Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14VariaLa fabrique des parcours touristi...

Varia

La fabrique des parcours touristiques

Incidence des ressources culturelles et techniques sur le déroulement d’une visite1
Cédric Calvignac, Roland Canu et Christophe Jalaudin
Traduction(s) :
The building of touristic itineraries [en]
La fàbrica de rutes turístiques [ca]

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été réalisé dans le cadre du LABEX SMS, portant la référence ANR-11-LABX-0066.
  • 2 Les tiers prescripteurs peuvent être professionnels ou amateurs. Dans de nombreuses villes, on voit (...)
  • 3 Sur l’étude des labels touristiques, voir notamment : Charles, Thouément, 2007 ; Cousin, 2008 ; Bou (...)
  • 4 Le guide touristique papier est un objet de recherche largement investi. Voici une sélection de dif (...)
  • 5 Parmi les études portant sur l’utilisation touristique des applications mobiles ou plus largement d (...)

1Parcourir un site touristique amène à réaliser de nombreux arbitrages au gré des propositions formulées par un ensemble d’acteurs humains (accompagnants, professionnels du tourisme, commerçants, tiers prescripteurs2) et non-humains (labels3, encarts publicitaires, cartes de la ville, guides papiers4, prospectus, signalétique, applications pour smartphone5). C’est au contact de ce système d’acteurs foisonnant que chacun se « fabrique » un parcours touristique sur mesure. La « fabrique » d’un parcours touristique dépend ainsi de la mobilisation (ou de la mise en veille) d’un ensemble de ressources matérielles et immatérielles ; elle dépend de la rencontre entre dispositions à la découverte et dispositifs d’aide à l’orientation touristique.

2Dans cet article, nous cherchons à mesurer l’incidence de deux principales (res)sources de connaissance (savoirs et savoir-faire) sur la fabrique du parcours touristique : celle du capital culturel du touriste (ressource incorporée) et celle de l’équipement matériel et technique qu’il mobilise en situation (ressource objectivée), soit parce qu’il le transporte avec lui, soit parce qu’il le trouve dans l’écologie de son activité touristique. La première relève d’un capital culturel légitime incorporé par le touriste, des dispositions durables de l’organisme (Bourdieu, 1979a) qui assurent l’assimilation de codes culturels potentiellement utiles à la fabrique des parcours. La seconde renvoie, quant à elle, à l’outillage technique convoqué dans l’activité touristique, aux médiations qui s’inscrivent in situ et qui façonnent l’expérience du touriste, aux délégations matérielles qui facilitent la concrétisation de son parcours (Blasius, Friedrich, 2003 ; Hennion, 2007). Cette ressource « objectivée » s’inscrit dans un cadre situationnel et écologique (Béguin, Clot, 2004).

  • 6 Le capital incorporé, parce qu’il est réinvesti dans la pratique, et notamment dans l’usage des res (...)
  • 7 Signalons ici le travail de Frédéric Darbellay, Christophe Clivaz, Stéphane Nahrath et Mathis Stock (...)

3La partition ici établie entre ressources incorporées (culture) et objectivées (technique) est une construction idéal-typique qui, bien qu’utile à l’intellection du phénomène, traduit assez mal la réalité de pratiques qui relèvent systématiquement de logiques combinatoires singularisées. En effet, les ressources incorporées et objectivées sont tissées ensemble, connaissent une évolution conjointe, se confondent6. L’objectif n’est donc pas de penser le découplage de leurs influences respectives mais bien davantage de documenter leur association et leur degré de réalisation conjoint. Notre contribution s’emploie ainsi à explorer les modalités d’association de ces deux ressources. Ces dernières semblent multiples : l’une des ressources peut prendre l’ascendant sur l’autre comme elles peuvent toutes deux être équitablement distribuées. Au travers de ce questionnement sur la rencontre et l’amalgame de ces deux formes de ressources, nous tentons ici de mieux appréhender la « structure » du capital culturel des visiteurs. Reprenant à notre compte le vocable bourdieusien, nous pourrions dire que nous examinons les « déplacements transversaux » entre deux « sous-espèces » de capital culturel, l’une s’approchant de ce que l’on pourrait qualifier de dispositions culturelles ou de savoirs et savoir-faire déjà là, l’autre s’approchant de l’adoption de dispositifs techniques qui dispensent des savoirs et savoir-faire à acquérir, des ressources laissées à disposition qui entrent en résonance avec l’environnement immédiat du visiteur (Bourdieu, 1979a, p. 146)7.

4Grâce à l’examen attentif de cette dialectique entre dispositions et dispositifs, entre ressources culturelles et techniques, entre « capital culturel incorporé » et « capital culturel objectivé », nous replaçons au cœur du débat scientifique l’analyse des effets de renforcement ou de compensation des ressources techniques dans l’exercice d’une pratique culturelle donnée (ici la visite touristique). Ce faisant, nous rendons compte du pouvoir d’action des dispositifs techniques per se (agency) et de leur activation au contact de dispositions culturelles héritées et acquises (Bijker, Hughes, Pinch, 1987 ; Latour, 2000 ; Akrich, Callon, Latour, 2006). En d’autres termes, nous décrivons la force inhérente à l’objectivation des capitaux culturels, la capacité qu’ont les usagers de ces dispositifs à compenser leurs lacunes par et à travers eux comme à renforcer leurs atouts.

5Rapporté au contexte touristique qui nous occupe, nous nous intéresserons plus spécifiquement aux promesses associées à l’emploi des ressources techniques en situation, à la possibilité qu’elles offrent d’orienter, par la consultation de tiers prescripteurs (Hatchuel, 1995 ; Mallard, 2000), les contours et contenu de la visite touristique et d’accroître, dans le même mouvement, le capital culturel de leurs usagers. L’observation des individus fortement équipés et ne bénéficiant que de peu d’expériences en matière d’exploration culturelle nous permettra de mesurer de façon indépendante l’efficacité de la seule technique sur la progression des visiteurs. En comparant l’activité de ces derniers avec celles de sous-populations tout autant équipées mais plus acculturées, nous serons en mesure de rendre compte de la force inhérente à l’objectivation des capitaux culturels. Nous éprouverons donc l’hypothèse selon laquelle les dispositifs techniques d’orientation touristique octroient à leurs usagers, même les moins armés culturellement, des libertés pour faire face aux sollicitations et opportunités touristiques d’une ville, profiter d’une richesse culturelle (les musées par exemple) à laquelle ils n’auraient pas forcément accès sans cet outillage (d’un point de vue pratique et symbolique). La possibilité de voir la technique libérer le touriste d’une pesanteur culturelle issue d’un habitus déjà là et naturalisé sera ainsi interrogée et confrontée également à une grille de lecture plus critique, soucieuse de ne pas mésestimer d’autres pesanteurs endémiques à une telle délégation technique.

6Nous serons enfin attentifs à la situation diamétralement opposée qui voit le touriste familiarisé de longue date, et en profondeur, aux choses culturelles se départir de tout dispositif d’aide à l’orientation touristique. Qu’observe-t-on chez les touristes aguerris en l’absence du recours aux ressources techniques ? Les ressources culturelles suffisent-elles à une découverte approfondie des lieux ? Dispense technique, renforcement ou compensation, tels sont les trois axes de réflexion que nous retrouverons au fil de nos développements.

Protocole d’enquête

  • 8 Nous avons réalisé notre enquête sur une large période de l’année de façon à consigner les réponses (...)
  • 9 Nous tenons à remercier nos collègues albigeois qui ont contribué à l’avènement de cette enquête et (...)
  • 10 La population interrogée se compose de 17,2 % d’individus âgés de 15 à 29 ans, de 32,8 % d’individu (...)
  • 11 32,2 % des visiteurs sont là pour un bref moment (quelques heures), 38,6 % pour une courte période (...)

7Pour rendre compte de l’incidence des ressources culturelles et techniques sur la fabrique des parcours touristiques, nous nous appuierons sur les résultats d’une enquête par questionnaire, conduite de février à août 20148, à laquelle 2877 visiteurs de la ville d’Albi ont participé9. L’échantillon retenu se caractérise par quatre principaux traits : une surreprésentation des individus diplômés du supérieur (52,7 %), une surreprésentation de cadres et professions intellectuelles supérieures (22,7 %), une surreprésentation des individus âgés de 50 ans et plus (50 %10), ainsi qu’une forte présence de visiteurs habitant la région Occitanie (52,7 %). Notre enquête s’appuie donc sur un échantillon principalement composé d’individus âgés, éduqués et originaires de la région. Ajoutons à cela que les répondants étaient le plus souvent accompagnés d’un ou de plusieurs proches (88,2 % des cas) et restaient à Albi sur de courtes périodes (37,9 % restaient entre 0 et 4 heures, 29,4 % entre 4 et 6 heures et seulement 32,7 % plus de 6 heures11).

  • 12 Une offre touristique aux tonalités patrimoniales, historiques et artistiques. Notons ici que l’exp (...)
  • 13 La panne du compteur électrique placé à l’entrée de la Cathédrale ne permet malheureusement pas d’a (...)
  • 14 Le périmètre UNESCO s’étend sur une grande part du centre historique. Il court du Pont Vieux au Pon (...)

8Une fois décrite la population interrogée, il reste à souligner certaines particularités de notre terrain d’enquête : la ville d’Albi. De taille moyenne (49 475 habitants en 2015), cette ville est située dans le département du Tarn et son offre touristique12 se centre sur deux principales attractions : la Cathédrale Sainte-Cécile (802 681 entrées en 201613) et le Musée Toulouse-Lautrec (168 017 entrées en 2014). Hormis ces deux sites emblématiques, on trouve au cœur du centre-ville des lieux de visite secondaires tels la Collégiale Saint-Salvy et son cloître, les Jardins de la Berbie, le marché couvert ou encore le Musée Lapérouse (11 862 entrées en 2014). D’autres sites plus confidentiels figurent également parmi les attractions touristiques comme le Centre d’art contemporain (le LAIT), la Place Savène ou la maison du Vieil Alby (1 627 entrées en 2014). En somme, on compte deux sites extrêmement fréquentés entourés d’une dizaine de sites secondaires dont la fréquentation reste modeste. Cette ville a connu un accroissement notable de sa fréquentation touristique au lendemain du 31 juillet 2010, date à laquelle la Cité épiscopale14 a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est aussi à partir de l’été 2010 que l’offre en matière de dispositifs d’aide à l’orientation touristique s’est considérablement accrue grâce à la parution de nombreux ouvrages dédiés à la ville, de guides mais aussi de simples livrets ou prospectus municipaux.

9L’objectif de l’enquête menée auprès des visiteurs de la ville était d’interroger les correspondances et interdépendances entre trois sous-ensembles de données représentant pour le premier les modalités de découverte du territoire (zones explorées, sites visités, temps affecté à la visite), pour le deuxième le recours à un (ou des) dispositif(s) technique(s) d’aide à l’orientation touristique (recours à un guide, une carte, un prospectus, un smartphone, aux panneaux d’information), et pour le troisième la capitalisation de pratiques culturelles antérieures mobilisables en situation (expériences touristiques passées, pratiques culturelles résidentielles). Ainsi, nous avons pu analyser les données de parcours relevées (nature et nombre de visites) à l’aune de deux variables synthétiques représentant pour l’une l’étendue des ressources culturelles mobilisables par le visiteur (« capital culturel incorporé ») et pour l’autre l’étendue des ressources techniques mobilisées par le visiteur (« capital culturel objectivé »).

  • 15 Notons toutefois que les appariements affinitaires régissent la composition des groupes de visiteur (...)
  • 16 Précisons également que nous demandions aux individus non pas s’ils possédaient tel ou tel équipeme (...)

10Ces variables ont été construites à partir des réponses formulées, individuellement, par les touristes de notre échantillon. Bien sûr, un tel procédé pose une difficulté : parce qu’il individualise les réponses, il est susceptible de neutraliser les jeux d’influence au sein des groupes touristiques et laisse de côté la distribution de savoirs et de savoir-faire potentiellement répartis inégalement entre les membres qui les composent15. Pour autant, il nous paraissait plus aléatoire encore de procéder à un calcul collectif, par groupe de touristes, des ressources culturelles et techniques mutualisées en présumant de l’autorité des différents individus et des logiques de contamination ou de partage des connaissances engagées dans la fabrique des parcours16.

  • 17 Cette variable recouvre et neutralise une grande hétérogénéité de dispositifs techniques, dispositi (...)

11La variable synthétique « Ressources techniques » est destinée à discriminer la population en fonction de son usage des dispositifs d’aide à l’orientation touristique disponibles. Cette variable rend compte du recours ou de l’absence de recours à différents équipements et services touristiques tels le guide papier, le prospectus promotionnel, la carte de la ville, le smartphone, l’audioguide, les panneaux d’information, le passage à l’Office de Tourisme, la consultation d’informations sur Internet17. Un score a été calculé en fonction de l’enrôlement ou non des dispositifs et services précités dans la fabrique du parcours.

Tableau 1. Construction de la variable synthétique « Ressources techniques »

QUESTIONS

REPONSES

SCORE

Avant d’arriver à Albi, avez-vous consulté des informations concernant les sites à visiter dans la ville ?

Oui (1)

Non (0)

/1 pt

Au cours de votre visite, avez-vous consulté les panneaux d’information présents dans la ville ?

Oui (1)

Non (0)

/1 pt

Au cours de votre visite, avez-vous pris conseil auprès d’un professionnel du tourisme (Office de Tourisme, voyagiste) ?

Oui (1)

Non (0)

/1 pt

Au cours de votre visite, avez-vous eu recours aux équipements suivants :

  • Guide papier

  • Carte de la ville

  • Prospectus

  • Smartphone

  • Tablette

  • Audioguide

Oui (1)

Non (0)

/6 pts

/9 pts

12Le score ainsi obtenu a ensuite permis de discriminer la population des visiteurs albigeois en deux sous-catégories : les individus disposant de ressources techniques restreintes [Score compris entre 0 et 2 ; N=1462 soit 53,1 %], et ceux dotés de ressources techniques élevées [Score supérieur ou égal à 3 ; N=1293 soit 46,9 %]. Ici, c’est le nombre des équipements et services mobilisés en cours d’exploration qui nous intéresse. Le relevé de la fréquence d’usage des différents dispositifs s’avérait trop fragile pour être sérieusement envisagé. En effet, demander aux visiteurs leur fréquence de consultation de tel ou tel équipement ou encore le temps passé à manipuler tel ou tel outil nous semblait être une mauvaise option méthodologique tant ces pratiques échappent souvent à toute réflexivité et à toute mémorisation. Gardons bien présent à l’esprit que c’est donc le nombre de (res)sources informationnelles qui est ici considéré et non l’intensité avec laquelle on peut les mobiliser. Autrement dit, nous mettons en évidence la richesse du tableau de bord du visiteur sans être capable d’évaluer les manipulations qu’il opère ou la place prise par le (ou les) dispositif(s) dans l’économie de la visite touristique.

13La fabrique du parcours touristique est également dépendante d’une autre famille de critères que nous regrouperons sous la variable synthétique « ressources culturelles ». Cette variable rend compte des pratiques culturelles domestiques effectuées au cours des douze derniers mois (aller au cinéma, au musée, au théâtre, au concert), des participations à différentes manifestations culturelles (journée du patrimoine, fête de la musique) et de l’expérience passée en tant que touriste (voyages à l’étranger au cours de sa vie, voyages lors des douze derniers mois).

Tableau 2. Construction de la variable synthétique « Ressources culturelles »

QUESTIONS

REPONSES

SCORE

Au cours des douze derniers mois, combien de séjours touristiques avez-vous effectué ?

De 0 à 2 séjours

De 3 à 5 séjours

Plus de 6 séjours

1 pt

2 pts

3pts

Au cours de votre vie, combien de séjours à l’étranger avez-vous effectué ?

De 0 à 4 séjours

De 5 à 10 séjours

Plus de 10 séjours

1 pt

2 pts

3pts

Au cours des douze derniers mois, êtes-vous allé :

  • Au cinéma

  • Au théâtre

  • A la bibliothèsque/médiathèque

  • Voir un concert

Aucune réponse affirmative

1 réponse affirmative

2 réponses affirmatives

3 à 4 réponses affirmatives

1 pt

2 pts

3pts

Au cours des douze derniers mois, avez-vous assisté :

  • Aux Journées du Patrimoine

  • A la Fête de la Musique

Aucune réponse affirmative

1 réponse affirmative

2 réponses affirmatives ou plus

1 pt

2 pts

3pts

Au cours des douze derniers mois, avez-vous pratiqué :

  • L’écriture (poème, nouvelle, roman)

  • L’écriture (journal intime, réflexions personnelles)

  • La peinture, la sculpture ou la gravure

  • La poterie, la céramique, la reliure

  • Le théâtre amateur, la comédie

  • Le dessin

  • La photographie

  • La danse

  • Un instrument de musique

Aucune réponse affirmative

1 à 2 réponses affirmatives

3 réponses affirmatives ou plus

1 pt

2 pts

3pts

5-15 pts

14Ici encore, nous avons réparti les répondants en deux sous-groupes en fonction du nombre des occupations culturelles déclarées. Dans notre échantillon, les individus bénéficiant des ressources culturelles les plus importantes [Score supérieur ou égal à 10 pts] — ou devrait-on dire les plus variées — représentent 47,2 % de l’échantillon. Les visiteurs aux ressources culturelles plus réduites [Score compris entre 5 et 9 pts] représentent quant à eux 52,8 % de la population totale.

  • 18 Lorsqu’on établit des scores, lorsqu’on crée des variables synthétiques, une part d’arbitraire est (...)

15Une nouvelle fois, nous partons du principe que c’est moins la répétition d’un même événement ou d’une même pratique qui dénote l’excellence culturelle d’un individu que l’apprentissage et l’appréciation par ce dernier de différentes formes d’expression culturelle ainsi que son engagement dans une appréhension « éclectique » des objets qui renvoient à la culture. C’est d’ailleurs ce que tendent à montrer les récentes enquêtes sur les pratiques culturelles des français (Coulangeon, 2003 ; Donnat, 2004, 2009) qui concluent à une circonscription des formes culturelles investies par les classes populaires et, à l’inverse, à un élargissement des centres d’intérêt des classes supérieures. Retenons donc que la mesure des ressources culturelles est adossée à la diversité et à la richesse des pratiques et non pas à l’intensité et à la fréquence d’une seule et même pratique. Nous sommes dans une logique (réductrice) de largeur du répertoire d’action qui pourrait bien évidemment être complétée par d’autres regroupements motivés par un déplacement des perspectives de recherche18.

I. De l’importance des ressources culturelles et techniques

  • 19 On dénombre six sites principaux [Cathédrale Ste-Cécile (93 %), Place du Vigan (56 %), Musée Toulou (...)

16Quelle place relative les variables « ressources culturelles » et « ressources techniques » occupent-elles dans la fabrique des parcours touristiques ? Il faut pour le savoir effectuer différents tests statistiques prenant en compte un plus large ensemble de variables explicatives parmi lesquelles figurent l’investissement temporel, le « capital scolaire » (niveau de diplôme du visiteur), le « capital économique » (catégorie socio-professionnelle d’appartenance), le fait d’être seul ou accompagné ou encore l’âge du visiteur. Cette définition extensive des critères susceptibles d’intervenir dans la définition des parcours relève d’une nécessité : repositionner les ressources culturelles et techniques parmi ces critères, attribuer et comparer des capacités (celle d’influencer les parcours). À quel point sont-elles déterminantes ? Il convient alors de mesurer les corrélations statistiques entre ces sept variables explicatives et deux variables à expliquer : l’une ayant trait au nombre de visites effectuées (sur les 10 sites recensés par le questionnaire) et l’autre au nombre de sites secondaires visités (sites fréquentés par moins de la moitié de la population visiteuse)19. Bien sûr insuffisantes pour appréhender les activités touristiques, ces deux variables à expliquer permettent en revanche d’esquisser les contours des parcours touristiques, d’en donner une première représentation simplifiée favorisant l’analyse stylisée de l’incidence des ressources qui nous intéressent ici.

Nombre de visites effectuées

17L’un des premiers éléments discriminants en matière de pratique touristique a trait au rythme de la visite, à la nature du « régime exploratoire » adopté (Auray, Vétel, 2013). En effet, il est des visiteurs qui vont préférer concentrer leur visite sur un nombre limité d’attractions et d’autres qui vont, au contraire, préférer élargir leur horizon de découverte en multipliant les visites. Nous allons voir que ce choix est en grande partie dépendant de l’investissement temporel du visiteur (durée de visite) mais également des ressources culturelles et techniques dont il dispose.

  • 20 Rappelons ici que le nombre de sites à visiter (après recension dans les différents guides et prosp (...)

18Afin de prendre la mesure des facteurs décisifs dans la définition du régime exploratoire retenu, nous concentrerons tout d’abord nos efforts sur la compréhension des éléments contribuant à la visite d’un plus ou moins grand nombre d’attractions touristiques. La variable à expliquer « nombre de sites visités » est une variable synthétique agrégeant le nombre de sites visités parmi les dix sites majeurs présélectionnés20. 53 % des visiteurs interrogés effectuent entre 0 et 4 visites, 47 % entre 5 et 10 visites. Pour établir l’importance des facteurs explicatifs retenus (6 variables explicatives) sur le nombre de visites effectuées (vairable à expliquer), nous allons mettre en oeuvre une régression logistique multinomiale qui nous renseignera sur l’influence relative de chacune de ces variables dans le cadre d’une analyse effectuée toutes choses égales par ailleurs. Dans les premiers tests statistiques réalisés (rapport de vraisemblance), les variables « capital scolaire » et « capital économique » ne sont pas significativement corrélées à la variable « nombre de visites effectuées ». Nous les excluons donc de notre modèle explicatif. Cette première indication montre que le niveau d’études atteint et la catégorie socio-professionnelle occupée ne pèsent pas de façon significative sur le nombre de visites effectuées. Cela montre également que le capital culturel (incorporé et objectivé) forme une entrée explicative plus pertinente que les capitaux scolaires et économiques traditionnellement mobilisés dans les recherches en tourisme.

  • 21 Informations sur l’ajustement du modèle : χ= 353,043 ; ddl = 6 ; Sig. = 0,000.

Tableau 3. Nombre de visites – Contribution des différents facteurs et effets marginaux21

Nombre de visitesa

Coefficient [B]

Chances [Exp(B)]

Pourcentage [%]

5 visites et plus

Constante [Situation de référence]

1,186

3.274

76,6 %

Coefficient [B]

Odds ratio [Exp(B)]

Effet marginal [%]

Significativité

Ressources techniques réduites

-1,036

0,355

-22,9 %

0,000

Ressources techniques étendues

0b

Investissement temporel faible

-0.713

0,490

-15,0 %

0,000

Investissement temporel élevé

0b

Ressources culturelles réduites

-0,430

0,651

-8,6 %

0,000

Ressources culturelles étendues

0b

Seul

-0,322

0,725

-6,3 %

0,021

Accompagné

0b

15-39 ans

-0,327

0,721

-6,4 %

0,002

40-59 ans

-0,206

0,814

-3,9 %

0,050

60 ans et plus

0b

a. La catégorie de référence est : 0 à 4 visites
b. Ce paramètre est défini sur 0, car il est redondant.
Lecture du tableau : La situation de référence (ou constante) se rapporte aux visiteurs âgés de 60 ans et plus, accompagnés, qui bénéficient d’un temps de visite important et de ressources culturelles et techniques étendues. En comparaison, celles et ceux qui — toutes choses égales par ailleurs — ont des ressources techniques plus réduites voient leurs chances de visiter 5 sites et plus diminuer de 22,9 % (effet marginal).

19La lecture et l’interprétation du tableau 3 se fondent sur la considération de l’écart relatif à une constante (ou situation de référence). Dans notre cas, la constante traduit les pratiques d’une sous-population de visiteurs âgés de 60 ans et plus, visitant Albi en groupe, réalisant une visite de 5 heures ou plus et dotés de ressources techniques et culturelles étendues. Cette sous-population est celle qui est, en proportion, la plus nombreuse à effectuer 5 visites ou plus sur les 10 attractions touristiques présélectionnées (76,6 % de la sous-population). Autrement dit, le profil ci-avant décrit est celui qui recourt le plus fréquemment à un régime exploratoire intensif.

20On constate ensuite que, toutes choses égales par ailleurs, le fait pour un individu de détenir un « capital technique » plus restreint occasionne une diminution des chances de réaliser 5 visites ou plus. L’effet marginal associé à la détention de « ressources techniques restreintes » équivaut à une diminution de 22,9 % des chances d’adopter ce régime exploratoire intensif. Le facteur « capital culturel objectivé » (ou capital technique) semble donc primer sur l’ensemble des autres. Ainsi, les prescriptions encapsulées dans les différents dispositifs d’aide à l’orientation touristique recensés semblent opérer de façon décisive sur le nombre de visites programmées.

21Il faut noter également que l’investissement temporel modifie de façon importante les probabilités de survenue de visites multiples (5 visites et plus). La diminution du temps alloué à la visite est négativement corrélée au nombre de visites réalisées (effet marginal = - 15 %). Ce résultat était attendu même si le fait que la variable « investissement temporel » induise moins de conséquences que l’usage de ressources techniques est un résultat plus surprenant. Arrêtons-nous un instant sur ces premières observations : les données montrent ici que les dimensions techniques et matérielles du déroulement de la visite constituent des facteurs explicatifs majeurs du nombre de visites réalisées et par conséquent du régime exploratoire adopté. L’équipement mobilisé suscite une densification du programme de visites. La jouissance d’un temps de visite important induit les mêmes effets (même si de moindre importance). Ici, c’est le support (ou le média) qui conditionne la pratique et le temps alloué à la visite qui circonscrit les ambitions des visiteurs.

22Finalement, on observe que les « ressources culturelles » provoquent des effets marginaux de moindre amplitude : le fait de détenir des ressources culturelles réduites diminue tout de même les chances de voir le programme de visites se densifier (- 8,6 %). L’âge du visiteur, le fait d’être seul ou accompagné pèsent également sur le nombre de visites mais de façon moins décisive. Retenons ici que le programme de visites est plus ou moins dense en fonction des ressources techniques mobilisées (et des prescriptions reçues en plus ou moins grand nombre), du temps de visite (de la capacité à épouser une visite élargie du site), des ressources culturelles (qui permettent de mobiliser in situ des savoir-faire préalablement acquis).

Visite des sites secondaires

23Quittons maintenant le critère du nombre de visites pour nous intéresser à la nature de ces dernières. Considérons la probabilité de voir les individus se diriger vers des sites de seconde importance (fréquentés par moins de la moitié de nos répondants). Ici, nous n’évaluons plus le rythme du régime exploratoire mais bien plutôt son originalité. Sur ce chapitre également, on observe une forte influence des « ressources techniques », des « ressources culturelles » et du temps de visite (les autres facteurs ne sont pas significativement déterminants).

  • 22 Régression logistique multinomiale (représentation des probabilités des cellules). Informations sur (...)

Tableau 4. Fréquentation de sites secondaires en fonction du temps de visite et des ressources culturelles et techniques disponibles22

Investissement temporel

Ressources culturelles

Ressources techniques

Nbre. sites secondaires

Fréquence observée

Pourcentage observé

[0-5 heures]

Res. culturelles restreintes

Res. techniques restreintes

Aucun site secondaire

331

66,0 %

1 site secondaire

131

28,3 %

2 sites secondaires et plus

23

5,7 %

Res. techniques étendues

Aucun site secondaire

113

52,9 %

1 site secondaire

77

34,4 %

2 sites secondaires et plus

27

12,8 %

Res. culturelles étendues

Res. techniques restreintes

Aucun site secondaire

213

56,5 %

1 site secondaire

128

32,6 %

2 sites secondaires et plus

52

10,8 %

Res. techniques étendues

Aucun site secondaire

97

41,5 %

1 site secondaire

89

36,2 %

2 sites secondaires et plus

48

22,3 %

]5 heures et plus

Res. culturelles restreintes

Res. techniques restreintes

Aucun site secondaire

161

58,3 %

1 site secondaire

95

32,9 %

2 sites secondaires et plus

27

8,8 %

Res. techniques étendues

Aucun site secondaire

138

43,8 %

1 site secondaire

125

37,5 %

2 sites secondaires et plus

64

18,6 %

Res. culturelles étendues

Res. techniques restreintes

Aucun site secondaire

88

47,7 %

1 site secondaire

70

36,2 %

2 sites secondaires et plus

22

16,1 %

Res. techniques étendues

Aucun site secondaire

135

32,3 %

1 site secondaire

138

37,1 %

2 sites secondaires et plus

123

30,6 %

24Commençons par dire que le facteur temps agit de façon homogène sur les comportements des sous-populations concernées. Le bénéfice d’un temps de visite plus conséquent est valorisé par chacun des groupes de façon équivalente : davantage de temps permet de dépasser la seule visite des sites touristiques de première importance et d’ainsi déporter son attention vers des sites moins fréquentés (et/ou moins réputés). Le facteur « ressources culturelles » joue également pour beaucoup dans la probabilité de voir les visiteurs intégrer à leur programme la visite de sites secondaires (généralement en marge des circuits principaux – Delaplace, Gravari-Barbas, 2016). Ainsi, les visiteurs aux ressources culturelles étendues sont systématiquement plus engagés que leurs homologues aux ressources culturelles restreintes dans la visite d’un ou plusieurs sites « confidentiels ». Il en va de même avec les « ressources techniques » qui, lorsqu’elles gagnent en importance, orientent les visiteurs qui en disposent vers la réalisation d’un itinéraire touristique plus diversifié.

25Sans revenir sur le détail des résultats présentés dans le tableau 4, arrêtons-nous un instant sur les deux situations antagoniques de déficit généralisé de ressources ([0-5 heures], ressources culturelles et techniques restreintes) et de cumul généralisé de ressources (5 heures et plus, ressources culturelles et techniques étendues). À la lecture du tableau, on ne peut qu’être frappé par l’écart séparant ces deux sous-populations. En effet, les visiteurs « déficitaires » sont 66 % à n’effectuer aucune visite de site secondaire quand les visiteurs « cumulants » sont 67,7 % à effectuer la visite d’un ou de plusieurs sites secondaires. La situation est ainsi diamètralement opposée.

  • 23 La même logique s’applique aux visites de longue durée. On passe de 41,7 % de visites de sites seco (...)

26Il y a donc, et c’est un résultat d’importance, un principe fort de cumulativité des ressources et, par suite, de possible compensation entre différentes formes de capitaux. Ainsi, la situation des individus bénéficiant de peu de temps et de peu de ressources culturelles est considérablement améliorée par l’usage d’équipements et services techniques dédiés (on passe de seulement 34 % de la sous-population à avoir visité un ou plusieurs sites secondaires à 47,2 %). Les dispositifs d’aide à l’orientation touristique viennent ainsi jouer un rôle décisif dans la sélection des choses à voir et permettent d’introduire une forme de diversification de la pratique. Le phénomène de compensation technique de ressources culturelles restreintes est donc tout à fait remarquable. Inversement, la compensation culturelle de ressources techniques manquantes fonctionne également à plein (on passe de 34 % de visites de sites secondaires de la part des visiteurs de courte durée, aux ressources culturelles et techniques restreintes, à 43,4 % de la part des visiteurs de courte durée aux ressources culturelles étendues et aux ressources techniques restreintes23).

27Maintenant que sont confirmées la validité et la pertinence des effets de dispense technique (compensation culturelle), de renforcement technique (compensation technique) et de cumulativité des ressources techno-culturelles (renforcement mutuel), nous pouvons tenter d’introduire un dernier facteur dont les déclinaisons multiples et hautement singulières rendent toute comparaison délicate : le site touristique lui-même. Il s’agit de dépasser le découpage définitionnel jusqu’ici adopté entre sites principaux et sites secondaires pour envisager l’identité et la nature des lieux, leurs droits d’entrée, leur possible appropriation.

II. De la relation entre identité des lieux et capitaux des visiteurs

  • 24 Sont novices ceux dont les ressources culturelles sont fortement restreintes [Score compris entre 5 (...)

28Considérer l’inscription de lieux singuliers dans des parcours touristiques, nous impose une nouvelle réification, cette fois du côté du public. Partant de nos deux variables synthétiques et de leur croisement (cf. protocole d’enquête), nous avons en effet isolé quatre sous-populations qui vont désormais accompagner nos développements : les aguerris suréquipés, les novices sous-équipés, les aguerris sous-équipés et les novices suréquipés24. Le groupe des aguerris suréquipés se compose d’individus qui bénéficient d’importantes ressources culturelles et techniques. Le groupe des novices sous-équipés réunit les individus qui disposent des ressources culturelles et techniques les plus restreintes. Puis, nous avons sélectionné des profils plus atypiques réunissant des qualités que l’on pourrait, de prime abord, juger antagonistes : les aguerris sous-équipés et les novices suréquipés.

29Nous allons observer de près la façon dont ces quatre sous-populations de visiteurs investissent les différents lieux qui composent l’offre touristique d’Albi. Un nouvel indicateur sera mobilisé : le taux de fréquentation de sept sites albigeois parmi les plus représentatifs de l’offre touristique en fonction de la durée du parcours effectué. La fréquentation (ou non) des différentes attractions nous permettra de mieux appréhender le fait que le site lui-même est un acteur clef de différenciation des pratiques, il est un dispositif influent qui donne prise à certaines populations et précipite la déprise d’autres populations (Bessy, Chateauraynaud, 1992 ; 1993). Les trois diagrammes en étoile ci-après représentés sont construits de façon à suivre une logique simple : nous partons du lieu le plus fréquenté par l’ensemble de la population (Cathédrale Ste-Cécile) pour ensuite parcourir les différents sites jusqu’au plus confidentiel d’entre eux (la place Savène).

Figure 1. Visite des différents sites de la ville par les quatre profils de visiteurs : 2 – 4 heures

Figure 1. Visite des différents sites de la ville par les quatre profils de visiteurs : 2 – 4 heures

Figure 1. Visite des différents sites de la ville par les quatre profils de visiteurs : 4 – 2 heures

Figure 1. Visite des différents sites de la ville par les quatre profils de visiteurs : 4 – 2 heures

Figure 1. Visite des différents sites de la ville par les quatre profils de visiteurs : 6 - 8 heures

Figure 1. Visite des différents sites de la ville par les quatre profils de visiteurs : 6 - 8 heures

30Lors des visites les plus courtes [2-4 heures[, on observe tout d’abord que les novices sous-équipés sont toujours en retrait par rapport aux autres sous-populations. Ils ne parviennent à talonner les aguerris sous-équipés (leurs plus proches homologues) que pour les trois sites les plus visités, dépassant même ces derniers pour la fréquentation de la Cathédrale Ste-Cécile (84,8 % contre 77,7 %). Pour cette première sous-population, la fabrique d’un parcours touristique limité aux sites les plus incontournables de la ville traduit une volonté de conformité culturelle qui légitime les choix effectués.

31Les aguerris sous-équipés sont, après les novices sous-équipés, ceux dont la fréquentation des sites sélectionnés est la plus faible à l’exception notable de l’un d’eux : la Collégiale Saint-Salvy. Deux facteurs justifient a priori cette surfréquentation de la Collégiale Saint-Salvy. Premièrement, le temps court de la visite contraint les touristes à privilégier les sites libres d’accès et non payants. Les musées sont logiquement écartés par l’ensemble de ceux qui, sous-équipés, ne peuvent aller à l’essentiel de l’offre muséale. Deuxièmement, la Collégiale Saint-Salvy se trouve à proximité de la Cathédrale Ste-Cécile (environ cinquante mètres) et est parfaitement visible depuis son parvis (ce qui n’est le cas ni du marché couvert, ni du Pont Vieux). Disposant de peu de temps, les aguerris sous-équipés vont ainsi tenter de rentabiliser leur visite en limitant leur exploration à un périmètre restreint et en programmant le plus grand nombre de visites libres d’accès et non-payantes. La fabrique de leur parcours répond donc à une toute autre économie de l’activité touristique qui relève davantage d’un opportunisme situé.

32Lorsqu’ils disposent de peu de temps, les novices suréquipés préfèrent aux visites libres et gratuites… les payantes ! Plus que les autres, cette population fait le choix de fréquenter les musées Toulouse-Lautrec et Lapérouse. Ils sont en effet 61,1 % à visiter le Musée Toulouse-Lautrec (contre 53,1 % des aguerris suréquipés et seulement 17,9 % des novices sous-équipés) et 11,1 % à visiter le Musée Lapérouse (contre 9,4 % des aguerris suréquipés). Ces différences notables amènent à penser qu’il existe un effet d’entraînement, une relation d’ordre pratique et financière entre l’acquisition d’équipements d’aide à l’orientation touristique (guides papiers, cartes de la ville, audioguide) et l’acquisition de droits d’entrée dans des lieux de visite payants (entrée aux musées). L’investissement matériel premier appelle, pour être rentabilisé, à un investissement serviciel second. On retrouve également là l’expression de ce que Pierre Bourdieu qualifiait de « bonne volonté culturelle » des novices qui sont prêts à s’acquitter des droits d’entrée à ces lieux consacrés de la culture légitime même s’ils ne disposent que de peu de temps pour en profiter (Bourdieu, 1979b).

  • 25 On observe que les aguerris suréquipés sont très nombreux à abréger la visite de ce site de premièr (...)

33Enfin, les aguerris suréquipés ont, au cours des visites de [2-4 heures[, de plus grandes chances de fréquenter une part importante des sites mentionnés surtout lorsque ceux-ci sont libres d’accès et gratuits (le Pont Vieux et le marché couvert en priorité). Cette sous-population préfère associer à la découverte de la cathédrale Sainte-Cécile, qui demeure un point de passage quasi-obligatoire (pour 93,8 % d’entre eux), la logique de la balade touristique, peut-être même de la flânerie curieuse et éclairée25. Dans ce cadre, ils entretiennent la possibilité de découvrir certaines des principales richesses du site albigeois, des attractions ouvertes et libres dont ils pourront, dans le temps imparti, pleinement profiter et qu’ils pourront explorer dans leur ensemble. Ils sont dans une posture un peu plus hédoniste de la découverte touristique renonçant à l’empressement plus marqué des novices suréquipés désireux de capitaliser a maxima leur présence sur les lieux et leurs investissements matériels premiers. C’est donc la volonté d’aller au bout d’une expérience déliée plutôt que de souscrire aux impératifs de standards touristiques et culturels qui guident leur choix.

34Les analyses jusqu’alors effectuées à partir de la figure 1 n’ont tenu compte que des parcours de [2-4 heures[. Que se passe-t-il lorsque la visite se prolonge ? Observe-t-on des variations significatives ? Deux d’entre-elles au moins peuvent être évoquées. La première revient à souligner une nouvelle fois à quel point l’augmentation du temps est surtout profitable – selon une logique comptable et cumulative – à un public équipé. En d’autres termes, les deux spectres touristiques des novices et aguerris suréquipés se déploient et ne cessent de s’étendre là où ceux des novices et aguerris sous-équipés paraissent plus limités et indifférents au temps qui passe. La seconde variation revient à opérer une comparaison entre les deux sous-populations suréquipées : au cours des visites de [6 à 8 heures[, les aguerris restent ceux à entreprendre le plus de visites parmi les sites mentionnés. Pour autant, l’écart – quelle que soit l’attraction – est peu marqué, souvent moins que dans le cadre de visites plus courtes. La compensation technique semble ici manifester ses effets, même si les aguerris suréquipés, sur ce temps long, réinvestissent les musées et sont désormais proportionnellement plus nombreux à les visiter.

Conclusion

35Les résultats présentés ici confirment la grande influence des ressources techniques dans la fabrique des parcours touristiques. Nous avons pu en effet constater que le déroulement de la visite était davantage influencé par l’usage de ressources techniques que par la détention de ressources culturelles intériorisées. L’emploi de dispositifs techniques variés s’accompagne d’un dessin plus complet du parcours, d’un éventail plus large de visites, d’une fréquentation plus importante des sites secondaires. Ici, il est important de rappeler que ce constat ne vise pas à apporter une explication unilatérale et exclusive au lien qui se noue entre intention et équipement ; ce lien résulte de l’entre-détermination du niveau de motivation du visiteur et de son degré d’équipement. Les intentions individuelles appellent à l’enrôlement des médiateurs techniques. Pour autant, ces dispositifs techniques semblent tout autant affecter le parcours des visiteurs les plus volontaires selon le schéma classique du « faire-faire » (Latour, 2000) que nous avons contribué, nous l’espérons, à rendre plus lisible.

36La prédominance du facteur technique dans la fabrique du parcours touristique amène à considérer que les déterminations culturelles incorporées peuvent être contournées/nuancées via le recours à différents dispositifs d’aide à l’orientation touristique. Autrement dit, le volume des capitaux culturels intériorisés n’est pas le seul — ni le premier — des éléments structurants de la définition des pratiques touristiques. L’intention du touriste, sa volonté d’approfondir la découverte d’un territoire peuvent, à condition d’être proprement relayées par une variété de dispositifs techniques d’accompagnement, prendre le meilleur sur les héritages et acquis socioculturels dont il est dépositaire. Le visiteur, par des effets de compensation importants, peut donc parvenir à se libérer de sa condition et à agir non plus seulement au diapason d’attendus (ou d’habitus) de classe mais au-delà ou en-deçà desdits attendus. L’engagement des visiteurs, dès lors qu’il se concrétise matériellement, contribue tout à la fois à déplacer les frontières culturelles et à les réaffirmer. Les réaffirmer puisque ces frontières servent malgré tout de référents à la construction des injonctions techniques, que les novices vont suivre à la lettre le plus scrupuleusement possible, alors que les aguerris vont, eux, tenter parfois de les réaménager/réviser, s’octroyant ainsi les mérites culturellement ratifiés de quelques libertés de parcours.

  • 26 L’intégration de ces aménagements urbains à l’analyse constitue, à nos yeux, une perspective de rec (...)

37Notre enquête a également permis d’observer les conséquences de dispenses techniques sur la fabrique des parcours touristiques. Se dispenser des ressources techniques signifie ne pas s’attacher aux injonctions dont elles sont les médiations pour en privilégier d’autres, qu’elles relèvent de la culture incorporée ou non. Refuser cet attachement revient à s’offrir la possibilité de construire son propre parcours dans la ville. Ou plus exactement, cela revient à soumettre la fabrique de la visite touristique à d’autres formes de prescription : mobilier urbain, architecture, topologie, signalétique, qui mériteraient d’être davantage examinées26. On comprend néanmoins d’autant mieux pourquoi la dispense technique ne semble avoir des vertus libératrices et émancipatrices qu’auprès essentiellement des populations aux ressources culturelles élevées. En effet, seuls les aguerris sous-équipés ont été amenés à découvrir de nouveaux espaces en fonction de leur propre grille de lecture de la ville. La dispense technique auprès des populations novices se traduit par un effet inverse puisqu’elle les amène à réduire leur programme d’action, à s’orienter vers des valeurs sûres au capital culturel et symbolique incontestables.

38Enfin, nous souhaitons revenir sur ce qui constitue tout à la fois une richesse et une limite de notre travail. Nous avons conçu notre protocole d’enquête de manière à faire apparaître la variété des ressources individuelles — qu’elles soient techniques ou culturelles — et non la maîtrise de chacune d’elles. Nous avons donc mis en exergue la capacité individuelle à faire appel à des référentiels hétérogènes, à les croiser en situation, à adapter les palettes de ressources aux situations rencontrées tout en laissant de côté les pratiques plus spécialisées reposant sur la maîtrise d’un unique dispositif technique ou la répétition d’une même pratique culturelle. La fréquence et l’intensité de la convocation de ressources spécifiques dans l’activité du touriste échappent dès lors à notre observation. Là encore, une étude complémentaire serait nécessaire pour approfondir l’usage situé de chacune des ressources prises isolément pour les repositionner ensuite dans les chaînes de prescription qui sous-tendent l’expérience touristique.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., Callon M., Latour B., 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des Mines de Paris.

Argod P., 2016, « La médiatisation d’un tourisme "hors des sentiers battus" dans une édition touristique créative », Via [En ligne], 9 | 2016.

Auray N., Vétel B., 2013, « L’exploration comme modalité d’ouverture attentionnelle », Réseaux, 2013/6, 182, 153-186.

Béguin P., Clot Y., 2004, « L’action située dans le développement de l’activité », @ctivités, 1, 2, 27-49.

Bessy C., Chateauraynaud F., 1992, « Le savoir-prendre. Enquête sur l’estimation des objets », Techniques et Culture, 20, 105-134.

Bessy C., Chateauraynaud F., 1993, « Les ressorts de l’expertise. Épreuves d’authenticité et engagements des corps », Raisons Pratiques, 4, 141-164.

Bijker W. E., Hughes T. P., Pinch T. J., 1987, The Social Construction of Technological Systems: New Directions in the Sociology and History of Technology, Cambridge, Massachusetts, The MIT Press.

Blasius J., Friedrich J., 2003, « Les compétences pratiques font-elles partie du capital culturel ? », Revue française de sociologie, 44, 3, 549-576.

Bourdeau L., Gravari-Barbas M., Robinson M., 2011, Tourisme et patrimoine mondial, Québec, Presses universitaires de Laval.

Bourdieu P., 1979a, « Les trois états du capital culturel », Actes de la recherche en sciences sociales, 30, 3-6.

Bourdieu P., 1979b, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, Le sens commun.

Calvignac C., Jalaudin C., 2014, « L’équipée touristique ou le rôle des équipements portables dans l’exploration d’un lieu méconnu », Téoros, [En ligne], 33, 2 | 2014

Calvignac C., Fijalkow Y., Martin E., 2014, « Être d’un commerce agréable. Réflexions autour de la notion d’ambassade touristique », Mondes du tourisme, 9, 19-31.

Calvignac C., Smolinski J., 2017, « Explorer le monde avec application. Contributions numériques à la fabrique d’un parcours touristique », Revue d’anthropologie des connaissances, 11, 4, 677-711.

Charles E., Thouément H., 2007, « Le label territorial, facteur d’attractivité touristique : une étude appliquée à la Bretagne », Téoros, 26-2, 33-38.

Coulangeon P., 2003, « Classes sociales, pratiques culturelles et styles de vie. Le modèle de la distinction est-il (vraiment) obsolète ? », Sociologie et sociétés, 36, 1, 59-85.

Cousin S., 2008, « L’UNESCO et la doctrine du tourisme culturel. Généalogie d’un "bon" tourisme », Civilisations, LVII, 1/2 - Tourisme, mobilité et altérités contemporaines.

Darbellay F., Clivaz C., Nahrath S., Stock M., 2011, « Approche interdisciplinaire du développement des stations touristiques. Le capital touristique comme concept opératoire », Mondes du Tourisme, 4, 36-48.

Delaplace M., Gravari-Barbas M., « Éditorial », Via [En ligne], 9 | 2016.

Desvignes C., Jacquot S., 2014, Big data, traces numériques et observation du tourisme, Espaces, tourisme & loisirs in Espaces, 316.

Donnat O., 2009, « Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Éléments de synthèse 1997-2008 », Culture études, 2009-5, http://www.culture.gouv.fr/deps

Donnat O., 2004, « Les univers culturels des français », Sociologie et sociétés, 36, 1, 87-103.

Hatchuel A., 1995, « Les marchés à prescripteurs. Crise de l’échange et genèse sociale », in Jacob A., Vérin H., L’inscription sociale du marché, Paris, L’Harmattan, 205-225.

Hennion A., 2007, La passion musicale. Une sociologie de la médiation, Paris, Métailié.

Karpik L., 2000, « Le guide rouge Michelin », Sociologie du travail, 42, 369-389.

Latour B., 2000, « Factures, fractures. De la notion de réseau à celle d’attachement », in Micoud A., Peroni M., Ce qui nous relie, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 189-208.

Mallard A., 2000, « La presse de consommation et le marché. Enquête sur le tiers consumériste », Sociologie du travail, 42, 3, 391-409.

Norman D., 1993, « Les artefacts cognitifs », in Conein B., Dodier N., Thévenot L. (dir.), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS, 4, 15-34.

Rauch A., 1997, « Du guide bleu au routard. Métamorphoses touristiques », Revue des Sciences Sociales de la France de l’Est, 24, 146-151.

Simon G., 2008, « La puissance prescriptive des guides à Paris. Eléments de standardisation du tourisme ? », Journal of Urban Research [Online], 4.

Urry J., Larsen J., 2011, The Tourist Gaze 3.0, Los Angeles-Londres-New Delhi-Singapour-Washington, Sage.

Vergopoulos H., 2011, « L’insolite dans les guides touristiques. Voyage en "pataxie" », Mondes du tourisme, 4, 77-91.

Vergopoulos H., Flon E., 2012, « L’expérience touristique dans les guides : une subjectivité à lire, écrire et raconter », Belgeo [En ligne], 3/2012.

Haut de page

Notes

1 Ce travail a été réalisé dans le cadre du LABEX SMS, portant la référence ANR-11-LABX-0066.

2 Les tiers prescripteurs peuvent être professionnels ou amateurs. Dans de nombreuses villes, on voit ainsi se développer — aux côtés des équipes professionnelles des offices de tourisme — des réseaux d’« ambassadeurs » bénévoles qui se proposent d’accueillir « autrement » les touristes (Calvignac, Fijalkow, Martin, 2014).

3 Sur l’étude des labels touristiques, voir notamment : Charles, Thouément, 2007 ; Cousin, 2008 ; Bourdeau, Gravari-Barbas, Robinson, 2011.

4 Le guide touristique papier est un objet de recherche largement investi. Voici une sélection de différentes contributions revenant sur ce dispositif touristique de premier ordre : Rauch, 1997 ; Karpik, 2000 ; Simon, 2008 ; Vergopoulos, 2011 ; Vergopoulos, Flon, 2012 ; Calvignac, Jalaudin, 2014 ; Argod, 2016.

5 Parmi les études portant sur l’utilisation touristique des applications mobiles ou plus largement des équipements numériques, signalons ici quelques récentes parutions : Urry, Larsen, 2011 ; Desvignes, Jacquot, 2014 ; Calvignac, Smolinski, 2017.

6 Le capital incorporé, parce qu’il est réinvesti dans la pratique, et notamment dans l’usage des ressources matérielles, des artefacts cognitifs et prescriptifs — que l’on peut penser ici comme étant un capital culturel « objectivé » — est forcément engagé dans la familiarité et l’habileté technique du touriste. De ce point de vue, les soubassements culturels du touriste, même enfouis et « éloignés » de la situation, se trouvent réactivés via l’introduction de ces médiations techniques. Inversement, la confrontation à différents médiateurs techniques peut donner à explorer de nouveaux champs de connaissances et compétences amenant ainsi à incorporer de nouvelles ressources culturelles.

7 Signalons ici le travail de Frédéric Darbellay, Christophe Clivaz, Stéphane Nahrath et Mathis Stock portant sur la définition du « capital touristique » d’une station touristique donnée. Les auteurs s’appuient sur le concept de « capital touristique » pour mieux « combiner et intégrer dans un système explicatif cohérent les principaux éléments urbains, politiques, ressourciels, économiques, cognitifs et réputationnels qui sont mis en jeu dans les diverses trajectoires de développement des stations touristiques » (Darbellay et al., 2011). Notre démarche est toute différente : là où Darbellay et ses collègues prennent pour unité d’analyse une station dans son entier (niveau très agrégé), nous étudions le comportement des visiteurs (niveau individuel) ; là où ils élaborent un nouveau concept, nous nous contentons d’étudier la structure interne du capital culturel ; là où ils font du capital touristique un concept-frontière favorisant l’interdisciplinarité, nous restons dans un ancrage résolument sociologique.

8 Nous avons réalisé notre enquête sur une large période de l’année de façon à consigner les réponses de différents types de visiteurs (visiteurs de courte, moyenne ou longue durée) qui ont parcouru la ville dans des contextes contrastés (jours fériés, weekend, hors saison, vacances scolaires).

9 Nous tenons à remercier nos collègues albigeois qui ont contribué à l’avènement de cette enquête et à sa bonne conduite. Nous pensons plus particulièrement à Ygal Fijalkow, Michèle Lalanne et Elsa Martin. Nous remercions également les étudiants et stagiaires qui ont participé à la collecte des données.

10 La population interrogée se compose de 17,2 % d’individus âgés de 15 à 29 ans, de 32,8 % d’individus âgés de 30 à 49 ans, de 43 % d’individus âgés de 50 à 69 ans et enfin de 7 % d’individus âgés de 70 ans et plus. Elle comprend 30,1 % de retraités.

11 32,2 % des visiteurs sont là pour un bref moment (quelques heures), 38,6 % pour une courte période (une journée), 23,2 % pour un court séjour (weekend ou demi-semaine), 6,1 % pour un séjour prolongé (1 semaine ou plus).

12 Une offre touristique aux tonalités patrimoniales, historiques et artistiques. Notons ici que l’expression des « capitaux techniques et culturels » varie en importance en fonction du (ou des) lieu(x) visité(s). D’autres sites touristiques pourraient très bien susciter une activation différenciée de ces deux types de capitaux.

13 La panne du compteur électrique placé à l’entrée de la Cathédrale ne permet malheureusement pas d’avoir de données fiables pour la période de l’étude (2014).

14 Le périmètre UNESCO s’étend sur une grande part du centre historique. Il court du Pont Vieux au Pont Neuf de la ville.

15 Notons toutefois que les appariements affinitaires régissent la composition des groupes de visiteurs, que l’homosocialité fait ainsi souvent loi dans le processus de recrutement des accompagnants. Notons également qu’une variable de contrôle « seul ou accompagné » permet de voir si d’importantes différences existent entre visiteurs isolés et en groupe.

16 Précisons également que nous demandions aux individus non pas s’ils possédaient tel ou tel équipement mais bien plutôt s’ils avaient eu recours auxdits équipements. Nous ouvrions par là même notre enquête aux possibilités de prêt de matériel ou de partage de ressources mises en commun.

17 Cette variable recouvre et neutralise une grande hétérogénéité de dispositifs techniques, dispositifs dont l’usage réclame des compétences très variables et inégalement réparties (notons, par exemple, la proximité de certaines générations vis-à-vis des outils numériques). Pour autant, derrière l’usage de tous ces dispositifs se loge une même nécessité : le recours à un « artefact cognitif » (Norman, 1993) susceptible d’orienter le touriste dans son exploration de la ville.

18 Lorsqu’on établit des scores, lorsqu’on crée des variables synthétiques, une part d’arbitraire est toujours à l’œuvre et nous ne prétendons pas être arrivés ici à un optimum de la représentation de ces deux types de ressources.

19 On dénombre six sites principaux [Cathédrale Ste-Cécile (93 %), Place du Vigan (56 %), Musée Toulouse-Lautrec (55,6 %), marché couvert (55,5 %), Collégiale St-Salvy (54,7 %), Pont Vieux (50,3 %)] et quatre sites secondaires [Place Savène (29,5 %), Théâtre des Cordeliers (23,3 %), Musée Lapérouse (11,7 %), Centre d’art le LAIT (5,2 %)].

20 Rappelons ici que le nombre de sites à visiter (après recension dans les différents guides et prospectus de la ville) est relativement limité à Albi. Les dix sites retenus dans le questionnaire forment l’essentiel des attractions locales à quelques rares exceptions près.

21 Informations sur l’ajustement du modèle : χ= 353,043 ; ddl = 6 ; Sig. = 0,000.

22 Régression logistique multinomiale (représentation des probabilités des cellules). Informations sur l’ajustement du modèle : χ= 182,708 ; ddl = 6 ; Sig. = 0,000.

23 La même logique s’applique aux visites de longue durée. On passe de 41,7 % de visites de sites secondaires de la part des visiteurs de longue durée aux ressources culturelles et techniques restreintes, à 52,3 % de la part des visiteurs de longue durée aux ressources culturelles étendues et aux ressources techniques restreintes.

24 Sont novices ceux dont les ressources culturelles sont fortement restreintes [Score compris entre 5 et 8 points, soit 38,2 % de l’échantillon]. Sont aguerris ceux dont les ressources culturelles sont très étendues [Score supérieur ou égal à 11 points, soit 33,8 % de l’échantillon]. Ceux qui enregistrent un score de 9 ou 10 points et qui occupent une position intermédiaire sont exclus [28 % de l’échantillon]. Sont considérés comme sous-équipés ceux dont les ressources techniques sont fortement restreintes [Score compris entre 0 et 1, soit 32,1 % de l’échantillon]. Sont considérés comme suréquipés ceux dont les ressources techniques sont très étendues [Score supérieur ou égal à 4, soit 33 % de l’échantillon]. Ceux qui enregistrent un score de 2 ou 3 et qui occupent une position intermédiaire sont exclus. En nous séparant des visiteurs disposant de ressources intermédiaires, nous réduisons notre échantillon passant de 2877 à 1230 individus.

25 On observe que les aguerris suréquipés sont très nombreux à abréger la visite de ce site de première importance, à couper court à une expérience que tous les visiteurs, quelle que soit leur ressource culturelle, partagent. Comme si l’ordinaire de cette visite venait altérer l’intérêt de sa découverte ou bien n’entrait pas convenablement dans le récit distingué d’un parcours qui prendrait le risque de la banalité mémorielle et narrative (Vergopoulos, 2011).

26 L’intégration de ces aménagements urbains à l’analyse constitue, à nos yeux, une perspective de recherche ambitieuse qui viendrait utilement compléter et prolonger nos travaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Visite des différents sites de la ville par les quatre profils de visiteurs : 2 – 4 heures
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 1. Visite des différents sites de la ville par les quatre profils de visiteurs : 4 – 2 heures
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 1. Visite des différents sites de la ville par les quatre profils de visiteurs : 6 - 8 heures
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Calvignac, Roland Canu et Christophe Jalaudin, « La fabrique des parcours touristiques », Via [En ligne], 14 | 2018, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/3301 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.3301

Haut de page

Auteurs

Cédric Calvignac

Maître de conférences en Sociologie. INU Champollion d'Albi. Chercheur au CERTOP (UMR 5044). e-mail : cedric.calvignac@univ-tlse2.fr.

Roland Canu

Maître de conférences en Sociologie. Université Toulouse Jean Jaurès. Chercheur au CERTOP (UMR 5044). e-mail : roland.canu@univ-tlse2.fr.

Christophe Jalaudin

Maître de Conférences en Sociologie. INU Champollion . Chercheur au LISST-Cers (UMR CNRS 5193). e-mail : christophe.jalaudin@univ-jfc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo DIALNET
  • Logo L'Agenzia Nazionale di Valutazione del Sistema Universitario e della Ricerca
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search