Navigation – Plan du site

Pour une approche politique des réseaux dans la recherche en tourisme

Traduction de Aurélie Condevaux et Sébastien Jacquot
Cet article est une traduction de :
Rescuing policy in tourism network research [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Resgatando a política na pesquisa sobre redes no turismo [pt]

Résumé

Les réseaux fournissent un angle d’approche efficace pour comprendre les relations complexes qui transforment la vie sociale, économique et politique. Par le biais d’une discussion des divers courants de recherche sur les réseaux dans le domaine du tourisme, cet article avance que les questions politiques traversent ces différents courants. Plutôt que de plaider en faveur d’un intérêt accru pour la recherche sur les réseaux de politiques touristiques en tant que sous-domaine distinct, l’article appelle à un engagement théorique plus poussé avec les dimensions politiques dans la recherche sur les réseaux en tourisme. De nouvelles perspectives et de nouvelles pistes d’enquête sur ce qui se passe réellement peuvent s’ouvrir pour les chercheurs qui adoptent une ontologie de réseau, s’ils discutent, déconstruisent et critiquent les théories, outils, cadres conceptuels des politiques et des sciences politiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les réseaux constituent un angle d’approche efficace pour comprendre les relations qui transforment la vie sociale, économique et politique (Eriksson, 2005 ; Roelofs, 2009). Dans les tourism studies, la métaphore du réseau a été adoptée, adaptée et hybridée en écho à des influences disciplinaires diverses, comme celles des affaires ou de la sociologie. Les contributions vont d’enquêtes descriptives, exploratoires et explicatives des réseaux touristiques à des recommandations prescriptives et normatives concernant la “bonne” gouvernance de réseaux (Peterson, 2003). Dans ce processus, la recherche sur les réseaux touristiques s’est diversifiée et de nouvelles approches ont émergé, aux rangs desquels la Théorie de l’Acteur Réseau (Actor Network Theory - ANT) (e.g. Johannesson, 2005 ; van der Duim, Ren, Johannesson, 2013), les réseaux politiques (e.g. Pavlovich, 2003, 2014 ; Dredge, 2006a, 2006b ; Duffy, 2006), les réseaux de gouvernance inter-organisationnelle (e.g. Beaumont, Dredge, 2010 ; Volgger, Pechlaner, 2015) et les réseaux d’affaire (e.g. Thomas, 2012).

2Cet article examine l’état actuel de la recherche sur les réseaux touristiques. L’objectif est de consolider la littérature assez fragmentée sur les réseaux de stratégies touristiques en partant de mes propres contributions et d’autres publications. L’argument consiste à dire que le problème n’est pas que la dimension politique fait défaut, mais que la recherche sur les réseaux s’est tellement préoccupée de la description des questions relationnelles que les effets plus profonds et les conséquences des réseaux sur l’élaboration des politiques et le pilotage du tourisme ont perdu en importance.

3Mes premières contributions à la recherche sur les réseaux touristiques, avec Pavlovich (2003), ont cherché à utiliser les réseaux comme une perspective ontologique pour explorer ce qui se passait réellement dans l’élaboration des politiques touristiques. Cependant, une décennie de recherches révèle qu’une approche descriptive a dominé les travaux sur les réseaux touristiques, et la compréhension des effets des réseaux, de leur fonctionnement, des flux et des conséquences sur le tourisme est demeuré en arrière-plan. Dans ce processus, les connaissances théoriques sur le pouvoir, la politique, l’influence et la dynamique des connaissances ont été minimisées. Plutôt que de plaider en faveur d’un intérêt accru pour la recherche sur les réseaux de politiques touristiques en tant que sous-domaine distinct, cet article appelle à un engagement théorique plus poussé avec les dimensions politiques dans la recherche sur les réseaux de tourisme. L’objectif de ce papier est d’explorer l’origine, l’évolution et les possibilités de recherches futures en matière de politiques dans le cadre de la recherche sur les réseaux touristiques. Le document s’appuie sur un petit corpus de recherches sur les réseaux de politiques touristiques, y compris mes propres contributions sur une période de 10 ans (voir Dredge 2006a, 2006b ; Dredge, Pforr, 2008 ; Dredge, Thomas, 2009 ; Beaumont, Dredge, 2010) et qui fournit la base à des travaux plus récents sur les complémentarités politiques (Dredge, 2015a), la gouvernance des réseaux (Dredge, 2015b) et la dynamique des connaissances dans les réseaux touristiques (Dredge 2015c).

Définir le domaine des réseaux de politiques touristiques

4Étant donné la nature floue des concepts clés, que ce soit ceux de “ tourisme », “ politiques » ou “ réseaux », l’accent est mis ici sur les réseaux conçus comme des constellations de relations sociales qui contribuent à l’élaboration des politiques touristiques. Il est important de noter que ces écologies relationnelles s’étendent souvent au-delà du tourisme et de la politique, de sorte que toute tentative de définir des réseaux de politiques touristiques d’une manière rigide est futile. La politique touristique elle-même est également difficile à définir, mais elle est largement conçue comme les processus, les décisions, les actions et les résultats des collaborations visant à orienter le tourisme (Hall & Jenkins, 1995). Ces réseaux peuvent également s’étendre à des domaines politiques connexes, notamment l’aménagement du territoire, les transports, le développement économique et communautaire lorsqu’ils se chevauchent ou impliquent le tourisme (Dredge, 2015a).

5Dans ce cadre, il est important de ne pas présupposer qui est responsable de la politique ou de tracer des limites conceptuelles autour de réseaux, qui incluent et excluent des acteurs de manière aléatoire. La politique était autrefois considérée comme s’exerçant du haut vers le bas et comme une responsabilité du secteur public (Powell, 1990 ; Hall, Jenkins, 1995). Cependant, la vision néolibérale actuelle de la politique suggère que la politique touristique est le résultat d’une collaboration entre le gouvernement, les entreprises et la société civile et que la responsabilité est partagée entre ceux-ci (Dredge, Jenkins, 2006). Par conséquent, les chercheurs travaillant sur les réseaux qui s’intéressent à l’élaboration des politiques touristiques devraient suivre la circulation des idées, de l’influence, du pouvoir et des connaissances dans l’élaboration des politiques et la façon dont ces facteurs façonnent le pilotage du tourisme.

6Les études sur les réseaux politiques cherchent à dégager les caractéristiques, les impacts et les conséquences de ces écologies relationnelles (c.f. Hajer, 2003 ; Rochelaeu, 2008). La recherche sur les réseaux d’action publique s’inspire d’un large éventail de modèles, et de cadres théoriques issus de la politique et de l’analyse des politiques, et s’étend des prescriptions normatives concernant les réseaux “ bons » ou efficaces aux explorations critiques du pouvoir, des idées, des ressources et de l’autorité (Dredge, Pforr, 2008). La recherche inspirée par la Théorie de l’Acteur-réseau (Actor Network Theory - ANT) peut aussi chercher à renouveler les façons de comprendre les politiques, en mettant au jour par exemple les nouveaux types d’acteurs non humains tels que le risque, l’impact, l’innovation et le bien public, des concepts qui s’entremêlent tellement dans des significations socio-matérielles qu’ils peuvent acquérir une vie autonome dans les discussions politiques (Am, 2015). Par conséquent, il est important d’être ouvert aux différentes approches ontologiques et épistémologiques de la recherche sur les réseaux touristiques et aux contributions de ces divers développements pour la compréhension, l’explication et la mise en œuvre de la politique touristique.

Origine et évolution de la pensée en réseau

7La métaphore du réseau a divers antécédents historiques dans les sciences sociales (par ex. en théorie des graphes, voir Baggio, Scott, Cooper, 2010) ; dans les systèmes d’infrastructure (voir Borgatti, Mehra, Brass, Labianca, 2009) ; en sociologie (Mitchell, 1974) ; et en sciences politiques (voir Heclo, 1978). Dans les études organisationnelles, les réseaux remontent à la pensée systémique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, où la " hiérarchie " a fourni une métaphore pour décrire l’organisation structurée, multi-niveaux et multisectorielle des gouvernements. Sous l’influence de l’œuvre de Frederick Winslow Taylor, Principles of Scientific Management (1919), les formes hiérarchiques d’organisation des secteurs public et privé, fondées sur la spécialisation de la main-d’œuvre et des tâches, étaient considérées comme étant très efficaces et plus productives. Cette métaphore de la hiérarchie a dominé pendant la plus grande partie du XXe siècle, mais en 1981, le terme " société en réseau " a été inventé comme une métaphore capturant l’organisation sociale, économique, spatiale, culturelle, environnementale et politique complexe des sociétés modernes (van Dijk, 1991/2012).

8Dans ce contexte, un certain nombre de tournants ontologiques ont eu lieu dans le domaine des sciences sociales au cours du siècle dernier, ce qui a contribué à des conceptions plus réfléchies, complexes et dynamiques de l’élaboration des politiques. Parmi ceux-ci, il y a le tournant post-structurel, le tournant relationnel, le tournant délibératif, le tournant communicatif, le nouveau tournant institutionnaliste et le tournant systémique (voir Dryzek, Niemeyer, 2010). Ensemble, ces changements ont permis de mieux comprendre la nature du pouvoir, la politique, le gouvernement et les relations entre le gouvernement et les entreprises. Les contributions clefs pour comprendre la politique incluent :

9Les changements dans la conceptualisation des espaces politiques. Les espaces politiques sont devenus plus fluides, temporels et dynamiques. Le rôle et le pouvoir dévolus aux politiques avec un “ p » minuscule, les politiques et les réseaux informels, sont de plus en plus reconnus, au même titre que le rôle traditionnel des politiques avec un “ P » majuscule, les politiques formelles, dans l’élaboration des politiques (Flint, 2003). Dans le domaine du tourisme, Dredge et Thomas (2009) ont noté que les processus relationnels de l’élaboration des politiques transcendent les différences entre les arènes politiques formelles et les espaces informels tels que les stations de ski et les bars.

10Organisation et coordination complexes. L’élaboration des politiques est moins structurée, coordonnée et hiérarchique qu’auparavant (Fischer et al. 2015). L’action politique n’est pas toujours du haut vers le bas, ni conforme aux structures et pratiques formelles du gouvernement. Les acteurs mettent en œuvre différents projets basés sur les intérêts personnels et mutuels, parfois simultanément (Beaumont, Dredge, 2010).

11Répartition des responsabilités. Les responsabilités sont différenciées, réparties et négociées (Rhodes, 1990 ; van Buren, Klijn, Koppenjan, 2003). On est passé d’une vision descendante de la responsabilité centrée sur le gouvernement à une vision selon laquelle les acteurs public-privé interdépendants partagent, négocient, co-créent et assument des responsabilités, qui peuvent être officiellement reconnues ou non (Dredge, Jenkins, 2012).

12Compression du temps et de l’espace. Les réseaux sont des temps et des espaces fluides (Eriksson, 2005). Le temps et l’espace sont deux logiques d’organisation qui sous-tendent les conceptions traditionnelles de l’élaboration des politiques. Par exemple, les politiques ont traditionnellement été discutées et analysées à l’aide d’outils, de théories ou de concepts ayant une dimension temporelle inhérente (c’est-à-dire les cycles politiques, les processus et les échéances) et une dimension spatiale (p. ex. l’élaboration des politiques nationales, régionales et locales). Cependant, la recherche sur les réseaux conclut que l’élaboration des politiques est rarement linéaire ou séquentielle (Jann, Wegrich, 2007) et que, souvent, il n’y a ni début ni fin (Pavlovich, 2014). La fluidité des acteurs et des enjeux, du mondial au local, signifie que l’élaboration des politiques est mieux décrite comme étant non scalaire et liquide (Dredge, Jamal, 2013).

13Coproduction de connaissances. La (co)création de connaissances dans l’élaboration des politiques est un exercice socioculturel (Sabatier, Jenkins-Smith, 1993). Le savoir dans le processus d’élaboration des politiques a été historiquement conceptualisé comme un exercice technique rationnel et une contribution fixe. Cependant, elle en est venue à être considérée comme une coproduction dynamique dans la problématisation des enjeux, dans la négociation des responsabilités et dans la co-création d’actions.

14La conséquence de ces changements dans la façon dont les gouvernements dirigent est que les théories scientifiques rationnelles et “ top-down » de l’élaboration des politiques touristiques ont été mises de côté au profit de formes relationnelles négociées d’élaboration public-privé des politiques. L’idée selon laquelle l’élaboration de politiques est un processus scientifique rationnel comprenant des étapes claires a été rejetée (p. ex. Hogwood, Gunn, 1984), et la réalité désordonnée de l’élaboration de politiques a contribué à expliquer des processus politiques dynamiques, complexes et non ordonnés (Rhodes, 1990 ; Hall, 2011 ; Pierce, Martin, Murphy, 2011). Il n’est pas surprenant de constater que les réseaux et leur langage (p. ex. nœuds, réseaux, liens forts/faibles, liens, liens, grappes, etc.) sont devenus de plus en plus utiles pour comprendre les écologies relationnelles qui produisent des politiques et orientent le tourisme.

Aperçu de la recherche en réseau dans le domaine du tourisme

15Les réseaux touristiques ont reçu une attention variable de la part des chercheurs au cours des 20 dernières années. Van der Zee et Vanneste (2015) entreprennent une revue systématique de la littérature et une analyse des citations croisées dans la recherche sur les entreprises touristiques et les réseaux de politiques touristiques. Leur recherche révèle des groupes de recherche thématiques (basés sur des mots-clés) avec un accent mis sur le politique, un accent sur les affaires, un accent sur la coopération relationnelle et un accent sur la configuration du réseau. Ils observent, tout d’abord, qu’il n’y a pas d’approche holistique et qu’il y a peu d’émulation mutuelle entre ces groupes de recherche. Deuxièmement, ils soutiennent que les méthodes ne font pas l’objet d’une attention explicite et que les travaux ne fournissent souvent pas de preuves solides des affirmations faites (van der Zee, Vanneste, 2015). Bien que l’analyse bibliographique de van der Zee et Vanneste (2015) soit exhaustive, elle n’explique pas les différents fondements ontologiques, épistémologiques ou axiologiques qui sous-tendent la recherche en réseau. Or un tel examen pourrait révéler des différences et des similitudes dans la façon dont les différents courants de réseaux sont élaborés et pourrait mettre en évidence les valeurs et les hypothèses qui sous-tendent les différentes approches de recherche ; cela pourrait également aider à éclairer les différents types de connaissances produites sur les réseaux touristiques.

16Dans une autre analyse du domaine, Volgger et Pechlaner (2015) entreprennent une “ revue sélective et critique de l’état de l’art » des réseaux de gouvernance du tourisme. Ils fournissent une réflexion thématique sur l’utilisation des réseaux comme outil de gestion, mais ne parviennent pas à articuler clairement les caractéristiques et les différences ontologiques et épistémologiques de la recherche sur les réseaux touristiques. Ils supposent que les réseaux touristiques ont pour but d’organiser et de tirer les destinations vers une plus grande compétitivité, innovation et efficacité, et ils ne s’engagent pas de manière critique ou théorique sur les conséquences, les impacts ou les objectifs finaux des réseaux en tant que constructions sociopolitiques.

17Dans une autre revue de la littérature, Baggio, Scott et Cooper (2010) esquissent une position épistémique pour la recherche sur les réseaux sociaux touristiques. Ces auteurs sont influencés par la science des réseaux, s’inspirant de la modélisation mathématique associée à la théorie des graphes et à l’analyse des réseaux sociaux (SNA). Ils reconnaissent les caractéristiques complexes, dynamiques et scalaires des réseaux bien que leurs méthodes tendent à favoriser un niveau d’analyse régional et relativement attaché aux lieus. Le fait qu’ils adoptent des méthodologies positivistes qui utilisent la physique statistique pour analyser la structure et les relations du réseau mène à des méthodologies quantitatives étroitement structurées et à des résultats portant sur les topologies de réseau. L’interprétation de ces topologies nécessite alors la collecte de données qualitatives fondées sur des entretiens afin d’obtenir des explications plus approfondies. Leur travail vise à recueillir des informations sur les caractéristiques des réseaux de destination. Leur perspective scientifique et leurs choix méthodologiques révèlent des descriptions instantanées de réseaux délimités par le temps et l’espace. Les entretiens sont utilisés pour révéler des liens relationnels dynamiques. De plus, ces approches sont moins sensibles aux interconnexions spatiales, physiques et temporelles indirectes ou invisibles qui pourraient être omises en raison de la sélection de l’échelle, des répondants et des processus de collecte de données. Cette recherche tend à se concentrer sur la structure actuelle des constellations relationnelles des acteurs humains et n’aborde pas directement les questions de politique, de flux de pouvoir, de ressources et d’influence. Par conséquent, cette ligne de recherche sur les réseaux touristiques révèle peu de choses sur la façon dont les relations socio-économico-politiques plus larges constituent une action politique et comment, dans un processus itératif, les actions politiques constituent des réseaux relationnels.

18Les usages de l’ANT pour l’étude du tourisme permettent de questionner la constitution de la politique touristique et, inversement, la manière dont l’élaboration d’une politique du tourisme contribue à la constitution des relations (par exemple Johannesson, 2005 ; Ren, Bjørst, Dredge, 2016). L’ANT peut certainement être critiquée. Cette théorie se concentre sur les traductions ethnographiques qui suivent des acteurs humains ou non humains (van der Duim, Ren, Jóhannesson, 2017). Cela peut manquer de profondeur théorique, et suivant ma propre lecture de ces travaux, l’ANT a tendance à emprunter, parfois superficiellement, des constructions théoriques et disciplinaires plus profondes présentes dans les politiques sans assumer la responsabilité de l’origine de ces idées. L’ANT peut donc échouer à répondre au besoin des chercheurs sur les politiques de comprendre concrètement et de théoriser l’élaboration des politiques, le rôle du gouvernement, le pouvoir, etc. De plus, l’ANT a son propre langage, utilise des métaphores comme les nœuds, les liens, le maillage et la fixité / fluidité, et est critiqué comme étant dense et spécialisé (Law, Callon, 1988 ; van der Duim et al., 2017). L’ANT se désengage également des termes et concepts théoriques, y compris ceux couramment utilisés dans l’étude de la politique et de l’élaboration des politiques (public / privé, gouvernement / non gouvernemental, pouvoir / savoir, matérialité / socialité, structure / capacité d’agir) (Law, 1999). Ce faisant, l’ANT peut proposer des analyses similaires à celles déjà produites en politique, mais en utilisant un corpus de langage différent. L’ANT peut cependant offrir une compréhension fortement contextualisée des caractéristiques des politiques en interrogeant “ … la manière dont [les acteurs dans des contextes particuliers] définissent et distribuent les rôles et mobilisent ou inventent les autres pour jouer ces rôles » (Law, Callon, 1988, p. 285). En conséquence, les explorations ANT proposent des perspectives créatives et très spécifiques (et potentiellement fragmentées) sur des aspects tels que le risque, les intérêts des acteurs, les impacts ou la stratégie - dimensions sur lesquelles une analyse de l’élaboration des politiques pourrait se mettre en place (Am, 2015).

19Ce bref panorama des différentes approches d’analyse des réseaux touristiques révèle des divergences considérables et des éclairages distincts sur la manière dont la politique - définie comme des actions publiques-privées orientées vers le pilotage du tourisme - est opérationnalisée (ou non) dans la recherche sur les réseaux. Par exemple, comment l’espace est-il traité ? Comment les flux matériels et non matériels sont-ils reconnus ? Comment les acteurs humains et non humains sont-ils pris en compte ? Comment les notions de frontières et d’infinité des relations sont-elles traitées ? Enfin, comment l’échelle est-elle prise en compte ? Toutes ces questions constituent des points de différence (voir Pierce et al., 2011 ; Wittle, Spicer, 2008). Ces différences entraînent le choix de différentes méthodes et produisent des éclairages et des affirmations scientifiques différentes. En conséquence, les chercheurs étudiant les réseaux consacrent souvent beaucoup de temps à définir le concept de réseau et leurs applications empiriques (Petersen, 2003 ; Beard, Scarles, Tribe, 2016). Les enjeux de politique apparaissent à travers ces discussions, mais les auteurs envisagent rarement ce que cette chose appelée la politique est réellement et comment les discussions théoriques sur le pouvoir, l’influence, le savoir et la politique peuvent aider à expliquer ce qu’ils observent. A l’inverse, ils préfèrent ne pas problématiser la politique et, de ce fait, des connaissances plus approfondies sur l’action politique et le “ qui », le “ comment » et le “ pourquoi » du pilotage du tourisme demeurent inexplorées.

Sauver la politique dans la recherche sur les réseaux

20Pourquoi donc la politique reste-t-elle occultée dans la recherche sur les réseaux malgré le consensus croissant autour d’une vision du monde en réseau ? À vrai dire, de nombreux chercheurs et étudiants pensent que les politiques sont aliénantes et la politique inintéressante (Wittenberg, 2013). De telles attitudes peuvent mettre fin à la pertinence et contribution d’une grande partie de la recherche en tourisme, si les chercheurs et étudiants ne parviennent pas à replacer leurs recherches au sein d’un contexte politique et à mettre en évidence de façon politiquement astucieuse des actions publiques et privées nécessaires au pilotage du tourisme. Nous devons clairement sauver la politique de tels présupposés inutiles et réhabiliter à la fois l’intérêt et le potentiel d’une recherche sur les politiques touristiques en réseau, comme moyens de mettre en évidence ce qui se passe réellement, et ce que nous pouvons faire à ce sujet, en tant qu’acteurs dans un monde relationnel.

21Cet article a conceptualisé la politique comme un ensemble de relations, d’enjeux, d’agendas et d’actions désordonnés, dynamiques, non scalaires et orientées par des valeurs, dans lesquels les acteurs s’engagent, directement et indirectement, afin de piloter le tourisme. Comprendre le fonctionnement de ce pilotage, la répartition des bénéfices, identifier qui gagne et qui perd, sont des questions importantes pour la recherche. Comment pouvons-nous alors sauver la politique des malentendus dépassés et d’une conception obsolète la considérant comme moderniste, affaire technique ou de la seule responsabilité de l’État ? Comment pouvons-nous sauver la politique et la rendre à nouveau pertinente ? Pouvons-nous revitaliser les enjeux politiques et les préoccupations dans la recherche sur les réseaux touristiques ? Comment faire en sorte que la politique ne soit plus une question seulement tangentielle ou périphérique dans la recherche sur les réseaux touristiques ?

22Comme vu plus haut, un certain nombre de raisonnements généraux sous-tendent la recherche sur les réseaux touristiques. Ces perspectives peuvent nous fournir les outils permettant de sauver la politique dans la recherche sur les réseaux touristiques. Une approche à dominante manageriale est centrée sur la production de recommandations telles que de bonnes configurations et pratiques de mise en réseau. Une approche à dominante technique applique des critères, souvent dérivés de valeurs néolibérales telles que la gouvernance efficace, la responsabilité, la compétitivité et l’efficacité, pour identifier les actions et les stratégies visant à améliorer la gouvernance. Une partie des recherches sur les réseaux se concentrent sur les questions épistémologiques et les méthodes et approches du développement pour comprendre les aspects relationnels du développement du tourisme. Tout cela constitue en effet un vaste ensemble de recherches, qui peut s’inspirer, par exemple, des études politiques critiques, de la géographie économique évolutionniste et de la sociologie politique. Ces perspectives ont été utilisées pour mieux comprendre qui sont les gagnants et perdants, la relationnalité des acteurs, les flux de connaissances et d’idées, la dépendance au chemin emprunté (path dependance) et la plasticité des chemins (path plasticity), quels acteurs sont centraux, périphériques et/ou marginalisés, quelles sont les conséquences de leurs actions, comportements et pratiques dans l’élaboration des politiques. D’autres recherches, telles que l’ANT, se concentrent sur les disruptions ontologiques, en adoptant des façons radicales de comprendre les réseaux (en caractérisant les acteurs humains et non humains, la socio-matérialité, etc.).

23Dans mes propres contributions, j’ai constamment essayé d’ajouter de la valeur à la recherche sur les réseaux touristiques en adoptant différents outils théoriques et thématiques et en étudiant la nature et l’influence du gouvernement, du secteur privé et des relations communautaires dans le pilotage du tourisme. Les thèmes suivants continuent de représenter des perspectives fécondes pour sauver la politique, revitaliser et prendre en compte la politique dans la recherche sur les réseaux :

24Pouvoir, savoir et influence. Les bases traditionnelles des études sur les politiques consistent à comprendre comment le pouvoir, les intérêts et le savoir influencent les décisions et ont un effet global sur le pilotage des sociétés (Hill, Varone, 2016). L’étude du pouvoir, du savoir et de l’influence dans les réseaux touristiques peut conduire à des résultats importants sur comment, pourquoi et dans quelle direction le tourisme est piloté (Dredge, 2006b).

25Politique et valeurs. La politique est chargée de valeur, mais elle a souvent été présentée comme purement objective et dénuée de jugement de valeur, selon des conceptions rationnelle, moderniste et scientifique du politique. L’étude des réseaux touristiques peut révéler la façon dont les valeurs émergent de manière dynamique dans les politiques, comment ces valeurs sont traduites, dotées de signification et se développent dans les relations sociales pour influencer les actions conduites. Les analyses comparatives des réseaux formés selon différents systèmes de valeurs peuvent révéler les forces et les faiblesses des effets de différentes politiques (Dredge, Thomas, 2009 ; Beaumont, Dredge, 2010).

26Rôle des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux et de l’intérêt public. Bien que les gouvernements aient été décentrés au sein des politiques, ils ont toujours un rôle central, au moins en théorie, dans la protection de l’intérêt public et la gestion des biens communs. La remise en avant des questions politiques dans le cadre de la recherche sur les réseaux touristiques peut permettre de comprendre l’évolution du rôle des gouvernements et de la protection de l’intérêt public et des ressources communes (Dredge, Thomas, 2009).

27La constitution dynamique du lieu, de la signification et de l’action. Les études des réseaux de politiques touristiques ont un potentiel important pour révéler l’interaction entre les caractéristiques structurelles du tourisme et les dynamiques relationnelles du lieu. Adopter une perspective politique dans la recherche sur les réseaux touristiques peut nous conduire à penser au-delà des caractéristiques des acteurs individuels ou des groupes d’acteurs (par exemple les groupes de défense) en prenant en compte les technologies, les dynamiques et pratiques de la construction des politiques et les idéologies tels que le néolibéralisme ou le management public (Dredge, Jamal, 2013).

28Les pratiques des acteurs. La recherche sur les réseaux touristiques axée sur les politiques peut révéler la façon dont les politiques du tourisme sont constituées via des constellations de réseaux interdépendants, hétérogènes et non limitées à une échelle, composées d’acteurs issus des gouvernements, des entreprises et de la société civile. Des études ont également cherché à comprendre des aspects spécifiques de l’élaboration des politiques, notamment le rôle et l’influence des réseaux sur la démocratie participative, sur les systèmes de gouvernance (Dredge, 2006a ; Anastasiadou, 2008), sur les gardiens (gatekeepers) et les passeurs de frontière (boundary spanners) (Presenza, Cipollina, 2010) dans l’accès à l’élaboration des politiques, ou l’innovation dans la politique touristique (Halkier, 2014).

29Les caractéristiques des configurations politiques de tourisme. Une perspective politique dans la recherche sur les réseaux touristiques nous permet de suivre les évolutions dans les conceptions du monde social et de cartographier une représentation décentralisée et fluide du tourisme. Cela représente un écart par rapport à une vision centrée sur l’Etat qui se dégage souvent d’analyses adoptant une perspective organisationnelle (par exemple en termes de DMO ou Destination Management Organization) (Dredge, Jenkins, 2007, 2012 ; Dredge, Jamal, 2013).

30Mobilités des politiques touristiques. La montée en puissance des études sur les mobilités au cours des dix dernières années a suscité un intérêt croissant pour la compréhension du transfert des idées et des approches politiques, de leur mutation, de leur assemblage et de leur intégration dans différents systèmes institutionnels et culturels. Les études sur les politiques du tourisme au prisme des mobilités nous ont également permis de mettre en évidence les flux d’idées, de savoir et de solutions, mais ont également soulevé des questions sur l’efficacité des schémas de gouvernance existants quand les acteurs, enjeux, capitaux et communautés sont extrêmement mobiles (Dredge, Jamal, 2013).

31Rétrospectivement, mes propres contributions à ces thèmes ont été fragmentées, entraînées par des conversations collégiales dynamiques (identifiées par les co-signatures de mes publications), par un engagement théorique dans les études critiques des sciences de la gestion, des sciences politiques et des études gouvernementales, et par des observations réflexives menées in situ durant des travaux de consulting sur des politiques. Il est presque impossible de garantir des ressources suffisantes et durables pour la recherche sur les politiques du tourisme, dans un monde de plus en plus influencé par le travail par projet et la recherche centrée sur des enjeux. Les décideurs politiques sont attachés dans leurs pratiques à des ensembles de valeurs et de mondes, et ne sont pas à l’aise à l’idée de ne pas contrôler étroitement les résultats de la recherche, ce qui crée un défi supplémentaire. Cela dit, un thème important émerge dans les sciences sociales en général, et la recherche sur les réseaux en particulier : le besoin de ralentir le processus de recherche, d’écouter et de mettre en discussion les valeurs, les comportements, les espoirs et l’ingéniosité des acteurs et de saisir comment la politique et l’action sont constituées de façon réitérée. Bien que chronophages et intensives en travail, les études de cas intégrées à des communautés, utilisant des ethnographies des politiques et des institutions et les mises en récit permettent aux chercheurs de s’engager et de se positionner eux-mêmes en tant qu’acteurs au sein des réseaux qu’ils étudient, et à travers des enquêtes collaboratives, de co-créer des savoirs des actions (Scott, Davis 2003 ; Dredge, Hales, 2012). Les méthodologies quantitatives employant le big data constituent un autre moyen de comprendre comment, où et pourquoi les réseaux façonnent les discours sur la politique du tourisme. Par exemple, les médias sociaux ont un impact significatif sur la manière dont les enjeux de l’économie collaborative sont définis dans le tourisme (voir par exemple Dredge et al, 2016). Les mégadonnées peuvent aider les décideurs à comprendre comment les enjeux politiques se forment en s’appuyant sur des concepts traditionnels tels que celui de “ groupes de pression » pour mettre en évidence l’impact des bulles d’information et des tempêtes d’information (“ infostorms ») (Wiewiura, Hendriks, 2017). Des méthodologies de conception centrée sur l’humain (“ human-centered design ») et expérimentales utilisant des mécanismes du coup de pouce (nudge theory) peuvent également fournir des opportunités de recherche pour évaluer la prise en compte de l’action dans différents réseaux touristiques.

Conclusions

32L’objectif de cet article était d’explorer l’origine, l’évolution et les possibilités pour la recherche sur les réseaux dans le tourisme et leur dimension politique. Cet article a également permis à son auteur de mener une réflexion critique sur une décennie de recherche sur les réseaux de politiques touristiques et d’envisager de nouvelles orientations. L’article a montré que les réseaux sont plus qu’un outil conceptuel ou un moyen d’analyse, ils sont devenus " un horizon de pensée et d’action " (Erikkson, 2005a, p. 218). Les réseaux sont devenus une condition préalable à notre façon de penser la société ; ils nous disent qu’il n’y a pas de système fermé, pas d’intérieur et d’extérieur ; le monde n’est pas statique et nous ne pouvons pas non plus le concevoir comme un système structuré de règles et de relations pré-établies. Cela pourrait suggérer que rien n’est pleinement gouvernable dans un monde fluide et en réseau, non structuré de façon scalaire. De plus, alors que les processus de mondialisation et les mobilités du capital, du travail, des entreprises, des touristes et des résidents s’accélèrent, l’élaboration de politiques touristiques demeure un défi. Dans cette optique, cet article a plaidé en faveur d’une redynamisation de la dimension politique dans le cadre de la recherche sur les réseaux touristiques. Plutôt que de plaider en faveur d’un intérêt accru pour la recherche sur les réseaux de politiques touristiques en tant que sous-champ distinct, cet article a plaidé en faveur d’un engagement théorique plus profond avec les dimensions politiques dans la recherche sur les réseaux touristiques. Plus précisément, les chercheurs qui adoptent une ontologie de réseau pourraient acquérir des connaissances considérables et ouvrir de nouvelles pistes d’enquête sur ce qui se passe réellement s’ils s’engagent dans des théories, des outils, des cadres et des concepts de politiques et de sciences politiques, et s’ils s’engagent dans une démarche de déconstruction et critique des politiques et des théories, des outils, des cadres et des concepts. Remettre le politique au centre de la recherche sur les réseaux touristiques nous permet de dresser un panorama complexe, dynamique, multi-acteurs et relationnel de la façon dont la dimension politique est formulée et dont le tourisme est piloté par le biais des écologies collaboratives des secteurs public-privé.

Haut de page

Bibliographie

Am, H., 2015, "Coproduction of public policy : evidence, uncertainty and socio-materiality", In Fischer, F., Torgerson, D., Durnová, A., Orsini, M. (Eds), Handbook of critical policy studies, 297-315.

Anastasiadou, C., 2008, "Tourism interest groups in the EU policy arena : Characteristics, relationships and challenges", Current Issues in Tourism, 11(1), 24–62. http://doi.org/10.2167/cit326.0

Baggio, R., Scott, N., Cooper, C., 2010, "Network Science : A review focused on tourism", Annals of Tourism Research, 37(3), 802-827.

Beard, L., Scarles, C., Tribe, J., 2016, "Mess and method : Using ANT in tourism research", Annals of Tourism Research, 60, 97–110.

Beaumont, N., Dredge, D., 2010, "Local tourism governance : A comparison of three network approaches", Journal of Sustainable Tourism, 18, 7–28.

Borgatti, S. P., Mehra, A., Brass, D. J., Labianca, G., 2009, "Network analysis in the social sciences", Science, n° 323, 892–895. http://doi.org/10.1126/science.1165821

Dredge, D., 2006a, "Networks, Conflict and Collaborative Communities", Journal of Sustainable Tourism, 14(6), 562-581.

Dredge, D., 2006b, "Policy Networks and the Local Organisation of Tourism", Tourism Management, 27(2), 269-280.

Dredge, D., 2015, "Short-term versus long-term approaches to the development of tourism-related policies", In Haxton, P., A Review of Effective Policies for Tourism Growth, OECD Tourism Papers, 01, OECD Publishing, Paris. http://dx.doi.org/10.1787/5js4vmp5n5r8-en

Dredge, D., Gyimóthy, S., Birkbak, A., Jensen, T. E., Madsen, A. K., 2016, The impact of egulatory approaches targeting collaborative economy in the tourism accommodation sector : Barcelona, Berlin, Amsterdam and Paris, Impulse Paper, No.9, Brussels.

Dredge, D., Hales, R., 2012, "Community case study research", In Dwyer, L., Gill, A., Seetaram, N. (Eds)Handbook of Research Methods in Tourism : Quantitative and Qualitative Approaches, Edward Elgar Publishing, 417-437.

Dredge, D., Jamal, T., 2013, "Mobilities on the Gold Coast, Australia : Implications for Destination Governance and Sustainable Tourism", Journal of Sustainable Tourism, 21(4), 557-559.

Dredge, D., Jamal, T., 2015, "Progress in tourism planning and policy : A post-structural perspective on knowledge production", Tourism Management, 51, 285-297.

Dredge, D., Jenkins, J., 2007, Tourism planning and Policy, Wiley & Sons, Brisbane.

Dredge, D., Jenkins, J., 2012, "Australian National Tourism Policy : Influences of reflexive and political modernization", Tourism Planning and Development, 9(3), 231–251.

Dredge, D., Pforr, C., 2008, "Tourism policy networks", In Cooper C., Scott N., Baggio R. (eds), Network Analysis and Tourism : From theory to Practice, Channel View Publications, 58-78.

Dredge, D., Thomas P., 2009, "Mongrel Management, Public Interest and Protected Area Management in the Victorian Alps, Australia", Journal of Sustainable Tourism, 17(2), 249-267.

Dryzek, J.S., Niemeyer, S., 2010, Deliberative turns. Foundations and frontiers of deliberative governance, Oxford, Oxford University Press.

Duffy, R., 2006, "Global environmental governance and the politics of ecotourism in Madagascar", Journal of Ecotourism, 5(1-2), 128–144.

Erickson, M., 2012, "Network as metaphor", International Journal of Criminology and Sociological Theory, 5, 2, August, 912-921.

Erikksson, K., 2005, "On the ontology of networks", Communication and Critical/Cultural studies, 2(4), 305-323.

Fischer, F., Torgerson, D., Durnová, A., Orsini, M. (Eds), 2015, "Introduction to critical policy studies", In Handbook of critical policy studies, Cheltenham, Edward Elgar, 1-25.

Flint, C., 2003, "Dying for a "P" ? Some questions facing contemporary political geography", Political Geography, 22(6), 617-620.

Hall, C.M., Jenkins, J., 1995, Tourism and public policy, Thomson, London.

Hall, C. M., 2011, "A typology of governance and its implications for tourism policy analysis", Journal of Sustainable Tourism, 19(4/5), 437–457.

Halkier, H., 2014, "Innovation and Destination Governance in Denmark : Tourism, Policy Networks and Spatial Development", European Planning Studies, 22(8), 1659–1670.

Hajer, M., 2003, "A frame in the fields : policymaking and the reinvention of politics", In Hajer, M, Wagenaar, H. (eds), Deliberative policy analysis : Understanding governance in a networked society, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 88-110.

Heclo, H., 1978, "Issue networks and the executive establishment”, In The New American Political System, A. King. (ed), Washington : American Enterprise Institute, 87–123.

Hill, M., Varone, F., 2016, The public policy process, 7th edition, Routledge, London, New York.

Jann, W., Wegrich, K., 2007, "Theories of the policy cycle", In Fischer, F., Miller, G., Sydney, M. (eds), Handbook of policy analysis : theory politics and methods, CRC publications, Boca Raton, 43-62.

Johannesson, G.T., 2005, "Tourism translations Actor–Network Theory and tourism research", Tourist Studies, 5(2), 133–150.

Kahler, M., 2009, "Networked politics : agency, power and governance", In Kahler, M. (Ed) Networked politics : agency, power and governance, New York, Cornell University, pp. 1-20.

Klijn, E., Skelcher, C., 2007, "Democracy and governance networks : compatible or not", Public Administration, 85(3), 587–608.

Law, J., 1999, "After ANT : Complexity, naming and topology", In Hassard, J., Law, J. (ed.), Actor-Network Theory and After, Oxford, Blackwell Publishers.

Law, J., Callon, M., 1998/95, "Engineering and sociology in a military aircraft project : a network analysis of technological change", In Star, S.L. (Ed.), Ecologies of knowledge : work and politics in science and technology, Albany, State University of New York Press, 281-301.

Mitchell, C., 1974, "Social Networks", Annual Review of Anthropology, 3, 279-299.

Pavlovich, K., 2003, "The evolution and transformation of a tourism destination network : the Waitomo caves, New Zealand", Tourism Management, 24(2), 203-216.

Pavlovich, K., 2014, "A rhizomic approach to tourism destination evolution and transformation", Tourism Management, 41, 1-8. http://doi.org/10.1016/j.tourman.2013.08.004

Peterson, J., 2003, Policy Networks, Institut für Höhere Studien (IHS), Wien Institute for Advanced Studies, Vienna.

Pierce, J., Martin, D. G., Murphy, J. T., 2011, "Relational place‐making : the networked politics of place", Transactions of the Institute of British Geographers, 36(1), 54–70. http://doi.org/10.1111/j.1475-5661.2010.00411.x

Powell, W., 1990, "Neither market nor hierarchy : Network forms of organization", Research in Organizational Behavior, 12, 295–336.

Presenza, A., Cipollina, M., 2010, "Analyzing tourism stakeholder networks", Tourism Analysis, 65(4), 17-30.

Ren, C., Bjørst, L.R., Dredge, D., 2016, "Composing Greenlandic tourism futures : An Integrated Political Ecology and Actor-Network Theory Approach", In Mostafanezhad, M., Norum, R., Shelton, EJ., Thompson-Carr, A. (eds), Political Ecology of Tourism : Community, Power and the Environment, London, Routledge, 284-301.

Rhodes, R. A. W., 1990, "Policy networks : A British perspective", Journal of Theoretical Politics, 2 (3), 293–317.

Rocheleau, D. E., 2008, Political ecology in the key of policy : From chains of explanation to webs of relation, Geoforum, 39(2), 716–727. http://doi.org/10.1016/j.geoforum.2007.02.005

Roelofs, J., 2009, "It Ain’t Necessarily So", American Behavioral Scientist, 52(7), 990-1005.

Sabatier, P. A., Jenkins-Smith, H. C. (Eds.), 1993, Policy change and learning : An advocacy coalition approach, Westview Press.

Scott, W. R., Davis, G. F., 2003, Networks in and around organizations, Organizations and Organizing, Pearson Prentice Hall.

Taylor, F. W., 1919, The principles of scientific management, Harper & brothers, Chicago.

Thomas, R., 2010, "Academics as policy-makers : (not) researching tourism and events policy formation from the inside", Current Issues in Tourism, 14(6), 493–506. http://doi.org/10.1080/13683500.2010.534770

Thomas, R., 2012, "Business elites, universities and knowledge transfer in tourism", Tourism Management, 33(3), 553-561. http://doi.org/10.1016/j.tourman.2011.06.009

van Buren, E. M., Klijn, E. H., Koppenjan, J. F. M., 2003, "Dealing with Wicked Problems in Networks : Analyzing an Environmental Debate from a Network Perspective", Journal of Public Administration Research and Theory, 13(2), 193–212.

van der Duim, R., Ren, C., Johannesson, G., 2013, "Ordering, materiality, and multiplicity : Enacting Actor-Network Theory in tourism", Tourist Studies, 13(1), 3–20. http://doi.org/10.1177/1468797613476397

van der Zee, E., Vanneste, D., 2015, "Tourism networks unravelled ; a review of the literature on networks in tourism management studies", Tourism Management Perspectives, 15, 46-56. http://doi.org/10.1016/j.tmp.2015.03.006

van Dijk, J., 1981/2012, The Networked Society, Third Edition, Sage, Thousand Oaks.

Volgger, M., Pechlaner, H., 2015, "Governing networks in tourism : what have we achieved, what is still to be done and learned ?" Tourism Review, 70(4), 298-312. http://doi.org/10.1108/TR-04-2015-0013

Wittenberg, D., 2013, "Most young people are interested in politics but alienated by politicians", The Guardian, November 1. https://www.theguardian.com/commentisfree/2013/oct/31/young-people-interested-politics-alienated

Whittle, A., Spicer, A., 2008, "Is Actor Network Theory Critique ?", Organization Studies, 29(4), 611-629.

Wiewiura, J. S., Hendricks, V. F., 2017, "Informational pathologies and interest bubbles : Exploring the structural mobilization of knowledge, ignorance, and slack", New Media and Society, (first print) https://doi.org/10.1177/1461444816686095

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Pour une approche politique des réseaux dans la recherche en tourisme », Via [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2793 ; DOI : 10.4000/viatourism.2793

Haut de page

Traducteurs

Aurélie Condevaux

IREST, EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Sébastien Jacquot

IREST, EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals