Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18VariaRéinventer les représentations de...

Varia

Réinventer les représentations de l'identité et de la culture « locales »

Article évalué par les pairs
Seraina Hürlemann
Traduction de Allison Huetz
Cet article est une traduction de :
Reinventing Representations of “Local” Identity and Culture [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Reinventando las representaciones de identidad y cultura "locales" [es]
Reinventant representacions d’identitat i cultura “locals” [ca]

Résumé

Cet article explore les processus sociaux contribuant à la réinvention des destinations touristiques à l'aide de données ethnographiques recueillies à travers l’étude de cas du site de Lashi Hai, une zone rurale du nord-ouest du Yunnan, en Chine. Plutôt que de réduire le processus de réinvention à des stratégies de marketing ou à des plans de développement officiels, l'article montre qu'il peut en fait refléter des tendances sociales plus profondes et ne se limite pas seulement à l'évolution des demandes des visiteurs. Représentant l'identité « locale », la réinvention des lieux touristiques fait également l'objet de négociations parmi les populations résidentes qui contestent les valeurs et les déclarations symboliques appliquées à la représentation de leur « propre » culture. Il sera démontré qu'il existe plusieurs acteurs importants impliqués dans ce processus de réinvention - allant d'un gouvernement central fort, d'agences officielles de développement et d'investisseurs privés à des coopératives locales et enfin des résidents individuels - tous ayant un intérêt dans la formation et la création de ce qui est perçu comme l'identité et la culture « locales ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les guillemets sont utilisés ici, car "ils" - les résidents locaux - ne représentent bien sûr en au (...)

1Les lieux touristiques sont constamment réinventés par divers acteurs liés à l'industrie très complexe qu'est le tourisme (Low, 2000). Dans cet article, je soutiens que ces processus de réinvention ne peuvent être réduits à une simple adaptation des stratégies de marketing par les agences de tourisme ou à un nouvel aménagement de l'environnement physique par les acteurs officiels. Je suggère plutôt de considérer cette réinvention comme un processus de contestation et de négociation entre un large éventail d'acteurs ayant des intérêts, des espoirs et des souhaits différents concernant le développement touristique futur de la destination en question (Cartier, 2005, p. 4). Outre l’implication de nombreux agents officiels et publics, les résidents locaux sont directement concernés par les résultats de tels processus et y accordent donc aussi un intérêt important. Non seulement leurs affaires et leur vie quotidienne dépendent souvent d’activités liées au tourisme, mais le lieu lui-même qui est vendu en tant que produit touristique sert également de scène sur laquelle présenter « leur » identité et leur culture locales (MacCannell, 1973).1 Ainsi, lorsque les lieux touristiques sont réinventés, les représentations de la culture et de l'identité « locales » sont réinventées en même temps (Adams, 2004). Le présent article explore ce processus de réinvention comme le reflet de profonds enjeux sociaux relatifs à l'évolution des valeurs, aux nouvelles perspectives, idées et désirs au sein de la population locale, ainsi qu’avec les visiteurs, quant à une identité qui leur serait « propre » (Notar, 2006, p. 4 ; Kobi, 2016, pp. 6, 10).

I. Méthodologie

  • 2 Lashi Hai: 拉市海
  • 3 Les guillemets sont utilisées ici car les cultures et les identités ne sont pas considérées comme l (...)

2Dans cet article, je me réfère aux recherches menées dans le cadre de ma thèse de doctorat à Lashi Hai, dans le nord-ouest du Yunnan.2 Les données présentées ont été recueillies au cours de plusieurs périodes de travail ethnographique sur le terrain qui a été effectué entre 2016 et 2018. L'observation participante a été utilisée comme la principale approche méthodologique, me permettant d'étudier « ce que font les gens ainsi que ce qu'ils disent [car] cela rend ainsi possible d'examiner de manière minutieuse tout écart entre les pensées et les actes » (Herbert, 2000, p. 552, souligné dans l'original). En ce qui concerne la fabrique des espaces publics (place-making) et la question de savoir comment l'identité et la culture locales devraient être représentées, il est clair que les processus sociaux qui leur sont liés aboutissent à la construction matérielle et sociale d'un lieu (Low, 2009). Sur le plan méthodologique, ma recherche a visé à comprendre les deux aspects - les productions matérielles ainsi que les constructions sociales des lieux. Ainsi, d'une part, elle analyse des processus sociaux qui aboutissent à l'aménagement physique d'un lieu (Low, 2000). À cette fin, des entretiens semi-structurés et ouverts avec des informateurs clés ainsi que de l'observation participante ont été menés en mettant l'accent sur les aspects matériels du lieu (cf. Kusenbach, 2003). D'autre part, pour étudier les processus impliqués dans la construction sociale du lieu, elle s’est concentrée sur les pratiques des individus, ainsi que sur les récits, les souvenirs et les histoires qui contribuent à créer un sentiment partagé du lieu (Feld et Basso, 1996). L'identité étant mieux observée lorsqu'elle est performée par des individus (Holland et al., 2001, pp. 4-7), cette recherche porte principalement sur les ethnographies du particulier (Abu-Lughod, 2008, p. 58) - donc sur les façons dont les gens présentent, mettent en œuvre et parlent de leur identité et de leur culture ethniques ou « locales » (Okamura, 1981).3 En ce sens, le lieu n'est pas conçu comme ayant une identité unique et cohérente, mais plutôt comme étant processuel et situationnel aussi : « ce qui donne à un lieu sa spécificité n'est pas une longue histoire intériorisée mais le fait qu'il est construit à partir d'une constellation particulière de relations sociales, se rencontrant et s’entrelaçant en un locus particulier [...] au lieu alors, de penser les lieux comme des zones bordées de frontières, on peut les imaginer comme des moments articulés dans des réseaux de relations et de compréhensions sociales ». (Massey, 1994, p. 262)

3Cet article examine la réinvention du lieu local en tant que destination touristique comme faisant partie d'un processus continu de fabrique des espaces publics (place-making). Afin de comprendre le moment particulier d'intersection dans « le réseau des relations et des compréhensions sociales » (Massey, 1994, p. 262), les circonstances socio-économiques ainsi que politiques et historiques sont également prises en compte et sont brièvement décrites dans la section suivante. En outre, ma propre implication sur le long terme et mes relations personnelles avec les habitants des villages de Lashi Hai m'ont permis d’avoir un aperçu approfondi de leur vie quotidienne. Cela a facilité la compréhension de certains processus sociaux liés à la fabrique des espaces publics (place-making) et à la réinvention du lieu local tels que présentés ci-dessous (cf. Herbert, 2000).

II. Étude de cas : Lashi Hai dans le Nord-Ouest du Yunnan

  • 4 Jade Dragon Snow Mountain: Yulong Xueshan, 玉龙雪山
  • 5 Lijiang Old Town, Lijiang Gucheng, 丽江古城

4Lashi Hai est une zone humide située autour d'un lac et comprenant plusieurs villages. Elle est localisée au pied de collines couvertes de forêts qui mènent aux sommets enneigés de la célèbre montagne du Dragon de Jade.4 Grâce à sa haute altitude, étant une ramification de l'Himalaya, la région bénéficie d'un climat doux et agréable tout au long de l'année - une des nombreuses raisons pour lesquelles elle attire un grand nombre de touristes nationaux. Cependant, l'attraction la plus importante pour les touristes à Lashi Hai est le site de la vieille ville de Lijiang5 classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, situé à seulement une demi-heure de route. Lijiang est l'une des destinations touristiques les plus populaires de Chine et le nombre de visiteurs a explosé depuis son inscription en 1997. Pourtant, Lijiang est en même temps souvent citée en exemple lorsqu'il s'agit de démontrer les effets négatifs du tourisme et est souvent critiquée pour son manque d'authenticité, sa ressemblance avec un parc à thème et sa surpopulation totale - en particulier dans la littérature de voyage occidentale ainsi que dans les guides et rapports (McKhann, 2001 ; Su, 2011). Afin de faire face à l'énorme quantité de visiteurs qui se pressent dans les rues étroites de la vieille ville, le gouvernement local a décidé de développer des offres alternatives d'activités touristiques dans les environs de Lijiang. Aujourd'hui, l'ensemble du plateau, y compris les villages voisins ainsi que diverses parties de la chaîne de montagnes du Dragon de Jade, sont accessibles aux touristes ; il existe des téléphériques qui mènent aux sommets des montagnes et des circuits organisés en bus pour visiter les villages et les autres lieux pittoresques à proximité.

5L'une des options consiste en une excursion d'une journée à Lashi Hai, le site de mon étude de cas. Une visite à Lashi Hai fait soit partie d'un forfait pré-réservé avec un groupe de touristes, soit elle est organisée par le propriétaire de votre maison d'hôtes ou par l'une des innombrables agences de voyage situées dans la vieille ville. Un voyage typique comprend le transport qui consiste à aller chercher le client à son hôtel dans la vieille ville et à le conduire à l'un des innombrables centres d'accueil de Lashi Hai. Une fois sur place, l'activité habituelle consiste en une excursion à cheval dans les collines situées derrière les villages, d'où l'on peut apercevoir des vues panoramiques sur les zones humides et le lac. La balade à cheval est suivie d'un repas typique de la région, d'un thé et, pour ceux qui le souhaitent, d'une promenade en bateau sur le lac. Récemment, les centres d'accueil dans les villages sont devenus plus créatifs afin de satisfaire les besoins des touristes, en construisant souvent des parcs et des zones de loisirs sur la rive où les visiteurs peuvent se détendre et prendre des photos.

III. Les minorités ethniques à Lashi Hai

  • 6 La campagne pour “ouvrir l’Ouest” : Xibu Da Kaifa, 西部大开发

6Lashi Hai abrite plusieurs groupes officiellement classés en Chine comme minorités ethniques, dont les plus importants sont les Naxi et les Yi qui résident dans la région. Ces groupes ont été classés par le Parti communiste chinois dans le cadre d'une vaste entreprise visant à déterminer les différents groupes au sein du pays, afin d'avoir un représentant de chaque groupe lors du premier congrès de l'Assemblée populaire nationale (Mullaney, 2011). Le projet a été finalisé en 1954 ; aujourd'hui, ces catégories sont établies et imprimées sur les cartes d'identité et font donc partie intégrante de la vie des gens (Yeh, 2013, p. 41). Le statut ethnique d'une personne peut être bénéfique grâce à des mesures introduites par le gouvernement central afin de favoriser l'éducation et le développement économique dans les régions de minorités ethniques (Chio, 2014, p. 33). Il s'agit entre autres de réglementations facilitant l'accès des jeunes issus de minorités ethniques à l'enseignement supérieur et à des postes dans le secteur public. Comme le boom économique du pays suite aux réformes de 1979 a d'abord touché les centres urbains de la côte est de la Chine, pendant longtemps les provinces de l’ouest comme le Yunnan, le Sichuan ou le Guangxi ont peu profité du développement économique. Ces provinces abritent également de nombreux groupes ethniques minoritaires différents. C'est pourquoi le gouvernement central a lancé une campagne pour « ouvrir l'Ouest », qui a débuté au tournant du millénaire, afin d'améliorer le niveau de vie et la diversité des activités économiques dans ces régions (Kobi, 2016, p. 34 ; Harwood, 2013, p. 25).6 Cette campagne comprenait surtout d'immenses projets d'infrastructure afin de les relier aux réseaux d'électricité, d'eau potable et de mobilité. Des routes, des chemins de fer et des aéroports ont été construits à une vitesse incroyable dans le but d'intégrer les régions éloignées au système économique du pays (Chio, 2014 ; Goodman, 2004).

7Un aspect important de la promotion du développement économique dans ces régions a été l'introduction du tourisme (Oakes, 1998 ; Schein, 2000). Au Yunnan, il y avait au début principalement des touristes occidentaux, fascinés par les populations ethniques minoritaires bigarrées et les paysages époustouflants - variant des forêts tropicales exotiques dans le sud aux pics montagneux accidentés dans le nord-ouest (Notar, 2006, p. 26). Au sein de la société chinoise, cependant, des stigmates plutôt négatifs ont longtemps existé au sujet de ces régions frontalières et de leurs populations. Les habitants étaient considérés comme barbares, sauvages et arriérés, sans culture, sales, voire dangereux pour certains d'entre eux (Harrell, 1995 ; Chao, 2012). Pendant la révolution culturelle, la plupart des pratiques liées aux cultures ethniques - festivals, activités religieuses, rituels, chants, danses, etc. - ont été interdites et sévèrement persécutées (Mueggler, 2001 ; Byrne, 2014). L'arrivée du tourisme a entraîné un net changement d'attitude de la part du gouvernement à l'égard des groupes minoritaires. Oakes parle de « tournant culturel » dans l'élaboration des politiques chinoises, décrivant le moment où le potentiel des éléments culturels dans le secteur du tourisme, mais aussi comme un instrument de « soft power », a été reconnu (Oakes, 1998, pp. 58-62).

8Depuis le tournant du millénaire, les images folkloriques des cultures des minorités ethniques ont été fortement mises en avant sur le marché du tourisme ainsi que dans les productions télévisées nationales, les émissions officielles et le secteur de la musique (Chio, 2014 ; Davis, 2005 ; Harrell, 1995 ; Notar, 2006 ; Oakes, 1997 ; Swain, 2005). Ainsi, à côté du stéréotype négatif du retard et de la pauvreté, une autre image s'est développée autour des minorités ethniques : ce sont des gens heureux, amicaux, hospitaliers et honnêtes, qui vivent en harmonie les uns avec les autres et avec la nature. Si l'on en croit les innombrables publicités pour les destinations de tourisme ethnique, les habitants de ces lieux portent toujours des costumes colorés, dansent et chantent dans leurs champs au milieu des fleurs en train d’éclore. Pourtant, comme l'affirme Bruner : « les récits ne sont pas seulement des structures de sens, mais aussi des structures de pouvoir » (Bruner, 2004, p. 21). Sachant que ce tableau s'inscrit dans un discours étatique, il tend à réduire des groupes entiers de population à des éléments folkloriques, associés à un sentiment d'infantilisme, impliquant un manque de responsabilité et une incapacité à s'occuper d’eux-mêmes et à parler en leur nom (Harrell, 1995 ; Coggins et Yeh, 2014 ; Vasantkumar, 2014).

9Les inquiétudes concernant les régions frontalières habitées par des groupes ethniques minoritaires ont préoccupé de nombreux empereurs qui ont régné sur le territoire (ou des parties de celui-ci) constituant la Chine actuelle (Chio, 2014, p. 25 ; Harrell, 2012, p. 36). Le Parti communiste a également tout intérêt à contrôler fermement ces régions car elles sont riches en ressources naturelles et en voies d'eau essentielles – les rivières du Mékong, du Yangtsé et du Salween par exemple (Davis, 2005, p. 171 citant Mao Tse-tung). Plus récemment, les minorités ethniques et les paysages naturels eux-mêmes se sont révélés des attractions précieuses pour le secteur du tourisme. Dans le même temps, le tourisme sert de motif légitime au gouvernement central pour la construction de routes et de chemins de fer, allant de pair avec la consolidation du pouvoir et du contrôle (Swain, 1989 ; Oakes, 1993 ; Davis, 2005). Avec ce « cadeau du développement », le gouvernement entend en outre accroître le sentiment de gratitude de la population (Yeh, 2013). De plus, l'image touristique est utilisée comme un instrument de « soft power » pour renforcer la construction de la nation et illustrer l'idée d'un État chinois multinational harmonieux (Chio, 2014, pp. 88-91 ; Silverman et Blumenfield, 2013, p. 4).

IV. Le tourisme à Lashi Hai

10Contrairement à de nombreuses autres destinations touristiques en Chine, le tourisme à Lashi Hai n'a pas été officiellement introduit et mis en œuvre par une société de développement. Une stratégie assez courante consiste à « ouvrir » un lieu au tourisme, généralement en faisant appel à une société de développement officielle qui établit un concept touristique pour le lieu, incluant la création d'une marque de marque, la dénomination, la planification et la construction d'infrastructures telles que des routes, des parkings, des portails, des guichets et des clôtures (Nyíri, 2006, p. 49 et suivantes). Malheureusement, l’un des effets secondaires est que de nombreux lieux se ressemblent en fin de compte beaucoup car les mêmes concepts de location ont été appliqués à de nombreux endroits différents (Davis, 2005, p. 40 ; Nyíri, 2006, p. 18). Jusqu'à présent, aucun concept universel de ce genre n'a été mis en œuvre à Lashi Hai - mais il est probablement sur le point de faire aussi partie d'un projet de développement touristique plus vaste. Au cours de mon travail sur le terrain, j'ai pu observer les processus de réinvention des territoires de différentes manières et par différents acteurs. Afin de mieux comprendre la situation actuelle, je vais décrire ci-dessous comment le lieu a été réinventé dans le passé et comment le développement touristique est parvenu jusqu'aux villages isolés de Lashi Hai.

  • 7 Entretien avec un guide équestre au village de Junliang, 2 mai 2017.

11Beaucoup de mes informateurs, qui étaient dans le cas précis généralement des hommes d'âge moyen travaillant dans les centres d'accueil soit comme guides de chevaux, soit à des postes administratifs, se souviennent de la façon dont le tourisme s'est développé à Lashi Hai : « il y avait une personne qui avait deux chevaux et elle les laissait paître sur la rive du lac parce qu'il y avait beaucoup d'herbe. Chaque fois que les touristes voyaient cela, ils demandaient s'ils pouvaient monter les chevaux et prendre des photos. Le propriétaire des chevaux commençât alors à demander de l'argent ; s'ils allaient un peu plus loin, il demandait un peu plus. Au tout début, c'était comme ça ».7

  • 8 Entretien avec un guide équestre au village de Junliang, 2 mai 2017.

12Certaines personnes à qui j'ai parlé se souviennent qu'au début les touristes en route vers Lijiang s'arrêtaient simplement (la route principale passe le long de la rive ouest du lac Lashi) pour prendre des photos et regarder les villages. Certains d'entre eux demandaient aux habitants s'ils pouvaient monter les chevaux qui paissaient dans les champs. Lentement, le secteur de l'équitation a évolué. Les villages ont commencé à s'organiser en coopératives, au sein desquelles chaque famille souhaitant participer achetait deux ou trois chevaux. Les décisions étaient prises ensemble, les bénéfices étant partagés à parts égales entre les membres. Le guide équestre cité plus haut raconte plus en détail : « au tout début, nous discutions ensemble de tout - quelles autres familles pouvaient se joindre à nous, où louer des terres, combien d'argent chaque famille devait investir, combien de chevaux chaque ménage devait acheter. Nous partagions le travail et les bénéfices ».8

  • 9 Entretien avec le fondateur de l’un des premiers centres équestres du village de Junliang, 26 avril (...)

13Le nombre de visiteurs a commencé à exploser, des centres équestres privés ont été créés, les prix ont baissé et on a soudain pu observer des bus touristiques bloquer les routes étroites qui relient les villages autour du lac. L'atmosphère entre les différents centres d'équitation est devenue tendue car ils se volaient mutuellement leurs idées et leurs clients. C'est ainsi que la région a acquis la réputation d'être chaotique, voire dangereuse - renforçant les stéréotypes négatifs sur les minorités ethniques mentionnés ci-dessus. Pourtant, de nombreuses personnes visitent encore Lashi Hai car elle reste l'une des options les moins chères près de Lijiang et attire donc souvent des visiteurs plus jeunes avec budget plus serré. Aujourd'hui, cependant, l'équitation est un produit de masse : groupe après groupe sont emmenés un peu plus haut dans les collines pour visiter l'un des « sites pittoresques » (Nyíri, 2006). Mes informateurs m'ont expliqué que les visiteurs passaient auparavant toute la journée avec eux. Ils cuisinaient sur un feu ouvert quelque part dans les montagnes, leur racontaient des histoires sur leur vie et leur culture et les accueillaient même après chez eux pour une tasse de thé. À la fois l'hôte et l'invité étaient satisfaits et les guides recevaient une bonne rémunération avec de généreux pourboires pour leurs services.9 Mais ils disent désormais que les touristes sont avares, qu'ils n'apprécient pas tellement les services locaux et qu'ils n'ont jamais assez de temps. Avec leurs bus touristiques, ils se précipitent toujours d'un endroit à l'autre de sorte que plus personne ne s'intéresse à leurs histoires.

V. Réinventer les représentations du « local » : les roses et le plastique

14Lors de mes visites sur le terrain, j'ai également mené des entretiens avec des touristes. Habituellement, je n'ai eu à poser qu'une série de questions courtes et standard, auxquelles j'ai généralement reçu des réponses assez courtes et standard. Il était vrai que la plupart des personnes rencontrées étaient quelque peu pressées - occupées à s'amuser. À ma question de savoir s'ils étaient intéressés par la culture locale - à ma grande surprise - la plupart ont répondu que non. Ils appréciaient plutôt les beaux paysages naturels et l'air frais. Tout ce qu'ils voulaient réellement était se détendre un peu, s'amuser et - ce qui est très important - prendre beaucoup de photos.

15Ce changement d'attitude parmi leur clientèle a été reconnu par les opérateurs touristiques locaux ainsi que par les sociétés d'investissement extérieures. Le processus consistant à réinventer une destination locale et à l'adapter aux besoins changeants des touristes a mené à Lashi Hai à une rupture radicale avec l'imaginaire touristique traditionnel du lieu typique local. Plutôt que de représenter la culture folklorique des minorités ethniques et les archétypes des paysages ruraux, de nouveaux types de lieux se développent à Lashi Hai : les champs agricoles ont été transformés en Manoir de la rose et d'énormes sculptures en plastique coloré ont été placées parmi les fleurs (voir document 1). Ici, des ponts et des passerelles en bois mènent d'une plate-forme à l'autre, depuis lesquelles est offerte une vue splendide sur les sculptures et la mer de roses. Il y a de nombreux pavillons et des bancs pour que les visiteurs puissent se reposer, ainsi que des salons de thé et des stands de snacks, et même des chaises de massage avec un point de vue. On peut également trouver des styling corners où les visiteurs peuvent louer des vêtements sophistiqués, se faire maquiller et coiffer par des professionnels – afin que les photos prises dans les paysages féériques deviennent encore plus fantastiques.

Document 1 : Sculptures en plastique au Manoir de la Rose à Lashi Hai.

Document 1 : Sculptures en plastique au Manoir de la Rose à Lashi Hai.

Photographie de l’auteure.

16Cette attraction récemment ouverte connaît un énorme succès et est rapidement devenue le centre d’accueil le plus visité à Lashi Hai. Dans la courte période qui a suivi, de nombreux autres centres d'accueil à Lashi Hai ont essayé de suivre l'exemple du Manoir de la Rose. Ils ont créé des espaces sur la rive du lac, décorés avec beaucoup de fantaisie, où les gens peuvent se détendre, boire du thé, prendre des photos, se promener. L'équitation est toujours proposée aux touristes mais n'est plus qu'une simple attraction secondaire. Les interactions entre les résidents locaux et les visiteurs ont été réduites au minimum. Au mieux, les habitants fonctionnent comme des prestataires de services dans le secteur du tourisme. Les résidents affirment : alors qu’auparavant ils étaient leurs propres chefs et devaient décider de la manière de gérer les affaires des coopératives, aujourd'hui, le secteur est dominé par des investisseurs extérieurs et les décisions sont prises par des personnes qui n'ont jamais vraiment été sur place, mais dirigent leurs entreprises à distance. Le Manoir de la Rose a été conçu et construit par une entreprise de Shenzhen qui avait initialement installé ces décors en arrière-plan pour des séances photos lors de mariages. Le concept est maintenant devenu une stratégie populaire pour concevoir des destinations touristiques entières, comme cela s'est produit à Lashi Hai.

17Pour les entrepreneurs locaux, il est devenu très difficile de rivaliser avec ces grands acteurs (voir également Chio, 2013, p. 154). On m'a raconté de nombreuses histoires de jeunes gens à Lashi Hai qui ont essayé de créer leur propre entreprise, comme leurs pères à l'époque, mais qui ont ensuite échoué en perdant énormément d’argent face au nouveau modèle commercial. Les grandes entreprises extérieures possèdent tout ce qui manque aux résidents locaux : d'énormes réseaux de relations avec les agences de tourisme et des agents gouvernementaux ainsi que des entreprises privées au niveau national et régional, en plus du capital, de l'expérience et du savoir-faire. Pour la jeune génération, participer à l'activité touristique est donc devenue une question quelque peu frustrante. La seule chose qui leur reste est un emploi mal payé, avec un statut social peu élevé et sans pouvoir de décision.

18À l'inverse, de nombreuses familles vivant à Lashi Hai ont profité du tourisme au cours des deux dernières décennies et leur niveau de vie a considérablement augmenté (Hürlemann, 2014). Elles ont notamment pu offrir à leurs enfants, entre autres choses, un niveau d’éducation meilleur et plus élevé. Aujourd'hui, de nombreuses familles de Lashi Hai déclarent fièrement que leurs jeunes sont bien éduqués et obtiennent même des diplômes universitaires. Ces jeunes adultes sont loin d’être disposés à travailler comme guides équestres ou dans des postes de service similaires dans le secteur du tourisme de Lashi Hai. Comme il est difficile de réussir dans ce secteur, ils partent souvent pour trouver de meilleurs emplois dans les villes et villages. Pendant ce temps, les emplois de bas niveau sont de plus en plus souvent occupés par des travailleurs migrants et les populations Yi, qui ont tendance à vivre dans des villages encore plus reculés dans les montagnes et qui trouvent maintenant du travail salarié dans l'industrie du tourisme de Lashi Hai.

VI. Désirs changeants : la modernité remplace la nostalgie et la tradition

  • 10 Entretien avec une amie dans sa vingtaine qui a grandi à Lashi Hai et est diplômée de l’une des uni (...)
  • 11 Entretien avec une amie dans sa vingtaine. Elle a grandi à Lashi Hai et a étudié dans une grande vi (...)
  • 12 Ibid.

19Des clôtures, des guichets et des portes d'entrée permettent de séparer clairement le domaine du divertissement de la vie quotidienne des habitants de Lashi Hai. La culture locale est apparemment représentée au sein de la zone clôturée par des objets en plastique au milieu des champs de roses et par des troupes de danse professionnelles qui se produisent sur de la musique pop. Les visiteurs semblent satisfaits de cette réinvention du lieu. Il reste cependant à savoir comment les résidents interprètent cette nouvelle façon de présenter l'identité et la culture locales aux touristes. Pour commencer, cela n'a rien à voir avec leur vie quotidienne et leurs cultures vécues. Mais cela n'est pas non plus lié aux nombreux stéréotypes qui entourent leur statut de minorité ethnique. Plutôt que de représenter des sociétés rurales arriérées, ces lieux offrent des infrastructures modernes, des idées nouvelles, du progrès. Ce sont des valeurs auxquelles les résidents locaux préfèrent être identifiés, par opposition aux images folkloriques et infantiles ou aux stigmates de la saleté, de la pauvreté et de la faiblesse morale (voir également Schein, 2000 ; Oakes, 1998 ; Chio, 2014 pour des comptes-rendus similaires). Même la jeune génération des résidents de Lahshi Hai, celle qui n’est pas directement impliquée dans le tourisme, est confrontée à de tels stéréotypes dans leur vie quotidienne : « il y a des camarades de classe qui pensent vraiment qu'au Yunnan, nous portons des robes traditionnelles tous les jours, ou nous nous promenons la poitrine nue ».10 Une autre amie se souvient de son séjour à l'université : « ils me demandaient si, chez moi, je devais aider à couper l'herbe ou à abattre le cochon. Ils me disaient : ta vie est certainement très amère, tes parents vivent au plus bas niveau de la société, n'est-ce pas ? »11 Pour les deux, il est très important que leur apparence ne corresponde pas aux stéréotypes courants sur les minorités. De même que les marqueurs extérieurs de leur apparence individuelle tels que les vêtements ou la coiffure, ils s'inquiètent de l'apparence de leur village natal à Lashi Hai : « toutes les routes qui sont pleines de trous en ce moment devraient être transformées en routes pavées de pierres, comme dans d'autres vieilles villes touristiques célèbres. Il devrait y avoir des lumières dans les rues, des fleurs et des décorations. Tous les chevaux doivent être lavés, et tout doit être très propre ».12 Pour de nombreux résidents, le plus important dans la réinvention des lieux touristiques est en fait de ne pas représenter certaines valeurs – celles par exemple liées aux stéréotypes prédominants des minorités ethniques.

  • 13 La génération des années 1990 : jiu ling hou, 九零后

20L'imaginaire touristique prédominant concernant les résidents locaux et leur culture ne représentait clairement ni leur propre perspective sur leur identité culturelle, ni ce qui était lié à leur vie et à leurs habitudes quotidiennes. Il devrait plutôt être considéré comme faisant partie d'un discours dirigé par le gouvernement, un récit construit avec des intentions et des objectifs spécifiques (Silverman et Blumenfield, 2013, p. 4 ; Chao, 2012, pp. 7-8). L'image folklorique des minorités ethniques sert d'instrument de « soft power » pour souligner l'image d'un « État multinational harmonieux » (Mullaney, 2011, p. 2). Les récits touristiques essentialisent la culture des minorités ethniques à certains éléments visant à attirer les visiteurs (Davis, 2005, p. 72). Les éléments culturels considérés comme appropriés, tels que les festivals, les costumes colorés et les danses, ont été peaufinés et polis pour le marché du tourisme - et toujours de la même manière, quel que soit le groupe ethnique concerné (Oakes, 1993). C'est pourquoi de nombreuses destinations de tourisme ethnique en Chine se ressemblent beaucoup. En outre, les danses et les spectacles des minorités ethniques figurent dans toutes sortes d'émissions et de productions télévisées et font partie intégrante des cérémonies officielles à tous les niveaux, si bien qu'on les trouve littéralement partout (Notar, 2006, pp. 52-53). Il n'est donc pas surprenant que la jeune génération en Chine ne s'intéresse plus à ce sujet. Alors que la génération plus âgée, qui était jusqu'à présent celle qui disposait du pouvoir d'achat, conserve un sentiment de nostalgie envers la campagne et un style de vie passé dans la nature pure et la simplicité (Chio, 2014, p. 36 ; Graburn, 1995, p. 167), les jeunes citoyens semblent être à un autre stade aujourd'hui. La génération née dans les années 1990 serait tournée vers le futur, en quête de modernité (Walsh et Swain, 2004, p. 62).13 Ils ne sont pas hantés par les souvenirs des horreurs passées du pays - ils sont nés dans un système économique en plein essor, une société de croissance, prospère et pleine d'espoir (Anagnost, 2018). Ils ne veulent pas se laisser aller à l'illusion passée d’une vie rurale, nostalgique et harmonieuse menée par les populations minoritaires. Ils préfèrent profiter du luxe de la modernité et du progrès, tout en recherchant des expériences individuelles et des loisirs inédits (Zhang et Ong, 2008, p. 1).

21Cependant, cela ne s'applique pas seulement aux jeunes visiteurs de Lashi Hai - les jeunes locaux recherchent également un sentiment de modernité (voir également Schein, 2000, p. 210). Le fait que leurs régions d'origine soient réinventées par des professionnels avec de l’esprit et des capitaux limite pour certains la possibilité d'entrer dans le secteur du tourisme. Pour d'autres, cependant, ces lieux nouvellement établis représentent des sites de prestige, de modernité et d'élégance (voir aussi Oakes, 1998, p. 7). En fait, les habitants des villages de Lashi Hai eux-mêmes et même les habitants de la nouvelle ville urbaine de Lijiang visitent le Manoir de la rose pendant leur temps libre, se promenant parmi les champs de roses et prenant des selfies dans le paysage fait de sculptures plastiques fantaisistes.

22La réinvention observée dans les lieux touristiques à Lashi Hai ne reflète pas seulement une nouvelle stratégie de marketing et n'est pas simplement une adaptation de l'offre touristique aux besoins changeants des visiteurs. Cette réinvention reflète un profond changement social qui se produit entre les générations, quelque chose qui n'est pas lié à ce lieu particulier mais qui se produit probablement dans de nombreuses régions du pays. Cela concerne aussi bien la jeune génération de visiteurs que celle des hôtes. Les catégories et les stéréotypes ethniques sont relégués au second plan par une génération tournée vers l'avenir. Cela ne signifie pas que leurs propres traditions et leurs cultures ne sont pas appréciées par les membres de la jeune génération. Au contraire, beaucoup de personnes que j'ai rencontrées sur le terrain s'intéressent aux traditions locales et s'impliquent dans des pratiques culturelles spécifiques à leur ville ou à leur village. Pourtant, il est évident que l'on est loin de la culture folklorique vendue sur le marché du tourisme. J’ai observé que l'imaginaire folklorique, poli mais simplifié, brillant et coloré de la culture des minorités ethniques perd de son attrait auprès d'une clientèle plus jeune. Les récentes réinventions - notamment la manière dont l'identité et la culture « locales » sont représentées aux touristes dans le centre d'accueil du Manoir de la Rose de Lashi Hai - offrent l’une des nombreuses alternatives potentielles aux imaginaires fondés sur des discours ethniques stéréotypés et dirigés par l'État.

Conclusion

23L'étude de cas du secteur du tourisme de Lashi Hai offre un aperçu des processus sociaux qui contribuent à réinventer les destinations touristiques. Dans cet article, j'ai soutenu que les lieux visités par les touristes sont censés représenter l'identité et la culture locales. En ce sens, la réinvention des destinations touristiques est liée aux processus sociaux qui négocient la manière dont - en utilisant certains types de messages symboliques, en communiquant certaines sortes de valeurs - la culture et l'identité locales devraient être représentées. Dans le tourisme ethnique en Chine, les marqueurs symboliques utilisés pour créer une image de marque et commercialiser ces destinations étaient fortement liés aux discours et aux stéréotypes dominants du gouvernement concernant les groupes ethniques minoritaires. Même si l'activité touristique a débuté à Lashi Hai comme un projet communal ancré dans les coopératives villageoises, elle est aujourd'hui de plus en plus dominée par des investisseurs extérieurs. Bien que cela rende plus difficile pour les jeunes entrepreneurs locaux d'entrer avec succès dans le secteur du tourisme, cette nouvelle forme de développement est associée à des valeurs positives par de nombreux résidents locaux. Autrefois dominant, le secteur équestre est devenu une attraction touristique ethnique typique, renforçant ainsi les stéréotypes de la vie rurale romantique, mais aussi du retard, de la saleté et de la pauvreté. En revanche, les parcs récemment créés présentent des roses au lieu de cultures de maïs et des sculptures plastiques de facture luxueuse à la place des maisons traditionnelles comme toile de fond pour les photographies touristiques sophistiquées. Cette réinvention du lieu local utilise le langage de la modernité, affichant des symboles de luxe et de richesse, créant un paysage de rêve et de fantaisie dans lequel on peut s'évader et profiter de son temps libre pendant l'expérience touristique.

24Ces valeurs ne correspondent pas seulement à l'évolution des désirs des visiteurs, mais représentent également ce à quoi les jeunes membres de la population d'accueil préfèrent s'identifier. Alors que les décorations colorées faites de sculptures en plastique et de roses peuvent facilement être associées au kitsch, à Disneyland ou même au consumérisme et au capitalisme - ces symboles prennent une autre dimension lorsqu'ils sont placés dans le paysage archétypique de Lashi Hai. En pensant les lieux comme des « moments articulés dans les réseaux de relations et de compréhensions sociales » (Massey, 1994, p. 262), il faut prendre en compte les discours prédominants comme déterminant ces compréhensions ainsi que les relations sociales spécifiques créées lors de rencontres touristiques. Dans ce cas, l'histoire récente de la création des cultures des minorités ethniques ainsi que de produits touristiques fondés sur celles-ci, a façonné de nombreuses couches de significations et de valeurs imprégnant les paysages des lieux à Lashi Hai. Il est clair que ces images ne reflètent jamais complètement les diverses approches de l'ethnicité et des cultures vécues par les gens - pourtant, elles sont le résultat de processus sociaux et en reflètent donc certains aspects. En ce sens, la réinvention de la destination offre une alternative aux visiteurs comme aux hôtes pour penser et expérimenter de nouveaux types de paysages ethniques et ruraux.

Haut de page

Bibliographie


Abu-Lughod, L. (2008), “Writing against Culture” in Oakes, T. S. et Price P. L. (éds.) The Cultural Geography Reader, Routledge, pp. 62–71.


Adams, K. M. (2004), "The Genesis of Touristic Imagery Politics and Poetics in the Creation of a Remote Indonesian Island Destination", Tourist Studies, vol. 4, No. 2, pp. 115–135.

Anagnost, A. (2018), "Imagining Global Futures in China : The Child as a Sign of Value" in Imagining Global Futures, [en ligne] : http://sckool.org/imagining-global-futures-in-china-the-child-as-a-sign-of-value.html, (consulté le 11 mai 2020).


Bruner, E. M. (2004), Culture on Tour : Ethnographies of Travel, University Of Chicago Press, Chicago.


Byrne, D. (2014), Counterheritage : Critical Perspectives on Heritage Conservation in Asia, Routledge, New York et Londres.


Cartier, C. (2005), Seductions of Place : Geographical Perspectives on Globalization and Touristed Landscapes, Critical Geographies, Routledge, Londres.


Chao, E. (2012), Lijiang Stories : Shamans, Taxi Drivers, and Runaway Brides in Reform-Era China. Studies on Ethnic Groups in China, University of Washington Press, Seattle.


Chio, J. (2013), "Good Fences Make Good Neighbors : Claiming Heritage in the Longji Terraced Fields Scenic Area", in Cultural Heritage Politics in China, Springer, New York, pp. 143–159.

Chio, J. ( 2014), A Landscape of Travel : The Work of Tourism in Rural Ethnic China, University of Washington Press, Seattle.


Coggins, C. and Yeh, E. T. (2014), "Introduction : Producing Shangrilas", in Yeh E. T. et Coggins C. (éds.) Mapping Shangrila : Contested Landscapes in the Sino-Tibetan Borderlands, University of Washington Press, pp. 3–18.


Davis, S. L. (2005), Song and Silence : Ethnic Revival on China’s Southwest Borders, Columbia University Press, New York.


Feld, S. et Basso K. H. (1996), Senses of Place. School of American Research Press.


Graburn, N. (1995), "Tourism, Modernity and Nostalgia", in Ahmed A. and Shore C. (éds.) The Future of Anthropology, Londres : The Athlone, pp 158–178.


Gupta, A. et James F. (1992), "Beyond “Culture” : Space, Identity, and the Politics of Difference", Cultural Anthropology, vol. 7, No. 1, pp 6–23.


Harrell, S. (1995), "Introduction. Civilizing Projects and the Reaction to Them", in Cultural Encounter on China’s Ethnic Frontiers, University of Washington Press, Seattle, pp. 3–36.

Harrell, S. (2012), Ways of Being Ethnic in Southwest China, University of Washington Press, Washington.


Harwood, R. (2013), China’s New Socialist Countryside : Modernity Arrives in the Nu River Valley, University of Washington Press, Seattle.


Herbert, S. (2000), "For Ethnography", Progress in Human Geography, vol. 24, No. 4, pp. 550–568.


Holland, D., Lachicotte W. Jr, Skinner D. et Cain C. (2001), Identity and Agency in Cultural Worlds, Harvard University Press, Cambridge ; Londres.


Hürlemann, S. (2014), Sustainable Development through Tourism : A Case Study from Lashi Hai, mémoire de master non publié. Université de Genève and The Graduate Institute, Genève.


Kobi, M. (2016), Constructing, Creating and Contesting Cityscapes  : A Socio-Anthropological Approach to Urban Transformation in Southern Xinjiang, People’s Republic of China, Alltagskulturen Chinas und Seiner Nachbarn. Harrassowitz, Wiesbaden.


Kusenbach, M. (2003), "Street Phenomenology : The Go-Along as Ethnographic Research Tool", Ethnography, vol. 4, No.3, pp. 455–485.


Low, S. M. (2000), On the Plaza : The Politics of Public Space and Culture, University of Texas Press, Austin.

Low, S. M. (2009), "Towards an Anthropological Theory of Space and Place", Semiotica, vol. 2009, No. 175, pp. 21–37.


MacCannell, D. (1973), "Staged Authenticity : Arrangements of Social Place in Tourist Setting", American Journal of Sociology, vol. 79, No. 3, pp. 589–603.


Massey, D. (1994), "A Global Sense of Place", in Doreen M. (éd.) Space, Place and Gender. Polity, Cambridge.


McKhann, C. (2001), "The Good, the Bad, and the Ugly : Observations and Reflections on Tourism Development", Tourism Anthropology and Chinese Society, pp. 147–166.


Mueggler, E. (2001), The Age of Wild Ghosts : Memory, Violence, and Place in Southwest China, University of California Press, Berkeley.


Mullaney, T. S. (2011), Coming to Terms with the Nation : Ethnic Classification in Modern China, Asia : Local Studies/Global Themes, University of California Press, Berkeley.


Notar, B. E. (2006), Displacing Desire : Travel and Popular Culture in China, University of Hawaii Press, Honolulu.


Nyíri, P. (2006), Scenic Spots : Chinese Tourism, the State, and Cultural Authority, University of Washington Press.


Oakes, T. (1998), Tourism and Modernity in China. Routledge.

Oakes, T. (1993), "The Cultural Space of Modernity : Ethnic Tourism and Place Identity in China", Environment and Planning : Society and Space, vol. 11, No. 1, pp. 47–66.

Oakes, T. (1997), "Ethnic Tourism in Rural Guizhou : Sense of Place and the Commerce of Authenticity", in Picard M. et Wood R. E. (éds.) Tourism, Ethnicity, and the State in Asian and Pacific Societies, University of Hawai’i Press, Honolulu, Hawai’i.


Okamura, J. Y. (1981), "Situational Ethnicity", Ethnic and Racial Studies, vol. 4, No. 4, pp. 452–465.


Schein, L. (2000), Minority Rules : The Miao and the Feminine in China’s Cultural Politics, Duke University Press Books, Durham.


Silverman, H. et Blumenfield T. (2013), "Cultural Heritage Politics in China : An Introduction", in Cultural Heritage Politics in China, Springer, New York, pp. 3-22.


Su, X. (2011), "Heritage Production and Urban Locational Policy in Lijiang, China", International Journal of Urban and Regional Research, vol. 35, No. 6, pp. 1118–1132.


Swain Byrne M. (2005), "Desiring Ashima - Sexing Landscape in China’s Stone Forest", in Cartier C. and Lew A. (éds.), Seductions of Place : Geographical Perspectives on Globalization and Touristed Landscapes, Routledge, Oxon, New York, pp. 245–259.

Swain Byrne M. (1989), "Developing Ethnic Tourism in Yunnan, China : Shilin Sani", Tourism Recreation Research, vol. 14, No. 1, pp. 33–39.


Vasantkumar, C. (2014), "Dreamworld, Shambala, Gannan : The Schangrilazation of China's "Littel Tibet"”, in Yeh E. T. and Coggins, C. (éds.) Mapping Shangrila : Contested Landscapes in the Sino-Tibetan Borderlands, University of Washington Press, pp. 51–74.


Walsh, E. R. et Swain Byrne M. (2004), "Creating Modernity by Touring Paradise : Domestic Ethnic Tourism in Yunnan, China", Tourism Recreation Research, vol. 29, No. 2, pp. 59–68.


Yeh, E. T. (2013), Taming Tibet : Landscape Transformation and the Gift of Chinese Development, Cornell University Press, Ithaca, New York.


Zhang, L. et Ong A. (2008), Privatizing China : Socialism from Afar. Cornell University Press.

Haut de page

Notes

1 Les guillemets sont utilisés ici, car "ils" - les résidents locaux - ne représentent bien sûr en aucun cas un groupe réellement homogène. "Ils" sont constitués de toutes sortes d'individus ayant des comportements, des intérêts, des origines ethniques ou nationales différentes, etc. (Massey, 1994). etc. (Massey, 1994).

2 Lashi Hai: 拉市海

3 Les guillemets sont utilisées ici car les cultures et les identités ne sont pas considérées comme liées à des lieux physiques en tant que tels. Dans le cas des cultures touristiques, cependant, elles peuvent être localisées dans l'imaginaire touristique, les stratégies de marketing et les discours connexes (Gupta and Ferguson, 1992).

4 Jade Dragon Snow Mountain: Yulong Xueshan, 玉龙雪山

5 Lijiang Old Town, Lijiang Gucheng, 丽江古城

6 La campagne pour “ouvrir l’Ouest” : Xibu Da Kaifa, 西部大开发

7 Entretien avec un guide équestre au village de Junliang, 2 mai 2017.

8 Entretien avec un guide équestre au village de Junliang, 2 mai 2017.

9 Entretien avec le fondateur de l’un des premiers centres équestres du village de Junliang, 26 avril 2017.

10 Entretien avec une amie dans sa vingtaine qui a grandi à Lashi Hai et est diplômée de l’une des universités les plus réputées du pays, Lijiang, 12.05.2017.

11 Entretien avec une amie dans sa vingtaine. Elle a grandi à Lashi Hai et a étudié dans une grande ville au nord de la Chine, Lashi Hai, 08.05.2017.

12 Ibid.

13 La génération des années 1990 : jiu ling hou, 九零后

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Sculptures en plastique au Manoir de la Rose à Lashi Hai.
Crédits Photographie de l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Seraina Hürlemann, « Réinventer les représentations de l'identité et de la culture « locales » », Via [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6262

Haut de page

Auteur

Seraina Hürlemann

Docteure en études du tourisme, groupe de recherche « cultures et natures du tourisme ». Institut de géographie et durabilité, université de Lausanne.

Haut de page

Traducteur

Allison Huetz

Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search