Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Position de thèseQuand la route est plus qu’un che...

Position de thèse

Quand la route est plus qu’un chemin : territorialités produites par l’Estrada Real, Brésil

Carina Amorim Dutra
Traduction(s) :
Quando a estrada é mais que um caminho: territorialidades produzidas pela Estrada Real, Brasil [pt]

Texte intégral

1C’est le cas des routes touristiques de l’Estrada Real (ER) au Brésil qui ont fourni le terrain empirique de la thèse. Routes coloniales datant du XVIe siècle, l’ER se réfère aux chemins aménagés par la couronne portugaise à de fins de fiscalité et de transport des pierres précieuses depuis la région des mines à Rio de Janeiro. Tout le long de ces routes, la circulation de personnes et marchandises ont produit une grande richesse patrimoniale (cf. document 1).

Document 1 : Carte de l’Estrada Real

Document 1 : Carte de l’Estrada Real

2Partiellement abandonnées lors de l’épuisement des mines, les routes connaissent un regain culturel et touristique au cours des années 1990 lorsque la sélection de quatre de ces chemins coloniaux donne vie au Programme Estrada Real (cf. Documents 2 à 6).

Documents 2 et 3 : Les villes du patrimoine baroque

Documents 2 et 3 : Les villes du patrimoine baroque

IER, s/d. Clichés de Daniel Cerqueira

Document 4 : La gastronomie typique du Minas Gerais

Document 4 : La gastronomie typique du Minas Gerais

IER, s/d. Cliché de Daniel Cerqueira

Documents 5 e 6 : Le patrimoine religieux

Documents 5 e 6 : Le patrimoine religieux

IER, s/d. Clichés de Rodrigo Azevedo et Lucas Nishimoto

3La gestion de l’ER est assurée par la Fédération d’industries de l’état du Minas Gerais (FIEMG) par l’Institut Estrada Real (IER). Diffusée comme un produit touristique, l’ER n’affiche pas toutefois une fréquentation touristique notable. Malgré cela, la FIEMG reste le principal financeur de la route, étant chargée des salariés et des locaux de l’IER, du marketing territorial et des actions d’entretien de la route qui s’étire sur 1630 kilomètres.

4Notre problématique de recherche est née d’une situation qui nous semblait paradoxale : malgré l’échec touristique apparent de l’ER qui semble boudée par des touristes, la FIEMG apporte depuis plus de 20 ans des investissements importants. Qu’est-ce qui justifie le soutien et l’intérêt ininterrompu de la FIEMG ? Quelles sont les externalités que produit cette route réputée touristique si ce n’est pas une fréquentation touristique ?

5Nous avons analysé la patrimonialisation et valorisation touristique de l’ER à la lumière de la géographie critique et radicale de tradition anglosaxonne et brésilienne. L’appareil conceptuel de la thèse croise ainsi les écrits de Milton Santos (2012, [1996]) et de David Harvey (2001). Alors que Santos n’a pas théorisé sur la production de l’espace patrimonial et touristique, ses réflexions offrent des outils importants pour comprendre les appropriations actuelles dans les deux domaines. Il s’agit des concepts de formes-contenus, rugosités spatiales, psychosphère et technosphère. Harvey à son tour nous permet de saisir ce qu’il se joue autour de la revalorisation territoriale de l’espace via le tourisme. Nous nous sommes intéressés plus particulièrement au concept de rente de monopole de l’espace produite à partir de la mercantilisation des qualités territoriales spéciales. En effet, la création de l’ER permet la réappropriation des « obsolescences territoriales » et les repositionne au cœur de la circulation capitalistique des services et marchandises. En proposant une nouvelle organisation de l’espace touristique, l’ER permet donc de recycler des objets géographiques ayant perdu leurs fonctions premières. Les obsolescences revalorisées par ce nouveau regard capitaliste de l’espace produisent de la plus-value autour des « déchets » (au sens des routes ayant perdu leur première fonction d’usage) désormais revalorisés.

6Sur l’ER, un système d’acteurs est en tête d’un système d’objets et actions (Santos, idem.). Les systèmes d’actions orientent la mise en tourisme d’une route qui à l’origine était un objet technique ayant des finalités précises et qui, à l’heure actuelle, regroupe un certain nombre d’espaces proposant une activité touristique. Ainsi, une même forme spatiale a été progressivement investie d’un nouveau contenu. Le système d’actions vise ainsi à mettre en valeur le patrimoine historique et culturel que Harvey appelle les qualités spéciales et Santos appellera les rugosités spatiales. La maîtrise des spatialités distinctives permettrait à un certain nombre d’acteurs d’accumuler la rente de monopole de l’espace. Les systèmes d’actions sont fondés sur une technosphère représentée par des outils de structuration, aménagement et diffusion du projet touristique. La diffusion de l’ER étant basée sur sa nature touristique, la technosphère cherche à produire une psychosphère capable de rendre l’ER reconnaissable sur l’ensemble du territoire brésilien.

7Nous proposons une deuxième entrée théorique par la géographie régionale. L’ER est une forme de régionalisation de l’espace touristique. Il ne s’agit pas d’un produit touristique, mais de la territorialisation de toute une région à appellation ou potentiel touristique. La délimitation de la route par des bornes routières et une signalétique, ou bien sa représentation cartographique, est un premier aspect de la fabrique régionale. Ces éléments renvoient par la suite à la production d’une identité propre au périmètre circonscrit qui le distingue de son voisinage et d’autres produits touristiques. Le regroupement des caractéristiques historiques issues du passé colonial nourrissent le storytelling et la différenciation spatiale sur l’ER. La distinction territoriale étant le pilier de l’organisation régionale dans la conception classique du terme région, l’ER devient un outil de régionalisation du tourisme.

8Comme hypothèse nous retenons que sur l’ER la proposition d’un produit touristique n’est qu’un dispositif discursif facilitant la régionalisation du tourisme dans le Minas Gerais. L’itinérance touristique n’étant pas un objectif de la route en amont, le tourisme demeure, globalement, son objectif en aval.

9La méthodologie de travail a été fondée sur des dispositifs discursifs, notamment les entretiens semi-directifs et des rencontres avec les acteurs permettant de cartographier et connecter les différentes catégories d’acteurs qui intègrent volontairement ou involontairement l’ER. Lors de la rencontre, une vaste littérature grise a été mise à profit. Le dispositif discursif a également été employé lors de l’enquête auprès des touristes. Sur le parcours de l’ER, nous avons rassemblé un important matériel iconographique et mis en œuvre un dispositif d’observation.

10Le tourisme est spatialement hétérogène sur l’ER. Nous assistons ainsi à des tensions et paradoxes entre les réalités existantes et celles que la route essaie de faire advenir. Tandis que certaines villes sont inscrites sur la Liste du patrimoine mondial, d’autres sont étrangères à toute approche patrimoniale. Les réalités touristiques de ces villes étant également contrastées, l’ER ne réussit pas à obtenir l’adhésion de l’ensemble d’acteurs territoriaux, notamment de la part des villes touristiques davantage intéressées par le tourisme sur leur propre territoire. Sans être manifestement contre une nouvelle dynamique touristique, les villes inscrites sur la Liste du patrimoine mondial ne la relayent pas.

11Route touristique sur le plan discursif d’une part, non fréquentée sur le plan des pratiques, d’autre part : ici, l’instrumentalisation du discours touristique visant une territorialisation imaginée prend forme. Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’absence des touristes sur la route, l’ER n’est pas un échec touristique. En effet, le branding d’une région touristique identifiée sous forme de marque territoriale comme stratégie de qualification spatiale est sûrement l’un des débouchés de l’ER. L’IER fonde ainsi une territorialité imaginée au travers d’un discours de marketing territorial performatif.

12En conclusion, une route touristique n’existe que si elle est parcourue ? La réponse donnée par notre thèse est non. L’absence des touristes sur la route elle-même ne signifie pas qu’il n’y a pas d’enjeux politiques, territoriaux et, in fine, touristiques. L’ER s’inscrit clairement dans une performance touristique, dans un jeu territorial qui se met en place via instrumentalisation du discours touristique.

* Carina Amorim Dutra est chercheure associée au Laboratoire EIREST et au Département de tourisme de l’Université de l’état du Ceara/Brésil. Après une maîtrise en sociologie rurale elle a soutenu une thèse en 2019 au sein de l’Ecole Doctorale de Géographie/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et du laboratoire EIREST sous la direction de Maria Gravari-Barbas. Elle s’intéresse aux enjeux territoriaux transfrontaliers produits par l’activité touristique.

Haut de page

Bibliographie

Bauman, Z. (2006), La vie liquide, Editions du Rouergue.

Giraut, F. (2008), Conceptualiser le territoire. Historiens et Géographes.

Heinich, N. (2009), La fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris.

Estrada Real. Page Facebook. Photos. Disponible dans https://www.facebook.com/InstEstradaReal/photos. Consulté le 06 janvier 2021

Santos, M. (2012), [1996], A Natureza do Espaço : Técnica e Tempo. Razão e Emoção, 4. Ed 7ª. Editora USP, São Paulo

Harvey, D. (2001) A produção capitalista do espaço – Coleção Geografia e adjacências, Annablume, São Paulo, 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Carte de l’Estrada Real
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6317/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Documents 2 et 3 : Les villes du patrimoine baroque
Crédits IER, s/d. Clichés de Daniel Cerqueira
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Document 4 : La gastronomie typique du Minas Gerais
Crédits IER, s/d. Cliché de Daniel Cerqueira
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Documents 5 e 6 : Le patrimoine religieux
Crédits IER, s/d. Clichés de Rodrigo Azevedo et Lucas Nishimoto
URL http://journals.openedition.org/viatourism/docannexe/image/6317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carina Amorim Dutra, « Quand la route est plus qu’un chemin : territorialités produites par l’Estrada Real, Brésil », Via [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/viatourism/6317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/viatourism.6317

Haut de page

Auteur

Carina Amorim Dutra

Carina Amorim Dutra est chercheure associée au Laboratoire EIREST et au Département de tourisme de l’Université de l’état du Ceara/Brésil. Après une maîtrise en sociologie rurale elle a soutenu une thèse en 2019 au sein de l’Ecole Doctorale de Géographie/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et du laboratoire EIREST sous la direction de Maria Gravari-Barbas. Elle s’intéresse aux enjeux territoriaux transfrontaliers produits par l’activité touristique. L’intérêt scientifique des routes touristiques est récent. Il est porté par des organismes supranationaux comme l’UNESCO à l’échelle mondiale et le Conseil de l’Europe à l’échelle européenne. Au sein de l’UNESCO, les catégories paysage (1992) et itinéraire culturel (2008) ouvrent le champ patrimonial à ces objets polymorphes et territorialement très étendus. Le changement d’échelle et de nature des objets patrimonialisés a permis une avancée dans les politiques patrimoniales de l’UNESCO. Le Conseil de l’Europe, attribue également une certification culturelle aux routes et itinéraires européens. La patrimonialisation des routes témoigne de l’extension spatiale des paramètres patrimoniaux (Heinich, 2015) et d’un contexte de refonte des frontières (Giraut, 2008). Sur le plan touristique, la société « liquide » (Baumann, 2006) grâce aux nouvelles technologies de communication, la révolution des transports et la décentralisation des politiques de gestion territoriale, permet l’organisation territoriale du tourisme dans un contexte géographique large, traversant différents territoires politiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Via Tourism Review est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search