Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18PhotosSurfacturer les étrangers ?

Texte intégral

1Photo prise à l’entrée des grottes de Kanheri le 3 février 2009

2Les grottes de Kanheri sont un groupe de grottes et de monuments taillés dans un affleurement de basalte massif dans les forêts du parc national de Sanjay Gandhi, sur l’ancienne île de Salsette dans la banlieue ouest de Mumbai, en Inde. Ils contiennent des sculptures bouddhistes, des peintures et des inscriptions, datant du 1er siècle de notre ère au 10ème siècle1.

©Hervé Théry 2009

3On remarque sur la photographie que les visiteurs sont principalement des Indiens, notamment des jeunes en sortie scolaire. La deuxième photo, centrée sur un panneau qui figure à l’arrière-plan de la première, indique que c’est grâce à une politique de prix réduits pour les Indiens, qui paient l’entrée moins cher que les étrangers, 5 Roupies au lieu de 100 (5 centimes d’Euros au lieu de 1,1 Euros au cours de novembre 2020).

4©Hervé Théry 2009

5Pourquoi cette différence ? À la question posée sur un forum indien2 (« Pourquoi surfacturons-nous nos invités étrangers ici en Inde ? ») Harish Nalawade répondait le 4 octobre 2016 par une série de justifications :

  • L’Inde n’est pas le seul pays où sont pratiqués des prix différents pour les visiteurs locaux et étrangers. Plusieurs pays comme la Jordanie, l’Indonésie, la Zambie et bien d’autres traitent différemment les habitants et les touristes étrangers.

  • Même en Inde, plusieurs lieux touristiques ont des tarifs similaires pour les deux types de visiteurs. C’est sur les sites d’importance nationale, directement sous la protection de l’Archaeological Survey of India (ASI), qu’est appliquée cette dichotomie.

  • La plupart des citoyens ont déjà payé par leurs impôts, par exemple l’impôt sur le revenu, pour financer ces frais d’entrée différentiels.

  • Presque tous les sites archéologiques ont des coûts d’entretien et de réparation massifs, ce qui nécessite de trouver des ressources auprès des visiteurs qui peuvent payer, ici les étrangers.

  • Il est important de noter que tous les revenus supplémentaires engendrés par les billets d’entrée vont au Consolidated Fund of India puis sont distribuées aux sites.

  • La plupart des endroits ont une valeur significative pour les habitants du lieu, ils y font des visites fréquentes, les faire payer cher serait contre-productif. En revanche, la plupart des visiteurs étrangers n’effectuent qu’une seule visite.

  • Ces frais d’entrée minimes pour les touristes locaux leur permettent de se connecter à la culture et au patrimoine locaux. Ils servent également à des fins éducatives, les sorties scolaires ne paient généralement pas de droit d’entrée sur ces sites.

  • Une visite au Taj Mahal coûte près de la moitié de celle de la Statue de la Liberté. Bien que les tarifs soient plus élevés pour les touristes non locaux, c’est toujours beaucoup moins cher que les autres destinations.

6Au total, cette simple plaque signalétique nous amène à nous interroger sur la façon dont cette question est posée d’un point de vue financier, économique, idéologique et éthique, en Inde et ailleurs.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits ©Hervé Théry 2009
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry, « Surfacturer les étrangers ? », Via [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6312 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6312

Haut de page

Auteur

Hervé Théry

Directeur de recherche émérite au CNRS-Creda. Professor de posgraduação na Universidade de São Paulo (USP-PPGH)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search