Navigation – Plan du site

L’écotourisme dans la consolidation de la paix en Colombie : accord de paix, conflit et justice écologique

Luis Fernando Sánchez Supelano
Traduction de Jean-Michel Decroly
Cet article est une traduction de :
Ecoturismo en la construcción de paz en Colombia: acuerdo de paz, conflictividad y justicia ambiental [es]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Ecotourism in Colombian Peacebuilding: Peace, Conflict and Environmental Justice [en]

Résumé

Dans le but de mettre en lumière les tensions liées à la mise en œuvre de projets d’écotourisme dans le contexte colombien, ce texte analyse le rôle du conflit armé dans l’apparition du conflit environnemental en Colombie, et la façon dont il s’est accru ces dernières années avec l’arrivée de nouveaux acteurs dans différents territoires. Ensuite, certains points de l’accord de paix ayant un impact sur l’écotourisme seront examinés, pour finalement renforcer la nécessité d’adopter une approche de justice environnementale dans la mise en œuvre de l’écotourisme afin de tendre vers un respect adéquat des limites environnementales et des droits des communautés impliquées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article traite de l’écotourisme en tant qu’alternative de consolidation de l’accord de paix en Colombie, sur base d’une révision des sources documentaires existantes et d’une analyse du conflit environnemental, basée sur les développements conceptuels de la justice environnementale et des droits humains dans une perspective globale. Ce qui précède a pour objectif de mettre en lumière certaines des tensions qui découlent de la mise en œuvre de l’accord de paix et du pari de l’écotourisme, qui est d’offrir des alternatives de développement et satisfaire les besoins fondamentaux de la population.

2Dans cet ordre d’idées, le texte est structuré en quatre grandes sections. La première section met en évidence comment le conflit armé a généré d’importants conflits environnementaux sur l’ensemble du territoire colombien et a affecté les territoires aujourd’hui considérés comme en attente de développement de projets d’écotourisme. Dans la même perspective, la deuxième section souligne que la Colombie est un pays qui connaît un conflit environnemental croissant, précisément en raison de la pression grandissante de nouveaux agents économiques, y compris les touristes, qui se disputent l’accès, l’utilisation et la distribution des biens naturels et environnementaux. La troisième section examine le contenu de l’accord de paix conclu entre le gouvernement colombien et la guérilla des FARC-EP, du point de vue de l’environnement et des droits, et souligne quelques opportunités et éléments qu’ offre l’accord pour la construction de la paix dans le pays, et qui servent de données contextuelles pour la discussion de la mise en œuvre de projets écotouristiques. Enfin, la quatrième section traite de la discussion sur l’écotourisme dans le contexte post-accord.

3Du point de vue méthodologique, cette étude s’appuie principalement sur l’approche qualitative et la révision documentaire des textes officiels de l’État colombien, élaborés au cours de la période 2014-2017. Ainsi, ont été repris les documents du Département national de Planification, du Ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, ainsi que ceux du Ministère de l’Environnement, du Logement et du Développement territorial dans lesquels étaient diagnostiqués les effets du conflit armé en Colombie, dans ses dimensions territoriale et environnementale. De même, des documents ont été traités, dans lesquels les dynamiques de croissance du secteur touristique et les principales stratégies visant à le promouvoir ont été analysées et projetées. Cet exercice systématise et extrait les principaux carrefours et points d’articulation entre les attentes de développement du secteur touristique en Colombie et les conditions contextuelles de mise en œuvre territoriale.

4Dans un deuxième axe de discussion, à partir de l’analyse des conflits environnementaux en Colombie, en particulier ceux développés par l’atlas mondial de la justice environnementale et l’Observatoire des conflits environnementaux de l’Institut des études environnementales de l’université nationale de Colombie, et combinés avec l’examen du cas de Taganga (Santa Marta, Colombie), les principales dynamiques des conflits environnementaux sont identifiées autour des demandes de participation et distribution de bénéfices. Enfin, l’analyse de l’accord de paix, signé entre les FARC-EP et le gouvernement colombien, a permis d’identifier les aspects ayant un impact sur le développement de l’écotourisme thématique afin d’identifier les stratégies de l’État et la façon dont elles s’articulent avec la solution des conflits environnementaux et la satisfaction des besoins fondamentaux des populations. Pour conclure, l’article fait part de quelques commentaires critiques motivant la nécessité d’inclure une approche de justice environnementale.

I. Les conflits armés comme catalyseur des conflits environnementaux

5A partir d’un concept environnemental, comme l’interaction d’éléments sociaux et naturels indissolubles, les conflits environnementaux peuvent être définis comme des conflits autour de l’utilisation, de l’accès, de la distribution ou de l’échange de biens environnementaux. En même temps, ils peuvent être constitués autour de la définition des règles qui régissent la relation avec la nature et les façons dont on comprend la conception et le fondement de cette relation (Mesa Cuadros G., 2011).

6Cependant, les relations entre les conflits armés et l’environnement sont multiples et complexes. D’une part, l’environnement a été lié en tant que cause des conflits armés - lutte pour le contrôle des biens naturels et environnementaux ; changements environnementaux modifiant les conditions sociales - (Westing, 1986 ; Homer-Dixon, 1999 ; Afriansyah, 2013 ; Rodríguez Garavito, Rodríguez Franco, & Durán Crane, 2017) ; d’autre part, comme scénario dans lequel se produisent les conflits armés. En ce sens, les impacts des guerres sur l’environnement ou les restrictions qu’elles impliquent en termes d’accès et d’utilisation de certains biens environnementaux sont à souligner (Closmann, 2009 ; Hagmann T., 2005). Enfin, la relation entre post-conflit et environnement se distinguent - en termes de dettes laissées par les guerres et les pressions sur l’environnement générées dans les sociétés qui tentent de laisser un conflit armé derrière elles.

7Les conséquences des conflits armés vont de la perte de la biodiversité à la perte de la couverture végétale, en passant par la destruction des sols et d’écosystèmes entiers, avec des effets qui vont au-delà des générations actuelles, tant humaines que non humaines. Ces conséquences démontrent qu’il existe une incompatibilité fondamentale entre la guerre et la nature (Broswimmer, 2007 ; Renner, 1992). En Colombie, le conflit armé entretient une relation profonde avec le débat pour le contrôle de l’environnement et des biens naturels et environnementaux. Ainsi, l’incidence territoriale du conflit armé est liée à la dégradation de l’environnement. Selon le Département national de Planification (DNP), de 1990 à 2013, près de 5,2 millions d’hectares ont été déboisés dans le pays, dont 58 % dans des municipalités à forte et très forte incidence de conflits. De même, sur les 13,4 millions d’hectares où il y a surutilisation des terres par les activités agricoles et forestières, 46 % se trouvent dans des municipalités où l’incidence des conflits armés est élevée et très élevée (DNP, 2015 ; Cárdenas & Rodríguez, 2004).

8De même, la relation entre la déforestation et la présence de cultures de coca au cours des années 2000 à 2013 montre que pour chaque hectare de coca planté dans les municipalités où l’incidence du conflit est élevée et très élevée, 1,7 hectare était déboisé. La superficie cultivée en coca dans les parcs nationaux a oscillé entre 4 % et 8 % de la superficie totale cultivée dans le pays au cours des 10 dernières années. En 2013, 3 791 hectares de culture de coca ont été identifiés dans le SINAP (National System of Protected Areas). L’exploitation illicite des minerais, associée au conflit armé, a des impacts importants sur les écosystèmes et leurs biens naturels et environnementaux. De 2010 à 2014, il a été constaté que près de la moitié des municipalités du pays avaient été touchées par ce problème, compromettant environ deux mille sources d’eau (DNP, 2015). En 2010, 86 % de l’or produit dans le pays provenait de l’exploitation minière illégale, qui utilise le mercure et dévaste les ronds-points d’eau des territoires (MADS ; PNUE, 2012) et, en 2013, environ 58,7 tonnes d’or étaient produites dans les mines sans titre en phase d’exploitation.

9Les sources d’eau du pays ont également été affectées par le dynamitage des oléoducs associé au conflit armé. Au cours des 35 dernières années, l’infrastructure de transport d’hydrocarbures exploitée par Ecopetrol a été attaquée 2 575 fois, déversant 4,1 millions de barils de pétrole (DNP, 2015 ; DNP, 2015b). Pendant la période 2009-2015, 756 700 barils de pétrole ont été déversés. Mais en même temps, il a été reconnu que certains de ces impacts sont liés aux conditions matérielles d’existence des personnes et à la satisfaction de leurs besoins fondamentaux. Par exemple, la Cour constitutionnelle colombienne a souligné que les activités dédiées à l’exploitation minière illégale et aux cultures illicites sont liées aux " conditions d’isolement de l’approvisionnement de l’État, à la précarité institutionnelle, au faible niveau d’accessibilité, et aux défaillances en termes de gouvernance " (décision C 644 du tribunal constitutionnel de 2017).

10En ce sens, le conflit armé en Colombie a différentes significations environnementales, dont nous pouvons souligner au moins trois dimensions : a) génératrice de dettes environnementales importantes, b) catalyseur et aggraveur de conflits et d’injustices environnementales et c) cause du conflit et, à son tour, moyen de surmonter le conflit armé.

11Cependant, le passage de la guerre à la paix n’implique pas l’élimination des conflits environnementaux ; au contraire, il implique des défis de différentes natures, qui comprennent au moins trois variables : a) que faire des dommages environnementaux laissés par le conflit armé qui peuvent être considérés comme des dettes environnementales ? b) que faire du secteur militaire en termes de contrôle des impacts causés par l’industrie militaire et les activités militaires en général ? et c) une fois les discussions conjoncturelles des conflits armés achevées, comment reconstruire un projet sociétal qui inclut des critères de durabilité ? Dans cette dernière dimension, il ne faut pas oublier que la sortie d’un conflit armé implique souvent une augmentation de la pression pour exploiter les biens environnementaux sous prétexte de garantir la "durabilité économique de la paix".

12Si ces défis sont gérés correctement, ils peuvent créer une base solide pour la paix et la durabilité ; s’ils sont mal gérés, ils risquent de fragiliser une paix déjà faible (Conca & Wallace, 2009 ; Bustos & Jaramillo, 2016). Par conséquent, les conflits armés sont un facteur qui cause de graves dommages à l’environnement, mais il est également vrai qu’en l’absence de guerres ou de conflits armés, les pressions sur l’environnement ne diminuent pas (dans certains cas, elles sont simplement transformées). En ce sens, les contextes de transition d’un conflit armé à une situation de consolidation de la paix peuvent conduire à l’émergence de nouvelles pressions à son encontre. Ces nouvelles pressions peuvent se traduire par la flexibilisation des normes environnementales ou par la réduction des normes de protection de l’environnement qui, dans certains cas, vont de la contestation de limites à l’appropriation injustifiée et illégitime de l’environnement jusqu’à la limitation des autorisations générales pour une telle appropriation (Mesa Cuadros G., 2015).

II. La Colombie, un pays avec un conflit environnemental croissant

13Dans le cas de la Colombie, les conflits environnementaux liés à des activités économiques telles l’exploitation minière, l’exploitation des hydrocarbures, l’augmentation des infrastructures routières, l’agriculture développée sans critères de durabilité, le commerce illégal des espèces végétales et animales, ont connu une augmentation exponentielle, entraînant la pollution et la dégradation de l’environnement et ses composantes comme l’eau, le sol, l’air, la faune et la flore du pays, sans que l’État ne respecte ses obligations (Contraloría General de la Nación, 2013, pp. 140-142). En réalité, The Environmental Justice Organisations, Liabilities and Trade (un projet financé par la Commission européenne) a identifié plus d’une centaine de conflits environnementaux dans le pays, faisant de la Colombie le pays avec le plus de conflits environnementaux en Amérique latine.

14Des cas tels que la résolution 286 de 2016 par laquelle Hupecol Operating Co Llc s’est vu accorder une licence environnementale pour mener des activités d’exploration pétrolière à proximité du secteur de La Macarena (département de Meta), très proche de la réserve naturelle de Caño Cristales, qui a dû être annulée quelques jours seulement après son expédition, montrent les risques auxquels certains écosystèmes font face en raison des nouveaux investissements dans des zones où le conflit armé avait traditionnellement empêché l’entrée des capitaux. Cela s’ajoute au pari du gouvernement à l’égard du développement des industries extractives. En effet, selon les données du Plan national de développement (2018-2022), en septembre 2018, le pays comptait 8 635 titres miniers. En ce qui concerne les hydrocarbures, au cours de la période 2010-2018, l’ANH a attribué 159 domaines pour l’évaluation technique, l’exploration et l’exploitation. En juin 2018, le pays comptait 326 contrats de concession en cours, relatifs aux hydrocarbures (DNP, 2019). A cet égard, un double phénomène se produit : d’une part, le pays voit l’arrivée de nouveaux investissements étrangers, mais d’autre part, ceux-ci génèrent de nouveaux conflits environnementaux.

15En outre, les conflits environnementaux liés à l’aménagement du territoire se reflètent également dans les récents cas de consultations contre l’exploitation minière et les hydrocarbures dans des municipalités comme Cajamarca, Cabrera, Cumaral, Onzaga et Ibagué. Les discussions qui ont soulevé les processus de délimitation des écosystèmes essentiels à la vie - comme les hautes terres - montrent que l’après conflit ne sera pas exempt de conflit environnemental.

16Cela dit, il est important de souligner comment le conflit environnemental en Colombie va au-delà du conflit armé, et se combine avec la nécessité de réaliser des transformations structurelles pour satisfaire les besoins fondamentaux de la population. En réalité, comme l’a reconnu la Cour constitutionnelle colombienne elle-même lors de la mise en œuvre de l’accord, " il y a eu deux phénomènes de grande sensibilité environnementale : d’une part, les processus de déforestation et de dégradation des écosystèmes naturels se sont accélérés en raison du peu d’alternatives économiques pour les habitants de ces zones et, d’autre part, une augmentation des cultures illicites a été observée dans plusieurs régions de Colombie, notamment la culture du coca. Ainsi, dans cette phase de transition de la recomposition du pouvoir territorial, les menaces qui pèsent sur les écosystèmes stratégiques s’accentuent " (Cour constitutionnelle, Décision C-644 de 2017).

17Or, le contexte de la mise en œuvre des accords de paix conclus entre la guérilla et le gouvernement colombien, implique une réflexion sur le modèle de développement du pays et la construction d’une nouvelle forme de relation avec l’environnement qui permette de construire une paix stable et durable. Cela implique au moins trois éléments importants : a) la consolidation des institutions étatiques qui permettent de satisfaire les besoins de la population, tout en exerçant un contrôle efficace sur les activités qui dégradent l’environnement ; b) la consolidation des alternatives économiques pour les populations qui ont le plus souffert du conflit armé, afin de les empêcher d’être cooptées par des économies illégales (mines, exploitation forestière ou cultures illégales) ; et c) la définition d’un modèle de classement environnemental du territoire qui définisse des limites claires à l’appropriation du milieu.

18Conformément aux développements bibliographiques les plus récents, nous pouvons identifier trois grands groupes de risques auxquels la Colombie est confrontée dans la transition de la guerre à la paix. Un premier risque, d’un scénario post-conflit, est lié à l’augmentation prévisible des demandes de développement d’activités économiques qui progressent sur des territoires où il n’a pas été possible d’investir, en raison du conflit armé ou sous la promesse de résoudre les problèmes sociaux et économiques du post-conflit, ce qui, à son tour, pourrait accroître les conflits environnementaux.

19Un deuxième risque peut être identifié dans la demande accrue de biens environnementaux de la part des nouvelles populations qui arrivent sur les territoires, d’une part, les victimes qui retournent sur leurs territoires, et d’autre part, les anciens combattants qui auront besoin de l’environnement nécessaire pour satisfaire leurs besoins fondamentaux (Rodríguez Garavito, Rodríguez Franco, & Durán Crane, 2017). De même, il faudra se doter des infrastructures et investissements nécessaires pour les routes, les services publics et sanitaires de base.

20Un autre aspect à prendre en compte dans la mise en œuvre de cet accord concerne les réalités territoriales propres à la Colombie, caractérisées par les complexités écosystémique, sociale, culturelle et territoriale (Carrizosa Umaña, 2014), par la présence territoriale diverse et la force institutionnelle de l’État (García Villegas & Espinosa Restrepo, 2011). Les cas d’exploitation minière illégale, de déforestation et de dégradation de l’environnement du fleuve Atrato (Cour constitutionnelle, décision T-622 de 2016) ou du fleuve Dagua (Conseil d’État, 2012), démontrent la complexité de la mise en œuvre de mesures de récupération et de gestion environnementales dans les territoires où la présence étatique est faible et où les groupes armés illégaux exercent un certain contrôle territorial comme, par exemple, l’Armée de libération nationale (ELN), l’Armée populaire de libération (EPL), les milices d’Autodéfense gaïtanistes de Colombie (AGC) ou les anciennes structures du bloc de l’Est des FARC-EP qui n’ont pas participé au processus de paix.

21La consolidation de la paix implique de nouveaux défis environnementaux pour la Colombie, dans des domaines tels que l’ordre environnemental du territoire, l’apurement des dettes environnementales laissées par ce dernier, la construction d’une société équitable en matière de jouissance des biens environnementaux et naturels, etc. (Mesa Cuadros G., 2015b ; Mesa Cuadros & al, 2015c). Par conséquent, une politique environnementale colombienne pour le passage à l’après-accord devrait contenir, entre autres, la reconnaissance de tous les Colombiens comme sujets de droits environnementaux, qualifiés pour accéder dignement à l’environnement et à ses éléments (par exemple l’eau ou la terre cultivable) et la garantie de la protection de l’environnement et de ses éléments comme condition indispensable de la coexistence et de la transformation des conflits.

22Donc, deux conclusions importantes s’imposent pour la discussion sur le tourisme en général et l’écotourisme en particulier. D’une part, les projets à mettre en œuvre doivent faire face à un contexte de conflits sociaux croissants résultant de conflits sur l’utilisation des biens environnementaux, de pressions des industries extractives et de demandes sociales d’accès aux biens pour satisfaire les besoins fondamentaux. D’autre part, ils doivent aussi contribuer à la construction de la paix dans un sens transformateur, c’est-à-dire contribuer à l’établissement de nouveaux pactes de relation avec l’environnement (établissement de limites à l’appropriation environnementale dans une perspective de durabilité), et contribuer à surmonter les conditions d’exclusion socio-économique présentes sur le territoire colombien, dans la mesure où, même en Colombie, il existe des populations avec un indice élevé de besoins fondamentaux non satisfaits.

III. Accord de paix : environnement et post-conflit

23Les questions environnementales n’ont pas été l’un des principaux points de négociation et ne font pas partie des éléments centraux de "l’accord final pour la fin du conflit et la construction d’une paix stable et durable" - désormais l’accord de paix - signé entre le gouvernement colombien et les FARC-EP. Mais sans aucun doute, l’accord de paix aura des impacts importants sur l’environnement et sa protection. Certaines considérations importantes peuvent être extraites. De cette façon, l’accord de paix envisage l’environnement et sa protection au moins dans les dimensions suivantes :

  1. En tant que but de la consolidation de la paix " (p. 5) ;

  2. Comme objectif d’une "réforme rurale globale" (p. 18, 20, 32) ;

  3. Afin de définir les bénéficiaires des processus d’attribution des terres (il se peut que ce soit eux qui soient déplacés pour des raisons de protection de l’environnement) (p. 15) ;

  4. Comme un aspect dans lequel la démocratie doit être approfondie (p. 18) ;

  5. En tant qu’élément à prendre en considération pour une réintégration correcte de l’insurrection ;

  6. En tant qu’objectif du Programme national intégral de substitution des cultures illicites ;

  7. Comme critère déterminant de l’approche territoriale (p. 6) ;

  8. Comme l’une des formes de sanction applicables à ceux qui reconnaissent la vérité exhaustive, détaillée et complète dans la Chambre pour la reconnaissance de la vérité et des responsabilités. Dans l’intervalle, le régime de sanctions de la Juridiction spéciale pour la Paix comprend une composante de réparation, qui peut être respectée en élaborant des mesures de protection ou de décontamination de l’environnement ;

  9. Comme garantie de non-répétition, alors que la mise en œuvre effective des droits environnementaux est conceptualisée comme une stratégie pour que le conflit armé ne resurgisse pas (p. 188) ;

24Dans cet ordre d’idées, mettre en évidence la façon dont la question environnementale est abordée dans les accords de paix, à partir de plusieurs idées fortes, est possible. Premièrement, la protection et la conservation de l’environnement est une question qui doit être prise en compte dans la mise en œuvre de tous les contenus des accords de paix - l’environnement est considéré comme une limite aux actions à mener pour se conformer à l’accord. Deuxièmement, les questions environnementales sont considérées comme des orbites autour desquelles la démocratie doit être approfondie. Troisièmement, elles doivent être considérées comme des critères à prendre en compte dans l’application de la justice dite réparatrice - comme un critère de réparation et de sanction.

25Sans préjudice de ce qui précède, l’un des contenus qui devrait avoir le plus grand impact sur l’environnement et sur l’amélioration des conditions de son respect, est lié au point 1 "Réforme rurale globale". En effet, ce point de l’Accord contient de multiples éléments qui, à la fin, devront s’articuler avec les notions de protection de l’environnement et la définition des limites de l’appropriation de la nature. Ce point de l’accord implique d’emblée une restructuration des régimes de propriété et ses usages en milieu rural.

26Mais une telle restructuration du régime foncier impliquera également de solides discussions sur la façon dont les utilisations des terres ont été structurées et même sur la définition des zones protégées ou des zones qui nécessitent une gestion environnementale spéciale. Indiquant certains des éléments qui doivent être pris en compte, les Nations unies ont désignée certaines municipalités comme prioritaires pour la mise en œuvre des accords, ainsi, dans un échantillon des 47 municipalités hautement prioritaires, 41 ont une certaine forme de protection (NNP et/ou réserve forestière), dont 17 municipalités ont plus de 50 % de leur superficie sous protection ; sur 78 municipalités ayant une priorité moyenne à élevée, 59 ont une forme de protection dont 26 ont plus de 50 % de leur territoire sous protection. Et enfin, huit municipalités sur les 125 municipalités prioritaires ont 100 % de leur superficie sous protection.

27Dans le même ordre d’idées, l’Accord soulève implicitement la possibilité de modifier certains aspects des zones rurales, en proposant des programmes d’installation et de réinstallation. Ces programmes visent, entre autres, à protéger l’environnement, à remplacer les cultures illicites et à renforcer la production alimentaire. Ces activités sont concentrées dans une zone plus générale, étant donné la fermeture de la frontière agricole dans laquelle un plan de zonage environnemental est proposé, dans le double but de délimiter cette frontière agricole et de la mettre à jour, d’élargir l’inventaire et de caractériser l’utilisation des zones qui devraient avoir une gestion environnementale particulière. En ce qui concerne les aspects institutionnels, il est nécessaire de créer un organe de haut niveau, dans le cadre des compétences du gouvernement national, chargé de formuler des orientations générales pour l’aménagement indicatif du territoire, de coordonner, d’articuler et d’harmoniser les politiques sectorielles, en tenant compte des caractéristiques de leur vocation, du bien commun et des visions territoriales du développement rural élaborées dans le cadre des organes de participation.

28Cette mesure s’accompagnerait de l’élaboration de plans de développement à approche territoriale, de plans d’action pour la transformation régionale, de plans nationaux de réforme rurale globale, qui s’ajouteraient à d’autres formes de planification existantes. À ceux-ci, il faudrait ajouter des programmes de réinstallation ou de régénération communautaire des forêts et autres éléments de l’environnement, qui soient compatibles et contribuent à la réalisation des objectifs de fermeture de la frontière agricole et de conservation environnementale et qui soient élaborés dans le cadre de l’application de cet accord. Pour cette raison, l’accord de paix implique une révision en profondeur de l’ordre environnemental du territoire, ce qui induit l’identification d’usages compatibles avec une utilisation responsable de l’environnement dans la perspective du renforcement des formes d’organisation communautaire.

29Avec ce qui précède, l’accord de paix renforce l’idée de la participation de la société civile à la définition des décisions d’aménagement du territoire en milieu rural - en approfondissant les instruments déjà existants - dans la nécessité de créer des espaces " de concertation et de dialogue social entre les autorités nationales, régionales et locales " (Accord de paix, 2016, p. 18). C’est conforme à ce qui est établi dans le point de l’accord sur la participation politique, qui part de la considération que la construction et la consolidation de la paix, dans le cadre de la fin du conflit, "nécessite une expansion démocratique" et "assure que la participation citoyenne, dans la discussion des plans de développement, des politiques publiques et, en général, des questions qui concernent la communauté, a un impact effectif".

30Par conséquent, le contenu de l’Accord dans sa composante rurale implique une réflexion approfondie sur au moins trois variables mutuellement conditionnées : d’une part, l’ordre territorial ; d’autre part, les modèles de développement mis en œuvre dans les territoires ; et enfin, certains mécanismes de participation pour résoudre les conflits dérivés des usages du territoire et des projets économiques développés dans celui-ci. Le succès ou l’échec de la consolidation de la paix après l’accord peut dépendre de la façon dont ces trois questions sont résolues.

31De même, l’accord prévoit l’obligation de renforcer les conceptions institutionnelles et les méthodologies pour faciliter la participation des citoyens et assurer leur efficacité dans la formulation de politiques publiques sur différents sujets, dont l’environnement, qui iraient de pair avec des actions pour le développement d’une culture politique démocratique et participative. La création d’un mécanisme spécial chargé de l’attention, du traitement et du suivi des plaintes et des alertes émanant de citoyens, d’organisations et de mouvements, concernant d’éventuels actes de corruption, constitue un élément supplémentaire. L’État s’engage à revoir les fonctions et la composition des Conseils d’aménagement du territoire, afin, entre autres, d’accroître la participation des citoyens à l’élaboration des plans de développement et au suivi de leur exécution et de leur évaluation, et à procéder aux ajustements normatifs nécessaires pour que les autorités publiques répondent aux concepts, déclarations et rapports de suivi établis par les instances de planification participative dans les espaces et instances de dialogue et d’interaction.

32Ainsi, l’accord ouvre la porte à la discussion en établissant la nécessité de créer des mécanismes pour traiter les conflits découlant de la mise en œuvre des projets de développement et en plaidant pour un approfondissement de la démocratie dans la prise de décision - y compris en matière d’environnement -, sans toutefois s’engager sur une formule particulière ou sur le caractère obligatoire d’un certain niveau de participation souhaitable dans l’application de ces accords.

IV. Tourisme et consolidation de la paix : la nécessité d’une approche fondée sur la justice environnementale

33Ainsi, la consolidation de la paix implique des discussions plus profondes que la simple mise en œuvre de ce qui a été convenu. Elle doit conduire à surmonter le réductionnisme et à comprendre et projeter les concrétisations des accords en tenant compte de la complexité, de la globalité, du caractère systématique, de l’intégralité et des interdépendances entre leurs multiples dimensions.

34La paix doit aboutir à des transformations significatives dans les territoires du pays et s’orienter vers un développement rural plus équitable, la réduction des écarts socio-économiques et la garantie des droits de l’ensemble de sa population. La réalisation de ces objectifs implique nécessairement la promotion et le renforcement des politiques liées à : (i) la création de revenus et la réalisation de projets productifs agricoles, non agricoles, touristiques et culturels ; (ii) la garantie des droits sociaux avec une approche territoriale et différenciée de l’égalité des chances (sécurité alimentaire, culture, santé, éducation, sécurité sociale, mécanismes de protection de la vieillesse, logement, eau potable et assainissement) ; (iii) routes régionales, connectivité et biens publics pour la paix ; et (iv) gestion foncière et immobilière rurale (cadastre à usages multiples et POT moderne).

35L’écotourisme a été considéré comme une alternative pour le développement et la construction de la paix, dans laquelle une double vision peut être désignée. L’institutionnalité considère l’écotourisme comme un élément à prendre en compte afin de fournir des alternatives économiques et les moyens d’une utilisation durable de la biodiversité, l’interprétant comme un outil pour la construction et le renforcement d’une culture de paix, qui contribue à son tour au développement économique et social des régions.

36Selon le Ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, au cours des quatre premiers mois de 2017, le tourisme étranger en Colombie a augmenté de 43,1 % par rapport à la même période de l’année précédente. Entre janvier et avril 2017, la Colombie a accueilli 1 987 989 voyageurs, soit 598 685 de plus que durant la même période en 2016. Selon les déclarations de la ministre du Commerce, "l’après-conflit est l’un des grands avantages qui s’ajoute aujourd’hui au tourisme en Colombie. Nous commençons par améliorer l’image, en montrant une Colombie en paix, une Colombie qui a de nouvelles possibilités, de nouvelles destinations, de nouveaux produits touristiques accessibles, appréciables et qui montrent un avantage comparatif avec les autres pays."

37Mais en même temps, cette image est perçue avec méfiance par certains secteurs sociaux et communautaires comme par exemple, le Comité pour la défense de Taganga (la Coopérative de Pêcheurs, Corporation de chinchorreros, contre le tourisme à Santa Marta) pour au moins deux raisons : un tourisme mal contrôlé peut avoir de graves impacts sur les écosystèmes les plus importants du pays (pas en vain : dans le cas du parc national de Tayrona, le tourisme non contrôlé est une des 9 principales causes de détérioration environnementale dans cet écosystème important) et du coup, l’unité des parcs nationaux de Colombie souligne que :

"Le tourisme mal orienté entraîne une série d’impacts directs sur l’écosystème, tels qu’une gestion inadéquate des déchets solides, le compactage du sol et l’expansion des marges des sentiers, la contamination visuelle par les rayures sur les pierres et les arbres, l’extraction et le déplacement de la faune et de la flore par la présence des visiteurs, et des impacts sur le récif lors de la marche sur les formations coralliennes causée par l’arrivée de navires dans des zones non autorisées. Le nombre élevé de visiteurs dans le parc a favorisé la création d’établissements irréguliers et l’absence de services de base pour la population, ce qui a entraîné la destruction ou la modification du littoral et des écosystèmes adjacents par l’urbanisation, une forte consommation et un gaspillage d’eau, l’utilisation de coquillages pour l’artisanat. Cela a renforcé d’autres problèmes locaux, tels que les rejets d’eaux usées, la perte de couverture végétale, entre autres " (PNN, 2015).

38Actuellement, la réglementation colombienne définit l’écotourisme comme une modalité touristique spécialisée et durable, axée sur la sensibilisation à la valeur du système des aires protégées, par le biais d’activités de loisirs telles que la contemplation, le sport et la culture, contribuant à la réalisation de ses objectifs de conservation et à la création de possibilités sociales et économiques pour les populations locales et régionales. Tout en définissant les services associés à l’écotourisme comme étant ceux qui s’adressent aux visiteurs qui mènent des activités écotouristiques dans les secteurs des parcs nationaux, comme l’hébergement, le transport, la nourriture, l’orientation et l’interprétation du patrimoine naturel (Ministère de l’Environnement, du Logement et du Développement territorial, résolution 531 de 2013).

39Cependant, malgré ces conceptualisations, il est important de problématiser l’idée, dans la mesure où pas toujours, l’écotourisme dans ses concrétions pratiques (surtout quand il devient massif ou est lié à des services associés très nuisibles à l’environnement) permet de le caractériser comme une activité économique congruente, responsable ou conservatrice de l’environnement ou de son utilisation prudente. Il est donc nécessaire d’examiner les aspects spécifiques de ce type de dénomination, en définitive, pour préciser s’il est possible de parler d’un véritable "écotourisme" durable. Il est donc possible d’identifier des pratiques appelées écotourisme qui ne le sont pas parce qu’elles sont associées à des activités productives qui, pour être économiquement viables et rentables, nécessitent l’utilisation aveugle et exagérée des ressources naturelles.

40Il est reconnu que le tourisme peut avoir d’importantes répercussions sociales et économiques, comme cela s’est produit dans des cas comme celui de la baie de Taganga, où il y a eu des impacts tels que : la désintégration de la communauté, la perte du contrôle territorial par les communautés traditionnelles, le déplacement ou la perte de l’accès aux biens naturels pour répondre aux besoins fondamentaux, entre autres.

41En effet, dans la région, le tourisme s’est déployé de manière accélérée et désorganisée. L’introduction du tourisme a simultanément faussé des éléments défavorables, avec des répercussions sur la cohésion sociale et l’environnement. Aujourd’hui, la durabilité de cette activité est remise en question par rapport à la contribution du tourisme au bénéfice économique des communautés locales. Il s’agit de la création d’emplois et de revenus, de l’inégalité dans la répartition des revenus, de la concentration de la propriété, de la valorisation et de l’utilisation du patrimoine culturel dans les services touristiques. De plus, les impacts générés sur les ressources naturelles par différents types de pollution sont remis en question (Figuero Cabas, 2011).

42Les effets négatifs associés au tourisme sont liés à la croissance des activités informelles, à la création d’emplois peu qualifiés et à faible revenu, à la détérioration de l’environnement, à la croissance urbaine désorganisée, à la dégradation de l’environnement et des plages, à la perte de l’identité locale et au déplacement d’autres secteurs traditionnels comme la pêche, à l’augmentation de la toxicomanie chez les jeunes, à la prostitution et au volume accru des déchets solides générés (Figuero Cabas, 2011). C’est particulièrement vrai dans les endroits où sont fournis ce que la réglementation colombienne appelle " les services associés à l’écotourisme ", de sorte qu’il est pratique d’analyser l’activité écotouristique de manière plus intégrale selon les logiques de la chaîne de valeur.

43Les impacts environnementaux causés par le tourisme sont d’ampleur variable et affectent les écosystèmes et l’environnement en général de différentes manières. Le développement du tourisme dans la région a eu un impact négatif sur l’intégrité et la conservation de biens environnementaux et naturels fragiles, tels que les sols, la végétation, la faune, les paysages et les forêts, ressources essentielles pour le développement durable du tourisme ainsi que pour la garantie de la qualité de vie de la population résidente (Figuero Cabas, 2011).

44Dans ces conditions, les activités touristiques n’auront pas d’impact sur le développement économique, l’amélioration de la qualité de vie et le bien-être social de la population locale tant qu’elles ne seront pas développées sur la base d’une gestion et d’une planification touristiques intégrées, pour une utilisation rationnelle des ressources et, fondamentalement, pour créer et consolider une culture de l’excellence dans la prestation de services touristiques qui répondent aux nouvelles exigences de la demande (Figuero Cabas, 2011).

45Dans cette perspective, le développement de futurs projets touristiques devrait promouvoir un lien efficace entre les communautés d’accueil dans les domaines économique, social et environnemental et la dynamique touristique locale et régionale, de manière à ce qu’elle puisse contribuer directement à la satisfaction des besoins fondamentaux. Ainsi, à la suite de Gómez Tobón (2002), l’avenir du tourisme doit être conçu sur le terrain, forgé avec l’engagement direct des parties intéressées et développé avec des résultats qui génèrent l’appartenance, possèdent une capacité démonstrative et stimulent l’initiative.

46Outre ce qui précède, la contribution du tourisme en faveur de la paix a été reconnue il y a plusieurs années, en particulier, en soulignant comment le tourisme peut devenir un facteur clé du développement économique et social (compris comme la satisfaction des besoins fondamentaux de la population). En ce sens, le tourisme a un grand potentiel économique, vu la possibilité de créer des emplois et des revenus, ce qui peut générer une autonomisation de la population qui se traduit par une réduction de la violence et des conflits. Il est également avancé qu’une contribution du tourisme à la consolidation de la paix est la construction d’une culture de la paix, dans la mesure où elle permet de mieux comprendre l’autre et de contribuer à la construction d’une culture de la prévention des conflits.

47Si l’on considère les inégalités et les malentendus qui peuvent exister dans une société, le développement du tourisme en tant qu’activité productive, qui profite à tous les membres d’une société, peut contribuer à la création d’espaces de dialogue qui nous permettent de comprendre les besoins insatisfaits de la population de manière à réaliser un scénario de paix. Dans cette logique, le tourisme n’est pas seulement conçu comme une activité exclusivement économique, sociologique, de conservation et écosystémique mais devient un puissant outil de développement dans une perspective multidimensionnelle et de paix. En ce sens, le développement géré par les communautés elles-mêmes devrait être considéré comme une priorité pour la réalisation de projets dans les différentes régions.

48Cependant, lorsqu’on considère la relation entre tourisme, post-conflit et paix, il faut faire preuve de responsabilité et de prudence et s’assurer qu’il n’y a pas de territoires fermés, tout en évitant l’apparition de nouvelles formes de conflits. Il est pertinent de transformer le tourisme en une stratégie de développement intégral à caractère multidimensionnel, qui contribue à réduire les écarts qui se sont creusés historiquement dans les zones de conflit et de telle sorte qu’il devienne un moyen d’apporter la paix dans les territoires.

49C’est précisément à cause de cette dichotomie présentée par le tourisme comme une alternative pour construire la paix qu’il est nécessaire d’observer des critères de justice environnementale dans au moins trois dimensions : a) la répartition des charges et des bénéfices, entre les différents sujets dans les territoires et dans le temps, b) la manière dont on participe à la prise de décision et c) la prise en compte appropriée des limites environnementales (Gobert, 2010). Dans cette dernière dimension, il est nécessaire de réfléchir à la prise en compte du non humain et à l’hypothèse d’une vision diachronique et synchrone dans l’application de la justice environnementale (Dejean, 2013 ; Shrader-Fredchette, 2002). Comme l’a souligné l’Organisation mondiale du tourisme (OMT, 2017), "toutes les questions locales doivent être prises en compte : nature, culture, gastronomie et particularité. Lorsque tous ces facteurs sont combinés, un secteur du tourisme sensible à la paix est créé, une paix qui contribue à la paix mondiale. Dans un contexte post-conflit, cette combinaison contribue à l’édification de la paix nationale et de la réconciliation."

50Or, le concept de Justice Environnementale s’est d’abord développé à partir de l’analyse des situations d’inégalités présentes dans la répartition des bénéfices ou services environnementaux, ainsi que des charges polluantes au détriment, généralement, des droits des plus défavorisés dans le domaine socio-économique (Hervé Espejo, 2010, p. 15). Dans des pays comme l’Espagne, des études ont été réalisées dans lesquelles le concept de justice environnementale est directement lié à celui de justice spatiale ou géographique. Pour Moreno Jiménez, cette relation est évidente dans la mesure où elle établit qu’il existe des situations de répartition inéquitable des territoires qui présentent de meilleures conditions environnementales, et que cette inégalité serait liée à la meilleure ou à la pire situation socio-économique, de telle sorte que ceux qui accèdent aux sites présentant les plus grands avantages environnementaux et le moins de pollution sont précisément ceux qui ont les meilleures conditions économiques. En ce sens, il n’est pas difficile de relier la pensée environnementale aux questions générales de justice sociale, avec une approche distributive (Bellmont, 2013 ; Gobert, 2010 ; Infante, 2016 ; Coyle, 2015).

51À ce sujet, la justice environnementale, en tant que maxime fondamentale de la politique environnementale, est caractérisée par une signification multidimensionnelle, interconnectée et interdépendante. Il y a ainsi une dimension territoriale de la justice environnementale qui s’exprime dans la répartition géographique des richesses naturelles et la concentration de la pollution anthropique (justice spatiale), aussi une dimension en termes de garantie d’accès et d’utilisation des biens environnementaux et naturels pour la satisfaction des besoins humains et non humains fondamentaux (justice environnementale intragénérationnelle), mais également une dimension temporelle autour de la discussion pour une répartition équitable des charges et des bénéfices environnementaux avec les générations futures (humaines et non humaines) (justice intergénérationnelle), et enfin, une dimension en termes de limites de l’appropriation (Justice dans l’appropriation environnementale), c’est-à-dire combien s’approprier et pour quoi, dans une perspective de durabilité, ce qui signifie que les systèmes socio-économiques qui fonctionnent et qui détruisent leur base biophysique sont non durables et pour cela interdits. Cela implique deux éléments : a) respecter les limites, à savoir que ce que l’on prend à la biosphère et ce que l’on rend doit se situer dans les limites de l’absorption et de la régénération des écosystèmes ; b) penser à demain, "ce qui reste".

52Enfin, bien qu’elle soit liée aux précédentes, il y a une idée de justice dans la reconnaissance (que je dois reconnaître ou prendre en considération dans la prise de décisions environnementales) et de justice dans la procédure (qui sont les procédures adéquates pour la considération juste et équitable des différents intérêts impliqués dans les processus décisionnels environnementaux).

53Toutefois, la mise en œuvre de ces critères demeure une question en suspens dans la plupart des conflits environnementaux qui sévissent en Colombie. C’est ce qui ressort principalement des mégaprojets (mines, hydroélectricité, hydrocarbures, etc.). Par exemple, dans le domaine de la participation, il a été déterminé que les mécanismes existants de participation des communautés affectées par les mégaprojets ne sont pas adéquats pour garantir une participation effective de la population affectée. D’où la décision de la Cour constitutionnelle colombienne "d’EXHORTER le Congrès de la République à définir dans les meilleurs délais un ou plusieurs mécanismes de participation citoyenne et un ou plusieurs instruments de coordination et de concurrence territoriale nationale, sur la base des éléments motivant cette décision." Dans le même temps, en l’absence d’une réglementation définie par le législateur concernant la réglementation des mécanismes de participation citoyenne et des instruments de coordination et de concurrence entre la nation et les entités territoriales spécifiques pour l’exploitation du sous-sol et le Comité permanent des ressources naturelles (RNNR), la Cour a estimé qu’il existe un déficit de protection constitutionnellement inadmissible en la matière (Cour constitutionnelle, décision SU 095 de 2018).

54Ce déficit du droit à la participation a été constaté dans des situations où les paysans et les peuples autochtones discutent de la construction de centrales hydroélectriques (comme dans le cas de la construction de la centrale hydroélectrique d’El Quimbo, dans le cas d’Hidroituango ou dans le cas du barrage Urrá). Même dans l’élaboration des instruments de gestion environnementale des aires protégées, les communautés ont eu des difficultés à participer de manière adéquate, comme dans le cas de la communauté de Taganga et de la construction du Plan de gestion environnementale du parc naturel national de Tayrona ou du conflit environnemental déclenché lorsque le gouvernement national essaie d’établir les instruments de gestion des aires protégées, sans la participation des populations indigènes ou paysannes qui les habitent.

55En outre, certains problèmes d’accès à l’information ont été identifiés, tel le secret industriel, qui a été évoqué par certaines entreprises pour ne pas révéler des informations sur la forme et les conditions dans lesquelles les interventions environnementales sont menées. A tel point que dans certains cas, il a même été nécessaire de recourir à l’action de tutelle pour accéder aux informations relatives à l’étude d’impact environnemental. Par exemple, à Barichara (une municipalité de Colombie), les aqueducs communautaires ont dû recourir à une action de tutelle pour obtenir des informations sur l’utilisation de l’eau dans un projet agro-industriel de cannabis.

56De même, des difficultés ont été rencontrées pour disposer d’informations adéquates et pertinentes face à l’incapacité de l’État à produire, compiler, mettre à disposition du public et diffuser de manière systématique, proactive, opportune, régulière, accessible et compréhensible des informations sur l’environnement en rapport avec ses fonctions, et son devoir de mettre périodiquement à jour ces informations et d’encourager la désagrégation et la décentralisation de l’information environnementale aux niveaux sous-national et local.

57Pour l’instant, le tourisme en Colombie ne représente pas une source principale de conflits environnementaux, mais la situation pourrait changer en raison de son expansion. Selon Pérez Rincón (2015), les principales sources de conflits environnementaux en Colombie sont l’exploitation minière (36 %), l’extraction et l’exploration des énergies fossiles (23 %), l’extraction de biomasse (14 %), les infrastructures (9 %) et la production d’électricité (8 %). Pour sa part, le tourisme représente moins de 5 % des conflits environnementaux. Cet auteur met en évidence un lien étroit entre les conflits environnementaux et les flux d’investissements étrangers : au moins 54 % des projets qui ont généré des conflits environnementaux incluaient des investissements étrangers.

58Indépendamment de ce qui précède, il est important de noter que différentes activités écotouristiques, qui ont été développées dans les aires protégées de Colombie, ont également présenté une série d’impacts négatifs. Ces effets sont généralement liés à l’hébergement et au logement, à l’utilisation des ressources paysagères et à la mobilité à l’intérieur et à l’extérieur des parcs ou des zones naturelles, causés par différents aspects de la prestation de ces services par différentes entreprises touristiques et organisations communautaires qui offrent à la fois des services écotouristiques et du tourisme conventionnel (Caviedes Rubio ; Olaya Amaya 2018) avec lesquelles des concessions sont établies dans certains cas, ce qui affecte, à un degré donné, la durabilité des produits environnementaux.

59Dans cet ordre d’idée, les problèmes de justice environnementale en relation avec le tourisme en général, et même avec l’écotourisme, exigent de traiter à la fois le bien-être humain, ainsi que les fondements éthiques et leurs limites pour y parvenir. Ensuite, une théorie de justice environnementale exige d’incorporer des réformes de justice distributive, dans le domaine procédural et substantiel en termes de limites adéquates à l’appropriation environnementale. Les exigences de la protection de l’environnement et de la justice environnementale sont donc les deux faces d’une même médaille, dans la mesure où elles intègrent essentiellement la question de savoir jusqu’où nous pouvons nous approprier l’environnement - dans les différentes formes d’appropriation -, comment distribuer les fruits de cette appropriation et comment le processus décisionnel en la matière doit être généré. Surtout du point de vue de la participation des communautés aux activités touristiques, 1) la représentation équitable, 2) le traitement équitable et le fair-play, 3) les accords volontaires, et 4) la transparence doivent être assurés.

60Cependant, ce dernier point a trait à la question de savoir si la durabilité environnementale peut être atteinte par des formes démocratiques (Engel, 2010 ; Bosselmann, Engel, & Taylor, 2008). Des discussions existent sur la critique concernant la manière dont le marché a déplacé la démocratie. On se demande comment la démocratie et la durabilité peuvent être ravivées, de telle sorte que la discussion s’articule autour de la manière de théoriser de façon critique les engagements démocratiques dans la lutte pour la conservation et la durabilité (Heinrichs, 2010 ; Bosselmann, Engel, & Taylor, 2008).

61En tant que partie prenante et contrepartie des gouvernements, la société civile peut se montrer critique ou favorable aux politiques de croissance, mais elle peut aussi être indifférente ou proactive en ce qui concerne la durabilité. Une attention particulière devrait être accordée au fait que les débats sur l’environnement et les programmes sur la durabilité sont étroitement liés à ceux de la société civile, des communautés et des collectifs humains. En ce sens, les perspectives de sociétés démocratiques et durables sont en fin de compte déterminées par le rôle que la société civile est prête à jouer (Bosselmann, Engel, & Taylor, 2008), pour autant que toutes les sociétés démocratiques soient autoréfléchies, c’est-à-dire capables de réfléchir, d’apprendre et de changer.

62Bien entendu, cette position implique également que les exercices de prise de décision publique doivent répondre à des conditions matérielles et pas seulement formelles, ainsi qu’à des articulations entre les niveaux mondial, régional et local. Des conditions telles que la transparence, la responsabilité et la participation réelle, la définition de normes environnementales adéquates pour le développement des activités économiques et certains changements dans les systèmes électoraux sont souhaitables (Heinrichs, 2010 ; Bosselmann, Engel, & Taylor, 2008). En même temps, un profond changement vers une pensée environnementale, en vue d’une citoyenneté environnementale, est nécessaire (Mesa Cuadros G., 2013, 2010, 2007 ; Bosselmann, Engel, & Taylor, 2008).

63La démocratie environnementale - dans une perspective de justice environnementale - implique une participation constitutive plus grande et authentique de tous, aux décisions concernant la vie et le marché, et pour une démocratisation dans tous les domaines de la vie sociale, politique, locale, régionale, étatique, internationale et globale. La construction d’une véritable démocratie environnementale passe par l’établissement de critères pour définir le type de décisions et le mécanisme de participation aux différents niveaux de discussion - national, régional, local - ; ainsi que le niveau adéquat de participation pour chaque échelon et type de décision - information, consultation, initiative, concertation, décision, gestion, fiscalisation. La nécessité d’articuler les prises de décision mondiales et internationales avec les prises de décision nationales et locales ne peut pas non plus être ignorée. Dans cet ordre d’idée, l’un des défis est de construire des scénarios démocratiques partant du niveau international jusqu’au local (Marquardt, 2014b ; Mesa Cuadros G., 2013, 2010, 2007 ; Mesa Cuadros G. 2011 ; Ferry, 1994).

64Dans l’affaire colombienne, la Cour constitutionnelle a expressément abordé le concept de justice environnementale dans deux de ses composantes : une demande de justice distributive qui préconise la répartition équitable des charges et des avantages environnementaux entre les sujets d’une communauté, en éliminant ces facteurs de discrimination (injustices de reconnaissance), soit dans le statut socioéconomique soit dans l’appartenance mondiale aux pays du Nord ou du Sud (injustices de redistribution). Deuxièmement, la justice environnementale intègre une demande de justice participative, c’est-à-dire une revendication de participation significative des citoyens (Cour constitutionnelle colombienne, décision T-294 de 2014, T-606 de 2015, décision C-389 de 2016).

65La prise en compte de ces éléments permettrait d’éviter des conflits environnementaux comme celui qui s’est produit avec les U’wa et les paysans des municipalités de Güicán de la Sierra Nevada del Cocuy, à propos de l’écotourisme à El Cocuy et dans d’autres régions environnantes (à Boyacá). Ces groupes ont exigé à plusieurs reprises que l’on interdise la haute montagne d’El Cocuy aux touristes, eu égard à la pollution que ces derniers occasionnaient. Ils ont même dénoncé que le Parc Naturel National El Cocuy était devenu un monopole économique pour le secteur hôtelier, les guides touristiques et les agences de voyages qui ne recherchaient que des bénéfices sans tenir compte de la fragilité de cet écosystème, facteur essentiel pour la vie.

66Dans cet ordre d’idées, malgré les potentialités de l’écotourisme pour la construction de la paix, au moins trois discussions devraient être envisagées : les limites nécessaires aux activités écotouristiques pour être considérées comme véritablement durables ; la répartition juste et équitable des bénéfices et des dommages inhérents ; et la participation adéquate des communautés présentes dans les territoires où des projets de ce type sont en développement.

67Il s’agit, bien sûr, de développer des stratégies différenciées d’intervention territoriale dans la mesure où le conflit armé colombien a laissé les destinations touristiques du pays dans une situation très asymétrique. D’une part, il y a des territoires qui, même pendant le conflit armé, ont servi de destinations touristiques consolidées, comme San Andrés, la côte atlantique et la zone caféière aussi appelée Triangle du café. Il est alors possible de localiser les espaces et territoires qui, après avoir développé une activité touristique naissante, ont été interrompus pendant le conflit colombien, avec un degré plus ou moins important de détérioration des structures nécessaires pour récupérer les activités touristiques, et entre lesquels se trouveraient certaines zones du département du Chocó, Antioquia, Santander, Huila et Tolima, et, en général, la plupart des espaces naturels du pays. D’autre part, il y a les territoires qui n’ont jamais eu d’initiatives touristiques, mais qui, dans le nouveau scénario post-conflit, considèrent le tourisme comme un secteur économique qui leur permettrait de se développer dans une certaine mesure (Menchero Sánchez, 2018). Dans cette perspective, il est nécessaire d’approfondir les besoins et les caractéristiques des espaces touristiques à potentiel écotouristique du pays, tant pour les destinations les plus matures que pour celles qui émergent. De même, des progrès doivent être réalisés dans le renforcement institutionnel du secteur et dans la coopération de tous les acteurs concernés.

68Dans ce sens, le gouvernement national a essayé d’avancer à travers des stratégies telles que : " Tourisme, paix et coexistence " pour laquelle 5 territoires pilotes ont été initialement retenus : Teyuna, La Macarena, Urabá Antioquia, Darién et Putumayo. Leurs caractéristiques communes sont leurs attraits naturels, impactés par la violence vécue dans le pays depuis plus de 40 ans et parce qu’aujourd’hui le tourisme se développe à partir de processus communautaires. Cette stratégie vise à intégrer les régions victimes du conflit armé dans un marché de tourisme inclusif qui offre des options aux communautés locales, permettant la transformation de scénarios de guerre en territoires de paix par la pratique d’un tourisme conscient et durable, avec le soutien des entités territoriales, des syndicats, des entrepreneurs touristiques et des universités. Toutefois, un équilibre global de ces projets pilotes est encore en suspens.

69Outre ce qui précède, les bilans initiaux ont démontré l’hétérogénéité et la nécessité d’approches territoriales du développement de l’écotourisme dans un scénario post-conflit. Ainsi, un premier groupe peut être défini en tant que destinations émergentes, en phase initiale, telle que Putumayo, où il existe des possibilités de développer un tourisme planifié et ordonné si l’articulation institutionnelle et commerciale est réalisée. Un deuxième groupe peut être défini en tant que territoires en phase de contraction qui ont connu un boom et une croissance du tourisme dans les années 1990 et qui sont aujourd’hui confrontés aux conséquences d’une activité touristique non planifiée et d’un manque de gouvernance, en plus des conflits sociaux et des infrastructures non réalisées tels Urabá Antioquia et Darién. Dans un troisième groupe se trouvent les territoires en phase de croissance tels La Macarena et Teyuna, territoires qui ont surmonté le conflit et qui connaissent un processus de développement touristique depuis 10 ans. Ce sont des territoires organisés, avec une capacité de gestion interne et un leadership visible (López Zapata et al, 2017). Dans cette perspective, cette différence montre combien la mise en œuvre de critères de justice environnementale est pertinente et nécessaire au moment de proposer une voie d’intervention territoriale en vue de construire la paix.

70Pour l’instant, le nouveau Plan national de développement, qui guidera la politique publique en Colombie, a défini les lignes d’action suivantes : a) la modernisation du cadre réglementaire du tourisme qui s’adapte aux nouveaux contextes et réalités du secteur et des régions ; b) la création de zones touristiques spéciales, en articulation avec les plans d’aménagement du territoire (POT) ; c) le développement de produits touristiques différenciés et de dépenses élevées, comme l’écotourisme, le tourisme culturel, le tourisme de rencontre, le tourisme de santé et le bien-être ; d) attirer des investissements pour des infrastructures touristiques durables de classe mondiale ; e) simplifier les procédures d’enregistrement et de mise à jour du Registre national du tourisme (RNT) ; f) renforcer le niveau d’éducation, de formation et de compétences professionnelles liées aux activités ou aux services touristiques ; g) actualiser la réglementation pour l’exercice des guides touristiques. Ainsi se confirme un engagement en faveur du développement du tourisme - y compris l’écotourisme -, mais comme indiqué plus haut, il est nécessaire d’accompagner ces exercices par des voies d’intervention claires qui supposent des critères de justice environnementale, faute de quoi il existe un risque d’approfondir ou de créer de nouveaux conflits environnementaux.

Conclusion

71La signature de l’accord de paix entre la guérilla des FARC-EP et le gouvernement colombien, ainsi que les négociations en cours avec les guérillas de l’ELN, impliquent sans doute un nouveau contexte pour le développement des activités économiques dans le pays. Cependant, la mise en œuvre des accords de paix induit autant d’opportunités que de grands défis. Du côté des opportunités, il y a les possibilités de réaliser un nouveau pacte social, de démocratiser la société colombienne et de redéfinir les relations avec la nature et le territoire. Ainsi, la possibilité d’accéder à des territoires, auparavant interdits par le conflit implique également l’ouverture à de nouvelles offres touristiques qui, en théorie, profiteraient de la diversité environnementale et culturelle du pays attirant des milliers de touristes des différentes régions du monde, comme l’ont montré les données du Ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme.

72Malgré ce qui précède, l’écotourisme en Colombie exige de réfléchir à au moins deux dimensions. La première est la dimension de la durabilité environnementale, comme le démontre l’expérience de certains parcs nationaux dans lesquels des activités touristiques sont exercées. Cette activité mal orientée peut causer de graves dommages et éroder l’environnement. Dans cet ordre d’idée, il est nécessaire que les projets touristiques, qui aspirent à se développer dans des zones d’importance écologique particulière, soient pensés essentiellement dans les limites de l’appropriation de la nature, afin de ne pas surcharger ces écosystèmes. Une deuxième dimension qui nécessite d’envisager l’application de nouveaux projets d’écotourisme est liée au contexte social dans lequel ils seraient appliqués. Comme cela a été indiqué, de nombreuses zones à potentiel écotouristique sont situées dans des territoires fortement affectés par le conflit armé, ce qui signifie un scénario dans lequel le pays est en train de construire la paix, ce qui implique à son tour de fortes tensions au niveau des restructurations territoriales, des demandes sociales pour satisfaire les besoins fondamentaux, etc.

73C’est précisément ce dernier élément qui est important pour l’analyse car une mauvaise mise en œuvre des projets d’écotourisme pourrait devenir une nouvelle source de conflits environnementaux, mettant en danger la protection de l’environnement et la construction de la paix. D’où la nécessité pour les projets d’écotourisme, qui prévoient de s’étendre dans des territoires d’importance environnementale, de développer des critères de justice environnementale dans au moins trois des dimensions soulignées dans ce document, à savoir : a) le souci de durabilité environnementale et les limites de l’utilisation de la nature ; b) la distribution juste et équitable des biens et maux environnementaux dérivés de l’activité économique ; c) la participation adéquate et le processus décisionnel des communautés vivant sur le territoire où ces projets visent à se développer en respectant les pratiques communautaires et traditionnelles ainsi que leurs modes de vie.

Haut de page

Bibliographie

Afriansyah, A. (2013), “The Adequacy of International Legal Obligations for

Environmental Protection during Armed Conflict”. Indonesia Law Review Year 3 vol. 1, pp. 56 – 96.

Bellmont, Y. (2013), El Concepto de Justicia Ambiental, expresión de una idea

contemporanea de la justicia Colombia. En MesaCuadros, G. (ed.), Elementos para una teoría de la justicia ambiental y el estado ambiental de derecho. Universidad Nacional de Colombia, Bogotá, pp. 89 – 130.

Bosselmann, K. (2010), Earth Democracy : Institutionalizing Sustainability and

Ecological. En R. Engel, L. Westra, & K. Bosselmann, Democracy, Ecological Integrity and International Law, Scholars Publishing, Cambridge, pp. 91 – 114.

Bosselmann, K., Engel, R., & Taylor, P. (2008), Governance for sustainability : issues Challenges, Successes. Environmental Policy and Law Paper No. 70, IUCN, Gland, Switzerland.

Broswimmer, F. (2007), Ecocidio : breve historia de la extinsión en masa de las especies, Laetoli, Pamplona.

Bustos, C., & Jaramillo, M. (2016), ¿Qué tiene que ver con el medio ambiente la paz en Colombia ? The guardian : Global development professionals network Latin America Now, disponible en https://www.theguardian.com/global-development-professionals-network/2016/oct/24/medio-ambiente-paz-colombia (consultado 20 de mayo de 2019).

Cárdenas, M., & Rodriguez, M. (2004), Guerra, Sociedad y medio ambiente. Bogotá : Foro Nacional Ambiental, Universidad de los Andes, Ecofondo, Tropenbos Internacional Colombia, GTZ, Fescol, Bogotá.

Caviedes Rubio, Diego Iván ; Olaya Amaya, Alfredo (2018), ecoturismo en áreas protegidas de colombia : una revisión de impactos ambientales con énfasis en las normas de sostenibilidad ambiental, revista.luna.azúl, No, 46, pp. 311-330.

Closmann, C. (2009). War and the environment, A&M University Press, Texas.

Conca, K., & Wallace, J. (2009), “Environment and Peacebuilding in War-torn Societies : Lessons from the UN Environment Programme’s Experience with Postconflict Assessment”, Global Governance : A Review of Multilateralism and International Organizations vol. 15, No 4, pp. 485-504.

Contraloria General de la Nación. (2013), Informe del Estado de los recursos

naturales 2011 – 2012, CGN, Bogotá.

Coyle, S. (2015), radicalism and conservativism in environmental law. En A.

Grear, & G. Evadne, Thought, law rights and action in the age of the environmental crisis Edward Elgar Publishing limited, Cheltenham.

Dejean, F. (2013), État de littérature. La “justice spatiale”. revue des savoirs

francophones et anglophones », Critique internationale, no. 61, pp. 171-183.

DNP. (2015), Conpes 3850 : Fondo Colombia en Paz. Departamento Nacional

de Paneación, Bogotá.

DNP. (2015b), Dividendos Ambientales de la Paz (documento inédito),

Departamento Nacional de Planeación, Bogotá.

DNP. (2017), Lineamiento de polïtca y Progrma Nacional de Pago por

Servicios Ambientales para la Construcción de Paz, Departamento Nacional de

Planeación, Bogotá.

DNP (2019), Plan Nacional de Desarrollo, Departamento Nacional de Planeación, Bogotá.

EJOLT. (17 de 04 de 2017), The Environmental Justice Organisations,

Liabilities and Trade. Obtenido de The Environmental Justice Organisations, Liabilities and Trade disponible en http://www.ejolt.org/project/ (consultado 24 mayo de 2019).

Engel, R. (2010), Introducción. En R. Engel, L. Westra, & K. Bosselmann, Democracy, Ecological Integrity and International Law, Cambridge Scholars Publishing Cambridge.

Ferry, L. (1994), EL nuevo orden ecologico, Tusquets, barcelona.

Figuero Cabas, Y. M. (2011), Caracterización del turismo en el corregimiento

de Taganga, Santa Marta D.T.C.H. : una análisis desde la perspectiva de la

sostenibilidad, Universidad Nacional de Colombia Instituto de Estudios Caribeños, San Andrés.

Gobert, J. (2010), Éthique environnementale, remédiation écologique et

compensations territoriales : entre antinomie et correspondances. VertigO, vol. 10, no. 1. Disponible en https://journals.openedition.org/vertigo/9535 (consultado 26 de mayo de 2019).

Gómez Tobón, J. A. (2002), Turismo, Conflicto armado y paz en Colombia :

Apostándole al futuro. Turismo y Sociedad vol. 1 No 1, pp. 57 - 69.

Hagmann T., S. (2005), Confronting the concept of Environmentally Induced

conflict. Peace, Conflict and Development, Issue No 6, pp. 1 -22.

Heinrichs, J. (2010), A Model of Value-Based Democracy as Condition of

Ecological Sustainability. En R. Engel, L. Westra, & K. Bosselmann, Democracy,

Ecological Integrity and International Law, Scholars Publishing, Cambridge, pp. 41 – 49.

Hervé Espejo, D. (2010), Noción y elementos de la Justicia Ambiental :

directrices para su aplicación en la planificación territorial y en la evaluación ambiental estratégica. Revista Derecho (Valdivia) vol. 23, no.1, pp. 9-36.

Homer-Dixon, T. (1999), Environment, Scarcity, and Violence, Princeton

University Press, Princeton.

Infante, P. (2016), (In)justicia ambiental en Chile y principales mecanismos

para mitigar la inequidad : planificación territorial y derechos de comunidades vulnerables. Revista de Derecho Ambiental. Año IV N° 6., pp. 143-163.

Kaur Amar, A., & Teelucksingh, C. (2015), Environmental Justice, Transit Equity and the Place for Immigrants in Toronto. Canadian Journal of Urban Research vol. 24, No. 2, pp. 43-63.

López Z., Ledys V. ; Velásquez G., Claudia M. ;

Hincapié P., Luisa F. ; Mejía S., Dalgil (2017), Análisis del proceso de

transición de los cinco territorios pilotos de la estrategia turismo, paz y convivencia

hacia su inclusión en el mercado turístico, Institución Universitaria Colegio Mayor De Antioquia, Medellín.

MADS ; UNEP. (2012), Sinopsis nacional de la minería aurífera artesanal y de pequeña escala, Ministerio de Ambiente y Desarrollo Sostenible y Programa de las

Naciones Unidas para el Medio Ambiente, Bogotá.

Marquardt, B. (2014b), Historia mundial del Estado : el estado de la doble

revolución ilustrada e industrial (1776 - 2014), Ecoe ediciones, Bogotá.

Menchero Sánchez, M. (2018), Colombia en posconflicto : ¿turismo para la

paz o paz para el turismo ? Revista Iberoamericana de Filosofía, Política y Humanidades, vol. 20, nº 39, pp. 415-438.

Mesa Cuadros, G. (2011), Elementos para una teoría de la justicia ambiental

Colombia. En Mesa Cuadros, G. Elementos para una teoría de la justicia ambiental y el estado ambiental de derecho, Universidad Nacional de Colombia, Bogotá, pp. 25 - 62.

Mesa Cuadros, G. (2015), Ambiente, negociación, postacuerdos y postconflicto. En G. (. Mesa Cuadros, Conflictividad ambiental y afectaciones a derechos ambientales (págs. 74 - 94). Bogotá : Universidad Nacional de Colombia.

Mesa Cuadros, G. (2015b), Ambiente, negociación, postacuerdos y

postconflicto. En Mesa Cuadros, G. Conflictividad ambiental y afectaciones a derechos ambientales, Universidad Nacional de Colombia, Bogotá, pp. 74 - 94.

Mesa Cuadros, G., & al, e. (2015c), Conflictos ambientales : elementos

conceptuales y metodológicos para su análisis. En Mesa Cuadros, G. Conflictividad

ambiental y afectaciones a derechos ambientales, Universidad Nacional de Colomabia, Bogotá, pp. 24 - 75.

Mesa Cuadros, G. ; Ortega Guerrero, G. A. ; Choachí Go., Helberth A. ; Quesada Tovar, C. E. ; Sánchez Supelano, L. F. (2015), Conflictos ambientales : Elementos conceptuales y Metodológicos para su análisis en Mesa Cuadros, Gregorio (ed) Conflictividad ambiental y afectaciones a derechos ambientales, Universidad Nacional de Colombia, Bogotá, pp. 24 – 75.

MICT. (2016), Documento Base de Turismo, Paz y Convivencia, Ministerio de

Industria, Comercio y Turismo, Bogotá.

MICT. (2017b), Posconflicto permitió incrementar el turismo en Colombia en

más de un 43 % : MinComercio. Disponible en https://www.eltiempo.com/vida/viajar/turismo-en-el-posconflicto-de-colombia-38967

(consultado 25 de mayo de 2019).

ONU (2014), Consideraciones ambientales para la construcción de una paz

territorial estable, duradera y sostenible en Colombia, Organización de las Naciones

Unidas, Bogotá.

ONUDD (2014), Colombia : Monitoreo de Cultivos de Coca 2013, Oficina de

las Naciones Unidas contra la Droga y el Delito, Bogotá.

Pérez-Rincón, M. A. (2014), "Conflictos ambientales en Colombia : actores generadores y mecanismos de resistencia comunitaria." Ecología Política No 48, pp. 76-82.

PNN (2015), Documento Técnico. (Documento interno – sin publicar), Parques Nacionales Naturales de Colombia, Santa Marta.

Renner, M. (1992), Assessing the military´s war on the environment. En

Tripathi, & B. (ed), Changing environmentañ ideologies, Ashish Publishing House, Punjabi Bagh.

Rodríguez Garavito, C., Rodríguez Franco, D., & Durán Crane, H. (2017), La

paz ambiental : retos y propuestas para el posacuerdo, Dejusticia, Bogotá.

Rodriguez, G. A., & Muñoz Avila, L. M. (2009), La participación e la gestión

ambiental : un reto para el nuevo milenio, Universidad del Rosario, Bogotá.

Shrader-Fredchette, K. (2002), Environmental justice : creating equality,

reclamiiming democracy, Oxford University Press, Oxford.

UNPNN (2015), Problemáticas en el Sistema de Parques Nacionales Naturales generadas por el conflicto armado (documento de trabajo), UNPNN, Bogotá.

Westing, A. (1986), Global resources and international conflict : environmental factors in strategic policy and action. Oxford University Press, New York.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luis Fernando Sánchez Supelano, « L’écotourisme dans la consolidation de la paix en Colombie : accord de paix, conflit et justice écologique », Via [En ligne], 15 | 2019, mis en ligne le 22 novembre 2019, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/4011 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.4011

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals