Navigation – Plan du site

Entretien avec le réalisateur Patrice Leconte, réalisateur des Bronzés

Jean-François Staszak
Traduction(s) :
Interview with Patrice Leconte, director of the Bronzés trilogy [en]

Texte intégral

1Les touristes au cinéma ? Pour les spectateurs français, ce sont d’abord et avant tout les Bronzés. Les trois films réalisés par Patrice Leconte avec l’équipe du Splendid, Les Bronzés (1978), Les Bronzés font du ski (1979) et Les Bronzés 3 : amis pour la vie ont été d’importants succès commerciaux lors de leur sortie, et attirent toujours plus de 10 millions de téléspectateurs lors de leurs multiples (re)diffusions. Les deux premiers opus ont même accédé au statut de film culte : leurs personnages, certaines répliques et situations font désormais partie de la mémoire collective. L’ombre de Jean-Claude Dusse, qui pense avoir “ une ouverture » et espère pouvoir “ conclure », même si c’est “ sur un malentendu », erre dans les villages du Club Méd et les stations de sport d’hiver. Ces films ont trouvé leur public et marqué leur époque parce qu’ils captaient quelque chose de l’esprit du temps, et ils n’ont guère vieilli parce que les situations et les types mis en scène n’ont guère changé.

2Ces films montrent des touristes à l’œuvre, in situ. Ils se baignent, ils visitent, ils font du sport, ils assistent à des spectacles, ils mangent, ils draguent (c’est à la vérité leur activité principale, en tout cas dans les deux premiers Bronzés). En Côte d’Ivoire, à Val d’Isère et en Sardaigne. Dans un village ressemblant fort à ceux du Club Méditerranée et destiné aux touristes des classes moyennes, dans une station de sport à la clientèle hétéroclite ou dans un hôtel de luxe. Ces lieux constituent autant de microcosmes, dont on ne sort guère, et où se joue une comédie dont les ressorts sont essentiellement la médiocrité des personnages, ramenés à quelques types bien caractérisés, et à leurs relations sociales, amicales ou amoureuses marquées par le sceau de la mesquinerie. Une vision bien noire de l’humanité si elle n’était contrebalancée par une vraie tendresse pour des individus auxquels nous sommes tous et toutes invités à nous identifier.

3Les Bronzés ni constituent pas vraiment une satire sociale ni une critique du tourisme, au sens où ces comédies n’ont pas pour cible un groupe ni une pratique. Il s’agit plutôt d’une comédie humaine, celle d’un groupe de personnages placés dans une configuration qui donne à voir qui ils sont et quels rapports ils entretiennent. Le tourisme constitue la configuration récurrente dans laquelle cette comédie est située plus que l’objet du film.

4Si nous avons voulu questionner Patrice Leconte, c’est moins parce qu’il présente dans ces films une vision du tourisme (qu’on présente souvent comme caricaturale ou critique mais qu’on peut estimer en fait assez réaliste), que parce que d’une part il a choisi à trois reprises de placer sa comédie dans configuration touristique et que du point de vue des études touristiques il est pertinent de lui demander pourquoi, et que d’autre part le succès de ses films est tel et leur rôle si important dans la fabrique de l’imaginaire social à propos du tourisme qu’on ne peut s’intéresser à celui-ci sans vouloir en savoir plus sur leur genèse.

5Cadé M. 2009, “ Les Bronzés 1,2, et 3 : une représentation des pratiques touristiques des classes moyennes aisées dans le cinéma populaire français », in G. Ferréol et A.-M. Mamontoff (dir.), Tourisme et sociétés, Bruxelles, EME, pp. 23-31.

6Lombard Ph., 2016, Le Petit livre des Bronzés, Paris, First Editions.

7Entretien réalisé le 8 décembre 2018, à Paris, au domicile du réalisateur. L’entretien, qui a duré deux heures, a été enregistré, retranscrit et légèrement réécrit pour gagner en cohérence et lisibilité. Nos sincères remerciements à Patrice Leconte, qui a accepté de bonne grâce et avec beaucoup de sincérité de répondre à nos questions.

JFS Jean-François Staszak

PL Patrice Leconte

JFS La question de votre rapport au tourisme ou au déplacement dépasse de très loin la série des Bronzés (1978, 1979, 2006). La figure du déplacement, du voyageur, est présente dans quasiment tous vos films. Même dans Ridicule (P. Leconte, 1996), il y a quelque chose de cet ordre-là, au sens où c’est quelqu’un qui arrive quelque part et qui est confronté à un univers qu’il ne connaît pas, et où il n’est pas vraiment à l’endroit où il devrait être.

PL Oui, c’est très juste. Le premier Bronzés est très touristique : tout se passe dans un club de vacances. Le deuxième Bronzés est aussi très touristique puisque c’est à la neige. Parmi les films que j’ai faits, ceux qui m’ont le plus excité, le plus apporté, ce sont ceux qui me faisaient quitter l’endroit que je connais bien, c’est-à-dire Paris. Aller filmer ailleurs, dans des lieux je ne connais pas, là où mon œil n’est pas lassé par l’environnement, ça me plaît beaucoup. Et quand, sur ce film d’action, d’aventure, qui s’appelait Les Spécialistes (1985), on a été au tout début du tournage dans les Gorges du Verdon - un endroit parfaitement touristique, magnifique d’ailleurs -, mon œil était ravi. Déjà pour en profiter tranquillement, les mains dans les poches, et puis pour y faire du cinéma. Je voyage assez souvent, un peu partout. Je suis allé dans plein d’endroits, sans caméra, sans rien, pas pour faire du cinéma, et j’aime ça aussi. Mais c’est vrai que d’aller quelque part pour filmer, c’est pour moi un joie incroyable.

JFS Aux origines du cinéma, entre 1895 et 1905, nombre de films étaient des films de voyage. On envoyait un caméraman quelque part pour rapporter des images. Vous, vous rapportez certes des images de l’ailleurs, mais vous montrez surtout des gens sur place qui sont, en quelque sorte, nos représentants dans ces endroits de vacances. C’est à dire qu’on est nous aussi des touristes dans le club de vacances, on est aussi des touristes à la montagne.

PL Oui, c’est très juste. Quand le cinéma a été inventé, dans un premier temps, les frères Lumière ont fait des films chez eux, à La Ciotat, à la sortie des usines Lumière, parce qu’il fallait juste montrer ce procédé inouï, qui surprenait tout le monde. Et puis après, une fois que la nouveauté a été digérée, il s’agissait effectivement d’envoyer des gens au loin pour qu’ils ramènent des images. Il y a eu la photographie d’abord, mais le cinéma c’était de la photographie qui bougeait. Et ça c’était merveilleux.

JFS Toutefois, quand vous filmez les Bronzés, le 1 et puis même aussi un peu le 2, il y a très peu de plans ou de scènes où on voit les touristes confrontés au lieu. Vous ne faites pas vraiment partager ça. Ils restent un peu enfermés dans leur village. Il y a bien la grande expédition en haute-montagne dans les Bronzés font du ski, mais ce que vous filmez c’est surtout les rapports entre les touristes, plus que, en fait, les rapports entre les touristes et le pays qu’ils visitent.

PL C’est très juste. Mais, de toute façon, quand on est dans un club de vacances, on en sort très, très peu. Ce n’est pas la configuration idéale pour visiter un pays. On reste dans le club parce que c’est superbe, parce qu’il y a la piscine. Parce que, enfin, c’est un endroit de farniente, qui ne pousse pas à la connaissance du pays. De temps en temps, il y a de petites échappées, le temps d’une après-midi : une balade en pirogue ou excursion en autocar. Et puis, on rentre vite au club pour aller au buffet. Les Bronzés reflètent assez l’image de ce qui se passe dans un club de vacances. Avec ce côté un peu néocolonialiste des gens qui arrivent en terrain conquis.

JFS Il y a peut-être, chez les touristes comme chez les cinéastes, l’idée qu’on a le droit de voir et le droit de prendre des images   ?

PL On a le droit de voir, bien sûr. Ce n’est pas la peine de voyager si on n’a plus le droit de voir. Quand on fait un film, c’est différent parce que tout est organisé, mis en scène, écrit : il y a des personnages, il y a des acteurs. C’est une réalité reconstituée. Mais quand je voyage, ici ou là, avec mon petit appareil photo dans la poche, prendre des images correspond toujours, de près ou de loin, à une espèce de vol. C’est un petit larcin, parce que les gens qui sont là n’ont pas demandé à ce qu’on les prenne en photo. J’y vais alors sur la pointe des pieds. Je suis choqué par le nombre de touristes, qui, après avoir pris en photo tel site, tel lieu, tel visage pensent qu’ils peuvent passer au suivant. On consomme au lieu d’être contemplatif.

JFS Pour revenir aux Bronzés, c’est envoyant la pièce que vous avez pensé qu’il y avait là une ressource comique proprement cinématographique.

PL La troupe du Splendid avait d’abord en tête un scénario de film. Mais ils ne pouvaient pas en faire un film parce qu’ils n’avaient pas la notoriété. Ils se sont dit : "ça n’est pas grave, on va faire notre pièce sur notre petite scène du Splendid, qui était minuscule. Et le spectacle était à mourir de rire. Je l’ai vu je ne sais pas combien de fois. Ce n’est pas moi, mais le producteur Yves Rousset-Rouard, qui se trouve être l’oncle de Christian Clavier, qui s’est dit, "Bon sang, mais c’est bien sûr  ! Il faut en faire un film". La troupe du Splendid était ravie, c’était leur rêve depuis le début. Et c’est là qu’ils ont dit : "On voudrait le faire avec Patrice, parce qu’on le connaît bien, parce qu’on a confiance en lui. On est grosso modo du même âge, on rit des mêmes choses et ce sera harmonieux". Ils m’ont en quelque sorte imposé sur le film.

JFS Alors, vous diriez que la situation touristique c’est un bon sujet pour une comédie  ?

PL C’est une source de comédie formidable. En même temps, ce qui m’intéresse et que je préfère filmer, c’est la une comédie de l’entre-soi : comment les touristes se comportent les uns avec les autres, se tirent dans les pattes et se méprisent en sourdine …. Parce que si, par exemple, on faisait Les Bronzés font un safari, ou Les Bronzés à Tokyo, il s’agirait de confronter les personnages à des mœurs qui ne sont pas les leurs, au risque d’un humour raciste. Si je filme une scène hilarante à Tokyo avec Josiane Balasko qui ne sait pas se servir de baguettes, n’est-ce pas se moquer du Japon ? J’en veux pour preuve le film de Sofia Coppola Lost in Translation (2003), qui est un film assez formidable, mais aussi assez odieux en ce qu’il se moque en permanence des Japonais. Je trouve ça insupportable.
Dans Les Bronzés, je ne me moque pas des autochtones ou de leur culture. Ainsi quand les touristes font cette courte excursion en pirogue et que Clavier, comme n’importe quel imbécile, essaye de marchander la statue et que le type en face ne bouge pas une oreille et dit "Non, non", c’est Clavier qui est ridicule. C’est de cette petite troupe de personnages du Splendid dont on se moque : ce sont eux les objets de cette fameuse autodérision. Le film n’est jamais ironique ou méprisant vis-à-vis des touristes. En aucun cas.

JFS Vous vous êtes servi du mot ridicule pour qualifier les touristes. Est-ce que le tourisme est intéressant pour vous en tant que cinéaste à cause de ça. Le ridicule est très important dans tout votre cinéma.

PL On est toujours le ridicule de quelqu’un. J’essaye d’épingler certains travers de nos contemporains, certes. Mais sans jamais, du moins j’espère, avoir une attitude supérieure. Je ne vaux pas mieux que les gens dont je me moque. Et à leur place, sans doute, je me comporterais de la même manière. Ce qui est assez odieux, ce qui est un manque de générosité, c’est de mépriser les gens que l’on filme et met en scène. C’est peut-être un vœu pieux, mais j’essaye de ne jamais tomber dans ce travers.

JFS Je l’ai beaucoup senti en revoyant votre film qui s’intitule précisément Ridicule. Il donne l’impression d’être un film autobiographique. On sent que vous vous reconnaissez beaucoup dans le personnage principal.

PL C’est le premier film que j’ai fait dont je n’ai pas écrit le scénario : il est de Rémi Waterhouse. Le scénario était exemplaire. Quand je l’ai lu, je me suis dit que non seulement j’avais envie de faire ce film, parce qu’il brasse des tas de choses qui me touchent, mais aussi que Ponceludon de Malavoy, puisqu’il s’appelle comme ça..., c’est moi . Parce qu’il monte de province et je suis provincial. Il va à Versailles, moi j’essayais de pénétrer le milieu du cinéma pour m’y faire une place. J’étais un solliciteur, comme Charles Berling sollicite... Je me suis projeté facilement.

JFS Et quand vous tournez Les Bronzés et Les Bronzés font du ski, vous n’avez pas beaucoup d’expérience en tant que touriste  ? Vous dites que vous n’étiez jamais allé au Club Med, donc en fait les scènes n’étaient pas inspirées par votre expérience ?

PL Quand j’ai tourné Les Bronzés, mes amis du Splendid, eux, avaient souvent fréquenté le club en tant qu’invités pour y animer les soirées les “ forums ». La troupe avait été invitée à jouer au Club sur l’initiative de Guy Laporte, authentique chef de village au Club et qui joue en quelque sorte son propre rôle dans Les Bronzés. Ils y rôdaient leur spectacle. Ils connaissaient bien le club, mais moi je n’y avais jamais mis les pieds. Et je n’avais pas osé le leur dire. J’ai fait comme si je connaissais le club. Et j’y suis ensuite allé après, plusieurs fois, avec beaucoup de plaisir d’ailleurs. Pour les enfants, c’est merveilleux. La première fois, j’avais l’impression d’être acteur dans le film. Je comprenais enfin ce que j’avais tourné pendant deux mois !

JFS Vous ne connaissiez pas le Club Med, vous ne connaissiez pas la Côte d’Ivoire. Est-ce que vous connaissiez Val d’Isère et le ski  ? Comment ont été choisies les deux destinations  ?

PL Pour Les Bronzés, on cherchait un lieu paradisiaque. On a tablé sur le fait que le Club Méditerranée s’installe dans les endroits les plus enchanteurs des pays. Mais on a très vite a su qu’on ne pourrait pas tourner dans un vrai Club Méditerranée. La fille de Gilbert Trigano, Lydie Trigano, s’occupait des rapports avec les artistes, les acteurs qui venaient faire des spectacles au club. Elle connaissait Amour, coquillages et crustacés, la pièce dont est tiré Les Bronzés. On lui a demandé si on pouvait faire le film dans un club, elle nous a répondu qu’il valait mieux oublier.
Parce que le producteur y avait des accointances, on est d’abord allé à Saint-Domingue. Mais mes repérages ne m’ont rien dit du tout. Il n’y avait pas de club de vacances vraiment installé ; il aurait fallu tout construire. On a ensuite appris qu’il y avait en Côte d’Ivoire, à quatre kilomètres à côté du club d’Assinie, un club de vacances italien le club Galaswinda, à Assouindé, célébré dans la chanson du film “Bienvenue à Galaswinda / Darla dirladada / Y a du soleil et des nanas”. On a décidé d’aller voir à quoi il ressemblait. Toutes les infrastructures existaient. Mais le club de vacances en question était en dur, avec des bungalows. Or, nous voulions un village de cases, comme au début du Club. On a donc construit des cases, ce qui n’est pas très compliqué avec un peu de bambou.

JFS Donc, ce n’était pas votre décision que ce soit en Afrique, c’était plutôt une opportunité.

PL Absolument. L’équipe du Splendid n’était jamais allée en Côte d’Ivoire et moi non plus. L’Afrique présentait un atout pour la météo. On a pu y tourner en novembre, décembre. Il fallait qu’il fasse beau sur ce film. On n’avait jamais pensé à l’enjeu racial. On a été à ce propos d’une grande insouciance. Je ne sais pas à quel moment le film s’est appelé les Bronzés. Ce titre était une idée du producteur. Amour, coquillages et crustacés, ce n’était pas un bon titre pour un film : trop dur à mémoriser. On ne s’est pas rendu compte de ce que cela pouvait signifier d’aller tourner en Afrique un film qui s’appelle Les Bronzés.
On a demandé à ce club de vacances si on pouvait tourner. Ils nous ont accueillis à bras ouverts. On était dans des bungalows formidables. On se levait le matin, on faisait trois pas pour aller faire du cinéma. Et le dimanche, on était juste des touristes au club. Il n’était pas question d’aller découvrir la Côte d’Ivoire. Les semaines de tournage sont très préoccupantes et fatigantes. Donc le dimanche, je décompressais, pour repenser à ce que j’avais fait pendant la semaine, à ce qu’on allait faire. On faisait, la grasse matinée et puis on profitait du club, on profitait de la mer, on profitait de la piscine, on profitait du buffet. On était clients du club.

JFS Et le personnel de l’hôtel était là  ? Il apparaît dans le film  ?

PL Il y a quelques membres du personnel de l’hôtel qui apparaissent dans le film. Notamment, quand Gérard Jugnot va au hammam, au salon de massage pour se faire masser par ce gros Noir très balèze… Il était un responsable du matériel, et n’avait rien d’un masseur. Mais il fallait qu’il y ait un mec très balèze, et il a pris ça avec bonne humeur. Les clients du club et le personnel du club étaient ravis de se mêler au film. Tous les touristes qu’on voit dans le film comme figurants sont des touristes réellement en vacances. Sauf ceux qui ont un petit rôle ou une silhouette. Ainsi, on avait sélectionné cinq ou six jolies filles à mettre dans le champ, pour le concours de peinture sur seins nus peints, ou pour le moment où Michel Blanc fait une photo à retardement d’une fille topless dans la mer. Mais sinon, ce n’était que des clients, des bénévoles. Ils n’étaient pas payés mais ça leur plaisait de faire la figuration.

JFS Et pour Val-d’Isère donc  ?

PL On a jeté notre dévolu sur Val-d’Isère parce que le frère de Christian Clavier, Stéphane Clavier, excellent skieur et second assistant sur le film (c’est bien d’avoir des assistants qui savent faire du ski pour ce genre de film) a été pendant plusieurs années moniteur de ski à Val-d’Isère, qu’il connaissait très bien. Il nous a recommandé chaudement d’y tourner. On a tourné, évidemment, en accord avec la station. Mais, autant ce n’est pas commode de trouver un club de vacances pour y tourner un film à cause de la gêne occasionnée, auprès pour la clientèle par exemple, autant le problème ne se pose pas dans une station de ski, du fait de la taille du domaine. On ne gênait personne, vraiment. Pour le magasin de ski de Popeye, on a simplement trouvé un magasin de ski qui nous a laissé tourné durant ses jours de fermeture.

JFS Parce que l’image que vous donniez du Club Med n’est quand même pas très positive, donc on aurait pu imaginer que Val d’Isère ne soit pas enthousiaste.

PL En aucun cas. Parce que Les Bronzés avait été un très bon succès. Le film avait une bonne image, une bonne réputation. Il n’y avait rien à redire à accueillir la troupe du Splendid pour tourner un film à Val-d’Isère.
Quant à Trigano, il connaissait l’existence du spectacle de café-théâtre. Quand c’est devenu un film, il a tordu un peu le nez. Il voulait débarrasser le Club Méditerranée de sa réputation sulfureuse : un endroit où on peut faire des rencontres, avoir des rapports faciles, comme si le club était un énorme baisodrome - réputation qui n’était pas totalement usurpée. Les publicités pour le Club mettaient en avant de très belles photos, très lumineuses, formidables. C’est Jean-François Jonvelle, je crois, qui avait fait la campagne. C’était de grandes 4x3 avec ces images sublimes et avec des verbes à l’infinitif qui étaient "rêver", "reposer", "imaginer"... Et, avec le film, c’est comme si on rajoutait "baiser" en haut de la liste.
Toutefois, longtemps après, Trigano m’a confié une campagne de films publicitaires pour le Club Méditerranée, que je suis allé tourner dans un Club Méditerranée aux Bahamas. Il y avait une série de huit films, je crois. L’acteur qui était le fil rouge de ces films était un Américain, doté d’un accent terrible, que j’ai fait doubler par Thierry Lhermitte. La boucle était bouclée. Quand j’ai montré les films à Trigano, c’était la première fois de ma vie que je le rencontrais. Bien après Les Bronzés certes, mais bon, je suis le mec qui a fait Les Bronzés. Il a été extra : il est venu vers moi la main tendue et il a dit "Voyez que je ne suis pas rancunier". Il a vu les films, il les a adorés. Et la hache de guerre a été ré enterrée.

JFS Et après Les Bronzés, c’était une évidence qu’il fallait faire une suite. Comment vous avez décidé que la suite ça allait être le ski, parmi toutes les options possibles ? J’ai lu quelque part que le producteur des Bronzés font du ski, avant de produire le film, avait fait une enquête auprès de 1 500 personnes, comme une sorte de sondage, pour savoir où les Bronzés devaient aller.

PL L’idée vient encore du producteur, Yves Rousset-Rouard. Pendant le tournage des Bronzés, alors qu’on ne savait pas si ça allait être un succès, lui y croyait énormément. Il nous a dit "Mais on fait la suite ! Il faut faire Les Bronzés à la montagne, les Bronzés font du ski".
L’enquête était plus large que ça, me semble-t-il. L’enquête était assez significative et pouvait renseigner le producteur sur les destinations préférées des Français et sur celles dans lesquelles les Français auraient plaisir à voir les Bronzés aller. Et il y a eu, après Les Bronzés font du ski, un projet de Bronzés 3 qui était, comme de Funès et le Gendarme, les Bronzés à New York. On avait envie de tourner aux États-Unis. Je crois que Clavier, Jugnot et Lhermitte y sont partis tous les trois aux frais de la production pour prendre des notes, voir un peu, respirer. Et puis ils sont rentrés, et le projet ne s’est jamais fait.

JFS Que ce soit pour Les Bronzés ou Les Bronzés font du ski, vous ne parlez pas du peuple. Vous ne parlez pas des gens pauvres. Ce sont des gens qui sont issus des classes moyennes. Et des classes moyennes plutôt aisées, plutôt favorisées. Parce qu’il n’y a pas beaucoup de monde qui allait, à ce moment-là encore, au club. Et puis les vacances de ski c’était aussi assez cher.

PL Oui. Vous avez sûrement raison. Mais, ce n’est pas le cas dans Les Bronzés 3, vingt ans plus tard, et c’est sans doute un des limites du film. Chaque personnage s’était embourgeoisé, a fait fortune, les Jugnot-Balasko ont ouvert une chaîne de lunettes, Michel Blanc a fait fortune dans ses perruques, etc. Le seul qui soit vraiment attachant, c’est Clavier parce qu’il est toujours au fond du trou, au bout du rouleau. Mais à l’époque des Bronzés et des Bronzés font du ski, les personnages des Bronzés n’avaient connu aucune réussite sociale. L’une est secrétaire, l’autre est esthéticienne. Jugnot-Balasko ont un magasin de lunettes. Et Michel Blanc on ne sait pas ce qu’il fait de sa vie. Ce ne sont pas des gens fortunés du tout.
Si vous allez aujourd’hui à Cancún, ou je ne sais pas où, la semaine au Club vous coûte un bras. Mais il y a les clubs une étoile, deux étoiles, enfin un trident, deux tridents, trois tridents. A l’époque, les clubs dit "de cases" – et c’est pour ça qu’on voulait que ce soit un club de cases et non pas un club haut de gamme - n’étaient pas extrêmement chers. Il y avait des charters. Les gens modestes pouvaient aller au club.

JFS Et pourquoi la Sardaigne, pour les Bronzés 3 ?

PL On a demandé à une repéreuse de trouver dans un pays, charmant, attirant, un complexe hôtelier très haut de gamme. Parce qu’on voulait que ce soit vraiment haut de gamme. Elle allait sur place, prenait des photos. Elle est revenue de Sardaigne avec des photos de cet hôtel incroyable, dans lequel descendent tous les top models, etc. : le Cala di Volpe à Porto Cervo. Il nous a tapé dans l’œil tout de suite. J’y suis allé, j’ai vu qu’on pouvait y tourner tout ce qu’on avait écrit. L’hôtel a accepté très volontiers. On a juste dû choisir un période hors-saison, avant que toute la clientèle arrive.
Ils étaient, d’une certaine manière, assez flattés que l’on tourne chez eux. Parce le film montre bien l’hôtel. Je ne crois pas, surtout vingt ou vingt-deux ans plus tard, la direction du Cala di Volpe ait connu Les Bronzés. Les Bronzés ça n’est connu qu’en France, c’est très hexagonal, quoi. Même si le film a probablement eu un petit succès à Genève et à Bruxelles.

JFS Peut-on dire que vous avez inventé un genre : la comédie touristique ? Genre qui a fait florès ensuite, notamment avec la série des Camping, qui doit beaucoup, je pense, aux Bronzés.

PL Il y a aussi eu un film avec Kad Merad (Safari, 2009), d’Olivier Baroux sur une agence de safari un peu foireuse. Je ne sais pas si c’est un genre, la comédie touristique. Si c’est le cas et qu’inconsciemment on a lui donné naissance, c’est très flatteur. Mais je ne me sens pas propriétaire de quoi que ce soit, et je ne me sens en rien dépossédé de quelque chose qu’on aurait inventé.

JFS Et Voir la mer (P. Leconte, 2011), c’est un road movie aussi, mais qui aboutit dans une zone touristique. C’est aussi une lecture du voyage.

PL L’idée c’était vraiment de traverser la France en diagonale, pour terminer au bord de la mer. Et puis d’embarquer, presque par inadvertance, cette grande fille qui n’a jamais vu la mer. C’est un film presque enfantin : ne pas avoir vu la mer, c’est être un enfant. Enfin non, il y a bien des gens qui n’ont jamais vu la mer.
Je voulais avoir cette espèce de mouvement géographique qui permet de traverser des contrées, mais sans faire du tourisme. Et avec un objectif : la mer. Ce n’est pas la région que je connais parce que ma famille est normande, et donc pour moi les plages des grandes vacances, c’étaient celles de Normandie, les plages du débarquement. Mais l’idée de finir le film au bord de la mer à Saint-Jean-de-Luz, c’était pour moi comme suivre une flèche, avoir un but. Je ne saurais pas faire un film dans lequel les gens seraient errants, sans but, détermination ou projet,.

JFS L’Homme du train (P. Leconte, 2009) on ne sait pas trop pourquoi il est là. Pour les gens qui le voient arriver, c’est juste l’homme du train.

PL Oui. C’est Spencer Tracy dans Un homme est passé (J. Sturges, 1955). Ce n’est pas un exemple très touristique parce qu’Annonay n’est pas la ville la plus touristique du monde. Quand j’ai jeté mon dévolu sur Annonay, après avoir fait des repérages dans d’autres petites villes, un ami qui connaissait bien Annonay m’a dit "Mais tu ne tournes pas à Annonay. Je te donne une semaine et tu vas rentrer". En fait, j’ai adoré y tourner. S’installer pendant deux mois dans une ville et y faire le film, en respectant les habitants, qui nous toléraient et étaient intéressés par le tournage, c’est une situation que j’adore.
A contrario, j’ai tourné un film avec Dany Boon et Daniel Auteuil qui s’appelle Mon meilleur ami (2006), qui se passe entièrement à Paris. Certaines scènes se situent dans des rues pas très éloignées d’ici. Cela ne me déplaît pas, bien sûr ; mais ce n’est pas comme de tourner ailleurs. Je crois que tourner ailleurs, que ce soit à l’étranger ou en province, me procure du plaisir, de l’excitation de voir des choses auxquelles mon œil n’est pas encore trop habitué, C’est aussi le fait de ne pas rentrer chez soi le soir, s’abstraire d’une vie quotidienne, parisienne en l’occurrence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Staszak, « Entretien avec le réalisateur Patrice Leconte, réalisateur des Bronzés », Via [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/3289 ; DOI : 10.4000/viatourism.3289

Haut de page

Auteur

Jean-François Staszak

Professeur de géographie, Université de Genève.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals