Navigation – Plan du site

18|2020 - TOURISMES et GEOPOLITIQUE : ACTEURS, ENJEUX, PRATIQUES

Date limite de réception des articles : 30 avril 2020

COORDINATRICES

Dominique Chevalier, MCF-HDR, Université Lyon1 Claude Bernard-ESPE, EVS (UMR 5600), dominique.chevalier@univ-lyo n1.fr

Isabelle Lefort, PR, Université Lumière Lyon2, EVS (UMR 5600), isabelle.lefort@univ-lyon2.fr

ARGUMENTAIRE

Les relations entre géopolitique et tourisme constituent un champ de réflexions et d’analyses qui éclairent depuis près d’un demi-siècle les situations économiques, politiques, diplomatiques - nationales et internationales - au sein desquelles l’activité touristique se déploie et s’adapte (Téoros, 2004 ; Hérodote 2007). Le temps de la mondialisation accrue, mais également ceux des revendications territoriales et identitaires ont contribué à modifier la géographie et la géopolitique d’un phénomène touristique mondialisé/mondialisant et ce, dans un environnement fortement concurrentiel.

Or la croissance des mobilités touristiques internationales (record de l’année 2017, avec 1.323 millions d’arrivées de touristes internationaux), s’effectue dans un contexte marqué par l’édification de murs (USA/Mexique), l’intensification des risques terroristes en Europe comme en Asie du Sud-Est (La Branche, 2004) et le renouvellement de tensions géopolitiques (Crimée, Corée). Alors que selon António Guterres, secrétaire général des Nations Unies, « chaque année, près de 1,2 milliard de personnes voyagent à l’étranger. Le tourisme est devenu un pilier des économies, un passeport pour la prospérité et une force de transformation pour améliorer des millions de vies. Le monde peut et doit exploiter la puissance du tourisme pour mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 », la projection semble ignorer les contextes de risques multiples qu’encoure le phénomène touristique et les clientèles potentielles et recherchées, à toutes les échelles (Michel, 2004). Comment rendre compte de cette intensification et multiplication des risques géopolitiques, comment analyser l’attractivité des régimes dictatoriaux (la Turquie contemporaine demeure attractive, la Corée du Nord met l’accent sur le tourisme comme levier de développement économique), comment se saisir des pratiques touristiques d’après conflits (Stafford et Sarrasin, 2003) et de mémoires douloureuses ?

Le présent appel souhaite documenter les réflexions principalement autour des questionnements suivants et en interrogeant les mutations des pratiques (offres et demandes) induites par l’actualité de ces situations contemporaines.

Soft-power touristique et risques géopolitiques : stratégies d’acteurs et pratiques touristiques

L’Espagne franquiste constitue l’archétype le plus connu d’un tourisme « soft power » (Mately, 2013), tout comme aujourd’hui, l’Arabie Saoudite ou la Chine cherchent à conjuguer attractivité touristique et régimes privatifs de libertés. Ces situations méritent d’être analysées, en éclairant les stratégies nationales comme les vecteurs de promotion. Ainsi, Le « Petit Futé » vient de consacrer un Country Guide à La République populaire démocratique de Corée, dictature maintes fois condamnée par l’ONU pour violations des Droits humains (2019).

Mais il s’agit aussi d’explorer les motivations, pratiques et retours d’expériences sur les réseaux sociaux, des touristes. Dans quelle mesure, l’édification de « bulles vacancières » (Cazes et Courade, 2004) leur permet-elle de pratiquer un espace-temps, abstrait de la situation politique du pays d’accueil ? Comment se pratiquent touristiquement les espaces publics dans les régimes dictatoriaux ? Quels sont les effets des qualifications par les instances diplomatiques de la sûreté des destinations ?

Les situations extrêmes de ressortissants arrêtés et condamnés, voire assassinés, fragilisent évidemment l’attractivité de certaines destinations et posent question, autour des mises en risques touristiques. En contexte d’insécurité potentielle, comment s’effectuent les mobilités touristiques ? En composant avec des évitements et des contournements à la fois pensés par les touristes eux-mêmes et par les acteurs des pays d’accueil ?

Les dégradations diplomatiques constituent enfin un autre frein aux fréquentations touristiques (Au Liban, les autorités saoudiennes ont levé, en février 2019, l’interdiction adressée fin 2017 à leurs ressortissants de se rendre au Liban). Des travaux mobilisant ces différentes relations « tourisme/risques/insécurité » sont attendus.

Tourismes en situation de guerre et de post-conflit

Le tourisme ne s’éteint jamais totalement en période de guerre. Ainsi, si le guide de voyage Lonely Planet déconseille fortement à ses lecteurs de se rendre en Syrie (2018), le pays en pleine guerre civile depuis 2011 continue pourtant d’attirer des touristes (Kassouha, 2018). Sur les réseaux sociaux, le ministère syrien du Tourisme déploie une grande énergie pour valoriser et promouvoir l’image de son pays : les hashtags "#SyrieToujoursMerveilleuse", "#OpportunitésInvestissements" ou encore "#SyrieDestinationÉté" continuent de promouvoir le pays sur Twitter.

Qui sont les touristes intéressés par ce type de destination ? Les pèlerins venant visiter les sanctuaires chiites ? Comment analyser les motivations des touristes adeptes du tourisme de guerre et de dark tourism ?

Les ruines, les lieux de souffrance extrême, les champs de bataille (se) nourrissent de(s) souvenirs, mémoires et autres remémorations. Les acteurs et les combinaisons d’acteurs engagés dans les diverses mémorialisations, muséifications et mises en tourisme de ces mémoires participent à la fabrication urbaine de nouveaux territoires, au sein desquels les considérations (réparations) du passé, parfois instrumentalisées, occupent une place et un horizon indépassables. Finalement, grâce à ces jeux d’acteurs diversifiés, les mémoires douloureuses permettent à de nombreuses métropoles de se faire connaître et reconnaître à différents niveaux d’échelles. À cet égard, des contributions pourront analyser les stratégies des acteurs du tourisme et du patrimoine ainsi que les modalités et les effets de mise en tourisme dans des pays en état de guerre ou en situation de remémoration de conflits passés.

Quand le patrimoine et le tourisme culturel participent à la géopolitique

L’inflation patrimoniale constitue aujourd’hui un vecteur puissant de mise en tourisme auquel concourt, entre autres, le classement UNESCO. Mais ces enjeux de reconnaissances identitaires se matérialisent aussi dans les sites touristiques, de type parc à thème, comme celui de la « Chine magnifique » (Jinxiu Zhonghua) ouvert en 1989, qui recrée une Chine en miniature en plein coeur de Shenzhen, l’un des lieux-symboles de l’ouverture chinoise (David, 2007). Ce parc, dédié à la grandeur de la nation chinoise (David, 2007 ; Leicester, 2008) fait évidemment l’impasse sur la situation des populations Ouïgours

La question patrimoniale recouvrant les problématiques d’identités territoriale, nationale, et idéologique, il est évident que sa mobilisation dans le cadre de la fabrication et de la promotion d’offres touristiques ne peut que se retrouver confronter à des enjeux politiques et géopolitiques. Les situations post-coloniales y participent pleinement. Des contributions sont attendues, à toutes les échelles d’analyses, pour explorer les conflits patrimoniaux (patrimonialisation/dépatrimonialisation), les discours et les pratiques des lieux culturels, mais également les modalités d’instrumentalisation des patrimoines de nature (géopolitiques contemporaines des parcs naturels)

Orientations bibliographiques 

Aeberhardt Chloé, 2019, « La Corée du Nord, nouvelle destination touristique », Le Monde, 9 /06/2019, https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/06/09/la-coree-du-nord-nouvelle-destination-touristique_5473809_4500055.html#xtor =AL-32280270

Berliner David & Istasse Manon, 2013, « Les hyper-lieux du patrimoine mondial », Gradhiva, 18, 124-145.

Bridonneau, Marie, 2017, « Mondialisation, patrimoine et tourisme en Éthiopie : la petite ville sacrée de Lalibela », Géoconfluences, mis en ligne le 9 janvier 2017.

Caron-Malenfant Julie, 2004, « Risque politique et traitement médiatique : Vers de nouvelles pratiques en tourisme ? », Téoros, 23-1, pp. 23-27.

Cazes, Georges & Courade, Georges, 2004, « Les masques du tourisme », Revue Tiers Monde, vol. 178, no. 2, pp. 247-268.

Cousin Saskia, 2008, « L’Unesco et la doctrine du tourisme culturel », Civilisations, 57, pp. 41-56.

David, Béatrice. « Tourisme et politique : la sacralisation touristique de la nation en Chine », Hérodote, vol. 125, no. 2, 2007, pp. 143-156.

Giblin, Béatrice, 2007, « Le tourisme : un théâtre géopolitique ? », Hérodote, vol. 127, no. 4, pp. 3-14.

Hoerner, Jean-Michel, 2007, Géopolitique du Tourisme, coll. Perspectives géopolitiques, Armand Colin, 192 p.

Hoerner, Jean-Michel, 2007, « Le tourisme et la géopolitique », Hérodote, vol. 127, no. 4, pp. 15-28.

Kassouha Zeid, 2018, Le tourisme en Syrie, passé, présent, futur : entre résilience et réinvention, thèse de géographie, sous la direction de Philippe Bachimon, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

La Branche Stéphane, 2004, « Tourisme, terrorisme et mondialisation : Au-delà des analyses géopolitiques », Téoros, 23-1, pp. 5-11.

Leicester Timothy, 2008, « Conflits et enjeux identitaires dans le tourisme rural à Yangshuo, Chine », Civilisations, 57, pp. 223-241.

Matelly, Sylvie, 2013, « Le tourisme, un objet géopolitique », Revue internationale et stratégique, vol. 90, no. 2, pp. 57-69.

Michel Franck, 2004, « Tourisme et terrorisme : Ou l’ère du voyage à risque », Téoros, 23-1, 28-36.

Sarrasin Bruno, 2004, « Le tourisme, au risque du politique », Téoros, 23-1, 3-4.

Stafford Jean & Sarrasin Bruno, 2003, « L’après-guerre en Irak : les effets sur le tourisme international », Téoros, 22-1 , 62-64.

  • OpenEdition Journals