Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Paysage millénaire et développeme...

Résumé

Suite à un travail de terrain entre 1995 et 2015, dans un village de riziculteurs du Sud-Ouest de la Chine, en tant qu’artiste-chercheuse, j’examine dans ce texte les profondes mutations qui traversent les territoires frontaliers ruraux habités par les minorités nationales non-Han et en particulier ceux des Hani de la vallée du fleuve Rouge au Yunnan. Quel devenir pour leur modèle ancestral de riziculture irriguée en terrasse et quels sont les enjeux auxquels ils font face ? Mon travail croise une approche sensible par la photographie, le paysage peint, jusqu’aux œuvres des artistes chinois de l’art contemporain, et examine les politiques patrimoniales d’aménagement du paysage. Les enjeux de la préservation ne sont pas seulement environnementaux - biodiversité, développement durable, ils sont identitaires - cultures vernaculaires et minoritaires. J’en pointerai les limites et esquisserai le devenir.

Haut de page

Texte intégral

Préambule

  • 1 L'appropriation culturelle se manifeste lorsqu’un groupe dominant emprunte ou consomme des éléments (...)
  • 2 Enwezor définit l’exposition Documenta 11 comme “a constellation of disciplinary models that seek t (...)
  • 3 Dans le cadre de cet article, il s'agit d'ethnies minoritaires d'une Province appartenant à la Répu (...)

1Le concept de « paysage culturel » appliqué à des terres cultivées soulève des questions – objectivation, patrimonialisation, marchandisation des territoires, du même ordre que celles qui agitent le milieu de l’art en rapport avec l’altérité et à certains de ses corolaires : exotisation et appropriation culturelle1. Dans le contexte chinois, des paysages sont fabriqués ou « maintenus », des corps sont formatés (Yu, 2018) des fictions sont construites, et constituent de nouveaux imaginaires (Augé, 1997). L’art contemporain en particulier, depuis l’événement artistique Documenta 11 dont le commissariat était assuré en 2002 par Okwui Enwezor, est traversé par des questions inhérentes aux frictions global/local, et questionne les représentations qui en sont faites, dans une perspective postcoloniale2. L’artiste ne met pas seulement le monde en images, il questionne, bouscule les imaginaires, et son travail est source de réflexion. Voilà pourquoi il m’a paru nécessaire, après avoir décrit l’environnement culturel dont il est question – un village hani, de me pencher sur la consommation - au sens d’une anthropophagie scopique - de paysage et d’ethnicité, en Chine, et sur l’interprétation que fait l’art contemporain de ces phénomènes3.

  • 4 Sur l’emploi du je, Fabiana Ex-Souza (2020)
  • 5 Le titre Riken no ken, une expression du théâtre japonais, signifie « le regard éloigné » m’a été i (...)
  • 6 “Minorité visible” signifie que, bien que française de naissance, j’ai été assignée à une identité (...)
  • 7 Dans ethno-graphies, une conversation avec Martine Bouchier, publiée dans Afrikadaa, je cite George (...)

2Toute création artistique porte sa subjectivité qui devient en quelque sorte le manifeste de l’artiste4. Le mien serait mon triptyque Riken no ken, portrait de trois femmes – je suis l’une d’entre elles, vêtues du costume hani5. Il synthétise les questions qui sous-tendent mon travail d’artiste, d’architecte et de chercheuse, mon point de vue rendant compte également de mon expérience de femme en position de « minorité visible6 » en France, partageant un statut périphérique, comparable, toutes proportions gardées, avec celui des Hani en Chine, Comme l’ethnologue Georges Condominas qui questionnait son désir de s’intégrer à la culture des montagnards du Centre-Vietnam à la lumière de ses propres origines (française et portugo-sinovietnamienne), je cultive l’empathie7.

  • 8 Je rends compte en détail de ce processus et de la fonction du dessin, média qui permet une interac (...)

3Comment appréhender les espaces cultivés des Hani, avec quels outils d’analyse ? Si, en 2020, le décentrement est de rigueur, en 1995 quand ma recherche a commencé ce n’était pas d’actualité. Depuis, Philippe Descola a réfléchi Par-delà Nature et Culture (Descola, 2005). Augustin Berque est revenu sur sa notion de société proto-paysagère qui induisait une hiérarchie entre les civilisations « évoluées » qui produisent des représentations du paysage, et d’autres qui n’en ont pas (Berque, 1998 ; 1994). Cependant, lorsque je partais en Chine pour une résidence d’artiste « Villa Medicis Hors les Murs » de six mois, en 1995, les principaux théoriciens français décrétaient l’apparition du paysage à la Renaissance, sur le fondement « qu’il n’y a pas de paysage sans représentation, picturale, ou littéraire », et ce, en étudiant essentiellement deux sociétés : la société occidentale et celle de la Chine ancienne (Berque, 1994). Ces grilles de lecture n’étaient pas opérantes chez les Hani du fleuve Rouge, société sans écriture qui transmet une culture orale, de génération en génération. Ceci m’a conduite à m’écarter du cadre universitaire et de l’autorité scientifique pour adopter la subjectivité de la vision artistique, abandonnant ma thèse sur « La culture du paysage, rizières des Hani », pour mener ces recherches en suivant d’autres itinéraires. Dans mon approche méthodologique, il n’y a pas d’entretiens dans le sens ethnographique du terme ; je suis hébergée comme le serait une lointaine parente chez la famille hani avec laquelle j’ai tissé des liens affectifs. L’imitation, l’application d’une méthode sont l’antithèse de la démarche artistique. Cependant, si l’artiste ou l’architecte inventent une réponse pour chaque contexte donné, produisent archives et matériaux visuels in situ (dessin, photographie, relevé, vidéo), il serait réducteur de rapprocher la vision de l’artiste de celle du bricoleur. Car si je procède bien par assemblage, collage et analogie, je peux tout autant répertorier des objets, esquisser une typologie de la maison hani, faire un inventaire des ouvrages de dérivation dans les rizières, ou encore, retracer le catalogue des broderies du vêtement féminin8. En réalisant ces motifs, les femmes hani ont attiré mon attention lors de mes derniers séjours en 2005 et 2015, et cette rencontre avec leurs corps, leurs mains, leur mode d’expression visuelle a donné une autre orientation à ma recherche, selon ce que Rancière nomme play and encounter (2004). Hal Foster a qualifié de « tournant ethnographique », dans un article paru en 1996, cette nouvelle fonction de l’art. A l’issue du premier séjour de 1995-1996, je présentais la série de photographies en noir et blanc Élévation qui renverse le point de vue plongeant sur les rizières en terrasses qui restent littéralement « à la surface » de ces étendues inondées. Je changeais alors de focale, proposant d’autres perspectives. (Document n° 1)

Document n° 1 : Myriam Dao, Gravir I, série Elévation, 2003. Tirage numérique sur toile.

Document n° 1 : Myriam Dao, Gravir I, série Elévation, 2003. Tirage numérique sur toile.

Myriam Dao / ADAGP.

Document n° 2 : La région du Yunnan en Chine, 2019

Document n° 2 : La région du Yunnan en Chine, 2019

Réalisation de l’auteur.

I. Le modèle Hani, écosystème et paysage symbolique

A. L’écosystème des Hani du fleuve Rouge 

4La province chinoise du Yunnan est traversée par trois grands fleuves qui se déversent ensuite via le continent asiatique, le Mékong (Lancang), le fleuve Bleu (Yangzi Jiang), et le fleuve Rouge (Hong He) (Document n° 2). Les riziculteurs hani de la vallée du fleuve Rouge pratiquent la riziculture sur terrasses irriguées, construites à flanc de montagne, entre 800 m et 1800 m d’altitude dans la Préfecture Autonome Hani et Yi du Honghe, ceci sur près de 13.000 hectares. Les Hani bâtissent leurs villages à proximité immédiate de sources situées en amont, dans la forêt. De ces sources, lieux sacralisés, partent des canaux, qui, en se ramifiant, irriguent l’ensemble des rizières en terrasses bâties en aval du village. (Document n° 3).

Document n° 3 : Myriam Dao, Le canal principal en amont du village, Yunnan, Chine, 1995, photographie argentique,

Document n° 3 : Myriam Dao, Le canal principal en amont du village, Yunnan, Chine, 1995, photographie argentique,

Myriam Dao / ADAGP.

5Le réseau d’irrigation parcourt d’abord le village, se remplit au passage des déjections humaines et animales, et dépose cet engrais organique dans les canaux avant que ceux-ci acheminent l’eau dans les parcelles cultivées. Des systèmes de dérivations composés de pierres placées dans le canal secondaire d’irrigation, permettent de répartir l’eau dans toutes les ramifications du réseau. Parallèlement à ce système d’approvisionnement en eau, des orifices de vidange permettent de réguler le volume d’eau dans chaque parcelle, ainsi que de les assécher temporairement (Document n° 4).

Document n° 4 : Rizières, 1995.

Document n° 4 : Rizières, 1995.

Photographie argentique de l’auteur.

Document n° 5 : Coupe sur le village hani, Yunnan, Chine, 2015.

Document n° 5 : Coupe sur le village hani, Yunnan, Chine, 2015.

Dessin à l’encre de l’auteur.

6L’environnement des Hani ne repose pas uniquement sur la riziculture. La culture du riz partage l’espace avec d’autres productions agricoles qui apportent un complément pour l’alimentation et contribuent également à un équilibre agraire (Bouchery, 1999). Les parcelles cultivées à la sortie basse du village fonctionnent comme des pépinières, récoltent les déchets organiques (végétaux, animaux et humains) transformés en compost – fixateur d’azote – qui fertilisent les plants avant qu’ils ne soient repiqués en aval. C’est le principe de la permaculture. Les parcelles mises en eau sont le refuge des canards qui s’y alimentent tout en débarrassant la terre des insectes et autres animaux nuisibles. Dans les parcelles en aval, les Hani pratiquent la pisciculture et pêchent (Document n° 5). Cette forme de permaculture rassemble ainsi des espèces variées et se développe en relation avec tout organisme vivant. L’homme, la nature, les animaux échangent dans le même monde (Jiao Y., 2011 et 2014).

B. Paysage symbolique du monde Hani

7Dans la mythologie hani, l’eau est à l’origine de toutes choses, et d’après Li Zi Xian, elle mentionne : « une vaste étendue d’eau répandue sur terre. » De là vient l’origine du monde. « Les animaux aquatiques qui peuplaient cet océan créèrent toutes les espèces humaines ». C’est probablement entre le VIIe et le Xe siècle, sous la dynastie Tang que ce mythe a commencé à prendre forme dans l’imaginaire hani (Bouchery, 1995). « Un gigantesque poisson rouge femelle a créé les cieux, la terre, toute chose, dieux, hommes, graines. » (Document n° 6).

Document n° 6 : Myriam Dao, Bararama, bijou cérémoniel hani, Yunnan, Chine, 1995, photographie argentique

Document n° 6 : Myriam Dao, Bararama, bijou cérémoniel hani, Yunnan, Chine, 1995, photographie argentique

Myriam Dao / ADAGP.

8L’eau est un bien partagé. A travers une gestion de l’eau collective de la responsabilité de chacun, c’est une organisation sociale et, pour ainsi dire, vertueuse, qui s’exprime ici. Une terrasse irriguée en amont possède un trop plein qui débouche sur la rizière située en contrebas, et ainsi de suite. Chaque parcelle est une propriété individuelle appartenant à une famille, mais l’eau qui y circule est partagée entre tous. Les parcelles ne sont pas seulement mitoyennes, elles partagent la même eau suivant un rapport du haut vers le bas, de l’amont à l’aval, de ce fait, hiérarchisé dans l’espace. L’expression d’une relation communautaire forte est donc inscrite dans chaque parcelle suivant une imbrication complexe (Bouchery, 2012). On peut affirmer que chez les Hani, la montagne cultivée est le lieu d’une sociabilité – il s’y déroule des fêtes – et même d’une socialité.

9Les Hani, une société idéale, ont-ils une cosmogonie des « montagnes et eaux » ?

  • 9 Traduction de Pascal Bouchery.
  • 10 Bouchery, 2012, au sujet de la cosmogonie hani : « sa structure narrative présente des affinités av (...)
  • 11 Pour le lien entre la cosmogonie de la Chine antique et celle des Hani, cf. Bouchery 2010 et 2012.

10Le concept de « beau paysage » ou paysage idéal est décrit de la sorte par les Hani : « Xaota-xaotae xu-sa, uphu tsaodzae xu-sa », littéralement « un environnement de montagnes où l’eau s’écoule rapidement » (Bouchery, 1995)9. La montagne et le cours d’eau, voilà ce qui constitue pour les Hani un paysage idéal. L’importance de ces deux éléments, la montagne et l’eau – présents dans la pensée de la Chine taoïste – ne doit pas minimiser celle d’un autre facteur : l’écoulement rapide de l’eau, autrement dit, le mouvement. S’ils possèdent une culture propre à leur territoire spécifique, les Hani du fleuve Rouge appartiennent cependant, géographiquement, au monde chinois10. La vallée du Fleuve Rouge est une partie de la province du Yunnan. De ce fait, il me parait pertinent d’esquisser un parallèle entre le monde hani et le paysage taoïste11.

Document n° 7 : Shi Tao, Cascade Mingxianquan et Mont Hutouyan, Qing Dynasty, 17e siècle, encre et couleurs sur papier, Sen-oku Hakuko Kan (Sumitomo Collection), Kyoto.

Document n° 7 : Shi Tao, Cascade Mingxianquan et Mont Hutouyan, Qing Dynasty, 17e siècle, encre et couleurs sur papier, Sen-oku Hakuko Kan (Sumitomo Collection), Kyoto.

C. Paysage taoïste

  • 12 Citation du peintre Zong Bing, IVe siècle, Hurvitz L. 1970, "Tsung Ping's Comments on Landscape Pai (...)
  • 13 Citation de Mircea Eliade dans Le sacré et le profane, 1965.

11Les monts et les eaux sont les deux principaux motifs du paysage chinois, au point que ce qui les désigne en chinois shan shui, est devenu synonyme du genre pictural chinois « paysage ». L’objet que se donne la peinture chinoise est de créer un microcosme, « plus vrai que la Nature elle-même »12. Si l’homme n’est pas figurativement représenté, il n’est pas pour autant absent ; sa présence au monde sous les traits de la nature, laquelle, vécue ou rêvée par lui, n’est autre que la projection de sa propre nature profonde tout habitée d’une vision intérieure. Ainsi, peindre la Montagne et l’Eau, c’est faire le portrait de l’homme, et plus précisément, de la dynamique même du corps humain (Cheng, 1979). Ainsi les peintres taoïstes établissent une correspondance entre microcosme et macrocosme par le biais de la conception taoïste du monde et des processus vitaux qui l’animent – les méridiens. L’Homme est en symbiose avec le paysage, et c’est précisément cette harmonie qui doit être montrée par le peintre. (Document n° 7) La Chine taoïste ne connait pas la séparation entre monde physique et monde phénoménal, contrairement à ce qui est apparu avec la Modernité en Occident. Toutefois, le mot shan shui désigne plutôt la représentation, et non le réel. Il s’agit d’un paysage appréhendé visuellement donc, voire un paysage mental, celui qui est parcouru par les poètes qui « visitent en esprit ». L’œuvre d’art nous entraîne dans un périple visuel. Qu’en est-il aujourd’hui ? Loin, très loin de la conception taoïste du paysage, l’aménagement du territoire en Chine répond plus à un mouvement de théâtralisation du paysage – dans l’esprit de la « société du spectacle », qu’à un souci de placer l’homme en harmonie avec le cosmos. Mircea Eliade notait déjà en 1965 : « ...Le Cosmos est devenu opaque, inerte, muet : il ne transmet aucun message, n’est porteur d’aucun chiffre »13.

II. Une famille de riziculteurs Hani / 1995-2015

  • 14 Le nom de famille a été changé. Mes hôtes ne sont pas mes "informateurs" au sens de l'enquête ethno (...)

12En 1995, c’est M. Ma14 né vers 1930, aujourd’hui arrière-grand-père, qui m’a accueillie dans le village hani, où je suis restée deux fois trois mois. Bien que je ne restitue aucun témoignage de villageois sur le sujet de l’aménagement touristique, j’ai choisi de ne pas citer le nom du village. M. Ma habitait la maison de briques cuites, rebâtie avec l’aide des voisins, pour remplacer celle de ses parents en terre crue. Bâtie sur pilotis, l’espace au niveau au sol est dévolu au buffle, seul l’étage est habité assorti d’un minuscule grenier au second niveau. Sans eau courante, elle est partiellement couverte de chaume, l’autre partie en terrasse est dédiée au séchage des récoltes.

13En 1995, le fils de M. Ma, né vers 1950, la 2e génération - aujourd’hui « le grand-père », travaille en ville à l’usine. Parmi ses 4 enfants – la 3e génération née dans les années 1980, aujourd’hui « les parents », les deux ainés sont scolarisés dans la capitale de la préfecture du Hong He (fleuve Rouge), et les deux derniers, inscrits à l’école du village, vivent avec leurs grands-parents qu’ils aident pour de menus travaux agricoles. Lors de ce premier séjour, mon travail se focalise sur les rizières en terrasses, leur système d’irrigation, le lien étroit entre le village bâti et son milieu.

14Lorsque je reviens en 2005 durant deux semaines pour me focaliser sur les motifs des vêtements féminins, le fils de M. Ma a repris la maison familiale avec son épouse et exploite à son tour les rizières. M. Ma, retraité, s’est installé dans la capitale de la préfecture, entourés de ses deux petites filles (3e génération que j’avais connues écolières), à leur tour mères chacune d’un garçon appartenant à la 4e génération (les arrière-petits-enfants). C’est au cours de ce second séjour que je peux établir un lien entre les broderies du vêtement féminin et les tracés des rizières. Des volutes, courbes et contrecourbes brodées sur les vêtements ancestraux, sont aujourd’hui encore portés par les jeunes filles et les femmes hani, mais dans une version manufacturée. A noter que les voyagistes ont compris l’argument commercial et proposent des formules de séjour dans les vallées du fleuve Rouge, illustrées dans les brochures pour moitié par des portraits de femmes en costume ethnique coloré, et pour l’autre moitié par les rizières en terrasses (cf. infra, Indigénisation du paysage). Ils décrivent les nationalités minoritaires (少数民族, shǎoshù mínzú) comme une « mosaïque humaine », et les rizières comme un « patchwork miroitant ». La métaphore paysagère et textile est à son apogée dans la vallée du fleuve Rouge !

15En 2015 je retourne au village pour une durée de trois semaines. Les deux sœurs de la 3e génération travaillent en ville dans le commerce. Les migrations rural-urbain en Chine se sont généralisées dans les dernières décennies, dues aux disparités économiques ville/campagne, et leurs effets sociologiques ont été étudiés (Kleinwechter, 2012). C’est le cas précis de leurs deux frères qui ont dû migrer dans un périmètre plus lointain, à Kunming, dans la capitale de la province du Yunnan, à une journée de route, pour travailler dans l’industrie, laissant leurs enfants au soin de leurs grands-parents. Ces derniers exploitent toujours les rizières, bien qu’ils me disent avoir atteint l’âge légal de la retraite (60 ans pour un homme, 50 ans pour l’épouse d’un agriculteur, toujours selon eux). Grâce à l’argent gagné en ville par leurs enfants, les grands-parents ont pu reconstruire entièrement leur maison.

Document n° 8 : Toitures et panneaux solaires du village hani, Yunnan, Chine, 2015.

Document n° 8 : Toitures et panneaux solaires du village hani, Yunnan, Chine, 2015.

Photographie numérique de l’auteur.

  • 15 Ces savoirs, en particulier la très riche pharmacopée relevée par Bouchery (1999), subissent une fo (...)

16La nouvelle structure poteau-poutre en béton avec des murs de briques, permet d’augmenter largement la surface bâtie sur la parcelle, et de doubler la hauteur totale. L’eau courante, chauffée par un panneau photovoltaïque en toiture, est installée comme dans la plupart des nouvelles maisons hani. Le changement de mode de vie est manifeste. Ce qui me frappe lors de ce séjour de 2015, c’est la transformation du village. Toutes les maisons agrandies récemment ont empiété sur l’espace public, réduit à sa plus simple expression. Le progrès est arrivé, mais le système hani est inchangé. De ce fait, les eaux usées de vaisselle, et des lave-linges, qui circulent toujours d’amont en aval, alimentent en eau polluée de détergent, les rizières en aval. Le médecin vient au village, à domicile, administrer une injection intraveineuse d’antibiotique à la grand-mère pour soigner un rhume. Cette même personne m’avait prodigué des soins vingt ans plus tôt, frottant des herbes et le dos d’une cuillère sur mon cou et ma nuque pour me guérir d’une fièvre15.

17Je me demande si les arrière-petits-enfants reprendront la riziculture. Je crains qu’à mon prochain voyage, en 2025, la riziculture du village hani ne soit plus qu’un beau tapis de couleurs changeantes au rythme des saisons, entretenues par les habitants les plus démunis pour le plaisir des touristes. Ceux qui auront su prendre le tournant, et les arrière-petits-enfants de M. Ma seront sans doute de ceux-là, auront ouvert des chambres d’hôtes dans leur maison agrandie, et le rooftop qui servait jusqu’à présent au séchage des récoltes accueillera des bagpackers attablés devant leurs sodas.

Document n° 9 : Myriam Dao, Village hani dans un monde global, Yunnan, Chine, 2015, photographie numérique.

Document n° 9 : Myriam Dao, Village hani dans un monde global, Yunnan, Chine, 2015, photographie numérique.

Myriam Dao / ADAGP.

III. Mutations

A. Nouveaux flux à travers le territoire

18Les territoires de la vallée du fleuve Rouge étaient restés, jusqu’à la fin des années 1990, difficiles d’accès, périphériques et non peuplés par l’ethnie majoritaire Han. Auparavant situées aux confins, ces régions appartiennent aujourd’hui à un espace géopolitique de première importance au contact de quatre pays – la Birmanie, le Laos, le Vietnam, et la Thaïlande, dont les trois premiers directement depuis l’ouverture des frontières communes. La Chine a normalisé progressivement ses relations avec l’ASEAN et depuis 2010 s’instaure entre eux la plus vaste zone de libre-échange du monde. Ce phénomène se développera dans les prochaines années avec la construction des nouvelles « routes de la Soie du 21e siècle ». La province du Yunnan y sera à la convergence du corridor Chine-Birmanie-Bangladesh et du corridor Chine-Péninsule indochinoise-Malaisie-Indonésie.

  • 16 La politique de Beijing dont les deux premières phases – la construction d’un cadre institutionnel (...)

19L’amélioration des réseaux de transports dans la vallée dans le cadre de la politique centrale16 – depuis 2005 le village hani est accessible depuis une autoroute, a précipité une rupture symbolique en coupant le village de son entité complémentaire « montagne-forêt-source ». Cette autoroute facilite le commerce – les paysans vont vendre leurs denrées et acheter des marchandises industrialisées, mais le « cercle vertueux » de l’écosystème hani est rompu dès lors que les habitants modifient leurs habitudes de consommation, modes de vie et standards. Immédiatement perceptible dans les changements architecturaux, vestimentaires et alimentaires, l’impact est tout aussi important au niveau de l’écologie (Document n° 9). Cette ouverture vers un monde globalisé se répercute sur le paysage, et aussi sur les structures de la culture immatérielle qui le sous-tendent (Xin, 2000) : du fait d’une forte « sinisation » les langues minoritaires se perdent, jusqu’aux noms hani qui ne sont plus transmis, dans la famille Ma comme dans d’autres familles du village. L’épopée hani était pourtant basée sur un récit généalogique.

B. Le Théâtre de géographie

20Conséquence directe de la nouvelle voie de circulation, les rizières en terrasses intègrent les circuits touristiques massivement. Des photographes viennent dans un premier temps de toute la Chine, puis, du monde entier. Ils s’attachent à donner une image très « picturale » ou « pittoresque » du paysage des Hani du fleuve Rouge, vision aussitôt véhiculée par les opérateurs touristiques. Les photographes chinois ont artialisé les rizières en terrasses – pour emprunter cette expression à Alain Roger (1997) – c’est-à-dire qu’ils ont fait de ces champs cultivés en terrasses un objet digne de la représentation artistique – car il faut noter l’absence de ce motif dans la peinture classique chinoise17. Empruntant les codes de ce genre pictural, les photographes ont mis l’accent sur une esthétique nimbées de nuages18. Postés des heures durant au sommet des vallées, ils attendent le moment où la brume enveloppe les parcelles inondées. Un nouveau motif pictural est fabriqué : celui qui met en scène des rizières inondées, étincelantes sous la lumière, avec des variations colorées suivant la position du soleil, des saisons, mais avec une constante : une représentation en vue plongeante. Les rizières deviennent iconiques. Seules les parcelles inondées ont la faveur des photographes. Mais ce n’est pas le concept de flux nourricier ou cosmique qui les attire. La présence de l’eau ne vaut, pour leurs images, que parce qu’elle permet un jeu de miroir avec le ciel.

  • 19 Op. cité
  • 20 La famille Ma s’est séparée de ce bijou de cérémonie, et j’en ai retrouvé une photographie dans un (...)

21Pourtant, la peinture chinoise des montagnes et des eaux, selon Philippe Descola19 « n’est aucunement une mise en art ou une artificialisation d’un environnement naturel, mais la mise en image d’une correspondance entre l’homme et le cosmos qui donne à voir ce qui, dans le monde, entre en consonance avec les dispositions humaines. (…), il s’agit toujours d’un “monde en petit”, pour reprendre l’expression de Rolf Stein, (…) qui reproduit le grand monde au sein duquel l’homme peut à la fois tisser des affinités et trouver un refuge ». Cette citation fait écho à la miniaturisation cosmogonique hani, existant au travers du bararama20, bijou de cérémonie qui synthétise les correspondances établies par les Hani (cf. supra Document n° 6, Bararama, bijou cérémoniel hani).

22Les photographes font abstraction du milieu, de l’écoumène, tout comme le regard moderne s’est distancié du monde.

23Le tourisme de masse nécessite des aménagements panoramiques sur le paysage, et des observation deck, sont aménagés. Comme François Jullien je pose la question : « Est-ce seulement par la vue que l’on peut accéder au paysage ? » Pour lui en effet, le paysage est « non seulement affaire de vue, mais aussi de vivre » (Jullien, 2014). En réponse au besoin de contemplation, le paysage hani est mis en scène. Des paysages dignes de « scène de théâtre » ou décor. John Brinckerhoff Jackson, dans son article « Landscape as Theater », notait le rapprochement entre scène de théâtre et paysage, qui opérait dès le 16e siècle (Brinckerhoff, 1979). L’anglais rend mieux la comparaison avec le mot scenery. Ainsi au Yunnan, on visite les terraced fields scenery et non seulement les rizières, mais les habitants eux-mêmes !

C. Indigénisation du paysage

  • 21 少数民族, shǎoshù mínzú, nationalités minoritaires, le nombre 56 fut contesté en 1953 avant d’être offi (...)

24Les régions situées aux marges sud et ouest de la Chine, sont celles qui abritent la plus forte population n’appartenant pas à la nationalité majoritaire Han. Ainsi, la province du Yunnan, concentre à elle-seule 25 ethnies – sur les 56 minorités nationales ou ethnies minoritaires officiellement répertoriées par la République populaire de Chine, dont les populations Hani, Tai, Miao, Yi, qui vivent imbriquées les unes avec les autres21. Ces ethnies qui vivent au-delà des frontières chinoises en Birmanie, au Laos, au Vietnam, et en Thaïlande, définissent elles-mêmes leur appartenance avec un certain flou, tant par rapport à un territoire physique, qu’à une identité nationale.

  • 22 Yu L., “Packaging Craftwork, Sharing Heritage: Collaborative Brand Promotion in Multiethnic Southwe (...)

25Source d’inspiration dans les toutes les sphères de la société chinoise, le retour à la tradition est happé par le marketing qui en fait un argument de poids, jusqu’à la caricature (Liu, 2019). Le tourisme culturel et patrimonial chinois joue donc sur plusieurs facteurs : la mise en scène du paysage, et celle des cultures ethniques (Milan, 2012), et propose donc un périple dans les villages de la vallée du fleuve Rouge, « packaging » combinant ethnies minoritaires aux tenues colorées et rizières en terrasses22.

Document n° 10 : Myriam Dao, Maison « Mogu » du village hani, Yunnan, Chine, 1995. Photographie argentique.

Document n° 10 : Myriam Dao, Maison « Mogu » du village hani, Yunnan, Chine, 1995. Photographie argentique.

Myriam Dao / ADAGP.

26A la propagande historique sur les ethnies minoritaires héritée des écoles de sciences sociales marxistes chinoises (Wu, 2015 et Guo, 2019), vient s’ajouter l’appétence de l’industrie touristique pour le storytelling. C’est ainsi que la légende entourant les « maisons champignons » hani a été idéalisée : « le mont Re Luo est rouge et vert, les champignons poussent partout. Le petit champignon ne craint ni le vent ni la pluie, d’une belle apparence inoubliable. » (Rongxing, 2018) (Document n° 10). Le mythe d’une maison bioclimatique hani « chaude en hiver et fraiche durant l’été, ventilée et sèche » (Gao, 2013), conforte ainsi le choix des promoteurs immobiliers qui n’hésitent pas à faire du style « maison champignon » un argument de ventes des maisons sur pilotis de leurs villages de vacances (Document n° 11).

Document n° 11 : Village de vacances de style hani, Yunnan, Chine, 2015.

Document n° 11 : Village de vacances de style hani, Yunnan, Chine, 2015.

Photographie numérique de l’auteur.

  • 23 Invité au Symposium qui s’est tenu le 12 mars 2016 en marge de l’exposition Bentu, par Philip Tinar (...)

27A travers cette stratégie marketing de l’industrie touristique, on frôle ce que dénonçait l’artiste chinois Qiu Zhijie, invité à s’exprimer à la fondation Louis Vuitton en 2016, à savoir, « l’exploitation superficielle des stéréotypes de la tradition »23. Il explique : un usage qui exploite l’apparence de la tradition sans chercher, ni à la comprendre ou à l’approfondir, ni à la déconstruire ou la faire évoluer.

D. Patrimonialisation du « paysage culturel »

28L’année 2013 marque plus encore le tournant patrimonial pour la vallée du fleuve Rouge : le paysage des Hani devient un « objet » inscrit sur les listes du Patrimoine Mondial de l’Unesco24, au titre de paysage culturel, c’est-à-dire que l’ensemble de son écoumène est reconnu comme devant être préservé, avec toute l’organisation sociale, religieuse et écologique dont il découle. D’après l’Unesco, les paysages culturels sont des « Œuvres mêlant la nature et l’empreinte qu’y a laissée l’être humain, les paysages culturels expriment la longue et intime relation des peuples avec leur environnement ». Le gouvernement chinois est tenu de mettre en œuvre des mesures de protection et de mises en valeur. A première vue, ces mesures devraient bénéficier aux villages et à leurs populations, à moins que le vernaculaire ne soit instrumentalisé, étant entendu qu’en Chine, il ne peut être question d’enjeu identitaire. L’indigénéité, si elle est reconnue comme culturelle, n’est en aucun cas une indigénéité politique, il n’y a pas de « peuples autochtones » en Chine.

IV. Vers de nouveaux paradigmes

  • 25 Site de l’Agence française de développement : https://www.afd.fr/sites/afd/files/2018-10-11-24-38/g (...)

29La « civilisation écologique » du gouvernement chinois : les enjeux du programme : « L’écologie, la lutte contre la pollution et le dérèglement climatique, la préservation de la biodiversité, sont aujourd’hui des sujets de préoccupation centraux pour les autorités chinoises », selon le Guide méthodologique de l’agence française de développement, AFD de Pékin25. Créer les conditions d’une « civilisation écologique » est un mot d’ordre du président Xi Jinping. La Chine est ainsi devenue en 2016 le premier producteur mondial d’énergie renouvelable (selon l’Agence internationale de l’énergie). Par ailleurs, son gouvernement veut combler les inégalités Ville/Campagne en prônant le développement économique du monde rural. C’est ici que le tourisme, en particulier l’éco-tourisme, joue un rôle de premier plan.

30Ces trois facteurs – transition écologique, développement économique, inscription patrimoniale du paysage culturel, dans le contexte des paysages de rizières de la vallée du fleuve Rouge, convergent tout naturellement vers la création d’espaces protégés. Afin d’éviter l’arbitraire d’une politique verticale, plusieurs étapes devront être regardées avec attention : la concordance des caractères locaux avec les critères listés par les experts et la labellisation qui en découle.

A. Parcs Naturels : paysage sauvage vs paysage cultivé

Document n° 12 : Myriam Dao, Degrés I et II, série Elévation, 2003, tirage numérique sur toile.

Document n° 12 : Myriam Dao, Degrés I et II, série Elévation, 2003, tirage numérique sur toile.

Myriam Dao / ADAGP.

  • 26 Wang Q., « Parcs naturels, valorisation des paysages, reconversion des territoires », conférence du (...)

31Sacré versus profane ? Mon travail photographique « Degrés I et II » par juxtaposition d’image, pointait ce dualisme (Document n° 12). Aujourd’hui, la Chine se trouve face à cette dualité dans la réflexion que mènent ses institutions sur la création de « parcs naturels »,26 étudiant avec intérêt deux modèles : celui des Parcs Nationaux américains, qui concernent les espaces « sauvages », et le modèle français, appliqué aux espaces ruraux et peuplés.

  • 27 Les effets sociopolitiques des migrations forcées en Chine. liées aux grands travaux hydrauliques

32- Les Parcs Nationaux américains, pourraient inspirer l’aménagement « d’espaces sauvages inhabités » de l’Ouest chinois. Le modèle américain porte avec lui la menace de relocalisation des quelques populations disséminées sur le territoire à aménager, afin de conforter le mythe de l’espace sauvage. La création des Parcs nationaux américains furent lourds de conséquence pour les populations autochtones, en particulier celle de Yellowstone, sur des étendues prétendument qualifiées de « uninhabited wilderness », terres sacrées appartenant aux Cheyennes, entre autres tribus (Burnham, 2000). Mais en cela, la Chine n’a nul besoin de modèle, ayant déjà montré que les déplacements de population ne sont pas un obstacle à sa politique d’aménagement du territoire (cf. barrage des Trois-Gorges27).

  • 28 Site de l’Agence française de développement : https://www.afd.fr/sites/afd/files/2018-10-11-24-38/g (...)

33- Le modèle français des PNR Parcs Naturels régionaux est déjà mis en œuvre, avec l’aide de l’Agence française de développement28, dans la province du Zhejiang, très dense, où le Parc National de Xianju (PNX) est en cours d’achèvement, sur le modèle du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges avec lequel il a un partenariat. Créés à la fin des années soixante, les parcs français ont vocation à préserver tant les écosystèmes que des économies locales, artisanales ou rurales (Wang, 2019). Le projet PNX promet des effets pérennes « à travers la mise en place de processus consultatifs et participatifs au niveau du territoire et des actions de renforcement de capacités sur les aspects de gouvernance du parc », avec pour ambition de répliquer ce modèle à plus large échelle.

34Même stratégie pour l’agence WHITRAP basée à Shanghai et constituée d’experts internationaux et chinois (patrimoine, architecture, anthropologie, droit, urbanisme, écotourisme, agronomie, sociologie, etc.), qui se positionne sur les petites localités, et affirme s’appuyer sur la connaissance du local. Dans leurs textes, tout semble bien maitrisé et extrêmement vertueux.

35« Aucune stratégie territoriale ne devrait être élaborée sans la compréhension des systèmes territoriaux complexes en jeu et sans identification des valeurs culturelles et naturelles, tangibles et intangibles dont ces paysages sont porteurs » (Pola, 2019). 

36Cependant, la mise en œuvre de ces principes atteste une autre réalité.

V. Les compagnons pervers du développement local29

A. L’écotourisme consomme plus d’électricité

37C’est un des paradoxes du développement durable. Car si le tourisme de masse offre un potentiel de développement en Chine, il s’accompagne d’un revers : une demande en énergie exponentielle. Les investissements de l’Agence française de développement pour le Parc National de Xianju, par exemple, ne seront rentabilisés que si le tourisme y affiche complet. Or, c’est bien ce modèle qui pourrait s’appliquer au Yunnan, dans la vallée du fleuve Rouge. Les sites ne seront préservés qu’en échange d’une augmentation de la capacité d’accueil des touristes.

  • 30 Article du Monde 2005, « Les barrages hydroélectriques, fléau moderne des minorités du Yunnan chino (...)

38Comme nous l’indiquions en introduction, cette province est située presque à la source de trois fleuves au débit important. De ce fait, de nombreux barrages produisent l’hydroélectricité en abondance, à tel point que Kunming, la capitale provinciale de cinq millions d’habitants, roule au tout électrique (automobiles et deux-roues). Depuis la construction de barrages hydroélectriques en amont du fleuve Rouge, on note des perturbations dans sa partie aval, comme celles que le Vietnam déplore déjà. Mais on peut craindre sur tout le cours du fleuve une pénurie d’eau pour irriguer les terrasses, ainsi qu’un risque d’érosion en augmentation30.

  • 31 Minhua L.: Consumption of Packaged Convenience Food among Left-behind Children in Rural China, Inte (...)

39Écologie à deux vitesses : Les experts de la National Cultural Heritage Administration réhabilitent les villages faisant partie de la Liste du Patrimoine mondial. Que va-t-il advenir des villages qui ne répondent pas à tous les critères patrimoniaux et qui, échappant aux grilles d’analyse des experts, sont non éligibles à une politique de développement ? Le village hani décrit plus haut est un cas typique de ceux-là : situé à moins de 10 km d’un village identifié, lui, comme « de haute valeur patrimoniale », et préservé comme tel, (panneaux explicatifs en anglais-mandarin devant des reconstitution de lavoir, de moulin à riz, d’autel du sacrifice du buffle, gestion des déchets policée) il échappe à la stratégie de préservation culturelle et environnementale. La préservation ne concerne ni le village ni les rizières qui le nourrissent. Inchangées au premier regard, les rizières sont aujourd’hui polluées par l’eau qui les alimente, chargée de produits résultant des changements de consommation des habitants. Dans les rues du village, les caniveaux, charrient les emballages de papier bonbons et autres produits packagés31 remplaçant désormais les brochettes de tofu des marchandes locales (Document n° 13). Le village est dénaturé par un développement sauvage des nouvelles constructions, une gestion des déchets et des eaux usées désastreuse, et tous ces points deviendraient problématiques si le village accueillait des touristes. Sans parler du déboisement problématique de la forêt et l’altération de son écosystème.

Document n° 13 : Pollution des canaux du village hani, Yunnan, Chine, 2015.

Document n° 13 : Pollution des canaux du village hani, Yunnan, Chine, 2015.

Photographie numérique de l’auteur.

B. Cultiver le paysage pour le tourisme rural

  • 32 Le travail agricole est particulièrement pénible en raison de la forte déclivité du terrain, qui en (...)

40La patrimonialisation des rizières en terrasses de la vallée du fleuve Rouge appelle une question (Chan et al., 2016). Les riziculteurs hani seront-ils condamnés, par le biais du label « Patrimoine mondial de l’Unesco » à cultiver le paysage, et bientôt subventionnés pour entretenir un lieu touristique32 ?

41L’inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco a été immédiatement suivie de mesures. Ainsi, en 2013, dans le cadre de la politique de relance des villages ruraux « Chinese Traditional Villages », le gouvernement chinois lance une vaste propagande, s’appuyant sur la télévision. Le patrimoine rural est présenté ici comme un levier important de développement économique pour les gouvernements locaux et les industries du tourisme. La série-documentaire télévisée Nostalgia, produite par le « Département de propagande Centrale de l’administration d’état pour la presse », pour CCTV, la chaine nationale, met en scène le village de Huanglingcun, dans la province du Jiangxi, entouré de forêts et de champs étagés en terrasses. Les reconstructions d’habitations traditionnelles font pendant à la mise scène paysagère, et les champs cultivés en terrasses sont plantés de différentes semences variant suivant les saisons et l’attente esthétique des visiteurs qui peuvent les admirer depuis une passerelle surplombante.

VI. Des alternatives

  • 33 comme l’atteste le cas de l’anthropologue Yu Xiaogang devenu fervent défenseur de l’environnement d (...)

42La description du village de Huanglingcun n’est pas issue d’une dystopie, mais de l’un des effets pervers du système très vertical de développement rural. Des voix critiques se font entendre émanant de différentes sphères, tant dans le milieu des sciences sociales - les anthropologues sont attentifs aux changements à l’œuvre dans la chine des ethnies minoritaires33, que dans celui des arts contemporains et du cinéma, tous inspirés par un retour aux sources. Elles disent l’importance du point de vue local et périphérique, et de l’activisme dont font preuve les acteurs locaux (McLaren, 2011).

A. Écologie « native »

43A la fin des années 1990, un concept émerge dans la littérature, puis dans le monde universitaire, celui de yuanshengtai (原生态), qui peut se traduire par « écologie native » ou primitive (Yu L., 2018). Cette notion se trouve à l’intersection des préoccupations sur l’harmonie entre la nature et l’homme, la coexistence et la préservation du patrimoine, des savoirs et des arts autochtones. La notion « d’écologie native » a pu être largement dévoyée par le marketing, les médias, après avoir été l’apanage des élites culturelles, le risque étant une vision figée du « primitif » et de « l’authentique », notamment dans les politiques d’aménagement du paysage.

B. Le retour à la terre des artistes contemporains chinois

  • 34 Catalogue de l’exposition, Sous la direction de Pagé S., Bossé L. et Tinari P., 2016, Bentu : des a (...)
  • 35 Dao M., 2016 « Retour à la campagne : artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton» http://vernacu (...)

44En 2016, la fondation Louis Vuitton présente l’exposition « Bentu, des artistes chinois dans la turbulence des mutations »34. Bentu, (本土běn tǔ), littéralement, ce sont les racines, au sens du retour aux origines, un terme qui a pu être perçu comme profondément péjoratif il y a une vingtaine d’années, avec même une connotation chauviniste, mais qui connaît un renouveau particulier en Chine, notamment dans le champ de l’art contemporain chinois. Ce concept qui peut faire écho à celui de yuanshengtai, est aujourd’hui au centre des réflexions des artistes, des critiques et des chercheurs. Les artistes revendiquent une hétérogénéité culturelle, à l’inverse d’une culture imposée à partir d’un centre, et tendent à abolir la distance entre centre et périphérie35.

45L’artiste Liu Xiaodong, originaire d’un village de la province du Liaoning, revient sur les lieux trente ans après. Ses portraits à l’huile sur toile s’apparentent au courant de la photographie vernaculaire, dans la forme, comme dans la démarche, par exemple lorsqu’il documente le quotidien de ses amis ouvriers et paysans dans un espace dont il a noté les profondes transformations, sociales, urbaines, écologiques (Document n° 14).

Document n° 14 : Liu Xiaodong, Bent Rib, 2010, Oil on canvas, 150 x 140 cm

Document n° 14 : Liu Xiaodong, Bent Rib, 2010, Oil on canvas, 150 x 140 cm

Liu Xiaodong ; Courtesy Lisson Gallery.

46S’inspirant de la peinture classique, Qiu Zhijie propose From Huaxia to China, un panorama composé de paysages de montagnes et de rivières qui traduit les mutations qui ont transformé la Chine ces dernières années, sur le plan culturel, économique, politique et spirituel (cf. supra, le discours critique de Qiu Zhijie au sujet de l’exploitation de la tradition, lors d’une conférence à la Fondation Louis Vuitton) (Document n° 15).

Document n° 15 : Qiu Zhijie From Huaxia to China, détail, 2015, Courtesy the Artist and GALLERY CONTINUA.

Document n° 15 : Qiu Zhijie From Huaxia to China, détail, 2015, Courtesy the Artist and GALLERY CONTINUA.
  • 36 “We should seek for the source of the problem, and then try to find the solution”. Translation by H (...)

47Les œuvres de ces artistes de générations différentes répercutent les nouvelles donnes de l’économie et de l’écologie et parmi elles, notable, la transformation des rapports ville/campagne. L’artiste Hu Xiangqian va encore plus loin dans une critique de la gouvernance centralisée, en 2013, avec son œuvre vidéo « Speech at the Edge of the World ». On y voit l’artiste performant un discours devant une assemblée d’élèves alignés en rang. Venant d’une ville qu’il situe comme étant un coin de terre perdu au bout du monde, à l’extrême sud de la province du Guangdong, il s’adresse aux élèves comme le ferait un coach pour les motiver, suivant les méthodes en management du monde des affaires, les exhortant d’un « Et alors, nous trouverons les solutions à ces problèmes36 », étant entendu que ce nous, c’est celui des personnes directement concernées, un NOUS local, et non pas le NOUS d’une centralité ou d’un monde global.

Conclusion

  • 37 Toutefois il est à noter que le statut de « région autonome » du Guangxi » offre plus d’autonomie a (...)

48Pour à la fois satisfaire les intérêts locaux – réduction de la pauvreté, maintien de la culture ancestrale et répondre aux enjeux à l’échelle d’un monde globalisé – économie touristique, l’expérience d’autres paysages ruraux aménagé pour le tourisme en Chine peut être riche d’enseignements. Dans la région autonome du Guangxi, le village de Ping An présente une problématique similaire, avec une communauté de riziculteurs en terrasses irriguées de la nationalité zhuang37. En 1993 à l’occasion d’une mission ethnographique avec l’Académie des Sciences Sociales de Nanning, j’ai pu noter les tensions existantes entre riziculteurs et acteurs d’une économie touristique naissante. Pendant que celle-ci prenait son essor au détriment de celle de l’agriculture, la question majeure était déjà celle du maintien des terrasses cultivées comme objet touristique, avec le souci de trouver de la main d’œuvre. Depuis lors, la gouvernance locale a créé des subventions pour les familles qui tirent leur seul moyen de subsistance de la terre. On peut déjà tirer un bilan des premières études menées (Kimmel, 2015). Je livre ici quelques pistes de réflexion sur le devenir des paysages et des cultures minoritaires.

49La première piste concerne en premier lieu les habitants, premiers concernés.

50Elles viseraient à assurer l’autosuffisance ou au moins la sécurité alimentaire, à les faire bénéficier équitablement et conséquemment des retombées de l’économie touristique et des secteurs connexes comme celui de l’immobilier de loisir, en évitant la spéculation sur les terres cultivables (Yuen, 2014), à assurer la représentativité des Hani dans les instances locales (provinciales, municipales et villageoises), ceci pour contrebalancer l’influence idéologique du gouvernement central, à inciter les acteurs du tourisme à consommer local et équitable, ceci en limitant le « branding » du territoire et en impliquant fortement les acteurs locaux.

51Le second volet concerne l’environnement dans son entièreté, montagne, forêt, source, village, rizières et fleuve. Il anticiperait les risques pour l’écosystème en reboisant, traitant l’érosion des sols et les glissements de terrain, maitrisant la pollution de l’eau et des sols. Ensuite, il conviendrait de limiter la consommation (eau, électricité), en éduquant et encourageant des pratiques moins dommageables en limitant la circulation motorisée, et encourager la diversification des cultures, en aidant au maintien des cultures vivrières locales. Mais la question de fond est celle des ressources en eau, qui ne pourra être traitée qu’en même temps que celle de l’énergie (barrages, retenues d’eau), qui, elle, est une question d’ordre national. Le tourisme peut contribuer à la protection des paysages cultivés comme cela est le cas au Japon, aux Philippines et en Indonésie. Clifford Geertz (1972, p. 84) a étudié le système d’irrigation ancestral à Bali, et selon lui : « Une société établie est le produit final d’une si longue histoire d’adaptation à son environnement qu’elle a fait de cet environnement, en quelque sorte, une dimension d’elle-même ».

52Ce que je souhaite rappeler par cette citation, c’est que, si importantes soient les mutations que les Hani traversent depuis le début des années 2000, le fondement de leur culture demeurera en partie parce qu’elle est déjà inscrite au Patrimoine mondial et qu’artistes et chercheurs continuent de la documenter. Bien qu’en 2015 les riziculteurs hani se soucient prioritairement de quitter des conditions de vie précaires, il se pourrait que dans quelques années des jeunes gens hani trouvent un intérêt à l’existence d’un fonds d’archives visuelles auxquelles, modestement, j’aurais participé. Chacune de mes visites à la famille Ma m’a amenée à voir des pans de leur culture disparaitre. Ce constat a motivé mon travail d’artiste consistant majoritairement à inventorier, à fixer des traces, des empreintes de ce qui a existé, à créer de l’archive visuelle. Mon objectif premier a été de leur donner ces recueils de dessins et photographies.

53Les objets sur lesquels je travaille ne sont pas neutres, politiquement parlant. En les approfondissant, me sont apparues distinctement leurs connections avec le monde global, le partage de ressources, les enjeux d’aménagement de l’espace, ainsi que le rapport culture minoritaire / culture dominante. M’inscrivant dans une tradition française d’intellectuels et artistes engagés, j’ai choisi, en tant qu’artiste travaillant sur la colonialité, de me positionner du côté de la culture dominée et effacée, celle de la culture hani (Quiroz, 2019).

54Je souhaitais donc également pointer le risque de voir une culture minoritaire disparaitre, remplacée par les standards de vie de la culture dominante Han, que ce soit dans la langue, l’éducation, l’architecture, l’environnement et le paysage. Il reste, selon moi, un autre modèle de développement à inventer dans les décennies à venir.

55L’artiste est un lanceur d’alerte, rôle dont les artistes chinois que j’ai cités se sont saisi pour pointer les pièges du branding, ou folklorisation de la tradition, tant pour la culture matérielle qu’immatérielle. Ce papier se veut donc une illustration des questions que les artistes contemporains – dans la mouvance de « l’artiste en ethnographe » identifiée par Hal Foster, peuvent soulever et rendre visibles, et, à partir de là, ce papier tente de faire bouger les lignes entre académie et sphère artistique, conférant un statut autre à l’image, celui d’un manifeste.

Haut de page

Bibliographie

Augé, M. (1997), La Guerre des rêves. Exercices d’ethno-fiction, Le Seuil, Paris.

Bái, Y. (2013), 哈尼族服饰文化中的历史记忆 :以云南省绿春县"窝拖布玛"为例, 云南人民出版社.

Berque, A. (1994), Dirigé par, Cinq propositions pour une théorie du paysage. Pays Paysage, Champ Vallon, Paris.

Berque, A. (1995, réed. 1998), Les Raisons du paysage. De la Chine antique aux environnements de synthèse, Hazan, Paris.

Bouchery, P. (1995), Les Hani, introduction à l’étude d’une population tibéto-birmane du Yunnan en relation avec la Chine. Thèse de doctorat, Université Paris X, Nanterre.

Bouchery, P. (1999), « La rizière, "écosystème spécialisé" ? Un cas dans le sud-ouest chinois », in Études rurales N° 151-152, Autres temps, autres lieux, pp. 133-165.

Bouchery, P. (2010), “Terrace Cultivation and Mental Landscapes in Southern Yunnan”, in Lecomte-Tilouine (Ed) Nature, Culture and Religion at the Crossroads of Asia, Routledge, New Delhi.

Bouchery, P. (2012), « La cosmogonie des Hani au regard des matériaux de la Chine ancienne », in Archives de sciences sociales des religions, 2012/2, N° 158, Éditions de l’EHESS, p. 11-31, https://doi.org/10.4000/assr.23821, (accessed May 2020).

Brinckerhoff Jackson, J. (1979), “Landscape as Theater”, in The Necessity of Ruins and other Topics. Univ. of Massachusetts Press.

Burnham, P. (2000), Indian Country, God’s Country : Native Americans and the National Parks, Island Press, Washington, D.C.

Chan J., C., Ying, Z., McDonald, T. and Qi, X. (2016), “Entrepreneurship in an indigenous community : sustainable tourism and economic development in a newly inscribed UNESCO World Heritage Site”, in Iankova K., Hassan A. and L’Abbe R. (Eds), Indigenous People and Economic Development : An International Perspective, Routledge, New York, pp. 189-204.

Cheng, F. (1979), Vide et plein – Le langage pictural chinois, Seuil, Paris.

Condominas, G. (1965 réed 2006) L’Exotique est quotidien. Sar Luk, Vietnam central, « Terre humaine », Plon, Paris.

Cuthbert, D. (1998) “Beg, borrow or steal : The politics of cultural appropriation”, Postcolonial Studies vol. 1, N° 2, pp. 257-262.

Descola, P. (2005), Par-delà nature et culture, Bibliothèque des sciences humaines, Gallimard, Paris.

Eliade, M. (1965), Le sacré et le profane. Paris, Gallimard.

Enwezor, O. (2002), “The Black Box,” in Okwui Enwezor et al., eds., Documenta11_Platform 5 : Exhibition catalogue, Hatje Cantz, Ostfildern-Ruit, pp. 42–55.

Enwezor, O. (2012), Intense proximité : une anthologie du proche et du lointain, CNAP, Paris.

Ex-Souza, F. (2020), "Du nous au je. Recherche artistique décoloniale", Tumultes n° 54.

Foster, H. (1996), "The Artist as Ethnographer," in The Return of the Real, Cambridge, The MIT Press.

Gao, K. (2013), “Form and god of the cultural landscape on Hani terrace in Honghe”, Journal of Kunming University of Science and Technology, Social Science Edition, vol. 6 n° 13, pp. 91-97.

Geertz, C. (1972), "Religious change and social order in Soeharto’s Indonesia", Asia (New-York/ N.Y./USA : Asia Society), vol. 27 N° 1, pp. 62-84.

Guo, W. (2019), Narrating Southern Chinese Minority Nationalities : Politics, Disciplines, and Public History. New Directions in East Asian History, Palgrave Macmillan, Singapore.

Jiao, Y., Liang, L., Okuro, T. and Takeuchi, K. (2011), “Indigenous ecological knowledge and natural resource management in the cultural landscape of China’s Hani Terraces”, Ecological Research, vol. 27, pp. 247–263.

Jiao, Y., Liang, L., Okuro, T. and Takeuchi, K. (2014), “Ecosystem Services and Biodiversity of Traditional Agricultural Landscapes : A Case Study of the Hani Terraces in Southwest China”, in Hong SK., Bogaert J. and Min Q. (Eds) Biocultural Landscape, Springer, Dordrecht.

Jullien, F. (2014), Vivre de paysage ou L’impensé de la Raison, Gallimard, Paris.

Kimmel, C.E., Perlstein, A., Mortimer, M.J., Zhou, D. and Robertson, D.P. (2015), Sustainability of tourism as development strategy for cultural-Landscapes in China : case study of Ping’An village, Journal of Rural and Community Development, vol. 10, pp. 121-135.

Kleinwechter, U. (2012), "Rural-urban migration in China : An analytical framework of migrants’ contributions to rural development", in Journal of Alternative Perspectives in the Social Sciences vol. 4, No 4, pp. 757-789.

Lévi-Strauss, C. (2011), L’anthropologie face aux problèmes du monde moderne, Seuil, coll. La librairie du XXIe siècle, Paris.

Liu, Y. (2019), “Authenticity, Tourism and Residents : the Dilemma of Heritage Conservation in China”, in Modu Magazine : A Tale of Urban China, https://www.modumag.com/articles/authenticity-tourism-and-residents-the-dilemma-of-heritage-conservation-in-china/ (accessed March 2020)

McLaren, A. (2011), “Environment and Cultural Heritage in China : Introduction” in Asian Studies Review vol. 4 n° 35, pp. 429-437.

Milan, P. (2012), « Contournement et instrumentalisation de l’identité culturelle Mosuo dans la rencontre touristique », in Via Tourism Review n° 2 (accessed March 2020)

Mullaney, T. (2001), Coming to Terms with the Nation, Ethnic Classification in Modern China, University of California Press, Berkeley.

Pola, A. (2019), When Heritage Is Rural : Environmental Conservation, Cultural Interpretation and Rural Renaissance in Chinese Listed Villages, https://www.academia.edu/39691605/When_Heritage_Is_Rural_Environmental_Conservation_Cultural_Interpretation_and_Rural_Renaissance_in_Chinese_Listed_Villages (accessed March 2020).

Quiroz, L. (2019), "Le leurre de l’objectivité scientifique. Lieu d’énonciation et colonialité du savoir", Nouveaux Imaginaires, La production du savoir : formes, légitimations, enjeux et rapport au monde, accessed June 2020 : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02422696.

Rancière, J. (2004), The Politics of Aesthetics. The Distribution for the Sensible, (trans Rockhill G.), York and New York, NY.

Roger, A. (1997), Court traité du paysage, Gallimard, Paris.

Rongxing, X. (2018), “The Pattern Language Construction of Landscape Space of Hani Traditional Settlement in Yuanyang, Yunnan Province”, https://www.atlantis-press.com/proceedings/ieesasm-17/25889611 (accessed March 2020)

Wang, Q. « Parcs naturels, valorisation des paysages, reconversion des territoires », conférence du 15 octobre 2019, en ligne sur le site de la Cité de l’architecture et du Patrimoine : https://www.citedelarchitecture.fr/fr/evenement/parcs-naturels-valorisation-des-paysages-reconversion-des-territoires (accessed June 2020)

Wang, Q. and Zhou, J. (2019), The Balance Between Environmental Protection and Regional Development : France’s “Regional Natural Park” System and Practice/Yang Chen. Planners, n° 17 pp. 36-43.

Wu, K. (2015), Reinventing Chinese Tradition : The Cultural Politics of Late Socialism, University of Illinois Press.

Xin, L. (2000), In One’s Own Shadow : An Ethnographic Account of the Condition of Post-reform Rural China, University of California Press, Berkeley.

Yuen, S. (2014), "Une nouvelle réforme foncière chinoise ? Évaluation et perspectives", trad.in Perspectives Chinoises N° 1, pp. 65-70.

Yu, L. (2018), “Alternative Indigeneity in China ? The Paradox of the Buyi in the Age of Ethnic Branding” in Verge : Studies in Global Asias n° 2, vol. 4 pp. 107-134.

Zhu, Y. (2012), “Performing Heritage : Rethinking Authenticity in Global Tourism”, Annals of Tourism Research vol. 3 n° 39, pp. 1495-1513.

Zhu, Y. (2015), “Cultural Effects of Authenticity : Contested Heritage Practices in China”, International Journal of Heritage Studies, vol. 6 n° 21, pp. 594-608.

Haut de page

Note de fin

1 L'appropriation culturelle se manifeste lorsqu’un groupe dominant emprunte ou consomme des éléments d’une culture minorée, comme la présence de coiffes amérindiennes portées dans des défilés de mode dans l'actualité récente, par exemple ; je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas d’un échange culturel bilatéral. (Cuthbert, 1998).

2 Enwezor définit l’exposition Documenta 11 comme “a constellation of disciplinary models that seek to explain and interrogate ongoing historical processes and radical change, spatial and temporal dynamics, as well as fields of actions and ideas, and systems of interpretation and production” (Enwezor, 2002, p. 49 Platforms: Five Constellations, Domains of Knowledge and Artistic Productions, Circuits of Research).

3 Dans le cadre de cet article, il s'agit d'ethnies minoritaires d'une Province appartenant à la République populaire de Chine qui ne reconnait pas de peuples autochtones, mais la prééminence de la doctrine du centre sur celle de la périphérie y est établie.

4 Sur l’emploi du je, Fabiana Ex-Souza (2020)

5 Le titre Riken no ken, une expression du théâtre japonais, signifie « le regard éloigné » m’a été inspiré par Claude Lévi Strauss qui questionne la position de l'ethnologue (Lévi Strauss, 2011). Il évoque la technique du dépaysement comme un moyen de se placer en dedans et qui permet à l’ethnologue de s’identifier au groupe dont il partage l’existence, en même temps qu’il prend la distance lui permettant de se voir lui-même depuis l’extérieur. Les femmes hani tenaient à ce que je revête leur costume, le portrait Riken no ken est issu d’une collaboration.

Le commissaire d’exposition Okwui Enwezor se réclamait de cet éloignement tout en défendant le concept « d’Intense Proximité » pour la Triennale 2012 au Palais de Tokyo. (Enwezor, 2012)

6 “Minorité visible” signifie que, bien que française de naissance, j’ai été assignée à une identité de part mon apparence supposée d’origine « ethnique ».

7 Dans ethno-graphies, une conversation avec Martine Bouchier, publiée dans Afrikadaa, je cite Georges Condominas « Comment peut-on être métis ? écrit-il, projetant de consacrer une étude ethnologique aux métis, dont chacun est en quelque sorte une petite minorité ethnique ». Afrikadaa n°9 paru en 2015, pp. 120-127, accessible en ligne en juin 2020 :

https://issuu.com/afrikadaamagazine/docs/_9-anthropologismes

8 Je rends compte en détail de ce processus et de la fonction du dessin, média qui permet une interaction, dans une conversation avec Martine Bouchier (ibid).

9 Traduction de Pascal Bouchery.

10 Bouchery, 2012, au sujet de la cosmogonie hani : « sa structure narrative présente des affinités avec le récit de nature cosmogonique contenu dans le célèbre Almanach de Chu de la période des Royaumes Combattants. »

11 Pour le lien entre la cosmogonie de la Chine antique et celle des Hani, cf. Bouchery 2010 et 2012.

12 Citation du peintre Zong Bing, IVe siècle, Hurvitz L. 1970, "Tsung Ping's Comments on Landscape Painting", Artibus Asiae, Vol. 32, No. 2-3, pp. 146–156.

13 Citation de Mircea Eliade dans Le sacré et le profane, 1965.

14 Le nom de famille a été changé. Mes hôtes ne sont pas mes "informateurs" au sens de l'enquête ethnologique. Aussi, je ne souhaite exploiter ni leur image, ni les opinions livrées dans une sphère privée. Cela aurait été fort différent s'ils avaient émis le souhait de participer et à ce moment-là, j'aurais souhaité qu'ils soient co-autrices.eurs. L'abandon de ma thèse en géographie, ma sortie de l'université, et le choix du statut d'artiste ont été pour moi des actes de déconstruction de la posture universitaire. Je suis tout à fait consciente du fait que l'artiste est parfois dans une position surplombante similaire à celle de l'anthropologue. Mais selon moi, ce surplomb est étroitement imbriqué au devenir des "matériaux" recueillis, transformés ou créés : vont-ils être exposés, vendus, autrement dit, la culture de "l'Autre" est-elle soumise à une sorte d'appropriation culturelle ? Je continue à m’interroger sur ces questions complexes.

15 Ces savoirs, en particulier la très riche pharmacopée relevée par Bouchery (1999), subissent une forme d’oppression épistémique.

16 La politique de Beijing dont les deux premières phases – la construction d’un cadre institutionnel et de gouvernance pour revitaliser les zones rurales d’ici 2020, la modernisation des zones rurales et de l’agriculture d’ici 2030. https://www.scmp.com/news/china/politics/article/2189358/china-plans-law-make-reviving-rural-areas-priority-modernisation

17 Les seules représentations de rizières sont issues du Traité de 1637 Tiangong Kaiwu (天工開物), « L’Exploitation des œuvres de la nature », comportant des illustrations sous l’angle de l'agriculture et de l'artisanat.

18 https://www.chinahighlights.com/kunming/photography-tips-at-yuanyang-terraces.htm

19 Op. cité

20 La famille Ma s’est séparée de ce bijou de cérémonie, et j’en ai retrouvé une photographie dans un ouvrage édité au Yunnan (Bái, 2013, p. 91).

21 少数民族, shǎoshù mínzú, nationalités minoritaires, le nombre 56 fut contesté en 1953 avant d’être officiellement adopté en 1954, en particulier dans la Province du Yunnan où 200 différents groupes ethniques avaient clamé leur existence (Mullaney, 2011).

22 Yu L., “Packaging Craftwork, Sharing Heritage: Collaborative Brand Promotion in Multiethnic Southwest China”, International Conference of Asian Scolars, ICAS 11, 2019, Leiden.

23 Invité au Symposium qui s’est tenu le 12 mars 2016 en marge de l’exposition Bentu, par Philip Tinari, co-commissaire et directeur du centre d’art UCCA à Pékin.

24 Paysage culturel des rizières en terrasse des Hani de Honghe : https://whc.unesco.org/fr/list/1111/

25 Site de l’Agence française de développement : https://www.afd.fr/sites/afd/files/2018-10-11-24-38/guide-methodologique-dispositif-analyse-avis-d%C3%A9veloppement-durable.pdf

26 Wang Q., « Parcs naturels, valorisation des paysages, reconversion des territoires », conférence du 15 octobre 2019, en ligne sur le site de la Cité de l'architecture et du Patrimoine : https://www.citedelarchitecture.fr/fr/evenement/parcs-naturels-valorisation-des-paysages-reconversion-des-territoires

27 Les effets sociopolitiques des migrations forcées en Chine. liées aux grands travaux hydrauliques

L'exemple du barrage des Trois-Gorges https://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude103.pdf

28 Site de l’Agence française de développement : https://www.afd.fr/sites/afd/files/2018-10-11-24-38/guide-methodologique-dispositif-analyse-avis-d%C3%A9veloppement-durable.pdf

29 J’emprunte cette expression à Michael Cernea, cité ici : https://journals.openedition.org/geocarrefour/504#ftn2

30 Article du Monde 2005, « Les barrages hydroélectriques, fléau moderne des minorités du Yunnan chinois » https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2005/07/02/les-barrages-hydroelectriques-fleau-moderne-des-minorites-du-yunnan-chinois_668681_3216.html

31 Minhua L.: Consumption of Packaged Convenience Food among Left-behind Children in Rural China, International Conference of Asian Scolars, ICAS 11, 2019, Leiden.

32 Le travail agricole est particulièrement pénible en raison de la forte déclivité du terrain, qui engendre des parcelles étroites dont la surface est impropre à la mécanisation.

33 comme l’atteste le cas de l’anthropologue Yu Xiaogang devenu fervent défenseur de l’environnement des ethnies minoritaires au sein de l’ONG Green Watershed, https://www.chinadialogue.net/culture/8785-Yu-Xiaogang-wins-prize-for-community-conservation/en

34 Catalogue de l’exposition, Sous la direction de Pagé S., Bossé L. et Tinari P., 2016, Bentu : des artistes chinois dans la turbulence des mutations, Les expositions, Paris, Fondation Louis Vuitton

35 Dao M., 2016 « Retour à la campagne : artistes chinois à la Fondation Louis Vuitton» http://vernaculaire-adventice.com/retour-a-la-campagne-artistes-chinois-a-la-fondation-louis-vuitton/

36 “We should seek for the source of the problem, and then try to find the solution”. Translation by Hu Xiangqian

37 Toutefois il est à noter que le statut de « région autonome » du Guangxi » offre plus d’autonomie aux Zhuang du Guangxi que celui de « province » aux Hani du Yunnan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document n° 1 : Myriam Dao, Gravir I, série Elévation, 2003. Tirage numérique sur toile.
Crédits Myriam Dao / ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Document n° 2 : La région du Yunnan en Chine, 2019
Crédits Réalisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Document n° 3 : Myriam Dao, Le canal principal en amont du village, Yunnan, Chine, 1995, photographie argentique,
Crédits Myriam Dao / ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Document n° 4 : Rizières, 1995.
Crédits Photographie argentique de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Document n° 5 : Coupe sur le village hani, Yunnan, Chine, 2015.
Crédits Dessin à l’encre de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Document n° 6 : Myriam Dao, Bararama, bijou cérémoniel hani, Yunnan, Chine, 1995, photographie argentique
Crédits Myriam Dao / ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Document n° 7 : Shi Tao, Cascade Mingxianquan et Mont Hutouyan, Qing Dynasty, 17e siècle, encre et couleurs sur papier, Sen-oku Hakuko Kan (Sumitomo Collection), Kyoto.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Document n° 8 : Toitures et panneaux solaires du village hani, Yunnan, Chine, 2015.
Crédits Photographie numérique de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Document n° 9 : Myriam Dao, Village hani dans un monde global, Yunnan, Chine, 2015, photographie numérique.
Crédits Myriam Dao / ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Document n° 10 : Myriam Dao, Maison « Mogu » du village hani, Yunnan, Chine, 1995. Photographie argentique.
Crédits Myriam Dao / ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
Titre Document n° 11 : Village de vacances de style hani, Yunnan, Chine, 2015.
Crédits Photographie numérique de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Document n° 12 : Myriam Dao, Degrés I et II, série Elévation, 2003, tirage numérique sur toile.
Crédits Myriam Dao / ADAGP.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Document n° 13 : Pollution des canaux du village hani, Yunnan, Chine, 2015.
Crédits Photographie numérique de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Document n° 14 : Liu Xiaodong, Bent Rib, 2010, Oil on canvas, 150 x 140 cm
Crédits Liu Xiaodong ; Courtesy Lisson Gallery.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Document n° 15 : Qiu Zhijie From Huaxia to China, détail, 2015, Courtesy the Artist and GALLERY CONTINUA.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/5391/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Dao, « Paysage millénaire et développement touristique en Chine. Le cas des rizières en terrasses des Hani du Yunnan », Via [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/5391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.5391

Haut de page

Auteur

Myriam Dao

Myriam Dao est artiste, architecte et chercheuse indépendante. Titulaire d’un master « Jardins, Paysages, Territoires » de l’EHESS et École nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette, elle mène depuis 1987 des recherches ethnographiques aux confins sud-ouest de la Chine, sur les cultures vernaculaires. En 2018 elle est lauréate du programme de résidence artistique Villa Saigon au Vietnam, et présente ce travail sur le Tử Vi, la divination vietnamienne, à ICAS11, International Conference of Asian Scholars, en 2019 à Leiden.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search