Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Du road movie au « voyage sauvage...

Résumé

Les conceptions de « Wild », abordées dans le carnet de voyage cinématographique de fiction interrogent le rapport de l’homme à l’espace et la forme du voyage qui suscitent le dépassement de soi par la confrontation à l’environnement. L’expérience vécue du voyage initiatique (aventure, exploration, expédition) définit le genre « carnet de voyage  » devenu un médium du tourisme « hors des sentiers battus ». Les deux carnets de voyage cinématographiques américains que sont « Into the wild » de Sean Penn en 2007 et « Wild » de Jean-Marc Vallée en 2015 font en effet référence à Sur la route de Kérouac et au front pionnier américain et marquent une génération de voyageurs carnettistes en quête d’idéal et d’antivoyage. Le retour à la nature sauvage comme confrontation culturelle, dépassement de soi et voyage de formation déterminerait le genre carnet de voyage. Ce dernier se décline comme une écriture de soi ou un film autobiographique sur l’expérience du déplacement, parfois « biopic » ; nous élargissons ainsi le genre du road movie à la robinsonnade et au film en milieu naturel expérimenté. L’esthétique de l’image, du paysage panorama et de la nature grandiose serait l’héritage de la notion de « pittoresque » et de « front pionnier » et les mythes renouvelés du héros « vagabond » (Benoliel, 2011et de la quête d’un nouveau monde seraient hérités des références littéraires de Sur la route de Kérouac et de l’” ethos Beat » de la Beat Génération.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Vouloir être plus voyageur que touriste (Urbain, 1991), voilà un rêve nourri par le mythe du voyage vers les « terrae incognitae », mais un rêve paradoxal à l’heure du satellite, du numérique et de la massification touristique. Les voyages touristiques des spectateurs s’opposent aux voyages hors normes, voire extrêmes, des cinéastes carnettistes. Le mythe du voyage d’exploration et l’attrait pour les récits de voyage ou d’aventure expliquent l’engouement pour le genre carnet de voyage audiovisuel dont la définition (Argod, 2011) exige un point de vue nouveau au regard de l’augmentation de la production audiovisuelle depuis 2012, qui semble dépasser la quête de l’authentique pour médiatiser le voyage extrême. Le mythe du héros contemporain et le goût pour le voyage d’exception sont bien dans la tradition géographique française issue de la création de la Société de Géographie en 1821, renouvelée par l’aventure du voyage hors-norme et du dépassement de soi, qu’il soit à pied, en vélo ou même en traîneau des neiges. Le Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand1en offre de beaux exemples. Or, que nous apprend sur le tourisme sa mise en scène dans le cinéma et sur la figure du voyageur  ? En quoi le cinéma influence-t-il un tourisme « hors des sentiers battus » (Argod, 2016)  ? Comment les carnettistes réalisateurs médiatisent-ils le voyage hors norme, voire extrême  ? Les deux carnets de voyage cinématographiques américains que sont « Into the Wild »2 de Sean Penn en 2007 et « Wild » de Jean-Marc Vallée en 2015 font en effet référence à Sur la route de Kérouac et au front pionnier américain et ont été l’objet d’un engouement de la jeune génération ouverte à la mobilité voire au ciné-tourisme (Tzanelli, 2007) et à de nouveaux territoires touristiques (Delaplace, Gravari-Barbas, 2017) comme l’Alaska. Le succès américain du livre « Into the Wild : voyage au bout de la solitude » de Jon Krakauer - où il resta deux ans sur la liste des meilleures ventes du New York Times - a confirmé en 2008 les deux récompenses cinématographiques (« Golden Globes » et Lumières de la presse étrangère) ainsi que le nombre d’entrées au Box Office France, soit 1 245 920 entrées et surtout au Box Office Etats-Unis, soit 56,82 millions USD (contre 52,5 millions USD pour le film Wild)3.

  • 4 Voir la carte heuristique et la filmographie de l'article : Pascale ARGOD, numéro sur « Le ciné-tou (...)

2Dans L’art du carnet de voyage (Argod, 2014), on voit bien comment chaque carnettiste fait évoluer le genre qui varie selon son appropriation du réel, son vécu du voyage, son expérience personnelle, son rapport aux autres et à l’environnement, son expérience de la caméra, sa pratique du compte-rendu en images, sa créativité au contact de l’environnement ; en somme sa vision du monde. Nous avions ainsi envisagé en 2011 six déclinaisons du genre cinématographique4 :

  • La route mythique des Indes : naissance du « carnet de voyage » (Roberto Rossellini, Louis Malle et Pierre Brouwers)

  • L’essai (Robert Kramer, Bernard Henri Lévy et Michko Netchak...)

  • Les esquisses d’inspiration d’un film (Pier Paolo Passolini, Wim Wenders...)

  • La forme littéraire (Chris Marker, Frédéric Mitterrand, Bernard Giraudeau, Patrice Leconte, Frédéric Leclerc avec Jean d’Ormesson...)

  • L’ethnologie et le « Cinéma vérité » (Robert Flaherty, Jean Rouch, Edgar Morin...)

  • Le reportage (Dziga Vertov, Chris Marker, Jean-Claude Bringuier, Raymond Depardon...)

  • L’expédition scientifique (Haroun Tazieff, Jacques-Yves Cousteau, Jean-Louis Etienne, Patrice Franceschi, Christian Clot...Voire les membres de la Société des Explorateurs Français).

3Nous souhaiterions expliciter dans cet article en quoi la quête initiatique du voyage déterminerait une typologie des carnets de voyage relevés dans un corpus défini5. En quoi la notion de « voyage extrême », tant sur le plan de la découverte d’un environnement physique hostile que celui de l’adaptation à un milieu humain différent, est-elle inhérente au carnet de voyage audiovisuel  ? Sa médiatisation nourrit-elle l’imaginaire du voyageur et du touriste dans sa quête anthropologique ou géographique ? Ainsi comment l’analyse des imaginaires et de leurs fondements idéologiques, esthétiques, philosophiques et politiques peut-elle permettre de suivre la trajectoire touristique d’un lieu (Gravari-Barbas, Grabum, 2012), ou d’un type d’espace naturel, ceux de la nature sauvage. « L’imaginaire touristique est aussi l’imaginaire du touriste, à la fois producteur d’imaginaires et élément imaginé lui-même »6. Ces interrogations sont nées à partir de la diffusion, en 2008, des Carnets de voyage de l’émission Envoyé spécial7 sur France 2, qui consacre en France le genre audio-visuel et télévisuel, à visée touristique « hors des sentiers battus » à partir de juillet 20128. Aussi, quelle médiation touristique diffuse le carnet de voyage audiovisuel  ?

I. Les notions de voyage extrême, de nature sauvage et de quête initiatique du voyage comme ferments de la médiation du genre « carnet de voyage »

4Les carnets de voyage diffusés en France sur les chaînes télévisées, documentaires et témoignages vécus, souhaitent ouvrir sur des voyages hors normes qui interrogent les expériences humaines dans des milieux hostiles ou sauvages, mais aussi promouvoir une médiation touristique prônant le « voyage hors des sentiers battus », « backstage » comme un environnement reconstruit ou un lieu secret à découvrir (Maitland, 2013). Ces deux conceptions d’extrême ou de « Wild », abordées dans le carnet de voyage cinématographique de fiction et dans le carnet de voyage télévisuel documentaire, interrogent autant le rapport au réel et à la découverte que la forme de voyage : l’environnement ou la nature selon les sens, le moyen de locomotion, ou les références culturelles ou mythiques du voyageur. Alors que l’album carnet de voyage valorise la confrontation culturelle (Argod, 2011), l’intermédialité du genre orienterait le carnet de voyage cinématographique vers le dépassement de milieux sauvages ou hostiles. Les espaces extrêmes sont en effet le sujet des films qui portent sur les conditions climatiques hors normes, les zones désertiques sans peuplement humain, la faune sauvage prédatrice et les risques de mort qui ouvrent sur l’instinct de survie dans ces milieux naturels. Cette valorisation du voyage extrême porte à la fois sur le type de voyage mais aussi sur sa quête. L’immersion dans la nature sauvage aurait-elle des similitudes avec la confrontation culturelle ou la rencontre de l’Autre, comme un choc « naturel » et non culturel  ? Le voyage extrême met-il en jeu « l’extime » (Tournier, 2002), l’intime face au grandiose de l’environnement ? Quelle aventure « hors des sentiers battus » le carnettiste réalisateur recherche-t-il et en quoi fait-elle référence au mythe du voyage héroïque  ? Comment redéfinir le genre carnet de voyage, affiner les caractéristiques et la typologie du genre au regard des notions d’extrême, de « wild » ou « wilderness », de sauvage, de nature, d’aventure, de vérité, d’authentique et de route « hors des sentiers battus »  ? En quoi ces notions nourrissent-elles les imaginaires du voyageur et par conséquent ceux du touriste, puisqu’il s’agit alors d’un « tourisme sans limites géographiques ou physiques afin d’aller au-delà de limites symboliques, imaginaires, culturelles » (Lemasson, Violier, 2010) ou d’un tourisme « hors des sentiers battus » ou « off the beaten tracks » (Mac Cannell, 1976)  ?

5 Le rapport à la nature et la condition du « voyage vécu » détermineraient le genre « carnet de voyage » qui se décline comme une écriture de soi ou un film autobiographique sur l’expérience du déplacement, parfois « biopic » ; nous élargissons ainsi le genre du road movie, « qui combine locomotion et médiamotion dans une mobilité culturelle spécifique »(Moser, 2008), à la robinsonnade et au film en milieu naturel expérimenté, tel que le film maritime (par exemple,” Kon Tiki » de Joachim Ronning en 2012, En solitaire de Christophe Offenstein en 2013, « All is lost » de JC Chandor en 2013), le film de montagne(par exemple, La mort suspendue de Kevin Macdonald en 2003, Vertige d’Abel Ferry en 2009, Duel au sommet de Philipp Stolzl en 2008) ou de marche (« The way » la route ensemble d’Emilio Estevez en 2010, 127 heures de Dany Boyle en 2010, Au pays interdit de Priscillia Telmon en 2012). A noter qu’en France les festivals de films sur la nature et l’environnement sont au nombre d’une quinzaine pour l’année 2016, auxquels s’ajoutent onze festivals spécialisés sur le film de montagne9, trois renommés sur le film maritime10et plus d’une douzaine sur le film d’aventure, soit une quarantaine de festivals. L’évocation du voyage extrême ajouterait à la filmographie11certains films de survie (ou de catastrophe), nommés « survival », ou encore des épopées qui narrent la force vitale de personnages qui les conduit à accomplir leur destin en transformant parfois la société. La diversité des genres cinématographiques12 pourrait en effet se définir selon le rapport à la nature : « road movie », robinsonnade, film maritime, film de montagne, film de marche, le” survival » film de survie ou de catastrophe...Les deux carnets de voyage cinématographiques américains que sont « Into the wild », sorti en 2007 ou « Wild », en 2015, inscrivent le genre carnet de voyage dans l’héritage littéraire de Sur la route de Jack Kérouac, du front pionnier américain et du mythe du voyage initiatique et d’aventure

  • 13 Claire OMHOVER. Quelques reconfigurations contemporaines du «wilderness» dans la fiction et les art (...)

Là où la rudesse du climat, les distances et la rareté des voies de communication ont contribué à la préservation du « Wilderness », celui-ci est devenu indissociable du sentiment d’appartenance mêlé d’étrangeté qui définit pour les Canadiens leur rapport à la nature.13

  • 14 Traduction du vieil anglais.

6Participant au mythe du « wilderness » (Depraz, heritier, 2012),territoire des bêtes sauvages14 et de l’ambivalence de la nature vierge ou sauvage (Larrere, 1997), les deux road movies jouent sur l’esthétique de l’image, du paysage panorama au pittoresque de la nature grandiose, marque de fabrique du carnet de voyage qui doit éblouir le spectateur tant par les émotions poétiques qu’il suscite, propres au pittoresque, en référence autant à Jack London (L’appel de la Foret ou” The call of Wild » paru en 1903) qu’à une « géopoétique »(White, 1994). Les mythes du héros voyageur et de la quête d’un nouveau monde y sont renouvelés, notamment dans le « road movie », du fait d’une expérience spirituelle et temporelle aussi importante que l’expérience spatiale vécue. C’est une expérience intérieure, un aller sans retour, afin de rechercher au fond de soi-même au contact de « l’extime », une quête plus temporelle que géographique. Dans le « road movie », l’ouverture sur l’interculturel est « un fondement dans la matrice même du genre : la déprise, le mouvement vers l’inconnu, la contingence radicale vécue par le protagoniste, peut se traduire en une disposition particulièrement ouverte pour la rencontre avec l’Autre culturel, avec d’autres cultures » (Moser, 2008), s’y ajoute la quête du « Wild » dans le genre « carnet de voyage ». À cette dimension, l’exploration ouvre celle des limites du savoir géographique mais aussi celles du dépassement de soi et de l’exploit. Mais la logique de l’extrême (Baudry, 1996) est selon Patrick Baudry toute relative et fonction de la notion de « corps extrême » (Baudry, 1991) : « Le dit dépassement n’est jamais que le perfectionnement de ce monde même, borné à la même mêmeté ». Aussi peut-on se demander en quoi ce médium serait pertinent pour repousser l’horizon des connaissances et des explorations « extrêmes ».

II. Deux « road movies » contemporains sur le Wild qui inspirent une génération de voyageurs carnettistes en quête d’idéal et d’antivoyage

7 Après le succès du film « Into the Wild », écrit et réalisé par Sean Penn en 2007, un autre réalisateur, Jean-Marc Vallée, se consacre au biopic ou film biographique d’aventurier voyageur avec « Wild », sorti en 2015, inspiré par Charlie Stark-Weather dans La balade sauvage de Terrence Malicken 1975. La quête de ces voyages extrêmes rajeunit le genre « road movie » en créant un genre carnet de voyage plus proche du réel et de l’autobiographie, de l’expérience vécue du voyage. Or un tourisme routard s’éprend de retrouver les lieux du « Magic Bus » en Alaska : voir Reportages Découverte diffusé samedi 2 juillet 2016 à 13h30 sur TF115 et divers blogs de voyageurs, y compris par le forum Alaska du Routard.com16. Le tourisme induit par le film (Beeton, 2005, 2016) est donc une conséquence de la renommée du film classé parmi les dix meilleurs films d’aventure selon les critiques cinématographiques. Le film « Into the wild » est en effet un hymne à la liberté et au vagabondage sans véhicule17, à la découverte de l’Ouest américain (cf. A la ruée vers l’or du Klondike à laquelle participe Jack London en 1897) et surtout une critique du matérialisme de l’existence. Il renvoie d’ailleurs aux adaptations du roman L’Appel de la Forêt de Jack London sous le titre « The Call of the Wild » qui font aussi découvrir la nature sauvage du Yukon : exemples du film de DW Griffith en 1908, William A. Wellman réalisé en 1935 ou celui de Ken Annakin en 1972. La ruée vers l’or de la fin du XIXe siècle se transpose en quête de nature inviolée et de retour aux sources, d’osmose avec la terre nourricière et identitaire. Nous retrouvons dans « Into the Wild » les motivations partagées par les Backpackers (Lachance, 2015) : la recherche d’un sentiment de liberté, la quête d’authenticité, la capacité d’adaptation et de mise à l’épreuve de soi, une originalité parfois relative (Le Bigot, 2016). Dès le début du film, les références littéraires sont données : Tolstoï, J. London et Thoreau. En effet ce « biopic » de Christopher J. McCandless, décédé en 1992, héros du roman biographique écrit par Jon Krakauer (1997) Voyage au bout de la solitude (Into the Wild), est ponctué de citations d’Henry D. Thoreau qui s’était retiré en 1844 dans la nature pour chercher la vérité, celle que dévoie la société. Cette expérience de deux ans qu’il raconte dans Walden ou la vie dans les bois est d’ailleurs à l’origine du mouvement des transcendantalistes qui croient en la supériorité de l’intuition sur la raison et militent pour la liberté de penser, d’être et d’agir18. Aussi le film fait-il référence à Lord Byron (1788 - 1824) dans Childe Harold’s Pilgrimage (1812-1818, Canto IV, Verse 178) :” Il y a le plaisir dans les bois sans chemins, il y a le ravissement sur le rivage solitaire, il y a une société où personne ne s’immisce, par la mer profonde et la musique dans son hurlement ;j’aime non pas l’homme moins, mais la Nature plus ».Construite en quatre chapitres que sont La naissance, L’adolescence, L’âge adulte et Accéder à la sagesse, la narration cinématographique fait du voyage une quête initiatique de construction de l’individu, comme le révèle le pseudonyme d’Alexander Supertramp, le vagabond qui renvoie au héros aventurier : selon ses propos,

8L’essentiel n’est pas d’aller loin mais c’est le chemin pour y arriver... Je veux la vérité [...]. J’ai lu quelque part que l’important dans la vie n’est pas nécessairement d’être fort, mais de se sentir fort [...]. Le noyau dur d’un homme à l’esprit vivant est sa passion pour l’aventure. La joie de la vie vient de notre rencontre avec des expériences nouvelles, et il n’est donc pas de plus grande joie que d’avoir un horizon changeant sans cesse, d’avoir pour chaque jour un soleil nouveau et différent.

9Il souhaite partir pour vivre la vie sauvage, le moment présent et garde les traces de son voyage sur son journal (Courant, 2013) et grâce à son appareil photo. Il y note d’ailleurs ses impressions, émotions, mots-clés de sa quête : « cette liberté, cette pure beauté sont trop délectables pour que j’y renonce », « je m’élèverai, je m’orienterai sur ma boussole, je jouerai mon va-tout », « se perdre au fin fonds de la nature » afin d’atteindre la « mort en pleine vie », épitaphe qui conclut le film. Au fil des jours passés en Alaska dans le « Magic Bus », le Wild, la nature sauvage (Floquet, 2012) et la solitude qui l’accompagne montrent leur puissance dévastatrice et rendent l’homme prédateur pour des raisons de survie alors que les moments en société sont ceux de l’amour et de l’élan spirituel. Les derniers mots du journal sont d’ailleurs « Le bonheur n’est réel que quand il est partagé » comme pour dénoncer le mythe de la nature bienfaitrice, « une parabole du désenchantement » (Hubner, 2013). D’ailleurs, Pierre-Yves Pétillon explicite la dialectique de la route qui renvoie à l’idée de fuite et à celle d’enfermement, à l’enclos et à la cavale (Pétillon, 1979). Quant au film Wild, il narre un trek à pied sur la route du Mexique à l’Alaska d’une femme partie à la quête d’elle-même pour trouver le sens de la vie à la suite d’un deuil. Ce « biopic » est inspiré de la vie de Cheryl Strayed, une femme qui reprend sa vie en mains en s’ouvrant au monde, après avoir expérimenté le dépassement de soi à travers un périple à pied en solitaire de 1700 kilomètres à travers les déserts de l’Ouest américain.

III. Le retour à la nature comme confrontation culturelle, dépassement de soi et voyage de formation

  • 19 Voir les sept films mentionnés dans la filmographie en ligne sur Carnet de voyage-reportage, hypoth (...)

10L’héritage des mythes littéraires du voyage d’Ulysse à la Robinsonnade font du voyage un outil de formation, d’émancipation, de libération, d’apprentissage au dépassement ; le retour à la nature ou la confrontation aux éléments naturels provoque la prise de conscience de ce qui sépare civilisé et sauvage, société et individu. Cette double confrontation serait formatrice grâce au passage initiatique que favorise le voyage : face à la nature sauvage ou face à une autre culture. Ainsi, le voyage d’Ulysse a fait l’objet de deux films d’aventure renommés, Ulysse (Ulisse) de Mario Camerini en1954 et L’Odyssée d’Andrei Konchalovsky en 1997, qui ont ensuite influencé les expéditions maritimes et les films de mer. Mais ce sont les robinsonnades, différentes adaptations du roman Robinson Crusoé de Daniel Defoe (1719), qui amènent aux voyages extrêmes au cinéma : Les Aventures de Robinson Crusoé de George Mélies en 1902, Les Aventures de Robinson Crusoé de Luis Bunuel en 1954 et Robinson Crusoé de Rod Hardy et George T. Miller en 1997. Daniel Defoe s’inspire de l’aventure authentique advenue au marin écossais Alexander Selkirk, qui vécut seul, de 1704 à 1709, sur une île de l’archipel, au large des côtes du Chili. La vie extrême sur une île déserte dans une nature hostile confronte l’individu à l’instinct de survie : il doit lutter contre l’environnement nouveau mais aussi contre lui-même. Avec les adaptations des romans Le Robinson suisse de Johann David Wyss et Sa Majesté des mouches de William Golding, les productions cinématographiques19 se nourrissent du thème du voyage sans retour. Mais ce sont les « road movies » qui interrogent avec pertinence le voyage comme éloge de l’individualisme et de la déprise de soi. D’ailleurs, les dernières phrases du film « Wild » l’évoquent :

Si la rédemption ne venait jamais [...]. Je m’en suis sortie toute seule, je n’ai connu mon but qu’en arrivant le dernier jour de ma randonnée, Merci pour tout ce que m’avait apporté la piste et pour ce que j’ignorais encore [de l’avenir : mariage et enfants...], je savais seulement que j’étais dispensée de tâtonner, qu’il me suffisait de distinguer les poissons sous la surface, tout était là : ma vie comme toute vie, mystérieuse, irrévocable et sacrée, tellement proche, tellement présente et tellement mienne. Quelle belle folie de lui lâcher la bride  !

11De plus la relation serait authentique,

  • 20 Jocelyn LACHANCE, « Le rapport à la temporalité du backpacker », Téoros [Online], 32-1 | 2013, en l (...)

12Car, dans le contexte du backpacking, il n’existerait jamais de relation forcée ou imposée par des contraintes extérieures au sujet. Par ailleurs, l’authenticité touche aussi la relation que le sujet entretient avec lui-même dans la mesure où le voyage lui servirait à révéler des aspects inédits, mais authentiques de lui-même (Noy, 2004 : 85-86).20

  • 21 Voir l'ouvrage de Muriel CERF, L'antivoyage publié en 1974, qui narre son voyage en Inde en 1970, b (...)

13Alors que le carnet de voyage audio-visuel est marqué par la notion d’interculturel (Argod, 2011), dans ses « bifurcations culturelles » (Gin, 2008), notamment à travers plusieurs « road-movies » (dès 1992 lors de la sortie du film Le voyage - El Viaje de Fernando E. Solanas qui inspire les Carnets de voyage de Walter Salles en 2004 ou encore un « road movie » franco-marocain Le Grand voyage d’Ismaël Ferroukhi en 2004), nous n’évoquerons cependant pas la confrontation culturelle, caractéristique du carnet de voyage, car elle est remplacée par celle avec la nature sauvage. Nos deux exemples américains prônent l’antivoyage21 comme voyage de formation et facteur d’émerveillement. Stéphanie Chanvallon explicite en effet, dans sa thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, le retour à la « nature » :

  • 22 Stéphanie CHANVALLON, Intermède : Retour vers la Nature - Des « remédiations » à la peur. In Thèse (...)

14Aller vers la Nature suppose entre autres d’avoir dépassé ou de dépasser ses peurs et de s’engager dans une dynamique d’exploration de soi, dans ses limites, mais aussi dans l’exploration de ce qui est relativement inconnu. La peur peut aussi rester inconsciente et se réveiller ou non en situation, in situ, plaçant l’homme ou la femme dans un défi, le poussant à ses limites, bousculant ses représentations, voire ses certitudes. [...] Cette remarque nous permet d’anticiper sur la notion de reflet, de miroir : ce qui est vécu dans la Nature, peur ou sentiment d’osmose, renvoie à ce qui est en soi, révèle la façon d’être au monde, mémoire d’expériences passées, fait résonner ce qui touche l’être et qui est appelé à être « réveillé », compris, transformé, transcendé. [...] Cet état d’esprit deviendrait même créateur, permettant peut-être de voir au-delà du « banal », d’accéder à une beauté non familière, à voir autrement. Peut-être est-ce cette capacité à s’émerveiller encore, à aimer, à absorber et à se nourrir de ce qui est autour de soi et en soi ?22

15Le retour à la nature comme construction scientifique de la géographie et qui sert le dépassement de soi est fondamental pour les explorateurs comme Christian Clot, membre de la Société des Explorateurs français, qui explicite son attrait pour les terres inexplorées :

  • 23 Extrait de l'entretien de Christian Clot lors de l'émission Ma vie est une aventure sur France 3 pr (...)

[…] des terres soumises à des climats compliqués et difficiles d’accès qui nécessitent beaucoup de travail vu la complexité du terrain pour avancer. Des terres hostiles qui donnent l’impression que l’on est rentré dans tellement de nouveautés, dans les origines du monde.[...] sans carte, il faut prendre du temps pour défricher pour ouvrir une voie. Le temps et l’acceptation. C’est la plénitude d’être arrivé au bout de l’exploration, de savoir lutter et contrer les obstacles pour se dépasser. »23

IV. L’esthétique de l’image, du paysage panorama et de la nature grandiose : l’héritage de la notion de « pittoresque » et de « front pionnier »

16Repousser vers l’Ouest la frontière a forgé la culture et la nation américaines afin d’étendre le Front Pionnier, espace en cours de peuplement et de mise en valeur par les hommes, face à la nature sauvage représentée aujourd’hui par l’Alaska dans « Into the Wild ». Les grands espaces et la rudesse du paysage sont au cœur du mythe américain et font l’objet de travellings et de vues panoramiques qui rappellent les vues pittoresques des aquarellistes anglais dans les Alpes. Cette notion de « pittoresque » pour les arts graphiques serait à mettre en relation avec celle d’images authentiques et vraies pour l’art cinématographique et surtout l’authenticité touristique” mise en scène »(Mac Cannell, 1976), devenue une « authenticité communicative » (Cohen, 1979).Le propos du réalisateur dans Into the wild l’expérience (17 mn) met en valeur la qualité des images tournées in situ en jonglant sur le calendrier climatique au fil des étapes, du Mexique à l’Alaska, et sur la rudesse des conditions de tournage, en mettant aussi la légèreté de la caméra à l’épaule au service d’un « cinéma-vérité » (Graff, 2011), hérité de Dziga Vertov et promu par Edgar Morin.

  • 24 Jean-Claude VERNEX, Du voyage de l’œil à l’appréciation du paysage : le pittoresque comme une des o (...)
  • 25 William GILPIN, Trois Essais sur le beau pittoresque, sur les voyages pittoresques et sur l’art d’e (...)

17En fait, le terme de pittoresque est ancien et apparaît en France en 1708 dans son sens italien pittoresco qui qualifie « une composition dont le coup d’œil fait un grand effet ». Il est admis en 1732 par l’Académie et défini en 1726 par l’Encyclopédie comme « un choix piquant et singulier des effets de la nature », en somme, un mode particulier de rapport à la nature24. En effet, de 1730 à 1790, l’art paysager britannique, libéré de tout académisme, met en exergue les irrégularités et les étrangetés de la nature aperçues par les aristocrates et les artistes voyageurs en Italie qui admirent les peintures de l’École de Rome. On sait d’ailleurs quelle fut l’influence de Le Lorrain sur le réalisme paysager du XIXe siècle à travers la peinture in situ. Le pittoresque suppose la mise en scène de soi en tant qu’acteur et spectateur du monde perçu et ressenti par la vue comme sublime (Klingender, 1988). Il s’agit en effet de réunir le pittoresque, la poétique et le romantique pour favoriser la contemplation, parler à l’esprit et toucher la sensibilité, proposer une palette d’émotions dont la surprise. Le site pittoresque aspire les sentiments d’admiration et de fascination que la perspective adoptée par le dessinateur se doit d’accentuer jusqu’à devenir une vue dite « pittoresque » : ” ce qui plait par quelque qualité propre à fournir un sujet avantageux à la peinture »25. D’ailleurs le peintre Hopper a inspiré le « road movie » (Hurault-Paupe, 2007) mais aussi la représentation du « Wild » et de la solitude des grands espaces. En fait, pour la réalisation cinématographique, la notion de pittoresque est rendue par le montage qui produit des effets plastiques, rythmiques et rhétoriques mais aussi par référence au « cinéma-vérité » (Graff, 2011) au plus proche du paysage comme l’énonce le réalisateur Sean Penn qui pourrait reprendre le propos de Mario Ruspoli (Gauthier, 2010) : « Se faire oublier, appartenir au paysage, se confondre avec la foule, est une attitude fondamentale pour le cinéaste qui cherche à approcher le réel ». De plus, les « sons in » avec la source du son entendu visible à l’image et le son ambiant des scènes jouées ont été privilégiés par souci d’authenticité et de réalisme (Gauthier, 2010) pour être au plus proche de l’expérience vécue.

18Pour accéder à la poétique du voyage, la notion de temps est primordiale. En effet, le récit autobiographique doit traduire un style et un cadre pour faire passer un message et retracer un itinéraire puisque l’effort physique possède une dimension symbolique ; ce rite « nomade » devient un rite d’initiation. Pour Jean Didier Urbain (1991) et pour Marc Augé (1997), il faut s’étonner et réapprendre à voir. Le voyage nécessite le non savoir, la lenteur des déplacements pour qu’on s’imprègne du lieu et qu’on échange avec la population, l’égarement et l’ennui. Le voyage implique une mise à distance du monde, il en résulte alors « une rupture de l’ordinaire qui provoque une conscience esthétique ».Cette esthétique de l’altérité est ce qui permet à l’écrivain-voyageur de prendre la plume, sensible à tous ces détails qui permettent de représenter au lecteur une autre réalité. La disponibilité et l’attention au monde facilitent, selon Kenneth White (1994), la poétique du voyage, qui permet d’appréhender le monde. Pour Franck Michel (2005), le voyage est une rencontre avec l’autre pour lutter contre la banalisation du monde et pour accéder au mythe.

V. Les mythes renouvelés du héros « vagabond » et de la quête d’un nouveau monde : l’héritage de Sur la route de Kérouac et de l’” ethos Beat »26 de la Beat Generation

  • 26 Le terme de « Beat » provient du langage des rues des drogués puis il est employé en 1948 par Jack (...)
  • 27 Voir l’itinéraire du roman consultable dans le dossier sur Jack Kérouac sur le site du routard.com
  • 28 Voir le film Heart Beat de John Byrum en 1980.
  • 29 Voir le poème Howl d’Allen Ginsberg avec le Moloch, le building de la haute finance.
  • 30 Article publié dans Le Monde.fr le 8 septembre 2008. Le manuscrit a été retrouvé par Gabriel Anctil (...)

19Ces deux films se nourrissent de la conquête du Front pionnier, qui marque dans son essence la littérature américaine en référence à « The Call of the Wild » de Jack London et la « backpacker subculture » (Richards, Wilson, 2004), serait à l’origine des « road movies » cinématographiques. Sur la route de Jack Kerouac (1922-1969) est l’œuvre mythique des globe-trotters27 : « La route c’est la vie, elle remplace l’ancien trail des pionniers de la marche vers l’Ouest » dans la longue tradition folk du voyage américain. Ouvrage manifeste de la Beat Generation, il rend compte du voyage en voiture Hudson, en 1949, de Jack, Neal Cassady et Anne Lu de New York à San Francisco (6200 kms) en trois jours et trois nuits. L’écrivain ethnographe (Bibeau, 2004), Jack Kérouac, rédige, en 1951, Sur la route en retrouvant le flot naturel et spontané, ce fameux premier jet admiré chez Neal Cassady. Il tape à la machine pendant trois semaines sans interruption sur un rouleau continu de 40 mètres pour maintenir le rythme du jazz intérieur28. Les œuvres majeures de la Beat Generation, symboles de la liberté et de la contestation des valeurs bourgeoises et de la révolte face à la cupidité du monde29 sont, dès 1957, Sur la route et Les clochards célestes de Kerouac, Howl de Ginsberg, Le festin nu de Burroughs. Sur le chemin30 en français écrit en 1952 à Mexico, serait une esquisse préliminaire à l’ouvrage On the road qu’il retravaille en 1953 pour proposer une version en Français sous le titre Sur la route qui inspire une adaptation cinématographique à Walter Salles, sortie en 2012.

  • 31 Les premières références en sont Shadows de John Cassavetes en 1958, The connection de Shirley Clar (...)

20Le style des road movies s’est nourri de la Beat Generation qui développe à partir de 1955, sous l’impulsion de Jonas Mekas, un cinéma underground réunissant vingt-trois réalisateurs indépendants pour s’affranchir des diktats hollywoodiens et faire du cinéma un moyen d’expression personnelle et non le produit d’une industrie : ils sont donc les fruits de la contre-culture et de la contestation politique et sociale31. Les road movies (Migozzi, 2000) s’inspirent du thème beat de la quête de soi à travers l’errance, la dérive transcontinentale sur la Route 66 et annoncent aussi un nouveau type de héros, le « perdant magnifique » emprunté à l’ouvrage Sur la route. En 1969, le film Easy Rider de Dennis Hopper et de Peter Fonda avec Jack Nicholson est devenu culte pour la génération Beatnik. Il marque la naissance du road-movie et met en scène le périple de trois hippies motards qui tracent un voyage à la recherche de l’Amérique (Benoliel, Thoret, 2011) devenue introuvable ; c’est le mythe romantique de la route comme fuite ultime pour oublier le passé. La mobilité est synonyme d’errance et de désir d’anti-conformisme : à travers le voyage initiatique, il s’agit de chercher à se découvrir afin de se construire par opposition à la norme sociale. L’errance, la marginalité et la liberté permettent de se faire son expérience de l’Amérique. Pour tourner Paris-Texas, Wim Wenders devient cinéaste-voyageur et parcourt pendant trois mois l’Ouest américain afin de photographier les lieux de tournage. Il sillonne aussi le monde avant de réaliser son film Jusqu’au bout du monde. Sa démarche est celle d’un voyageur à la quête de son œuvre, au fil du voyage, appareil-photo à la main. Avant de réaliser son chef d’œuvre, il prend des notes, des esquisses afin de mener des recherches. Cette démarche serait une évocation du carnet de voyage d’Eugène Delacroix, Album d’Afrique du Nord et d’Espagne, référence historique du genre réalisé en 1832 (Argod, 2012), dans la tonalité des carnets de voyage des peintres romantiques ou orientalistes ; il réalise un « carnet d’inspiration » préparatoire à son chef d’œuvre.

  • 32 Sylvain TESSON, La géographie de l'instant, Ed. Des Equateurs, 2012. p 43.

21En somme, les voyages extrêmes seraient motivés par le souhait de vivre le « sauvage  », de passer du culturel à la « nature », de se dépasser pour atteindre la « vérité ». Cette exploration de l’inconnu au-delà des limites physiques et mentales serait porteuse d’un héroïsme contemporain, celle de la figure du voyageur comme explorateur - aventurier (Venayre, 2002, 2006), opposé au touriste, ou d’une temporalité propre à l’expérience du sujet hypermoderne. Ainsi, selon Sylvain Tesson, « nous distillons le temps pour nous affranchir de l’espace »32. Ce voyage initiatique, à la fois l’appel du « Wild » (Call of the wild London, 1903 et Sur la route, Kérouac, 1951), pour élargir les horizons de la connaissance, serait autant un changement du monde pour l’explorateur qu’une construction de soi pour l’aventurier. Il s’agit alors de favoriser le voyage « hors des sentiers battus » routard, sans guide, hors norme ou non conventionnel. De cette définition des voyages extrêmes (carte heuristique et de la filmographie) découle le genre « carnet de voyage  » qui oscille entre documentaire de création et fiction puisqu’il raconte en images le périple du voyage qui n’est, somme toute, qu’un regard sensible sur le monde, une interrogation du réel héritée de l’œuvre de Jean Rouch. Carnet d’inspiration et de quête artistique préparatoire à l’œuvre ou réflexion philosophique ou anthropologique sur le monde ou l’Ailleurs, le carnet de voyage se tourne vers le réel et vers la formation de l’individu plus que vers le romanesque malgré la tendance des road movies des années 60. D’ailleurs selon les propos de Walter Moser :

  • 33 «Le road movie : un genre issu d’une constellation moderne de locomotion et de médiamotion» Walter (...)

En tant que forme symbolique, le road movie valorise de la modernité surtout le moment de la mobilité, de l’arrachement à des espaces-temps fixes et donc d’une certaine forme de la renomadisation, du moins momentanée, le temps d’une fugue en dehors de la « cage de fer ». Dans ce sens le début de certains films de la route, comme El Viaje (Fernando Solanas, 1992) et Diarios de motocicleta (Walter Salles, 2004), ne fait que transposer le roman de formation au cinéma »33

Conclusion

Une pratique touristique initiatique : transcender l’extrême du monde grâce à l’expérience du voyage

  • 34 Voir les deux filmographies mises en ligne sur le carnet de recherche : Pascale ARGOD, Carnet de vo (...)

22A partir de la notion de « voyage extrême  », nous avons esquissé les contours du genre « carnet de voyage audiovisuel  » comme film de fiction mais il serait pertinent de le confronter au documentaire34. Aussi, malgré la pluralité de genres (biopic, road movie, documentaires de création, magazines de voyage, reportages, films d’ethnologue...), le carnet de voyage est avant tout une narration en images de l’expérience vécue du voyage, donc autobiographique. Cette production, le plus souvent documentaire de création, valorise la liberté et le non conventionnel, l’authentique et le pittoresque, l’original et le « créatif ». La transformation du voyageur qui se confronte au réel est souvent au cœur du témoignage et c’est, à travers l’expérience vécue, que ce genre audiovisuel souhaite atteindre la notion d’« authenticité touristique et communicative  ». The wild a marqué de son sceau la quête d’aventure sur la route et le mythe littéraire du voyageur héroïque, hérité du voyage d’Ulysse et des robinsonnades, qu’ils soient retranscrits sous la forme du road movie ou du documentaire de création. Deux films Into the Wild et Wild consacrent le « voyage sauvage » comme une quête d’idéal et d’antivoyage, celle des voyageurs carnettistes. Ces œuvres réunissent trois caractéristiques : le retour à la nature, l’esthétique de l’image, le mythe renouvelé du héros vagabond. Celles-ci ont des origines littéraires, artistiques et un creuset culturel : la robinsonnade, le « pittoresque » et surtout l’” ethos Beat de la Beat Generation » dans le sillage de Sur la route de Kérouac. Dépassement de soi, paysage panorama et quête d’un nouveau monde font de la nature un manifeste du voyage extrême. L’engouement pour l’aventure et le voyage initiatique est médiatisé par l’évocation des « espaces extrêmes ». Ce genre (Argod, 2009) repose sur la définition autant de la quête du voyage que de l’interaction de trois notions : l’environnement, l’autobiographie et le récit en images, parfois épique. Observation du terrain, découverte d’autres cultures et imagination viatique sont les attraits du carnet de voyage qui diffuse probablement les valeurs du voyage qui dépassent la notion de « wild » et des peurs à surmonter et ainsi en font un outil d’évaluation de l’être au monde (Argod, 2014) comme révélation de soi, chemin initiatique du vécu, passeport vers l’autre, construction de soi et liberté.

Haut de page

Bibliographie

Argod P., 2016, « La médiatisation d’un tourisme « hors des sentiers battus » dans une édition touristique créative », Via, 9.URL : http://journals.openedition.org/viatourism/516; DOI : 10.4000/viatourism.516

Argod P., 2014, L’art du carnet de voyage. Gallimard - Alternatives, (version en anglais « The Art of Sketchking : 400 years of Travel Diaries » parue en février 2016 puis en chinois et en coréen).

Argod P., 2014, « Le carnet de voyage. Outil d’évaluation de l’être au monde et de la valeur initiatique du voyage », in Quand l’Homme voyage, les passeurs d’empreintes, L’Harmattan - SEH, Société d’écologie Humaine, 2014, 401-412.

Argod P., 2012, De l’Orientalisme. in Carnet de voyage-reportage, Hypotheses.org. URL : http://cdevoyage.hypotheses.org/223

Argod, P., 2011, Carnet de voyage sans frontières, Reflets d’ailleurs, 2011 (Pars en thèse).

Argod P., 2011, « Le carnet de voyage audio-visuel ou cinématographique : genre intermédial, quête et diffusion du voyage « authentique »  », Revue Téoros, Revue de recherche en tourisme, université du Québec à Montréal, UQUAM, août 2011, numéro sur « Le ciné - tourisme » dirigé par Alain Grenier, 117-125.

Argod P.,2009, Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique, Thèse de Doctorat, université de Bordeaux III.

Augé M., 1997, L’impossible voyage : le tourisme et ses images, Paris, Rivages..

Baudry P., 1996, « La logique de l’extrême », in : Communications, 61,. Natures extrêmes, 11-20.

Baudry P., 1991, Le Corps extrême, Paris, L’Harmattan.

Beeton S., 2005 (2016), Film-induced Tourism.Bristol, Buffalo, Toronto, Channel View Publications, Aspects of Tourism.

Benoliel B & Thoret J.-B., 2011, « Charlot ou le mythe exemplaire », in Road movie, USA, Hoëbeke.

Bibeau G., 2004, « Voyages et fictions chez Jack Kerouac : une ethnographie de la franco-américanité ? », Anthropologie et Sociétés, Volume 28, n° 3, 59-89.

Chanvallon, S., 2009, Anthropologie des relations de l’Homme à la Nature : la Nature vécue entre peur destructrice et communion intime. Thèse de Doctorat Anthropologie sociale et ethnologie. Université Rennes 2 ; Université Européenne de Bretagne.

Cohen E., 1979, « A Phenomenology of Tourist Experience », Sociology, n° 13, 179-201.

Courant S., 2013, « Backpackers et carnets de voyage, récit biographique d’une expérience itinérante », Téoros, 32-1

Delaplace M., Gravari-Barbas M., 2017, Nouveaux territoires touristiques. Invention, reconfigurations, repositionnement, Coll. « Tourisme », Presses de l’université du Québec.

Depraz S., Heritier S., 2012, « La nature et les parcs naturels en Amérique du Nord », L’Information géographique,. n° 76, no. 4, 6-28.

Floquet P., 2012, Into the Wild : la Nature, ce n’est pas du cinéma !.. Mise au point : cahiers de l’association française des enseignants chercheur en cinéma et audiovisuel, n° 4.

Fournier F.S, Chatagner C., Bernié-Boissard C., Crozat D., 2014, Les cultures du déplacement : séminaire du 14-16 juin 2012, Presses universitaires d’Aix-Marseille, PUAM.

Gauthier G., 2000, Le Documentaire, un autre cinéma, Nathan.

Gauthier G., 2010, Géographie sentimentale du documentaire : l’esprit des lieux, L’Harmattan.

Gilpin W., 1982, Trois Essais sur le beau pittoresque, sur les voyages pittoresques et sur l’art d’esquisser les paysages, suivi d’un poème sur la peinture de paysage, paru en 1792 et traduit de l’anglais par le Baron de Blumenstein en 1799, postface de M. Conan, Éd. du Moniteur, Paris.

Gin P., 2008, « Les bifurcations culturelles du road movie contemporain », Cinémas : revue d’études cinématographiques / Cinémas : Journal of Film Studies, vol.18, numéro 2-3, 31-45.

Graff S., 2011, « ” Cinéma-vérité » ou « cinéma direct » : hasard terminologique ou paradigme théorique ? », Décadrages [En ligne], n° 18, 32-46.

Gravari-Barbas M., Grabum N., 2012, « Imaginaires touristiques », Via [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 16 mars 2012, consulté le 27 août 2018. URL :http://journals.openedition.org/viatourism/1178

Hubner P., 2013, D’On the Road à Into the Wild : la parabole du désenchantement. Le prisme américain, Babel, littératures plurielles, n° 28, 109-122.

Hurault-Paupe A., 2007, « Edward Hopper et le Road Movie », in Sipère D., Cohen A. J.-J. (dir.), Les autres arts dans l’art du cinéma, Presses universitaires de Rennes, 85-91.

Kingender F.D., 1988, « Le sublime et le pittoresque », Actes de la recherches sociales, volume 75, n° 75, 2-13.

Lachance J., 2013, « Le rapport à la temporalité du backpacker », Téoros [Online], n° 32-1, URL : http://teoros.revues.org/2398

Larrere C., 1997, Les philosophies de l’environnement, Paris : PUF, coll. « Philosophies ».

Le Bigot B., 2016, « Le « tour du monde » des backpakers, voyage normalisé ? », Via, n° 9. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/316; DOI : 10.4000/viatourism.316

Lemasson J.P.,Violier P., 2010, Destinations et territoires, Volume 2 Tourisme sans limite, Les Rendez-vous Champlain sur le tourisme, Presses universitaires du Québec, 2010.

Mac Cannell D., 1976 (1989), The Tourist, A New Theory of the Leisure Class, Berkeley-Los Angeles- London, University of California Press, 1976.

Maitland R., 2013, « Backstage Behaviour in the Global City: Tourists and the Search for the ‘Real London’ », Procedia – Social and Behavioral Sciences, n° 105, 12-19 . URL :10.1016/j.sbspro.2013.11.002

Michel F., 2005, Désirs d’ailleurs : essai d’anthropologie des voyages, Presses de l’université de Laval, Québec.

Migozzi J., 2000, De l’écrit à l’écran, littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques. actes du colloque organisé en 1998 par le Centre des littératures populaires de l’université de Limoges associé au Centre de recherche en littérature québécoise, Limoges, PULIM.

Moser W., 2008, « Présentation. Le road movie : un genre issu d’une constellation moderne de locomotion et de médiamotion », Cinémas, n° 18(2-3), 7–30.

Omhoyer C., 2014, « Quelques reconfigurations contemporaines du « wilderness » dans la fiction et les arts visuels du Canada anglophone », in Fournier F.S., Chatagner, C. Bernié-Boissard C.,Crozat D. (dir.), Les cultures du déplacement : séminaire du 14-16 juin 2012, Presses universitaires d’Aix-Marseille.

Petillon, P.-Y., 1979, La Grand-route. Espace et écriture en Amérique, Le Seuil.

Richards G., Wilson J., 2004, « Travel writers and writers who travel: Nomadic Icons for the backpacker subculture? », Journal of Tourism and Cultural Change, vol. 2, no 1, 46-68.

Tesson S., 2012, La géographie de l’instant, Ed. Des Equateurs.

Tournier M., 2002, Journal extime, La Musardine.

Tzanelli R., 2007, The cinematic tourist: explorations in globalization, culture, and resistance, London, Routledge.

Urbain J.-D., 1991, L’Idiot du voyage. Histoires de touristes, Paris, Plon.

Vernex J.-C., 2004, « Du voyage de l’œil à l’appréciation du paysage : le pittoresque comme une des origines culturelles du paysage », in : Le Globe. Revue genevoise de géographie, tome 144 Voyage, tourisme, paysage.

Venayre, S., 2006, Rêves d’aventures 1800-1940, De La Martinière.

Venayre S., 2002, La gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne, Aubier.

White K., 1994, Le plateau de l’albatros : introduction à la géopoétique, Grasset.

Filmographie classée par ordre de citation dans l’article

Sur le carnet de recherche « Carnet de voyage -reportage »(P. Argod) sur Hypotheses.org dans la rubrique « Corpus intermédia », juin 2016 : http://cdevoyage.hypotheses.org/category/corpus-intermedia

Penn S., 2007, Into the Wild, 147 minutes. Paramount Vantage [US]

Vallée J.-M., 2014, Wild, 126’. Fox Searchlight Pictures Pacific Standard [US]

Ronning J., Sanderg E., 2012, Kon Tiki, NO, 120’. Recorded Picture Company, Roenbergfilm, Nordisk Film Production A/S, DCM Productions [GB, NO, DK].

Offenstein C., 2013, En solitaire, BE, 96’. Gaumont, Les films du Cap, TF1 Film Production, Scope Pictures, A contracorriente Films. [FR, BE, ES]

Chandor J.C., 2013, All is lost, 106’.Universal studio [US]

Macdonald K., 2004, La mort suspendue, Touching The Void,FR, 106’. Darlow Smithson Productions [GB]

Ferry A., 2009, Vertige, FR, Sombrero Productions, Canal + [FR]

Stolzi P. , 2008, Duel au sommet, Nordwand, DE, 126’. Dor Film West, Medienkontor Movie gmbH, Dor Film [DE, CH]

Boyle D., 2011, 127 heures, GB, 94’. Cloud Eight Films, Darlow Smithson Productions, Decibel Films [GB, US]

Estevez E., 2010, The way la route ensemble, ES, 123’. Filmax, Castelao Producciones, Producions A Fonsagrada [ES]

Telmon P. 2012, Au pays interdit, Bonne Pioche, 75’

Camerini, M., 1954, Ulysse (Ulisse), 118’. Lux Films [IT]

Konchalowvsky A., 1997, L’Odyssée, 172’. Hallmark Entertainement, American Zoetrope Production San Francisco [US]

Melies G., 1902, Les Aventures de Robinson Crusoé,Georges Méliès, Star Film [FR]

Bunuel L. , 1954, Les Aventures de Robinson Crusoé,90’. Oscar Dancigers [Mexique]

Hardy R., Miller G. T., 1997, Robinson Crusoé, 92’. Touchstone Pictures [US]

Solanas F. E., 1992, Le voyage - El Viaje, 140’ ; Cinesur, Buesnos Aires [Argentine]

Ferroukhi I., 2004, Le Grand voyage, FR, 108’. Ognon Pictures [FR, MA]

Salles W., 1998, Central Do Brazil, 113’. VideoFilmes [BR, FR]

Salles W., 2004, Carnets de voyage : Che Guevara, Diarios de motocicleta, 120’.

Nozik M., Tenkoff K., Redford R., South Fork Pictures / Edgard Tenembaum, Tu Vas Voir Productions / Film Four / Daniel Burman, Diego Dubcovsky, BD Ciné / Senator Film Produktion [Brésil/Argentine/Grande-Bretagne]

Malick T-F., 1975, La balade sauvage, Badland, 94’ Badlands Company, Jill Jakes Production [US]

Hopper D., Fonda P., 1969, Easy Rider, 94’. Columbia Pictures Corportion, Pando Company Inc., Rayber Productions. [US]

Wenders W., 1984, Paris-Texas, 147’ 20 th Century Fox [US]

Wenders W., 1991, Jusqu’au bout du monde, Bis ans Ende der Welt, [FR, AU, DE]

Salles W., 2012, Sur la route, On the Road (adaptation du roman de Jack Kérouac), FR, 137’ MK2 Films, Film 4, American Zoetrope [FR,GB,US].

Griffith D. W., 1908, The Call of the Wild, 15’. American Mutoscope and Biograph Company

Wellman W. A., 1935, The Call of the Wild, L’appel de la forêt, 95’. 20th Century Pictures

Annakin K., 1972, The Call of the Wild, 100’. Central Cinéma Company Film, Massfilms Limited, Norsk Film A/S, Oceania Produzioni Internationali Cinématographe, Towers of London Productions, Universal Pictures France, Izaro Films SA [FR, GB, NO, IT]

Haut de page

Notes

1 Manifestation nationale et européenne au rayonnement international : le 17e Rendez-vous du carnet de voyage du 18 au 20 novembre 2016 :http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

Son Président, Jean-Pierre Frachon, est un alpiniste renommé pour l'ascension des Seven Sunmits.

2 Toutes les références liés aux films ou vidéos cités dans la présente étude se trouvent regroupées dans la filmographie en fin d'article.

3 http://www.allocine.fr/film/fichefilm-110101/box-office/

4 Voir la carte heuristique et la filmographie de l'article : Pascale ARGOD, numéro sur « Le ciné-tourisme » dirigé par Alain Grenier, p. 117-125 (9 pages).

5 En annexe et mis en ligne sur mon carnet de recherche Carnet de voyage-reportage sur Hypotheses.org https://cdevoyage.hypotheses.org/1075

6 Idem

7 Voir les 75 carnets de voyage en ligne : http://envoye-special.france2.fr/carnet-de-voyage.html?id_mot=200

8 Voir le titre Vacances chez les pygmées qui ouvre « le carnet de voyage d’envoyé spécial » de France 2 Magazine le jeudi 19 juillet 2012.

9 http://www.fodacim.fr/les-festivals-de-films-de-montagne-et-daventure/

33e Festival du Film de Montagne d'Autrans du 30 novembre au 4 décembre 2016 : http://www.festival-autrans.com/

Regards d'altitudes, 21-23 avril 2016 à Barcelonnette : http://www.festival-film-montagne.fr/

10 Festival international du film maritime, d'exploration et d'environnement, FIFME mi-décembre à Toulon :

http://www.fifme-toulon.com/

Festival international des films de la mer FILMAR à Hendaye, 16-17 mars 2017 : http://filmar.hendaye.com/

8ème édition du Festival International de Films Pêcheurs du Monde se tient à Lorient du 14 au 20 mars 2016 :

http://www.pecheursdumonde.org/

11 Voir la sélection mise en ligne sur le carnet de recherche : Pascale ARGOD, "Carnet de voyage -reportage : intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine". sur Hypotheses.org dans la rubrique Corpus intermédia, juin 2016 : http://cdevoyage.hypotheses.org/category/corpus-intermedia

12 Voir Pascale ARGOD. Filmographie sur les voyages extrêmes et la détermination de genres cinématographiques selon le rapport à la nature, juin 2016 : http://cdevoyage.hypotheses.org/category/corpus-intermedia

13 Claire OMHOVER. Quelques reconfigurations contemporaines du «wilderness» dans la fiction et les arts visuels du Canada anglophone. In Les cultures du déplacement : séminaire du 14-16 juin 2012. Sous la Dir. F.S. Fournier, C. Chatagner, C. Bernié-Boissard, D. Crozat. Presses universitaires d'Aix-Marseille, PUAM, 2014, p. 79-91.

14 Traduction du vieil anglais.

15 http://www.programme-television.org/news-tv/Reportages-decouverte-TF1-Sur-les-traces-du-film-Into-the-Wild-4333975

http://unduvetpourdeux.com/plongez-au-coeur-dinto-the-wild/

https://littlegypsy.fr/faire-trek-magic-bus-into-the-wild-alaska/

https://www.blog-trotting.fr/voyage/etats-unis/1735-alaska-the-last-frontier

16 https://www.routard.com/photos/alaska/92420-bus_142_du_film_into_the_wild.htm

https://www.routard.com/forum_message/3102775/sur_les_traces_d_into_the_wild_magic_bus_alaska.htm

17 drifters-vagabonds(Cohen, 1972) ; nomads-nomades (Cohen, 1973) ; wanderers- aventuriers (Vogt, 1976).

18 Le nom du mouvement : "Transcendantalisme", qui provient d’un ouvrage de l’allemand Emmanuel Kant (1724-1804), révolutionna la philosophie et la littérature américaines.

19 Voir les sept films mentionnés dans la filmographie en ligne sur Carnet de voyage-reportage, hypotheses.org.

20 Jocelyn LACHANCE, « Le rapport à la temporalité du backpacker », Téoros [Online], 32-1 | 2013, en ligne depuis le 15 décembre 2015 URL : http://teoros.revues.org/2398

21 Voir l'ouvrage de Muriel CERF, L'antivoyage publié en 1974, qui narre son voyage en Inde en 1970, bien avant la création du Guide du Routard, et ouvre la voie vers les Indes aux hippies français.

22 Stéphanie CHANVALLON, Intermède : Retour vers la Nature - Des « remédiations » à la peur. In Thèse de Doctorat Anthropologie des relations de l'Homme à la Nature : la Nature vécue entre peur destructrice et communion intime. Anthropologie sociale et ethnologie. Université Rennes 2; Université Européenne de Bretagne, 2009. Français. p. 224 - 228<tel-00458244v2>

23 Extrait de l'entretien de Christian Clot lors de l'émission Ma vie est une aventure sur France 3 présentée par Cécile Gauthier et mise en ligne sur Youtube le 14 mai 2010.

24 Jean-Claude VERNEX, Du voyage de l’œil à l’appréciation du paysage : le pittoresque comme une des origines culturelles du paysage. In: Le Globe. Revue genevoise de géographie, tome 144 Voyage, tourisme, paysage, 2004, pp. 57-66.

25 William GILPIN, Trois Essais sur le beau pittoresque, sur les voyages pittoresques et sur l’art d’esquisser les paysages, suivi d’un poème sur la peinture de paysage, paru en 1792 et traduit de l’anglais par le Baron de Blumenstein en 1799, postface de M. Conan, Éd. du Moniteur, Paris, 1982. p. 13.

26 Le terme de « Beat » provient du langage des rues des drogués puis il est employé en 1948 par Jack Kérouac comme « béate » ou « cool » dans la pulsion du jazz ou l’esprit propre au renoncement.

27 Voir l’itinéraire du roman consultable dans le dossier sur Jack Kérouac sur le site du routard.com

28 Voir le film Heart Beat de John Byrum en 1980.

29 Voir le poème Howl d’Allen Ginsberg avec le Moloch, le building de la haute finance.

30 Article publié dans Le Monde.fr le 8 septembre 2008. Le manuscrit a été retrouvé par Gabriel Anctil dans les archives des bibliothèques new-yorkaises.

31 Les premières références en sont Shadows de John Cassavetes en 1958, The connection de Shirley Clarke en 1961, Scorpio Rising de Kenneth Anger en 1963, les films d’Andy Warhol…etc

32 Sylvain TESSON, La géographie de l'instant, Ed. Des Equateurs, 2012. p 43.

33 «Le road movie : un genre issu d’une constellation moderne de locomotion et de médiamotion» Walter Moser, Cinémas : Revue d'études cinématographiques / Cinémas: Journal of Film Studies, Volume 18, numéro 2-3, printemps 2008, p.7-30 http://id.erudit.org/iderudit/018415ar

34 Voir les deux filmographies mises en ligne sur le carnet de recherche : Pascale ARGOD, Carnet de voyage - reportage : intermédialité, interculturalité, médiation, patrimoine, Hypotheses.org, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Argod, « Du road movie au « voyage sauvage » : la quête d’aventure sur la route et le mythe du voyageur héroïque », Via [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/3177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.3177

Haut de page

Auteur

Pascale Argod

Docteure en sciences de l’information - communication, enseignante-chercheuse au MICA de l’université Bordeaux - Montaigne (https://mica.u-bordeaux-montaigne.fr/argod-pascale/)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search