Navigation – Plan du site

Résumé

Les imaginaires touristiques sont fortement attachés aux imaginaires géographiques. Ils sont construits à partir de différentes sources d’information que nous percevons dans notre quotidien. Les différents médias participent activement dans la diffusion des informations sur les lieux. Cet article a comme objectif de décortiquer les imaginaires touristiques français sur la Colombie à travers l’analyse des images médiatisées de ce pays. Nous avons ainsi concentré notre analyse sur l’image diffusée à travers la télévision, le site web « Conseils aux voyageurs » du Ministère des Affaires étrangères et celle que les touristes partagent à travers les commentaires TripAdvisor.
L’article montre l’évolution de l’imaginaire touristique d’une destination associé aux images négatives, le rôle joué par les médias, mais surtout celui qui jouent aujourd’hui les touristes car ils permettent de faire évoluer plus rapidement ces imaginaires touristiques grâce au partage des expériences touristiques via internet et les réseaux sociaux.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’une thèse doctorale qui a traité les imaginaires géographiques et touristiques de la Colombie en étudiant le cas de Carthagène des Indes.

Texte intégral

Introduction

1L’imaginaire touristique est une création individuelle (subjective) partagée par les individus. C’est à travers de ce partage et la circulation des imaginaires individuels que se construisissent les imaginaires collectifs relatifs aux activités de touristiques (Salazar and Graburn, 2014). L’origine de ces imaginaires est très complexe, puisqu’ils se forment à travers l’intégration de plusieurs éléments issus des impressions subjectives captées à travers l’expérience de vie de l’individu, de son interaction en société (famille, religion, école, langue, histoire) (Gravari-Barbas and Graburn, 2012), des multiples données recueillies à travers d’autres personnes et des médias qui interfèrent dans la construction des imaginaires touristiques. Mais ces imaginaires sont aussi le produit d’autres éléments fantastiques comme les rêves (Hiernaux et al., 2002 ; Salazar and Graburn, 2014), les diverses idéologies sur l’Autre, les altérités et le voyage.

2Les imaginaires touristiques sont nourris par les imaginaires géographiques. Jean François Staszak (2012) souligne que l’imaginaire géographique est composé de deux imaginaires : celui de « l’ici » et celui de « l’ailleurs ». L’imaginaire de « l’ici » est construit à partir des expériences directes de l’individu en société, qui permettent de donner sens à son environnement et à leurs pratiques spatiales. L’imaginaire de « l’ailleurs » est quant à lui celui qui construit les représentations et les images de lieux inconnus, éloignés, exotiques dont l’individu n’a pas d’expérience « directe ». À partir de cet imaginaire géographique de l’« ailleurs », l’individu édifiera un imaginaire touristique : grâce aux images et représentations géographiques de lieux inconnus, il construira une image des lieux qu’il souhaite visiter. Les images, les sons et les textes sur les lieux circulent constamment à des échelles différentes (locale, nationale, internationale) via les médias (presse, télévision, internet et réseaux sociaux).

3De ce fait, les médias participent à la construction des imaginaires à travers la diffusion des images et des discours sur le territoire, dont ils rendent visibles et reconnaissables les lieux (Noyer and Raoul, 2011). Ces images du territoire issues des médias sont « la résultante d’une histoire, parfois longue de l’évocation des lieux sur des registres qui imposent leur marque à ces lieux » (Noyer and Raoul, 2011, §. 38). Cette évocation régulière des lieux par les médias, que ces auteurs appellent « image héritée », peut créer des images ou laisser des marques à ces territoires. Celles-ci peuvent être positives ; elles vont dans ce cas représenter un facteur d’attractivité touristique (beauté paysagère, patrimoine, etc.). Mais elles peuvent au contraire être négatives, liées à des facteurs de risque et d’insécurité, qui vont donner un caractère répulsif au territoire.

4Toutefois, il faut signaler que l’évocation des lieux va dépendre de la couverture par les médias, et des échelles territoriales d’interaction (locale, régionale, nationale et internationale). Parfois, l’évocation des lieux sera produite à l’échelle locale, mais dans d’autres cas, elle pourra aussi atteindre l’échelle globale. L’évocation des lieux par les médias est en effet multiscalaire et relationnelle.

5De ce fait, les territoires marqués par des images négatives – issues des médias ou vues de l’ailleurs – vont encourager les différents acteurs du territoire à construire une nouvelle image, que Noyer et Raoul (2011) appellent « image recherchée », et qui va inclure « des atouts et des faiblesses, des héritages symboliques divers, en traçant des principes d’unité et de lien au sein d’un même territoire » (Noyer and Raoul, 2011, §. 38). Cette image recherchée ou voulue permettra à la fois au territoire d’être concurrentiel vis-à-vis d’autres territoires (afin d’attirer par exemple les capitaux) et de renforcer son identité locale. Cette image recherchée est centrale pour le marketing territorial et elle sera aussi mobilisée dans la construction de l’image touristique d’une destination.

6De nos jours, l’omniprésence des médias facilite la diffusion d’images et de discours sur le territoire produits par les touristes eux-mêmes (Delfin, 2009 ; Larsen, 2006 ; Robinson and Picard, 2009 ; Branchet et al., 2014 ; Pan et al., 2014 ; Fournier and Jacquot, 2014 ; Munar and Jacobsen, 2014). Par sa masse, cette circulation des contenus visuels et textuels générée par les touristes est susceptible de façonner plus rapidement nos imaginaires géographiques et touristiques (Jacobsen and Munar, 2012 ; Sheungting Lo and McKercher, 2016) . Cette image créée par les touristes est identifiée comme « l’image co-produite » (Yang, 2016 ; Piñeros, 2018), car le touriste est à la fois consommateur et producteur des imaginaires touristiques (Morgan and Pritchard, 1998).

  • i Touristes internationaux non-résidents en 2002, 566.761 personnes et en 2017, 3.233.162 personnes. (...)

7Afin d’analyser ces trois images : héritée, recherchée et co-produite, nous allons étudier la Colombie, un pays associé aux images négatives (narcotrafic, violence et conflit armé) depuis les années 1980, dont les flux touristiques augmentent depuis quelques années en passant de plus de cinq cent mille touristes internationaux en 2002 à plus de trois-millions en 2017i.

  • ii Les visiteurs français en Colombie augmentent aussi en passant de trente mille visiteurs en 2009 à (...)

8L’objectif de cet article est d’analyser les éléments de l’imaginaire géographique et touristique de la Colombie des Françaisii. Pour cela, nous allons d’abord montrer l’image héritée de la Colombie dans les médias français et l’image diffusée du pays à travers la rubrique « conseils aux voyageurs » du site web du Ministère des Affaires étrangères. Ensuite, nous nous concentrerons sur l’image recherchée, celle que les acteurs du tourisme colombien ont diffusée en France. Enfin, nous allons montrer l’image transmise par les touristes français à travers les traces numériques laissées sur Internet, particulièrement les commentaires sur TripAdvisor.

I. L’image héritée

9Pour étudier l’image héritée de la Colombie en France, nous avons utilisé deux sources d’informations : les fonds audiovisuels français de l’Institut National Audiovisuel (INA) et les conseils aux voyageurs du Ministère des Affaires étrangères.

La Colombie dans la télévision française

  • iii Avant 1980, les discours touristiques sur la Colombie, particulièrement les guides touristiques int (...)
  • iv Notre corpus est composé de 3358 notices.

10L’INA, à travers l’application HyperBase permet de consulter la base de données des fonds audiovisuels français où chaque émission de télévision est recensée. Ainsi, nous avons identifié les journaux télévisés, magazines, reportages, documentaires, etc. (notices documentaires) qui ont fait référence à la Colombie entre 1980iii et 2016. Grâce à l’outil MédiaCorpus, nous avons extrait ces notices documentairesiv en référençant chaque notice avec des descripteurs thématiques, de genre, de chaîne, de date de diffusion et de lieux mentionnés. Le traitement de ces données s’appuie sur la méthodologie utilisée par Jacques Noyer dans son travail sur les images et imaginaires de la ville de Roubaix (Noyer, 2013) et par d’autres auteurs qui ont travaillé sur l’image du Tiers-Monde dans les médias (Institut Synthèse, 1992).

11Le document 1 montre les pays de l’Amérique du Sud médiatisés à la télévision française. La Colombie est le troisième pays après le Brésil et l’Argentine. Les journaux télévisés (JT) sont le genre d’émission où la Colombie est évoquée majoritairement, suivis par les reportages, les magazines et les documentaires (cf. Document 2).

Document 1 : Pays d’Amérique du Sud médiatisés à la télévision française entre 1980 et 2016.

Document 1 : Pays d’Amérique du Sud médiatisés à la télévision française entre 1980 et 2016.

Graphique élaboré par l’auteure.

Document 2 : Genre d’émission par chaîne.

Chaîne

Genre d’émission

ARTE

Canal +

France 2

France 3

France 5

M6

TF1

Création originale

0

0

16

25

0

0

7

Documentaire

28

15

35

24

42

0

4

Interview entretien

3

2

15

13

0

3

0

Journal télévisé

302

218

830

498

131

187

776

Magazine

39

72

114

83

72

57

130

Récit portrait

2

1

1

24

1

0

1

Reportage

95

72

97

113

21

71

112

Série

6

0

11

0

7

0

1

Talk-show

0

7

1

10

0

6

0

Tableau élaboré par l’auteure.

12Entre 1980 et 2016 les thématiques les plus médiatisées sur la Colombie à la télévision française concernent principalement les catastrophes naturelles, le conflit armé - guérilla/ paramilitaires, la drogue, les otages, la violence et le sport. On peut constater que les notices documentaires en relation avec la thématique de la drogue ont augmenté à partir de l’année 1987, passant de 8 durant cette année-là à 109 en 1989. Cela correspond à la période du « narcoterrorisme » où les narcotrafiquants colombiens ont déclaré la guerre à l’État colombien en représailles contre l’extradition des trafiquants aux États-Unis. Ainsi, à cette période, plusieurs hommes politiques, journalistes, juges, policiers, civils ont été assassinés. Ces événements ont été médiatisés à l’étranger.

13Au cours des années 1990, c’est la thématique de la drogue qui est la plus médiatisée, suivie de la violence et des catastrophes (naturelles et humaines). Néanmoins, la thématique sportive est aussi importante, notamment au milieu de la décennie.

14C’est à partir des années 2000 que la Colombie apparaitra continuellement à la télévision française, notamment à cause de l’enlèvement en 2002 d’Ingrid Betancourt, citoyenne franco-colombienne, ex-candidate à la présidentielle, restée six ans aux mains des FARC.

  • v D’un total de 3358 notices, 1057 font référence à l’otage d’Ingrid Betancourt.

15Au cours de ces années, il y a eu une importante mobilisation médiatique, soit à travers les multiples manifestations qui ont eu lieu en France demandant sa libération, soit par les entretiens avec la famille d’Ingrid Betancourt. De ce fait, presque un tiers du total des noticesv de notre corpus est lié à ce sujet. Cette situation contribuera à alimenter l’image négative du pays auprès du public français, et de ce fait à influencer les imaginaires géographiques et touristiques de la Colombie. Ainsi, la médiatisation à long terme des incidents négatifs par la presse internationale, donc l’image héritée, impacte l’attrait que peuvent avoir les touristes pour la Colombie (Lumsdon and Swift, 2001, p. 183).

16C’est à partir de l’année 2014 qu’il y aura une diminution progressive des émissions qui font référence à la Colombie, en même temps que des thématiques telles que la drogue, les otages, la violence et le conflit armé diminuent aussi. C’est le processus de paix qui sera principalement médiatisé en 2016 (45 notices d’un total de 84 de cette année-là) (cf. Document 3).

17De ce fait, l’imaginaire géographique de la Colombie pour les Français est nourri en partie par l’information de la Colombie diffusée par les médias. Ces informations sont marquées par les thématiques du narcotrafic, des otages, du conflit armé, de la violence, etc. Ces situations négatives et leurs images diffusées ont affecté l’image touristique du pays. Ceci est visible en partie à la lecture des « Conseils aux voyageurs » émis par la France via le Ministère des Affaires étrangères.

Document 3 : Thématiques les plus médiatisées (plus de 20 notices documentaires) sur la Colombie à la télévision française (1980-2016).

Document 3 : Thématiques les plus médiatisées (plus de 20 notices documentaires) sur la Colombie à la télévision française (1980-2016).

INA. Classification thématique et graphique élaborés par l’auteure.

Conseils aux voyageurs

18L’image des pays auprès des potentiels touristes est aussi reflétée à travers les « conseils aux voyageurs » ou « travel warnings », publiés sur les sites Internet diplomatiques des pays émetteurs de touristes comme les États-Unis, le Canada, la France, l’Allemagne ou le Royaume-Uni, etc. Plusieurs auteurs ont travaillé sur l’influence de « travel warnings » dans le choix de destinations touristiques (Bianchi, 2006 ; Löwenheim, 2007) et leurs impacts sur le tourisme (Sharpley et al., 1996 ; David, 2006 ; Noy and Kohn, 2010 ; Beshay, 2017).

19En France, les conseils aux voyageurs contiennent des informations sur la situation sécuritaire dans le pays en question, les coordonnées des consulats sur place et d’autres informations utiles telles que les conditions d’entrée et de séjour (visa, durée, renouvellement), les transports ou la santé. Ils sont mis à jour, soit par l’ajout d’actualités récentes, catastrophes, attentats, tensions politiques violentes, virus, soit par d’autres modifications faites par le gouvernement.

20Afin de connaître l’image de la Colombie en France à travers les « conseils aux voyageurs » du Ministère des Affaires étrangères, nous avons consulté les archives historiques de son site diplomatique, grâce au site internet web.archive.org. A partir de celui-ci, nous avons construit un corpus de textes spécifiques à la rubrique sécurité entre 2000 et 2016 (48 au total). Le traitement de ce corpus a été fait à l’aide d’Iramuteq, logiciel permettant de réaliser une analyse textuelle multidimensionnelle dans différentes langues, dans notre cas en français. Pour ce corpus, nous avons utilisé trois outils d’analyse : les statistiques textuelles, les nuages de mots et la classification Reinert. Cette dernière permet de définir des classes, par rapport à leur proximité lexicale, où chacune représente une thématique à partir du vocabulaire qu’on trouve dans chaque classe lexicale.

21Le site de conseils aux voyageurs du Ministère des Affaires étrangères contient une rubrique intitulée « Dernière minute », informant sur une situation récente pouvant affecter la sécurité des voyageurs français (catastrophe naturelle, attentat, crise politique, etc.). La rubrique sur la sécurité renseigne sur les risques pouvant affecter la sécurité des voyageurs français, y compris les risques liés à la délinquance, aux conflits armés, aux attentats, mais aussi sur les risques naturels et sanitaires. Cette rubrique est accompagnée d’une carte qui montre les différentes zones d’un pays avec le degré de vigilance à adopter si on se déplace dans ces zones.

22Selon les archives du site web diplomatie.fr, en 1997 la fiche de la Colombie informait sur les documents de voyage, les moyens de paiement et les vaccinations obligatoires et indispensables pour un voyage dans ce pays. D’ailleurs, à cette époque, les avis aux voyageurs donnaient surtout des recommandations sanitaires liées aux vaccins et traitements médicaux du paludisme. C’est à partir de 1999 qu’apparaissent des informations sur la sécurité dans le pays concerné. Ainsi, cette même année, la Colombie intégrait la liste des pays déconseillés pour le voyage (sauf raison professionnelle) avec l’Algérie, l’Angola, le Burundi, la République Centre Africaine, l’Érythrée, l’Irak, le Liberia, le Nigeria, le Pakistan (Régions Karachi et Balouchistan), la Yougoslavie et la Zambie (Ministère des Affaires étrangères, 1999).

23Depuis 2001, des cartes émises par le Ministère des Affaires étrangères français montrent les régions fortement déconseillées (en rouge), déconseillées sauf raison professionnelle (orange) et celles qui représentent peu de danger (en vert). Dans le cas de la Colombie, la carte de 2001 montre que l’ensemble du territoire colombien n’est pas conseillé pour les visiteurs français (cf. Document 4). Cette carte ne va évoluer qu’à partir de 2006, où Carthagène des Indes et les îles de San Andrés et Providencia situées dans la côte caribéenne apparaitront comme les seuls lieux non déconseillés par le Ministère des Affaires étrangères français à ses concitoyens (cf. Document 5).

Document 4 : Carte des régions déconseillées.

Document 4 : Carte des régions déconseillées.

Ministère des Affaires étrangères (2001)

Document 5 : Carte des régions déconseillées.

Document 5 : Carte des régions déconseillées.

Ministère des Affaires étrangères (2006)

24Entre 2006 et 2008, les zones en orange (déconseillées sauf raison professionnelle) s’étalent, au-delà des villes principales comme Bogotá, Medellín, Cali et Barranquilla pour inclure d’autres villes moyennes (Bucaramanga, Popayán, Pasto, Leticia), la zone du café (Manizales, Pereira et Armenia), le nord et l’axe nord-est de Bogotá (haut-plateau Cundiboyacense) (cf. Document 6 et Document 7). En 2010, les villes caribéennes de Carthagène, Barranquilla et Santa Marta, la zone du café et l’axe Bogotá-Tunja-Bucaramanga deviennent des zones considérées peu dangereuses pour les visiteurs français (cf. Document 9). Cependant, le texte de la rubrique de sécurité déconseille certaines activités. Voici un exemple sur l’axe du café qui se répète dans la rubrique de sécurité entre 2007 et 2013 :

« Aucune agression grave n’a été récemment signalée contre des Français dans les villes de l’axe caféier. Toutefois, il convient de ne jamais résider dans des « fincas » ou des hôtels situés en dehors des centres-villes » (27 novembre 2007 et 7 mai 2013)

25L’infographie des cartes a évolué au cours du temps (cf. Document 10), les zones en vert (qui représentent peu de danger) n’apparaissent plus à partir de 2013. Ces cartes ont impacté l’imaginaire des potentiels touristes. À ce propos un touriste français nous disait :

« Je suis allé sur le site du Ministère des Affaires étrangères pour voir la carte et celle-ci m’a fait très peur. Ça ne donne pas trop envie de venir en Colombie » (Touriste interrogé à Bogotá, le 25 novembre 2014.).

Document 6 : Carte des régions déconseillées.

Document 6 : Carte des régions déconseillées.

Ministère des Affaires étrangères (2006)

Document 7 : Carte des régions déconseillées.

Document 7 : Carte des régions déconseillées.

Ministère des Affaires étrangères (2008)

Document 8 : Carte des régions déconseillées.

Document 8 : Carte des régions déconseillées.

Ministère des Affaires étrangères (2009)

Document 9 : Carte des régions déconseillées.

Document 9 : Carte des régions déconseillées.

Ministère des Affaires étrangères (2010)

Document 10 : Carte des régions déconseillées.

Document 10 : Carte des régions déconseillées.

Ministère des Affaires étrangères (2013)

Document 11 : Carte des régions déconseillées.

Document 11 : Carte des régions déconseillées.

Ministère des Affaires étrangères (2015)

Document 12 : Carte des régions déconseillées.

Document 12 : Carte des régions déconseillées.

Ministère des Affaires étrangères (2016)

26L’ensemble des cartes montre que la zone rouge se rétrécit progressivement. En 2016 elle se limite aux zones frontalières avec le Panama (zone forestière tropicale du Darién), le Venezuela, le Brésil, le Pérou, l’Équateur (à l’exception du passage transfrontalier) et quelques zones du département du Putumayo, Caqueta et Guaviare. Les zones en orange concernent les plaines de l’ouest llanos orientales, l’Amazonie colombienne (à l’exception de la ville de Leticia), le département du Cordoba et la côte Pacifique colombienne.

27On remarque l’étalement de la zone jaune (vigilance renforcée) qui couvre une grande partie du territoire colombien. Dans la côte Caraïbe, elle s’élargit jusqu’à la péninsule de La Guajira, et qui est connectée avec une grande zone à l’intérieur du pays. On remarque également l’apparition du Parc naturel Ensenada de Utria dans la côte Pacifique, plus précisément entre Mutis et Nuqui, villages connus pour leurs plages et pour l’observation des baleines. Au sud du pays apparaît une zone jaune très étroite entre Popayán, Pasto et la frontière avec l’Équateur, permettant de tracer un couloir frontalier entre les deux pays.

28Il faut mentionner aussi qu’à partir de 2016, les sites archéologiques de San Agustín et Ciudad Perdida sont indiqués sur cette carte, ainsi que le Parc Naturel de Puracé, tous situés dans des zones de couleur jaune.

29Concernant le corpus de texte, nous remarquons que de 2000 à 2010 le gouvernement français a toujours déconseillé à ses concitoyens de se rendre en Colombie. Les phrases introductives utilisées dans la rubrique sécurité sont :

  • « Il est formellement déconseillé de se rendre en Colombie » (2000-2002).

  • « Il est donc impératif d’éviter tout voyage en Colombie qui ne serait pas motivé par des obligations familiales ou professionnelles » (entre octobre 2002 et décembre 2005).

  • « Il est vivement déconseillé de visiter la Colombie » (entre décembre 2005 et novembre 2007).

  • « La sécurité en Colombie s’est considérablement améliorée depuis 2001. Toutefois, la Colombie reste un pays dangereux » (entre novembre 2007 et mars 2010).

30La classification hiérarchique Reinert du logiciel Iramuteq a permis d’obtenir des classes thématiques du corpus de texte de la rubrique sécurité de « Conseils aux voyageurs » entre 2002 et 2015. Nous avons ainsi obtenu quatre classes thématiques (cf. Document 13). La classe 1 (30,6 %) correspond aux conseils sur les déplacements dans le pays, la classe 2 (13,9 %) aux informations relatives aux délits (vol, ruse, agression), la classe 3 (29 %) aux conseils de paiement et la classe 4 (26 %) aux informations et conseils sur la sécurité en ville (quartier, violence, criminalité). Nous pouvons dire que les deux tiers des informations émises par le Ministère des Affaires étrangères concernent les crimes commis dans le pays (classe 3 et 4) et les possibles risques auxquels les Français auraient été exposés s’ils avaient visité la Colombie. Ces textes se caractérisent par la citation de cas où les citoyens français étaient affectés :

… « en août 2007, 22 de nos compatriotes ont ainsi été retenus en otages pendant plusieurs heures, puis volés par plusieurs hommes armés dans la propriété qu’ils avaient louée à une quinzaine de kilomètres de Pereira, dans l’axe caféier ; des enlèvements, des agressions sont régulièrement signalés dans des « fincas » ou des résidences hôtelières installées en campagne. » (27 novembre 2007 au 7 mai 2013)

Document 13 : Dendrogramme Iramuteq des Conseils aux voyageurs France 2002-2015.

Document 13 : Dendrogramme Iramuteq des Conseils aux voyageurs France 2002-2015.

Élaborée par l’auteure à partir d’Iramuteq. Sources : web.archive.org ; diplomatie.gouv.fr

31Par rapport au corpus de texte, nous pouvons dire qu’il y a eu deux périodes de modération sur la sécurité en Colombie : la première entre 2010 et 2013 et la deuxième à partir de juin 2016. Pendant la première, la phrase introductive est : « L’amélioration des conditions de sécurité fait qu’aujourd’hui, les principales destinations touristiques de Colombie sont accessibles aux visites » (entre mars 2010 et mars 2013). Cependant, en 2013 le discours sécuritaire est revenu en utilisant la phrase suivante : « La Colombie est un pays dangereux dans lequel moins (ou près) d’un quart des homicides sont dus au conflit armé et où les étrangers constituent des cibles de choix pour la délinquance » (entre mars 2013 et décembre 2015).

32La deuxième période a commencé en février 2016 :

« La Colombie est aujourd’hui un pays fortement contrasté en termes de sécurité. L’impact dû au conflit armé interne a fortement diminué : il représente aujourd’hui moins de 5 % du nombre total des homicides ; de même, les attentats à l’explosif, imputables il y a quelques années encore aux groupes armés illégaux, sont devenus très rares et ciblent des intérêts économiques précis ».

33De même, ils mentionnent que grâce au processus de paix avec les FARC et la signature des Accords de Paix en 2016, le conflit armé interne a diminué. Cependant, ils signalent que le processus avec l’ELN n’est pas accompagné d’un cessez-le-feu.

34Peu à peu, l’image négative de la Colombie a évolué. Cela a été aussi accompagné par l’image recherchée du pays visible notamment à travers les campagnes touristiques promues par les acteurs nationaux du tourisme, que nous allons présenter ci-après.

II. L’image recherchée (campagnes touristiques)

  • vi En français, le slogan a été modifié et le mot « risque » n’apparait pas « Colombie, vous ne voudre (...)

35Pour les acteurs nationaux du tourisme, l’image négative de la Colombie au niveau international est l’une de difficultés de l’attractivité touristique. L’Informe Monitor de Michael Porter (1994) a signalé que « la Colombie a besoin d’une reconnaissance internationale de ses produits via une image qui repose sur la qualité et les services » (Porter, 1994, p. 8). C’est à partir de la moitié des années 1990, que le gouvernement colombien a commencé à travailler progressivement sur l’image de marque du pays. Ces initiatives ont finalement abouti en 2005 à la création de la marque Colombia es pasión (Echeverri et al., 2010). Le processus de positionnement de cette marque était divisé en deux étapes. Premièrement une communication interne avec le slogan Muestra tu pasión (Montre ta passion) visant à motiver les Colombiens à parler de manière positive de leur pays. Deuxièmement au niveau international via la promotion de la campagne touristique Colombia el riesgo es que te quieras quedar, diffusée dans plusieurs languesvi.

36Avec ce slogan, la Colombie fait appel à son image négative où le risque persiste dans la perception qu’en ont les touristes. Le slogan renvoie une image venant du passé, mais en assurant que le risque est aujourd’hui mineur (Fletcher, 2011). Le plus remarquable dans ce slogan, c’est le détournement du risque perçu en risque positif en montrant aux touristes qu’ils « courent le risque » de tomber amoureux du pays et qu’ils pourraient bien ne plus avoir envie d’en repartir tellement la beauté paysagère, l’ambiance et l’accueil chaleureux « risquent » de les captiver (United Nations World Tourism Organization (UNWTO) and Committed to Tourism, Travel and the Millennium Development Goals, 2009 ; Guilland, 2012).

37La campagne de communication touristique est accompagnée de plusieurs supports (brochures, affiches, site Internet, etc.), mais aussi de vidéos de promotion. Une des vidéos principales montre des images de visiteurs étrangers présents dans multiples paysages du pays. Une voix masculine décrit la beauté du pays, l’accueil des habitants, les richesses historiques, la nature et la culture.

« Un endroit qui défie tous les jours l’imagination, un endroit appelé Colombie. On n’imagine jamais la Colombie telle qu’elle est vraiment. La vraie mer a sept couleurs où les anges viennent en vacances. La beauté, la variété des animaux, l’énergie du fleuve, la forêt, l’aventure de ma vie. Une ville fortifiée ouverte sur le monde pour laquelle on tombe amoureux sans même s’en rendre compte. Un paradis où les baleines viennent en vacances. Elle est magique, pleine de cultures et de contrastes, un endroit qui vous surprend chaque jour d’une manière différente. Un pays chargé d’histoire et de culture, vous venez un jour et vous ne cesserez d’y revenir. Un pays où les gens vous reçoivent à bras ouverts, avec un café. On est immédiatement pris par cette passion pour les Colombiens. Vous vous rendez compte que la Colombie est différente de ce que vous avez imaginé, un endroit qui s’attache chaque jour à vous surprendre d’une manière différente, où la réalité peut être magique et où la joie habite chaque coin de rue. Colombie, vous ne voudrez plus en repartir ». (Phrases extraites de la vidéo Colombia el riesgo es que te quieras quedar version en français (Colombie vous ne voudrez plus en repartir).

  • vii Pour les versions dans d’autres langues, les vidéos sont accompagnées de sous-titres espagnol, angl (...)

38Neuf vidéos de promotion pour les principales destinations colombiennes ont également été lacés, à savoir : Bogotá, Carthagène, Santa Marta (Tayrona), San Andrés, Medellín, Cali, l’Amazonie, la Zone du Café et Santander. Dans ces vidéos, neuf étrangers de diverses nationalités racontent en espagnolvii leur expérience de vie en Colombie. Chaque étranger décrit son expérience en tant que touriste et explique pourquoi il/elle est tombé (e) amoureux (se) de la Colombie et pourquoi il/elle a décidé de rester y vivre.

39Pour les créateurs de cette campagne, l’image négative de ce pays peut évoluer plus facilement vers une image touristique si quelqu’un de proche appartenant à son entourage ou venant du même pays nous raconte son expérience touristique. Ainsi, on peut passer d’un « je ne veux pas aller en Colombie » à un « je ne veux plus quitter la Colombie (Colombia Travel, 2010 ; Guilland, 2012).

  • viii Il faut souligner aussi que « le processus de paix entre le gouvernement colombien et les FARC ne f (...)

40En 2013, grâce au nouveau contexte économique du pays, le gouvernement colombien a décidé de faire évoluer la marque du paysviii (devenue « La réponse est Colombie ») et a créé une nouvelle campagne touristique Colombia, realismo mágico (en français « La Colombie, là où la réalité devient magie »). Cette campagne était également fondée sur l’expérience des touristes étrangers qui ont visité les différentes destinations dans le pays. À la différence de la campagne précédente, la vidéo montre d’autres destinations telles que Villa de Leyva, Barichara et Santa Cruz de Mompox. Elle montre également les foires et festivals (Carnaval de Barranquilla, Foire aux Fleurs-Medellin, Carnaval de Noirs et de Blancs – Pasto), ainsi que des images de danseurs de salsa à Cali. Les images de ces destinations sont accompagnées d’une voix masculine qui mentionne les expériences et les paysages touristiques que les visiteurs pourront trouver en visitant le pays.

« Il existe un lieu où l’on se sent attendu. Où une invitation n’est jamais nécessaire pour se sentir le bienvenu. Où la générosité nous comble. Où se perdre est un plaisir. Où on ne regarde pas le carnaval, on y participe. Où les fleurs ne sont pas dans les jardins, mais se promènent dans les rues. Où les rythmes sont si contagieux qu’ils s’emparent de notre corps et de notre âme. Où une fois par an, pour être égal, tout le monde change de couleur de peau. Il existe un lieu où la carte de visite n’est pas rangée dans la poche ou dans le portefeuille, elle est dans le cœur. Découvrez tout ce que vous pouvez vivre ici, la Colombie, là où la réalité devient magie »

41Cette campagne est aussi accompagnée de onze vidéos dans lesquelles des touristes étrangers témoignent de leurs expériences touristiques dans les destinations : Paysage Culturel du Café, Carthagène, San Andrés (plages et plongée), Amazonie, San Agustín, Musée d’Or de Bogotá, Cathédrale du Sel à Zipaquirá, Caño cristales au Meta, observation des oiseaux à Rio Claro, Antioquia et les baleines de Nuqui, Choco.

42Les expressions « expérience magique », « lieu unique » ou « endroit unique » constituent le fil rouge des vidéos. L’objectif est de continuer à montrer, à travers les expériences des touristes venant de différents pays du monde, qu’en Colombie le touriste potentiel peut vivre des expériences uniques en-dehors de la réalité et de l’imagination, autrement dit vivre le « réalisme magique ».

43En France, cette campagne a été l’objet d’une promotion dans les lieux publics. Par exemple, à Paris, sur les panneaux statiques à l’aéroport Charles de Gaule ou sur les bus de la RATP, mais aussi projetée sur des écrans tels que celui du CNIT à la Défense.

Document 14 : Publicité à Paris Bus RATP. Texte : « Où peut-on visiter un lieu dans lequel la légende de l’Eldorado devient Réalité ? La Réponse est CO ».

Document 14 : Publicité à Paris Bus RATP. Texte : « Où peut-on visiter un lieu dans lequel la légende de l’Eldorado devient Réalité ? La Réponse est CO ».

Piñeros 2013. Prise le 25 novembre 2013.

Document 15 : Publicité à l’Aéroport Charles de Gaulle T1. Texte : « La Colombie là où la réalité devient magie ».

Document 15 : Publicité à l’Aéroport Charles de Gaulle T1. Texte : « La Colombie là où la réalité devient magie ».

Piñeros 2015. Prise le 18 avril 2015.

Document 16 : Publicité à La Défense (écran du hall d’entrée du CNIT, Centre des Nouvelles Industries et Technologies). Texte « Colombia Magical Realism »

Document 16 : Publicité à La Défense (écran du hall d’entrée du CNIT, Centre des Nouvelles Industries et Technologies). Texte « Colombia Magical Realism »

Piñeros 2016. Prise le 14 mai 2016.

44Dans ces deux campagnes, les réalisateurs responsables des vidéos promotionnelles utilisent les témoignages de touristes étrangers pour qu’ils promeuvent eux-mêmes les destinations colombiennes. De même, les deux campagnes s’appuient aussi sur les expériences des touristes étrangers qui visitaient le pays, à travers l’utilisation de photographies et de textes produits par les touristes via l’utilisation du hashtag #Colombiatravel sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter, YouTube, Flickr et Instagram, mais aussi des micro-récits d’expérience de voyage partagés sur le site internet officiel du tourisme Colombia.travel.com. De plus, les promoteurs des campagnes touristiques invitent aussi les Colombiens à publier et partager leurs photos via Flickr « afin de promouvoir l’image du pays à travers les yeux des Colombiens » (Colombia Travel, 2017).

Document 17 : « Pour Flicker : des photos de gens comme vous »

Document 17 : « Pour Flicker : des photos de gens comme vous »
  • ix À partir des Archives web du site Colombia Travel https://web.archive.org/web/20091210185009/http:/ (...)

Site web Colombia.travelix en français 2009.

Document 18 : Appel au partage de photos des Colombiens à travers le groupe Flickr « Colombia es realismo magico ».

Document 18 : Appel au partage de photos des Colombiens à travers le groupe Flickr « Colombia es realismo magico ».

Site web Colombia Realismo Magico 2017.

45L’utilisation de ces photos et micro-récits, a permis de montrer aux visiteurs du site web (des touristes potentiels), qu’il y avait des personnes comme eux qui étaient allées en Colombie et qui y avaient vécu différentes expériences. Mais cela permet de voir également que les touristes, à travers leur partage d’expériences, participent d’une manière ou d’une autre, à la co-production des images et des imaginaires géographiques et touristiques.

III. L’image co-produite (touristes français)

46L’expérience touristique regroupe tout un processus d’anticipation, de pratiques et de perceptions qui peuvent changer après le voyage. Dans l’étape d’anticipation, les touristes recueillent des informations sur la destination. Une fois sur place, les touristes pratiquent l’espace géographique. Ainsi, à partir des pratiques touristiques, ils forment leurs expériences touristiques et construisent ainsi une image vécue de cet espace géographique et touristique. Au retour, les touristes racontent aux proches leur expérience de voyage, à travers des lettres, des cartes postales, des albums de photos ou simplement des discours oraux lors de soirées ou de réunions. Avec l’amélioration des technologies de la communication et Internet, le partage des expériences peut se faire plus facilement et quasiment immédiatement. D’abord, avec les mails ou SMS. Puis, avec l’arrivée des messageries telles que Skype ou Whatsapp, les réseaux sociaux (Facebook) ou les applications où l’on peut mettre en ligne ses photographies (Flickr, Panoramio, Picassa, Instagram, etc.) pour les partager plus facilement. De même, avec les réseaux sociaux ce partage peut dépasser le cercle de la famille ou des amis, et permet d’aller vers un public plus large celui du monde.

47Dans cette partie, nous allons montrer les résultats de l’analyse de commentaires de touristes francophones qui ont publié dans l’ensemble d’attractions répertoriées sur TripAdvisor (2 953 jusqu’à 2016). Chaque commentaire a été codifié pour être incorporé dans le logiciel d’analyse textuelle Iramuteq. Nous avons ainsi appliqué la classification Reinert afin d’identifier les classes par rapport à leur proximité lexicale. Cela est visible à travers du dendrogramme qui montre la répartition des classes, les unes par rapport aux autres, au sein d’un regroupement hiérarchique. Il montre pour chaque classe lexicale le pourcentage de mots de l’ensemble du corpus appartenant à cette classe. Dans le cas des commentaires en français, la classification Reinert a donné comme résultat 6 classes lexicales (cf. Document 19) qui sont clairement divisées en deux grandes thématiques : l’une représente le patrimoine historique et l’autre les sites plutôt naturels. Les classes sont distribuées à partir du deuxième niveau hiérarchique, ainsi, dans ce niveau apparaissent les classes 5 et 6. La première d’entre elles représente 17,4 % avec les mots « église, place », tandis que la deuxième représente 17,2 % avec les termes « expérience, équipe ». Dans le troisième niveau apparaissent, d’un côté, les classes 4 (18 %) et 3 (15,8 %), et de l’autre côté, les classes 2 (13,8 %) et 1 (17,8 %). Les mots « musée, or, collection » sont associés à la classe 4, tandis que les mots « histoire, intéressante » à la classe 3. Dans la classe 1, on trouve les mots « plage, île, eau », et dans la classe 2 « palmier, randonnée, cheval, paysage ».

Document 19 : Dendrogramme de la classification Reinert des commentaires en français des attractions TripAdvisor Colombie.

Document 19 : Dendrogramme de la classification Reinert des commentaires en français des attractions TripAdvisor Colombie.

48De même, nous avons analysé de façon statistique ces classes selon une analyse factorielle de correspondance (AFC). On obtient ainsi une répartition spatiale des données (les mots) sous la forme d’un graphique en N dimensions. Le positionnement des mots sur le plan factoriel est défini par la distance euclidienne, plus la distance entre deux mots est faible, plus ils sont similaires.

49Sur l’AFC de la classification Reinert des commentaires en français (cf. Document 20), on remarque une forme étoilée où les 6 classes sont identifiées. Les classes 1 et 2 forment un seul bras (à droite en bas) qui réunit des mots autour de la nature (plage, eau, montagne, palmier, végétation, paysage), des activités (tuba, baigner, excursion, randonnée, monter, nager, cheval), mais aussi d’autres mots à connotation négative (arnaque, fuir, éviter, attendre, cher). La classe 6 « expériences » est un peu distante des classes 1 et 2 ; elle représente les différents types de services touristiques (professionnel, staff, organisation, équipe, agence), et les sentiments générés par l’expérience (inoubliable, familiale, chaleureux, gentillesse, top), ainsi que les services (remercier, recommander, rassurant). Cette classe est proche de la classe 3, qui fait référence aux « guides, guider » et à leur contenu ou discours au cours des visites (intéressant, captivant, passionnant, passionné, raconter, explication, détaillé, instructif) et aux langues (espagnole, anglaise, française). La classe 5 est distante de la classe 3, mais à proximité de la classe 4. Ainsi la classe 4 représente les musées (pièce, collection, œuvre, exposition, objet), les mots associés à l’art (peinture, aquarelle, céramique, sculpture, tableau, orfèvrerie) et aux types d’art (précolombien, fossile, tombeau). Tandis que la classe 5 est plutôt associée à l’architecture (église, place, rue, ruelle, colonial, édifice, maison, monument, patio, façade), aux activités (promener, flâner, reposer, fréquenter) et aux adjectifs qui y sont associés (pittoresque, animé, coloré, géant, richement, paisible).

Document 20 : Plan factoriel de l’AFC des commentaires en français des attractions TripAdvisor Colombie.

Document 20 : Plan factoriel de l’AFC des commentaires en français des attractions TripAdvisor Colombie.
  • x Cette cooccurrence est définie comme : apparition simultanée de deux ou plusieurs éléments ou class (...)

50Nous avons complété l’analyse des commentaires TripAdvisor, avec l’analyse de similitude (ADS) qui permet de mettre en évidence les relations entre les mots, et le résultat donne un graphe. Ainsi, les mots représentent les sommets (plus ils sont fréquents, plus leur taille est grande) et les arêtes (liens) représentent l’apparition simultanée de deux ou plusieurs mots, c’est-à-dire la cooccurrencex. Ainsi les arêtes (liens) sont plus épaisses quand les mots sont plus cooccurrents. Ce graphe visualise aussi les communautés lexicales.

51Le résultat de l’analyse de similitude des commentaires en français (cf. Document 21) montre une communauté principale « voir » à laquelle les mots « passer », « moment », « journée », « nuit » et « meilleur », « magnifique », « valoir / peine » et « endroit » sont associés. De cette communauté principale se détachent quatre sous-communautés. La sous-communauté « ville » associée aux mots « quartier » et « historique / histoire », la sous-communauté « petit » qui contient les mots « local » « île » et « village », la sous-communauté « aller » intégrée par les mots « prendre », « temps » et « photo ». L’autre communauté est « beau » où les mots « plage » « église » et « nature » sont associés. Cette sous-communauté a une forte synergie avec la communauté « voir ». De même, deux sous-communautés se détachent de « beau », « visite / guide » et « musée ».

Document 21 : Détection de communautés de l’ensemble des commentaires en français des attractions TripAdvisor Colombie.

Document 21 : Détection de communautés de l’ensemble des commentaires en français des attractions TripAdvisor Colombie.

Les mots visualisés ont une fréquence de plus de 100.

52L’identification des communautés lexicales à travers l’analyse de similitude a permis de connaître les aspects les plus fréquents transmis par les francophones dans les commentaires sur TripAdvisor des attractions. Les communautés principales sont composées d’un mot central autour duquel s’associent d’autres mots. Ainsi, pour les francophones le verbe « voir » est au centre du discours, ce mot a une relation étroite avec l’adjectif « beau ». À partir des communautés principales se détachent plusieurs sous-communautés, qui révèlent les mots et ses relations qui sont les plus évoqués dans l’ensemble de commentaires partagés par les francophones.

53Enfin, l’analyse des micro-récits a permis d’identifier les thématiques du discours qui sont transmises par les touristes francophones ayant voyagé en Colombie. Elles concernent : l’architecture coloniale, les zones de plage, les activités de plein air et les paysages. Ainsi, les lecteurs et futurs voyageurs peuvent, avec ces éléments, enrichir leur imaginaire touristique.

Conclusion

54Les imaginaires touristiques sont nourris par plusieurs éléments que les individus collectent à travers leurs expériences de vie et de leur interaction en société (famille, religion, école, langue, histoire) (Gravari-Barbas and Graburn, 2012). Cet imaginaire touristique est basée aussi de l’imaginaire géographique « l’ailleurs » (Staszak, 2012), lequel se construit à partir des représentations et des images de lieux inconnus, éloignés et exotiques. Les médias jouent un rôle dans la circulation de l’information de ces lieux inconnus, dont ils vont influencer dans la construction des imaginaires touristiques.

55Ainsi, cet article a démontré, à travers l’étude de cas de la Colombie, comment les médias participent dans la construction des imaginaires touristiques. Pour cela nous avons utilisé les concepts de l’image héritée et de l’image recherchée (Noyer and Raoul, 2011). L’image héritée de la Colombie en France est marquée par des éléments négatifs (narcotrafic, violence, conflit armé), qui ont affecté son l’image touristique. Cela est visible dans la rubrique « conseils aux voyageurs » du Ministère des Affaires étrangères. Cependant, depuis 2014, l’image héritée de la Colombie dans les médias français et dans la rubrique « conseils aux voyageurs » a évolué de manière positive. Cela est dû à la diminution progressive des informations négatives dans les médias et la modération du discours sur la sécurité en Colombie. Ces deux aspects sont sous l’influence du processus de paix avec les FARC. Ainsi, l’évolution de l’image la Colombie vers une image positive est en cours de changement, et sa continuité va dépendre de la mise en place des Accords de Paix et le processus avec l’ELN.

  • xi Source : Citur - Centre d’Information Touristique, Ministère de Commerce, Industrie et Tourisme de (...)

56Cette évolution positive de l’image de la Colombie auprès des Français a permis une augmentation des flux touristiques en provenance de la France dans ce pays sud-américain, en passant de quarante-deux mille visiteurs en 2014 à plus de soixante-six mille en 2017xi. Néanmoins, cette évolution de l’image de la Colombie sera aussi influencée par l’image co-produite par les touristes. Cette image créée par les expériences de touristes et partagée grâce à internet et les réseaux sociaux peut influencer, d’une manière ou d’une autre, les images et les imaginaires des personnes qui les regardent. Et de ce fait, cela peut se répercuter sur les pratiques touristiques de ces futurs voyageurs.

57Enfin, les concepts de l’image héritée et de l’image recherchée (Noyer and Raoul, 2011) ainsi que celui de l’image co-produite (Piñeros, 2018) permettent d’étudier le processus de construction de l’imaginaire touristique d’une destination. La mise en relation de ces trois concepts est un apport à l’étude des imaginaires touristiques et même géographiques sous l’influence des médias, lesquels jouent aujourd’hui un rôle central dans la construction des imaginaires et des pratiques touristiques.

Haut de page

Bibliographie

Aprile-Gniset, J. (1971), Colombie, Ed. du Seuil, Paris.

Bassols, N. (2016), “Branding and promoting a country amidst a long-term conflict : The case of Colombia”, Journal of Destination Marketing & Management, vol. 5 No. 4, pp. 314–324.

Beshay, A.N. (2017), “Travel Warnings Versus Actual Travel Danger ; An Analysis Of U.S. Department Of State Travel Warnings To Egypt And Other Countries”, Journal of Tourism Research, vol. 18, pp. 5–20.

Bianchi, R. (2006), “Tourism and the Globalisation of Fear : Analysing the Politics of Risk and (in)Security in Global Travel”, Tourism and Hospitality Research, vol. 7 No. 1, pp. 64–74.

Branchet, B., Chareyron, G., Cousin, S., Da Rugna, J., Michaud, M. and Piñeros, S. (2014), “Observer les pratiques touristiques en croisant traces numériques et observation ethnographique. Le projet de recherche Imagitour”, Revue Espaces, No. 316, pp. 99–107.

Colombia Travel. (2010), “Estrategia de la Campaña de Colombia el riesgo es que te quieras qued…”, available at : https://es.slideshare.net/colombiatravel/estrategia-de-la-campaa-de-colombia-el-riesgo-es-que-te-quieras-quedar.

Colombia Travel. (2017), “Convocatoria fotos Colombia es Realismo Mágico”, Colombia Travel, available at : http://www.colombia.travel/es/convocatoria-fotos-colombia-es-realismo-magico (accessed 17 August 2017).

Corporación Nacional de Turismo. (1971), “Vasta ofensiva turistica de la CNT para 1971”, Investigaciones Turísticas, No. 3, pp. 110–116.

Corporación Nacional de Turismo. (1980), Colombia : guía turística = Colombia : tourist guide, 1a. ed.

D’Aumale, C. (1956), Colombie Pays d’Eldorado, Éditions de la Pensée Moderne, Paris.

David, B. (2006), “A Travel Industry Perspective on Government Travel Advisories”, Tourism in Turbulent Times, Elsevier, pp. 309–319.

Delfin, T.E.P. (2009), “From Images to Imaginaries : Tourism advertisements and the conjuring of reality”, The Framed World  : Tourism, Tourists and Photography, Ashgate, pp. 138–149.

Echeverri, L.M., Rosker, E. and Restrepo, M.L. (2010), “Los orígenes de la marca país Colombia es pasión”, Estudios y Perspectivas En Turismo, vol. 19 No. 3, pp. 409–421.

Fletcher, R. (2011), “‘The Only Risk is Wanting to Stay’ : Mediating Risk in Colombian Tourism Development”, Recreation and Society in Africa, Asia and Latin America, vol. 1 No. 2, available at : https://journal.lib.uoguelph.ca/index.php/rasaala/article/view/1510 (accessed 2 July 2015).

Fournier, C. and Jacquot, S. (2014), “Les traces numériques des touristes. Un renouvellement de l’observation”, Revue Espaces, No. 316, pp. 66–72.

Gravari-Barbas, M. and Graburn, N. (2012), “Imaginaires Touristiques”, Via@ Revue Internationale Interdisciplinaire de tourisme, No. 1, available at : http://journals.openedition.org/viatourism/1178 (accessed 1 October 2013).

Guilland, M.-L. (2012), “«  La Colombie, le risque est de vouloir y rester  » Vers une Colombie touristique  : usages et détournements de l’imaginaire du risque”, Via@ Revue Internationale Interdisciplinaire de tourisme, No. 1, available at : http://www.viatourismreview.net/Article4.php (accessed 1 October 2013).

Hiernaux, D., Cordero, A. and Van Duynen Montijn, L. (2002), Imaginarios sociales y turismo sostenible, Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales (FLACSO), San José, Costa Rica.

Institut Synthèse. (1992), BarOsud  : l’image du Tiers-monde dans les médias, Ministère de la coopération et du développement la Documentation française, Paris.

Jacobsen, J.Kr.S. and Munar, A.M. (2012), “Tourist information search and destination choice in a digital age”, Tourism Management Perspectives, vol. 1, pp. 39–47.

Larsen, J. (2006), “Geographies of tourist photography. Choreographies and performances”, Geographies of Communication, Nordicom, pp. 243–259.

Löwenheim, O. (2007), “The Responsibility to Responsibilize : Foreign Offices and the Issuing of Travel Warnings”, International Political Sociology, vol. 1 No. 3, pp. 203–221.

Lumsdon, L. and Swift, J. (2001), Tourism in Latin America, London, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord.

Ministère des Affaires Étrangères France. (1999), “Conseils aux voyageurs”, Les Français et l’étranger - Voyager à l’étranger, 8 May, available at : http://web.archive.org/web/19990508051035/http://www.dfae.diplomatie.fr:80/voyageurs/etrangers/avis/conseils/ (accessed 27 July 2016).

Morgan, N. and Pritchard, A. (1998), Tourism Promotion and Power : Creating Images, Creating Identities, Wiley, Chichester.

Munar, A.M. and Jacobsen, J.Kr.S. (2014), “Motivations for sharing tourism experiences through social media”, Tourism Management, vol. 43, pp. 46–54.

Noy, C. and Kohn, A. (2010), “Mediating touristic dangerscapes : the semiotics of state travel warnings issued to Israeli tourists”, Journal of Tourism and Cultural Change, vol. 8 No. 3, pp. 206–222.

Noyer, J. (2013), “Roubaix à l’écran  : images et imaginaires d’une ville”, Médias et Territoires : L’espace public entre communication et imaginaire territorial, Presses Univ. Septentrion, pp. 159–190.

Noyer, J. and Raoul, B. (2011), “Le «  travail territorial  » des médias. Pour une approche conceptuelle et programmatique d’une notion”, Études de communication. langages, information, médiations, No. 37, pp. 15–46.

Pan, S., Lee, J. and Tsai, H. (2014), “Travel photos : Motivations, image dimensions, and affective qualities of places”, Tourism Management, vol. 40, pp. 59–69.

Piñeros, S. (2018), Imaginaires géographiques et pratiques touristiques  : le cas de Carthagène des Indes, Colombie., Doctoral, Paris 1, Paris, 5 December.

Porter, M. (1994), El Reto de La Competitividad : Descubriendo Las Oportunidades y Falencias de Colombia, Informe Monitor Creando la Ventaja Competitiva de Colombia, Bogotá, available at : http://www.eam.edu.co/centrodeinvestigaciones/politicaspublicas/informe_monitor_colombia.pdf.

Robinson, M. and Picard, D. (Eds.). (2009), The Framed World  : Tourism, Tourists and Photography, Ashgate, Farnham.

Salazar, N.B. and Graburn, N.H.H. (Eds.). (2014), Tourism Imaginaries : Anthropological Approaches, Berghahn books, New York.

Sharpley, R., Sharpley, J. and Adams, J. (1996), “Travel advice or trade embargo ? The impacts and implications of official travel advice”, Tourism Management, vol. 17 No. 1, pp. 1–7.

Sheungting Lo, I. and McKercher, B. (2016), “Beyond Imaginary of Place : Performing, Imagining, and Deceiving Self through Online Tourist Photography”, in Gravari-Barbas, M. and Graburn, N.H.H. (Eds.), Tourism Imaginaries at the Disciplinary Crossroads  : Place, Practice, Media, Routledge, Abingdon, Oxon ; New York, NY, pp. 231–245.

Simon, K.G. (1979), “L’Eldorado des milles solitudes”, Géo  : à la découverte d’un nouveau monde, la Terre, July, No. 5, pp. 52–80.

Staszak, J.-F. (2012), “La Construccion del imaginario occidental del ‘alla’ y la fabricacion de las ‘exotica’ : El caso de los Toi Moko Maoris”, Geografias de lo imaginario, Anthropos Editorial, Universidad Autonoma Metropolitana. Iztapalapa., Barcelona, Mexico, pp. 177–204.

Tailly, F. de. (1976), Colombie, Delroisse, Boulogne.

United Nations World Tourism Organization (UNWTO) and Committed to Tourism, Travel and the Millennium Development Goals. (2009), Colombia Back on the Map of World Tourism, UNWTO, Madrid, p. 21.

Yang, F.X. (2016), “Tourist Co-Created Destination Image”, Journal of Travel & Tourism Marketing, vol. 33 No. 4, pp. 425–439.

Haut de page

Note de fin

i Touristes internationaux non-résidents en 2002, 566.761 personnes et en 2017, 3.233.162 personnes. Sources de données Proexport et Citur - Centre d’Information Touristique, Ministère de Commerce, Industrie et Tourisme de Colombie.

ii Les visiteurs français en Colombie augmentent aussi en passant de trente mille visiteurs en 2009 à plus de soixante-six mille en 2017. Source : Citur - Centre d’Information Touristique, Ministère de Commerce, Industrie et Tourisme de Colombie.

iii Avant 1980, les discours touristiques sur la Colombie, particulièrement les guides touristiques internationaux (D’Aumale, 1956 ; Aprile-Gniset, 1971 ; Tailly, 1976 ; Simon, 1979) et ceux produits par les acteurs nationaux du tourisme (Corporación Nacional de Turismo, 1971, 1980) évoquaient la terre de l’Eldorado et la diversité paysagère de ce pays.

iv Notre corpus est composé de 3358 notices.

v D’un total de 3358 notices, 1057 font référence à l’otage d’Ingrid Betancourt.

vi En français, le slogan a été modifié et le mot « risque » n’apparait pas « Colombie, vous ne voudrez plus en repartir ». Nous n’avons pas d’éléments de réponse pour ce changement, mais nous supposons que cela peut être sans doute lié au fait qu‘Ingrid Betancourt venait juste d’être libérée après six ans de détention et que sa situation fut très médiatisée dans la presse française (sur la base de données de l’INA, nous avons recensé 445 notices documentaires entre 2002 et 2008 en relation avec l’enlèvement d’Ingrid Betancourt).

vii Pour les versions dans d’autres langues, les vidéos sont accompagnées de sous-titres espagnol, anglais, français et allemand.

viii Il faut souligner aussi que « le processus de paix entre le gouvernement colombien et les FARC ne faisait pas partie de la marque du pays, [ni des campagnes touristiques] » (Bassols 2016, p. 8). Cependant, la signature des accords de paix en 2016 a fait savoir au monde que la Colombie était une destination de plus en plus sûre. Toutefois, les bénéfices de la mise en œuvre de ces accords de paix pour l’image touristique de la Colombie font partie d’un processus qui est encore en cours de développement.

ix À partir des Archives web du site Colombia Travel https://web.archive.org/web/20091210185009/http://www.colombia.travel:80/fr/touriste/multimedia/pour-flicker-des-photos-de-gens-comme-vous

x Cette cooccurrence est définie comme : apparition simultanée de deux ou plusieurs éléments ou classes d'éléments dans le même discours (CNRTL : http://www.cnrtl.fr/definition/cooccurrence).

xi Source : Citur - Centre d’Information Touristique, Ministère de Commerce, Industrie et Tourisme de Colombie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Pays d’Amérique du Sud médiatisés à la télévision française entre 1980 et 2016.
Crédits Graphique élaboré par l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Document 3 : Thématiques les plus médiatisées (plus de 20 notices documentaires) sur la Colombie à la télévision française (1980-2016).
Crédits INA. Classification thématique et graphique élaborés par l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-2.png
Fichier image/png, 84k
Titre Document 4 : Carte des régions déconseillées.
Crédits Ministère des Affaires étrangères (2001)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Document 5 : Carte des régions déconseillées.
Crédits Ministère des Affaires étrangères (2006)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-4.png
Fichier image/png, 29k
Titre Document 6 : Carte des régions déconseillées.
Crédits Ministère des Affaires étrangères (2006)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Document 7 : Carte des régions déconseillées.
Crédits Ministère des Affaires étrangères (2008)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Document 8 : Carte des régions déconseillées.
Crédits Ministère des Affaires étrangères (2009)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Document 9 : Carte des régions déconseillées.
Crédits Ministère des Affaires étrangères (2010)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Document 10 : Carte des régions déconseillées.
Crédits Ministère des Affaires étrangères (2013)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Document 11 : Carte des régions déconseillées.
Crédits Ministère des Affaires étrangères (2015)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Document 12 : Carte des régions déconseillées.
Crédits Ministère des Affaires étrangères (2016)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Document 13 : Dendrogramme Iramuteq des Conseils aux voyageurs France 2002-2015.
Crédits Élaborée par l’auteure à partir d’Iramuteq. Sources : web.archive.org ; diplomatie.gouv.fr
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-12.png
Fichier image/png, 16k
Titre Document 14 : Publicité à Paris Bus RATP. Texte : « Où peut-on visiter un lieu dans lequel la légende de l’Eldorado devient Réalité ? La Réponse est CO ».
Crédits Piñeros 2013. Prise le 25 novembre 2013.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Document 15 : Publicité à l’Aéroport Charles de Gaulle T1. Texte : « La Colombie là où la réalité devient magie ».
Crédits Piñeros 2015. Prise le 18 avril 2015.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Document 16 : Publicité à La Défense (écran du hall d’entrée du CNIT, Centre des Nouvelles Industries et Technologies). Texte « Colombia Magical Realism »
Crédits Piñeros 2016. Prise le 14 mai 2016.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Document 17 : « Pour Flicker : des photos de gens comme vous »
Crédits Site web Colombia.travelix en français 2009.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Document 18 : Appel au partage de photos des Colombiens à travers le groupe Flickr « Colombia es realismo magico ».
Crédits Site web Colombia Realismo Magico 2017.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-17.png
Fichier image/png, 754k
Titre Document 19 : Dendrogramme de la classification Reinert des commentaires en français des attractions TripAdvisor Colombie.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-18.png
Fichier image/png, 20k
Titre Document 20 : Plan factoriel de l’AFC des commentaires en français des attractions TripAdvisor Colombie.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-19.png
Fichier image/png, 44k
Titre Document 21 : Détection de communautés de l’ensemble des commentaires en français des attractions TripAdvisor Colombie.
Légende Les mots visualisés ont une fréquence de plus de 100.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/3600/img-20.png
Fichier image/png, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sairi Piñeros, « Imaginaires touristiques de la France sur la Colombie », Via [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 22 novembre 2019, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/3600 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.3600

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals