of Tourism Research, 24 (3), 638-657.

Tribe J. (Ed.), 2009, Philosophical issues in tourism, Bristol, Channel view publications.

Urry J., 1990, The Tourist Gaze. Leisure and Travel in Contemporary Societies, London, Sage Publications.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs tiennent à remercier Tim Freytag, membre du comité de rédaction de Via Tourism Review, qui a contribué à la sélection initiale des concepts présentés dans le ce numéro et participé à la relecture des textes soumis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Decroly et Anya Diekmann, « La fabrique des concepts touristiques  », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2716

Haut de page

Auteurs

Jean-Michel Decroly

IGEAT, Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Anya Diekmann

IGEAT, Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals