Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Vie en montagne : Mobilités, mani...

Vie en montagne : Mobilités, manière de vivre et identités des nouveaux habitants d’une station de ski suisse

Article évalué par les pairs
Andrea Friedli
Traduction de Romane Anciaux
Cet article est une traduction de :
Living in the mountains: Mobilities, forms of residentiality and local identities of new inhabitants of a Swiss ski resort [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Vivere in montagna: Mobilità, forme di residenzialità e identità locali dei nuovi abitanti di un comprensorio sciistico in Svizzera [it]

Résumé

La tendance à la revalorisation des espaces ruraux et la gentrification qui en découle a été étudiée sous le concept de "migration d’agrément" dans différents contextes géographiques. Ainsi, les nouveaux habitants maintiennent leurs liens sociaux dans les villes tout en transposant leur mode de vie urbain dans leur nouveau foyer rural. Cette étude se penche sur la (re)négociation des identités locales et du "savoir local" à Verbier, une station de ski des Alpes suisses. En effet, cet endroit est passé d’un petit hameau alpin à une station de ski très touristique au cours des 50 dernières années. Actuellement, les nouveaux résidents et les adeptes de la multilocalité remodèlent les communautés locales et les représentations sur la région.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 L'auteur remercie les rédacteurs de ce numéro spécial, Viviane Cretton, et trois correcteurs anonym (...)
  • 2 La notion des Alpes comme "terrain de jeu de l'Europe" a été élaborée par l'alpiniste britannique L (...)

1Le tourisme de ski, en plein essor depuis les années 1960, a apporté de nouvelles perspectives à la montagne en tant que "terrain de jeu"2, de nouvelles façons d’en profiter, ainsi qu’une nouvelle interprétation du lieu de vacances et de son espace résidentiel. Le développement de ces zones touristiques - où les visiteurs séjournent dans des hôtels ou louent des chambres - vers des villages-stations - avec une forte tendance à l’achat de résidences secondaires - (Lorenzetti et Delmenico, 2017 ; Deslarzes, 1998 ; Clivaz, 2013) a un impact sur les "modèles touristiques" locaux et sur les questions relatives à la démographie, aux communautés locales et à leur identité. Ces questions deviennent encore plus fondamentales lorsqu’on voit l’accent récemment mis par la recherche sur la montagne sur la diversification des formes de résidence qui incluent la multilocalité, la mobilité alternante ou la multifonctionnalité des résidences secondaires résultant de la disparition des distinctions entre travail et loisirs (Perlik, 2011 ; 2012 ; Bender et Kanitscheider, 2012 ; Löffler et al., 2014). Comme soulignée dans diverses études, les gens dans la vie active, intégrés dans des groupes urbains et des milieux professionnels et sociaux globaux, semblent avoir (re)découvert la vie en montagne. Certains d’entre eux exercent une multilocalité liée à une mobilité et un statut social élevés (voir par exemple Perlik, 2011, Löffler et al., 2014 ; Bender et Kanitscheder, 2012 ; Cognard, 2006).

  • 3 Pour un aperçu de la littérature sur les nouvelles tendances de l'immigration dans les Alpes europé (...)

2Alors que ces recherches portent sur les profils sociaux de ces "nouveaux montagnards" ainsi que sur des processus socio-économiques plus larges lancés par cette nouvelle forme d’immigration (voir, par exemple Fourny, 1994 et Cognard, 2006 pour la France, et Elmi et Perlik (2014) et Löffler et al. (2014) pour l’Italie, pour n’en citer que quelques-uns3), peu d’études ont mis en lumière les relations développées entre les "nouveaux habitants" et leur nouvel environnement (social et naturel) ainsi que sur leur influence dans l’imaginaire du "local", comme le fait notamment Michaela Benson (2013) dans une étude sur les migrants britanniques vivant dans le département du Lot en France. Alors que j’ai précédemment évoqué les représentations cosmopolites et urbanisées de la "vie en montagne" (Friedli, 2020), je souhaite ici présenter plus en détail les processus de construction d’identité et d’attachement au territoire de ces "nouveaux montagnards" qui visitent, fréquentent, déménagent, séjournent, s’installent et deviennent de nouveaux résidents à part entière dans la région montagneuse des Alpes suisses. Prenant pour hypothèse que la localité est produite socialement (Appadurai, 1996) et que la création de lieux peut inclure le mouvement (Gregorič Bon et Repič, 2016), j’examinerai comment ces processus (re)façonnent et réinterprètent également les représentations du "local", la conception même de la notion de "communauté" et les "connaissances locales". En prenant comme exemple le cas de Verbier, une station de ski en pleine explosion dans la partie francophone du canton du Valais, dans les Alpes suisses, j’aborde des questions telles que le rôle que les imaginaires sur le paysage, la nature et la "communauté locale" jouent dans les processus identitaires d’une station de ski très urbanisée (voir Stock et Lucas, 2012). De quelle manière les "nouveaux habitants" (re)développent-ils des représentations du "local" et comment peuvent-ils développer des identités locales alternatives en introduisant des éléments de cosmopolitisme, d’esprit d’entreprise et de modes de vie urbains ?

  • 4 Je me limiterai ici exclusivement à la perspective des "nouveaux arrivants", tandis que d'autres tr (...)

3Après une introduction au cadre du travail de terrain et aux méthodes, je présenterai une brève discussion critique portant sur les concepts de migration d’agrément et de style de vie en lien avec les notions de (im)mobilité et de (multi)localité dans une situation (post)touristique. La deuxième partie de l’article se penchera sur les choix résidentiels et sur les trajectoires des migrants et des multilocaux, ainsi que sur leur attachement au territoire et sur les stratégies de construction de l’identité locale.4

I. Envisager la station de ski comme une situation (post)touristique

A. Étude sur les mobilités et les identités locales dans les Alpes suisses : Méthodes et cadre de la recherche

  • 5 Cette recherche est financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS, fond n (...)
  • 6 Les quatre stations sont Verbier (Val de Bagnes) et Zermatt (Vallée de Zermatt) dans les Alpes suis (...)

4Cette étude se basera sur les données collectées dans le cadre du projet de recherche comparative en cours "Vivre localement dans les zones de montagne : diversification, gentrification, cohabitation. Comparaison entre les Alpes suisses et les Pyrénées espagnoles"5. Elle porte sur les interactions et les relations sociales entre différentes communautés telles que les habitants dits "historiques", les nouveaux résidents, les travailleurs saisonniers et autres habitants temporaires, ainsi que sur les multilocaux et les touristes dans quatre stations de montagne situées dans deux régions de Suisse et d’Espagne6. Le projet examine d’une part comment les identités locales se créent et se défendent dans ces régions à forte diversité, et d’autre part comment ces nouvelles représentations du "local" façonnent les relations sociales déjà existantes.

5Le phénomène est abordé sous un angle anthropologique en considérant les quatre sites comme quatre "situations ethnographiques", où les entretiens qualitatifs et les observations systématiques et participatives peuvent donner un aperçu des relations entre les habitants et de leur rapport au territoire. Pour la partie consacrée à la recherche dans les Alpes suisses (deux stations de montagne en Valais), plus de 60 entretiens semi-structurés ont été effectués. En outre, les informations récoltées lors de ceux-ci sont enrichies grâce aux observations faites sur les interactions dans différentes situations telles que les pratiques quotidiennes (comme faire les courses, prendre un verre, etc.), les événements publics (fêtes locales, concerts, événements sportifs, etc.) ou les loisirs (activités en plein air, clubs musicaux ou sportifs, etc.).

  • 7 Les sept entretiens semi-directifs et les deux conversations informelles ont été réalisés entre le (...)

6Le processus de recherche et d’analyse étant toujours en cours, cet article explore seulement une partie des données collectées auprès d’un groupe spécifique de population dans l’une des deux stations. Je me focaliserai ici sur un ensemble d’entretiens et de conversations informelles menés auprès de résidents permanents venant de l’extérieur (d’autres régions de Suisse ou de l’étranger) qui ont visité, fréquenté, séjourné ou déménagé dans la région de la vallée de Bagnes, où se trouve Verbier, au cours des 30 dernières années7.

  • 8 Pour une étude plus approfondie de cette évolution, voir par exemple Delarzes, 1998 ou Hofmann, 199 (...)
  • 9 En 1959, plus de 60 chalets ont été construits à Verbier (Deslarzes, 1998, p. 120)
  • 10 Ce nombre comprend les personnes ayant un permis de séjour permanent (permis C), un permis de séjou (...)
  • 11 Informations provenant de la communication personnelle avec le service de la population de la commu (...)
  • 12 Interview du 26.04.2018.

7Autrefois petit hameau de montagne dans la partie francophone du canton du Valais en Suisse, Verbier est passé d’un petit village alpin à une station de ski vivante et dynamique au cours des années 1960 (Deslarzes, 1998)8. La croissance démographique et architecturale dans la station a été tellement rapide qu’on lui a attribué des caractéristiques telles que "station champignon", "le miracle de Verbier" ou le "phénomène Verbier" (Deslarzes, 1998, p. 20). Le développement fulgurant de la construction de chalets a été initié à la fin des années 1940 par les amateurs de ski et de randonnée des cantons voisins plus urbanisés tels que Vaud et Genève9(Deslarzes, 1998, p. 104). A partir de 1990, une trentaine de chalets furent construits en moyenne par an (Boscoboinik, 2018, p. 528). La croissance rapide et imprévue de Verbier, en particulier pour les chalets privés, a entraîné un étalement urbain sans précédent dans les autres stations alpines et a conduit, par exemple, à un nombre élevé de voitures privées pendant les saisons (Pià, 2019 ; Stock et al., 2017). De surcroît, le nombre de résidents permanents a doublé depuis les années 1990 (de 1850 en 1990 à 3158 en 2018, Office de Population, 2018). Parmi ces 3158 résidents, approximativement 60 % n’étaient pas des citoyens suisses10. Parmi ceux-ci, environ 61 % étaient originaires de France, 26 % du Royaume-Uni, 14 % du Portugal et environ 6 % de Suède et d’Italie11. Cette croissance en nombre et en diversité résulte en partie d’une tendance actuelle. En effet, beaucoup de personnes convertissent leurs résidences secondaires en résidences principales, tandis que des touristes ou des travailleurs saisonniers décident de s’installer aussi dans la région. Ainsi, comme le soutient le directeur d’une des nombreuses agences immobilières de Verbier, leurs clients sont passés de couples suisses retraités à des résidents internationaux (principalement de Grande-Bretagne, de France et de Scandinavie) dans les années 1990 et au début des années 200012. Comme dans beaucoup d’autres stations de ski, le développement du tourisme à Verbier a engendré une urbanisation allant au-delà des villes (Stock et Lucas, 2012). Aujourd’hui, c’est un centre économique local important au rayonnement mondial et cosmopolite prisé pour le ski, en particulier le hors-piste (qui accueille, par exemple, le célèbre Xtrème Freeride World Tour). Cependant, Verbier attire également des vedettes ainsi que des personnalités royales, ce qui renforce le caractère exclusif de Verbier, comme c’est le cas du Verbier Festival et du Verbier Art Summit, deux événements internationaux qui attirent une clientèle prestigieuse à chaque fois. Cependant, la vallée où se situe la station conserve toujours un aspect assez rural caractérisé par de petits villages traditionnels dépendant toujours de leurs activités agricoles, même si l’influence de la station sur les localités environnantes est frappante. En effet, on le constate tant au point de vue économique (les gens travaillent dans la station ou leurs entreprises locales sont fortement axées sur les clients de la station) que du point de vue démographiques (les "nouveaux habitants" ont également choisi les villages environnants afin d’acheter ou pour faire bâtir leurs résidences entraînant un phénomène de gentrification de toute la vallée).

B. Des résidents et des touristes, des hôtes et des visiteurs - des frontières floues et pas claires

  • 13 Il existe également une documentation importante sur la "migration d'agrément" en français, comme p (...)

8Afin d’étudier les processus relatifs aux identités locales, nous devons commencer par nous demander qui sont les acteurs de ces phénomènes et comment sont négociés les représentations liées à l’expression "local". Dans le contexte des espaces ruraux (re)valorisés, la représentation "traditionnelle" de la montagne comme l’incarnation de la nature pure, des relations communautaires et familiales étroites et de l’éloignement périphérique est remise en question par des processus (plus ou moins) récents tels que l’urbanisation (Stock et Lucas, 2012) ou la métropolisation (Perlik, 2011) ainsi que la gentrification dans ces zones rurales (Richard, Dellier et Tommasi, 2014). Les tendances relevées vont en réalité de pair avec un phénomène plus important appelé "migration d’agrément globale" (Moss et Glorioso, 2014)13 ou "migration de mode de vie" (Benson et O’Reilly, 2009), constaté à différents endroits du globe.

9Les observations portant sur la multilocalité mènent également à une remise en question de l’approche unidirectionnelle de la migration des équipements ou des modes de vie en faveur de concepts plus larges tels que les changements (McIntyre, 2009) en considérant l’évolution du rôle des résidences secondaires autrefois clairement réservées aux vacances vers des résidences de multilocalité pratiquée, où travail et loisirs peuvent cohabiter (Perlik, 2011). En ce sens, le fait que les "migrants d’agrément ou de style de vie" conservent plusieurs résidences et/ou conservent leurs liens sociaux et leurs activités urbaines (et souvent internationales) alors qu’ils "vivent en montagne" peut être interprété comme résultant et soutenant différentes formes et séquences de mobilités et d’immobilités, de migrations et d’installation. Concernant les approches géographiques, les observations sur la multilocalité ont introduit une reformulation du concept "d’habiter" avec des nouvelles notions telles que "l’habiter poly-topique" (Stock, 2006) considérant "l’individualisation géographique" des trajectoires et la "pluralisation géographique de l’individu", qui mettent en évidence une approche plus autonome et plus libre des individus mobiles et multilocaux par rapport à leurs multiples environnements physiques et sociaux. Dans ce cadre, les questions de l’attachement au lieu ainsi que les identités locales des personnes vivant la multilocalité ont été abordées sous le prisme des conceptualisations des "mondes de vie multilocaux entre mouvement et amarrage" (Hilti, 2016) ou de la "mobilité culturelle" (Rolshoven, 2009) en se concentrant non seulement sur les résidences, les localités et la question de savoir où une personne se sent "chez elle", mais aussi sur les mouvements eux-mêmes, les "entre-deux" (Zwischenräume) qui constituent cette mobilité et cette multilocalité.

10Je souhaiterais en revanche par le biais de cet article approfondir la manière dont les nouveaux habitants (mobiles ou sédentaires) contribuent aux imaginaires sur l’identité et la communauté locales. Comment un "investissement dans le même lieu par différents sujets" et les "multiples significations d’un même lieu" (Stock, 2006) conduisent-ils à une (re)production de la localité et des connaissances du terroir ? Pour étudier les relations entre ces nouveaux habitants des montagnes et leur environnement spatial et social, il faut dépasser les dichotomies classiques entre sédentaire et mobile, local et touriste, hôte et invité.

  • 14 Il faut souligner ici que les mobilités et les migrations dans les stations de montagne et autres s (...)

11Ceci est souligné par des concepts tels que les "mobilités croisées" (Debarbieux, del Biaggio et Petite, 2008) montrant que différents modes de mobilités et de migrations peuvent se croiser en un même lieu (par exemple, des saisonniers au service des touristes dans une station de ski) ou encore " la situation touristique " (Loloum, 2015) soulignant le fait que les positions peuvent changer et se superposer (par exemple, d’anciens visiteurs créant leur propre business dans le secteur du tourisme dans la station). Dans ce cadre de l’hybridation, Bourdeau (2012) utilise le terme de "post-tourisme" et évoque par là-même une redéfinition de la relation "ici-bas" avec, entre autres, l’idée d’une "bonne vie" qui s’apparente à des "vacances sans interruption" (Urry, 2002 cités dans Bourdeau, 2012).14

12Je souhaite, dans cet article, me concentrer plus particulièrement sur la question de savoir comment les "nouveaux habitants", qu’ils soient multilocaux, mobiles ou sédentaires, jouent un rôle dans à la production de la localité et dans les représentations qui lui sont attribuées. Lorsqu’on revient à la conceptualisation d’Arjun Appadurai selon laquelle la localité est socialement produite (Appadurai, 1996), elle est alors considérée comme la propriété de la vie sociale qui est imaginée, produite et entretenue sur un certain terrain social, matériel ou environnemental tout en produisant des contextes « dans lesquels leur propre intelligibilité prend forme » (Appadurai, 1996, p. 184). Dans cette optique et toujours selon Appadurai, les sujets locaux sont produits par ces contextes, mais comme ils participent à des activités sociales de production, de représentation et de reproduction, ils contribuent également « à la création de contextes qui pourraient dépasser les limites matérielles et conceptuelles existantes du quartier » (Appadurai, 1996, p. 185). Avec l’idée de production sociale de localité, la notion "d’habiter" peut-être mobilisée en posant des questions sur la façon dont les "sujets locaux" investissent ou pratiquent un espace (Stock, 2006). Lorsqu’on investit un espace, on contribue également à la production et à la diffusion des informations liées à ce lieu et aux personnes qui l’habitent. Ici, le terme "savoir local" va au-delà de la compréhension classique des connaissances "paroissiales" et " traditionnelles", mais décrit les connaissances quotidiennes culturellement situées, produites et partagées par les personnes qui investissent dans un même lieu. Comme le précise Christoph Antweiler (1998), « les connaissances locales ont toujours une histoire et sont dynamiques de façon synchronique », et elles sont donc similaires aux "contextes locaux" d’Appadurai, qui sont à la fois très locales et produites par des sujets locaux en parallèle. Le savoir local n’est pas à considérer au sens topographique strict, mais plutôt à concevoir au sens d’un savoir à la fois culturellement et écologiquement intégré (Antweiler, 1998, p. 477). Les mobilités et les multilocalités des individus contribuent ainsi au « potentiel des nouveaux contextes dans lesquels la localité est produite » (Appadurai, 1996, p. 185) et façonnent les registres et l’utilisation de ce qui est perçu et partagé comme "savoir local". Comme nous le verrons, les stratégies pour "devenir un véritable local" incluent la mobilisation et la maîtrise des dynamiques de ce savoir traditionnel.

II. Les pratiques et l’imaginaire qui entourent « les locaux »

13Comme nous le constaterons dans cette partie de l’article, l’attachement aux lieux et les représentations des "locaux" par les nouveaux habitants de Verbier traduisent ces tendances à des statuts peu clairs d’hôtes et d’invités, de locaux et d’étrangers en situation post-touristique. On constait déjà ces frontières floues entre résidents locaux, propriétaires de résidences secondaires, touristes, travailleurs saisonniers, multilocaux, au moment d’assigner les répondants à des catégories désignées. Par exemple, comment et où devrions-nous situer les personnes interrogées passant l’hiver dans la station en tant que moniteurs de ski ou barmans, combinant le ski, le travail et la fête, et constituant ainsi une sorte de "communautés locales saisonnières" (se retrouvant parfois l’été dans une station de surf à Hawaï) ? Et que dire de ceux qui sont venus s’installer dans la station il y a 30 ans, devenus propriétaires d’entreprises et ayant contribué au développement économique de la région, devenant ainsi partie intégrante de la communauté locale ? Cette section vise à mettre en lumière les choix résidentiels et la valorisation des (im)mobilités ainsi qu’à examiner les différentes stratégies de processus identitaire.

A. Choix du territoire de résidence, (im)mobilités et liens avec le lieu

  • 15 Tous les noms des répondants sont rendus anonymes. Entretien du 01.07.2019.

14Les choix en matière de logement et la mobilité peuvent varier au cours des différentes étapes de la vie. En témoigne l’exemple de Michel15, directeur commercial à Genève au début de la cinquantaine, ayant passé la plus grande partie de sa jeunesse dans une station de ski française et s’étant expatrié à Verbier vers l’âge de 20 ans pour skier et travailler une saison. Comme beaucoup d’autres interrogés, il est venu à Verbier "pour travailler une saison" et n’en est jamais reparti. Il était employé dans un magasin de ski l’hiver et travaillait pour plusieurs restaurants et bars l’été. Après quelques années dans la station, il a décidé d’ouvrir une petite entreprise offrant des services VIP pour une clientèle haut de gamme. De ce fait, il est devenu une personne de référence pour l’arrangement de toutes sortes de choses, allant de l’organisation d’un week-end surprise avec héliski et fondue au coucher du soleil pour un client et sa future épouse, jusqu’à la recherche d’une baby-sitter pour une famille en passant par la fourniture de bois de chauffage pour un chalet. Ses nombreuses activités lui ont permis de tisser des réseaux étroits et de se faire des contacts avec d’autres propriétaires d’entreprises étrangères ainsi qu’avec des acteurs locaux, légitimant sa position de "local" aux yeux de sa clientèle. Il a épousé par la suite une Espagnole travaillant dans un hôtel de la station et à la naissance de leurs enfants, ils ont préféré se séparer de leur appartement à Verbier afin de s’installer dans un autre petit village de la vallée, où ils ont pu construire une maison. Lorsque son activité professionnelle est devenue trop importante pour entretenir d’autres activités complémentaire, Michel a préféré y renoncer et a quitté le magasin de ski dans lequel il travaillait afin de trouver un poste fixe dans une petite ville des plaines, où il travaille désormais toute l’année. Comme il ne réside et ne travaille plus dans la station et qu’il a maintenant une vie de famille, il ne fréquente plus les bars comme avant. Il a perdu une partie de ses contacts et a été contraint de se faire de nouvelles relations dans le village. Ainsi, venant initialement de l’extérieur comme touriste et travailleur saisonnier, il a obtenu le statut de "local" dans la station. Cependant, dans le village voisin, il doit redéfinir son statut d’étranger dans un double sens : ne pas avoir grandi dans la vallée et débarquer de la station (urbanisée et cosmopolite).

  • 16 Entretien du 29.05.2018.

15Comme le montre le cas de Michel, le travail saisonnier, la multilocalité et la sédentarité résultent souvent des changements d’étape dans la vie des individus. Ainsi, comme le démontre cet exemple, beaucoup de mes sondés sont d’abord venus dans la région en tant que touriste ou travailleur saisonnier (ou les deux) pendant plusieurs années avant d’avoir la possibilité de trouver un emploi en été ou de s’engager dans des activités indépendantes pour des entreprises internationales. Des choix de vie qui les auront ensuite poussés décidé de s’installer à Verbier ou dans la vallée environnante avant de parfois partir vers d’autres destinations tandis que certains restent parfois plus longtemps pour fonder une famille ou pour y résider définitivement après avoir construit ou acheté une maison. Comme je le préciserai plus loin dans ce travail, leurs précédents déplacements sur de longues distances, dus à des contrats saisonniers ou à des engagements avec des entreprises internationales, se muent souvent en un " modèle de vie mobile " plus local, comprenant des sports de plein air en montagne, une alternance souple et fluide entre le travail et les loisirs et une participation à des projets créatifs à plus grande échelle. À titre d’exemple, prenons le cas de Bart16. D’abord venu à Verbier comme simple touriste, il a ensuite été moniteur de ski pour la saison hivernale avant de décider de rester toute l’année et de travailler à distance pour une compagnie sportive néerlandaise. Par la suite, il s’est mis à travailler en free-lance pour des entreprises néerlandaises avant de monter son propre projet dans la station lui permettant d’éviter les voyages d’affaires fréquents pour des réunions aux Pays-Bas. Il a acheté une maison dans un village voisin où il habite maintenant avec sa femme, une physiothérapeute originaire du Royaume-Uni qu’il a rencontrée à Verbier.

  • 17 Entretien du 29.05.2019.

16Cependant, "s’installer" n’est pas toujours une démarche nette et définitive, comme le montre l’exemple de Lukas17. Habitué à venir skier l’hiver dans la résidence secondaire de sa famille à Verbier, il a commencé ces dernières années à passer de plus en plus de temps dans la station, y compris les week-ends, les vacances et un congé sabbatique non payé de son travail d’enseignant pendant plusieurs mois. Il a donc décidé de se déclarer comme résident principal afin de pouvoir bénéficier d’offres spéciales de forfaits de ski à prix attractif pour les habitants de la région. Pour Lukas, la multilocalité consiste en une alternance fréquente entre sa maison de village près de Berne, où il vit seul, et la résidence secondaire de sa famille construite par son grand-père dans les années 1960 à Verbier. Avant de savoir mais il ne sait pas où il se trouvera dans quelques années, Lukas est conscient aujourd’hui d’être plus fortement attaché à Verbier, ce qui lui vaut d’être officiellement enregistré comme résident principal.

  • 18 Entretien informel du 08.10.2019

17Le statut éphémère et la signification ambiguë du terme "maison" pour de nombreuses personnes à Verbier m’ont paru particulièrement clairs lors d’un entretien informel avec Catie18, une charcutière, qui est arrivée dans la ville il y a 20 ans alors qu’elle travaillait pour une entreprise de tourisme britannique avant d’ouvrir sa propre entreprise de restauration et de gérer aujourd’hui une petite charcuterie et un café. Lorsque je lui ai demandé les raisons pour lesquelles elle avait décidé de s’installer à Verbier, elle m’a souri et m’a dit : « Je n’ai rien décidé. Je suis venue ici il y a 20 ans et je suis toujours là aujourd’hui même si je ne sais pas où je serai demain ». La possibilité de repartir "à tout moment" est n’est jamais exclue dans la vie de nombreux habitants de Verbier. En outre, le moment de "s’installer" est souvent très vague et peu clair, car de nombreux sondés me disaient être venus "pour une saison" sans aucun but de s’installer, pour ensuite ne plus jamais repartir.

18À travers ces exemples, il devient évident que les choix de résidence et l’attachement à un milieu peuvent être ambigus et temporairement restreints. Une résidence secondaire familiale peut ainsi devenir le domicile (temporaire) d’un résident principal tandis que les résidents principaux peuvent également être multilocaux et reliés à de nombreux autres lieux par des relations d’ordre professionnel et/ou familial. Comme nous le verrons, les "nouveaux habitants" et les multilocaux avec leurs relations et leurs mobilités (re)produisent néanmoins des imaginaires sur la communauté locale, (re)façonnent les processus identitaires et la compréhension des savoirs locaux par leurs propres stratégies de "devenir local".

B. Connaissances locales et construction de l’identité : "devenir un local" et travailler sur la question de l’authenticité

19Les multilocaux et les expatriés dont il est question ci-dessus participent à la définition des "identités locales" en important leurs représentations de la localité et de l’authenticité et en reliant le lieu local à des espaces mondialisés dans lesquels ils se sont également intégrés grâce à des liens sociaux et commerciaux. La comparaison des processus de "faire du lieu" à travers le clivage local/global permet d’avoir un aperçu nuancé des complexités de la manière dont les "nouveaux montagnards" pratiquent le lieu. Je me pencherai dans un premier temps sur les "stratégies d’enracinement" qui impliquent la mobilisation des "connaissances locales" et présentent une "maîtrise culturelle" (Benson, 2013, p. 519), puis je décrirai comment les "connaissances locales alternatives" sont mobilisées et comment de nouvelles interprétations des connaissances locales sont introduites et pratiquées.

20De même que dans le cas des Britanniques s’installant en France décrit par Benson (2013), l’une des "stratégies d’enracinement" les plus fréquentes de ces "nouveaux arrivants" est liée aux compétences linguistiques locales. La langue étant un symbole fort d’appartenance (ethnoculturelle), ce qui est perçu comme une "culture locale" est souvent étroitement associé à la langue locale. Ainsi, la domination progressive de l’anglais dans la vie quotidienne de Verbier est un sujet brulant dans la région. De ce fait, de nombreux interviewés locuteurs de langue étrangère étaient désireux de me montrer leur connaissance du français en la gardant comme langue employée dans l’interview, en passant du français à l’anglais ou en parlant aux passants ou au personnel des restaurants en français. Interrogés sur l’attitude des "locaux" envers les nouveaux arrivants, ils ont souvent expliqué que les attitudes xénophobes des habitants locaux étaient dues au fait que les nouveaux arrivants ne voulaient pas apprendre la langue locale.

  • 19 Conversation informelle du 25.07.2018.

21Les connaissances locales pourraient également s’exprimer par les attitudes et les pratiques concernant ce qui est vu comme "typiquement local". Prenons l’exemple Valais où il est de tradition de boire un verre de vin (local) avec des amis à chaque occasion et où il est également de tradition de connaître et d’apprécier les spécialités culinaires locales comme le fromage régional. Par conséquent, mes sondés me témoignaient parfois de leur "intégration locale" et de leur légitimité en tant qu’hôte en m’invitant à boire de l’Apéro et en me commandant des boissons qu’un touriste ou un étranger ne commanderait pas parce qu’il ne les connaîtrait pas. Lorsqu’ils présentaient leurs connaissances locales, les ressortissants étrangers installés depuis un certain temps pouvaient également se distinguer des autres nouveaux arrivants dont ils disaient qu’ils n’avaient pas d’attachement à la région. C’est pourquoi une Anglaise19 habitant à Verbier depuis plus de 30 ans m’a expliqué son intérêt pour les plantes locales et le jardinage alpin. Elle ramasse également des abricots, un fruit qui, en Suisse, est unanimement associé à la région du Valais, sur des abricotiers sauvages que personne ne ramasserait autrement et s’est ainsi montrée une initiée et une spécialiste des trésors locaux.

  • 20 Le phénomène du tourisme de montagne à Valais comme "industrie pour les étrangers par les étrangers (...)

22D’autres moyens de renforcer son ancrage local en tant qu’(ancien) étranger peuvent être trouvés dans la mobilisation de "savoirs locaux alternatifs", par exemple en mettant l’accent sur des éléments de continuité historique qui ne se trouvent pas dans les "registres" traditionnels des récits locaux. Cela est également démontré par l’exemple des stratégies des habitants de la classe moyenne d’un quartier londonien en voie de gentrification qui pointent les symboles architecturaux historiques de la classe moyenne du quartier afin de légitimer leurs choix résidentiels (voir Benson et Jackson, 2012, p. 800). Dans cette optique, j’ai entendu de mes interlocuteurs britanniques plusieurs références au passé des ressortissants du pays dans le secteur du tourisme de ski suisse, faisant allusion, par exemple, au célèbre club de Kandahar dans l’Oberland bernois, intégrant ainsi Verbier dans un paysage plus global du tourisme de ski.20

  • 21 Pour une discussion sur les projets écologiques dans les zones de montagne et la relation entre les (...)
  • 22 Interview du 1.10.2019

23Néanmoins, dans la quête d’authenticité imaginée par les citadins immigrés, on observe également une réinterprétation des "savoirs locaux" par exemple en termes de nature et d’écologie21. Lorsque j’ai rencontré Maggie22, une Suissesse britannique de 30 ans vivant avec son mari scandinave et ses enfants dans un village de la vallée, elle a évoqué les bonnes relations qu’elle entretenait avec les villageois. Elle s’est cependant plainte du manque de connaissances des habitants en matière de jardinage durable et de permaculture. Son imaginaire de la relation entre l’homme et la "nature authentique" est donc en contradiction avec les conceptions du "jardinage traditionnel" tel qu’il est pratiqué par les "locaux" et tel qu’il est apprécié comme authentique par les migrants britanniques vivant dans le département du Lot en France comme le décrit Benson (2013). En ce sens, l’"authenticité" n’est pas une catégorie fixe et les représentations des "traditions locales" peuvent entrer en conflit avec d’autres interprétations des "connaissances locales". Ainsi, le travail effectué par les migrants et les mobiles de style de vie pour atteindre l’authenticité (imaginée) du lieu n’englobe pas toujours la "fluidité culturelle" locale, mais peut consister en des réinterprétations dynamiques des "connaissances locales".

  • 23 "Find your nature in the Swiss Alps" - Ce slogan, utilisé par un complexe hôtelier de luxe dans les (...)

24Dans le cas de Maggie, qui avec son expérience urbaine et internationale a une approche écologique de la permaculture dans le paysage montagneux, montre la fonction du paysage comme facteur déterminant du mode de vie. Alors que le néo-ruralisme a été largement interprété comme un mouvement de "retour à la nature" (voir Mercier et Simona, 1983), le contexte de la migration du mode de vie dans les régions montagneuses est plutôt marqué par la devise "trouvez votre nature"23 (Boscoboinik et Cretton, 2017, souligné par l’auteur), soulignant le caractère de la migration comme un projet personnel. Dans la dernière partie de cet article, je souhaiterais montrer comment les nouveaux habitants ou les multilocaux voient également la station et la montagne comme un "espace créatif" symbolisant l’ouverture, l’innovation et un potentiel entrepreneurial.

C. La nouvelle conception de la "communauté locale" : cosmopolitisme, créativité et esprit d’entreprise comme marques d’identité collective

  • 24 Entretien du 15.05.2018

25En dehors des nombreuses stratégies mentionnées ci-dessus visant à créer un attachement à la "localité authentique" (imaginée) et à la territorialité, on trouve également une déterritorialisation ou un aspect cosmopolite dans leur rapport au lieu. La compréhension d’une " communauté locale " à Verbier ne doit pas nécessairement être liée à une communauté historiquement développée et attachée les uns aux autres par des liens généalogiques de longue date et un lien profond avec la vallée et le territoire. Comme nous l’avons soutenu ailleurs (Friedli, 2020 ; Cretton et al., 2020), dans de nombreux récits sur la " communauté de Verbier ", on peut trouver une identité collective qui va au-delà des appartenances territoriales et qui est basée sur l’image de l’ouverture et de l’égalité dans la diversité. Richard24 m’explique ce qui suit : « Pour moi, un des charmes de Verbier est que peu importe votre passé, si vous avez un titre royal ou si vous êtes un clochard vivant avec 10 francs par jour, tout le monde s’entend dans ce village, comme dans aucune autre station de ski en Suisse ».

  • 25 Entretien du 26.03.2019

26Cette dimension cosmopolite a également été décrite par Mathieu Petite et Martin Camenisch (2012, p. 10) dans leur étude sur la question des identités à Verbier comme facteur permettant au "village périphérique" de s’intégrer dans un contexte plus global. Tout comme Richard, beaucoup de mes réponses soulignent l’égalité sociale (malgré les différences de classes existantes) et la diversité culturelle parmi les habitants (et les visiteurs) de Verbier, en mettant en avant la notion de "communauté internationale" avec des liens forts et de la solidarité, qui facilite l’établissement d’un cercle social pour les "nouveaux arrivants". Kirsten25, qui a vécu un an et demi avec sa famille dans leur résidence secondaire à Verbier, déclare que : « (...) ...la communauté internationale a été très accueillante. (...) Et nous étions comme " ouah, c’est incroyable ". Vous savez, à Londres, nous ne connaissions même pas nos voisins... ». De ce fait, la "communauté locale" n’est pas foncièrement liée à la compréhension d’une "communauté rurale", comme c’est le cas dans l’imagination de la ruralité par les migrants britanniques adeptes du modèle de vie « comme une forme rurale idéalisée... dont les principales composantes semblent être le maintien des valeurs traditionnelles, l’existence de communautés rurales viables et véritablement accueillantes, un "rythme de vie" plus lent et une "qualité de vie" plus élevée ». (Buller et Hoggard, 1994, p. 128 cité dans Benson, 2013, p. 507). Même si la proximité entre les membres de la communauté, la solidarité et le "rythme de vie" plus lent sont également cités par Kirsten, elle ne fait pas allusion à "l’idylle rurale" mentionnée dans l’étude de Benson.

  • 26 Entretien du 29.05.2018

27C’est aussi la diversité culturelle, le multiculturalisme et "l’esprit d’entreprise" de la ville qui constituent les "marqueurs de l’identité locale". Ainsi Bart26, le jeune Néerlandais installé dans un village de la vallée depuis plusieurs années, mentionne les montagnes (et la nature) comme lieu de désir, mais se positionne aussi comme entrepreneur, promoteur et créateur et non (seulement) comme consommateur de paysages, d’air pur et de belles vues. Pour lui, la communauté locale a été un des facteurs déterminants de sa décision de s’installer - cependant, il ne voit pas la communauté comme une "idylle rurale" ou comme les porteurs de "valeurs traditionnelles", mais il fait plutôt référence à l’ouverture dont ont font preuve les habitants traditionnels de la région vis-à-vis de l’innovation, de la diversité culturelle et des bonnes " ondes de la ville ".

  • 27 Entretien du 26.03.2019

28La réflexion autour des frontières plus ou moins floues entre le travail et les loisirs, l’investissement dans un espace et la création d’un attachement à un lieu par les nouveaux habitants ne sont pas seulement liés aux infrastructures touristiques aux loisirs comme les sports de plein air, le jardinage, l’air pur et de la bonne nourriture (locale) (voir, par exemple, Petite, 2005), mais aussi aux aspects de l’épanouissement professionnel et de la mise en réseau des entreprises. En effet, de nombreux nouveaux habitants mobilisent leur potentiel entrepreneurial et créatif afin de gagner leur vie ou de se développer (voir également Cretton, 2018) ; on pourrait donc penser à leurs stratégies identitaires en termes de "classe créative" (Florida, 2002), s’inscrivant dans un discours néolibéral reproduisant les méthodes de distinction sociale. (Cretton et al., 2020). Bart, par exemple, qui a ouvert un espace de co-working à Verbier il y a quelques années afin de fournir des « espaces de bureaux flexibles » et des « services de soutien aux entreprises pour les start-ups, les individus et les sociétés ». Son ambition est de « créer et développer les conditions d’un écosystème entrepreneurial dans lequel les habitants, les propriétaires de résidences secondaires, les touristes et les entreprises établies peuvent interagir », comme on peut le lire sur la page d’accueil d’entreprise (dernier accès le 14.10.2019). Un autre exemple d’activité entrepreneuriale créative "post-touristique" peut être observé dans le projet de Maggie, la nouvelle habitante suisse-britannique précédemment mentionnée. Elle a en effet lancé une entreprise offrant, entre autres services, des activités scolaires en forêt pour les enfants et des ateliers de jardinage visant à "reconnecter les personnes de tous âges à la nature", comme le précise son site web (consulté pour la dernière fois le 14.10.2019). Si les projets de Bart et Maggie sont orientés vers une clientèle locale-internationale, il existe également des activités les "nouveaux arrivants" dépassant l’entrepreneuriat créatif-économique local et qui font appel à des critères plus globaux. L’un d’entre eux est le Verbier Festival, un festival de musique classique accueillant des musiciens de renommée internationale lancé au début des années 1990 par un consultant suédois dans le domaine de la musique qui propriétaire d’un chalet à Verbier. La station accueille également depuis 2017 un événement artistique international lancé par Kirsten ainsi que d’autres résidents de la station, propriétaires de résidences secondaires et multilocaux impliqués dans le domaine artistique. Cet événement rassemble « des collectionneurs internationaux privés et d’entreprises, des directeurs de musées, des artistes, des conservateurs, des historiens de l’art, des critiques d’art, des galeristes et des consultants en art" dans le cadre de conférences publiques et de réunions privées avec pour objectif de "devenir comme le Davos du monde de l’art où les gens voyagent pour être inspirés »27.

Conclusion

29Arjun Appadurai (1996, p. 185) décrit dans sa réflexion sur la production sociale de la localité dans le contexte des "flux culturels mondiaux" que la population locale et les nouveaux arrivants (avec leurs activités sociales et leurs représentations) contribuent au potentiel des nouveaux contextes dans lesquels la localité est produite et qui peuvent conduire à leur tour « à des changements subtils dans le langage, la vision du monde, la pratique rituelle et la compréhension collective de soi ». Dans le contexte de la gentrification alpine (Perlik, 2011) et du "post-tourisme" (Bourdeau, 2012), il est devenu difficile de définir les différences entre les hôtes (locaux) et les invités (étrangers), ce qui soulève des questions sur les identités locales et les contextes changeants dans lesquels la localité et les connaissances locales sont produites et partagées. Comment les identités locales sont-elles négociées dans des situations post-touristiques où des personnes ayant de solides relations urbaines ou mondiales s’installent (temporairement) dans une région montagneuse ? En ce qui concerne l’exemple des nouveaux habitants et des multilocaux vivant (de manière permanente ou temporaire) dans la station de Verbier, ils contribuent à la production de la localité malgré leurs différentes formes de mobilités et de migrations. Leurs représentations sur le territoire, sur les savoirs locaux et sur la communauté locale peuvent dépasser les limites existantes de la communauté et ainsi élargir les registres de la localité et de la communauté. En ce sens, les connaissances locales ne doivent pas être comprises et limitées uniquement comme des connaissances "traditionnelles" car le concept a été utilisé par les anthropologues dans un contexte postcolonial et de développement (voir Antweiler, 1998). Elles ne se limitent pas non plus aux connaissances purement spatiales ou géographiques. Les connaissances locales doivent plutôt être considérées comme un "bon sens" socialement partagé, y compris les représentations non institutionnalisées du "local" qui peuvent être (re)produites et (re)façonnées. Comme souligné également par Perlik (2011 ; 2012), des environnements ethnoculturels spécifiques considérés comme "authentiques" peuvent bien sûr constituer une attraction pour les étrangers ou les personnes souhaitant changer de style de vie. Michaela Benson (2013) montre comment les migrants britanniques vivant dans le département du Lot en France doivent travailler sur l’authenticité dans leur vie quotidienne après la migration afin de reproduire l’"idylle rurale" souhaitée (Benson, 2013, p. 509). Cependant, en tant que station de ski dans les Alpes suisses, Verbier a connu une forte urbanisation touristique (Stock, 2011) et la migration d’agrément dans ce contexte doit être comprise comme un résultat du métropolisation des Alpes plutôt que des tendances de la contre-urbanisation ou du néo-ruralisme (Perlik 2011 ; 2012). Néanmoins, les "nouveaux habitants" de Verbier décrits dans cet article développent également des stratégies afin de faire preuve d’une "ancrage local" grâce à des compétences linguistiques et/ou une "maîtrise culturelle". Cependant, les nouveaux habitants de Verbier et de la vallée de Bagnes développent également des concepts alternatifs de ce qui est authentique, en important leurs imaginaires ("urbanisés") de la nature et de l’écologie et des conceptions cosmopolites de la communauté et de la solidarité. Les connaissances et les spécificités locales peuvent ainsi être réinterprétées et remodelées dans le sillage des processus de gentrification rurale ou alpine et évoquer ainsi des discussions sur l’authenticité, la communauté et les frontières entre hôtes et invités. En parallèle, nous devons également garder à l’esprit qu’il existe des hiérarchies dans la production de connaissances qui peuvent être dominées par un ensemble de "savants" ou de "connaisseurs" qui sont des acteurs puissants dans les négociations sur les identités locales alors que les imaginaires des autres restent invisibles et cachés. Il reste donc à savoir si ces nouvelles interprétations de la communauté et de la solidarité ont le pouvoir d’intégrer les imaginaires locaux des habitants qui ne partagent pas le contexte international cosmopolite ou qui ne disposent pas des ressources économiques, culturelles et sociales nécessaires pour faire partie de cette "communauté de vie".

Haut de page

Bibliographie

Antonietti, Th. (2000), Bauern, Bergführer, Hoteliers. Fremdenverkehr und Bauernkultur. Zermatt und Aletsch 1850-1950, Baden.

Antweiler, C. (1998), “Local Knowledge and Local Knowing. An Anthropological Analysis of Contested ‘Cultural Products’ in the Context of Development”, Anthropos, 93(4/6), pp. 469-494. Retrieved June 29, 2020, from www.jstor.org/stable/40464844

Appadurai, A. (1996), Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization, University of Minnesota Press.

Bender, O. and Kanitscheider S. (2012), “New Immigration into the European Alps : Emerging Research Issues”, Mountain Research and Development, vol. 32, No. 2. pp. 235-241, URL : http://www.jstor.org/stable/mounresedeve.32.2.235.

Benson, M. (2013), “Living the ‘Real’ dream in la France profonde ? : Lifestyle migration, social distinction, and the authenticities of everyday life”, Anthropological Quarterly, Vol 86, No.2, pp. 501-525.

Benson, M. and O’Reilly, K. (eds), (2009), Lifestyle Migration : Expectations, Aspirations and Experiences, Ashgate, Aldershot.

Benson, M. and Jackson, E. (2012), “Place-making and Place Maintenance : Performativity, Place and Belonging among the Middle Classes” Sociology vol. 47, No. 4, pp. 793 –809.

Bourdeau, Ph. (2012), “Visiting/living (in) the Alps : towards a tourist-residential convergence ?”, in Varotto M., Castiglioni B. (eds.). Di chi sono le Alpi ? Appartenenze politiche, economiche e culturali nel mondo alpino contemporaneo, Padova University press, pp. 195-204.

Boscoboinik, A. (2018), “Becoming Cities, Losing Paradise ? Gentrification in the Swiss Alps”, in Pardo I., Prato G. (eds.), The Palgrave Handbook of Urban Ethnography. Palgrave MacMillan. pp. 519-536.

Boscoboinik, A. and Cretton, V. (2017), “Find Your Nature’ in the Swiss Alps. In Search of a Better Life in the Mountains”, Český lid 104, pp. 199–212.

Cognard, F. (2006), « Le rôle des recompositions sociodémographiques dans les nouvelles dynamiques rurales : l’exemple du Diois », Méditerranée, 107, pp. 5-12.
DOI : 10.4000/mediterranee.451

Cretton, V. (2018), “In Search of a Better World in the Swiss Alps : Lifestyle Migration, Quality of Life, and Gentrification”, in A. Boscoboinik, H. Horáková and R. Smith (eds), Utopia and Neoliberalism : Ethnographies of rural spaces, LIT Verlag, Münster, pp. 107-125.

Cretton, V., Boscoboinik, A. and Friedli, A. (2020), « A l’aise, ici et ailleurs. Mobilités multi-résidentielles en zone de montagne : le cas de Verbier en Suisse », Anthropologie et Sociétés, numéro thématique La mobilité comme mode de vie, 44-2, 2020, dirigé par C. Forget et N. B. Salazar.

Clivaz, C. (2013), “Acceptance of the initiative on second homes”, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [Online], Hors-Série, http:// rga.revues.org/2274.

Debarbieux, B., del Biaggio, C. and Petite, M. (2008), « Spatialités et territorialités du tourisme », Civilisations [En ligne], 57 | 2008, mis en ligne le 29 décembre 2011, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://civilisations.revues.org/1085; DOI : 10.4000/civilisations.1085

Deslarzes, B., 1998. Verbier, tourisme et mutation, 1930-1960, Editions Faim de siècle, Fribourg.

Elmi, M. and Perlik, M. (2014), “From Tourism to Multilocal Residence ? Unequal Transformation Processes in the Dolomites Area”, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, vol. 102, no. 4, consulté le 2.10.2016. URL : http:// rga.revues.org/2608; DOI : 10.4000/rga.2608

Florida, R. 2002. The Rise of the Creative Class : And How It’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, Basic Books, New York.

Fourny, M.-C. (1994), « Nouveaux habitants dans un pays de moyenne montagne, Études Rurales », 135-136, pp. 83-95.

Friedli, A. 2020, « Les nouveaux montagnards. Négociations des identités locales en zone de montagnes », in L. Gwiazdzinski, M. Colleoni, F. Cholat, L. Daconto (dir.), Vivere la montagna. Abitanti, attività e strategie. Sociologia del Territorio 52, Franco Angeli, Milano, pp. 38-45.

Gregorič Bon, N. and Repič, J. (eds.) (2016), Moving places : Relations, return, and belonging, Berghahn, Oxford.

Hilti, N., (2016), “Multi-local lifeworlds : between movement and mooring”,

Cultural Studies, vol. 30, No. 3, pp. 467-482, DOI : 10.1080/09502386.2015.1113635

Hoffmann, D. (1993), La station de montagne de Verbier : aspects et impacts socio-économiques, spatiaux et socio-culturels du développement touristique depuis 1950. Université de Genève, Mémoire de licence, non-publié.

Löffler, R., Beismann, M., Walder, J. and Steinicke, E. (2014), “New Highlanders in Traditional Out-migration Areas in the Alps”, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine vol. 102, No. 3, URL : http://rga.revues.org/2546; DOI : 10.4000/rga.2546, last accessed on 1.10.2016

Loloum, T. (2015), « La situation touristique. Reconfigurations sociales dans une station balnéaire brésilienne », Tsantsa n. 20, pp. 163-167.

Lorenzetti, L. and Delmenico, D. (2017), “La transition touristique d’une ‘station-village’. Multipositionnalité et gestion foncière à Champéry (Valais), 1870-1970”, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 105-4 | 2017, URL : http://journals.openedition.org/rga/3643; DOI : 10.4000/rga.3643

Martin, N., Bourdeau, Ph. and Daller, J.-F. (eds.), (2012), Migrations d’agrément : du tourisme à l’habiter, L’Harmattan, Paris.

McIntyre, N. (2009), “Rethinking amenity migration : Integrating mobility, lifestyle and social-ecological systems”, Die Erde 140(3), pp. 229-250.

Mercier, C. and Simona, G. (1983), “Le néo-ruralisme : Nouvelles approches pour un phénomène nouveau”, Revue de géographie alpine, vol. 71, No.3, pp. 253-265. DOI : https://doi.org/10.3406/rga.1983.2535,

Moss, L. and Glorioso, R. (eds.), (2014), Global Amenity Migration : Transforming Rural Culture Economy and Landscape, The New Ecology Press, Kaslo, British Columbia.

Perlik, M. (2006), “The Specifics of Amenity Migration in the European Alps”, In Moss, LAG, (ed.), The Amenity Migrants : Seeking and Sustaining Mountains and Their Cultures, CABI, Cambridge, MA, pp. 215-231.

Perlik, M. (2011), “Alpine gentrification : The mountain village as a metropolitan neighbourhood”, Revue de géographie alpine [En ligne], 99-1 | 2011, URL : http://rga.revues.org/1370; DOI : 10.4000/rga.1370

Perlik, M. (2012), “Migration d’agrément et multilocalité –Métropolisation en montagne versus revalorisation de la ruralité”, In Martin, N., Bourdeau, Ph. and Daller, J.-F., (eds.) : Migrations d’agrément : du tourisme à l’habiter, L’Harmattan, Paris, pp. 69-96.

Petite, M. (2005), “La réappropriation locale du phénomène touristique : le cas de Verbier (Suisse)”, Revue de géographie alpine, vol. 93, No. 3, Mélanges 2005. pp. 57-67. DOI : https://doi.org/10.3406/rga.2005.2356

Petite, M. and Camenisch, M. (2012), “Vivre à la montagne en Suisse : trajectoires résidentielles, parcours de vie et identités ”, In N. Martin, P. Bourdeau, J.-F. Daller, (dir.) Les migrations d’agrément : du tourisme à l’habiter, L’Harmattan, Paris, pp. 135-150.

Pià, F. (2019). Urbanizing the Alps. Berlin, Basel : Birkhäuser.
DOI : https://doi.org/10.1515/9783035617337

Richard, F., Dellier, J. and Tommasi, G. (2014), “Migration, environnement et gentrification rurale en Montagne limousine”, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], vol. 102, No.3 | 2014. URL : http://rga.revues.org/2525; DOI : 10.4000/rga.2525

Rolshoven, J. (2009), “Kultur-Bewegungen. Multilokalität als Lebensweise in der Spätmoderne”, Österreichische Zeitschrift für Volkskunde III, pp. 285-303.

Stephen, L. (2013 [1871]), The Playground of Europe, Cambridge University Press.

Stock, M., Coëffé, V., Violier, P., Duhamel, P. (2017), Les enjeux contemporains du tourisme
Une approche géographique, Presses Universitaires de Rennes.

Stock, M. and Lucas, L. (2012), “La double révolution urbaine du tourisme”, Espaces et sociétés, 2012/3 n° 151, pp. 15-30. DOI : 10.3917/esp.151.0015

Stock, M. (2006), “L’hypothèse de l’habiter poly-topique”. Espacestemps.net, Textuel, 26.02.2006. http://www.espacestemps.net/en/articles/lrsquohypothese-de-lrsquohabiter-poly-topique-pratiquer-les-lieux-geographiques-dans-les-societes-a-individus-mobiles-en/ .

Viazzo, P.P. and Zanini, R. (2014), “Taking advantage of emptiness ?”, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], vol. 102, No.3 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 03 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rga/2478; DOI : https://doi.org/10.4000/rga.2478

Haut de page

Notes

1 L'auteur remercie les rédacteurs de ce numéro spécial, Viviane Cretton, et trois correcteurs anonymes pour leurs précieux retours sur une première ébauche de ce manuscrit.

2 La notion des Alpes comme "terrain de jeu de l'Europe" a été élaborée par l'alpiniste britannique Leslie Stephen (1871) avant d'être ensuite largement employée par les chercheurs pour illustrer la découverte des montagnes pour le sport et les loisirs par les alpinistes (principalement britanniques) dans la seconde moitié du XIXe siècle.

3 Pour un aperçu de la littérature sur les nouvelles tendances de l'immigration dans les Alpes européennes jusqu'en 2012, voir Bender et Kanitscheider, 2012.

4 Je me limiterai ici exclusivement à la perspective des "nouveaux arrivants", tandis que d'autres travaux et publications seront consacrés à la perspective des "locaux historiques" et à l'interaction entre les "locaux" et les "nouveaux habitants" dans le cadre de ce projet.

5 Cette recherche est financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS, fond n° 10001A_172807).

6 Les quatre stations sont Verbier (Val de Bagnes) et Zermatt (Vallée de Zermatt) dans les Alpes suisses et Baqueira (Val d'Aran) et La Molina (Basse Cerdagne) dans les Pyrénées espagnoles.

7 Les sept entretiens semi-directifs et les deux conversations informelles ont été réalisés entre le printemps 2018 et l'automne 2019. Les partenaires d'entretien ont été choisis avec l'aide de partenaires locaux et grâce aux réseaux personnels des répondants ("système de boule de neige").

8 Pour une étude plus approfondie de cette évolution, voir par exemple Delarzes, 1998 ou Hofmann, 1993.

9 En 1959, plus de 60 chalets ont été construits à Verbier (Deslarzes, 1998, p. 120)

10 Ce nombre comprend les personnes ayant un permis de séjour permanent (permis C), un permis de séjour annuel (permis B), mais pas les catégories "permis de séjour saisonnier" (permis L) et les enregistrements temporaires ("annonce").

11 Informations provenant de la communication personnelle avec le service de la population de la commune de Bagnes ainsi que du site http://www.bagnes.ch/uploads/default/id-2923-population-2018.pdf (dernier accès le 30.10.2019)

12 Interview du 26.04.2018.

13 Il existe également une documentation importante sur la "migration d'agrément" en français, comme par exemple Martin et al. 2012.

14 Il faut souligner ici que les mobilités et les migrations dans les stations de montagne et autres situations (post-)touristiques ne sont pas seulement liées à des questions d'agrément et de mode de vie, mais qu'elles impliquent également des mobilités et des mouvements à motivation économique qui font moins partie d'une stratégie d'identité de mode de vie que d'une nécessité économique. Je pense ici aux travailleurs saisonniers du secteur touristique, comme une femme de chambre portugaise dans un hôtel ou un mécanicien de remontée mécanique serbe qui viennent avec un permis saisonnier restreint et qui partent après la fin de la saison. Ils ont probablement des motivations différentes (et des contacts sociaux locaux différents) que le barman suédois qui passe sa saison à travailler au bar la nuit et à skier le jour. On peut donc dire qu'ils sont tous à la "recherche d'une vie meilleure" (Cretton, 2018), mais toutes ces formes de mobilité et de migration ne peuvent pas être décrites comme étant axées sur les commodités ou fondées sur des motivations liées au mode de vie. En ce sens, cet article ne concerne que les "mobiles d'une certaine classe" (Cretton et al., 2020)

15 Tous les noms des répondants sont rendus anonymes. Entretien du 01.07.2019.

16 Entretien du 29.05.2018.

17 Entretien du 29.05.2019.

18 Entretien informel du 08.10.2019

19 Conversation informelle du 25.07.2018.

20 Le phénomène du tourisme de montagne à Valais comme "industrie pour les étrangers par les étrangers" a été reconnu comme un phénomène historique par l'ethnologue suisse Thomas Antonietti dans son étude sur les débuts du tourisme alpin à Zermatt au milieu du XIXe siècle (Antonietti, 2000, pp. 52-56).

21 Pour une discussion sur les projets écologiques dans les zones de montagne et la relation entre les habitants et les nouveaux venus, voir par exemple Richard, Dellier & Tommasi 2014 qui décrivent l'importation d'imaginaires urbanisés sur la nature, l'environnement et la durabilité dans les montagnes limousines avec la notion de greentrification (Richard, Dellier, Tommasi, 2014, p. 2).

22 Interview du 1.10.2019

23 "Find your nature in the Swiss Alps" - Ce slogan, utilisé par un complexe hôtelier de luxe dans les Alpes suisses pour attirer les clients, a servi de titre à un article d'Andrea Boscoboinik et Vivane Cretton (2017) sur la migration des modes de vie et la gentrification rurale dans la région du Valais.

24 Entretien du 15.05.2018

25 Entretien du 26.03.2019

26 Entretien du 29.05.2018

27 Entretien du 26.03.2019

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Friedli, « Vie en montagne : Mobilités, manière de vivre et identités des nouveaux habitants d’une station de ski suisse », Via [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/5831 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.5831

Haut de page

Auteur

Andrea Friedli

Docteur en anthropologie sociale, collaboratrice scientifique à l’Institut de travail social de la Haute école spécialisée et des arts de Suisse occidentale (HES-SO Valais-Wallis)

Haut de page

Traducteur

Romane Anciaux

Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search