Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les liens entre le tourisme et le cinéma ont récemment donné lieu à plusieurs explorations systématiques. D’un côté, on a montré comment le cinéma –en particulier, mais pas seulement, le cinéma des premiers temps – jouait sur l’attraction des voyages virtuels, au point que l’expérience filmique pouvait être rapportée à une expérience touristique (Gunning, 1995 ; Peterson, 2017). De l’autre, on a analysé comment le cinéma avait influencé ou déterminé certaines pratiques touristiques (film-induced tourism), que ce soit en promouvant des destinations ou en instituant les lieux de tournages en attractions touristiques (voir par ex. Beeton, 2016).

2Ce numéro de Via@ propose d’explorer une troisième piste, en examinant comment le cinéma de fiction met et a mis en scène les acteurs, les pratiques et les lieux touristiques. De European Rest Cure (E.S. Porter. 1904) à la trilogie des Camping (F. Ontenniente (2006, 2010, 2016) en passant par Vacances romaines (B. Wilder), Vacances à Venise (D. Lean, 1955) et Les Vacances de Monsieur Hulot (J. Tati, 1953), des Dents de la mer (S. Spielberg, 1975) à Pauline à la plage (E. Rohmer, 1987), nombreux sont les films qui font du tourisme et des touristes leur motif principal, encore plus nombreux ceux où ils apparaissent comme un motif secondaire. Beaucoup sont des comédies (National Lampoon’s Vacation, H. Ramis, 1983 ; Ferie d’agosto, P. Virzì, 1995), mais on trouve aussi du tourisme dans le drame (Soleil et ombre, J. Roques, J. Lasseyne, 1922 ; Lost in Translation, S. Coppola, 2003), la science-fiction (Passengers, M. Tyldum, 2016), voire le cinéma pornographique (Ein lasterhafter Sommer, G. Loubeau, 1982).

3Un premier enjeu est d’examiner quels acteurs, pratiques et destinations touristiques le cinéma - selon l’époque, le lieu ou le genre –choisit de montrer. Il s’agit d’identifier et de caractériser certains motifs touristiques récurrents ou non, probablement stéréotypés, présents dans le cinéma et qui peut-être lui sont propres, d’examiner d’où ils viennent et comment ils évoluent.

4Une fois ces motifs identifiés, un deuxième enjeu réside dans leur analyse filmique. Comment tels touristes, pratiques ou lieux touristiques sont-ils mis-en scène dans tels films, et pourquoi ? Quels sont leurs rôles dans la dramaturgie ? En quoi constituent-ils des ressources cinématographiques, et pour faire quoi ? Quelles sont les visions du tourisme que nous propose le cinéma ? Le mot vision est-il d’ailleurs le bon ?

5Un troisième enjeu consiste ensuite à demander dans quelle mesure et de quelle façon les films qui montrent des touristes ont, ou ont eu, des conséquences sur les acteurs, les pratiques et les lieux touristiques eux-mêmes. Qu’est-ce que Camping a changé au camping, les Bronzés au bronzage, Manolo la nuit (M. Ozores, 1973) aux night-clubs de la Costa del Sol ou Eat Pray Love (R. Murphy, 2010) aux repas, prières et amours des touristes pendant leurs vacances ? Quels sont les acteurs, les lieux ou les pratiques que ces films ont pu transformer, à partir du rôle du touriste « made in Hollywood » analysé par R.Tzanelli (2007) ? Dans quelle mesure les films figurant des motifs touristiques ont changé les représentations qu’on ( ?) se fait des touristes, des pratiques ou des lieux touristiques, voire les jugements à leur propos et les attitudes à leur égard que l’on reproduit pendant ses voyages (Monsieur Morimoto, N. Sornaga, 2008 ; Minuit à Paris, W. Allen, 2011) ? Ces questions invitent à compléter l’analyse des films par celle de leur réception et de leurs éventuels effets sur leurs audiences.

6L’objectif n’est pas de nous faire mieux connaître le cinéma (encore que si le cinéma a quelque chose en partage avec le voyage, on peut s’attendre à ce que la mise en scène du voyageur/spectateur dans un film se traduise par une mise en abîme et mette en place une réflexivité qui interroge ce qu’est le cinéma), mais bien de nous faire mieux comprendre le tourisme. Mais que nous apprend donc sur le tourisme sa mise en scène dans le cinéma ? Dans l’espoir de quelle plus value ? L’examen de ces œuvres de fiction peut-il révéler à propos du tourisme des éléments que l’observation des « vrais » lieux, acteurs et pratiques touristiques laisserait dans l’ombre ? Il y a là un dernier enjeu, d’ordre méthodologique et épistémologique.

7Ce dossier ne prétend pas répondre à ces questions mais ouvrir quelques pistes. Il comprend quatre textes.

8Patrice Leconte, l’heureux réalisateur de la série de films cultes Les Bronzés (1978, 1979, 2006) qui met en scène des touristes très (trop ?) français en Côte d’Ivoire, dans les Alpes puis en Sardaigne a bien voulu nous accorder un entretien, dans lequel il revient sur la genèse les conditions de tournage et l’impact de ces trois comédies, qui constituent dans le monde francophone les références absolues pour ce qui est du tourisme au cinéma.

9L’article de Marie-Hélène Chevrier et Chloé Huvet interroge sous l’angle du tourisme la série des James Bond. Les 24 films de la série ont donné lieu à de nombreuses analyses, mais aucune n’avait mis l’accent sur cet aspect : or, James Bond prend parfois les habits d’un touriste (c’est une bonne couverture), il fréquente les infrastructures touristiques (aéroports, hôtels, casinos, etc.) et ses déplacements le conduisent souvent dans les hauts-lieux et des stations touristiques (l’île tropicale, la station de ski, etc.), où il croise souvent des touristes. Les auteurs montrent la série James Bond témoigne des représentations du tourisme et des évolutions de celles-ci.

10Le texte de Salvador et Antonio Martínez Puche porte sur trois films - Fin de curso (School’s Out, 2005), Atasco en la nacional (Traffic Jam, 2007) et Benidorm, mon amour (2015). Ces films figurent avec un tour parodique et critique les configurations stéréotypées du tourisme balnéaire en Espagne, mis en place dans les années 1960 et le contexte de la propagande franquiste et célébré au premier degré par le cinéma de l’époque. Les clichés de celui-ci survivent sous une forme pastiche dans le cinéma d’aujourd’hui.

11L’article de Parcale Argod s’intéresse à Into the Wild (S. Penn, 2007) et Wild (J.-M. Vallée, 2015). Sur la base d’« histoires vraies », ces deux films - qui doivent aussi beaucoup à l’œuvre de Jack Kerouac - mettent en scène dans un genre de carnet de voyage le périple solitaire de leur héros dans une nature plus ou moins sauvage, à la rencontre de ses propres limites. Le « voyage extrême » est un voyage vers soi-même, qui sert de modèle pour le tourisme d’aventure et le tourisme initiatique, que ces films participent probablement à alimenter.

12Le cinéma est un (le ?) lieu majeur de la fabrique des imaginaires géographiques ; il n’est donc rien d’étonnant qu’il ait un impact important sur le choix des destinations touristiques. Il est bien logique que certaines collectivités locales fassent tout pour attirer les touristes, et certains réalisateurs, tout pour en profiter - à l’instar de W. Allen dont les films récents sont de vraies publicités pour Paris, Rome ou Barcelone. Mais ce dossier atteste que le cinéma donne aussi à voir des touristes à l’œuvre : ce faisant, il propose des modèles qu’on peut tenter d’imiter (s’ils sont positifs) ou dont on peut vouloir se détacher (s’ils sont négatifs). Le cinéma ne se contente pas de décrire : il prescrit.

Haut de page

Bibliographie

Beeton S., 2016, Film-induced tourism, Bristol, Channel View Publications.

Gunning, T., 1995, “The Whole World Within Reach : Travel Images without Borders” , in Cosandey R. Et Albera F. (dir), Cinéma sans frontières 1896-1918. Images Across Borders, Lausanne : Ed. Payot.

Peterson J. L., 2013, Education in the School of Dreams : Travelogues and Early Nonfiction Film, Durham, Duke Univ. Press.

Tzanelli, R. (2007). The Cinematic Tourist : Explorations in Globalization, Culture, and Resistance, London : Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Staszak, « Introduction du dossier », Via [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/2891

Haut de page

Auteur

Jean-François Staszak

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals