Navigation – Plan du site

Tourisme et prostitution coloniales : la visite de Bousbir à Casablanca (1924-1955)

Jean-François Staszak
Traduction(s) :
Colonial tourism and prostitution: the visit to Bousbir in Casablanca (1924-1955) [en]
Turismo y prostitución coloniales: la visita a Bousbir en Casablanca (1924-1955) [es]

Résumé

L’article porte sur la fréquentation touristique de Bousbir, le quartier réservé de Casablanca pendant la colonisation française. Bousbir était une sorte de parc à thème érotico-exotique, fréquenté aussi bien par la population locale que par les voyageurs. C’était une étape obligée de la visite de Casablanca, et donc du Maroc. L’expérience touristique de Bousbir relevait à la fois du voyage colonial, de l’excursion dans les quartiers réservés, du slumming et de la visite des grandes oeuvres de l’Empire français. Fondamentalement, l’attraction de Bousbir était celle de la mise à disposition – à la fois moralement scandaleuse et politiquement admirable – du corps indigène féminin dans un décor orientaliste. L’histoire de Bousbir invite à interroger les liens entre tourisme et prostitution, et plus spécifiquement entre le tourisme (neo)colonial et le tourisme sexuel.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’orthographe du titre est assumé par l’auteur

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les principales sources documentaires sur Bousbir sont deux rapports, rédigés l’un par un administr (...)

1Au début des années 1920, les autorités coloniales décidèrent de mettre en place à Casablanca une solution inédite au « problème de la prostitution » en faisant construire en périphérie de l’agglomération un vaste quartier enclos dédié au commerce du sexe. Bousbir, puisque tel est son nom, fut le quartier réservé de Casablanca entre 1924 et 1955 (Bernard 1935, Mathieu et Maury 1951)1. Il devint rapidement « un rendez-vous mondial [dont le] décor si varié, si substantiel, satisfait celui qui recherche la couleur locale » (Hygiène 1937 : 78).

  • 2 La littérature scientifique préfère souvent l’expression « travailleuse du sexe » à celle de « pros (...)

2Cet article porte sur l’attraction touristique qu’a constitué Bousbir pendant la période coloniale, et s’intéresse essentiellement à ses visiteurs. Ce parti-pris ne signifie évidemment pas qu’on ignore les violences subies par les travailleuses du sexe2 qui y officiaient. Bousbir ne se réduit pas aux aspects évoqués ici, et appelle d’autres types de questionnements (Maghraoui 2008, Staszak 2014, Taraud 2003, 2006).

3Quelle était la part des touristes parmi les visiteurs de Bousbir ? Cette question apparemment anodine est le point de départ de ce texte. S’il s’avère difficile d’y répondre, c’est certes que les sources font défaut mais surtout qu’il est ardu de décider des critères selon lesquels déterminer si tel visiteur de Bousbir était ou non un touriste. Sa provenance, son identité, les motifs de sa visite, ses pratiques, ses pratiques touristiques ? Et quels sont finalement le sens et la pertinence de cette question ?

4Il ne s’agit pas ici de participer au débat sur la définition du tourisme, mais plutôt d’examiner le tourisme à Bousbir à la lumière de son inscription dans un contexte indubitablement colonial et sexuel. Cet article vise à interroger les rapports entre tourisme, colonisation et sexualité. Ce triangle conceptuel a été abordé sur chacun de ses côtés : tourisme-colonisation, tourisme-sexualité, colonisation-sexualité (pour ne citer qu’une référence marquante sur chacune de ces articulations : Zytnicki et Kazdaghli 2009, Brennan 2004, McClintock 1995). Sa configuration d’ensemble n’a guère été interrogée : elle constitue l’enjeu théorique de ce texte, qui pose la question de la dimension sexuelle du tourisme colonial ou de la dimension coloniale du tourisme sexuel.

5La première partie de cet article présente brièvement Bousbir. La deuxième porte sur la fréquentation touristique du quartier, et la troisième sur la nature des pratiques touristiques à Bousbir. La dernière partie tire les leçons du tourisme colonial à Bousbir pour questionner sur un plan théorique et critique les rapports entre tourisme et prostitution.

Bousbir : prison et parc à thème

6Au Maroc comme dans bien d’autres parties des Empires européens, la prostitution coloniale était vue comme un « mal nécessaire » (Lauro 2005, Levine 2003, Taraud 2003). Considérée comme la seule réponse possible aux « besoins » sexuels de la population masculine européenne mais aussi comme un foyer d’infection vénérienne, de contamination morale et de troubles sociaux, la prostitution ne devait pas être éradiquée mais plutôt contrôlée, pour en limiter les nuisances.

7Casablanca était la vitrine de l’Empire français et un lieu d’expérimentation urbaine (Cohen et Eleb 1998). Il était logique qu’on y cherche une réponse moderne et rationnelle à la question de la prostitution (Maghraoui 2008), et attendu qu’on la formule en termes spatiaux. Des quartiers réservés existaient dans nombre de villes d’Europe ou des colonies, mais aucun n’avait comme Bousbir été construit à cette fin.

  • 3 Les travailleuses du sexe européennes furent à Bousbir au maximum 25 (Bernard 1935). Dans les année (...)

8Le quartier forme un quadrilatère de 160 mètres sur 150, ceint d’un haut mur aveugle ne s’ouvrant que sur une seule porte (fig. 1). La clôture de Bousbir et sa localisation en périphérie de l’agglomération garantissaient de bonnes conditions de contrôle et une certaine discrétion. Entre 450 et 680 femmes, maures ou juives3, y vivaient et vendaient des services sexuels à 1 000 à 1 500 visiteurs par jour (Bernard 1935). Bousbir comptait un cinéma, un hammam, des cabarets, des restaurants, des cafés, nombre de boutiques, un poste de police et de gendarmerie, une prison et un dispensaire médical. Le quartier était organisé comme une ville autonome mais possédait clairement un caractère carcéral. Les travailleuses du sexe ne pouvaient en sortir qu’une fois par semaine, après avoir obtenu un permis de la police et du médecin ; 37 % d’entre elles avaient été conduites à Bousbir après avoir été arrêtées comme prostituées clandestines dans les rues de la ville ; 70 % des travailleuses de Bousbir étaient lourdement endettées auprès de la « Madame » qui les logeait, si bien qu’elles ne pouvaient quitter le district.

Figure 1. Casablanca, vue aérienne du quartier réservé dit “Bousbir”

Figure 1. Casablanca, vue aérienne du quartier réservé dit “Bousbir”

Photographie Flandrin. Collection personnelle de l’auteur.

9Bousbir peut être décrit en termes foucaldiens comme un dispositif hypermoderne d’exercice du biopouvoir (Staszak 2014), mais son architecture n’a rien de moderne. Le quartier fut réalisé dans un style néo-mauresque rappelant un décor des Mille et une nuits. L’architecte, Edmond Brion, avait choisi de dessiner des bâtiments et des paysages urbains conformes au goût orientaliste des visiteurs du quartier (fig. 2).

  • 4 Tous les témoignages attestent de l’expérience visuelle, beaucoup évoquent l’ambiance sonore, quelq (...)

10La visite de Bousbir ne se réduisait pas aux rapports sexuels avec les travailleuses du sexe. On pouvait (aussi) se promener dans les rues en regardant celles-ci racoler les clients, s’arrêter à une terrasse pour profiter de l’animation de la rue et écouter de la musique orientale, assister à une danse du ventre, à un strip-tease et pour les plus audacieux à un spectacle pornographique, goûter la cuisine marocaine, admirer l’architecture pittoresque, acheter des objets artisanaux ou des cartes postales. « C’est un lieu de promenade où l’on peut assister aux plus curieux spectacles, écouter les disques du monde arabe, s’étonner des danses vibrantes des chleuhs ou s’émouvoir des filles d’Orient » (Privat 1934 : 176). Bousbir offrait l’expérience multi-sensorielle4 d’une plongée dans l’atmosphère exotique et érotique de l’Orient. Bien sûr, le lieu était factice, et cela n’échappait pas à la plupart des visiteurs, qui n’en célébraient pas moins les charmes de l’endroit.

Figure 2. Casablanca, quartier réservé

Figure 2. Casablanca, quartier réservé

Edition Photo Palace. Collection personnelle de l’auteur.

11Si, du point de vue des femmes qui y travaillaient, Bousbir fonctionnait comme un camp de travail plus ou moins forcé, les visiteurs y voyaient quant à eux « une Magic-City ou un Luna Park spécialisé dans les jeux de la Vénus populaire » (Mac Orlan 1934 : 44), « un de ces villages artificiels qu’on visite dans certaines expositions » (Beauvoir 1960 : 380). Boubsir « is something of a show and Coney Island combined » (De Leuuw 1951 : 69).

12A la fin du XIXe siècle aux Etats-Unis, les quartiers réservés et les parcs de loisirs présentaient de fait des similarités fonctionnelles, géographiques et architecturales remarquables (Keire 2010 : 24 sq.). Le quartier réservé d’Amsterdam, De Wallen, a également été décrit comme un parc à thème, sauf qu’il n’a pas été conçu à cette fin, qu’il est ouvert sur la ville et que son entrée est gratuite (Aalbers and Sabat 2012, Nijman 1999). Bousbir à l’inverse a bien été conçu pour recevoir les visiteurs, et sa clôture accentue sa similitude avec un parc à thème.

13Plusieurs visiteurs ont noté comme les murs et la porte du quartier déterminaient l’expérience de la visite du quartier, ainsi institué en monde à part. « Franchie la porte d’entrée, unique et solennelle […] on croit avoir fait un énorme bond dans l’espace et même dans le temps » (Hygiène 1937 : 77-78). « Une porte énorme, puissante et massive […] isole magnifiquement Bousbir du reste de la ville et la ville de l’amour en devient une ville interdite » (Grancher 1956 : 238). Un autre élément atteste du caractère hétérotopique des lieux : les noms des rues évoquaient les femmes de Marrakech, Fès ou Meknès (Marrakchia, Fessia, Meknassia), renvoyant prétendument à l’origine des travailleuses qui y officiaient. Le visiteur de Bousbir parcouraient ainsi un microcosme du royaume chérifien : il voyageait dans l’ensemble du Protectorat, passant en revue toutes ses merveilles.

14Pour les visiteurs, Bousbir était ainsi un parc à thème érotico-exotique, qui leur donnait accès aux charmes orientaux du Maroc (Staszak 2014).

Qui étaient les touristes à Bousbir ?

  • 5 Bousbir n’est pas mentionné par les Guides bleus, ni par Le Maroc publié en 1928 par la Fédération (...)

15« Le quartier réservé de Casablanca, a souvent tenté la curiosité des touristes et constitue un intermède amusant que les guides intercalent dans les programmes pour en rompre la monotonie. C’est ainsi que des cars amènent, à la saison des croisières, des flots d’étrangers armés de kodaks. » (Afrique illustrée 29/9/1934 :11). Outre de nombreux témoignages, le caractère touristique du quartier est attesté par sa mention dans quatre des six guides touristiques5 parus entre 1924 et 1955 que j’ai pu consulter : le livret-guide officiel du Syndicat d’initiative régional Casablanca et sa région (1934) (cf. fig. 7), le Guide du Maroc des Editions Maroc-Presse (1936), le Guide Michelin dédié au Maroc (1939, 1950) (fig. 3), et le guide bilingue publié par l’agence Havas marocaine (Le Maroc/Morocco 1952). Parallèlement, une centaine de cartes postales différentes, vendues – à la pièce ou en livret – à Casablanca et probablement à Bousbir, figuraient le quartier. Des photographies de celui-ci étaient incluses dans des livrets de cartes postales de Casablanca, ainsi tel carnet de « 20 vues détachables », dont la dernière figure le quartier réservé, attestant ainsi que le quartier constituait une étape des circuits touristiques mais qu’elle avait au sein de ceux-ci un statut particulier.

16Casablanca, du fait de l’importance de son port, constituait la « porte du Maroc » (cf. fig. 7), par laquelle passait l’essentiel des visiteurs, embarqués à Bordeaux ou Marseille. La ville comptait 4 000 chambres d’hôtel en 1929, soit cinq fois plus que Marrakech (Colliez 1930 : 480). En 1933, ce sont 36 600 touristes qui débarquent à Casablanca. Il s’agit à 95 % de croisiéristes (De Mazières 1934). Au grand dam des autorités et des milieux d’affaires locaux, ils restaient très peu de temps à Casablanca, qui avait peu d’attractions à leur proposer. Avant de partir par trains spéciaux pour des destinations plus prisées (Rabat, Marrakech) ou de reprendre le bateau, les touristes visitaient au mieux le port, la vieille médina (jugée sans grand intérêt), la ville européenne, la nouvelle médina et surtout Bousbir. Les organisateurs de voyage « regrettent qu’on laisse les touristes quelques heures à peine à Casablanca, qu’on les emmène immédiatement déjeuner à Rabat et ailleurs et qu’au lieu de leur faire visiter les coins intéressants de notre ville on se contente de leur faire faire un petit tour à Bousbir et de les envoyer dans une autre direction » (Annales africaines, 15/7/1933 : 263).

17Les touristes venaient à Bousbir en groupe avec un guide, en couple, et rarement seuls. Selon le témoignage d’une travailleuse du sexe, « les touristes, assez nombreux à certaines époques de l’année, ne ‘couchent’ presque jamais mais se contentent de boire du thé la menthe et d’assister à des danses du ventre » (Mathieu et Maury 1951 : 144). Les touristes visitaient Bousbir en spectateurs. Ne venant pas au Maroc en général et à Bousbir en particulier pour recourir à l’offre prostitutionnelle, ces visiteurs ne tombent pas dans la catégorie « touristes sexuels », définis classiquement comme des touristes qui voyagent pour acheter des prestations sexuelles. Mais il reste probable que certains aient été des situational sex tourists, c’est-à-dire des voyageurs que les circonstances locales conduisaient à recourir à l’offre prostitutionnelle (O’Connell Davidson 1996). En la matière, Bousbir hier présentait la même configuration que le quartier rouge d’Amsterdam aujourd’hui, essentiellement visité par des touristes curieux ou voyeurs, qui veulent jouir du spectacle sans nécessairement aller plus loin.

Figure 3. Carte de Casablanca

Figure 3. Carte de Casablanca

Guide Michelin, édition 1949. Collection personnelle de l’auteur.

18De ce fait, la visite de Bousbir était considérée comme anodine et présentable comme telle. « Il [y] règne un ordre et une tranquillité qui en ont permis la visite à un éminent et vertueux académicien » (Le Maroc/Morocco 1952 : 87). Les cartes postales de Bousbir étaient adressées à une épouse, une mère, un collègue ou un voisin, sans que le plus souvent le sujet de la carte postale ne semble poser problème ni que le texte de l’expéditeur ne fasse référence à l’image au verso. Les logiques à l’œuvre sont explicitées par une carte postale (La Garde d’accueil du quartier réservé) (fig. 5) que son destinateur n’envoie « qu’à titre d’information » tout en ressentant le rare besoin de se justifier : « Je ne voudrais pas que vous pensiez que j’y passe mes journées et mes nuits pour vaincre mon désoeuvrement. C’est une véritable ville de 2 000 personnes qui d’ailleurs fait partie des circuits touristiques et comme l’on dit y entrer n’engage à rien ». En se distinguant des clients des travailleuses du sexe, en faisant appel à la caution des voyagistes et en s’inscrivant dans la communauté des visiteurs du même type (« on »), l’expéditeur revendique son statut de « simple » touriste, qui excuse et plutôt légitime sa présence à Bousbir, et le choix de cette carte postale.

19On peut distinguer à Bousbir quatre types de visiteurs selon leur provenance plus ou moins lointaine. Les Occidentaux, essentiellement français, anglais ou américains, fraîchement débarqués de leur paquebot, sont identifiés comme des touristes par les témoignages de l’époque, qui évoquent par exemple l’appareil photographique dont ils sont équipés. Si l’on compte que la plupart des croisiéristes débarqués à Casablanca et quelques Européens venus par voie terrestre se rendaient à Bousbir, on peut estimer que les touristes internationaux représentaient de l’ordre du dixième de sa fréquentation. Par ailleurs, certains voyageurs, venus du Protectorat et du Maghreb, étaient en déplacement à Casablanca pour leur plaisir ou leurs affaires, et pouvaient à cette occasion visiter Bousbir en touristes, même s’ils étaient moins repérables comme tels. Il arrivait qu’ils choisissent de louer une chambre à Bousbir plutôt que de loger à l’hôtel. Présents à Casablanca pour quelques jours au moins, quelquefois seuls, ils étaient probablement davantage enclins à recourir à l’offre prostitutionnelle que les touristes internationaux. Mais ce sont les nombreux marins faisant escale à Casablanca (4ème port de l’Union française en 1948) et surtout les militaires (infanterie coloniale, zouaves, tirailleurs marocains ou sénégalais, spahis, légion étrangère, goumiers, etc.) en poste ou en permission qui constituaient la principale clientèle des travailleuses du sexe : c’est bien pour satisfaire les « besoins » liés leur célibat forcé que Bousbir avait été créé. Enfin, les habitants de Casablanca et sa région, autochtones ou non, pouvaient visiter Bousbir en voisins et fréquenter régulièrement ses maisons closes.

20On pourrait croire qu’il y avait d’un côté les touristes européens, sensibles à l’exotisme de Bousbir mais moins à la tentation de la prostitution, et de l’autre les visiteurs plus ou moins locaux, sur lesquels l’exotisme ne s’exerçait pas et qui ne venaient à Bousbir que pour l’offre prostitutionnelle. Ce serait plausible si Bousbir ressemblait aux autres quartiers de Casablanca ou aux autres quartiers réservés. Mais il n’en est rien. Bousbir était un simulacre (Baudrillard 1981) : la copie de quelque chose qui n’existait pas. En tant que parc à thème érotico-oriental, le quartier n’avait aucun équivalent. Les maisons closes où officiaient en ville les travailleuses du sexe européennes n’était ouvertes qu’aux clients, et n’offraient pas le même décor ou la même ambiance que Bousbir. Les rues casablancaises où officiaient clandestinement les travailleuses du sexe autochtones étaient sordides et ne présentaient pas le même pittoresque que le quartier réservé. Même pour les habitants du Protectorat, Bousbir offrait une expérience extraordinaire et son atmosphère pouvait posséder un charme particulièrement attractif, suffisant pour en justifier la visite aux yeux de tous. M. Flandrin, photographe et éditeur de la majeure partie des cartes postales figurant Bousbir, avait pris soin de (faire) légender certaines d’entre elles en français, en anglais et aussi en arabe (fig. 4), estimant que le quartier constituait un spectacle et une attraction touristique même pour ceux qui ne parlaient pas la langue coloniale.

Figure 4. Casablanca, un coin du quartier réservé

Figure 4. Casablanca, un coin du quartier réservé

Photographie Flandrin. Collection personnelle de l’auteur.

21Qu’on visite Eurodisney en venant de Paris, Berlin ou New York ne change pas grand-chose à la visite du parc. Si le tourisme se définit comme un déplacement à des fins de loisir hors des lieux du quotidien, tous les visiteurs de Disney sont bien des touristes, car le parc est localisé dans l’ailleurs absolu d’un pays imaginaire. Si l’on peut oser la comparaison, il en allait de même à Bousbir. Le quartier n’était un lieu du quotidien que pour qui y travaillait : pour tous les visiteurs, Bousbir était bien un autre monde. Tous les visiteurs de Bousbir étaient peu ou prou des touristes au sens où, franchissant la porte du quartier, ils quittaient Casablanca, le Maroc et leur monde réel pour entrer de plain-pied dans l’imaginaire géographique orientaliste, exotique et érotique, tel qu’il était matérialisé par l’architecture de Bousbir et incarné les performances des travailleuses du sexe (vêtements, danse du ventre, etc.).

22Le prétexte touristique donnait par ailleurs une légitimité à certains visiteurs, qui sans ce motif (cette couverture ?), se seraient sentis moins autorisés à venir à Bousbir, et à profiter – jusqu’à quel point ? – des attractions du lieu.

La visite de Bousbir

23Bien que Bousbir ait constitué un lieu très singulier, la visite du quartier n’en constituait pas moins une activité balisée, car elle faisait sens dans un contexte touristique plus large et renvoyait à des types de pratiques touristiques bien identifiées (fig. 5).

Figure 5. Casablanca, la garde d’accueil du quartier réservé

Figure 5. Casablanca, la garde d’accueil du quartier réservé

Editions L.M. Collection personnelle de l’auteur.

24Le premier était celui du tourisme colonial. Le tourisme au Maroc était en pleine expansion dans les années 1920-1930, le Protectorat se montrant en la matière en avance par rapport aux autres parties de l’Empire (Colliez 1930, De Mazières 1934, 1935, Kahn 1921, Hillali 2007, Kazdaghli 2009, Llanes 2009, Stafford 1996). La « pacification » du territoire et son équipement en infrastructures de transport l’avaient ouvert à la fin des années 1910 au tourisme international, jusque là cantonné à Tanger. Il s’agissait d’une part d’un tourisme itinérant qui conduisait des Occidentaux férus d’orientalisme à visiter les villes impériales (Marrakech, Fès, Meknès, Rabat), les ruines romaines (Volubilis) et les paysages naturels (déserts et oasis, rivages, montagnes), d’autre part d’un tourisme d’estivage (Ifrane) et surtout d’hivernage (Marrakech) qui amenait de riches Européens, anglais ou français, à séjourner dans des sites au climat ou aux paysages réputés. De multiples acteurs étaient engagés dans le développement touristique : les autorités coloniales (très impliquées dans le développement touristique à la Résidence générale et dans chacune des villes concernées), les milieux d’affaires locaux, les syndicats d’initiative, les compagnies de croisières et de chemin de fer (qui possédaient également les principaux hôtels et organisaient les circuits), des associations comme le Touring Club de France ou l’Automobile Club marocain, les éditeurs de guides (Hachette, Michelin) et de cartes postales (Flandrin à Casablanca), etc. La promotion du tourisme dans les colonies avait des visées économiques en termes de développement local mais aussi un but idéologique : la visite de l’Empire, tout comme celle des expositions coloniales qui en était un substitut, valait pour une « leçon des choses » (Furlough 2002) à propos de l’Empire et de la colonisation, leçon bien nécessaire tant les Français étaient mal informés à propos des colonies et peu motivés par l’aventure. « Le tourisme est […] le meilleur argument pour l’œuvre des ces quarante ans de présence française au Maroc » (Quarante ans, 1953). En 1949, 150 000 touristes visitèrent le Maroc ; en 1953, ils furent 253 000 (Stafford 1996 : 35). Bousbir était une des étapes les plus pittoresques de leur périple dans le Protectorat.

25Le second contexte touristique était celui de la visite des quartiers réservés. Bousbir n’était en effet pas le seul quartier réservé d’Afrique du Nord à attirer les touristes. « Certaines [agences de voyage] n’ont pas hésité même à signaler dans leurs programmes les quartiers réservés comme une des principales curiosités spécifiquement marocaines, de tout voyage au pays du Maghreb ! » (Lépinay 1936 : 205). On voit ainsi dans le film Pépé le Moko (J. Duvivier, 1937) deux couples de riches Français s’aventurer dans la casbah d’Alger pour y jouir du spectacle de l’exotisme et de la prostitution indigène, qui constituait effectivement une ressource touristique de premier plan (Ferhati 2007, 2009). Au-delà de l’Afrique du Nord, des quartiers réservés d’Alger ou de Fès, de la « rue des Ouled-Naïls » à Biskra et Bou-Saâda (Ferhati 2003, 2007), certains grands quartiers réservés de réputation mondiale constituaient des attractions touristiques majeures à l’échelle internationale : ainsi Storyville à la Nouvelle Orléans entre 1897 et 1917, Yoshiwara à Tokyo jusqu’à l’abolition de la prostitution en 1958, ou le quartier réservé de Marseille avant sa destruction en 1943.

  • 6 Bertrand (1931), dans son projet de quartier réservé à Tunis va plus loin, recommandant que « l’acc (...)

26C’est la conjonction des pratiques du tourisme colonial et de la visite des quartiers réservés et l’articulation des matrices de domination de race et de genre qui leur correspondent qui instituaient le corps de la femme indigène et Bousbir en attractions touristiques. En toute logique intersectionnelle, les visiteurs de Bousbir qui n’étaient pas des hommes blancs y possédaient un statut de seconde zone. Les Tirailleurs marocains ou sénégalais ne pouvaient visiter le quartier que certains jours et n’étaient pas autorisés à y fréquenter les travailleuses du sexe juives ni les très rares Occidentales. Les femmes occidentales qui visitaient le quartier n’y venaient pas seules, ne pouvaient avoir recours aux services des travailleuses du sexe et n’avaient pas le droit d’assister aux spectacles les plus osés. Leur présence à Bousbir était considérée comme malsaine par ceux qui auraient préféré que le tourisme à Bousbir restât une activité homosociale : parmi les touristes, « les femmes étaient les plus acharnées. Curiosité ? Vice ? Les deux. » (Grancher 1956 : 242). La présence des visiteurs était légitime à Bousbir car ils y assouvissaient un « besoin » sexuel ; la présence de visiteuses était suspecte car elle manifestait soit un voyeurisme inacceptable parce que gratuit, soit un intérêt érotique scandaleux parce que lesbien6. Le guide Casablanca et sa région (1934 : 10) considère la visite de Bousbir comme « non recommandée aux enfants et aux jeunes filles ».

  • 7 Strumpet est un mot vieilli pour désigner une prostituée.

27La matrice de domination de classe était aussi active à Bousbir, dans la mesure où les femmes qui y travaillaient constituaient un sous-prolétariat urbain face à des clients (beaucoup) plus fortunés. L’enjeu de la misère conduit à une troisième interprétation du tourisme à Bousbir. Juste en face de Bousbir se trouvait un des grands bidonvilles de Casablanca : Ben M’Sik, qui comptait plus de 50 000 habitants en 1954. Celui-ci, reproduit dans de multiples cartes postales (fig. 6), constituait une attraction touristique. « Dans ses murs, Casablanca recèle d’innombrables trésors dont le touriste est avide […] Il y a aussi, tout près de Casablanca, une ville de conte de fée : Bidonville. Nulle part, il n’est donné au visiteur de pouvoir contempler pareille agglomération. Des milliers et des milliers de baraques faite de tôles provenant de vieux bidons. Quant à Bousbir, la décence ne permet point de le décrire. C’est un temple immense, tout un quartier où sont parquées les prêtresses du dieu Eros » (Afrique illustrée, 17/2/1934 : 32-33). P. Mac Orlan (1934 : 44) visitant Bousbir, commence par mentionner le panorama de Bidonville, « cette capitale de la ‘mouise’« : « Une Négresse nue, coiffée d’un madras orange et or, comme je la vis dans une des ruelles sordides de cette cité de cauchemar, est un spectacle de qualité assez rare et que l’on n’oublie pas ». P. Wyndham Lewis (1932 : 71), peintre et écrivain britannique, compare les deux quartiers, jusqu’à suggérer de rebaptiser Bousbir Strumpetville7. De fait, Bidonville était aussi un lieu de prostitution, mais il se prêtait moins facilement que Bousbir à la visite touristique. Certains visiteurs en venaient même à confondre les deux quartiers, affirmant que Bidonville est le « vrai nom de Bousbir » (Flash, 7/12/1959).

Figure 6. Casablanca, Agglomération indigène, Bidonville

Figure 6. Casablanca, Agglomération indigène, Bidonville

Alsacienne des Arts Photomécaniques. Collection personnelle de l’auteur.

28Bidonville et Boubsir étaient considérés au même titre comme des attractions touristiques, et l’on suggérait de passer de l’une à celle de l’autre car les deux quartiers présentaient un spectacle de même nature. Le slumming était une pratique touristique née à la fin du XIXe siècle, qui consistait, pour les riches habitants de Londres ou New York, à visiter les quartiers de leur ville habités par les classes les plus pauvres, les minorités ethniques ou sexuelles, pour se scandaliser et jouir du spectacle de leur altérité et de leur déviance, qui rassurait évidemment les visiteurs dans le sentiment de leur propre identité et la valeur de leurs propres normes (Heap 2009, Koven 2004). Cette pratique constitue le troisième contexte touristique dont relevait la visite de Bousbir : c’est bien à ce titre que le guide Casablanca et sa région (1934 : 10) et le guide Michelin (1950 : 103), dans une belle unanimité, la recommandait aux « touristes amateurs » ou « curieux » « d’études de mœurs ». La visite de Bousbir jouait sur les logiques d’attraction/répulsion, de construction de l’identité et de l’altérité propres au slumming. Dans les métropoles occidentales, celui-ci confortait l’ordre moral et politique (dans ses composantes raciales, sociales et sexuelles) ; à Casablanca, il justifiait aussi l’ordre colonial.

29Le spectacle de la prostitution n’était pas seulement exotique et érotique, il était aussi moral et politique. On voyait à l’œuvre à Bousbir une transgression des normes, si ce n’est du droit. Que les travailleuses du sexe y aient été essentiellement non-européennes permettait de ne pas imputer leur « faute » à la nature humaine (que les visiteurs et visiteuses auraient eu en partage avec les travailleuses du sexe) mais aux vices prétendument propres aux « races inférieures ». Les Européens (hommes ou femmes ?) qui visitaient Bousbir pouvaient en sortir non seulement immaculés mais aussi édifiés : confortés dans leurs préjugés racistes et sexistes, leur idéologie coloniale et la certitude de leur propre supériorité. La visite de Bousbir participait ainsi à la leçon de chose du tourisme colonial et justifiait la colonisation dans sa mission civilisatrice – alors pourtant que c’était les autorités coloniales qui avaient mis en place le quartier réservé.

30Parallèlement, de multiples témoignages attestent de la fascination des visiteurs pour la réalisation urbaine que constituait Bousbir : « cette capitale de la prostitution, que l’on dit unique au monde pour son envergure et son organisation » (Afrique illustrée, 29/9/1934 : 11), « un quartier réservé pas comme les autres… L’un des plus grands du monde, d’abord » (Grancher 1956 : 12), « the biggest sex and sin prison on the face of the earth » (True adventure, nov. 1957). « Bousbir est une véritable curiosité, puisqu’on ne trouve au Maroc, et sans doute dans toute l’Afrique du Nord, un quartier réservé aussi nettement délimité et séparé rigoureusement du reste du monde » (Afrique illustrée, 4/10/1930). « Bousbir ! Le chef d’œuvre du quartier réservé ! » (Qui ? Détective, 6/11/1947 : 73). La réalisation du quartier suscite l’admiration : « nothing seemed to have been overlooked by these French experts in their zeal and desire to metamorphose the erstwhile mess into a modern town » (De Leeuw 1951 : 69).

31Une carte postale de Flandrin (cf. fig. 1) illustre la nature de cette fascination : elle figure une vue aérienne du quartier, qui permet d’en apprécier l’échelle, la clôture, le plan et l’inscription dans le milieu urbain. C’est d’ailleurs une carte de ce type qui servit à présenter Bousbir à un journaliste de passage écrivant un livre sur L’Afrique galante : « Bousbir […] est maintenant une véritable ville moderne […] Tu seras émerveillé lorsque tu la visiteras avec moi. Aux portes de Bousbir, il y a un garage […] On a même créé une ligne spéciale d’autobus […] Tiens, regarde, ces cartes ont été éditées par le grand photographe casablancais, M. Flandrin. C’est un spécialiste de la photographie aérienne. Il a pris Bousbir du haut d’un avion. Tu vois que c’est immense » (Salardenne 1932 : 32-33). La modernité du quartier, illustrée par l’organisation des transports et la taille du quartier était ainsi la première qualité mise en avant pour susciter l’intérêt et la visite du journaliste, qui de fait apprécia fort cette « ville délicieuse, si jolie et si charmante que toutes les fillettes arabes de Casablanca rêvent déjà de venir y loger » (idem : 35). Bousbir « n’a pas le débraillé des quartiers réservés méditerranéens » (guide Michelin 1950 : 103) : c’est un Orient mis en ordre et au propre.

32D’autres cartes postales montrent le quartier à différents stades de sa construction. La majeure partie des cartes postales ne figure en fait pas des prostituées identifiables comme telles mais des vues urbaines ou architecturales. Ces images donnent à voir une réalisation urbanistique, dont on perçoit le style, l’unicité, l’ampleur, l’audace, l’ordre et la modernité – bref, la réussite. Bousbir comptait parmi les réalisations spectaculaires de la colonisation française, à l’instar des ponts, des barrages, des ports, des hôpitaux ou des écoles, qui, en tant preuves manifestes des bienfaits de la présence française, participaient à un autre titre à la leçon de chose coloniale (fig. 7). Ce type de visite était particulièrement bienvenu à Casablanca, « un des plus beaux exemples de la colonisation française » (Guide bleu 1919 : 63) : « La capitale économique du Maroc avec ses magnifiques rangées d’immeubles de style, ses artères bourdonnantes d’activité, son port édifiés là où naguère s’étendait un sol désertique et aride, hurlait la mer sauvage, ne concrétise-t-elle pas le génie de la civilisation moderne et celui de la France colonisatrice ? » (Annuaire de l’Automobile et du tourisme au Maroc 1937 : 34). L’excursion à Bousbir s’inscrivait ainsi dans un quatrième contexte touristique : celui de le visite des œuvres de la colonisation. C’est d’ailleurs grâce à la planification et au contrôle colonial que l’excursion Bousbir pouvait se faire dans de bonnes conditions de confort et de sécurité. « Bousbir est un quartier réservé paisible et distingué », « le quartier réservé le plus extraordinaire, le plus propre et le plus gai du monde », une « médina modèle » (Mac Orlan 1934 : 49, 44, 47).

Figure 7

Figure 7

Collection personnelle de l’auteur.

33L’expérience touristique de Bousbir relevait ainsi tout à la fois et non sans contradictions du voyage colonial, de l’excursion dans les quartiers réservés, du slumming et de la visite des grandes œuvres de l’Empire français. Fondamentalement, l’attraction de Bousbir était celle de la mise à disposition – à la fois moralement scandaleuse et politiquement admirable – du corps indigène féminin. Le tourisme à Bousbir était essentiellement et indissociablement colonial et sexuel. L’érotisation de l’Empire propre à l’imaginaire géographique colonial et les asymétries de pouvoir qui y transformaient les femmes indigènes en prostituées potentielles avaient fait de l’Empire, aux yeux des Occidentaux, une gigantesque maison close. A ce titre, la visite de Bousbir ne constitue pas une exception ou une déviance au sein des pratiques touristiques coloniales : elle en est un des modèles les plus purs. Parler de tourisme colonial à propos de Bousbir, ce n’est pas seulement renvoyer au contexte. C’est plutôt souligner que l’idéologie et les rapports de pouvoir coloniaux constituaient la base des activités prostitutionnelles et touristiques qui prenaient place dans le quartier, et que sa visite fonctionnait en retour comme une leçon de choses justifiant et reproduisant l’ordre colonial.

34Le tourisme colonial ne se réduit cependant pas aux enjeux de l’exotisme et de l’érotisme. Dans l’empire français se déclinait aussi le paradigme inverse d’un tourisme identitaire fondé sur l’entre-soi et la reproduction des modèles européens de la station thermale (Jennings 2006) ou d’altitude (Jennings 2011), dont Dalat sur les Hauts plateaux annamites ou Ifrane dans le Moyen-Atlas (créée en 1929) (fig. 8) sont de parfaits exemples. Sur un axe situant l’attrait touristique des lieux en fonction de leur identité ou de leur altérité, Ifrane et Bousbir constituaient des types extrêmes entre lesquels se positionnaient au Maroc des sites au profil plus composite.

Figure 8. Ifrane, vue générale du centre sous la neige, CAP.

Figure 8. Ifrane, vue générale du centre sous la neige, CAP.

Collection personnelle de l’auteur.

Tourisme, prostitution et tourisme sexuel : les leçons de Bousbir

35Bidonville et Bousbir étaient des toponymes désignant des quartiers spécifiques à Casablanca : à partir des années 1930, et avec plus de succès et de pérennité pour le premier que le second, ces noms de lieux acquirent une signification générique, désignant des zones d’habitat précaire et /ou illégal et des espaces de prostitution dans d’autres parties du monde francophone. L’urbanisme serait né à Casablanca ; que Bousbir et Bidonville en soient les seules réalisations labellisées atteste sans doute d’un échec du projet urbain qui y a été mis en place.

  • 8 Lettre du président du Conseil, ministre des affaires étrangères Philippe Berthelot au Résident gén (...)

36Bousbir suscita bien des critiques du fait de son inefficacité en termes de lutte contre les maladies vénériennes, de son incapacité à contenir plus de 15 % les travailleuses du sexe de Casablanca (Adam 1968 : 666), et à cause du scandale moral et politique que le quartier réservé représentait pour certains milieux (religieux, féministes, socialistes et anticolonialistes), si bien que la Résidence générale le ferma en avril 1955, un an avant l’indépendance du Maroc. La présence des touristes à Bousbir est mentionnée par tant de témoignages qu’on peut supposer qu’elle était jugée étonnante, mais elle n’est jamais vraiment dénoncée. Faute de sources, il est difficile de savoir ce qu’en pensaient les travailleuses du sexe elles-mêmes, mais il est probable que les touristes, plutôt fortunés, constituaient pour elles une appréciable source de revenu complémentaire, notamment pour leurs spectacles exotico-érotiques. Le succès touristique de Bousbir ne semble avoir embarrassé que l’administration coloniale. Quand, dans les années 1930, on pensait à établir ailleurs des quartiers réservés sur le modèle de Bousbir, ce point nourrît des inquiétudes. « Il est à craindre […] qu’un programme conçu […] dans le seul intérêt de l’hygiène matérielle et morale, n’aboutisse en fin de compte qu’à la création d’une cité du plaisir où Marrakech trouvera des éléments certains d’attraction pour les touristes, mais aussi un renom de fâcheux aloi », s’inquiète-t-on en haut lieu Paris8. A Tunis, « le Quartier réservé ne doit [pas] être […] spectaculaire – car il ne convient pas d’en faire un parc d’attraction », avertit l’administrateur qui vient de visiter Bousbir (Bernard 1935).

  • 9 Réponse de Lucien Saint à la lettre évoquée dans la note 9.
  • 10 Idem.

37L’administration française avait conçu Bousbir comme la solution à un problème d’hygiène publique. Tout comme la prostitution elle-même, le quartier était un « mal nécessaire », à propos duquel on aurait préféré éviter toute publicité. Le succès touristique de Bousbir fut une mauvaise surprise : les touristes faisait connaître le quartier, alors même que leur présence laissait croire qu’il n’était pas seulement un « centre modèle de prophylaxie des maladies vénériennes »9. L’administration coloniale risquait rien moins que d’être accusée de proxénétisme, le quartier réservé « fourni[ssant] à la propagande hostile une occasion redoutable de décrier [son] œuvre civilisatrice »10. Paradoxalement, pour les autorités françaises, ce n’était pas la présence des prostituées mais celle des touristes qui rendait Bousbir indécent.

38Il faut attendre les années 1980 et la dénonciation du tourisme sexuel pour que la fréquentation touristique des quartiers réservés, en particulier dans le Tiers-monde, suscite l’opprobre générale. L’assimilation scandaleuse du tourisme à la prostitution fut toutefois évoquée quelques années auparavant, mais comme une figure de la rhétorique tiers-mondiste. Dans les années 1970, « certains protestataires ont soutenu que ‘le tourisme, c’est de la prostitution’, dans le sens métaphorique où les pays pauvres sont forcés de ‘se vendre’ aux riches pour survivre » (Graburn 1983 : 441). N. Graburn suggérait de prendre cette idée au sérieux et de « pousser l’analogie, à la lumière des analyses sur le rapport entre le patriarcat et l’impérialisme ». Inversement, on a souligné les points communs entre les motivations des clients des travailleuses du sexe (Ryan and Kinder 1996) ou entre les pratiques des clients des clubs de strip-tease (Franck 2002) et celles des touristes.

39Dans le cadre du tourisme colonial en général et de la visite de Bousbir en particulier, tourisme et prostitution présentaient plus que des similitudes. L’exotisme propre au tourisme et l’érotisme propre à la prostitution sont en fait indissociables dans l’imaginaire, les motivations et les pratiques des clients/visiteurs (ce qui explique qu’il soit difficile de distinguer les touristes parmi ceux-ci) aussi bien que dans les performances des travailleuses du sexe de Bousbir, comme celle de la danse du ventre (Staszak 2008). La prostitution « ethnicisée » et « folklorisée » (Ferhati 2007 : 33) instituait la femme indigène en ressource touristique en transformant son corps en un paysage exotique. Le caractère pittoresque du corps/paysage indigène est attesté par sa figuration sur tant de cartes postales (Alloula 1981) (fig. 9 et 10), qui dénudent la femme maure et en même temps la parent d’attributs typifiés comme orientaux. Dans un mouvement inverse, le paysage exotique, en particulier celui des quartiers réservés, était transformé en un corps érotique, désirable en tant que tel, et dont les femmes indigènes n’étaient plus que des excroissances ou des substituts, comme en témoigne cette description de Lucienne Favre (1937 : 162) : « Rue-aux-filles de la Casbah d’Alger ! Plus séduisante, certainement que les filles elles-mêmes […] On finit par être envoûté tant par le décor que par tout ce qui le déborde et l’amplifie… Si bien que les chairs des femmes semblent offertes comme un complément fatal, un accessoire de cette ambiance […] On les veut ces garces insipides, parce que l’on ne peut pas modeler cette muraille, pénétrer ce parfum, violer cette nuance, se satisfaire dans cette vasque de marbre ! ». L’érotisme du corps déteint sur le paysage en même temps que l’exotisme du paysage déteint sur le corps. C’est bien pour jouer sur ces processus par lesquels l’exotisme et l’érotisme se nourrissent l’un l’autre que le quartier réservé de Casablanca a été dessiné comme une casbah. C’est dans le même mouvement que le corps et le paysage d’une part, le tourisme et la prostitution d’autre part, finissent par s’y confondre.

40Le client, d’où qu’il vienne, qui recourait à l’offre prostitutionnelle à Bousbir était bien un (situational) sex tourist ; en ce qui le concerne, l’activité prostitutionnelle et l’activité touristique étaient indifférenciables. Quant à celui qui ne visitait Bousbir « que » en voyeur, on ne peut dire pour autant qu’il ne recourait pas à l’offre prostitutionnelle car celle-ci, érigée en spectacle touristique, était bien le but et l’objet de sa visite. Pour assister à une danse du ventre, un strip-tease ou un spectacle pornographique, il fallait payer : la performance de celles qui assuraient le spectacle relevait bien d’une forme de travail du sexe. Il semble ainsi adéquat de qualifier tous les visiteurs de Bousbir non seulement de touristes mais même de touristes sexuels. Bousbir répond d’ailleurs parfaitement aux critères de définition des sexscapes, forgés pour caractériser les grandes destinations du tourisme sexuel international (Brennan 2005).

41A propos ou à la lumière de Bousbir, quelle est l’utilité de ces comparaisons entre tourisme et prostitution et quel est l’intérêt d’user de la catégorie « tourisme sexuel » ?

Figure 9. Casablanca, la place central et le cinéma de Bousbir

Figure 9. Casablanca, la place central et le cinéma de Bousbir

Edition La Cigogne. Collection personnelle de l’auteur.

Figure 10. Scènes et types. Le thé au quartier réservé

Figure 10. Scènes et types. Le thé au quartier réservé

Edition La Cigogne. Collection personnelle de l’auteur.

42L’expression « tourisme sexuel », qui se diffuse dans les années 1980 pour désigner et dénoncer une pratique qui se serait mise en place dans les décennies précédentes, pose de nombreux problèmes théoriques (Oppermann 1999, Roux 2011). Parler de tourisme sexuel à propos de Bousbir est certainement pertinent, mais n’apporte pas beaucoup à la compréhension du lieu, non parce que cette qualification serait anachronique mais plutôt parce que les faiblesses conceptuelles de cette catégorie la rendent peu opératoire. En revanche, inscrire le tourisme sexuel dans une histoire plus longue dont Bousbir serait un des moments présente un intérêt heuristique : outre que cela questionne la chronologie établie, cela montre que le tourisme sexuel perpétue et reproduit un imaginaire et des rapports de pouvoir mis en place lors de la colonisation (Staszak 2012). Suggérer que Bousbir anticipe le tourisme sexuel apporte moins que d’analyser à la lumière du quartier réservé en quoi le tourisme sexuel actuel présente des aspects (néo-)coloniaux.

43De même, considérer le tourisme comme une forme de prostitution ne permet pas nécessairement de mieux comprendre le phénomène touristique. En revanche, interpréter la prostitution comme une forme de tourisme présente un intérêt heuristique. Montrer en quoi les visiteurs à Bousbir avaient tous recours à l’offre prostitutionnelle présente moins d’intérêt que d’analyser à partir du cas du quartier réservé en quoi la visite à une travailleuse du sexe présente une dimension touristique. Dans la plupart des pays européens, les travailleuses du sexe sont en majeure partie des immigrées. Pourquoi parler de tourisme sexuel quand c’est le client qui se déplace, et non quand c’est la travailleuse du sexe (Oppermann 1999 : 260 sq.) ? L’attrait érotique des travailleuses du sexe peut tenir à leur exotisme à Paris comme à Bousbir, pour des raisons similaires et qui sont propres à l’idéologie et aux rapports de force (néo-)coloniaux. A la différence près que dans le premier cas, c’est la travailleuse du sexe qui paye le coût économique, symbolique et social du déplacement.

Conclusion

44Que nous apprend finalement Bousbir sur le tourisme colonial ?

45Premièrement, le quartier confirme que la prostitution coloniale était une attraction touristique. Il atteste que le tourisme sexuel était une des formes du tourisme colonial, et témoigne des processus d’exotisation et d’érotisation qui instituaient certaines colonies en ressources touristiques.

46Deuxièmement, le quartier invite à définir le tourisme colonial moins selon l’origine des visiteurs, le lieu ou le contexte de la visite que selon les rapports de pouvoir qui la structure. Ces rapports de pouvoir propres à la situation coloniale reposent sur les matrices de domination de race mais aussi de classe et de genre. Leur asymétrie constituait à la fois la condition et l’objet de la visite de Bousbir, qui en retour participait à leur reproduction.

47Troisièmement, Bousbir laisse voir des similitudes entre le tourisme colonial et certaines formes actuelles de prostitution et de tourisme sexuel. On peut y voir la manifestation de continuités qui attesteraient de l’imprégnation néocoloniale du commerce du sexe, en particulier en situation touristique, et une invitation à revoir la chronologie du tourisme sexuel, qui serait plus ancien qu’on ne dit généralement.

48Le succès touristique de Bousbir résulte de l’enthousiasme des visiteurs pour un quartier qui incarnait si bien leur rêve orientaliste, grâce au décor néo-mauresque construit par E. Brion et aux performances exotiques et érotiques des travailleuses du sexe qui y officiaient. Il n’est pas inutile à ce stade de souligner que, pour beaucoup de celles-ci, la réalité de Bousbir fut probablement cauchemardesque.

49Aalbers M.B. and Sabat M., 2012, « Re-making a landscape of prostitution : the Amsterdam Red Light District », City, 16, 1-2, p. 112-128.

Haut de page

Bibliographie

Adam A., 1968, Casablanca, essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, Paris, CNRS.

Alloula M., 1981, Le Harem colonial, images d’un sous-érotisme, Genève/Paris, Slatkine.

Annuaire de l’Automobile et du tourisme au Maroc, 1937, édité par la Société des grands régionaux du Maroc, Casablanca, Imprimeries réunies.

Baudrillard J., 1981, Simulacre et simulation, Paris, Galilée.

Beauvoir S. (de), 1960, La Force de l’âge, Paris, Gallimard.

Bernard L., 1935, La Prostitution et le contrôle sanitaire des mœurs à Tunis, à Alger et à Casablanca en 1935, rapport non publié, Archives diplomatiques de Nantes.

Brennan D., 2004, What’s Love Got to Do With it ? Transnational Desires and Sex Tourism in the Dominican Republic, Durham, Duke Univ. Press.

Casablanca et sa région, 1934, publié par le Syndicat d’initiative régional, Casablanca, Editions Inter-Presse.

Cohen J.-L. et M. Eleb, 1998, Casablanca. Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan.

Colliez A., 1930, Notre Protectorat marocain, Paris, Rivière.

De Leeuw H., 1951(1st ed. 1934), Sinful Cities of the Western World, New York, Almat Pub. Corp.

De Mazières M., 1934, « Mouvement des voyageurs et des touristes au Maroc en 1933 », Revue de géographie marocaine, 1, p. 35-44.

De Mazières M., 1935, « Le mouvement touristique au Maroc en 1934 », Revue de géographie marocaine, 1, p. 97-107.

Favre L., 1937, Dans la Casbah, Paris, Grasset.

Franck K., 2002, G-Strings and Sympathy : Strip Club Regulars and Male Desire, Durham, Duke Univ. Press.

Ferhati B., 2003, « La danseuse prostituée dite « Ouled Naïl », entre mythe et réalité (1830-1962). Des rapports sociaux et des pratiques concrètes », Clio, 17, p. 101-113.

Ferhati B., 2007, De la « tolérance » en Algérie (1830-1962). Enjeux en soubassement, Alger, El Dar el Ohtmania.

Ferhati B., 2009, « Une réalité urbaine sans nom : les espaces de la ‘tolérance’ dans la Casbah d’Alger, 1830-1962 », in Baduel O.R. (dir.), Chantiers et défis de la recherche sur le Maroc contemporain, Paris, Karthala, p. 245-261.

Furlough E., 2002, « Une leçon des choses : Tourism, Empire, and the Nation in Interwar France », French Historical Studies, 25, 3, p. 441-473.

Graburn N. H., 1983, « Tourism and Prostitution », Annals of Tourism Research, 10, p. 437-443.

Grancher M.E., 1956, La Belle de Bousbir, Paris, Rabelais.

Guide du Maroc, 1936 ( ?), 8ème éd., Casablanca, Editions Maroc-Presse Paul Bory.

Heap C.C., 2009, Slumming : sexual and racial encounters in American nightlife, 1885-1940, Chicago, Univ. of Chicago Press.

Hillali M., 2007, La Politique du tourisme au Maroc. Diagnostic, bilan et critique, Paris, L’Harmattan.

Jennings E.T., 2006, Curing the Colonizers, Hydrotherapy, Climatology, and French Colonial Spas, Durham, Duke Univ. Press.

Jennings E.T., 2011, Imperial Heights : Dalat and the Making and Undoing of French Indochina, Berkeley, Univ. of California Press.

Kahn R., 1921, Le Protectorat Marocain, Nancy, Berger-Levrault.

Koven S., 2004, Slumming : Sexual and Social Politics in Victorian London, Princeton, Princeton Univ. Press.

Hygiène, médicine et chirurgie au Maroc. L’oeuvre médicale française au Maroc, 1937, Casablanca, Edition de l’Afrique du Nord illustrée.

Kazdaghli H., 2009, « L’entrée du Maghreb dans les circuits du tourisme international : le rôle précurseur de la Compagnie Générale Transatlantique », in Zytnicki et Kazdaghli, op. cit., p. 205-215.

Keire M.L., 2010, For Business & Pleasure : red-light districts and the regulation of vice in the United States, 1890-1933, Baltimore, Johns Hopkins Univ. Press.

Lauro A., 2005, Coloniaux, ménagères et prostituées au Congo belge (1885-1930), Loverval, Labor.

Lépinay E., 1936, « Courtisanes marocaines. Leur vie dans un quartier réservé », Paris médical : la semaine du clinicien, 100, p. 201-205.

Levine Ph., 2003, Prostitution, Race and Politics : Policing Venereal Disease in the British Empire, London, Routledge.

Llanes C., 2009, « Le tourisme au Maroc à l’époque colonial : une pratique exogène ou endogène ? », in Zytnicki et Kazdaghli, op. cit., p. 325-333.

McClintock A., 1995, Imperial Leather. Race, Gender and Sexuality in the Colonial History, London, Routledge.

Mac Orlan P., 2009 (1ère éd. 1934), Rues secrètes, Paris, Arléa.

Maghraoui D., 2008, « Gendering urban Casablanca. The case of the Quartier reserve of Bousbir », in M. Rieker and K.A. Ali (eds.) Gendering Urban Space in the Middle East, South Asia and Africa, New York, Palgrave Macmillan, p. 17-44.

Maroc/Morocco (Le…), 1952 (2ème éd.), guide touristique Havas (bilingue), Casablanca, Agence Havas marocaine.

Mathieu J. and Maury P.H., 1951, La Prostitution marocaine surveillée de Casablanca. Le quartier réservé, Archives de la Direction de la santé publique, republié in Bousbir. La prostitution dans le Maroc colonial. Ethnographie d’un quartier réservé (2003), Paris, Paris-Méditerranée.

Nijman J., 1999, « Cultural globalization and the identity of place : the reconstruction of Amsterdam », Ecumene, 6, 2, p. 146-164.

O’Connell Davidson, 1996, « Sex tourism in Cuba », Race & Class, 38, 1, p. 39-48.

Oppermann M., 1999, « Sex tourism », Annals of Tourism Research, 26, 2, pp. 251-266.

Qaurante ans de présence française au Maroc, 1953 ( ?), Casablanca, La Chérifienne d’éditions et de publicités.

Roux S., 2011, No money, no honey. Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, Paris, La Découverte.

Ryan C. and Kinder R., 1996, « Sex, tourism and sex tourism : fulfilling similar needs ? », Tourism Management, 17, 7, p. 507-518.

Saint-Aignan and Laurent J.E., 1950, Bousbir, ville réservée, Rabat, Editions d’art.

Stafford J. (dir.), 1996, Développement et tourisme au Maroc, Montréal, L’Harmattan.

Staszak J.-F., 2008, « Danse exotique, danse érotique. Perspectives géographiques sur la mise en scène du corps de l’Autre (XVIIIe-XXIe siècles) », Annales de géographie, 660-661, mai-juin, p. 129-158.

Staszak J.-F., 2012, « L’imaginaire géographique du tourisme sexuel », L’Information géographique, 76, 2, p. 16-39.

Staszak J.-F., 2014, « Planning prostitution in colonial Morocco : Bousbir, the quartier réservé of Casablanca », in P. Maginn and C. Steinmetz (eds), (Sub)Urban Sexscapes : Geographies and Regulation of the ‘Sex Industry’, London, Routledge, 20 p.

Taraud C., 2003, La Prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot.

Taraud C., 2006, « Urbanisme, hygiénisme et prostitution à Casablanca dans les années 1920 », French Colonial History, 7, p. 97-108.

Wyndham Lewis P., 1983 (1st ed. 1932), Journey into Barbary, Santa Barbara, Black Sparrow Press.

Zytnicki C. et Kazdaghli H. (dir.), 2009, Le Tourisme dans l’empire français : politiques, pratiques et imaginaires (XIXe-XXe siècles), Saint-Denis, Publications de la Société française d’histoire d’outre-mer.

Haut de page

Notes

1 Les principales sources documentaires sur Bousbir sont deux rapports, rédigés l’un par un administrateur français à Tunis (Bernard 1931), l’autre par deux médecins français au Maroc (Mathieu et Maury 1951). Sauf indication contraire, les informations factuelles mentionnées dans ce texte sont issues de ce dernier.

2 La littérature scientifique préfère souvent l’expression « travailleuse du sexe » à celle de « prostituée », jugée – notamment par les travailleuses du sexe – essentialiste et stigmatisante. Cette expression pose toutefois problème à Bousbir. Les formes de coercition exercées sur certaines de ces « travailleuses du sexe » laissent croire que leur autonomie et leur liberté de choix étaient très limitées. On pourrait aussi bien les qualifier de forçats sexuels.

3 Les travailleuses du sexe européennes furent à Bousbir au maximum 25 (Bernard 1935). Dans les années 1950, le quartier n’en comptait plus. Les Juives ne représentaient pas plus de 5% des travailleuses du sexe. On trouvait aussi dans le quartier quelques travestis.

4 Tous les témoignages attestent de l’expérience visuelle, beaucoup évoquent l’ambiance sonore, quelques uns les goûts et les odeurs. Paradoxalement, c’est du toucher et de l’expérience à proprement parler sexuelle qu’il est le plus rarement question.

5 Bousbir n’est pas mentionné par les Guides bleus, ni par Le Maroc publié en 1928 par la Fédération des Syndicats d’initiative et de tourisme du Maroc (Casablanca, Imprimerie française), ni par le Guide to Morocco publié par le Moroccan Courier à Casablanca sous les auspices de l’Office Marocain du Tourisme en 1956 (après la fermeture du quartier, il est vrai). Je ne suis pas en mesure de dire pourquoi tel guide mentionne ou non Bousbir.

6 Bertrand (1931), dans son projet de quartier réservé à Tunis va plus loin, recommandant que « l’accès du quartier [soit] rigoureusement interdit aux mineurs des deux sexes, et à toutes autres femmes que les prostituées ».

7 Strumpet est un mot vieilli pour désigner une prostituée.

8 Lettre du président du Conseil, ministre des affaires étrangères Philippe Berthelot au Résident général Lucien Saint datée du 12 novembre 1932, Archives diplomatiques de Nantes.

9 Réponse de Lucien Saint à la lettre évoquée dans la note 9.

10 Idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Casablanca, vue aérienne du quartier réservé dit “Bousbir”
Crédits Photographie Flandrin. Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2. Casablanca, quartier réservé
Crédits Edition Photo Palace. Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 3. Carte de Casablanca
Crédits Guide Michelin, édition 1949. Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 4. Casablanca, un coin du quartier réservé
Crédits Photographie Flandrin. Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 5. Casablanca, la garde d’accueil du quartier réservé
Crédits Editions L.M. Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 6. Casablanca, Agglomération indigène, Bidonville
Crédits Alsacienne des Arts Photomécaniques. Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 7
Crédits Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-7.png
Fichier image/png, 916k
Titre Figure 8. Ifrane, vue générale du centre sous la neige, CAP.
Crédits Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 9. Casablanca, la place central et le cinéma de Bousbir
Crédits Edition La Cigogne. Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 10. Scènes et types. Le thé au quartier réservé
Crédits Edition La Cigogne. Collection personnelle de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/424/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Staszak, « Tourisme et prostitution coloniales : la visite de Bousbir à Casablanca (1924-1955) », Via [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/424 ; DOI : 10.4000/viatourism.424

Haut de page

Auteur

Jean-François Staszak

Professeur de géographie, Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals