Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Ré-invention des territoires tour...

Texte intégral

1Ce numéro propose des contributions éclairant chacune une facette différente de la transition à l’œuvre aujourd’hui dans les stations de montagne. Globalement, ce processus de transition est apparu suite à l’accélération des effets concomitants du changement climatique et des changements sociétaux, qui ont impacté les trajectoires des territoires touristiques, en montagne comme ailleurs. Après une introduction interrogeant l’application du concept de transition au tourisme dans une perspective territoriale, nous présenterons brièvement les articles qui composeront ce numéro, tous centrés sur un espace géographique bien délimité, celui des Alpes francophones.

2Le développement du tourisme de masse s’est en grande partie inspiré des concepts développés pour l’industrie et l’expression ”industrie touristique” est révélatrice de cette filiation. La station touristique s’inscrit en ligne directe de cette conception. En outre, la question de son adaptation s’est posée de longue date (Clivaz et al., 2015 ; Lapointe et al., 2015). Pourtant, le tourisme est avant tout une activité de services, quelle que soit la lourdeur des infrastructures nécessaires à sa production. Ainsi, la question de l’adaptation est par essence inscrite dans la dynamique touristique. Comme le précise Gadrey et al. (1992), la concomitance de la production et de la consommation des services contribue à un ajustement permanent de l’offre à la demande, loin de la logique de standardisation, de production en série et d’économies d’échelle qui prévaut dans les économies industrielles. Au fil des années, l’incrémentation de ces évolutions de l’offre touristique, par petites touches successives, constituent les fondements de changements structurels.

3Ce constat rejoint celui que Butler (1980) formule avec son cycle de vie, au travers de la question du rajeunissement, ou du renouvellement, de la destination. En quoi la dynamique de la transition diffère-t-elle de l’évolution ordinaire du secteur touristique ? S’agit-il d’une rupture nette face à des changements dont la rapidité et la somme dépassent le rythme d’évolution ordinaire du tourisme ? Le concept de transition (Salvatore et al., 2018 ; Corneloup, 2017) apparaît alors comme une approche transversale des différentes formes d’adaptation. En ce sens, la transition permet d’interroger comme un tout, l’évolution du tourisme résultant de réponses adaptatives conçues comme ponctuelles. En ce sens, il est nécessaire d’élargir notre champ de vision des possibles et d’envisager que le résultat de la transition touristique sorte des concepts qui ont présidé à son développement.

4Le développement du secteur touristique en montagne est relativement récent et a pris toute son ampleur et sa forme actuelle dès le milieu du XXème siècle. Le modèle fordiste qui s’est développé alors (Cuvelier, 1999) a d’ores et déjà connu de multiples évolutions, transformations, et subi de nombreux chocs externes depuis le choc pétrolier jusqu’à la crise de la Covid en passant par le développement de la concurrence internationale. La remise en cause du modèle de polarisation du tourisme de masse et, in fine, la dilution du fait touristique dans le territoire sont des questions centrales soulevées par la recherche au sujet de la transition touristique (Salvatore et al., 2018), particulièrement pertinent dans le cas des stations de montagne (François, 2007).

5Le tourisme serait-il donc mieux armé que d’autres secteurs pour relever les enjeux de la transition ? En réalité, jusqu’à présent les défis relevés par l’industrie du tourisme touchaient en premier lieu l’évolution de la demande touristique à laquelle l’offre a su s’adapter (Langenbach et al., 2017). Une partie des questions qui émergent actuellement touchent plus directement le contexte productif : dans le cas du tourisme estival, l’amenuisement du littoral menace les activités touristiques et fragilise les infrastructures alors que le tourisme hivernal est directement concerné par la diminution de l’enneigement des domaines skiables. De fait, cette précarisation remet en cause la capacité du tourisme à contribuer à l’essor économique des territoires. En France, cela prend une signification particulière au regard de leur rôle dans la politique d’Aménagement du territoire tel que les pouvoirs publics l’avaient envisagée.

6Solution moderne pour relancer la machine du développement local dans le contexte de la désindustrialisation et des délocalisations industrielles, le tourisme a souvent pris une place importante dans les économies locales. Ce, quelles qu’en soient ses formes respectives et successives, plus ou moins diffuses ou polarisées. Au-delà des destinations touristiques clairement identifiées, ce sont tous les territoires qui sont concernés par l’évolution du tourisme. En ce sens, nous rejoignons le questionnement soulevé par Ph. Bourdeau (2009) qui interrogeait, dès 2009, la place du tourisme dans le cadre de la transition du “tout neige” jusqu’à l’exploration de voies alternatives de développement local.

7Dans leurs travaux sur les trajectoires de développement des stations, Darbellay et al. (2011) ont conceptualisé ces champs du possible sous la forme de trois trajectoires idéal-typiques, celle du relais, équivalant à la capacité des stations à s’adapter en permanence à la demande et à se relever des chocs externes (crise économique mondiale, guerre, etc.), celle de l’abîme qui correspond à la disparition de la fonction touristique sans remplacement par une autre activité économique, et enfin celle de la métamorphose où l’activité touristique perd son caractère dominant pour être progressivement remplacée par d’autres activités, liées à l’économie résidentielle notamment (Guex, Crevoisier, 2017).

8La confrontation entre tourisme et habitat permanent n’est pas nouvelle. Elle est révélatrice d’un paradoxe interne au tourisme permettant à la fois aux populations locales de percevoir un revenu et de donner une valeur nouvelle aux territoires touristiques qui peut s’avérer exclusive pour ces mêmes populations. C’est cette question qu’A. Barrioz propose d’aborder ici à travers le prisme de la gentrification telle qu’elle est révélée par le marché immobilier et comment le tourisme contribue ainsi à une organisation socio-spatiale particulière en lien avec les facteurs d’attractivité touristique des lieux. En miroir, A. Friedli propose ensuite, quant à elle, de retourner la question et de la traiter à l’aune des migrations d’agréments et de l’installation de nouvelles populations qui rentrent en conflit avec le développement touristique. L’attractivité touristique contribuant à attirer de nouvelles populations, c’est l’appropriation de l’immobilier touristique à des fins de résidence permanente qui limite la capacité d’accueil de touristes et donc, de facto, la consommation des biens et services qui avaient été conçus pour eux. Ces deux regards apportent un contraste instructif sur un élément central et symbolique pour le tourisme. La valorisation par le tourisme passe par le développement de l’attractivité des lieux, qui peut potentiellement conduire à dépasser les objectifs initiaux de développement local. Cela peut aussi exclure les acteurs de la mise en tourisme là où elle avait comme objectif de permettre de “vivre et travailler au pays”. Cela confirme que la dynamique transitionnelle nous situe sur le fil du rasoir et qu’elle interroge sur l’attractivité des lieux en dehors du contexte touristique qui a contribué à leur reconnaissance.

9Au-delà de l’identification de points de bascule, cela rappelle toute l’importance de ce facteur d’attractivité pour évaluer l’impératif et les formes de transition touristique. Une manière d’approcher cette notion d’attractivité, par nature subjective, est de s’intéresser à la réputation des destinations, ce que propose C. Desmoulins dans sa contribution. Elle développe pour ce faire une échelle de mesure de la réputation qui permet d’obtenir une évaluation objective de cette notion. L’enjeu n’est pas seulement quantitatif, mais également qualitatif. Cette question de la réputation trouve une application immédiate dans un Haut-Lieu du tourisme comme Chamonix Mont-Blanc. Comme toutes les destinations de montagne, Chamonix et le Mont-Blanc sont en première ligne du changement climatique qui ne touche pas seulement les pratiques liées à la glisse mais aussi des pratiques telles que l’alpinisme, et surtout qui transforme, dans le cas précis, des paysages emblématiques de la haute montagne marqués par la forte présence des glaciers. C’est en prenant ce cas d’étude que C. Clivaz et A. Savioz montrent que l’appropriation du phénomène du changement climatique par les acteurs touristiques locaux n’est pas pour autant directe et évidente malgré la visibilité de la fonte des glaciers qui marque leur paysage “au quotidien”.

10Les articles qui composent ce numéro explorent certaines facettes de la transition : la (multi)résidentialité et la gentrification qui interrogent les relations entre “anciens” et “nouveaux” habitants et entre ces derniers et les visiteurs ; le maintien de la réputation de la destination comme gage d’attractivité, entre imaginaire perçu et réalités infrastructurelles locales ; les enjeux découlant du changement climatique qui restent encore difficiles à aborder “frontalement” par les acteurs touristiques locaux, même lorsque ceux-ci évoluent dans des paysages fortement transformés par l’évolution climatique. Au-delà de ces thématiques, dont les contributions de ce numéro n’épuisent pas ce qu’il y a à en dire, il en reste d’autres qui permettent d’éclairer la question de la transition en station de montagne et qui demandent des contributions supplémentaires. Nous pensons en particulier aux suivantes : la digitalisation qui modifie profondément la manière dont le produit touristique est communiqué et vendu ; la diversification des pratiques et des produits, véritable injonction qui implique des logiques à la fois politiques, commerciales, managériales ou territoriales ; l’avenir de l’immobilier de loisirs, véritable moteur du développement des stations par le passé, qui doit faire face à des phénomènes d’obsolescence ainsi qu’à la multiplication des offres informelles et des plateformes de mise en relation des touristes et des propriétaires ; la création d’une expérience touristique sur mesure en passant d’une offre standardisée, typique du modèle fonctionnel, à une offre personnalisée ainsi qu’une expérience mémorable qui déconnecte le touriste du quotidien ; le pilotage du développement et de l’aménagement touristiques dans un contexte de fort morcellement des acteurs au niveau local qui pose la question de l’échelle territoriale à laquelle “organiser” le tourisme.

11Enfin, il nous semble important d’aborder la transition touristique en gardant à l’esprit les fortes incertitudes planant sur l’issue de cette transition, qu’elle penche du côté de la poursuite de l’activité touristique ou du côté de la sortie du tourisme. Les réflexions proposées ici sont aussi dépendantes des évolutions du contexte dans lequel le tourisme est mis en œuvre et notamment de la question des mobilités. L’augmentation de leur coût aura un effet direct sur l’accessibilité des territoires de montagne, par exemple par l’intégration des coûts externes environnementaux, de l’augmentation des coûts de transport et de l’augmentation des risques naturels autour des voies d’accès qui vont engendrer de nouveaux besoins de sécurisation, tandis que la concurrence qui s’intensifie avec des territoires plus accessibles posera nécessairement des problèmes de compétitivité. Enfin, la trajectoire des stations de montagne étant toujours conditionnée par celle du ski et des sports d’hiver, il est nécessaire de garder une attention particulière à leur situation, ou à leurs perspectives d’avenir, à l’aune des changements globaux qui s’opèrent.

Haut de page

Bibliographie

Bourdeau, Ph. (2009), « De l’après-ski à l’après-tourisme, une figure de transition pour les Alpes ? », Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research, 97-3.

Butler, R. W. (1980), “The concept of a tourist area cycle of evolution : implications for management of resources”, The Canadian Geographer/Le Géographe canadien, 24(1), pp. 5-12.

Clivaz, Ch., Gonseth, C., Matasci, C. (2015), Tourisme d’hiver : le défi climatique, Lausanne Presses Polytechniques et Universitaires Romandes.

Corneloup, J. (2017), « Transition récréative et écologie corporelle », Nature et récréation, 5.

Cuvelier, P. (1999), Anciennes et nouvelles formes de tourisme : Une approche socio- économique, Editions L’Harmattan, Paris.

Darbellay, F., Clivaz, Ch., Nahrath, S. et Stock, M. (2011), « Approche interdisciplinaire du développement des stations touristiques », Mondes du Tourisme, vol. 4-2011.

François, H. (2007), De la station ressource pour le territoire au territoire ressource pour la station. Le cas des stations de moyenne montagne périurbaines de Grenoble, Thèse d’aménagement du territoire, Université de Grenoble Alpes.

Gadrey, J. (1992), L’économie des services, Editions FeniXX.

Guex, D., Crevoisier, O. (2017), « La montagne et l’innovation : du lieu de production au cadre de vie », La montagne, territoire d’innovation, Jan 2017, Grenoble, France.

Langenbach, M., Clivaz, Ch., Tuppen, J. (2017), « Diversification de l’offre touristique des stations de montagne : Approche croisée des processus de diversification par les sports outdoor en Suisse et en France », Juristourisme, n° 198, pp. 37-41.

Lapointe, D., Sarrasin, B., Guillemard, A. (2015), « Changements climatiques et mise en tourisme du fleuve St-Laurent au Québec », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, Hors-série 23 | novembre 2015.

Salvatore, R., Chiodo, E., Fantini, A. (2018), “Tourism transition in peripheral rural areas : Theories, issues and strategies”, Annals of Tourism Research, V. 68, pp. 41-51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Langenbach, Christophe Clivaz et Hugues Francois, « Ré-invention des territoires touristiques : quelle transition pour les stations des Alpes ? », Via [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/5756 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.5756

Haut de page

Auteurs

Marc Langenbach

Maître de conférences, Université-Grenoble-Alpes

Christophe Clivaz

Professeur Associé, Université de Lausanne

Articles du même auteur

Hugues Francois

Ingénieur Recherche, INRAE Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search