Navigation – Plan du site

20|2021 - TOURISME RELIGIEUX

Date limite de réception des articles : 31 mars 2021

COORDINATEURS

Philippe BACHIMON Université d’Avignon

philippe.bachimon@univ-avignon.fr

Théry HERVE Université de São Paulo (USP-PPGH)

hthery@aol.com

Le pèlerinage à la Vierge, Tinos, Cyclades, Grèce.

Image 100000000000177000000FA088DD6BD913E25466.jpg

La procession de l’image miraculeuse, le 15 Août, jour de la Dormition, attire un grand nombre de pèlerins venus à Tinos pur l’occasion, mais également des touristes et estivants présents à l’île

Maria Gravari-Barbas, 2018.

ARGUMENTAIRE

Le rapport entre le religieux et les loisirs, deux pratiques sociales et deux mouvements culturels devenus majeurs au XXIe siècle, n’est pas sans ambiguïtés alors même qu’après Nietzsche (pour qui « Dieu était mort ») on pouvait considérer que le second allait soit l’emporter sur le premier, soit l’effacer en l’invalidant comme relevant des temps obscurs.

Mais on assiste à une montée du religieux au XXIe siècle après un siècle de laïcisation de la société (laïcité républicaine, idéologies communistes et fascistes...) rappelant même le XIXe siècle (celui des missions reconquête de la chrétienté émoussée par la Révolution et coloniales), voire la Reconquista de la péninsule Ibérique suivie de la Conquista en Amérique latine aux XVe et XVIe siècles.

La forme que prend ce retour de la dimension religieuse est toutefois différente au XXIe siècle, dans la post modernité où, par définition, tout peut prendre une valeur (marchande pour le moins) elle comporte une dimension qui la rapproche nettement du tourisme.

Touristification du religieux

Apparaissent de plus des formes qui s’apparentent au tourisme, dans sa définition de l’INSEE : « Le tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année, à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs non liés à l’exercice d’une activité rémunérée dans le lieu visité ».

Que ce soient les monuments (cathédrales, monastères ou chapelles, synagogues, mosquées ou temples protestants, bouddhistes...), mais aussi les événements religieux (le pèlerinage de Lourdes, de la Mecque, de Qom) on observe une tendance forte à les décliner sous la forme de produits touristiques. Les marchés de Noël, les marchands du temple de Lourdes, la question des visites payantes des édifices religieux est envisagée, et la Mecque devient une « station religieuse » avec ses restaurants, ses terrasses, ses hôtels de luxe, ses hammams.

Certes les pèlerinages ont toujours eu besoin d’une certaine logistique pour acheminer les fidèles, les loger, les nourrir mais la massification récente a provoqué un changement de dimension : La Mecque, Lourdes, Fatima reçoivent chaque année des millions de visiteurs. La Kumbh Mela, un pèlerinage hindou organisé à tour de rôle, dans les villes saintes d’Allahabad (Uttar Pradesh), Haridwar (Uttaranchal), Ujjain (Madhya Pradesh) et Nashik (Maharashtra). Tous les douze ans a lieu la Purna Kumbh Mela, ou grande Kumbh Mela, à Prayag. Plusieurs millions de personnes y prennent part ce qui en fait probablement le plus grand pèlerinage du monde : lors de la Purna Kumbh Mela de 2001, 70 millions de personnes se sont succédé sur les rives du Gange en trois semaines, dont 40 millions en une seule journée. Enfin la Maha Kumbh Mela se tient tous les 144 ans, après douze Purna Kumbh Mela, la dernière a eu lieu en 2013 et a accueilli plus de 100 millions de personnes.

De la cohabitation

Une question posée est celle de la cohabitation entre touristes (voyeurs « passifs » et « non participatifs » a priori) qui viennent perturber les rites. Les réponses à ce problème vont de l’interdit (la Mecque et Médine) à l’intégration. Car il y a aussi des enjeux politiques, surtout en matière de communication et de reconnaissance, et du prosélytisme. Inversement les politiques de développement territorial poussent à ce que par exemple les pèlerins fassent du tourisme en sortant du strict contexte religieux (Thèse de Khaled Alzhrani sur l’Arabie Saoudite).

De l’hybridation

On peut, sans prendre de risque théorique et conceptuel, dire que l’hybridation caractérise la relation tourisme/religion. Le tourisme est certes un matérialisme (expérimenter un « paradis terrestre » ici-bas par exemple) mais finalement aussi une forme de paganisme (l’expérience du paradis terrestre reste une croyance qui remet en cause – sape – les monothéismes). Il peut faire figure de nouvelle religion dès lors qu’il propose des expériences sous formes de stages de yoga dans des Ashrams, de retraites de « ressourcement » dans des monastères... et qu’inversement la pratique religieuse emprunte de plus en plus les chemins de tourisme (agence de voyage, vols aériens, hôtellerie de chaines, restauration standardisée... réglementation touristique pour le voyage).

La basilique de de Nossa Senhora Aparecida 

Image 1000000000000800000006008008029203A51F57.jpg

La basilique de de Nossa Senhora Aparecida (la sainte patronne du Brésil), dans l’Etat de São Paulo, reçoit 11 à 12 millions de pèlerins par an.

Hervé Théry 2012.

Le gradient touristique

Le religieux est un des objets centraux bien connu du tourisme culturel. La rencontre se produit le plus souvent « à froid », les touristes visitent des sites, des monuments qui ne sont plus en activité et parfois il s’agit même d’en réinterpréter le caractère religieux. Exemple des pyramides maya ou aztèques, des marae polynésiens mais aussi d’Angkor Vat, des montagnes et autres collines sacrées. Il y a aussi des cas « tièdes » comme par exemple les monuments de la chrétienté que l’on visite d’autant plus (en Europe au moins) qu’ils sont moins fréquentés par les fidèles ou qu’ils sont délaissés par leur clergé (monastères où l’on fait des retraites, chemins de Saint-Jacques de Compostelle).

Enfin la question d’un tourisme « à chaud » se pose lorsque la religion est forte (citons d’emblée le Mur des Lamentations). Cela induit des interdits de part et d’autre, interdit d’entrée dans les mosquées au Maroc pour les non-musulmans ou interdit de visiter des sites archéologiques anciens, remettant en question la doxa, pour les pèlerins musulmans de la Mecque par exemple). Un cas particulier qui mériterait analyse particulière est celui de la Cathédrale Notre Dame de Paris, qui était à la fois lieu de culte et site touristique majeur et qui, dont l’incendie de 2019 a montré à quel point elle est un symbole fort pour beaucoup de Français.

Image 1000000000000FA000000BB8899DD28FF49678BC.jpg

Une boutique de souvenirs à Katmandou sur un site de pèlerinage bouddhiste

Philippe Bachimon

Le rapport entre ces deux phénomènes marquants (tourisme et religion) n’est pas univoque. Il mérite qu’un numéro thématique de Via@ lui soit consacré. Nous invitons ainsi les auteurs de différents disciples à proposer des articles, mais aussi des brèves, des cartes ou des photos commentées ou des recensions d’ouvrage sur cette thématique.

MODALITES ET FORMATS DES CONTRIBUTIONS

Les propositions peuvent être soumises sous la forme d’articles scientifiques n’excédant pas les 40 000 caractères.

Les propositions peuvent être soumises par email aux adresses : viatourismreview@univ-paris1.fr ; philippe.bachimon@univ-avignon.fr ; hthery@aol.com avant le 31 mars 2021. Elles peuvent être rédigées en français, anglais, allemand, espagnol, catalan, portugais ou italien.

  • OpenEdition Journals