Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Lieux et flux du tourisme intérie...

Résumé

Le Brésil n’est pas une grande destination touristique internationale, avec moins de 6 millions de touristes, mais le tourisme intérieur y est très actif (59 millions de touristes et 190 millions de voyages) grâce au marché national de 200 millions d’habitants dont le niveau de vie et les dépenses touristiques ont beaucoup progressé dans les dernières décennies. Cela a permis de construire un secteur touristique puissant et bien structuré, qui peut être analysé de façon précise grâce à des publications officielles, disponibles en ligne. Elles comportent d’abondantes données chiffrées et dont on peut tirer des cartes qui aident à situer ses points forts et les flux qu’il induit

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Untwo 2014 et Le Figaro 2014.

1Le Brésil n’est pas une grande destination touristique internationale. Selon l’Organisation mondiale du tourisme, il n’arrivait en 2012 qu’au 38e rang mondial avec 5,6 millions de touristes (la même année la France, première destination mondiale, en a reçu 83 millions) et au 38e rang mondial pour les recettes, avec 6,6 milliards de Dollars (les États-Unis étant en tête avec 128 milliards). À l’échelle mondiale il vient donc, comme toute l’Amérique du Sud, bien loin derrière l’Europe, l’Asie et les Caraïbes (figure 1), car le pays souffre de la distance par rapport aux grands foyers émetteurs de touristes, d’une image de violence endémique qui inquiète les visiteurs potentiels et de la concurrence d’autres pays similaires : c’est notamment le cas dans le domaine balnéaire, une plage tropicale au Brésil ressemblant beaucoup à une plage tropicale antillaise ou thaïlandaise. On note toutefois que les pays où la dépense touristique a grandi le plus sont la Chine (+31 %, la Russie (+28 %) et le Brésil (+15 %)1, ce qui indique que, dans ce domaine aussi, la place des pays dits émergents se renforce.

  • 2 Les premier traitements statistiques et cartographiques des cartes de cet article ont été réalisées (...)

2Le ressort principal de la croissance du tourisme au Brésil n’est donc pas le flux de visiteurs étrangers, mais le marché intérieur, celui des 200 millions de Brésiliens dont le niveau de vie a beaucoup progressé dans les dernières décennies, une clientèle qui lui a permis de construire un secteur touristique déjà puissant et bien structuré. Mal connu hors du Brésil – qui connait hors de ses frontières les hauts-lieux du tourisme national que sont Gramado ou Camboriú, Aparecida ou Caldas Novas ? – ce secteur peut toutefois être analysé de façon précise grâce à des publications officielles, disponibles en ligne, qui comportent d’abondantes données chiffrées et dont on peut tirer – ce qu’elles ne font pas, des cartes qui aident à situer ses points forts et les flux qu’il induit2.

Figure 1 : Le Brésil dans le tourisme mondial

Figure 1 : Le Brésil dans le tourisme mondial

Le tourisme intérieur, voyages rêvés et voyages réels

  • 3 Association à but non lucratif, créée en 1973 pour aider le Département d’économie de la Faculté de (...)
  • 4 Fipe 2012, cf bibliographie.

3Une étude menée par la Fipe (Fundação Instituto de Pesquisas Econômicas3) permet de prendre la mesure du tourisme intérieur, de ses caratéristiques sociales et de ses flux principaux. Intitulée Caracterização e dimensionamento do turismo doméstico no Brasil – 2010/2011 (Caractérisation et dimensionnement du tourisme intérieur au Brésil – 2010/2011), elle est disponible en ligne4.

  • 5 Qui était en 2012 de 622 Reais, soit l’équivalent de 250 Euros au cours d’alors.

4C’est la cinquième enquête sur le tourisme national, la première ayant été menée en 1998, elle portait à l’époque sur 96 communes de plus de 200 000 habitants, pour un total de 9 000 entretiens. En 2002 et 2006, les deuxième et troisième éditions de l’enquête ont été menées avec une progressive expansion de la taille de l’échantillon géographique, en 2008 la quatrième édition reposait sur un échantillon aléatoire de 137 communes et plus de 37 000 entrevues ont été réalisées. Dans cette cinquième édition, l’échantillon a maintenu les 137 communes sélectionnées dans l’enquête de 2008, mais cette fois avec une stratification secteurs censitaires pour tenir compte des disparités de revenus. Ceux-ci ont été répartis, selon les standards de la recherche sur le tourisme au Brésil, en trois niveaux de revenus, exprimée en multiples du salaire minimum (SM)5 : de 0 à 4 SM, 4 à 15 SM, 15 SM et plus.

5Les principales caractéristiques des répondants sont les suivantes : ce sont des chefs de famille (63,0 %), de sexe masculin pour 39,1 % et féminin pour 60,9 %, leur âge moyen est de 47,4 ans, leur revenu familial mensuel moyen de 2 395 Reais (960 Euros). Pour 44,0 % des ménages de l´échantillon, au moins un de ses habitants a fait un voyage en 2011, le taux est naturellement supérieur dans les classes de revenus plus élevés, la proportion de ménages ayant voyagé variant de 35,7 %, dans la strate des plus faibles revenus, à 68,9 % dans la dernière strate.

Tableau 1 : Voyages et revenus familiaux

A voyagé en 2011

(en %)

Classe de revenus familiaux

De 0 à 4 SM

De 4 à 15 SM

Plus de 15 SM

Total

Non

64,3

43,3

31,3

56,0

Oui

35,7

56,7

68,9

44,0

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

  • 6 Il convient de souligner que le calcul du nombre moyen de déplacements découle de l’enquête, réalis (...)

6Pour ceux qui ont voyagé6, le nombre moyen de voyages par ménage est estimé à 2,6 déplacements, des résultats là aussi variables selon les revenus. L’analyse des résultats en fonction du revenu montre une évidente influence sur le nombre de voyages. La part des ménages qui ont fait seulement 1 voyage par an est de 56,9 % dans la première strate de revenus contre 31,9 % dans la dernière, alors que pour 11 voyages ou plus elle varie de 1,0 % à 4,0 %.

  • 7 Pour la localisation des régions et États du Brésil cités dans le texte voir figure 9.

7Parmi les destinations touristiques « rêvées » par les répondants, la région7 Nordeste figure au premier rang, avec 54,2 % des citations, puis viennent le Sudeste et (20,4 %) et le Sud (14,1 %).

Photo 1 : La plage de Guarujá, litoral nord de São Paulo

Photo 1 : La plage de Guarujá, litoral nord de São Paulo

Photo 2 : La plage populaire de Barra do Ceará, Fortaleza, en semaine

Photo 2 : La plage populaire de Barra do Ceará, Fortaleza, en semaine

Photo 3 : Le parc thématique Beach Park, près de Fortaleza, le même jour

Photo 3 : Le parc thématique Beach Park, près de Fortaleza, le même jour

8En décomposant par région d’origine, la deuxième région la plus souhaitée est le Sudeste – la région qui inclut les grandes métropoles comme Rio de Janeiro et São Paulo – pour les résidents de toutes les autres régions, notamment le Nordeste (33,6 %), le Nord (23,4 %) et le Sud (19,1 %).

Tableau 2 : Destinations de vacances désirées, par région d’origine et de destination

Région d’origine

Région de destination souhaitée

Total

Centre-Ouest

Nord-est

Nord

Sud-est

Sud

Centre-Ouest

8,2

59,6

3,3

17,5

11,4

100,0

Nord-est

5,8

41,6

3,9

33,6

15,2

100,0

Nord

5,4

50,1

9,0

23,4

12,1

100,0

Sud-est

7,5

62,7

4,7

11,6

13,6

100,0

Sud

6,4

54,6

4,0

19,1

16,1

100,0

Total

6,7

54,2

4,5

20,4

14,1

100,0

9Le travail de la Fipe analyse la relation entre les régions émettrices et réceptrices de touristes. La région Sudeste représente 40,8 % des départs et elle est aussi la principale destination des flux de visites à l’intérieur du pays, avec 36,5 % du total de touristes. La région Nordeste compte pour 25,8 % des touristes et 30,0 % des séjours : si l’on calcule le rapport source/cible des touristes le Sudeste, la région la plus riche du pays, apparaît comme un centre d’émission (rapport 1,1) et la région Nordeste, la plus pauvre, comme très réceptrice (0,9). Les régions du Centre-Ouest et du Sud ont un taux équilibrés de 1,0, tandis que le Nord amazonien, malgré ses atouts écotouristiques est avec un taux de 1,1 un émetteur net de touristes, intéressés par les plages du Nordeste et les grandes villes du Sudeste.

Tableau 3 : Régions émettrices et réceptrices

Région

% émission

% réception

Centre-ouest

9,9

9,9

Nord-est

25,8

30,0

Nord

5,9

5,1

Sud-est

40,8

36,5

Sud

17,7

18,5

TOTAL

100,0

100,0

10Lorsque l’analyse est effectuée en termes de montant de dépenses de voyage, la région Sudeste reste le principal centre d’émission du pays (43,8 %), mais voit se réduire sa part réceptive (35,0 % contre 36,5 % en nombre de touristes), alors que celle du Nordeste est bien équilibré (30,0 % du nombre de touristes et 30,8 % du chiffre d’affaires). Manifestement les touristes qui visitent les grandes métropoles n’ont pas les mêmes budgets de voyage que leurs habitants quand ceux-ci se rendent dans les régions périphériques.

11Une situation analogue est observée au niveau des États fédéraux, dont les plus développés se distinguent aussi comme les plus importants centres de réception et d’émission de touristes. En nombre de touristes 5 États sur 27 – São Paulo, Minas Gerais, Rio de Janeiro, Rio Grande do Sul et Bahia – concentrent plus de 50 % des flux touristiques du pays et près de 50 % des séjours. Si l’on ajoute les États du Paraná, Pernambuco, Santa Catarina et Goiás, on atteint environ 70 % des touristes et des flux. Les États de São Paulo, Minas Gerais et Rio Grande do Sul, les plus peuplés du pays sont essentiellement émetteurs, alors que Santa Catarina, Ceará, Bahia et Goiás, moins importants en termes absolus, sont essentiellement récepteurs.

12En termes de lieux (figures 2 et 3), les deux destinations les plus recherchées se situent dans la région du Nordeste, l´île de Fernando de Noronha et Fortaleza. À côté de ceux-ci, sept autres villes de la région (Salvador, Natal, Recife, Porto Seguro, Ipojuca, Maceió et São Luís) figurent parmi les vingt villes citées comme les plus désirables, cinq dans le Sud (Gramado, Florianópolis, Foz do Iguaçu, Curitiba et Porto Alegre), trois dans le Sudeste (Rio de Janeiro, São Paulo et Aparecida do Norte), deux dans le Centre-Ouest (Bonito et Brasília) et une le Nord (Manaus). En dehors des capitales d’États, ce sont des stations balnéaires (Porto Seguro, Ipojuca), des lieux remarquables par leurs attractions naturelles (le climat – relativement – froid de Gramado, les cataractes de Foz do Iguaçu, les eaux cristallines de Bonito) ou culturelles (la basilique de Nossa Senhora Aparecida, la sainte patronne du Brésil).

Figure 2 : Lieux rêvés et lieux visités

Figure 2 : Lieux rêvés et lieux visités

13Fernando de Noronha, Natal, Gramado, Florianópolis, Manaus, Maceió, Porto Alegre et Bonito sont les destinations les plus attractives pour les ménages aux revenus les plus élevés. On le comprend aisément pour Fernando de Noronha, une île située à 345 km de la côte, à l’accès contingenté pour des raisons écologiques et donc cher. Il en va de même pour Gramado, station climatique chic, et pour Bonito, ou l’écotourisme est lui aussi plutôt positionné en haut de gamme, avec des activités couteuse de rafting et de plongée.

Figure 3 : Lieux rêvés et lieux visités, par classes de revenus

Figure 3 : Lieux rêvés et lieux visités, par classes de revenus

Photo 4 : Chalet d’altitude à Gramado (Rio Grande do Sul)

Photo 4 : Chalet d’altitude à Gramado (Rio Grande do Sul)

Photo 5 : La basilique de Nossa Senhora Aparecida, (São Paulo)

Photo 5 : La basilique de Nossa Senhora Aparecida, (São Paulo)

Photo 6 : Balneário Camboriú (Santa Catarina)

Photo 6 : Balneário Camboriú (Santa Catarina)

14Rio de Janeiro, Salvador, São Paulo, Brasília et Aparecida do Norte suscitent un plus grand intérêt dans les classes à faibles revenus, ce sont de grandes villes où l’on trouve sans trop de difficultés à se loger chez des parents et amis qui y ont migré, tandis que Porto Seguro et la basilique d’Aparecida do Norte sont organisée pour le tourisme de masse.

15Les lieux effectivement visités ne coïncident pas complètement avec ceux dont rêvaient les interviewés, situés pour la plupart dans des régions « exotiques » pour la plus grande partie de la population brésilienne (Amazonie, Sud et surtout Nordeste). Les plus pauvres fréquentent donc surtout leur propre région, accessible en voiture et où ils peuvent loger chez des parents ou amis : les destinations les plus populaires se situent à proximité du lieu de résidence, et environ 70 % des flux se produisent dans la région de résidence. De ce fait les principales capitales brésiliennes apparaissant aux premières places du classement, notamment les grandes villes côtières ou l’attrait de la ville et les commodités de la ville coïncident.

16La demande ceux qui ont plus de moyens a permis la création de régions touristiques bien équipées à proximité des grandes métropoles, comme Porto Seguro, à Bahia (qui attire aussi des touristes du Sudeste et du Sud), Balneário Camboriú à Santa Catarina pour les clientèles du Sud (et les Argentins), et surtout le littoral nord de São Paulo. L’ouverture de la route côtière Rio-Santos a permis la création d’un chapelet de stations touristiques entre Praia Grande/Santos et la limite de l’État de Rio de Janeiro, comme Guarujá et Ubatuba, qui apparaissent sur la carte, et d’autres qui n’y sont pas, comme Bertioga, Maresias, São Sebastião et Caraguatatuba.

17On aura une idée de la massivité du phénomène par un seul chiffre : lors du week-end prolongé de Pâques, du 18 au 20 avril 2014, pas moins de deux millions de voitures sont descendus du plateau de São Paulo vers ce littoral. Comme d’habitude en cette occasion les autoroutes qui le relient à la capitale ont été mises presqu’entièrement en sens unique, une seule piste étant maintenue ouverte à la montée au début de la période et une seule à la descente à la fin.

Masses et flux du tourisme intérieur

  • 8 Institut brésilien de géographie et statistique, équivalent de l’INSEE et de l’IGN.

18Pour estimer le volume global du tourisme intérieur brésilien, dont le cas cité ci-dessus montre l’importance, les résultats du travail de la Fipe ont été appliqués par ses auteurs au nombre total de ménages urbains du pays, connu par le recensement réalisé par l’IBGE8 en 2010 (dernières données disponibles). Comme les données de la Fipe présentent l’avantage d’une bonne couverture géographique et des groupes de revenus, on peut en effet extrapoler au pays entier les principales caractéristiques des voyages, régionaux et inter-régionaux, détectées dans l’étude.

19Sur la base de la proportion de ménages ayant voyagé l’année précédente, établie par la recherche et estimée à 44,0 %, on a donc a procédé à leur extrapolation à la population totale. Comme le Brésil compte 49,22 millions de ménages urbains, on peut en déduire que dans 21,6 millions d’entre eux, au moins un de ses résidents a fait un ou plusieurs voyage(s) intérieur en 2011. Comme l’enquête de 2005 avait établi que ce sont en moyenne 2,7 personnes qui participent à ces voyages, le nombre de touristes peut être estimé à 58,9 millions de personnes. Sur la base du nombre moyen de déplacements, lui aussi donné par l’enquête de 2005 (de l’ordre de 3,24 fois dans l’année), on arrive donc à un total de 190,8 millions de voyages-passagers.

20On note, par rapport à 2007, une proportion croissante de ménages urbains ayant voyagé, de 38,2 % à 44,0 %, soit une augmentation de 15,2 %. Cela signifie une augmentation du nombre de consommateurs de tourisme de 49,7 millions à 58,9 millions, une augmentation du nombre total de voyages effectués de 161,1 à 190,8 millions en 2011, une augmentation de 18,5 %. Cette croissance est causée par deux composantes, la croissance du nombre de ménages (+ 2,9 %) et l’augmentation de la propension à voyager de la population urbaine du pays (+ 15,2 %).

Figure 4 : Nombre de touristes nationaux par classes de revenus en 2012

Figure 4 : Nombre de touristes nationaux par classes de revenus en 2012

21Au total le tourisme intérieur brésilien représente donc plus de dix fois celui des visiteurs étrangers, voire trente fois plus puisqu’ils font en moyenne un peu plus de trois voyages par an, alors qu’il est rare que les étrangers viennent plusieurs fois dans l’année au Brésil. Leur répartition territoriale et sociale (figure 4) est très inégale, comme celle de la population brésilienne en général, elle concentre dans le Sudeste-Sud la plus grande partie des clients solvables, et notamment la classe moyenne, dont la croissance a été un des changements les plus notables de la société brésilienne lors de la dernière décennie. Ce groupe central, dont les revenus sont situés entre 3 et 10 salaires minimums, est celui dont le pouvoir d’achat a le plus progressé sous les deux mandats du président Luís Inácio « Lula » da Silva (2003-2010) et de celle qu’il a désigné pour lui succéder, Dilma Rousseff (2011-2014). Cela ouvre évidemment de belles perspectives pour le tourisme national dans le Sud-Sudeste puisque l’achat d’une voiture – et les voyages qu’il permet – est l’un des tout premiers rêves que réalisent ces nouveaux consommateurs.

Figure 5 : Flux du tourisme intérieur en 2012

Figure 5 : Flux du tourisme intérieur en 2012

Figure 6 : Principaux flux du tourisme intérieur en 2012

Figure 6 : Principaux flux du tourisme intérieur en 2012

22Les flux résultant de ces 191 millions de voyages-passagers, vus globalement (figure 5) se concentrent principalement au long d’un axe parallèle au littoral, puisque 80 % de la population vit à moins de 200 km de celui-ci, avec quelques incursions vers le Centre-Ouest et l’Amazonie. On notera toutefois le rôle de pivot tenu par le district fédéral de Brasília, qui joue de plus en plus, outre son rôle de capitale politique, celui de hub pour les transports aériens inter-régionaux.

23Ceux-ci s’organisent pour l’essentiel autour de deux attracteurs, le Nordeste et São Paulo, l’un et l’autre but de touristes venu de tout le pays. Dans le détail, si l’on analyse les flux au départ des huit États principaux (figure 6), on constate une fois encore le poids de São Paulo, principal pôle émetteur – notamment vers le Nordeste – et récepteur pour tous les autres, du nord au sud du pays.

Équipement touristiques et typologie régionale du tourisme national

  • 9 Secretaria Nacional de Políticas de Turismo, Ministério do Turismo, Anuário Estatístico de Turismo

24Une autre approche du tourisme national consiste à examiner les équipements et professions qui le sous-tendent et le rendent possible. Une publication officielle le permet, puisque la Secretaria Nacional de Políticas de Turismo du Ministério do Turismo, publie annuellement um Anuário Estatístico de Turismo[9] qui permet de connaître, par État de la fédération, les équipements et prestataires de services touristiques disponibles, ou du moins enregistrés au ministère du Tourisme. Il compile des données sur le nombre d’établissements et de prestataires de services touristiques : agences de voyages, hébergement (hôtels, appartements, appart-hôtels), parcs à thème, transporteurs touristiques, organisateurs d’événements (congrès, conventions et autres), organisateurs de foires commerciales, d’expositions et autres, fournisseurs des services spécialisés pour l’organisation d’événements, diplômés en tourisme et guides touristiques. Le dernier volume disponible porte sur les années 2011 et 2012.

25Cela ne rend compte que d’une partie de l’activité puisque l’étude de la Fipe indique que, pour les voyageurs de son échantillon, le principal moyen d’hébergement reste l’accueil dans la famille ou par des amis, et que plus de 90 % des touristes n’ont pas utilisé d’agence pour organiser leur voyage. Néanmoins cet inventaire, traduit en cartes (figure 7 et 8), montre une fois de plus la concentration des moyens dans le Sud-Sudeste, dimensionnés pour servir à la fois les touristes régionaux, qui se déplacent sur de courtes distances, et ceux qui viennent des autres régions.

26De plus, pour certains services comme les agences de voyage, les professionnels locaux organisent les déplacements entrepris par les habitants de ces régions – les plus peuplées et les plus riches du pays – vers le reste du pays et l’étranger : ici encore São Paulo se singularise, suivi par Brasília, d’où se gèrent les déplacements des dignitaires et fonctionnaires brésiliens et internationaux travaillant dans la capitale, ainsi que ceux des parlementaires qui se rendent fréquemment dans leurs circonscriptions. D’autres professionnels encore sont également au service des touristes étrangers et se concentrent autour des sites qu’ils visitent le plus, par exemple les hôtels et guides, particulièrement nombreux à Rio de Janeiro, la destination principale et la porte d’entrée au Brésil pour les touristes venus d’autres pays.

Figure 7 : Principaux équipements et services touristiques

Figure 7 : Principaux équipements et services touristiques

Figure 8 : Anamorphoses du tourisme, lits d’hôtel et guides touristiques

Figure 8 : Anamorphoses du tourisme, lits d’hôtel et guides touristiques

27Il commence toutefois à apparaître des alternatives au tourisme balnéaire et hôtelier, bien que celui-ci reste dominant. On peut citer par exemple le tourisme culturel autour du patrimoine historique des villes de l’or du Minas Gerais, comme Ouro Preto, ou les anciennes fazendas (plantations) de café de la vallée du Paraíba do Sul. De même, le tourisme rural se développe dans les petites exploitations agricoles du Sud, tenues par les descendants des colons européens, principalement allemands ou italiens, arrivés à la fin du XIXe siècle. Et l’écotourisme est pratiqué non seulement en Amazonie, dans le Pantanal, l’immense zone humide du Mato Grosso qui attire les amateurs d’animaux, ou dans les restes de la Mata Atlântica, la forêt dense qui couvait jadis le littoral : il en reste peu – à l’échelle brésilienne – mais elle a l’avantage d’être proche des grands métropoles.

Photo 7 : Ouro Preto (Minas Gerais)

Photo 7 : Ouro Preto (Minas Gerais)

Photo 8 : Tourisme rural dans le Santa Catarina

Photo 8 : Tourisme rural dans le Santa Catarina

Photo 9 : Écotourisme à Ilha Bela (São Paulo)

Photo 9 : Écotourisme à Ilha Bela (São Paulo)

28En guise de conclusion, on peut tenter une typologie du tourisme intérieur brésilien en traitant de façon synthétique les données disponibles à l’échelle des États de la fédération, après avoir choisi les plus discriminantes et les plus pertinentes pour le sujet traité.

Figure 9 : Une typologie du tourisme intérieur dans les États brésiliens

Figure 9 : Une typologie du tourisme intérieur dans les États brésiliens

29En soumettant ces données à une classification ascendante hiérarchique (CAH) on associe entre eux les États aux profils semblables, et l’on forme ainsi des groupes dont on peut analyser les parentés (figure 9) : pour chacun de ces groupes le graphique situé sous la carte indique si les États qui le composent sont au-dessus (barres vers la droite) ou en-dessous (barres vers la gauche) de l’ensemble national, la longueur des barres exprimant l’ampleur de cet écart à la moyenne.

30Dans ce cas, le groupe 1 est en-dessous de la moyenne pour tous les indicateurs choisis, ce sont ceux – les plus nombreux – où le tourisme est faible, que ce soit en nombre de touristes, de voyages, de montant des dépenses ou pour les ratios qui peuvent être construits sur ces bases. Ces indicateurs sont au contraire très au-dessus de la moyenne pour le groupe 2, qui se réduit au seul État de São Paulo, exceptionnel à tout point de vue. Le groupe 3 le suit en mode mineur, les indicateurs sont presque tous légèrement au-dessus de la moyenne, il rassemble presque tous les autres États du Sud et du Sudeste, plus le Goiás, qui leur ressemble beaucoup.

31Le groupe 4 se distingue par le fait que le tourisme y est handicapé car les voyages y coutent cher, en raison de la distance, soit qu’on ne puisse pratiquement en sortir qu’en avion, comme les États amazoniens les plus périphériques, Acre et Amapá, soit parce que l’avion y est le mode principal de déplacement d’une population aisée et habituée à voyager loin, comme le district fédéral de Brasília. Les habitants groupe 5 en revanche ont l’avantage de vivre dans des États recherchés par le tourisme, et donc d’avoir sur place ce que d’autres font de longs voyage pour connaître.

32Autant de situations qui pointent pour les acteurs du tourisme intérieur – dont on dit plus haut qu’il pesait de dix à trente fois plus que le tourisme international – les atouts à exploiter et les obstacles à vaincre pour valoriser le formidable potentiel que lui donnent la nature, l’histoire et les caractéristiques de la société brésilienne.

Haut de page

Bibliographie

Brazidec, Nicolas Le, « Une approche géographique du tourisme intérieur dans un pays émergent : l’exemple du Brésil », Confins 10 | 2010, consulté le 20 mai 2014. URL : http://confins.revues.org/6714; DOI : 10.4000/confins.6714

FIPE, Fundação Instituto de Pesquisas Econômicas, Caracterização e dimensionamento do turismo doméstico no Brasil – 2010/2011. Relatório executivo – Principais resultados selecionados, São Paulo setembro/2012. http://www.dadosefatos.turismo.gov.br/dadosefatos/demanda_turistica/domestica/

Le Figaro, http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/01/29/20002-20140129ARTFIG00471-tourisme-la-france-reste-en-tete-des-destinations.php, consulté 22/4/2014.

Secretaria Nacional de Políticas de Turismo, Ministério do Turismo, Anuário Estatístico de Turismo – 2013, Volume 40, Ano base 2012, http://www.dadosefatos.turismo.gov.br/dadosefatos/anuario/index.html

UNTWO, http://www2.unwto.org/fr/press-release/2013-10-17/essor-du-tourisme-international-dope-par-de-bons-resultats-en-europe, consulté 22/4/2014

Haut de page

Notes

1 Untwo 2014 et Le Figaro 2014.

2 Les premier traitements statistiques et cartographiques des cartes de cet article ont été réalisées en utilisant les logiciels Cartes et Données (Articque, http://www.articque.com) et Philcarto (http://philcarto.free.fr/).

3 Association à but non lucratif, créée en 1973 pour aider le Département d’économie de la Faculté des sciences économiques, administration et comptabilité de l’Université de São Paulo (USP-FEA)

4 Fipe 2012, cf bibliographie.

5 Qui était en 2012 de 622 Reais, soit l’équivalent de 250 Euros au cours d’alors.

6 Il convient de souligner que le calcul du nombre moyen de déplacements découle de l’enquête, réalisée à la fin de l’année et portant sur les douze derniers mois, ne prend en compte que les voyages effectués par le chef de famille ou son conjoint, et qu’il peut être entaché d’omissions ou d’erreurs de mémoire.

7 Pour la localisation des régions et États du Brésil cités dans le texte voir figure 9.

8 Institut brésilien de géographie et statistique, équivalent de l’INSEE et de l’IGN.

9 Secretaria Nacional de Políticas de Turismo, Ministério do Turismo, Anuário Estatístico de Turismo

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Brésil dans le tourisme mondial
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-1.png
Fichier image/png, 88k
Titre Photo 1 : La plage de Guarujá, litoral nord de São Paulo
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 2 : La plage populaire de Barra do Ceará, Fortaleza, en semaine
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photo 3 : Le parc thématique Beach Park, près de Fortaleza, le même jour
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2 : Lieux rêvés et lieux visités
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-5.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figure 3 : Lieux rêvés et lieux visités, par classes de revenus
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-6.png
Fichier image/png, 103k
Titre Photo 4 : Chalet d’altitude à Gramado (Rio Grande do Sul)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 5 : La basilique de Nossa Senhora Aparecida, (São Paulo)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 6 : Balneário Camboriú (Santa Catarina)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4 : Nombre de touristes nationaux par classes de revenus en 2012
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-10.png
Fichier image/png, 136k
Titre Figure 5 : Flux du tourisme intérieur en 2012
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-11.png
Fichier image/png, 295k
Titre Figure 6 : Principaux flux du tourisme intérieur en 2012
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-12.png
Fichier image/png, 198k
Titre Figure 7 : Principaux équipements et services touristiques
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-13.png
Fichier image/png, 87k
Titre Figure 8 : Anamorphoses du tourisme, lits d’hôtel et guides touristiques
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-14.png
Fichier image/png, 64k
Titre Photo 7 : Ouro Preto (Minas Gerais)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photo 8 : Tourisme rural dans le Santa Catarina
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo 9 : Écotourisme à Ilha Bela (São Paulo)
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 9 : Une typologie du tourisme intérieur dans les États brésiliens
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/567/img-18.png
Fichier image/png, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry, « Lieux et flux du tourisme intérieur brésilien », Via [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/567 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.567

Haut de page

Auteur

Hervé Théry

Creda, UMR7227 CNRS-Université Sorbonne Nouvelle - Professor visitante à l’Universidade de São Paulo (USP)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search