Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17La place des espaces ruraux périp...

Résumé

L’objectif de cet article est de comprendre la place que tiennent en matière de développement touristique les espaces et les paysages périphériques, à la fois dans l’offre touristique et dans la construction de l’identité locale d’une région dont le principal centre attracteur est la ville de Dalat, station touristique reconnue des Hauts Plateaux du Vietnam. Cette étude analyse la manière dont les composantes de ces espaces (éléments physiques, activités et image) contribuent à l’identité de la région de Dalat, à partir de l’étude in situ, des documents officiels, des photographies, des cartes et des entretiens semi-directifs réalisés auprès de différents acteurs locaux. Les résultats montrent que les espaces périphériques ont occupé et occupent toujours une place importante dans le développement touristique de la ville et dans son image en tant que destination. Mais il n’existe pour le moment pas ou très peu d’interactions entre ces zones périphériques, dont la dépendance absolue au centre bride le dynamisme et les possibilités d’ouverture.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les espaces périphériques ont toujours été perçus comme une catégorie socio-spatiale problématique non seulement en sociologie, en aménagement du territoire ou en géographie (Steinführer et al., 2016) mais aussi en tourisme puisque la périphérie est souvent restée à l’écart du développement touristique (Miternique et Marcotte, 2014). Leur marginalisation par rapport aux circuits touristiques découle souvent de "plusieurs manques : manque d’accessibilité, de transport intérieur, d’information, d’attraits majeurs, de main-d’œuvre spécialisée, de pouvoir politique et économique" (Müller et Jansson, 2007 ; Hall, 2007, cité dans Miternique and Marcotte, 2014). Mais les espaces excentrés peuvent aussi attirer des voyageurs "en quête d’une essence originelle et mythique du voyage, ou à la recherche d’espaces peu massifiés et peu transformés par l’industrie du tourisme […]" (Hiernaux, 1996, cité dans Miternique and Marcotte, 2014), clientèles auxquelles les espaces ruraux périphériques offrent "un calme et des paysages naturels propices à leurs activités" (Hall, 2007, cité dans Miternique and Marcotte, 2014), surtout pour les formes contemporaines de tourisme alternatives et expérientielles.

2La notion même d’espace périphérique, qui renvoie implicitement à une position d’éloignement mais aussi à une relation de dépendance par rapport à un espace central (Reynaud, 1992), peut être entendue à des échelles très différentes. Appliquée au tourisme à l’échelle mondiale, elle peut renvoyer aux espaces qui paraissent à l’écart des flux majeurs du tourisme international, au risque de méconnaître l’ampleur du fait touristique dans des pays comme le Vietnam, où ce tourisme est très majoritairement domestique (Peyvel, 2017). Ramenée à l’échelle d’un pays, elle peut désigner des régions rurales plus ou moins marginalisées, par opposition aux espaces métropolisés qui concentrent l’activité économique, la richesse et le pouvoir. A plus grande échelle, elle correspond simplement aux espaces ruraux ou même périurbains qui entourent un centre urbain, dépendent de lui, et participent plus ou moins activement à son développement, le cas échéant touristique. Bien que le tourisme apparaisse comme "un phénomène avant tout urbain, tant par l’origine de la majorité des visiteurs que par leur destination" (Ibanescu, 2012 se référant à Duhamel et Sacareau, 1998, p. 44), le développement de nouvelles formes de tourisme dans les espaces périphériques peut également contribuer à la promotion de l’identité territoriale de l’ensemble d’une destination organisée autour d’une ville, grâce à des initiatives de développement local visant à construire des représentations du lieu (Kneafsey, 2000).

3Le terme "identité de lieu" peut s’entendre de différentes manières selon les disciplines. En aménagement spatial, l’identité du lieu fait référence au caractère distinctif ou à l’unicité d’un lieu, et résulte de l’interaction entre ses caractéristiques physiques et ses utilisateurs (Kaymaz, 2013). Mais en psychologie environnementale, l’identité de lieu renvoie à l’intégration cognitive des paramètres de leur environnement physique familier au sein des processus d’autorégulation psychique conscients ou inconscients des individus (Korpela, 1989). La notion d’identité de lieu peut ainsi être approchée à la fois à travers l’interprétation sociale des caractéristiques physiques et fonctionnelles du lieu, et à partir des aspects émotionnels de l’expérience environnementale.

4Adaptée des travaux de Montgomery (1998) et Ujang (2012), notre étude, issue d’une thèse de doctorat centrée sur les questions de la typicité locale et de l’authenticité dans l’expérience touristique (Truong, 2019), retient trois composantes articulées dans la construction de l’identité locale : (1) les éléments physiques, (2) les activités et (3) l’image (Cf. Document 1). La première composante englobe les caractéristiques environnementales naturelles (éléments de relief, cours d’eau, forêts, etc.) ou artificielles (comme les infrastructures ou le bâti) et contribue pour les individus à la cognition des lieux en termes de forme et de fonction (Ujang, 2012). Les activités comprennent toutes les formes d’interactions et de pratiques sociales induites par le tourisme. Les images, enfin, sont celles projetées, perçues et manipulées par les différents acteurs concernés dans le domaine du tourisme (Truong, 2019, p. 79-80). Ces images véhiculent du sens et des symboles (Relph, 1976) et peuvent mobiliser l’histoire, les récits, les légendes ou même la toponymie (Stephenson, 2008).

Document 1. Les composantes de l’identité de lieu, modèle adapté de Montgomery (1998) et Ujang (2012)

Document 1. Les composantes de l’identité de lieu, modèle adapté de Montgomery (1998) et Ujang (2012)

5Si la question de l’identité est souvent abordée dans les espaces urbains en lien avec l’attachement au lieu urbain (Ujang, 2012), l’identité du paysage urbain (Kaymaz, 2013) ou sa dimension culturelle (Ziyaee, 2017), ces travaux s’intéressent un peu moins aux espaces marginalisés et aux zones périphériques, et plus rarement encore à l’articulation entre espaces urbains et périphéries rurales. Ces dernières, pourtant, sont susceptibles d’accueillir le développement de formes de tourisme alternatives, qui représentent parfois de nouvelles options économiques et/ou permettent de mieux répartir les flux qui affectent les zones urbaines hautement concentrées (Miternique et Marcotte, 2014). Envisagées en complémentarité ou en contrepoint des formes touristiques qui caractérisent les aires centrales, les phénomènes touristiques qui apparaissent dans les zones rurales périphériques peuvent ainsi devenir des moteurs de changement importants en y favorisant une conservation proactive et un aménagement du paysage, une citoyenneté active et une économie touristique dynamique (Salvatore et al., 2018). Ils ont aussi le cas échéant un rôle à jouer dans l’amélioration des conditions de vie et de la situation sociale de groupes marginalisés ou minoritaires à l’échelle de la destination dans son ensemble. La reconsidération du potentiel et de la fonction touristique des espaces périphériques dans la planification et la gestion de l’offre touristique au sein du système territorial global conduit alors dans certains cas à l’activation d’éléments locaux (paysage, patrimoine naturel, historique ou culturel…), et à leur incorporation à la définition de l’identité territoriale (Salvatore et al., 2018).

  • 1 Cục Thong ke Lam Dong (Lam Dong Statistique Office). (2019). Nien Giam Thong Ke Lam Dong 2018 (Annu (...)

6L’objectif de cet article est de comprendre la place que tiennent en matière de développement touristique les espaces et les paysages périphériques dans la construction de l’identité locale d’une région dont le principal centre attracteur est la ville de Dalat (229.614 habitants)1, station touristique reconnue des Hauts Plateaux du Vietnam. La recherche porte en particulier sur la manière dont des espaces périphériques de différente nature, ruraux (terroirs, cultivés et villages, cf. Ducourtieux et al. 2017) ou naturels (parc national, cf. Déry et Tremblay 2008), s’intègrent au sein de l’offre touristique globale de la "destination" Dalat et s’articulent (ou pas) avec ses composantes plus urbaines. Une attention particulière est ici accordée à la valorisation des différentes ambiances paysagères ainsi qu’aux formes prises par la mise en tourisme du patrimoine culturel des ethnies minoritaires de la région. Il s’agit ici d’évaluer tant la part mise en tourisme des espaces périphériques proprement dits (dimension matérielle), que la place symbolique qui leur est attribuée dans le système de représentations qui sous-tend l’identité de cette destination (dimension représentationnelle).

  • 2 Premier Ministre du Vietnam. Décision No 704/QĐ-TTg à propos de l’Ajustement du plan directeur de l (...)

7Créée ex nihilo en 1893, à partir d’un plan prédéfini, en tant que station des Français en Indochine, Dalat est précocement devenue une ville touristique bien connue au Vietnam, à l’identité locale forte, même si les événements historiques ont induit selon les périodes considérées des formes de fréquentation différentes. Si la station apparaît à l’origine dans une région "périphérique" à l’échelle de ce qui est alors l’Indochine, elle se constitue très rapidement, en quelques décennies, en tant que centre touristique majeur. L’analyse de la place de ses espaces périphériques, qui pose d’emblée la question de leur définition – nature, degré d’éloignement et mode de contact avec la ville centre, extension et profondeur spatiale –, devra donc également tenir compte des héritages de cette histoire, alors même que les stratégies contemporaines envisagent une poursuite du développement touristique très rapide de ces dernières années (cf. document 3), avec le renforcement de la récente ouverture au marché touristique international. La ville de Dalat, chef-lieu de la province de Lam Dong, se compose actuellement de 12 quartiers et 4 communes, mais le dernier plan d’aménagement approuvé par l’État pour la période de 2030 à 2050, devrait entraîner un élargissement spatial (de 39.440 ha à 335.930 ha) et démographique (640.000 à 680.000 habitants envisagés pour 2030)2 de Dalat, qui intègrera alors une partie des quatre autres districts périphériques (Duc Trong, Don Duong, Lac Duong et Lam Ha). Dans le cadre de cette étude, les espaces périphériques ruraux comprendront les districts cités ci-dessus, les quatre communes (Ta Nung, Xuan Tho, Xuan Truong et Tram Hanh), et une partie des quartiers 3, 4, 7, 8, 12 qui se trouvent à l’extérieur d’un rayon de 10 km du centre-ville du Dalat actuel (Voir le document 2).

Truong Thi Lan Huong

Document 3. Une destination touristique en forte croissance : Nombre de touristes reçus à Dalat entre 2005 et 2018

Document 3. Une destination touristique en forte croissance : Nombre de touristes reçus à Dalat entre 2005 et 2018
  • 3 Données recueillies auprès du Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong en 2 (...)

Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong3

8En appliquant le modèle de l’identité d’un lieu proposé ci-dessus, cette étude s’est attachée à identifier les composantes de l’identité de Dalat, à partir du terrain, de la bibliographie disponible et de l’analyse des documents officiels et des plans d’orientation stratégique et de planification, en s’efforçant de distinguer le rôle et la contribution des espaces périphériques. La recherche s’appuie également sur des entretiens semi-directifs auprès de trente experts locaux (gestionnaires, fournisseurs, chercheurs), centrés sur les composantes de l’identité de Dalat, qui apportent aussi un éclairage nuancé sur la place des espaces périphériques. La collecte des données a été réalisée entre décembre 2016 et juillet 2018.

I. D’une marge montagnarde à un grand centre touristique urbain : analyse historique de la place des espaces périphériques de la région de Dalat

9D’abord aménagée dans les années 1920 en tant que sanatorium, station touristique d’altitude et centre politique de l’Union Indochinoise (Tessier et al., 2013), la ville coloniale a été pensée dès l’origine comme un lieu de villégiature et de loisirs au grand air pour les colons Français, dont l’attractivité reposait avant tout sur le climat tempéré et les forêts de pins environnantes. Dès le début, ces forêts ont accueilli des excursions pédestres ou en automobile, ainsi que diverses activités sportives (Jennings and Larcher-Goscha (Trad.) 2013). Plusieurs espaces, notamment les zones de Dankia et Tuyen Lam dans les montagnes de Langbiang, ont aussi été fréquentés par les chasseurs. Le mont Langbiang, un couple K’ho et la silhouette d’un tigre composent alors le blason de Dalat (document 4). Ces images sont souvent utilisées dans les documents de promotion du tourisme de Dalat comme dans le Petit guide illustré (document 4).

Document 4. Blason de Dalat et la carte des promenades automobiles autour de Dalat dans le guide touristique (Bon, 1930) et les activités touristiques dans les environs de Dalat

Document 4. Blason de Dalat et la carte des promenades automobiles autour de Dalat dans le guide touristique (Bon, 1930) et les activités touristiques dans les environs de Dalat

Tessier et al., 2013

10Le premier guide de chasse consacré au plateau du Langbiang est publié en 1912 (Tessier et al., 2013), et on observe des formes d’agritourisme avec les fermes produisant, par exemple, des salades ou des fraises, ainsi que dans les plantations de café bourbon (Don Duong, à travers le col Dran). Ces activités correspondent alors principalement à des excursions à la journée. Le nombre de touristes estimé augmente de 1.165 en 1933-1934 à 4.945 en 1937-1938, surtout des Français et des membres des élites indochinoises (Jennings et Larcher-Goscha (Trad.), 2013).

Document 5. Les activités touristiques dans les espaces périphériques de Dalat pendant la période de 1891-1945

Document 5. Les activités touristiques dans les espaces périphériques de Dalat pendant la période de 1891-1945

Truong, 2019, p. 191

11Le document 5 montre bien que les activités touristiques dans la région de Dalat se déroulent en bonne partie dans des zones périphériques qui offrent de nombreuses possibilités d’excursions, allant de la découverte des cultures locales des ethnies K’ho au pied de la montagne Langbiang, aux visites de sites naturels (chutes, forêts) ou à la chasse, considérée comme un produit touristique typique de la région. La station de Dalat proprement dite est réservée pour la villégiature, l’hébergement ou des activités de loisirs comme le golf. Dès le début du développement, la zone périphérique joue ainsi un rôle d’attraction touristique tandis que le centre urbain fournit des services de base pour le voyage tels que l’hébergement, la restauration ou les divertissements. La relation entre les zones centrales et périphériques est indispensable au développement touristique de la ville. Même les images qui symbolisent Dalat dans les documents de promotion du tourisme mobilisent des images de la périphérie. Importantes pour l’attractivité de la ville, ces activités périphériques ne sont toutefois pas prises en compte dans la planification de la ville, même si elles vont peu à peu donner lieu à l’aménagement de sites et d’itinéraires.

Document 6. Les activités touristiques dans les espaces périphériques de Dalat pendant la période de 1945-1975

Document 6. Les activités touristiques dans les espaces périphériques de Dalat pendant la période de 1945-1975

12Truong, 2019, p. 197

13Durant la période 1945-1975, malgré la guerre, ce modèle initial de tourisme élitaire européen s’étend aux élites du Sud du Vietnam. "La station d’altitude avait quelque chose à offrir pour tout le monde, y compris les amoureux" (Jennings and Larcher-Goscha (Trad.), 2013, p. 237). La ville, dont la population passe de 5.200 habitants en 1946 à 83.800 en 1975, devient "la destination majeure du Vietnam du Sud" avec des activités, qui continuent à combiner excursions ou chasse en périphérie et villégiature dans le centre urbain (Voir le document 6) (Truong, 2019). La hausse démographique ainsi qu’une stratégie mobilisant l’éducation confèrent à la ville une vie culturelle plus variée (écoles, bibliothèques, musique, cinémas, cafés, salons de thé,…) contribuant à l’émergence de nouvelles valeurs intellectuelles et civilisées, "de style européen" et renforçant l’identité de Dalat comme "ville de savoir, de culture et du tourisme" (Truong, 2019). Ce développement touristique se produit toutefois principalement dans les zones urbaines, la ville s’élargissant progressivement pour intégrer les nouvelles installations touristiques (aéroport de Lien Khuong, la Chute de Prenn, la Vallée d’Amour). Les zones périphériques ne servent que de toile de fond paysagère, mobilisée au service de l’image de la ville. Ainsi les efforts de communication réalisés par le gouvernement de Diem pour promouvoir la Dalat romantique, surnommée "ville des rêves" à partir de 1950 (Tessier et al., 2013), s’appuient-ils également beaucoup sur des composantes naturelles périphériques rendues plus accessibles par de nouveaux aménagements. Le document 7 témoigne de la place qu’occupent dans les années 1960 les images des montagnes, des forêts de pins, des ruisseaux sur les affiches touristiques ou dans les illustrations des guides, qui montrent des activités de chasse ou de visites de paysages dans les alentours de Dalat.

Document 7. Affiche et activités touristiques aux alentours de Dalat durant les années 1960X

Document 7. Affiche et activités touristiques aux alentours de Dalat durant les années 1960X

Jennings and Larcher-Goscha (Trad.), 2013

14Après la Réunification du pays en 1975, Dalat conserve son rôle en tant que centre touristique du pays pour recevoir les groupes de fonctionnaires vietnamiens et les experts de l’Union Sovietique, puis une nouvelle vague de touristes internationaux à partir de la mise en œuvre de la politique de rénovation "Doi moi" (1986 – Đổi mới) entre 1986 et 1991. En 1992, Dalat accueille 261.305 touristes (dont 29.874 étrangers seulement), ce qui correspond alors au double de la population de la ville.

Document 8. Les activités touristiques à Dalat et dans ses environs, période 1975-1993

Document 8. Les activités touristiques à Dalat et dans ses environs, période 1975-1993

15Truong, 2019, p. 200

16La création des lacs dans les environs de Dalat, qui répond d’abord à des objectifs agricoles, embellit le paysage et renforce son caractère romantique. Bien que cette pérode marque un certain recul de leur fréquentation (Document 8), et qu’ils ne soient pratiquement pas pris en considération dans les plans d’aménagement et les politiques de développement touristique de la ville à ce moment là, les espaces périphériques occupent toujours une place symbolique importante dans l’identité de Dalat. Le document 9 montre un tableau d’artisanat avec les symboles du centre-ville de Dalat (restaurant Thuy Ta au lac Xuan Huong) et de ses périphéries (les forêts de pins, des animaux) en bois de pin scié, un métier d’artisanat populaire à l’époque pour produire des souvenirs destinés aux touristes et à l’exportation.

Document 9. Photo d’un tableau d’artisanat de Dalat, photographiée par Ba Trung

Document 9. Photo d’un tableau d’artisanat de Dalat, photographiée par Ba Trung

http://w3.lamdong.gov.vn/​vi-VN/​a/​book/​Pages/​books/​caonguyen/​thiennhien-2.htm#dhcq

17L’identité de Dalat dès la fin du XXe siècle apparaît en effet autant influencée par ses vestiges et repères coloniaux que par l’effort contemporain des autorités pour élaborer une image poétique et romantique de la ville (Jennings and Larcher-Goscha (Trad.), 2013). Le mythe colonial, les transformations successives de la ville, l’imaginaire produit en lien avec son développement touristique, sa réputation de ville innovante aux paysages "authentiques", ont forgé l’identité propre de Dalat. Au-delà de son image originelle composite de "ville-paysage" (Tessier et al., 2013), l’inventaire systématique des différents éléments physiques ou humains qui dessinent l’identité de la région de Dalat dans les documents officiels, les études et les entretiens auprès des experts locaux (tableau 1), montre que, dès l’origine, sites et images renvoyant aux espaces périphériques ont aussi joué un rôle important. Derrière ce constat se trouve probablement le fait que l’idée même de la création de la ville au XIXème siècle est née de la reconnaissance des vertus du milieu géographique préexistant dans ce qui était alors un espace périphérique. Ces caractéristiques ont été dès l’origine incorporées à l’image de la ville.

18Le tableau 1 tente de rendre compte des éléments constitutifs de cette identité (Truong et al., 2018), en distinguant ceux qui caractérisent la région dans son ensemble de ceux qui apparaissent spécifiquement urbains, ou relèvent au contraire des espaces périphériques. Les caractéristiques de Dalat et de ses environs listées dans le tableau résultent de l’analyse de contenu systématique des documents officiels4 (les monographies de Dalat, les études sur Dalat commandées par le Département des Sciences et de la Technologie de Lam Dong) et des entretiens dans lesquels des experts locaux évoquent les éléments constitutifs de l’identité de lieu (les éléments physiques, les activités humaines, les images/représentations).

19Les activités et les pratiques sociales s’avèrent assez diversifiées, dans la mesure où cette région est un lieu de cohabitation multiethnique et multioriginaire, reflet de l’histoire de la ville. Ce mélange de populations contribue à la spécificité de l’identité de la ville non seulement en matière de paysages mais aussi à travers le style de vie ou même les surnoms de la ville.

Tableau 1. Les composantes de l’identité de lieu de la région de Dalat

Les composantes

Les éléments

Les caractéristiques de Dalat

Zone urbaine

Zones périphériques

Les éléments physiques naturels

Localisation géographique

Situation géographique (à la porte des Hauts Plateaux)

Géologie, topographie et sol

Montagnes, altitude autour de 1500 m, sol basaltique approprié à l'agriculture;

Montagnes, altitude autour de 1500 m, sol basaltique approprié à l'agriculture ;

2 sommets emblématiques en périphérie : Langbiang (2.167 m), Bidoup (2.287 m) ; cols (Prenn, Dran. Ta Nung)

Climat

Température moyenne de 18-25oC; climat frais toute l'année; saison des pluies de six mois; brouillard; quatre saisons en une seule journée

Les ressources en eau

Le lac Xuan Huong

Variété de cascades et de chutes; lacs naturels et artificiels; source d'eau froide due à l'altitude

Ressources biologiques

Fleurs ; légumes tempérés

Diversité de la faune (748 espèces) et de la flore (plus de 2 000 espèces) (cf. Đỗ, 2014) ; diversité des types de forêts; diversité des écosystèmes; plantes médicinales; fleurs; légumes; plantes industrielles (p. ex. café, thé); poissons d'eau froide (saumon, esturgeon)

Paysage

Paysage romantique, le « petit Paris »

Attractions naturelles; forêts de pins; paysage agricole (p. ex. collines de thé, terrasses), paysage romantique

Les éléments physiques anthropiques

Monuments historiques

Trois palais du dernier empereur du Vietnam

Architecture

Patrimoine architectural (p. Ex. Cathédrale du poulet) ; couleur rose en architecture ; Architecture à la française ; Crazy House

Maisons traditionnelles typiques des hauts plateaux du centre-sud

Monuments religieux

Monastère de méditation, pagodes, églises

Monastère de méditation Thien Vien Truc Lam; Eglise Kadon

Objets antiques

Instruments de musique en pierre

Aménagement urbain

Ville insérée dans un environnement forestier

Parc national Bidoup-Nuiba, réserve naturelle, zones de production agricole

Patrimoine culturel international

Les livres en bois de la Dynastie Nguyen

Espace de la culture gong autochtone,

Infrastructures et installations

Infrastructures générales

Trafic sans feux rouges; calèches

Réseau routier limité et en étoile ; pistes

Environnement

Propreté; sécurité; espaces verts

Installations touristiques

Cafés et bars stylés ; variété de restauration (marché de nuit, restaurants, bistrots) ; quartier piéton

Resorts de montagne dans les forêts, sites touristiques, villages touristiques

Activités humaines

Artisanat et villages traditionnels

Métiers artisanaux (Broderie; floriculture, horticulture, tricot); villages de fleurs (Thai Phien, Ha Dong, Van Thanh)

Village producteur de tissus traditionnels de Lat,

Festivals et événements

Festival des fleurs, événements culturels; événements sportifs

Evènements du tourisme d’aventure, Festival des herbes roses, gong shows

Souvenirs

Souvenirs (ex. tableaux gravés par feu sur bois, fleurs séchées, objets en laine, tableaux brodés); produits locaux (confitures de fruits, fleurs, légumes, fruits, vin de Dalat)

Les souvenirs des ethnies K’ho, Churu

Produits locaux (café, thé oloong, légumes et fruits séchés)

Cuisine

Spécialités locales; cuisine traditionnelle; boissons typiques: vin de Dalat, jus de fruits ou de légumes; goût mixte de différentes régions

Cuisine des peuples indigènes K’Ho et Churu (elle peut être goûtée à l’occasion des spectacles de gongs et dans quelques restaurants du secteur du Mont Langbiang (région Dankia)

Ethnographie

Variété de folklores: mythes, contes, comédie, fable, prose; activités religieuses

Cohabitation multiethnique; coutumes des peuples indigènes; cérémonies traditionnelles des peuples indigènes; coutumes et rituels des peuples indigènes

Littérature et valeurs poétiques

Chansons bien connues sur Dalat

Chants et danse des K’Ho et Churu

Résidents locaux

Style des Dalatois « Aimable, élégant, accueillant », apparence typique, accent dalatois

Les ethnies autochtones K’ho et Churu

Style de vie

Style de vie "lent" des Dalatois

Matriarcat chez les peuples indigènes

Images / représentations

Symboles, icones

Le romantisme, la nostalgie, “la tour Eifel”, le lac Xuan Huong,

Le mont Langbiang, Village Lat,

Histoire

Ville coloniale française, station de villégiature, peu influencée par la guerre

Récits et mythes

Légendes sur l’amour (la Vallée d’Amour, le lac des soupirs, etc…)

Légende Langbiang

Signification des noms de lieux

Plusieurs surnoms : Ville de mille fleurs, Ville de l’éternel printemps, Petit Paris, Ville des rêves, Ville de l’Amour, Ville du brouillard, etc..

Truong, 2019

20Concernant les éléments physiques, on voit bien que les espaces périphériques contribuent grandement à l’identité de Dalat comme ville-paysage avec les montagnes (principalement à Lac Duong avec les monts de Langbiang, Bidoup), les forêts (le Parc National de Bidoup-Nuiba), les chutes et les cascades, les lacs (dans les quartiers 3, 8 et dans les districts de Lac Duong, Duc Trong, Lam Ha) et les zones agricoles dans les alentours de Dalat. Les éléments anthropiques traditionnels comme les maisons longues des K’Ho ou la culture gong renvoient aussi surtout aux espaces périphériques (Lac Duong et Don Duong). En tourisme, les attractions naturelles et les resorts de montagne tirent parti de l’environnement naturel de la périphérie pour devenir les produits touristiques typiques de la ville (Truong, 2019).

  • 5 La légende de Langbiang : C’est une histoire d’amour impossible entre K'Lang, un fils du chef de la (...)

21En ce qui concerne les activités humaines qui participent à la construction de l’identité de Dalat dans les zones périphériques, les ethnies autochtones avec leurs coutumes, leur architecture et leurs rituels représentent en apparence des valeurs héritées importantes, relevant de la partie "authentique" de Dalat. Le mont Langbiang avec sa silhouette imposante et sa légende5 à Lac Duong était et reste encore un repère symbolique significatif dans l’image générale de Dalat (Cf. document 10). De façon moins explicite, enfin, les surnoms de la ville comme "ville des rêves", "ville du brouillard" qui suggèrent des ambiances particulières, dépendent beaucoup d’éléments physiques d’échelle plutôt régionale (climat). Ainsi, d’une façon ou d’une autre, les périphéries semblent toujours participer à la construction de l’identité de la région de Dalat.

Document 10. La silhouette du mont Langbiang dans l’image de Dalat à travers le temps6

Document 10. La silhouette du mont Langbiang dans l’image de Dalat à travers le temps6

II. Le rôle des espaces périphériques pour le Dalat contemporain : artificialisation et intégration à un système touristique urbain en expansion 

  • 7 Département des statistiques de Lam Dong. Annuaire statistique de Lam Dong en 2006. http://www.lamd (...)
  • 8 Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong. (2018). Rapport des activités cul (...)
  • 9 Données recueillies auprès de la Direction du site touristique Langbiang en 08/2017.

22Plutôt délaissés entre 1975 et 1993, où le tourisme tend à se restreindre à la relaxation réservée aux fonctionnaires vietnamiens et se recentre sur la ville "romantique", les espaces ruraux périphériques ruraux ont repris de l’importance en 1996 avec le plan directeur approuvé en 1993, puis le projet de développement touristique pour la ville et la province à l’horizon 2010. Majoritairement domestique, la fréquentation touristique s’intensifie, passant de 1,069 millions en 20057 à 6,5 millions (dont environ 92,5 % de nationaux) en 20188, et divers équipements et infrastructures sont alors réalisés pour accompagner cette croissance. Plusieurs lieux périphériques, souvent très aménagés, deviennent alors des sortes de prolongements satellites de la ville touristique : pagode de méditation Thien Vien Truc Lam (achevée en 1997) et son téléphérique, soirées de gong mises en scène au village Lat, village "ethnique" reconstitué de Cu Lan à Lac Duong, tunnel de sculpture en argile et décor pour "lunes de miel" du lac Tuyen Lam… La montagne Langbiang (2124 m), à 12 km du centre-ville, reste un lieu d’excursion prisé. Ce site a accueilli environ 590.000 touristes en 20169. Toutes les cascades (Prenn, Datanla, Tigre, Éléphant…) sont devenues des attractions touristiques, parfois très artificialisées, qui attirent un grand nombre de touristes chaque année (cf. tableau 2).

Tableau 2. Nombre de touristes ayant fréquenté certains sites touristiques de la périphérie de Dalat en 2016 et 2017

Les sites

2016

2017

Chute Prenn

395.071

402.390

Chute Datanla

591.288

615.013

Vallée d’Amour

1.021.059

842.365

Parc à thèmes en argile

808.826

950.000

  • 10 Données recueillies auprès du Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong en 0 (...)

Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong10

23Plusieurs fermes de cueillette (fraises) se localisent sur la ceinture externe de la ville et participent directement à la construction de l’identité de la ville. Créé il y a une vingtaine d’années, le "Dalat countryside tour"11, circuit touristique parmi les plus connus de Dalat, combine ainsi centre-ville, Village des fleurs Van Thanh (Quartier 5), le col Ta Nung et des sites aménagés en périphérie, en articulant fermes (café, production de soie, criquets, alcool de riz) à 19,4-27 km de Dalat, chute de l’Éléphant (28 km de Dalat), pagode Happy Boudda (28 km), marché Nam Ban (District Lam Ha) (Document 11). Il existe plusieurs versions de ce circuit, en groupe ou sur mesure, proposées par les agences de voyages locales et par les « easy-riders » (les guides-moto conducteurs)12. Dalattrip, une agence de voyage locale propose par exemple ce circuit qui combine les sites culturels (la gare de Dalat, le marché, la Pagode Happy Bouddha) et les sites naturels, ruraux (fermes, chute, champs de caféiers), au prix de 15 à 30 USD par touriste selon nombre de personnes dans le groupe. La version originelle avec des groupes de 15-25 personnes n’attire qu’environ 6.000 touristes internationaux par an tandis que les versions plus personnalisées en petits groupes par les "easy-riders" sont choisis actuellement par la plupart des touristes étrangers. L’usine de production de soie Cuong Hoan, l’une des attractions principales de ce tour accueille annuellement environ 30.000 touristes dont 80 % internationaux (Interview avec le Directeur de l’entreprise Cuong Hoan du 13/03/2018 / document 11).

Document 11. « Dalat countryside tour » proposé par Dalattrip, une agence de voyage locale

Document 11. « Dalat countryside tour » proposé par Dalattrip, une agence de voyage locale

https://www.dalattrip.com/​dalat-countryside-tour/​

24Les sites web et les brochures des agences de voyages présentent de même une gamme de produits touristiques (les tours, les sites, les évènements) dans les espaces périphériques de Dalat centrés surtout sur le district Lac Duong où le développement du tourisme a été précoce avec la découverte de la culture locale au village Lat et la chasse pendant la colonisation française, puis le tourisme d’aventure au début des années 1990s. Les activités suggérées actuellement sont pour la plupart des visites (de courte durée) dans des fermes, des échanges culturels avec des minorités ethniques et des activités en plein air (team building, kayak, trekking, parapente, ...). Depuis quelques années, les évènements culturels (Fête des herbes roses, cf. document 12) et sportifs (Dalat Ultra Trail) attirent aussi l’attention des touristes.

  • 13 Photos clichées en 2017, 2018 ; brochure du site Langbiang, brochure du Pink Grass Festival 2017 et (...)

Document 12. Les images de promotion et les activités touristiques dans les périphéries de Dalat aujourd’hui13.

Document 12. Les images de promotion et les activités touristiques dans les périphéries de Dalat aujourd’hui13.

Par exemple, la brochure de la Fête des herbes roses, un événement touristique organisé annuellement à Lac Duong depuis 2017 pendant une dizaine de jours entre novembre et décembre avec des activités (visite des collines des herbes roses et de la nature, course de cheval sans selle traditionnelle, découverte de la culture de l’ethnie K’ho, exposition de photos de nature…)

  • 14 Le lac Tuyen Lam (2.900 ha) a été officiellement reconnu comme première Zone touristique nationale (...)

25"Paradis des lunes de miel", "ville des fleurs", Dalat continue ainsi à jouer sur la douceur de son climat et sur son pittoresque, mais la plupart des sites situés en périphérie, par leurs aménagements, leur meilleure accessibilité et leur fréquentation massive, apparaissent aujourd’hui très intégrés au modèle touristique dominant, sans que l’on assiste vraiment, au-delà de ce "premier cercle", à l’émergence de nouveaux secteurs plus éloignés et plus confidentiels. Les zones Tuyen Lam14 et Dankia constituent deux pôles touristiques importants, identifiés dans la planification provinciale et nationale du développement touristique comme des attracteurs majeurs de la région des Hauts Plateaux.

26Concernant les activités touristiques dans les espaces périphériques de Dalat, le document 13 montre bien que les sites s’égrènent principalement le long des routes nationales No 20 vers Bao Loc – Hochiminh-ville et Ninh Thuan, No 27 vers Dak Lak, route régionale No 723 vers Nha Trang et quelques routes provinciales vers les districts proches de Lam Ha, Lac Duong et Don Duong. Tous les itinéraires actuels partent du centre-ville de Dalat et rayonnent vers les communes et districts environnants selon un schéma en étoile qui témoigne du rôle central de la zone urbaine contrairement au rôle relativement terne des zones environnantes dans la stratégie globale de développement touristique de la ville.

  • 15 L’écotourisme communautaire ou Community-based Ecotourism en anglais fait référence à une variante (...)
  • 16 Données recueillies auprès du Centre écotouristique et d’éducation environnementale du parc nationa (...)

27Les activités (un peu) moins organisées et plus sportives, qui s’apparenteraient davantage à du tourisme d’aventure et prennent appui sur des espaces moins densément fréquentés, concernent en revanche plutôt des touristes internationaux, qu’il s’agisse de trekking en forêt dans le parc national de Bidoup-Nuiba ou d’excursions à moto (easyrider tours). En particulier, ces dernières années, l’écotourisme communautaire15 a connu un certain développement avec les efforts du parc national de Bidoup-Nuiba en collaboration avec JICA, l’agence japonaise pour le développement. Le nombre de touristes qui pratiquent des activités touristiques « durables » dans le parc national de Bidoup-Nuiba a augmenté, ces dernières années, de 2.132 en 2012 à 10.092 touristes (dont 3.208 étrangers) en 201816. Mais les chiffres de fréquentation d’une part, et la nature de cette fréquentation d’autre part, montrent clairement qu’il s’agit là de composantes marginales du système touristique, mettant en jeu un espace naturel protégé relativement éloigné de Dalat.

Document 13. Les activités touristiques à Dalat et dans ses périphéries, période de 1993 à 2018

Document 13. Les activités touristiques à Dalat et dans ses périphéries, période de 1993 à 2018

Truong, 2019, p. 207

28Mais il n’existe pour le moment pas ou très peu d’interactions entre ces différentes zones périphériques, dont la dépendance au centre bride le dynamisme et les possibilités d’ouverture. Il faut également constater que les activités touristiques restent très proches du centre, dans un rayon de 30-35 km, ce qui pose la question du rôle des périphéries éloignées, reculées dans le développement touristique.

29Ces derniers temps, afin de réduire la charge de la zone urbaine, les efforts des autorités locales dans la modernisation du réseau routier de Dalat à Don Duong en passant par les communes de Xuan Tho, Xuan Truong et Tram Hanh, ainsi que l’organisation des éductours pour les agences de voyage afin de créer de nouveaux circuits reliant les sites touristiques dans les districts de Lac Duong, Don Duong et Duc Trong, commencent à donner des résultats positifs (Cf. Tableau 3).

Tableau 3. Nombre de touristes venant dans les périphéries et dans la région de Dalat

  • 17 Résultats partiels : janvier à septembre 2018.

Les espaces

2016

2017

201817

Don Duong

10.000

15.000

20.000

Lam Ha

150.000

170.000

185.000

Duc Trong

250.000

280.000

285.000

Lac Duong

1.250.000

1,291.000

1.343.000

Périphéries

1.660.000

1.756.000

1.833.000

Région de Dalat

5.400.000

5.900.000

4.815.500

  • 18 Données recueillies auprès du Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong en 1 (...)

Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong18

  • 19 Notamment Mme. Nguyen Thi Thanh Ngan, maitre de conférences et chercheure en tourisme à l’Universit (...)

30Les cartes successives présentées ci-dessus montrent bien l’évolution de la place des périphéries dans le développement touristique de la ville et dans le renforcement de son identité comme un lieu de villégiature nostalgique au milieu des forêts. Cependant, selon certains experts locaux19, malgré leur importance en superficie, potentiel et en planification, le développement touristique dans les alentours de Dalat reste modeste et peu diversifié. En fait, il y a très peu de connexion entre les routes touristiques vers les districts autour de Dalat, constat qui se traduit par le fait que les périphéries participent principalement à l’offre touristique en tant que ressources. A propos des activités, les périphéries ne jouent qu’un rôle auxiliaire qui entraine ensuite une image assez floue dans l’identité globale de la ville, même si l’image des zones environnantes (forêts, lacs, fermes, montagnes, etc.) est souvent utilisée dans les promotions touristiques (cf. Document 12). Les efforts visant à promouvoir le développement du tourisme dans les environs de la ville de Dalat ont été encouragés depuis deux ans avec des éductours destinés aux médias et aux agences de voyages afin de présenter les nouveaux produits touristiques. Nous avons par exemple participé à un éductour organisé par le Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong en collaboration avec le Comité populaire de Don Duong en juillet 2018 pour faire la promotion des expériences d’agritourisme à Duc Trong (fermes de légumes et fruits, usines de Vinamilk, Dalatmilk et Ladophar) et culturelles à Don Duong (église de Kadon, villages de galettes grillées). Ainsi, une nouvelle route touristique reliant Dalat, Don Duong et Duc Trong a été créée pour encourager l’agritourisme et le tourisme communautaire dans les périphéries. Toutefois, le nombre de touristes qui viennent visiter ces communes reste modeste par rapport à celui que l’on observe à Dalat ou à Lac Duong, où le tourisme possède déjà une longue histoire (cf. tableau 3).

31Il convient par ailleurs de souligner que les espaces agricoles périphériques dans lesquels se déploient ces circuits de visite correspondent en bonne partie à des secteurs où le paysage est en pleine transformation, sous l’effet du développement de cultures intensive maraîchères et florales, très souvent sous serre, qui repoussent vers l’extérieur les plantations de café au détriment du cadre forestier initial (Ducourtieux et al., 2017). Ce recul de la forêt (cf. tableau 4) tend à affaiblir localement l’un des éléments majeurs du cadre paysager qui a fait la renommée de Dalat.

Tableau 4. La superficie forestière dans la région de Dalat, période 2011-2015

Superficie forestière

2011

2012

2013

2014

Estimation 2015

Total

246.958

246.887

246.272

215.313

216.689

Dalat

24.276

24.276

24.276

18.767

19.075

Lac Duong

114.911

114.963

114.967

111.493

111.625

Lam Ha

28.290

28.258

27.669

22.702

23.224

Don Duong

38.997

38.979

38.961

34.658

34.821

Duc Trong

40.484

40.411

40.399

27.693

27.944

  • 20 Cục Thống kê Lâm Đồng (Lam Dong Statistique Office). (2016). Niên Giám Thống Kê Lâm Đồng 2015 (Annu (...)

Annuaire statistique de Lam Dong 201520

Document 14. Les perspectives du développement touristique de Dalat à l’horizon de 2030, vision de 2050

Document 14. Les perspectives du développement touristique de Dalat à l’horizon de 2030, vision de 2050

Ngô and Phân viện Quy hoạch Đô thị - Nông thôn Miền Nam, 2014, p. 210

32La situation actuelle apparaît donc assez éloignée des perspectives plus équilibrées tracées par la planification à l’horizon 2030, vision de 2050, qui voit Dalat miser sur la protection et la valorisation de ses caractéristiques paysagères remarquables (forêts, lacs, patrimoine architectural) et sur l’exceptionnalité de ses activités horticoles, floricoles et agricoles. Comme le montre la carte de planification touristique de la région de Da Lat élargie à l’horizon de 2030, vision de 2050 (Document 14), le rôle des zones périphériques a été pris en compte, et celui de la route touristique reliant les zones autour de Dalat est bien mis en relief. Ainsi, le projet des autorités locales a clairement orienté le développement touristique vers des zones environnantes, dans lesquelles des types de tourisme prioritaires ont également été identifiés pour chaque district comme Lac Duong avec l’écotourisme, le tourisme d’aventure et le tourisme communautaire, Lam Ha avec le tourisme d’aventure et l’agritourisme, Don Duong avec l’agritourisme et le tourisme communautaire ; et finalement Duc Trong avec l’agritourisme, le tourisme d’affaire et les services de base (hébergement, restauration, aéroport, etc.).

  • 21 Données estimées par Le Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong en 2018.

33Toutefois, ces formes du tourisme demandent une approche stratégique fine pour préserver des ressources touristiques sensibles : l’offre liée à la mise en tourisme de certains éléments de la culture des communautés locales des espaces périphériques pose ainsi notamment la question complexe de "l’authenticité", comme le montre l’exemple des spectacles de Gong sur le plateau du Langbiang, composante incontournable des séjours à Dalat. Cette manifestation de la culture des gongs, reconnue comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité par UNESCO en 2008, au village Lat avec les K’Ho, à Lac Duong, et considérée au début comme une activité de loisir nocturne auxiliaire des tours organisés à Dalat depuis 2006, a connu une croissance remarquable ces derniers temps avec environ 800.000 spectateurs par an21. Le développement massif des soirées de gong dynamise la vie sociale au village Lat et aide à promouvoir les métiers d’artisanat traditionnel tels que le tissage de brocart. Malgré certaines critiques concernant l’authenticité des spectacles de gong (Truong, 2019), cette activité se développe dans les alentours de Dalat, surtout à Lac Duong avec l’ethnie K’ho et à Don Duong avec l’ethnie Churu, en tant qu’expérience typique des périphéries. Certains sites touristiques comme la Colline des Rêves à l’intérieur même de Dalat offrent également des spectacles de gong, traduisant l’incorporation d’une pratique traditionnelle dans l’offre d’une destination de plus en plus urbaine. Selon la planification de développement touristique de la région de Dalat élargie jusqu’à 2030, vision de 2050 (Ngô and Phân viện Quy hoạch Đô thị - Nông thôn Miền Nam, 2014), la place éminente des spectacles de gong est confirmée en tant qu’activité culturelle typique de Lac Duong et Don Duong, où habitent la plupart des communautés des K’ho et des Churu.

Conclusion

34L’évolution des spectacles de gong témoigne d’un processus d’assimilation et d’incorporation d’éléments issus des espaces périphériques dans l’offre touristique de Dalat, alors que cette forme de tourisme culturel renvoie à la question de la préservation de l’identité des ethnies minoritaires, qui se trouvent pour la plupart dans les zones rurales et périphériques. L’identité de la région de Dalat se construit ainsi à travers le temps en mobilisant des composantes périphériques physiques ou relevant de l’imaginaire. Cela donne l’impression d’une continuité historique de la création de Dalat jusqu’à aujourd’hui, à laquelle il convient d’apporter trois correctifs : (1) la clientèle de la région a beaucoup augmenté, passant d’une majorité de touristes internationaux (européens et indochinois) durant la première époque à une majorité vietnamienne, voire sud-vietnamienne, avec plus de 90 % du total du nombre d’arrivées à l’époque actuelle, touristes nationaux dont les attentes ne sont plus du tout celles des touristes des origines ; (2) Dalat est dans le même temps devenue une grande ville, qui s’est étendue et s’étendra encore, et possède sa propre attractivité (ambiance, festival de fleurs) ; (3) les périphéries elles-mêmes ont changé, notamment à cause de sa ceinture de cultures sous serres, qui repousse la forêt et le paysage rural traditionnel plus loin (Ducourtieux et al., 2017).

35Dans ce contexte, les périphéries se trouvent toujours mobilisées mais sous une forme souvent très artificialisée, presque "urbanisée", pourrait-on dire, comme un ensemble d’attractions à proximité de la ville et sous son contrôle étroit :

  • Artificialisation des sites naturels (cascades Dantala ou Prenn transformées en quasi parcs d’attraction, Mont Langbiang très aménagé) ou à la fois naturels et aménagés (lac Tuyen Lam comme décor de villégiature et de photos de lune de miel). Les sites vraiment naturels sont peu fréquentés, et la clientèle internationale y redevient majoritaire. On se trouve-là sur un segment de clientèle très différent, et presque marginal par rapport au système touristique dominant de Dalat.

  • Visite des serres (qui relèvent d’une agriculture industrielle et urbaine), notamment du panorama de leurs lumières la nuit, mais pas de visite des espaces ruraux traditionnels

  • Réappropriation urbaine du caractère "ethnique", avec parfois dévoiement et récupération de cet héritage culturel, comme avec le faux village ethnique de Cu Lan (reconstitution à la fois architecturale (des bâtiments de tout le Vietnam) et historique (invention d’une légende qui laisse les ethnies locales en grande partie dans l’ombre)), ou avec les Gongs Shows qui ont lieu en ville, et correspondent à une tradition très "modernisée".

36Il faut aussi constater que dans le cas de Dalat, cette périphérie est en réalité très proche, et permet d’articuler aisément au sein des séjours des visiteurs ces spectacles culturels, la visite d’espaces naturels et des activités proprement urbaines. Si les espaces périphériques ont bien occupé une place importante dans la construction de l’identité de la ville par et pour le tourisme tout au long de son développement, leur offre touristique, ponctuelle, discontinue, est complémentaire et subordonnée à celle de la ville-centre, à laquelle ils fournissent à la fois une sorte d’écrin – l’ambiance climatique montagnarde, l’environnement forestier et lacustre – et un stock d’activités. A la lecture des documents de planification touristique à plus long terme, deux questions semblent alors se poser. La première est celle de la profondeur spatiale de la pénétration des activités touristiques au sein des espaces périphériques : si les activités se sont densifiées et diversifiées depuis la création de la station, et si la ville s’est fortement étendue, l’extension de cette « périphérie touristique » n’a en définitive pas beaucoup changé, bien qu’elle ait profité de l’amélioration du réseau routier pour se renforcer du côté sud, ainsi que du côté nord-est avec la création de la route 723 vers Nha Trang (2007) et celle du Parc National de Bidoup-Nuiba (2004) (cf. document 13). Malgré ce, au-delà d’une trentaine de km à partir de Dalat, l’offre se réduit encore à très peu de chose, et l’on peut se demander jusqu’à quel point cette auréole est appelée à s’étendre. Cette question doit donc être reliée à la seconde, qui touche à la place que ces documents de planification semblent réserver à des formes de tourisme durables et expérientielles comme l’agritourisme ou le tourisme rural, l’écotourisme, le tourisme communautaire, dans l’offre touristique et l’identité de la destination. Caractéristique des espaces périphériques, cette offre alternative est encore modeste, et elle représentera un enjeu important pour le management de la destination et les efforts à venir de coordination et de gouvernance territoriale. Même si la vision nocturne de la nappe de lumière électrique que forment les serres éclairées en continu est aujourd’hui devenue une attraction touristique à part entière, il convient aussi de s’interroger sur les menaces qui pèsent sur l’écrin paysager de la ville : composante importante de son identité avec ses forêts de pins, il apparaît en effet fortement menacé tant par la croissance urbaine que par le déploiement périphérique des cultures maraîchères et des serres, et, au-delà, des plantations de café.

Haut de page

Bibliographie

Bon, A. (1930), Petit Guide illustré de Dalat, Indochine française. 1930, Imprimerie d’Extrême-Orient, Hanoi.

Déry, S. and Tremblay, M. (2008), "L’implantation des aires protégées au Vietnam  : quels impacts pour les populations locales ? Une étude de cas dans la province de Lâm Đồng", VertigO, vol. 8 No.3, pp. 1-17.

Đỗ, T. H. (2014), "Cao nguyên LangBiang  : Những giá trị độc đáo về đa dạng sinh học", Tạp chí Môi trường, vol. 12, Available at : http://tapchimoitruong.vn/pages/article.aspx?item=Cao-nguy%C3%AAn-LangBiang:-Nh%E1%BB%AFng-gi%C3%A1-tr%E1%BB%8B-%C4%91%E1%BB%99c-%C4%91%C3%A1o-v%E1%BB%81-%C4%91a-d%E1%BA%A1ng-sinh-h%E1%BB%8Dc-38743 (Accessed : 20 July 2019).

Ducourtieux, O., Delry, S., Nguyen, N. T., and Mounayar, M. (2017), "Dynamiques touristiques et révolutions paysagères dans les montagnes du Lam Dong (Vietnam)", in La montagne, territoire d’innovation. LabEx ITEM (Innovation et Territoires de montagne) Jan 2017, Grenoble, France.

Duhamel, P. and Sacareau, I. (1998), Le tourisme dans le monde, Armand Colin, Paris.

Ibanescu, B. (2012), Les conditions de la mise en tourisme d’un espace rural périphérique de l’Union Européenne  : la province de Moldavie en Roumanie, Université Michel de Montaigne - Bordeaux III.

Jennings, E. T. and Larcher-Goscha (Trad.), A. (2013), La ville de l’éternel printemps. Comment Dalat a permis l’Indochine française, Payot, Paris.

Kaymaz, I. (2013), "Urban Landscapes and Identity", in Ozyavuz, M. (Ed.), Advances in Landscape Architecture. Intechopen, pp. 739-760.

Kneafsey, M. (2000), "Tourism, Place Identities and Social Relations in the Urban Rural Periphery", European Urban and Regional Studies, vol. 7 No.1, pp. 35-50.

Korpela, K. M. (1989), "Place-identity as a product of environmental self-regulation", Journal of Environmental Psychology, vol. 9 No.3, pp. 241-256.

Miternique, H. C. and Marcotte, P. (2014), "Marges et périphéries  : un espace pour des pratiques non touristiques", Téoros. Revue de recherche en tourisme, vol. 33 No.2, Available at : http://journals.openedition.org/teoros/2684 (Accessed : 25 December 2015).

Montgomery, J. (1998), "Making a city: Urbanity, vitality and urban design", Journal of Urban Design, vol. 3 No.1, pp. 93-116.

Ngô, Q. H. and Phân viện Quy hoạch Đô thị - Nông thôn Miền Nam (2014), Thuyết minh tổng hợp điều chỉnh quy hoạch chung thành phố Đà Lạt và vùng phụ cận đến năm 2030 và tầm nhìn đến năm 2050.

Peyvel, E. (2017), "Sortir de l’ornière. Périphérisme et invisibilité touristique", in Bernard, N., Blondy, C., and Duhamel, P. (eds), Tourisme et périphéries. La centralité des lieux en question, Presses universitaires de Rennes, pp. 291-312.

Reimer, J. K. K. and Walter, P. (2013), "How do you know it when you see it  ? Community-based ecotourism in the Cardamom Mountains of southwestern Cambodia", Tourism Management. vol. 34, pp. 122132.

Relph, E. C. (1976), Place and placelessness, Pion Limited (Research in Planning and Design Series).

Reynaud, A. (1992), "Centre et périphérie", in Bailly, A., Ferras, R., and Pumain, D. (eds) Encyclopédie de géographie, Economica, Paris, pp. 599-615.

Salvatore, R., Chiodo, E. and Fantini, A. (2018), "Tourism transition in peripheral rural areas : Theories, issues and strategies", Annals of Tourism Research, vol. 68, pp. 41–51.

Steinführer, A., Reichert-schick, A., Mose, I. and Grabski-kieron, U. (2016), "European rural peripheries revalued ? Introduction to this volume", European Rural Peripheries Revalued : Governance, Actors, Impacts, 1 (Rural areas : Issues of local and regional development), pp. 2-27.

Stephenson, J. (2008), "The Cultural Values Model : An integrated approach to values in landscapes", Landscape and Urban Planning, vol. 84 No.2, pp. 127-139.

Tessier, O., Bourdeaux, P. and École française d’Extrême-Orient (2013), Đà Lạt et la carte créa la ville... bản đồ sáng lập thành phố... and the map created the city..., Nhà Xuất Bản Tri Thú̉c École Française d’Extrême-Orient, Hanoi.

Truong, T. L. H. (2019), Quelle place pour la typicité locale et l’authenticité dans l’expérience touristique  : le cas de Dalat, station de montagne au Vietnam. Géographie, Université d’Avignon, École doctorale 537 "Culture et patrimoine", Avignon.

Truong, T. L. H., Lenglet, F. and Mothe, C. (2018), "Destination distinctiveness : Concept, measurement, and impact on tourist satisfaction", Journal of Destination Marketing and Management, vol. 8, pp. 214-231.

Ujang, N. (2012), "Place Attachment and Continuity of Urban Place Identity", Procedia - Social and Behavioral Sciences, vol. 49, pp. 156-167.

Ziyaee, M. (2017), "Assessment of urban identity through a matrix of cultural landscapes", Cities, vol. 74, pp. 21–31.

Haut de page

Notes

1 Cục Thong ke Lam Dong (Lam Dong Statistique Office). (2019). Nien Giam Thong Ke Lam Dong 2018 (Annuaire Statistique de Lam Dong 2018). Hanoi : NXB Thong Ke.

2 Premier Ministre du Vietnam. Décision No 704/QĐ-TTg à propos de l’Ajustement du plan directeur de la ville de Dalat et ses environs jusqu’à 2030, vision de 2050, le 12/05/2014.

3 Données recueillies auprès du Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong en 2019

4 Documents sur Lam Dong, site web officiel de la province de Lam Dong, Source: http://w3.lamdong.gov.vn/vi-VN/a/book/Pages/default.aspx

5 La légende de Langbiang : C’est une histoire d’amour impossible entre K'Lang, un fils du chef de la tribu Lat et H'Biang, une fille du chef de la tribu Chil. En raison de la malédiction entre les deux tribus, ils n’étaient pas autorisés à devenir mari et femme. Les deux amoureux ont décidé de mourir ensemble pour montrer leur amour, et leur opposition aux traditions. Après leur mort, les deux pères ont décidé de réunir les différentes tribus Lat, Chil et Sré pour en faire le groupe K'ho. La montagne du hameau de La Ngu Thuong, où le jeune couple est mort, a été nommé LangBiang en souvenir de leur amour. La légende est considérée comme une histoire d'amour vietnamienne similaire à celle de Roméo et Juliette.

6 Dalat en 1967-1971, photo par Ken Thompson (Source :
https://www.flickriver.com/photos/13476480@N07/31296977864/) ; Dalat en 2007, photo par Nguyen
Van Giau (Source : https://www.facebook.com/notes/i-love-dalat/h%C3%A3y-c%E1%BB%A9ul%E1%BA%A5y-dalat-ti%E1%BA%BFp-theo-v%C3%A0-h%E1%BA%BFt-/405373346169251/) et Dalat en 2019 (Source: http://www.dalat-info.vn/vn/du-lich/da-lat-duoc-ket-nap-la-thanh-vien-to-chuc-xuc-tien-du-lich-cac-thanh-pho-chau-a--x2d--thai-binh-duong-tpo-39241.phtml)

7 Département des statistiques de Lam Dong. Annuaire statistique de Lam Dong en 2006. http://www.lamdong.gov.vn/vi-VN/congdan/thong-tin-can-biet/NGTK2006/Pages/index.htm

8 Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong. (2018). Rapport des activités culturelles, sportives et touristiques en 2018, directions et tâches en 2019, Rapport 125/BC-SVHTTDL, 05/11/2018.

9 Données recueillies auprès de la Direction du site touristique Langbiang en 08/2017.

10 Données recueillies auprès du Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong en 07/2018

11 Cf. https://www.dalattrip.com/dalat-countryside-tour/

12 Cf. http://dalat-easyriders.com/Les « easyriders » représentent aussi un produit touristique typique de Dalat, souvent recommandé dans les guides.

13 Photos clichées en 2017, 2018 ; brochure du site Langbiang, brochure du Pink Grass Festival 2017 et website de Phattire Ventures, une agence de voyage à Dalat sur internet.

14 Le lac Tuyen Lam (2.900 ha) a été officiellement reconnu comme première Zone touristique nationale en 2017, cf. http://www.vietnamtourism.com/fn/index.php/news/items/12855

15 L’écotourisme communautaire ou Community-based Ecotourism en anglais fait référence à une variante particulière de l’écotourisme qui incarne une relation se renforçant mutuellement entre la conservation de l'environnement, les moyens de subsistance économiques locaux et la préservation culturelle - une sorte de relation symbiotique mutualiste qui profite aux trois (Reimer and Walter, 2013)

16 Données recueillies auprès du Centre écotouristique et d’éducation environnementale du parc national de Bidoup-Nuiba en 01/2019.

17 Résultats partiels : janvier à septembre 2018.

18 Données recueillies auprès du Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong en 11/2018

19 Notamment Mme. Nguyen Thi Thanh Ngan, maitre de conférences et chercheure en tourisme à l’Université de Dalat (Interview du 11/11/2018), ou M. Minh Lan, journaliste spécialisé en tourisme à la Télévision-Radio de Lam Dong (Interview du 12/11/2018)

20 Cục Thống kê Lâm Đồng (Lam Dong Statistique Office). (2016). Niên Giám Thống Kê Lâm Đồng 2015 (Annuaire Statistique de Lam Dong 2015). Hanoi : NXB Thống Kê.

21 Données estimées par Le Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong en 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1. Les composantes de l’identité de lieu, modèle adapté de Montgomery (1998) et Ujang (2012)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-1.png
Fichier image/png, 72k
Crédits Truong Thi Lan Huong
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Document 3. Une destination touristique en forte croissance : Nombre de touristes reçus à Dalat entre 2005 et 2018
Crédits Département de la Culture, des Sports et du Tourisme de Lam Dong3
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Document 4. Blason de Dalat et la carte des promenades automobiles autour de Dalat dans le guide touristique (Bon, 1930) et les activités touristiques dans les environs de Dalat
Crédits Tessier et al., 2013
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Document 5. Les activités touristiques dans les espaces périphériques de Dalat pendant la période de 1891-1945
Crédits Truong, 2019, p. 191
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-5.png
Fichier image/png, 382k
Titre Document 6. Les activités touristiques dans les espaces périphériques de Dalat pendant la période de 1945-1975
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-6.png
Fichier image/png, 413k
Titre Document 7. Affiche et activités touristiques aux alentours de Dalat durant les années 1960X
Crédits Jennings and Larcher-Goscha (Trad.), 2013
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Document 8. Les activités touristiques à Dalat et dans ses environs, période 1975-1993
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-8.png
Fichier image/png, 477k
Titre Document 9. Photo d’un tableau d’artisanat de Dalat, photographiée par Ba Trung
Crédits http://w3.lamdong.gov.vn/​vi-VN/​a/​book/​Pages/​books/​caonguyen/​thiennhien-2.htm#dhcq
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Document 10. La silhouette du mont Langbiang dans l’image de Dalat à travers le temps6
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Document 11. « Dalat countryside tour » proposé par Dalattrip, une agence de voyage locale
Crédits https://www.dalattrip.com/​dalat-countryside-tour/​
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Document 12. Les images de promotion et les activités touristiques dans les périphéries de Dalat aujourd’hui13.
Légende Par exemple, la brochure de la Fête des herbes roses, un événement touristique organisé annuellement à Lac Duong depuis 2017 pendant une dizaine de jours entre novembre et décembre avec des activités (visite des collines des herbes roses et de la nature, course de cheval sans selle traditionnelle, découverte de la culture de l’ethnie K’ho, exposition de photos de nature…)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Document 13. Les activités touristiques à Dalat et dans ses périphéries, période de 1993 à 2018
Crédits Truong, 2019, p. 207
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-13.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Document 14. Les perspectives du développement touristique de Dalat à l’horizon de 2030, vision de 2050
Crédits Ngô and Phân viện Quy hoạch Đô thị - Nông thôn Miền Nam, 2014, p. 210
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5093/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Truong Thi Lan Huong et Pierre Dérioz, « La place des espaces ruraux périphériques dans la construction par et pour le tourisme de l’identité de la région de Dalat (Vietnam) », Via [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/5093 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.5093

Haut de page

Auteurs

Truong Thi Lan Huong

Faculté du Tourisme, Université de Dalat, Vietnam

Pierre Dérioz

UMR 228 Espace-Dev, Université d’Avignon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search