Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Le paysage kitsch comme destinati...

Résumé

Réalisée dans le cadre du programme ANR AQAPA (2014-2019), cette étude s’intéresse, à partir de trois régions touristiques d’Asie caractérisées par la présence de minorités ethniques – les régions de Dalat au Vietnam, de Pokhara au Népal, et de Sandu en Chine à la mise en décor stéréotypée des sites et stations touristiques, fondée sur le kitsch. Celle-ci s’appuie notamment sur le recours au faux (Baudrillard, 1981), ce qu’Umberto Eco (1985) qualifie de « mensonge artistique », et vise à donner au sujet « une vision des choses rassurante, mais factice » (Menon, 2006). Le travail se penche ainsi sur cette kitschisation du paysage mis en tourisme à l’interface rural/urbain (scénographie, expérience donnée aux touristes, processus mobilisés) et sur les objectifs qu’elle sert, afin d’approcher et d’interpréter le ou les messages qui lui sont sous-jacents.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Terme usité couramment dans toutes les langues occidentales.

1Un élément important de la mise en tourisme en Asie du Sud et du Sud-Est consiste en la mise en place d’un monde d’objets artificiels, en plastique, en béton et en plâtre, qui produisent une mise en décor stéréotypée des sites et stations touristiques, fondée sur le kitsch1. Le terme serait apparu vers 1860 en Bavière, pour désigner des produits de mauvais aloi (Menon, 2006). Se rapportant au départ à la « production artistique et industrielle d’objets bon marché » (Legrand, 2005), dans le langage courant, le kitsch désigne des objets de mauvais goût, agrémentés de décorations superflues, et est lié à l’idée de l’inauthentique et de la surcharge, à partir d’attributs considérés comme triviaux. Ceci pose inévitablement la question de la définition du beau et du trivial ou du mauvais goût, mais renvoyant à « la difficulté d’expliquer l’évidence esthétique » (Nahoum-Grappe, Vincent, 2004), nous n’entrerons pas dans ce débat ici. Selon C. Menon (2006), « le kitsch est un mode de relation de l’homme avec le réel. Il se fonde notamment sur le recours au faux (Baudrillard, 1981), ou encore au simulacre. Il est véhiculé par un objet ou un dispositif qui pousse le sujet à plonger dans un état émotif d’aveuglement positif, adoptant une vision des choses charmante et rassurante, mais factice. » Si le kitsch est un attribut de la civilisation de masse (Moles, 1971), indissociable de l’industrie de consommation, il est particulièrement présent dans les sites touristiques asiatiques, ainsi fréquemment caractérisés par un processus de « kitschisation » (Moles, Whal, 1969).

  • 2 Projet AQAPA (2014-2019) « A Qui Appartiennent les Paysages en Asie ? La mise en tourisme des haute (...)
  • 3 Le choix de ces terrains est, à l’origine, à relier à la problématique du programme ANR AQAPA porta (...)

2Dans le cadre du programme ANR AQAPA2, ce travail se penche ainsi sur les processus de cette kitschisation du paysage mis en tourisme dans trois régions d’Asie particulièrement marquées par la présence de minorités ethniques, à l’interface urbain-rural, et sur les objectifs qu’elle sert. Il s’appuie sur les cas de Dalat (Vietnam), Pokhara (Népal) et Sandu (Chine) et de leurs campagnes3. Ces villes sont fortement en relation avec l’espace rural dans le cadre du développement touristique, étant les centres à partir desquels se diffuse la clientèle touristique. Au Vietnam et en Chine, les villages de minorités sont l’objet d’un tourisme ethnique (plus développé dans le second cas que dans le premier), tandis qu’au Népal, Pokhara constitue le point de départ des trekkeurs dans le massif des Annapurna.

3Dans cette optique, le paysage, dans la lignée de la Convention européenne de Florence (2000) qui le définit comme une « partie de territoire telle que perçue par les populations (…) » est considéré en tant qu’objet matériel sur lequel sont projetées diverses représentations sociales. Le paysage joue ici le rôle d’un décor chargé de sens via les représentations des acteurs de sa kitschisation (principalement États et acteurs du tourisme) et celles de ses spectateurs (les touristes).

4Pour aborder dans sa complexité cette question de la kitschisation du paysage mis en tourisme, nous débuterons par la description de la mise en décor du paysage à travers sa scénographie, en montrant sur quels critères elle peut effectivement être qualifiée de kitsch. Puis nous esquisserons une déconstruction de l’expérience que celle-ci vise à donner aux touristes - principalement aux touristes domestiques en Chine (Taunay, 2011) et au Vietnam (Peyvel, 2009), internationaux au Népal (Sacareau, 1999), pour nous arrêter sur les processus mobilisés, afin d’approcher et d’interpréter, pour finir, le ou les messages sous-jacents à la posture étudiée.

I. Le système touristique kitsch

5Dans les destinations asiatiques, le système touristique, au sens de l’ensemble des lieux visités qui composent la destination, s’appuie fréquemment sur un processus de kitschisation des paysages, dont les trois terrains étudiés présentent des situations comparables.

A. Le kitsch dans trois destinations touristiques asiatiques

6Les contextes de la kitchisation des paysages en Asie du Sud et du Sud-Est

  • 4 Bollywood comme pépinière d'une culture kitsch transmise à grande échelle inspirant en retour l'amé (...)

7L’Asie du Sud, et en particulier l’Inde4 et le Népal (Kollywood pour Bollywood à Katmandu), est friande d’une kitschisation des paysages qui s’accorde, en la prolongeant et en l’actualisant, à la profusion des divinités des temples hindouistes. Mais des pays en apparence plus « sobres » et sécularisés, comme la Chine et le Vietnam sont aussi très amateurs de kitsch. Le marqueur de l’apparition du kitsch en Chine et dans quelques pays d’Asie du Sud-Est est l’introduction de la culture occidentale pendant l’époque de la colonisation (la francisation pour l’Indochine, le briticisme pour Hongkong ou le néerlandisme pour l’Indonésie, etc.). Les colons ont ainsi bâti des répliques de leur pays pour s’y récréer (Jennings, 2015 ; Peyvel, 2009), amenant en Asie un « exotisme » inversé en particulier dans leurs stations de villégiatures par le biais de villas, et d’édifices comme les gares, les postes, les églises... A l’heure actuelle, cette exotisation, déjà kitsch en ce sens qu’il mélangeait les références stylistiques pour faire sens (Davallon, 2006), a été patrimonialisée dans certains pays comme le Vietnam (cas des villas coloniales de Dalat). Hormis le kitsch colonial, le système touristique de ces pays asiatiques fonctionne sur la base d’un univers d’objets particulièrement visibles réalisés en plastique, en plâtre et en béton qui donne une ambiance rappelant le monde d’avant, celui de l’ère coloniale bien souvent, mais pas uniquement tant justement le référencement se veut le plus large possible. Ce système kitsch redondant se veut être une réponse à la demande des touristes domestiques, une clientèle qui se développe dans les pays les plus développés d’Asie depuis une quinzaine d’années (Cabasset-Semedo et al., 2010).

8Les régions de Dalat (Vietnam), Pokhara (Népal) et Sandu (Chine) comme illustrations du système touristique kitsch en Asie

9Les villes de Dalat, Pokhara et Sandu, et les campagnes qu’elles polarisent, présentent des systèmes touristiques comparables du point de vue du dispositif kitsch mobilisé, avec cependant certaines variantes dans les modalités de son utilisation.

10Dalat et Pokhara sont en premier lieu des stations climatiques d’altitude (1000 à 1500 m) en milieu tropical, constituant des « havres de fraîcheur » appréciés. Elles présentent des paysages ruraux de montagne (cultures du thé pour Pokhara, du café pour Dalat) agrémentés de cascades et de lacs, où l’étagement forestier oscille entre la végétation primaire des hauteurs et l’arboriculture du pourtour des stations. Ces contrées périphériques (au sens des impérialismes) sont marquées par une forte ethnicité due à la présence de « minorités » ethniques qui symbolisent une forme d’authenticité, et ce, dès l’origine du tourisme qui fut pour Pokhara et Dalat contemporain de la colonisation (indirectement anglaise pour le Népal, française au Vietnam). L’ensemble de ces ingrédients « primordiaux », dans l’emballement présent de la renommée et de l’attractivité de ces destinations, se voit désormais mis en arrière-plan par des aménagements propres au développement d’un tourisme de masse où l’artéfact de l’ambiance recherchée (l’effet en quelque sorte) l’emporte sur le référentiel précité (disons le fond dans le double sens de « fondement » et de « fonds de commerce »).

11Si Sandu n’est pas, contrairement à Dalat et à Pokhara, une ancienne station climatique d’altitude, elle est aujourd’hui, depuis le début des années 2000, une station touristique du sud de la Province du Guizhou, chef-lieu du xian (district) de Sandu au sein de la Préfecture autonome du Qiannan. Elle participe de la volonté du gouvernement central de développer le tourisme intérieur dans les régions rurales pauvres du pays, telles que le Guizhou. Dans le cadre de la politique touristique de la Province, misant à la fois sur un tourisme de nature et un tourisme ethnique, Sandu constitue un relais régional de la ville de Guiyang et se construit en tant que destination touristique sur son image de « capitale » de l’ethnie Shui. Région enclavée du fait de son relief, la Préfecture du Qiannan bénéficie depuis 2015 d’un développement des infrastructures routières (autoroutes) et ferroviaires (ligne à grande vitesse) au profit de la mise en tourisme des villages shui jusqu’ici très peu touchés par le tourisme. Si la fréquentation touristique du xian de Sandu est en augmentation - 80 000 touristes en 2005, 450 000 en 2016 (Taunay, 2017), elle reste bien inférieure à celle de Dalat et Pokhara qui chacune attire plusieurs millions de touristes chaque année. Le xian de Sandu, comme nos deux autres terrains, multiplie les efforts pour renforcer son attraction touristique et prolonger la durée des séjours (encore trop limitée aujourd’hui à l’excursionnisme), par la construction de quartiers dits « ethniques (architecture et mobilier urbain spécifiques, boutiques d’artisanat, musées, restaurants), de formes d’hébergement diverses chez l’habitant et de nouveaux sites remarquables (jingdian en Chine).

12Les stratégies de développement touristique de ces stations et de leurs villages environnants reposent sur des transformations importantes entraînant, par le biais de l’ajout de nombreux artifices selon un modèle standard, une kitschisation du paysage. Ce sont les principes de cette scénographie kitsch qui s’affirme sur nos trois terrains asiatiques, que nous allons maintenant aborder.

B. Une scénographie paysagère kitsch

13La mise en scène des sites touristiques se traduit par la production d’un paysage kitsch, qui présente un certain nombre de traits communs que nous avons recensés sur nos différents terrains en nous appuyant sur les études de W. Moles et E. Whal (1969), de R. Baudrillard (1981) et de Ch. Génin (2010).

14La surcharge : accumulation et mélange de styles

15Une des caractéristiques du kitsch consiste à mobiliser un nombre maximal d’artefacts sous la forme d’une accumulation d’objets disparates, et ce de façon ostentatoire (Moles, 1971).

  • 5 Aménagé pour un tourisme de masse consumériste (Ged, 2010).

16Un exemple illustrant ce caractère est celui des posters kitsch, créés dans les années 1960 en Egypte, et diffusés depuis largement en Asie du sud et du sud-est, ressemblant à des photographies mais étant en réalité « d’insolites et baroques copiés/collés d’environnements écologiques et/ou d’architectures juxtaposés de façon improbable » (Battesti, 2017). Aujourd’hui, retouchés avec photoshop, « ils font alors coexister ce qu’ils voient comme le meilleur de différents mondes continentaux, écologiques et architecturaux » : (…) forêts et montagnes suisses enneigées, cascades de forêts équatoriales, châteaux « de Versailles » et bassins d’inspiration islamique, compositions florales luxuriantes, neiges éternelles (Battesti, 2017). En Chine, dans le célèbre village touristique miao de Xijiang5, à l’est du Guizhou, dans des nongjiale pittoresques construites récemment dans le « style local », l’exotisme des chambres peut être tout à fait inattendu, associant par exemple les « styles » marin de l’Europe tempérée et scandinave (document n° 1).

Document n° 1 : Le décor des chambres à la « Miao Family Guesthouse » de Xijiang

Document n° 1 : Le décor des chambres à la « Miao Family Guesthouse » de Xijiang

E. Gauché, 2014

17La station de Dalat créée par les Français à l’époque de l’Indochine en 1893 s’est voulue dès le début un condensé de différents styles pris dans les stéréotypes architecturaux des provinces françaises (avec une prédominance affinitaire pour l’Alsace, la Lorraine et la Normandie), rassemblés en une station où le climat (frais et humide) et le paysage alpin, et en particulier le pin endémique (pinus dalatensis) rappelaient aux colons en villégiature la Métropole. Pour construire la station de Dalat, mis à part le climat et le paysage préexistants, il aura fallu augmenter la dite « réalité » par le recours à des aménagements : lacs (la totalité des lacs à Dalat est artificielle), parcs, lotissements de villas de plaisance, etc. Tous ces aménagements étant superposés, et quelquefois associés, à la nature indigène des lieux dans un processus de mutation paysagère servant de cadre au système touristique kitsch. C’est à partir des années 1960 – 1970 que Dalat, encore dans son « jus colonial », devint la destination préférée des artistes vietnamiens, qui y séjournaient dans une atmosphère apaisée leur permettant d’oublier le contexte de la guerre du Vietnam. L’ambiance romantique et mélancolique de cette ville a joué le rôle d’un catalyseur leur donnant « blanc-seing » pour s’inspirer du style des « vrais » artistes occidentaux célèbres (Nguyên, 2016). La mise en tourisme récente de la ville n’a fait que renforcer cette tendance jusqu’à l’hypertrophie consumériste.

18Comme l’explique A. Moles (1971), dans le style kitsch, la surface des choses, l’apparence, est un continuum. Aussi le kitsch consiste à combler les vides. C’est ce principe de remplissage qui conduit à l’outrance ornementale. Le Dalat d’aujourd’hui illustre parfaitement cela. Les couleurs y sont « franches » et leur passage de l’une à l’autre abrupt (sans dégradés de tons). On passe ainsi sans transition du rouge (couleur noble, gage de prospérité au Vietnam) au rose bonbon fondant (statues de flamants dans le jardin de la Vallée de l’amour, fraises ou fleurs en plastique…). Par ailleurs, le colorisme kitsch décline les couleurs de l’arc-en-ciel dans les nombreux parcs d’attraction qui entourent la ville (Vallée de l’amour, Cascade de Datanla, Crazy House, Historical Village, Tunnel d’argile…) jusqu’à la saturation. Les matériaux utilisés se présentent rarement pour ce qu’ils sont. Le bois est peint en imitation du marbre, les balustrades en béton veiné imitent l’écorce des arbres, les colonnes métalliques simulent le stuc qui est rarement en plâtre… Mais les matières plastiques tiennent une place centrale dans la mesure où elles sont bon marché et facilement « modelables ». Ces usages se retrouvent dans les villages ethniques chinois, à ceci près que le bois est souvent utilisé comme marqueur venant renforcer les aspects pittoresques des villages des minorités construits, à l’origine, en bois, mais aujourd’hui essentiellement en béton.

19A Lakeside (Pokhara) le foisonnement apparait d’abord comme religieux et réifié par les temples hindouistes et bouddhistes (Pinney, 1995) et il participe de l’atmosphère particulière des pèlerinages. Mais la référence à la période hippie (Devi’s Fall, Lac Bégnas) des années Peace & Love forme un bruit de fond (une ambiance décontractée) sur lequel, en dehors de quelques témoins (et témoignages) vivants, se construit l’actuelle marchandisation de la destination. Elle se fait par un investissement spéculatif du front de lac qui est devenu à la suite du Fish tail lodge (classé dans le bestseller des Mille lieux à voir au cours de votre vie, Schultz, 2003) l’endroit branché de la station. S’aligne en bordure du lac une suite de bars hétéroclites comme l’Olive café, le Busy Bee, le Maya pub, le Pokhara Java, l’Hungry Eye… qui attirent une clientèle de trekkeurs au repos dans un cadre « branché » où domine le rococo psychédélique à références « post hippies ».

20La disparition des proportions

21Un autre aspect du kitsch, après celui de sa prise de distance d’avec l’accroche locale, consiste en l’effacement des proportions des objets représentés (Battesti, 2017), ce qui produit un paysage disproportionné et totalitaire. Si le décor kitsch apporte des coexistences improbables, il est par essence anamorphique, les ustensiles rapportés aux objets réels n’y étant pas utilisés dans un rapport scalaire stable.

22Ainsi, à Dalat, une fraise peut être géante tandis que la tour Eiffel, un sommet himalayen népalais ou encore le Mont Langbiang vietnamien apparaissent en modèle réduit (documents n° 2 à 5). La « bonne échelle » devient celle qui consiste à utiliser une dimension de visibilité maximum au regard d’un objectif particulier : en général réussir à obtenir sur une seule photo une collection d’objets signifiants (une montagne, une fraise, un cygne…) avec le visiteur en situation. C’est in fine l’anamorphose qui participe du merveilleux photogénique.

Document n° 2 : Des fraises géantes, mais une tour Eiffel en réduction

Document n° 2 : Des fraises géantes, mais une tour Eiffel en réduction

A T. Le, 2017

Document n° 3 : Des fraises géantes, mais une tour Eiffel en réduction

Document n° 3 : Des fraises géantes, mais une tour Eiffel en réduction

A T. Le, 2017

Document n° 4 : Visiteurs népalais à l’assaut du modèle réduit du Manaslu (8163 m en réalité), jardin du Musée International de la Montagne, Pokhara

Document n° 4 : Visiteurs népalais à l’assaut du modèle réduit du Manaslu (8163 m en réalité), jardin du Musée International de la Montagne, Pokhara

P. Dérioz, 2014

Document n° 5 : Le Mont Langbiang en miniature se visitant au sein du Tunnel d’argile, Dalat

Document n° 5 : Le Mont Langbiang en miniature se visitant au sein du Tunnel d’argile, Dalat

Ph. Bachimon, 2017

23Ce jeu multiscalaire a sa réplique dans les souvenirs rapportés par les touristes (une Tour Eiffel dans sa boule de neige, une grosse peluche de Panda…), la taille (et la matière) étant conditionnées par la norme donnée aux bagages de cabine, tout particulièrement s’il s’agit d’achats ultimes réalisés dans le duty free de l’aéroport.

24Le recours au faux

25Ces effets d’exotisme, de surcharge et de modification des échelles sont également et inévitablement obtenus par une autre caractéristique récurrente du kitsch : le recours au faux (Baudrillard, 1981). Le plus souvent l’objet kitsch est inanimé, comme élément de décor, et comme contextualisation in situ d’un récit. Il l‘est quelque fois, et alors démesurément comme à Guilin et Tianmen (Xiang et al., 2017), quand il s’agit de produire un spectacle son et lumière grandiloquente. On peut en déduire que « le kitch se fonde toujours sur un mensonge » (Menon, 2006), qu’Umberto Eco (1985) qualifie de « mensonge artistique ».

26Les villages chinois, auxquels font écho les quartiers « ethniques » qui se développent à Sandu, se sont vus transformés sous l’effet de nombreux artefacts destinés à magnifier l’ambiance des lieux pour qu’ils s’approchent au plus près du paysage chinois idéal – le shanshui, paysage de montagnes et d’eaux- et en renforcent le caractère ethnique (Gauché, 2017). Ainsi, à Gulu, ont été construites de fausses façades de maisons en bois, tandis que de gros galets apparents dans une paroi rocheuse, appelés « œufs de pierre », ont été mis en scène par le biais de la création d’une cascade artificielle s’écoulant sur de faux rochers, porteurs d’une fausse inscription d’un « vrai » poète chinois afin de renforcer la spiritualité du lieu. On accède au lieu par un sentier escarpé, aménagé de toute pièce, agrémenté de statues de Dieux shui à l’allure fantasmagorique, que le récit « officiel » du site prétend être à l’image des vrais Dieux shui qui pour autant, n’ont pas de forme avérée dans la culture de cette minorité.

27Plus encore, à côté de Dalat, certains villages dits de minorités ethniques (tels celui de Lang Cu Lan) ont été créés de toute pièce (hors sol) pour les touristes qui peuvent y séjourner dans des cases en béton dans un contexte plaisant où leur sont relatés des récits mythologiques et des légendes cosmogoniques totalement inventés.

28Ce recours au faux correspond au parti pris cumulatif de solliciter un maximum de signes en un lieu afin de créer une expérience touristique la plus exceptionnelle possible, avec un minimum d’investissement financier (faible coût des matériaux utilisés, répliques sans droit d’auteur…) pour un maximum de fréquentation (circuit standardisé de masse). Ce parti pris tend à modifier la place du paysage rural dans le dispositif scénique kitsch.

C. Du rural productif au rural décoratif

29Le paysage rural entre dans le dispositif touristique comme une « naturation » (un naturalisme esthétisé). Celui-ci en produit des répliques (fraises en plastique, cases ethniques reconstituées, faux chalets alpins…). Mais c’est au-delà du rural que sont recherchés les référents de la plupart des parcs d’attractions. L’espace « sauvage » en est la vedette incontestée. A titre d’exemple, dans la Vallée de l’amour (à Dalat) une jungle est reconstituée assez succinctement dans laquelle de faux animaux quasi « grandeur nature », des tigres, des rhinocéros, des éléphants… en résine sont figés. On n’est pas dans la recherche d’une véracité, mais d’une évocation autour d’une attraction (une forme de concentration en un lieu clos) procurant une impression : celle de visiter un ou plusieurs types de forêts, vraisemblables, du moins sur la photo ou la vidéo en streaming, lors de la visite du lieu à bord d’un véhicule (jeep, luge, pédalo…) (documents n° 6, 7, 8). Aussi le kitsch présente le paradoxe de vouloir rendre visible l’artefact en rendant invisible ce qui relève de près ou de loin à l’objet dit authentique.

Document n° 6 : La champignon en ciment dans le Maple Tourisme (Dalat)

Document n° 6 : La champignon en ciment dans le Maple Tourisme (Dalat)

A T. Le, 2017

Document n° 7 : La luge – une attraction exotique du site de Datanla (Dalat)

Document n° 7 : La luge – une attraction exotique du site de Datanla (Dalat)

A T. Le, 2017

Document n° 8 : Bulles sur le lac de Pokhara

Document n° 8 : Bulles sur le lac de Pokhara

Ph. Bachimon, 2017

30Subséquemment à l’artefact paysager, la « ruralité » se décline dans le « produit du terroir » consommable. Autour de Dalat, cela va de la serre aux fraises où l’on peut s’adonner au pick & carry, aux roseraies, et même aux champs de lavande ou de thym offrant des coloris violacés, où à la dimension paysagère s’ajoute celle des senteurs exotiques. Autour de ces jardins d’acclimatation se développe d’ailleurs une nouvelle forme de tourisme : un tourisme rural, d’une ruralité exotique, ici très européenne. Durant les saisons des fleurs et des fruits à Dalat, les cultivateurs ont ajouté la visite de leurs champs en complément de leurs activités agricoles. Ainsi dans les fermes florales (qui invariablement cultivent des lys, des roses, des tournesols et des hortensias, documents n° 9 et 10), sont proposées pour un prix d’entrée de 10.000 à 30.000 VND/personne (soit entre 0,4 et 1,2 EUR), la cueillette et des prises de vue au milieu des fleurs. Si depuis l’époque coloniale, Dalat est réputée pour ses fruits et légumes de climat tempéré (dont les fameux artichauts) destinés aux résidents en villégiature (en « cure de produits frais du jardin »), la région s’est lancée plus récemment, dans les années 2000, dans la production du vin, avec vente directe à la « cave » (depuis 2008). Là, également, il y a un artifice, et il consiste à mêler de la mûre au raisin pour obtenir un vin rouge mis en bouteille sous le nom par exemple de Château Dalat et dégusté en cave d’une propriété viticole largement factice, qui n’est autre qu’une usine d’embouteillage.

Document n° 9 : Quand le paysage fabriqué (champs de lavande et de tournesols) devient une mise en scène dédiée à la photographie

Document n° 9 : Quand le paysage fabriqué (champs de lavande et de tournesols) devient une mise en scène dédiée à la photographie

https://motosaigon.vn/​cafe-f-canh-dong-hoa-tren-deo-mimosa-da-lat-dep-nhu-chau-au.html)

Document n° 10 : Quand le paysage fabriqué (champs de lavande et de tournesols) devient une mise en scène dédiée à la photographie

Document n° 10 : Quand le paysage fabriqué (champs de lavande et de tournesols) devient une mise en scène dédiée à la photographie

https://motosaigon.vn/​cafe-f-canh-dong-hoa-tren-deo-mimosa-da-lat-dep-nhu-chau-au.html)

31Dans les stations touristiques de l’Asie du Sud et du Sud Est étudiées, la mise en scène de cette imagerie kitsch et sa réification font ainsi produit. Le paysage kitsch résultant est à relier à l’expérience particulière que ces destinations veulent donner aux touristes.

II. Le paysage kitsch au service d’une expérience touristique totale

32On parle d’« expérience touristique totale » (Bachimon, Decroly, Knafou, 2016), au sens où il s’agit d’une expérience qui satisfait toutes les attentes supposées des visiteurs, et va bien au-delà, car s’y ajoute « l’émerveillement » engendré par l’exceptionnalité du dispositif (attractions spectaculaires, manèges vertigineux…). Au sens enfin où elle se parachève par des souvenirs qui viendront s’ancrer dans la mémoire positive, celle des vacances et de la régénération que l’on en attend. C’est bien le propos du kitsch touristique, qui pour reprendre la formule de C. Menon (2006), vise le « plaisir (donc son argent), [et pour qui] tout doit être transformé en spectacle, en divertissement, en carte postale ». Inévitablement, le kitsch pousse au consumérisme. L’expérience kitsch n’est qu’une illusion, partagée par son consommateur et son promoteur, de dépaysement. Le sentiment de bien-être auquel elle aboutit découle de son effet édulcorant, combiné à la valorisation sociale qu’on en attend en retour et pour laquelle le selfie (preuve immédiate) a pris la place de la photo (preuve différée).

A. La surréalité du faux devenu plus vrai que le vrai

33Dans la scénographie kitsch, tous les artefacts sont mobilisés pour obtenir un effet surréaliste, au sens de plus réaliste que l’original voire de « plus vrai que le vrai » (Eco, 1985). Ou encore de plus palpable que le réel (Eco, 1996), dans le sens où il se donne plus facilement à voir, à toucher, à sentir. De fait, il en résulte une sorte d’ensorcèlement (Menon, 2006).

  • 6 Le stéréotype en psycho-sociologie définit les idées reçues, un noyau dur de l’imagerie mentale soc (...)

34Dans un dispositif touristique kitsch, la représentation stéréotypée6 l’emporte sur l’objet représenté jusqu’à l’effacer comme référent. Pour inverser la formule de René Magritte (1929), pour qui lorsque l’on représente une pipe : « ce n’est pas une pipe » mais son image, la représentation se suffit à elle-même, et ne laisse comme interrogation que celle de la véracité, ou plutôt celle de la vraisemblance de « l’objet transitionnel » (Winnicott, 2010).

  • 7 Les Shuis ont une écriture, mais c’est une écriture rituelle connue seulement par quelques anciens.

35Jusqu’à un certain point, avec la complicité et le consentement des touristes, le kitsch va transmettre à des répliques d’objets (architecturaux, culturaux) originaux, une valeur de quasi authenticité. Dalat est l’un des lieux les plus « typiques » de cet amalgame dans lequel l’objet kitsch de par sa distanciation à l’objet prétexte acquiert une totale autonomie. A Lang Cu Lan près de Dalat comme dans les villages chinois des minorités, les touristes n’ont pas les moyens de vérifier la véracité des récits et légendes qui leur sont contés. Dans le village de Gulu, afin d’amplifier l’exceptionnalité de l’expérience vécue, les statues de dieux shui qui ont été ajoutées sur le site sont associées au récit complètement inventé et transmis par les guides, que Gulu est le village aux 1000 dieux shui. De même, du fait de l’importance des chants dans la culture shui, qui repose sur une culture orale avant tout7, les guides romancent le récit en disant qu’aujourd’hui encore, les enfants communiquent entre eux en chantant. Pourtant, plus aucun jeune dans les villages ne connaît les chants shui, seulement maîtrisés par quelques anciens, ou partiellement réappris par certains individus à destination des touristes. Au Vietnam, ces ajouts paysagers visant à satisfaire les touristes s’intègrent même dans la musique : dans les shows de gongs des Koho Lat destinés aux touristes vietnamiens, une grande partie de la musique s’inspire davantage des hits de la pop vietnamienne que de la musique traditionnelle koho (Clavairolle et al., 2019). Comme l’a fait remarquer Pal Nyiri pour la Chine, les touristes n’ont pas, pour la plupart, une attitude de questionnement envers la véracité des récits et « l’authenticité » des paysages qu’ils visitent (Nyiri, 2006). Les touristes chinois sont satisfaits de l’expérience qui leur est offerte dans les villages ethniques, expérience esthétique, spirituelle, ethnique et moderne. Ils apprécient les transformations des villages promus au rang de sites touristiques officiels, qui correspondent à ce qu’ils en attendent. Ils admirent ce « faux » patrimoine et préfèrent « vivre une expérience moderne plutôt qu’une expérience authentique » (Taunay, 2011), positionnement qui se retrouve également au Vietnam chez la clientèle nationale.

  • 8 APEC – Asia-Pacific Economic Cooperation

36Aujourd’hui, Dalat étend le processus de kitschisation à la gastronomie. Ainsi Dalat, ville qui pour les Vietnamiens est considérée (et touristifiée) comme le « Petit Paris », se doit de cumuler les attributs démonstratifs, la dégustation du vin en faisant partie… même si aucun connaisseur n’accepterait de donner à ce liquide rouge alcoolisé le qualificatif de vin (document 11). Pourtant, les visiteurs l’apprécient et en 2006, ce « vin », qui porte des noms de « Châteaux » a été choisi par le Président du Vietnam comme boisson représentant le pays durant le sommet de l’APEC8. Ce qui confirme que le kitsch au final est une prophétie autoréalisatrice du genre : « ce que je commercialise comme du vin, ou comme une tour Eiffel… devient du vin, une tour Eiffel... »

Document n° 11 : Le « vin » de Dalat, fierté des Vietnamiens

Document n° 11 : Le « vin » de Dalat, fierté des Vietnamiens

A T. Le, 2012

B. L’encouragement au consumérisme

37L’incitation au consumérisme est forte dès lors qu’il est pratiqué comme une administration de la preuve de sa présence dans le lieu visité (Bachimon, Decroly, Knafou, 2017). Il s’exprime dans la pléthore d’expériences in situ (comme la multiplication des parcs d’attraction « à ne pas manquer ») et la saturation en souvenirs à rapporter. Ces objets sont présentés en kiosques et en boutiques, sur les « sites incontournables », dont la visite se fait selon le déroulé univoque d’un parcours balisé et guidé. C’est aussi sur ces sites que sont prises des photos de soi (et de plus en plus de selfies) en situation. Photographies, qui associées aux souvenirs achetés, certifient le récit du visiteur, qui est donc particulièrement incité à consommer pour prolonger son expérientiel. Baudrillard (1970), dans La société de consommation, décrit cette logique de la consommation qui découle de la contextualisation kitsch : « la sollicitude de la publicité et des services, le sourire, l’idéologie du bonheur, le refoulement de l’angoisse, de l’ambivalence, l’aplatissement de tout objet par la tolérance, le “jeu combinatoire” du système, l’aspect magique qui crée l’ambiance, tout cela crie au kitsch ». Lorsque le signe se confond avec l’objet (lorsque la pale imitation du vin prend le statut de vin, ou lorsque le pédalo profilé en « cygne » devient l’unique cygne du lac, que l’on photographie comme un cygne), il se crée une ambiance soft, un sentiment de bien-être propice à la consommation de produits « addictifs » (boissons, friandises, snacks) sensés augmenter l’expérience touristique qui doit être la plus totale et la plus achevée possible. Cet espace consumériste s’avère correspondre à une nébuleuse (un état gazeux selon S. Dawans et C. Houbart, 2011) dès lors que les objets/signes présentent des incohérences entre eux et avec leur référentiel. La station kitsch tire son attractivité de ce genre d’incohérences qui produit un effet de surprise, à défaut de la réelle sidération de l’émotion esthétique (Stendhal, 1826), qui conduit à la consommation.

38La question est donc posée : pourquoi ce genre de site « naturel » se développe-t-il de plus en plus fortement à Dalat en particulier comme au Vietnam en général (voire d’autres pays d’Asie du Sud et du Sud-Est comme la Chine, le Cambodge, la Thaïlande, etc.) ? Le tableau suivant (document n° 12) donne une réponse en termes de coûts (les chiffres sont donnés en euros) :

Document n° 12 : Comparaison du prix relatif payé par un visiteur d’une nature kitschisée et non-kitschisée en France et au Vietnam

Vietnam

France

Nature kitschisée (1)

Cascade Datanla

Produits : entrée + Luge + Téléphérique + Ascenseur

 = 7 EUR)/pers.

Parc d’attraction Disneyland

Produit : entrée 75 EUR/pers (1 jour/1 parc)

Naturalité (2)

Parc National Bidoup

Produit : Trekking 35 EUR/journée/pers.

Station de ski Arêches-Beaufort

Produits : montée en siège téléphérique 30 EUR + location de ski 38 EUR

 = 68 EUR/journée/pers.

Niveau de vie des habitants

175 EUR/mois

2.100 EUR/mois

Proportion (1)/(2)

La nature kitschisée est 5 fois moins chère que la nature non-kitschisée

La nature kitschisée est plus chère que la nature non-kitschisée

A T. LE, 2019

39Si l’on compare le prix de la nature kitschisée à celui de la nature non-kitschisée en France et au Vietnam : on constate que pour ce dernier pays, le packaging de produits provenant de la nature kitschisée est cinq fois moins cher qu’un trekking au parc national de Bidoup Nuiba. Alors qu’inversement en France, une journée de divertissement à Disneyland coûte plus cher qu’une journée au ski. Le coût expliquerait en grande partie le fait que les touristes vietnamiens, au pouvoir d’achat intermédiaire qui caractérise les pays émergents, préfèreraient les produits kitschisés. Cette différence dans la mise en tourisme de la nature kitchisée et de la nature non kitchisée peut s’exprimer à travers le gradient paysager touristique suivant (document n° 13).

Document n° 13 : Gradient paysager touristique

Nature kitschisée

Nature non-kitschisée

Signes

Profusion

(Maximiser)

Economie

(Minimiser)

Objets

Substituts

Authentique (label)

Message

Immédiateté

Intermédiation interprétée

Produits

Bon marché

Plus coûteux

Position spatiale

Station centrale

Espace périphérique, réserve, parc national

Altérité

Réduite (groupes)

Forte (dépaysement)

Ph. Bachimon, 2018

40La nature kitschisée accumule un maximum de signes, utilise des substituts, de faux objets pour produire des effets immédiats. Ses produits sont vendus bon marché pour servir une clientèle touristique de masse. S’ils donnent aux clients une altérité réduite, pas trop décalée de leur vie quotidienne, c’est aussi ce qui les rend accessibles. Au contraire, un produit de « naturalité » offre un minimum de signes, des objets authentiques, et le message relève alors plus de l’interprétation que de l’intermédiation. Le prix à payer est alors plus élevé car pour l’expérimenter, il faut se déplacer dans des espaces périphériques, des réserves ou des parcs nationaux.

C. Bien-être et faux semblant du dépaysement

41Le dispositif touristique kitsch prétend, dans sa communication en particulier, faire vivre une expérience inhabituelle et exceptionnelle, à sa clientèle en produisant l’illusion de sensations « fortes » et d’aventure. Expérience qui sera ensuite – ou même immédiatement via le selfie et les réseaux sociaux - socialement valorisable. Dans le Tunnel d’argile, sorte de minimundus de Dalat fait d’argile recouvrant du béton (donc un faux de faux), de même que dans le village de Gulu, les sentiers permettant d’accéder respectivement aux « monuments » (la cathédrale, le Mont Bidoup, la statue de Yersin...) et au site des œufs de pierres, sont ponctués d’avis sur le caractère « glissant » et « risqué » de la balade (« Attention », « dangereux », « tenez-vous à la rambarde »). Ce sensationnalisme est vendu aux touristes comme relevant d’une expérience coupée du monde. Ainsi le faux village ethnique de Lang Cu Lan a été conçu dans une sorte de cratère clos et profond, qui produit un effet de « bulle » (Moles, 1971), d’isolat renforçant cette impression. C’est d’ailleurs l’aspect payant des sites (le ticket) qui en fait d’entrée des espaces à part et paradoxalement protégés. Dalat est vendue à des millions d’exemplaires comme une destination « lune de miel ». Ce sont donc les références à Vérone (avec le culte de Roméo et Juliette), à Paris (et son Pont des Arts aux milliers de cadenas/serments), à Venise (et ses gondoles sous le Pont des Soupirs), mais aussi aux croisières sur un lac des cygnes, sans oublier le vin (et l’ivresse distinguée qu’il procure), les roses, les tulipes et les fraises, et récemment les lavandes, qui font de cette déclinaison de la « disneylandisation » (Brunel, 2012) un Las Vegas vietnamien.

42Si elle se veut exceptionnelle, l’expérience kitsch se veut aussi rassurante et doit procurer au touriste une illusion de bien-être. Ainsi en est-il du stéréotype du paradis qui peut s’expérimenter durant le voyage de noces qui, pour être réussi se déroulera « évidemment » sur les rives d’un lac (surface « narcissique » en tant que miroir devant lequel on se selfie et sur lequel on va faire du pédalo), sur lequel nagent des faux cygnes qui symbolisent la fidélité (document n° 14) et sont amarrées des guinguettes, ou encore dans une reproduction de vieux train à vapeur, symbole de longévité (document n° 15) : décors rêvé pour se prendre en photos (la photographie « officielle » réalisée par un professionnel venant immortaliser l’expérience).

Document n° 14 : Des cygnes matérialisés sous forme de pédalos sur le lac artificiel de Xuan Huong, Dalat

Document n° 14 : Des cygnes matérialisés sous forme de pédalos sur le lac artificiel de Xuan Huong, Dalat

Ph. Bachimon, 2016

Document n° 15 : De jeunes mariés devant un wagon de train à la gare de Dalat

Document n° 15 : De jeunes mariés devant un wagon de train à la gare de Dalat

A T. Le, 2016

III. Le message subliminal du kitsch

43A quoi sert, ou à qui sert, la kitschisation des espaces touristiques ? L’expérience directe offerte aux touristes apparaît doublée d’un message subliminal, que nous allons décrypter, message qui, au-delà des apparences, donne une certaine profondeur à ce qui n’en a pas... en apparence.

A. Une figure de la modernité occidentale bon marché

44Économiquement, le kitsch est une « figure » de la modernité qui n’est donc pas onéreuse. En premier lieu, l’artifice (le stuc, le plastique) coûte moins cher que l’original, qu’il s’agisse de le reproduire ou de faire un court voyage pour aller le voir (au lieu de multiples longs voyages vers des originaux dispersés). Ainsi Dalat rassemble un maximum d’objet rappelant Paris. Ce « bon marché » de la doublure est bien une forme de démocratisation qui permet de satisfaire une clientèle vietnamienne dont le niveau de vie ne facilite pas les voyages lointains.

45La question que pose l’imprégnation kitsch de l’Orient est celle du rapport qu’elle cultive avec son équivalent occidental. En Orient, le kitsch a une filiation religieuse tangible et vivante (Pinney, 1995 ; Olalquiaga, 2013) qu’avait en Occident le baroque aujourd’hui patrimonialisé. Mais le kitsch est aussi en Orient un mode d’occidentalisation basé sur la coutume. On pourrait dire qu’il y joue le rôle de l’icône servant à montrer (et donc à se contenter de) ce qui est visible dans la modernité (dans le cas de l’icône il s’agit des atours et apparats d’une divinité) sans aller au-delà de cela.

46Si le kitsch permet en quelque sorte une démocratisation de l’accès à la modernité et au tourisme de masse, et une figure de l’occidentalisation, il dissimule en réalité une stratégie politique.

B. Un soft power ou une esthétique anesthésique…

47Ce processus de kitschisation, qui se révèle complexe et qui prévaut actuellement dans la construction de nombre des paysages touristiques asiatiques, n’est pas sans correspondre à diverses stratégies non moins composites.

48C’est en vertu de cette utilisation du kitsch par le pouvoir politique que C. Menon (2006) utilise l’expression de « kitsch démagogique » pour désigner un processus qui vise à oblitérer « la conscience critique des individus » (selon le même principe que l’amusement au cirque sous le Rome impériale) et à légitimer le pouvoir par la mise en place d’un certain nombre de dispositifs scéniques esthétiques qui « accrochent l’opinion publique et la fidélisent », en l’anesthésiant dans son rapport au réel. Le kitsch relève ainsi de processus d’instrumentalisation des paysages, ceux-ci devenant des construits « softs » (Baudrillard, 1981, 1990) aux apparences (faux semblants) consensuelles, parce que figées à l’écart des aléas et des contradictions du quotidien ordinaire expérimenté hors de ces lieux protégés. En deux mots, le kitsch correspond à ce que C. Menon (2006) appelle une « esthétique anesthésique. »

49Le kitsch s’apparente ainsi aux démarches douces (slow, soft… voire smart) en ce sens qu’il ne retient (et ne présente) du monde que l’aspect suave des friandises, la décontraction de la musique d’ambiance, l’émolliente senteur des parfums et la féérie des objets, à travers lesquels se joue la part positive de l’existence (celle de la joie enfantine, du bonheur des jeunes mariés…). Cet univers plaisant (un âge d’or revu et corrigé par l’effet Fontaine de jouvence du kitsch) est celui du sourire des photos et des vidéos désormais prises en mode selfies. Aussi le kitsch, qui ne donne à voir que le bon côté des choses, le fait au prix d’une superficialité, d’une interférence voire d’un brouillage avec la réalité environnante, éliminant « de son champ visuel tout ce qui est essentiellement inacceptable dans l’existence humaine » (Kundera, 1985) : « Comme un sédatif, en refoulant les soucis et la déprime, il laisse s’écouler la vie comme un long fleuve tranquille, traversée seulement par des émotions esthétiques » (Menon, 2006).

50Il faut remarquer d’ailleurs que les figures de réappropriation (et en particulier de détournement) sont peu nombreuses dans un environnement kitsch aussi avéré. Il y a bien dans quelques sites de Dalat (le Tunnel d’argile s’y prête assez bien, document n° 5) quelques inscriptions (des tags !) mais dans l’ensemble elles sont absentes (ou effacées) d’un dispositif qui n’envisage pas son autocritique, et encore moins sa mise en abyme et qui, pour cela, a recours à un entretien méticuleux visant à y gommer toute aspérité, toute ouverture vers un envers du discours « accrédité ». En effet, « le kitsch est totalitaire. Le consensus doit être absolu, sans arrière-pensées, sans doutes : il ne faut surtout pas que la conscience critique du sujet s’éveille, qu’il questionne l’objet ou sa raison d’être. (…) Derrière l’apparence légère de l’objet kitsch se cache une douce violence » (Menon, 2006). Ainsi que l’explique l’auteur (Ibidem), « pour que ces illusions soient efficaces, il n’est absolument pas important qu’elles soient vraisemblables ; elles doivent être belles et passionnantes ». Ainsi en est-il de la légende de Roméo et Juliette mise en exergue par une grande statue au sommet du Mont Langbiang près de Dalat.

51La kitschisation des sites touristiques se présente au final comme un processus d’idéalisation des paysages qui participe de l’idéologie du pouvoir en place.

C. …Au service de la légitimation du pouvoir

52Le kitsch ne véhicule que des messages positifs, confortant une idéologie politique simplificatrice, celle d’un monde idéal fondé sur la dialectique du matériel et de l’idéel. Au Vietnam, le site de Lang Cu Lan s’avère être une mise en scène de cette dialectique : le parcours, avant tout ethnique, intercale en son milieu, juxtaposé à des huttes exposées comme l’habitat traditionnel des minorités, un dispositif militaire présentant les objets d’une scène de guerre (documents n° 16 & 17) : jeep, tente, cantines, roquettes… où l’atmosphère est celle d’un campement « militaire », celui de l’armée vietminh et vietcong de libération du Pays. Et le seul supplément proposé à la visite à pied est de faire un tour en jeep autour du « village » dans la jungle. Le message subliminal est assez large : l’armée vietnamienne protège les minorités, même si l’on sait que dans le discours off tenu par la majorité Kinh, c’est la méfiance qui l’emporte au regard du comportement « suspect » de supplétif que l’on prête aux minorités dans la guerre contre les Français et les Américains. Le dispositif kitsch efface ainsi l’interprétation inverse, car politiquement incorrecte, d’une armée vietnamienne oppressant les minorités, ou d’un gouvernement continuant de les surveiller étroitement par le biais de regroupements dans des villages de bungalows qui n’ont aucun caractère ethnique… et que d’ailleurs on ne visite pas.

Document n° 16 : La tente et la jeep militaires à côté d’une hutte K’ho. Lang Cu Lan, Dalat

Document n° 16 : La tente et la jeep militaires à côté d’une hutte K’ho. Lang Cu Lan, Dalat

A T. Le, 2017

Document n° 17 : La tente et la jeep militaires à côté d’une hutte K’ho. Lang Cu Lan, Dalat

Document n° 17 : La tente et la jeep militaires à côté d’une hutte K’ho. Lang Cu Lan, Dalat

A T. Le, 2017

53En Chine, le message politique est celui de la construction d’une identité nationale (idéologie nationaliste), qui est celle de la majorité Han. Ainsi la kitschisation des sites touristiques s’effectue par l’artifice, visant à mettre en scène dans le cadre d’une valorisation des paysages de shanshui, symbole prestigieux de la culture chinoise, la diversité et la richesse des cultures des minorités ethniques. Au travers de l’image promotionnelle destinée aux touristes, qui présente leur bonheur de vivre en harmonie avec la nature, où l’on rencontre les apports de la modernité au sein des villages touristifiés (éclairage public, parkings, équipement anti-incendies…), cette mise en tourisme est aussi une manière de valoriser l’idéal socialiste (Véron, 2013). Ainsi, en Chine, dans les villages des minorités ethniques ouverts à la visite se construit un récit national, sous tendu par une dimension patriotique (Oakes, 1998). Au Vietnam la même idéologie (autour de la majorité Kinh) se rencontre, mais est moins dans la grandeur de l’État et plus dans celui de la supériorité d’un peuple qui aurait vaincu tous les impérialismes, qu’ils soient occidentaux (les Français et les Américains) ou régionaux (les Japonais et les Chinois). Cette mise en scène syncrétique ne serait alors que le versus nationaliste d’une paix sociale.

Ainsi au Vietnam, mais aussi en Chine, « le tourisme sert de vitrine nationale, que l’État mobilise au service d’une nation souveraine, unie et unanimement socialiste (…) Les musées d’ethnologie véhiculent quant à eux l’image d’une nation unie au-delà des différents groupes ethniques » (Cabasset-Semedo et al., 2010).

54Dans la montagne népalaise, enfin, l’authenticité n’est pas forcément recherchée mais elle semble s’imposer dans autour du concept d’unicité. Y a-t-il une conscience que l’intérêt économique n’est pas dans la dénaturation qu’engendre la kitschisation du paysage montagnard ? Une sorte de retenue, de minimalisme mis à mal par l’arrivée des pistes carrossables qui favorisent la « montée » des produits (décors, usages...) d’une modernité superficielle ? Si les vallées du Népal, comme la montagne vietnamienne, ont été des hauts lieux du communisme, - le Népal n’échappe pas à cette instrumentalisation puisqu’il s’agit finalement d’imposer la vision majoritaire par l’esthétique hindouiste, qui n’est pas celle des minorités, souvent bouddhistes, des vallées de trekking. Au Vietnam et en Chine, certes plus qu’au Népal, on se rapproche d’un compromis historique entre deux matérialismes : le marxisme, qui fait figure d’idéologie officielle et qui, dans sa lutte contre les idéalismes (sensés cacher la réalité) propose un accès égalitaire pour tous à tout, et le libéralisme, versus matérialisme consumériste, pour qui le bonheur découle de la consommation de produits tangibles. On pourrait ainsi resituer le phénomène de kitchisation dans la transition politique qui marque les sociétés émergentes d’Extrême Orient, d’un modèle (marxiste) vers un autre (libéral). Transition en apparence soft dès lors qu’elle peut être présentée comme une symbiose des deux.

Conclusion

55Le kitsch transmet aux répliques des objets (architecturaux, naturels, culturels) une valeur particulière, celle de la subsidiarité. Cet effet pouvant à son tour (cas des villas coloniales) entrer dans l’authenticité de la destination, authenticité elle aussi reproduite, stéréotypée et démultipliée (Davallon, 2006).

56Reste que le kitsch est avant tout un message subliminal objectal. Subliminal dans le sens où il ne se donne pas comme message, mais plutôt comme une absence de message au sens où les succédanés se suffiraient à eux même. Bien évidemment nous l’avons vu, le message est fort : celui d’un monde soft (suave), dont le caractère édulcoré repose sur une transmutation du réel dans un dispositif scénique réducteur et naïf, ou se revendiquant comme tel, mais aussi « totalitaire » dès lors qu’il implique tous les sens et ne propose pas d’alternative.

57Ainsi, à l’inverse de la thèse développée par Ch. Génin (2006), qui défend l’idée que dans les sociétés occidentales, le kitsch a plutôt une dimension subversive, ce dernier apparaît constituer, en Asie, une stratégie de légitimation du pouvoir en place, étant donné qu’il est, à la différence de l’Occident, le produit même des acteurs au pouvoir.

58Le kitsch, même si à vrai dire il ne le postule pas, est une « culture », aujourd’hui très présente en Asie. Il y apparaît comme un foisonnement permettant de sortir d’un rigorisme dogmatique. Ce foisonnement pourrait fonctionner comme un sas de sécurité (de détente) bon marché. Mais c’est surtout un message politique, qui permet de réécrire une fin matérielle heureuse à l’histoire présente (il n’y a pas de post socialisme par exemple en Chine, comme il n’y aurait pas d’après royauté céleste en Thaïlande ou au Népal). Une sorte de « présentisme » (Hartog, 2003) du meilleur des mondes se caractérisant par les signes matériels d’une abondance qui se suffirait à elle-même. Le kitsch serait une sublimation des tensions, et contradictions qui marquent la société, par la profusion qui simule l’abondance, comme dans la prophétie auto-réalisée de culte du cargo en Mélanésie (Worsley, 1970). Il est vrai que des événements revenant de manière cyclique, Noël, le Printemps, la fête des fleurs... en constituent le rituel sécularisé des festivals et autres célébrations, et donnent aussi une impression d’éternité (au sens d’un éternel retour), cadre rêvé à l’immuabilité d’un temps qui ne s’écoulerait plus. Le cygne en carton-pâte ou en plastique est pérenne, comme la case ethnique reconstituée en béton ou la jeep des révolutionnaires... comparés à la nature, plus incertaine et depuis peu affectée d’une accélération de sa variabilité du fait du changement climatique. L’invariant du kitsch est rassurant en ce sens qu’il allie nostalgie à modernité, dans un assortiment propre à la postmodernité. La question pourrait consister à savoir si l’artificialisation du paysage dans le système touristique kitsch est un outil efficace dans l’aménagement des espaces touristiques. On a vu qu’elle est particulièrement bon marché et permet ainsi d’ouvrir des lieux à la fréquentation de masse. Au risque, il est vrai, d’une acculturation et d’une dénaturation qui par ailleurs apparaissent assumées. Mais finalement, si le versus économique semble simple, du moins sur le court terme, à entendre, l’inanité de l’expérience touristique kitsch, ainsi que sa durabilité découlant de son peu d’originalité (donc de sa reproductibilité à l’infini) voire de son conformisme, questionnent néanmoins : le kitsch ne serait-il que la phase initiale de la mise en tourisme, qui serait suivie de phases de sophistication culturelle, pouvant aller jusqu’à sa patrimonialisation, voire de temps de renaturalisation ?

Haut de page

Bibliographie

Bachimon, Ph., Decroly, J.-M. and Knafou, R. (2016), « Expériences touristiques et trajectoires de vie. Rapports à la nostalgie », « Tourist experiences and life trajectories », Via [En ligne], 10/2016, http://journals.openedition.org/viatourism/1336.

Battesti, V. (2017), “La nature version kitsch / In Egypt, nature in its kitsch version”, The Conversation, 23 mars 2017.

Baudrillard, J. (1970), La société de consommation, Folio, Paris.

Baudrillard, J. (1981), Simulacres et simulation, Galilée, Paris.

Baudrillard, J. (1990), Enrico Baj – Transparence du kitsch, Editions de la différence, Paris.

Brunel, S. (2012), La planète disneylandisée : Pour un tourisme responsable, Sciences Humaines Editions.

Cabasset-Semedo, C., Peyvel, E., Sacareau, I. and Taunay, B. (2010), « De la visibilité à la lisibilité : le tourisme domestique en Asie », Espace populations sociétés, 2010/2-33.

Davallon, J. (2006), Le Don du patrimoine : Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Hermes Science-Lavoisier, Paris.

Dawans, S., and Houbart, C. (2011), Le patrimoine à l’état gazeux : comment le tourisme détourne notre conception de l’authenticité ?, ICOMOS, pp. 592-598.

Clavairolle, F., Dérioz, P., Déry, S., Ducourtieux O., Garambois N., Gauché, E., Landy F. and Laques, A. E. L. (2019), Programme AQAPA, A Qui Appartiennent les Paysages en Asie ?, Rapport final à l’ANR, Mémoire scientifique.

Eco, U. (1985), La guerre du faux, Grasset et Fasquelle, Paris.

Gauché, E. (2017), « Mise en tourisme d’un village shui dans la province montagneuse du Guizhou (sud de la Chine) : imaginaires et instrumentalisation politique du paysage », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 105-3, http://journals.openedition.org/rga/3830.

Ged, F. (2010), « Protection du patrimoine et développement du tourisme en Chine : quels enjeux pour quels territoires ? », Tourisme et patrimoine, un mariage difficile, Mondes chinois, n° 22, pp. 6-19.

Génin, Ch. (2006), « Le kitsch : une histoire de parvenus », Actes sémiotiques, Actes du colloque « Kitsch et avant-garde », Université de Limoges, 29-30 septembre 2006, https://www.unilim.fr/actes-semiotiques/3268

Génin, Ch. (2010), Kitsch dans l’âme, Vrin, Collection Matière étrangère, Paris.

Goulet, A. (1994), Le stéréotype : crise et transformation, PUC, Caen.

Jennings, E. (2013), La ville de l’éternel printemps. Comment Dalat a permis l’Indochine française, Payot, Paris.

Hartog, F. (2003), Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Le Seuil, Paris.

Kohler, F. (2017), Stéréotypes culturels et constructions identitaires, Presses universitaires François-Rabelais, Tours.

Kundera, M. (1985), Discours de la remise du Prix Jérusalem, texte publié dans L’Art du roman (Gallimard, 1986).

Legrand, E. (2005), Séductions du Kitsch. Roman, art et culture, Editions XYZ, Montréal.

Menon, C. (2006), Le kitsch : un manuel, Travail de Fin d’Etudes, ISACF La Cambre Bruxelles.

Moles, A. (1971), « Qu’est-ce que le kitch ? », Communication et langage, No 9, pp 74-87.

Moles, W. and Whal, E. (1969), « Kitsch et objet », Communications, “Les objets”, Vol 13 No 1, pp. 105-129.

Nahoum-Grappe, V. and Vincent O. (dir.) (2004), Le goût des belles choses, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Ministère de la Culture, Collection Ethnologie de la France, Paris.

Nguyên, V N. (2016), Dalat – Đà Lạt một thời hương xa, NXB Tre.

Nyiri, P. (2006), Scenic spots : Chineses Tourism, the State, and Cultural Authority, China Program Books.

Oakes, T. (1998), Tourism and modernity in China, Routledge, Londres.

Olalquiaga, C. (2013), Royaume de l’artifice : l’émergence du kistch au XIXe siècle, Fage Editions.

Peyvel, E. (2009), L’émergence du tourisme domestique au Vietnam : lieux, pratiques et imaginaires, Thèse de doctorat en géographie, Université de Nice-Sophia Antipolis.

Pinney, Ch. (1995), « An Authentic Indian Kitsch : the Aesthetics, Discriminations and Hybridity of Popular Hindu Art », in Social Analysis : The International Journal of Anthropology,No. 38, ‘Too Many Meanings’ : a Critique of the Anthropology of Aesthetics, pp. 88-105.

Sacareau, I. (1999), « Les transformations d’une haute montagne par le tourisme : le massif des Annapurna dans l’Himalaya du Népal », Annales de Géographie, T. 108, No 605, pp. 21-45.

Schultz, P. (2003), 1000 Places to See Before You Die, Workman.

Stendhal, (H. Beyle dit) (1826), Rome, Naples et Florence, Delaunay, Paris.

Taunay, B. (2011), Le tourisme intérieur chinois, PUR, coll. « Espace et Territoires ».

Taunay, B. (2017), « Les enjeux politiques du développement touristique à Sandu », Présentation en atelier AQAPA, 24 avril 2017, AgroParisTech.

Véron, E. (2013), « Les espaces ruraux touristiques dans le delta du Yangzi, entre intégration ville-campagne et développement rural », EchoGéo, No 26, https://echogeo.revues.org/13607

Worsley, P. (1970), The Trumpet Shall Sound : a study of "cargo" cults in Melanesia, Paladin, Londres.

Winnicott, D. W. (2010), Les objets transitionnels, coll. "Petite Bibliothèque Payot", Payot, Paris.

Xiang, W., Bachimon, Ph. and Dérioz, P. (2017), « Le spectacle de plein air dans les sites paysagers remarquables des montagnes chinoises : entre réinvention d’une tradition et mise en tourisme. Exemple du spectacle “ Renard du Mont Tianmen” à Zhangjiajie, Chine », RGA-JAR, 105-2 http://journals.openedition.org/rga/3707

Haut de page

Notes

1 Terme usité couramment dans toutes les langues occidentales.

2 Projet AQAPA (2014-2019) « A Qui Appartiennent les Paysages en Asie ? La mise en tourisme des hautes terres en Asie méridionale : dynamiques sociales et patrimonialisation des paysages dans les campagnes à minorités ethniques (Chine, Inde, Laos, Vietnam, Népal) », dirigé par É. Gauché, financé par l’ANR et porté par l’UMR CNRS 7324 CITERES de l’Université de Tours.

3 Le choix de ces terrains est, à l’origine, à relier à la problématique du programme ANR AQAPA portant sur la relation entre paysage et mise en tourisme dans cinq terrains ruraux de l’Asie montagnarde à minorités ethniques. Dans le cadre de ce travail sur le kitsch, nous avons élargi notre réflexion aux principales villes polarisant ces terrains ruraux. L’étude s’appuie sur des observations de terrains et des entretiens auprès d’acteurs du tourisme, des administrations locales et des populations concernées.

4 Bollywood comme pépinière d'une culture kitsch transmise à grande échelle inspirant en retour l'aménagement des lieux touristiques, en particulier ceux des voyages de noces.

5 Aménagé pour un tourisme de masse consumériste (Ged, 2010).

6 Le stéréotype en psycho-sociologie définit les idées reçues, un noyau dur de l’imagerie mentale sociale qui sert de socle quasi invariable à bien des représentations. D’où la description qu’en fait Goulet, d’une figure qui « se métamorphose, produit du neuf avec du vieux » (Goulet, 1994). C’est un raccourci qui est bien souvent simpliste. Le kitsch utilise dans leur sens premier les stéréotypes en les réifiant. Soit en leur donnant une valeur objective, ce qui peut être considéré comme une ruse de l’esprit. (Kohler, 2017)

7 Les Shuis ont une écriture, mais c’est une écriture rituelle connue seulement par quelques anciens.

8 APEC – Asia-Pacific Economic Cooperation

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document n° 1 : Le décor des chambres à la « Miao Family Guesthouse » de Xijiang
Crédits E. Gauché, 2014
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Document n° 2 : Des fraises géantes, mais une tour Eiffel en réduction
Crédits A T. Le, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Document n° 3 : Des fraises géantes, mais une tour Eiffel en réduction
Crédits A T. Le, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Document n° 4 : Visiteurs népalais à l’assaut du modèle réduit du Manaslu (8163 m en réalité), jardin du Musée International de la Montagne, Pokhara
Crédits P. Dérioz, 2014
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Titre Document n° 5 : Le Mont Langbiang en miniature se visitant au sein du Tunnel d’argile, Dalat
Crédits Ph. Bachimon, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Document n° 6 : La champignon en ciment dans le Maple Tourisme (Dalat)
Crédits A T. Le, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Document n° 7 : La luge – une attraction exotique du site de Datanla (Dalat)
Crédits A T. Le, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Document n° 8 : Bulles sur le lac de Pokhara
Crédits Ph. Bachimon, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Document n° 9 : Quand le paysage fabriqué (champs de lavande et de tournesols) devient une mise en scène dédiée à la photographie
Crédits https://motosaigon.vn/​cafe-f-canh-dong-hoa-tren-deo-mimosa-da-lat-dep-nhu-chau-au.html)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Document n° 10 : Quand le paysage fabriqué (champs de lavande et de tournesols) devient une mise en scène dédiée à la photographie
Crédits https://motosaigon.vn/​cafe-f-canh-dong-hoa-tren-deo-mimosa-da-lat-dep-nhu-chau-au.html)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Document n° 11 : Le « vin » de Dalat, fierté des Vietnamiens
Crédits A T. Le, 2012
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Document n° 14 : Des cygnes matérialisés sous forme de pédalos sur le lac artificiel de Xuan Huong, Dalat
Crédits Ph. Bachimon, 2016
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Document n° 15 : De jeunes mariés devant un wagon de train à la gare de Dalat
Crédits A T. Le, 2016
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre Document n° 16 : La tente et la jeep militaires à côté d’une hutte K’ho. Lang Cu Lan, Dalat
Crédits A T. Le, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Document n° 17 : La tente et la jeep militaires à côté d’une hutte K’ho. Lang Cu Lan, Dalat
Crédits A T. Le, 2017
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/4932/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Bachimon, Evelyne Gauche et Anh Thu Le, « Le paysage kitsch comme destination touristique en Asie du Sud et du Sud-Est (Chine, Vietnam, Népal) », Via [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/4932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.4932

Haut de page

Auteurs

Philippe Bachimon

Professeur de Géographie, Université d’Avignon, UMR Espace-Dev 228 IRD, philippe.bachimon@neuf.fr

Articles du même auteur

Evelyne Gauche

MCF en Géographie, Université de Tours, UMR CNRS 7324 CITERES, evelyne.gauche2@gmail.com

Articles du même auteur

Anh Thu Le

Docteur en Géographie, Université d’Avignon, UMR Espace-Dev 228 IRD, anhthu2012@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search